Haut PDF Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphérèse : expérience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech 41 Dans la plupart des cas, le remplacement du plasma retiré se fait à l’aide d’albumine 5% ou d’un mélange de l’albumine 5% avec du NaCl 0,9%. Si la perte de facteurs de la coagulation au cours des séances d’échanges plasmatiques répétées peut aboutir à des saignements actifs, s i le risque hémorragique est élevé comme dans le cas d’un purpura thrombotique thrombocytopénique (PTT), ou s’il y a un potentiel déficit d’une protéine spécifique chez le patient (comme le déficit de la métalloprotéase ADAMTS-13 chez les patients avec PTT), il est alors préférable de donner au patient du PFC contenant la protéine déficitaire. Les cristalloïdes, en raison du faible pouvoir d’expansion volumique, ne sont pas utilisés [4,17].
En savoir plus

134 En savoir plus

Prise en charge des gliomes de bas grade sus tentoriels de l'adulte Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des gliomes de bas grade sus tentoriels de l'adulte Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Expérience du service de neurochirurgie CHU Mohamed VI Marrakech 92 précoce, compatible avec une récidive chez sept patients sur 51 (14 %) [160]. Une nécrose est confirmée par une nouvelle chirurgie et l’anatomopathologie. Taal et al. ont présenté à l’ASCO, une série de 85 patients traités par résection et radiothérapie/TMZ concomitants : ils valident le terme de pseudoprogression pour 18 patients : dix présentent par la suite une réponse partielle ou complète (trois patients) [161]. Leur survie est comparable aux patients n’ayant pas progressé précocement [161]. Le mécanisme est peu connu : nécrose précoce ? Rupture de la barrière hématoencéphalique ? Pour ces patients, les recommandations du Canadian GBM Committee sont de poursuivre la chimiothérapie adjuvante pour trois cycles supplémentaires [162]. Nous disposons d’éléments pour faire la part d’une récidive précoce et d’une pseudoprogression : tout d’abord, le délai court si l’exérèse a été qualifiée de complète. Secondairement, l’imagerie : spectro-IRM [158], séquences de diffusion, TEP [164], ou SPECT au thallium peuvent être d’une aide intéressante. Une méthylation du précurseur de la MGMT peut engager le thérapeute à poursuivre la chimiothérapie adjuvante [165].
En savoir plus

179 En savoir plus

Prise en charge des ingestions caustiques svres exprience de service de chirurgie gnrale au CHU Mohammed VI -Marrakech-

Prise en charge des ingestions caustiques svres exprience de service de chirurgie gnrale au CHU Mohammed VI -Marrakech-

69 Résumé : Les ingestions caustiques sont une véritable urgence médico-chirurgicale, nécessitant une prise en charge multidisciplinaire. Le but de notre étude rétrospective réalisée entre 2007 et 2012, au service de chirurgie générale du centre hospitalier Ibn Tofaïl, est d’analyser les caractéristiques épidémiologiques, diagnostiques, thérapeutiques et évolutives des ingestions caustiques sévères. Les patients colligés dans cette étude sont au nombre de 26, (16 hommes et 10 femmes), soit un sexe ratio de 1,6. Ils sont âgés entre 20 et 72 ans (moyenne de 35 ans). 23% de nos patients ont eu un passé psychologique connu. Les circonstances accidentelles sont moins fréquentes (46,16%) que les formes volontaires (53,84%). L’esprit de sel (HCl) est le produit le plus utilisé (73,07%), suivi de l’eau de Javel (19,23%).
En savoir plus

107 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des prolapsus gnitaux : Exprience du service de gyncologie-obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge chirurgicale des prolapsus gnitaux : Exprience du service de gyncologie-obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

Pour l’instant aucune publication n’a montré l’efficacité de la rééducation dans la prise en charge des troubles de la statique pelvienne. d. Pessaire : Le pessaire est un dispositif placé dans le vagin pour soutenir les parois vaginales en prolapsus ou pour assurer une continence urinaire. Les pessaires ont pour avantage particulier de n’être que peu envahissants, en plus de fournir une atténuation immédiate des symptômes. Ces dispositifs constituent une excellente solution de rechange pour les femmes symptomatiques qui souhaitent encore connaître une grossesse, ainsi que pour celles qui choisissent d’avoir recours à une intervention non chirurgicale ou qui veulent obtenir un soulagement des symptômes avant la tenue d’une chirurgie. Les pessaires connaissent un regain de popularité et constituent une option pour la prise en charge du prolapsus et de l’incontinence chez les femmes de tous âges. Les pessaires sont principalement faits de silicone de qualité médicale; seuls les plus grands formats de pessaire sont faits d’acier chirurgical recouvert de silicone [127].
En savoir plus

216 En savoir plus

Prise en charge des mningiomes de ltage antrieur de la base du crne : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge des mningiomes de ltage antrieur de la base du crne : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Dans notre série, nous avons dénombré 15 cas de méningiomes du jugum soit 35,71% des méningiomes de l’étage antérieur, 14,42% des méningiomes de la base du crâne et 4,74% des m[r]

223 En savoir plus

L'intrt de l'abord antrieur dans la prise en charge de la hernie discale cervicale Exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

L'intrt de l'abord antrieur dans la prise en charge de la hernie discale cervicale Exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Tous nos patients ont été opérés par voie d’abord antéro-latérale, 78% ont bénéficié d’une discectomie avec arthrodèse par greffon iliaque renforcée par plaque cervicale antérieure. L[r]

159 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs de la rgion pinale Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs de la rgion pinale Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Résumé Les tumeurs de la région pinéale représentent une entité rare en neurochirurgie. Nous rapportant dans ce travail l’étude rétrospective d’une série de 14 cas de tumeurs de la région pinéale, colligées au service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech, durant 9 ans de 2003 à 2011. Ces tumeurs représentent 1,1% des tumeurs cérébrales. L'âge moyen de nos patients était de 30 ans avec un sex-ratio de 1. Le délai moyen de consultation était de 5 mois. Les manifestations cliniques restent dominées le syndrome d’hypertension intracrânienne (100%). Une tomodensitométrie (TDM) a été effectuée dans 100% et le recours à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) a concerné 85,7% des cas. Le dosage des marqueurs tumoraux réalisés dans 64,2%, ainsi que la cytologie du liquide céphalo-rachidien réalisée dans 42,8%, étaient tous deux négatifs. Le traitement chirurgical de l’hydrocéphalie (85,7%) et de la tumeur par biopsie (85,7%) ou par exérèse (14,2%), suivi d’une thérapie adjuvante adaptée (78,5%) était la conduite thérapeutique adoptée dans notre série. Les suites postopératoires étaient simples dans la plupart des cas. Les principales complications étaient les déficits neurologiques (7,1%) et la mortalité globale était de 7,1%. L’étude histopathologique a permis de trier 4 pinéaloblastomes, 2 pinéalocytomes, 2 germinomes et 3 tumeurs gliales.
En savoir plus

205 En savoir plus

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Résumé Objectif : Le but de notre étude est d’évaluer le profil des fractures ouvertes de jambe chez l’enfant sur les plans épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif dans la région de Marrakech. Patient et méthode : Il s’agit d’une étude rétrospective incluant les enfants pris en charge au service de traumatologie orthopédie pédiatrique du CHU MOHAMMED VI de Marrakech entre Janvier 2009 et Décembre 2013. Résultats et discussion : quatre-vingt-trois enfants sont inclus, les garçons représentent 78,3 %, la moyenne d’âge est de 8,75 ans, les accidents de la voie publique (AVP) sont incriminés dans 83,1 % des cas, les fractures à trait simple sont les plus fréquentes (83 %), le traitement était orthopédique dans 68,6 % des cas, la fermeture cutanée était primaire dans 79,5 % des cas, le recours aux lambeaux et greffes cutanées était nécessaire respectivement dans 10,8 % et 9,6 %. Le délai moyen de consolidation chez les enfants âgés de plus de 12 ans et ceux âgés de moins de 12 ans était respectivement de 14,8 semaines et 12,3 semaines, 12 % des enfants ont eu un retard de consolidation. Trente enfants sont suivis au long court, les séquelles étaient comme suit : déformation osseuse chez un enfant, raideur articulaire chez 3 enfants, restriction des activités sportives chez 6 enfants, l’évaluation globale est jugée bonne dans 63,4% des cas. Conclusion : La prédominance masculine est constante dans toutes les études, la principale cause des fractures ouvertes de jambe sont les AVP, le traitement
En savoir plus

113 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la sciatique  par hernie discale lombaire  Exprience du service de neurochirurgie du CHU  Mohammed VI de Marrakech sur une priode de 13 ans

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech sur une priode de 13 ans

La sciatique par hernie discale représente un problème de la santé publique, par sa fréquence et son retentissement socioprofessionnel. Notre travail est une étude rétrospective concernant 820 cas de sciatique par hernie discale, opérés au service de neurochirurgie de CHU Mohamed VI de Marrakech sur une période de de treize ans, allant de Janvier 2002 à Décembre 2014. Dans cette étude nous nous sommes proposé de dresser le profil épidémiologique, clinique, paraclinique, thérapeutique et évolutif, afin de rapporter l’expérience du service en matière de la prise en charge des sciatiques par hernie discale, et de comparer nos résultats avec les données de la littérature.
En savoir plus

158 En savoir plus

Lapport de lhypothermie slective dans la prise en charge de lencphalopathie anoxo-ischmique nonatale. Exprience du service de ranimation nonatale CHU Mohammed VI Marrakech

Lapport de lhypothermie slective dans la prise en charge de lencphalopathie anoxo-ischmique nonatale. Exprience du service de ranimation nonatale CHU Mohammed VI Marrakech

Soixante douze cas d’EHI ont été admis au service depuis 2012. Dix cas avaient une EHI SARNAT I, parmi 62 cas seulement 19 cas ont pu recevoir le protocole d’hypothermie. Pour les 19 nouveau-nés traités, le protocole a été appliqué avant 6 heures de vie. Les complications de l’asphyxie été comparable aux deux groupes avec enregistrement d’hypertension pulmonaire plus importante dans le groupe témoin. Les perdues de vue été plus marqués dans le groupe témoin. Le suivi à long terme des nouveau-nés du groupe protocole était normal dans presque la moitié des cas.
En savoir plus

109 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale du pied dun enfant portant une paralysie crbrale : Exprience du service dorthopdie traumatologie pdiatrique au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale du pied dun enfant portant une paralysie crbrale : Exprience du service dorthopdie traumatologie pdiatrique au CHU Mohammed VI de Marrakech

Pour les enfants qui ont la capacité de tenir debout, l’examen au podoscope permet d’apprécier l’appui réel et d’adapter les chaussures (parfois les chaussures orthopédiques), afin d’assurer une distribution uniforme des contraintes mécaniques en charge [31]. L’empreinte de référence (Figure 9) montre l’empreinte du talon postérieur ovoïde car l’appui y est plus marqué [39]. L’isthme est la zone d’appui du médio pied (arche latérale). Le bord externe est légèrement concave en dehors, sa largeur représente environ le tiers de la largeur de la zone d’appui de l’avant pied. La zone d’appui située sous les articulations métatarso-phalangiennes est la plus large (bande métatarsienne ou talon antérieur). Les pulpes des orteils ont toutes une zone d’appui ovalaire, à distance et en avant de la bande métatarsienne.
En savoir plus

148 En savoir plus

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

4 4 4 4.... Place des chimiothérapies Place des chimiothérapies :::: Place des chimiothérapies Place des chimiothérapies Le caractère transitoire des résultats obtenus par l’association « chirurgie plus radiothérapie » a conduit, dans les années 1970, à poser la question de l’intérêt de traitements, complémentaires ou combinés, par chimiothérapie. Ce retard par rapport aux autres cancers est dû à de nombreux facteurs et en particulier à l’échec des premières tentatives de chimiothérapie, à la prise en charge initiale de ces patients dans les milieux neurochirurgicaux peu familiers des traitements anticancéreux et à l’ensemble des facteurs qui ont fait et font considérer le tissu cérébral comme un site anatomiquement protégé par la barrière hémato-encéphalique.
En savoir plus

143 En savoir plus

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

We report 18 cases of encéphalocèles in our study in Neurosurgery department of university hospital Mohammed VI in Marrakesh for a period of 9 years from 2002 until 2011. The occipital location was the most frequent (67%) followed by the nasoethmoidale location and the front location and finally the parietal localization. All malformations were diagnosed on computed tomography but one case was diagnosed by resonance magnetic imaging. All cases be treated with surgical resection of the dysgénésis brain (a reduction of functional brain made in a single patient) and closure of the bone defect and the mother takes, with a good evolution in most cases (cases of meningitis and hydrocephalus postoperatively were noted).
En savoir plus

136 En savoir plus

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Sur le plan clinique, la douleur représente le symptôme le plus fréquent, mais plus de 60% des malades auront des manifestations neurologiques. [91] Les lésions peuvent être centrées au niveau du corps vertébral, de l’arc postérieur ou les deux. L’IRM est l’examen radiologique de choix et elle est nécessaire pour monter le siège de la lésion. L’aspect radiologique n’est pas spécifique et peut aussi évoquer un lymphome, une métastase ou une ostéomyélite. Une biopsie précoce est préconisée avant d’effectuer un geste thérapeutique approprié qui modifie le pronostic de la maladie. Les sarcomes d’Ewing sont connus pour leur radiosensibilité relative et les localisations rachidiennes sont Considérées à haut risque de rechute locale [99,98].
En savoir plus

159 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

L’évolution en postopératoire des patients ayant une malformation de Chiari est variable et peut dépendre de plusieurs facteurs pronostic tel que la présentation clinique, la présence o[r]

186 En savoir plus

Prise en charge intgre du patient obse: Exprience du service dEndocrinologie du CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Prise en charge intgre du patient obse: Exprience du service dEndocrinologie du CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Une revue critique de la littérature a eu pour objectif d’évaluer les effets de l’AP seule ou combinée à des modifications de l’alimentation sur la perte du poids (167). Cette étude montrait que les interventions qui associaient la prise en charge alimentation à l’exercice physique étaient plus efficaces que les interventions basées uniquement sur le régime alimentaire en terme de perte de poids à 6 mois, avec une perte de poids allant de 8 à 11%. Cependant, les interventions qui assuraient une activité physique d'intensité modérée à intense, sans régime prescrit, menées à une fréquence d'au moins trois à cinq fois par semaine avaient également entraîné une perte d'environ 2 à 3% du poids initial dans une durée de 6 mois. De plus, les interventions ciblant la marche et l’activité habituelle de faible intensité, qui visaient généralement l’augmentation graduelle des pas journaliers, semblent également produire des faibles taux de perte de poids de 1 à 1,5% du poids initial à 3–6 mois.
En savoir plus

158 En savoir plus

La prise en charge des malformations artrio-veineuses intracrniennes : exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI

La prise en charge des malformations artrio-veineuses intracrniennes : exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI

3- Signes et symptômes de MAV sans hémorragie : (52) Dans la plupart des cas, les MAV cérébrales présentent soit avec hémorragie ou des crises convulsives. Cependant, d'autres modes de présentation sont documentés. Dans une étude de 48 patients porteurs de MAV des hémisphères cérébraux, Pool et al. ont observé que les symptômes initiaux étaient l'hémorragie (42%), l'épilepsie (33%), une hémiparésie (23%), les céphalées (14%), l'aphasie (8%), ou bruit (2%). Brown et al. Ont également trouvé une variété de signes et de symptômes sur une présentation de 146 patients porteurs de MAV intracrâniennes symptomatiques. 25 patients présentaient des maux de tête attribuables à une MAV. A noter, seulement trois de ces patients avaient des lésions rompus. Douze patients ont présenté une ischémie focale, alors qu'un seul de ces patients a présenté une hémorragie. Les déficits neurologiques secondaires à l'effet de masse ont été trouvés chez cinq patients, dont aucun n'avait une MAV rompus. Trois autres patients ont présenté des bruits crâniens ou orbitaires. Parmi ceux-ci, un seul patient avait un MAV intracrânien rompu. Ainsi, les MAV s’expriment dans une variété de signes et de symptômes, et ces modes de présentation ne sont souvent pas représentatifs de l'intégrité de la lésion elle-même (52).
En savoir plus

157 En savoir plus

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

point des systèmes permettant un abord direct du canal rachidien ou du foramen sous contrôle endoscopique. b.2. Indications L’indication chirurgicale se pose devant une radiculalgie bien expliquée par la hernie discale qui résiste au traitement médical ou s’accompagne de signes neurologiques déficitaires. La technique endoscopique convient à tous les types de hernie discale, y compris aux récidives [176, 177]. Si ses avantages peuvent être discutés pour une hernie simple chez un patient maigre, ils deviennent manifestes dans toutes les situations profondes telles que les hernies foraminales ou extra-foraminales ou chez des patients obèses, situations dans lesquelles, l’incision cutanée reste de la même taille. Cette technique endoscopique peut également être utilisée dans les canaux lombaires étroits lorsque la sténose prédomine à un seul niveau.
En savoir plus

241 En savoir plus

Prise en charge des atrsies des voies biliaires au service de chirurgie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des atrsies des voies biliaires au service de chirurgie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

2. Conséquences de la cholestase 2-1 L’accumulation des constituants normalement éliminés dans la bile est à l’origine des manifestations cliniques de la cholestase. L’ictère en est la manifestation la plus courante. Il résulte de l’accumulation sanguine de la bilirubine. Le prurit, très fréquemment observé, serait secondaire à l’augmentation sanguine du taux d’acide biliaires et d’autres substances prurit gènes, en particulier les endorphines. Lors de cholestases prolongées, l’accumulation de lipides entraîne des xanthomes et des xanthélasmas. Les autres manifestations cliniques sont en rapport avec la diminution de la concentration intestinale des acides biliaires par interruption du cycle entéro- hépatique, entrainant un malabsorption de graisses alimentaires et de vitamines liposolubles (A, D, E, K). L’évolution des maladies cholestatiques chroniques peut être marquée par l’apparition de signes d’insuffisance hépatocellulaire et d’hypertension portale, faisant poser l’indication d’une transplantation hépatique.
En savoir plus

171 En savoir plus

Linfertilit dorigine gntique : exprience du service de gntique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Linfertilit dorigine gntique : exprience du service de gntique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Tout comme pour l’insémination artificielle, dans le cadre de la FIV, il est nécessaire d’obtenir la maturation de plusieurs follicules grâce à des inducteurs d’ovulation[256]. 1.3. Insémination intra utérine ou fécondation in vitro ? Goverde [258] et Tanahatoe [259] ont démontré que l’IIU avec stimulation ovarienne fournit le même taux de grossesse que la FIV mais à plus faible coût. Aboulghar [260,261] a proposé de limiter à 3 le nombre optimal d’IIU avant le recours à la FIV (39,2 % de taux cumulatif de grossesse sur 3 cycles versus 5,2 % sur les cycles 4-6). Dans l’infertilité inexpliquée, la revue de la littérature montre donc un intérêt certain à l’association stimulation de l’ovulation-IIU au début de la prise en charge, en termes de grossesse et d’enfants nés vivants. Il est important de noter que dans ces études, la mention de l’âge de la femme n’est pas prise en compte, ce qui peut modifier la stratégie[262].
En savoir plus

159 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes