Haut PDF [PDF] Cours ALM avancé : gestion des risques bancaires | Formation informatique

[PDF] Cours ALM avancé : gestion des risques bancaires | Formation informatique

[PDF] Cours ALM avancé : gestion des risques bancaires | Formation informatique

4-1. Politique de gestion des risques financiers Dans le respect des contraintes externes, la Direction Générale détermine un objectif de niveau de risques financiers pour l'établissement. Cela peut aller : - De la couverture systématique de tous les risques financiers (y compris les risques de positionnement concurrentiels futurs), en considérant que la seule gestion du risque de contrepartie commerciale doit générer de la valeur. Dans un tel cadre, la fonction de la Gestion Actif-Passif est de préserver la valeur...

60 En savoir plus

[PDF] Cours La gestion actif-passif ALM en pdf | Formation Informatique

[PDF] Cours La gestion actif-passif ALM en pdf | Formation Informatique

– La loi du 19-déc.-1997 de financement de la Sécurité Sociale pour 1998 prolonge de cinq ans le mandat de la CADES, en lui transférant 13.3 milliards d’euros de dettes. – Enfin, la loi du 13-aoû.-2004 relative à l’assurance- maladie lui transfère 35 milliards d’euros au titre des déficits cumulés de ce régime à fin 2004, auxquels s’ajoute une dette prévisionnelle limitée à 15 milliards d’euros. Elle supprime la référence à une date fixe de fin, et dispose que tout nouveau déficit du régime devra être financé par une ressource nouvelle. Nous illustrerons par la suite la manière dont la problé- matique de gestion actif-passif de l’établissement s’est trans- formée avec les modifications de la réglementation.
En savoir plus

10 En savoir plus

[PDF] Cours ALM avancé : Gestion du risque structurel | Formation informatique

[PDF] Cours ALM avancé : Gestion du risque structurel | Formation informatique

Emprunts Outre la base de dépôts, les caisses peuvent avoir recours aux emprunts externes de la fédération ou d’une banque pour financer leur portefeuille d’actif. Étant donné que les emprunts externes peuvent être une source de financement plus chère, la politique devrait limiter le recours à de tels instruments et préconiser l’observation du plafond réglementaire sur les créances de la fédération. Les prêts externes devraient toujours être considérés comme des moyens temporaires. On peut toutefois ouvrir des marges de crédit auprès de fédérations ou d’autres institutions financières afin de gérer les liquidités d’exploitation; à cet égard, le lecteur pourra se reporter au chapitre 9 sur la gestion des liquidités.
En savoir plus

42 En savoir plus

[PDF] Tutoriel la Gestion des Risques dans le cadre de la Gestion Actif-Passif ALM | Formation informatique

[PDF] Tutoriel la Gestion des Risques dans le cadre de la Gestion Actif-Passif ALM | Formation informatique

Les principales étapes d’une bonne gestion Actif Passif consistent à identifier ces risques, afin de les mesurer pour pouvoir enfin les gérer. Les approches traditionnelles de gestion des risques sont défensives par nature. Les risques sont généralement gérés au travers de procédures classiques qui consistent à mettre en place une définition des risques, des normes d'analyse, des outils de mesure, des systèmes sécurisés, des contrôles permettant de réduire les risques et des reportings destinés à la direction. Ce type d'approche vise à réduire l'exposition aux pertes inattendues ou excessives résultant des risques de marché, de crédit ou opérationnels. Dans un environnement extrêmement compétitif, cette approche traditionnelle ne suffit plus. Il s'agit maintenant de concevoir et mettre en place les structures et processus de gestion intégrée de la rentabilité permettant d'établir le lien entre les systèmes de gestion des performances ajustées des risques et la gestion stratégique de la valeur.
En savoir plus

45 En savoir plus

[PDF] Introduction à ALM : gestion des risques de taux dans la firme Bancaires | Formation informatique

[PDF] Introduction à ALM : gestion des risques de taux dans la firme Bancaires | Formation informatique

2. Le risque de liquidité a. Origine du risque de liquidité La notion de liquidité a longtemps gouverné l’essentiel des choix opérés en matière de structure financière, tant au niveau des banques que des entreprises (notion de fonds de roulement positif). Au début des années 80, elle était passée au second rang des préoccupations au profit des risques liés aux fluctuations des taux d’intérêt et de change. Du fait de la mutation des marchés de l’argent qui a été opérée en faveur de leur décloisonnement, de l’accès accru au marché par un plus large éventail d’intervenants et de leur interconnexion plus effective sur le plan international, il a été possible de mieux garantir l’approvisionnement des établissements.
En savoir plus

46 En savoir plus

[PDF] Cours ALM : Gestion des Risques Bancaires Gestion actif - passif | Formation informatique

[PDF] Cours ALM : Gestion des Risques Bancaires Gestion actif - passif | Formation informatique

• Egalement fragilisée par l'actuelle crise financière, Fortis a chuté en bourse sur des rumeurs croissantes de faillite. Le titre a perdu plus de 20% vendredi, son plus mauvais cours depuis 15 ans. Il a perdu au cours de l'année écoulée plus de 75% de sa valeur. • L'ex-PDG de Fortis, Herman Verwilst, débarqué vendredi soir en pleine tourmente et remplacé par Filip Dierckx, a reconnu que les clients de la banque avaient retiré près de cinq

141 En savoir plus

[PDF] Formation ALM : gestion des risques bancaires | Formation informatique

[PDF] Formation ALM : gestion des risques bancaires | Formation informatique

• Trading book avec des expositions au risque de crédit non-liquides • Gestion du risque de liquidité basée sur du wholesale banking • Effet de levier maximum tant sur le bilan que le hors-bilan • Manque de transparence, avec comme conséquence le fait qu’il était impossible de comprendre le niveau de risque ainsi que la qualité des fonds propres qui couvraient les risques

141 En savoir plus

[PDF] Formation avancé sur la gestion bancaire ALM | Cours informatique

[PDF] Formation avancé sur la gestion bancaire ALM | Cours informatique

UBS fait coter trois ETF à Francfort Le 3 décembre, trois ETF, un irlandais et deux luxembourgeois, d’UBS ont été admis à la négociation sur le segment XTF de la plate-forme électronique Xetra de la Deutsche Börse. Cela porte à 756 le nom- bre d’ETF cotés sur XTF, précise la Deutsche Börse. Le produit de droit irlandais, UBS ETFs plc - HFRX Global Hedge Index SF (IE00B52TX001) réplique l’indice mondial de hedge funds HFRX Global Hedge Fund Index. Il est chargé à 0,60%. Les deux autres fonds, des produits actions, font partie d’UBS ETF Sicav. Il s’agit d’une part du UBS-ETF MSCI Emerging Markets A (LU0480132876), qui réplique l’indice MSCI Marchés émergents et qui affiche une commission de gestion de 0,65%, et d’autre part de la version UBS-ETF MSCI Emerging Markets I (LU0480133098), qui suit le même indice, mais qui est chargé à 0,40% seulement. Ce dernier fonds s’adresse principalement aux investisseurs institution- nels.
En savoir plus

1 En savoir plus

[PDF] Cours ALM : la banque et la gestion des Institutions Financières | Cours informatique

[PDF] Cours ALM : la banque et la gestion des Institutions Financières | Cours informatique

En plus de la transformation d'actifs, la banque vend des services (gestion des paiements, traitement des chèques, relevés bancaires, analyse de crédits) qu'elle facture à ses clients. comment les banques gagnent et perdent des réserves Quand une banque reçoit des dépôts additionnels, elle gagne un montant égal en réserves. Quand des dépôts sont retirés, la banque perd un montant égal en réserves.

13 En savoir plus

[PDF] Formation d ALM avec exemples d'application | Cours informatique

[PDF] Formation d ALM avec exemples d'application | Cours informatique

Cette condition incontournable de leur développement a obligé les banques à choisir des actifs et des investissements rentables et à exposer aux actionnaires le degré de risque face à chaque rentabilité d’un investissement. La rentabilité des fonds propres ne pouvait alors que devenir un objectif stratégique central, vital pour les établissements financiers. La maximisation du profit par la croissance du bilan (dans lequel l’évaluation des performances se traduisait en termes de volume et de parts de marché et en résultat net mesuré en valeur absolue), n’était donc plus adaptée à la volatilité des marchés, et depuis les années 90, les stratégies bancaires ont du évoluer pour intégrer à la fois la contrainte de la nouvelle donne réglementaire et celle d’un actionnariat plus exigeant.
En savoir plus

16 En savoir plus

[PDF] Cours langage LISP avancé en pdf | Formation informatique

[PDF] Cours langage LISP avancé en pdf | Formation informatique

E XERCICE 2.3. En utilisant la fonction ash (voir le manuel), déterminer le nombre de bits utilisés par l’implémentation des entiers primitifs. u t 2.5.7 Gestion mémoire La manipulation des listes entraîne une allocation de mémoire avec un grain très fin (le doublet) et une fréquence élevée, ainsi qu’un partage fréquent de ces doublets entre liste différentes. La gestion manuelle de cette mémoire serait insupportable pour le programmeur et elle est assurée en L ISP par un mécan- isme automatique, le Garbage Collector (GC) appelé aussi plus poétiquement Glaneur de Cellules et plus couramment, bien que très improprement, Ramasse-miettes.
En savoir plus

85 En savoir plus

[PDF] Formation avancé de Visual Studio.NET en pdf | Cours informatique

[PDF] Formation avancé de Visual Studio.NET en pdf | Cours informatique

Fichiers de Solution (*.sln, *.suo) Une Solution représente une solution complète de développement pouvant être composée de plusieurs projets. Les premiers programmes que vous écrirez seront composés d’un seul projet mais, à un niveau plus avancé, il pourrait être nécessaire d’accéder au code d’une application de gestion en Visual Basic, à un site web affichant les données en C# et le tout au sein de la même fenêtre Visual Studio.

19 En savoir plus

[PDF] Cours avancé de langage C# | Formation informatique

[PDF] Cours avancé de langage C# | Formation informatique

- Vous déclarez la fonction et vous lui associez un corps vide : {}. Cette solution « fonctionne » mais amène quelques risques. En effet, l’utilisateur (un autre programmeur que vous), peut alors instancier à tort un ObjetVectoriel alors que cet objet est une coquille vide. Cela n’apportera pas vraiment de bugs, par contre, l’utilisateur va s’énerver pour faire marcher cet objet et il n’y arrivera pas. Pensez au temps perdu lorsque vous avez essayé d’instancier la classe stream.

11 En savoir plus

[PDF] Formation Architectures logicielles et Matérielles ALM | cours informatique

[PDF] Formation Architectures logicielles et Matérielles ALM | cours informatique

Partie I : Champ d’action de la gestion actif-passif La Gestion Actif-Passif (ALM) vise à maîtriser, dans les meilleures conditions de rentabilité des fonds propres, les conséquences négatives potentielles des risques financiers. En termes de missions, la première mission de la GAP consiste à veiller aux équilibres bilanciels en assurant la cohérence entre les grandes masses du bilan. La GAP consiste donc en un pilotage de la structure de bilan sur un horizon pluriannuel. Ensuite, afin d’assurer que les risques assumés sont conformes aux préférences de la banque en la matière, il est indispensable de les évaluer en se dotant d’instrument de mesure adaptés aux métiers donc aux opérations accomplies par la banque. Enfin, la GAP s’efforce de réaliser cette structure de bilan et de la maintenir conforme aux exigences de la banque en gérant les risques et en leur affectant suffisamment de fonds propres, tout en préservant la rentabilité tant des actifs que des fonds propres.
En savoir plus

29 En savoir plus

[PDF] Apprendre ALM cours en pdf | Formation Informatique

[PDF] Apprendre ALM cours en pdf | Formation Informatique

Le risque de liquidité est également apparu comme un élément majeur de la crise des subprimes et, plus généralement, de la crise financière qu’elle a engendrée. Au moment où la généralisation des approches market consistent (basées sur les valeurs de marché) impose d’évaluer les options et garanties financières des portefeuilles dans la logique de détermination du coût de leur couverture, encore faut-il pour que le montant obtenu ait du sens que la couverture puisse être réajustée régulièrement, ce qui n’est possible qu’avec des actifs liquides. Cela impose par conséquent si ce n’est une adaptation de l’approche dans le cas d’actifs peu liquides, à tout le moins la prise en compte d’une prime de liquidité pour refléter dans le montant affiché ce risque d’impossibilité de gérer idéalement la couverture. Au-delà de ces deux éléments structurants, l’efficacité opérationnelle des modèles mis en œuvre dépend, nous l’avons vu, dans une très large mesure de la pertinence des paramètres retenus pour les alimenter. La détermination de ses paramètres est complexe et fait appel à la fois à des considérations d’ordre statistique (exploitation des historiques), économique (cohérence des valeurs de long terme prédites par le modèle avec les relations économiques fondamentales), financières enfin (cohérence avec les prix observés sur le marché). La prise en compte rationnelle de ces différentes composantes nécessite une réflexion spécifique et fait partie intégrante des choix structurants en termes de gestion des risques que peut effectuer l’organisme assureur.
En savoir plus

295 En savoir plus

[PDF] Les risques bancaires : liquidité, intérêt, change, marché et opérationnel | Cours informatique

[PDF] Les risques bancaires : liquidité, intérêt, change, marché et opérationnel | Cours informatique

 Dans la majorité des établissements, la fonction de gestion actif-passif peut être amenée à gérer des positions de taux durables, en raison de la couverture partielle du risque de taux d’intérêt, notamment sur les impasses les plus longues.

119 En savoir plus

[PDF] Cours complet pour apprendre ALM en pdf | Formation informatique

[PDF] Cours complet pour apprendre ALM en pdf | Formation informatique

Pour dresser la liste des prestations futures, il faut disposer des données de base des rentiers, c'est-à-dire de la date de naissance, du sexe et du montant de la rente versée annuellement. Par simplification, nous calculerons les flux futurs annuellement et nous supposons qu'une gestion de trésorerie efficiente a été mise en œuvre par la caisse de pensions. De cette façon, nous nous concentrerons avec l'ALM uniquement sur le moyen et le long terme. Pour illustrer notre démarche, nous utiliserons la table EVK90 avec un taux technique de 4% dans nos simulations.

44 En savoir plus

[PDF] Formation avancé sur les Objets de Matlab | Cours informatique

[PDF] Formation avancé sur les Objets de Matlab | Cours informatique

5. Programmation orientée objets Ce chapitre présente la gestion des objets introduite depuis la version 2008b. Cette version permet notamment de gérer des objets par référence, c’est à dire qui peuvent être modifiés et qui gardent trace de leur modification (contrairement aux objets pre-2008). On commence par présenter la déclaration des objets, puis des différents types de méthodes (les fonctions assoxiées aux objets).

45 En savoir plus

[PDF] Cours de base VB.NET pas à pas avancé | Formation informatique

[PDF] Cours de base VB.NET pas à pas avancé | Formation informatique

Chaque instance d'une classe partage la même description mais chacune a des valeurs propres pour ses attributs (valeur de ses propriétés). Classe dans VB.NET[r]

13 En savoir plus

[PDF] Formation avancé du langage Fortran | Cours informatique

[PDF] Formation avancé du langage Fortran | Cours informatique

Elle permet de réserver pour un même programme, la même place en mémoire à des variables de noms distincts mais de mêmes types (éventuellement le type peut être distinct dans certains [r]

46 En savoir plus

Show all 10000 documents...