Haut PDF Mécanismes moléculaires d’activation du récepteur A des peptides natriurétiques

Mécanismes moléculaires d’activation du récepteur A des peptides natriurétiques

Mécanismes moléculaires d’activation du récepteur A des peptides natriurétiques

un changement de conformation dans la région juxtamembraine extracellulaire. En effet, la liaison de l’ANP conduit à une augmentation de la sensibilité de la région juxtamembranaire aux protéases (Huo, Abe et al. 1999). De plus, la mutation C423S, qui fait disparaitre une boucle intrachaîne fermée par un pont disulfure en laissant la cystéine 432 libre, produit un récepteur dimérique covalent et constitutivement actif (Labrecque, Mc Nicoll et al. 1999). Le mutant D435C, quant à lui, présente une cystéine libre 3 résidus en aval de la cystéine 432 et ne forme un dimère covalent qu’en présence d’ANP (Labrecque, Deschenes et al. 2001). Ensemble, ces données suggèrent que la liaison de l’ANP entraine un changement de conformation, tel un mouvement latéral ou une rotation des domaines juxtamembranaires de chaque sous unité. Des études cristallographiques de la forme soluble de l’ECD du NPRA complexé ou non à l’ANP ont confirmé l’hypothèse d’un changement de conformation des domaines juxtamembranaires, bien que la documentation structurale de cette région ne soit que partielle (Misono, Ogawa et al. 2005). La conformation correcte du domaine juxtamembranaire est en effet probablement dépendante de son ancrage dans la membrane plasmique. Le changement de conformation du domaine juxtamembranaire semble donc jouer un rôle crucial dans la transduction du signal à travers la membrane. Ce mécanisme de transduction reste cependant à être identifié, dans le contexte d’un récepteur natif pleine longueur. Pour certains récepteurs des cytokines et les récepteurs à activité tyrosine kinase, le mécanisme communément proposé implique une rotation des sous unités dans le récepteur dimérique (Bell, Tynan et al. 2000; Moriki, Maruyama et al. 2001; Brown, Adams et al. 2005; Lu, Gross et al. 2006). Les auteurs des études cristallographiques de l’ECD de NPRA avaient également proposé un mécanisme de rotation (Misono, Ogawa et al. 2005).
En savoir plus

253 En savoir plus

Mécanismes moléculaires de régulation de l'activité du récepteur A des peptides natriurétiques

Mécanismes moléculaires de régulation de l'activité du récepteur A des peptides natriurétiques

Le récepteur NPR-A est impliqué dans la régulation de plusieurs fonctions dans divers tissus, menant à une réduction globale de la pression sanguine. Il est également impliqué dans l’inh[r]

269 En savoir plus

Régulation du cycle cellulaire par le récepteur natriurétique de type C dans les cellules du muscle lisse vasculaire : mécanismes moléculaires

Régulation du cycle cellulaire par le récepteur natriurétique de type C dans les cellules du muscle lisse vasculaire : mécanismes moléculaires

3.5 La voie de la Phosphoinositide 3-kinase Une autre voie activée par l’Ang II est la voie des phosphoinositide 3-kinase (PI3K). Les PI3K constituent une famille de lipides kinases importante dans la transduction des signaux cellulaires. Elles sont impliquées dans la croissance, la prolifération, la différenciation et la mobilité cellulaires. Il existe 3 classes de PI3K : la classe I, la classe II et la classe III. Cette classification est basée sur leur structure primaire, leur régulation et leur substrat in vitro. La classe I est la forme prédominante du système vasculaire. Les PI3K de classe I des protéines hétérodimériques composées d’une sous-unité catalytique (p110) et d’une sous-unité régulatrice (p85 ou p101) (Leevers, Vanhaesebroeck, et Waterfield, 1999). Cette classe est activée par les récepteurs tyrosines kinases et par les RCPG. Les PI3Ks catalysent la formation de phosphatidylinositols (PtdIns) (3,4,5)P3, ce qui conduit à l’activation de plusieurs protéines kinases dont la protéine AKT (également appelée PKB) (Oudit et al., 2004). L’utilisation d’inhibiteurs pharmacologiques ciblant la PI3K par Seki et al. a permis de faire la démonstration que l’augmentation de calcium intracellulaire par l’Ang II dans les CMLV requiert l’activation de la PI3K (Seki, Yokoshiki, Sunagawa, Nakamura, et Sperelakis, 1999). De plus, Vecchione et al. ont montré que la délétion de la sous-unité p110γ dans des modèles de souris transgéniques avait un effet protecteur contre l’hypertension induite par l’administration d’Ang II in vivo (Vecchione et al., 2005). Ces études soulignent l’importance primordiale de la PI3K dans la transduction des signaux moléculaires de l’Ang II tant in vitro qu’in vivo.
En savoir plus

92 En savoir plus

Les peptides natriurétiques : une nouvelle voie de régulation de la lipolyse chez l'homme

Les peptides natriurétiques : une nouvelle voie de régulation de la lipolyse chez l'homme

Les mécanismes de régulation de la lipolyse dans l’adi- pocyte humain semblaient être bien établis [1] . Les caractéristiques structurales de la lipase hormono- sensible (LHS), enzyme limitante du processus lipoly- tique, les partenaires protéiques intervenant dans le complexe lipolytique et les mécanismes d’activation de l’enzyme ont été bien définis [2] (Figure 1) . L’activation de la LHS est sous le contrôle de l’AMP cyclique (AMPc) et de la protéine kinase A (PKA) qui phosphoryle l’en- zyme. L’activation de la LHS, enzyme limitante du pro- cessus lipolytique, conduit à l’hydrolyse des tri- et diglycérides de l’adipocyte. L’hydrolyse terminale des monoglycérides est assurée par une lipase des mono- glycérides, enzyme abondante et non réglée par les hor- mones, dont l’activation conduit à la libération par l’adipocyte d’acides gras non estérifiés (AGNE) et de glycérol [2, 3] .
En savoir plus

6 En savoir plus

Les peptides natriurétiques : Une nouvelle voie de régulation de la lipolyse chez l’homme

Les peptides natriurétiques : Une nouvelle voie de régulation de la lipolyse chez l’homme

dans l’adipocyte humain. L’effet des peptides natriurétiques est sans incidence sur les taux d’AMPc intracellulaire ou l’activation de la PKA et est insensible à toute modulation de l’activité des systèmes inhibiteurs de l’adénylyl cyclase. De plus, ces peptides n’ont aucun effet sur l’activité de la PDE-3B, enzyme qui dégrade l’AMPc [12] . En fait, la stimulation du récepteur NPR-A, doté d’une activité guanylyl cyclase intrinsèque, est associée à une augmenta- tion importante et soute- nue des taux intracellu- laires de GMP cyclique (GMPc). Cette production de GMPc est suivie de l’ac- tivation d’une protéine kinase dépendant du GMPc (PKG) de type cGK-I que nous avons identifiée dans l’adipocyte humain. Cette activation est associée à la phosphorylation de la périlipine A, protéine enveloppant la gouttelette lipidique et élément important du dispositif lipolytique, et de la LHS; ces deux événements pré- cèdent l’activation de la lipolyse [13] . Il est à remarquer que l’insuline n’a aucune incidence sur les effets lipolytiques de l’ANP puisque les actions antilipolytiques de l’insu- line sont exercées par le contrôle des taux d’AMPc
En savoir plus

5 En savoir plus

Caractérisation des mécanismes moléculaires impliqués dans l'activité anti-cancéreuse du Tamoxifène et de la Dendrogénine A

Caractérisation des mécanismes moléculaires impliqués dans l'activité anti-cancéreuse du Tamoxifène et de la Dendrogénine A

1.6.1) Les coactivateurs Les coactivateurs (Figure 31) sont recrutés par un récepteur nucléaire lorsqu’il est dans une conformation agoniste. Dans cette conformation, le récepteur nucléaire présente une surface d’interaction complémentaire avec un motif présent sur les coactivateurs transcriptionnels, il s’agit d’une séquence consensus LxxLL (L = Leucine ; X = acide aminé quelconque), responsable de l’interaction entre un coactivateur et un récepteur nucléaire. Plusieurs types de coactivateurs existent parmi lesquels on compte p160/SRC, TRBP, TRAP et PGC. Chaque type de coactivateurs contient des domaines d’interactions différents avec d’autres corégulateurs transcriptionnels ce qui détermine la composition du complexe de corégulateur formé suivant le coactivateur recruté par un récepteur nucléaire activé. Les corégulateurs recrutés par le coactivateur possèdent des activités enzymatiques et des domaines d’interaction avec d’autres corégulateurs responsables du recrutement séquentiel de l’ensemble des acteurs moléculaires du complexe 175 . Les activités enzymatiques associées aux coactivateurs des récepteurs nucléaires permettent la décondensation de la chromatine pour rendre les séquences promotrices accessibles aux facteurs généraux de transcription. La décondensation de la chromatine est effectuée par des Histone AcétylTransférases (HATs) telle que P300/CBP ou des Histone MéthylTransférases (HMTs) comme CARM1, qui acétylent ou méthylent la queue des histones, ce qui a pour conséquence de diminuer leur affinité pour l’ADN 289 . Le complexe SWI/SNF se charge ensuite de l’éviction des histones de l’ADN, ce qui génère des portions d’ADN nu propices à la fixation des facteurs généraux d’initiation de la transcription sur le promoteur à proximité du complexe d’activation du récepteur nucléaire. Le complexe Mediator a un rôle d’intermédiaire en interagissant avec des coactivateurs et en communiquant avec l’ARN polymérase II et les facteurs généraux de transcription pour le recrutement de la machinerie de transcription sur un promoteur activé par un récepteur nucléaire 290 . Après que l’ensemble du complexe général de transcription soit positionné correctement, la transcription du gène cible démarre, conduisant à son expression dans la cellule 130, 175, 271, 288 .
En savoir plus

362 En savoir plus

Rôle des peptides natriurétiques dans la régulation de l'homéostasie glucidique

Rôle des peptides natriurétiques dans la régulation de l'homéostasie glucidique

après ajustement pour l’IMC indique que l’expression du NPRA adipocytaire est très étroitement liée à la sensibilité à l’insuline. Ces observations nous ont donc amenés à étudier le rôle des PN dans la régulation du métabolisme glucidique adipocytaire. Nous observons tout d'abord que l'ANP augmente de façon dose dépendante le transport de glucose dans des adipocytes isolés humains issus de dermolipectomies abdominales et que cela est additif avec un traitement à l'insuline à faibles doses. Nous reproduisons ensuite ces effets concernant le transport de glucose dans des hMADS, un modèle de cellules souches humaines pouvant se différencier en adipocytes et utilisé en routine dans notre laboratoire (Bezaire, Mairal et al. 2009, Girousse, Tavernier et al. 2013). Ce modèle possède les éléments de la voie de signalisation aux NPR (données personnelles) et montre une activité lipolytique en réponse à une stimulation aux PN (Rodriguez, Elabd et al. 2004). L'utilisation d'un inhibiteur pharmacologique de PKG inhibe le transport de glucose induit par les PN. Jusqu'à présent, les effets adipocytaires du GMPc/PKG avaient été mis en parallèle de ceux de l'AMPc/PKA puisqu'ils activent tous deux les mêmes cibles moléculaires lors de la lipolyse (LHS et Périlipine 1) (Sengenes, Bouloumie et al. 2003) ou lors du brunissement (p38 MAPK) (Bordicchia, Liu et al. 2012). Cependant, nos expériences rapportent un découplage des effets de PKG et de PKA sur le transport de glucose dans l'adipocyte. Et pour cause, il a été démontré que l'inhibition du transport de glucose par les catécholamines nécessite l'activation de la lipolyse, ce qui entraîne la dissociation du complexe mTORC1/2 (Mullins, Wang et al. 2014). Si l'activation du GMPc par le NO avait déjà été décrite pour augmenter le transport de glucose dans le muscle squelettique humain (Deshmukh, Long et al. 2010), c'est la première étude à mettre en évidence l'activation du transport de glucose par les PN dans l'adipocyte humain.
En savoir plus

259 En savoir plus

Rôle des déterminants moléculaires impliqués dans la signalisation du récepteur urotensine II

Rôle des déterminants moléculaires impliqués dans la signalisation du récepteur urotensine II

Avec ces deux séries d ’expériences, nous avons étudié une voie de signalisation complète, allant de l’activation de la sous unité G aq jusqu’à la quantification du second messager activé par cette sous unité. La sous unité G aq induit également l’activation de la protéine Kinase C. Cette dernière va activer la cascade des MAPK. Dans cette étude, nous nous sommes intéressé à la cinétique d’activation de cette voie de signalisation en utilisant des inhibiteurs dirigés contre les isoformes a, p, y, 8, Ç et p de la PKC et contre l’EGFR. L’activation de cette voie de signalisation montre des profils d’activation différents entre les ligands de cette étude. UII, URP et UII (4-11) montrent une cinétique d’activation similaire avec un pic d’activation à 20 minutes puis une légère diminution dans le temps. En ce qui concerne l’Om5 URP et l’Om8 UII, ces ligands montrent le même profil d’activation dans le temps mais induisent un Emax à 20 minutes, inférieur au profil des cinétiques des ligands UII et URP. En revanche, la Nle8 UII montre un pic d’activation à 5 minutes, puis une chute brutale de la phosphorylation, pour revenir au niveau basai à 60 minutes. L’urantide, montre également un pic d’activation à 5 minutes, puis une légère baisse de la phosphorylation des ERK1/2 entre 5 et 15 minutes pour ensuite réinduire une activation maximale à 20 minutes pour ensuite diminuer sans revenir à l’état basai au bout d ’une heure. Cela suggère un double mécanisme d’activation qui serait plus dissocié que pour les autres ligands de l’étude. Ces mécanismes pourraient être la PKC et la transactivation de l’EGFR.
En savoir plus

73 En savoir plus

Régulation des mécanismes cellulaires et moléculaires associés au remodelage

Régulation des mécanismes cellulaires et moléculaires associés au remodelage

1.5.5 Métabolisme des lipides et MVR En plus d'une augmentation de la glycolyse, les CMLV dans les MVR sont associées à une augmentation du métabolisme des acides gras. En effet, une récente étude a montré le rôle essentiel de l'oxydation des acides gras dans le métabolisme des pathologies vasculaires à remodelage (Sutendra et al., 2010). Puisque l'oxydation du glucose ne peut se faire dans la mitochondrie par l'inhibition de la PDH, il y a transfert de production d'énergie par l'oxydation des acides gras dans la mitochondrie, mécanisme appelé le cycle de Randle (Randle, 1998). En effet, cette dégradation des acides gras permet de produire aussi de l'acétyl-CoA et entrer dans le cycle de Krebs. Le groupe de Sutendra a utilisé un modèle de souris où le gène de la Malonyl-CoA decarboxylase (MCD) était inactivé et a démontré que ces souris ne développaient pas d'HTAP (Sutendra et al., 2010). La MCD est une enzyme essentielle dans la régulation du métabolisme des acides gras. De plus, dans les MVR, plusieurs enzymes du métabolisme des acides gras sont régulées à la hausse par le récepteur activé de prolifération des peroxysomes (PPAR) «peroxisome proliferator- activated receptor», qui est un récepteur nucléaire agissant à titre de facteur de transcription de gènes dans le métabolisme. PPAR est distingué en trois types : alpha, delta et gamma. Dans les MVR, l'isoforme PPARy se distingue par son activation accrue dans les CMLV aboutissant à une augmentation de la prise des acides gras et à une augmentation de prolifération des cellules (Rabinovitch, 2010). Finalement, PPARy serait de plus une cible de HIF-1 (Krishnan et al., 2009).
En savoir plus

108 En savoir plus

Contrôle du métabolisme énergétique par les peptides natriurétiques

Contrôle du métabolisme énergétique par les peptides natriurétiques

Régulation de la lipolyse et de la thermogenèse Nos travaux ont mis en évidence un effet lipolytique puissant des peptides natriu- rétiques sur des adipocytes humains isolés. Le mécanisme implique une acti- vation du récepteur NPRA, une augmen- tation des taux intracellulaires de GMPc et une activation de l’une des enzymes limitantes de la lipolyse, la lipase hor- monosensible [2] . Une injection d’ANP in situ dans le tissu adipeux sous-cutané abdominal, par microdialyse ou par voie intraveineuse, active la lipolyse et la mobilisation d’acides gras. Nous avons également montré que l’ANP, perfusé à des doses mimant les variations phy- siologiques, stimule la mobilisation et l’oxydation des lipides chez des volon- taires sains, aussi bien à jeun qu’en période postprandiale [6] . Nous avons enfin pu établir un lien entre l’augmen- tation des niveaux circulants de pep- tides natriurétiques observée au cours d’un exercice aigu et la mobilisation des lipides [7] .
En savoir plus

3 En savoir plus

Pharmacogénomique de la voie de glucuronidation : mécanismes moléculaires et impact clinique

Pharmacogénomique de la voie de glucuronidation : mécanismes moléculaires et impact clinique

7 la seconde considérant qu’une validation prospective est suffisante (Filipski et al., 2014; Kapoor et al., 2016; van der Wouden et al., 2016). Cette divergence dans le type de validation nécessaire pour porter le marqueur en clinique, en plus du temps et du coût nécessaire à la réalisation de l’étude peuvent considérablement ralentir l’arrivée du marqueur en clinique. Ensuite, un test génétique dont la validité analytique et clinique a été démontrée doit être disponible. Son utilisation devrait permettre d’améliorer l’issue clinique pour le patient. L’utilité clinique repose sur le fait qu’un test réalisé en lien avec un traitement propose une alternative (par exemple une modulation de la dose ou une autre thérapie efficace) à un patient qui présente un risque de toxicité ou d’absence de réponse au traitement pour lequel le test a été effectué (Relling et al., 2015). La rentabilité pour le système de santé et la prise en charge des coûts associés sont aussi des facteurs à prendre en compte dans la mise en application clinique du marqueur et peuvent limiter son développement. Enfin, le manque de formation et d’information des professionnels de santé a été identifié comme une des causes majeures de la difficulté à implanter la pharmacogénomique en clinique (Relling et al., 2015; van der Wouden et al., 2016). Des consortiums internationaux (CPIC, DPWG, U-PGx, etc.) ont donc été créés pour informer les cliniciens sur les tests génétiques et établir des lignes directrices standardisées afin de les aider à adapter la prescription efficacement selon le profil génétique du patient.
En savoir plus

285 En savoir plus

Identification des mécanismes de résistance de V. cholerae aux peptides antimicrobiens

Identification des mécanismes de résistance de V. cholerae aux peptides antimicrobiens

Vibrio. Les espèces de V. cholerae sont classifiées en plus de 200 sérogroupes dont deux seulement ont la capacité à produire la TC, caractéristique du choléra : O1 et O139. Les sérogroupes se distinguent selon la structure et la composition de l’antigène O du lipopolysaccharide (LPS) 11 . A l’intérieur d’un même sérogroupe, les souches sont divisées en biotypes selon des paramètres physiologiques et biochimiques tels que la résistance à la polymixine B (PmB) 12 , la séquence de certains gènes, des tests d’hémolyse 13 , des tests de sensibilité aux phages ou encore via la réaction de Vosges-Prokauer, (Figure 1) 14 . Parmi le sérogroupe O1, par exemple, on distingue les biotypes classiques et El Tor. Ces biotypes sont eux-mêmes divisés en 3 sérotypes : Inaba, Ogawa et Hikojima. Ces sérotypes se différencient par la présence à la surface des souches de différents antigènes : A, B et C (Figure 1). Les sérotypes Inaba et Ogawa présentent respectivement l’antigène C et B 15 et partagent l’antigène A alors que le sérotype Hikojima présente les antigènes A, B et C (Figure 1) 16 .
En savoir plus

122 En savoir plus

Mécanismes moléculaires de la rétrotransposition de l'élément L1 humain

Mécanismes moléculaires de la rétrotransposition de l'élément L1 humain

L1 retrotransposons have a prominent role in reshaping mammalian genomes. To replicate, the L1 ribonucleoprotein particle (RNP) first uses its endonuclease (EN) to nick the genomic DNA. The newly generated DNA end is subsequently used as a primer to initiate reverse transcription within the L1 RNA poly(A) tail, a process known as target-primed reverse transcription (TPRT). Prior studies demonstrated that most L1 insertions occur into sequences related to the L1 EN consensus sequence (degenerate 59-TTTT/A-39 sites) and frequently preceded by imperfect T-tracts. However, it is currently unclear whether—and to which degree—the liberated 39-hydroxyl extremity on the genomic DNA needs to be accessible and complementary to the poly(A) tail of the L1 RNA for efficient priming of reverse transcription. Here, we employed a direct assay for the initiation of L1 reverse transcription to define the molecular rules that guide this process. First, efficient priming is detected with as few as 4 matching nucleotides at the primer 39 end. Second, L1 RNP can tolerate terminal mismatches if they are compensated within the 10 last bases of the primer by an increased number of matching nucleotides. All terminal mismatches are not equally detrimental to DNA extension, a C being extended at higher levels than an A or a G. Third, efficient priming in the context of duplex DNA requires a 39 overhang. This suggests the possible existence of additional DNA processing steps, which generate a single-stranded 39 end to allow L1 reverse transcription. Based on these data we propose that the specificity of L1 reverse transcription initiation contributes, together with the specificity of the initial EN cleavage, to the distribution of new L1 insertions within the human genome.
En savoir plus

201 En savoir plus

Mécanismes de régulation du trafic et de l’activité du récepteur GABAB

Mécanismes de régulation du trafic et de l’activité du récepteur GABAB

Introduction Le corps humain est composé de milliards de cellules, possédant des fonctions variées, qui, regroupées en organes, doivent agir de concert pour assurer l’homéostasie et ajuster le corps à son environnement. Le processus qui permet aux cellules de communiquer les unes avec les autres est nommé signalisation cellulaire. Ce terme global peut représenter une panoplie de mécanismes moléculaires et cellulaires, car plusieurs cellules de natures différentes doivent communiquer entre elles, parfois sur de courtes distances, parfois sur l’entièreté ou presque du corps. À cette fin, les cellules émettent une multitude de molécules de signalisation, tels des hormones, neurotransmetteurs, etc. Ces molécules de signalisation sont de tailles variables, pouvant être aussi petites que des ions et aussi larges que des protéines. Ces molécules peuvent avoir une action autocrine, donc sur le tissu émetteur, ou paracrine, sur un tissu distinct, mais rapproché. Lorsque l’action de la molécule se fait à distance, par exemple via la circulation sanguine, on parle plutôt d’un effet endocrine. Les molécules de signalisation peuvent être divisées en deux grandes classes, soit les molécules qui pénètrent les membranes cellulaires et celles qui ne les pénètrent pas. Les molécules pouvant traverser la membrane ont généralement des cibles à l’intérieur de la cellule visée, souvent des récepteurs nucléaires, tandis que les molécules ne pouvant pas traverser la membrane doivent agir directement à la surface de la cellule cible. Les cellules possèdent donc des récepteurs, qui sont des protéines permettant la liaison de la molécule de signalisation et qui sont ensuite en mesure de traduire le signal en réponse cellulaire. On peut retrouver des récepteurs dans la très grande majorité des organelles d’une cellule. Les récepteurs membranaires sont responsables de la réception d’un signal de l’extérieur de la cellule pour ensuite le transmettre vers l’intérieur.
En savoir plus

285 En savoir plus

Étude des mécanismes de rétention du récepteur opioïde delta

Étude des mécanismes de rétention du récepteur opioïde delta

mécanismes de contrôle de qualité du RE (Petäjä-Repo et al., 2000) et envoyé à la dégradation (Petäjä-Repo et al., 2001). Selon les travaux d’Ulla Petäjä-Repo, DOPr est retenu par la calnexine, une protéine impliquée dans le contrôle qualité des glycoprotéines. Le DOPr ne passe pas l’étape de contrôle qualité du cycle de la calnexine car il a de la difficulté à adopter une conformation stable. À cause de cette rétention, il se produit une accumulation de DOPr au RE et ces récepteurs sont dirigés vers le cytoplasme pour être dégradés par l’ERAD de manière dépendante de l' ubiquitine (Petäjä-Repo et al., 2001). La calnexine reconnait le DOPr grâce à des sites de N-glycosylation (N18 et N33) et leurs mutations diminuent la rétention et augmentent le transport de DOPr vers la surface membranaire (Markkanen & Petäjä-Repo, 2008). Cependant, le cycle calnexine est une étape importante dans le repliement de DOPr. Lorsque les sites d’interactions avec la calnexine sont mutés, DOPr perd sa capacité à lier la diprenorphine, ce qui suggère qu’il a une structure inadéquate (Markkanen & Petäjä-Repo, 2008). L’hypothèse de la difficulté de repliement de DOPr est aussi supportée par l’efficacité des antagonistes perméants à la membrane plasmique d’agir comme chaperonnes pharmacologiques et d’augmenter la maturation de DOPr (Petäjä-Repo et al., 2002). La chaperonne pharmacologique agit au RE en se liant au récepteur nouvellement synthétisé puis le stabilise dans la bonne conformation, lui permettant de passer les étapes de contrôle qualité (Leskelä et al., 2007). Ceci est en accord avec les études de stabilité thermique des protéines où elle est accrue par la liaison d’un ligand (Shrake & Ross, 1990). En utilisant DOPr C27, un polymorphisme naturellement présent chez 10% des humains possédant une expression de surface plus faible, l’équipe d’Ulla a montré que le cycle de la calnexine n’est pas le seul mécanisme de rétention de DOPr et qu’il pourrait y en avoir d’autres impliqués (Lackman et al., 2014). Les travaux d’Ulla ont aussi montré que la protéine sarco/endoplasmic reticulum calcium ATPase 2b (SERCA2b) joue un rôle important dans la maturation du DOPr. La liaison entre DOPr et SERCA2b se produirait de manière co-traductionnelle. SERCA2B aurait un rôle direct dans le repliement de DOPr. Dans un mécanisme semblable aux protéines chaperonnes HSP, (heat shock protein), la liaison de SERCA2B au DOPr ralentirait le repliement de DOPr, et lui éviterait de prendre une mauvaise conformation (Tuusa et al., 2010). De plus, SERCA2b est un transporteur de Ca 2+ activé par une diminution de la
En savoir plus

109 En savoir plus

Des mécanismes moléculaires conservés contrôlent la polarité cellulaire

Des mécanismes moléculaires conservés contrôlent la polarité cellulaire

cellules en migration (Figure 1). L’ex- pression d’une forme tronquée d’APC dépourvue des domaines de liaison aux microtubules, fréquente dans les cas génétiques de cancer colorectal [12] , inhibe la réorientation du centrosome. Cette forme tronquée d’APC pourrait donc contribuer à la formation de tumeurs colorectales par deux méca- nismes : d’une part, une augmentation de la transcription (voie de signalisa- tion de type Wnt) conduisant à une aug- mentation des divisions cellulaires, d’autre part, l’induction d’une perte de la polarité des cellules épithéliales de l’intestin, source d’instabilité géné- tique au cours des divisions cellulaires. L’étude de la migration astrocytaire a donc mis en évidence un lien entre deux voies de signalisation conservées, Cdc42- Par6-aPKC et GSK3-APC, qui convergent pour établir la polarité cellulaire. Quant au caractère systématique de ce lien dans l’établissement de la
En savoir plus

3 En savoir plus

Pathogénie de la maladie d'Alzheimer: les mécanismes moléculaires et cellulaires

Pathogénie de la maladie d'Alzheimer: les mécanismes moléculaires et cellulaires

n o u v e L L e s s t r at é g I e s t h é r a p e u t I q u e s Les thérapeutiques pharmacologiques pro- posées à l’heure actuelle dans la démence d’Alzheimer sont avant tout symptomatiques. Il s’agit de la mémantine, un antagoniste des récepteurs NMDA, qui cible l’excitotoxicité du glutamate et des inhibiteurs de l’acétylcho- linestérase qui visent à compenser la perte des neurones cholinergiques du noyau basal de Meynert. Selon l’hypothèse «cholinergique» de la maladie d’Alzheimer, la dégénérescence des neurones cholinergiques du noyau basal provo- querait un dysfonctionnement au niveau des ter- minaisons cholinergiques de l’hippocampe et du néocortex entraînant des troubles mnésiques et d’autres symptômes cognitifs. Compte tenu des mécanismes d’action des inhibiteurs de l’acé- tylcholinestérase, ces traitements ne prétendent pas modifier le cours de la maladie, mais visent plutôt à ralentir ou à temporairement diminuer certains symptômes. Les progrès récents des connaissances sur les mécanismes pathogéni- ques moléculaires décrits ci-dessus augurent de stratégies thérapeutiques plus efficaces dont cer- taines font déjà l’objet d’essais chez l’Homme. Nous les avons résumées dans le tableau II.
En savoir plus

8 En savoir plus

Les complexes de Merkel - De l’histologie ancienne aux mécanismes moléculaires du toucher

Les complexes de Merkel - De l’histologie ancienne aux mécanismes moléculaires du toucher

Figure 2. Modèle de transduction mécanique dans le complexe de Merkel. A. Une stimulation mécanique appliquée sur le complexe active les canaux ioniques cationiques mécanosensibles Piezo 2 des cellules de Merkel. L’entrée des cations dépolarise la cellule de Merkel et active des canaux calciques dépendants du potentiel (CaV). On suppose que cette augmentation de Ca 2+ entraîne la libération d’un neuromédiateur (encore inconnu) qui active des récepteurs sur la terminaison de la fibre sensorielle A. Des données immunohistochimiques suggèrent également la présence de canaux Piezo 2 sur la terminaison des fibres A, mais l’enregistre- ment de courants mécanosensibles à ce niveau n’a pas été réalisé. Le rôle des kératinocytes (non représentés) reste inconnu. B. Schéma du haut : en conditions normales, la réponse du complexe entraîne au niveau de la fibre sensorielle A une décharge à bas seuil d’activation, avec une bouffée initiale de potentiels d’action et une adaptation lente à la pression. Schéma du bas : en absence de canaux Piezo 2 dans la cellule de Merkel, la fréquence de la bouffée initiale est réduite et on perd la phase d’adaptation lente. Le complexe perd donc sa capacité à coder pour une pression continue.
En savoir plus

3 En savoir plus

Étude des mécanismes moléculaires permettant à DLK de réguler la neuritogenèse

Étude des mécanismes moléculaires permettant à DLK de réguler la neuritogenèse

SOMMAIRE Les rôles de DLK (‘dual leucine zipper kinase’) dans le système nerveux sont relativement bien décrits dans la littérature. Elle est, entre autres, impliquée dans la formation et la croissance des neurites. Cette propriété que possède DLK est attribuable, au moins en partie, à son effet sur le cytosquelette. Plusieurs protéines associées aux microtubules telles que DCX, Map1b et Map2 participent à l’assemblage des microtubules, l’élongation des neurites et sont parmi les effecteurs de l’axe signalisation qui médient la réorganisation cytosquelettique. Cependant, il existe plusieurs autres effecteurs de DLK et certains d’entre eux restent à être identifiés. Considérant l’importance de la régulation du cytosquelette dans la neuritogenèse et l’implication de DLK dans ce processus, on supposait que la recherche de ces effecteurs révèlerait des protéines fonctionnellement associées au cytosquelette ou en faisant partie. Nous désirions, donc, durant mon projet de maîtrise, contribuer à l’identification de ces effecteurs et caractériser le rôle particulier d’un de ces effecteurs dans la neuritogenèse. L’analyse comparative du phosphoprotéome des cellules Neuro-2a déplétées de DLK a révélé plusieurs peptides différentiellement phosphorylés dont deux phosphopeptides et, ainsi, deux sites de phosphorylation de la nestine (S1837, S894) étant significativement moins phosphorylés lorsque DLK est déplété. La génération de mutants et la quantification de leur expression ont permis d’observer la diminution de la stabilité de la nestine S894D/S1837D. De plus, la transfection du mutant S894A/S1837A a inhibé la croissance des neurites, ce qui suggère que la réduction de la stabilité de la nestine est nécessaire à la neuritogenèse. Elle est également fortement induite par la déplétion de la nestine. Ces observations suggèrent que DLK favorise la neuritogenèse en inhibant la nestine grâce à la régulation de sa phosphorylation aux résidus sérines 894 et 1837.
En savoir plus

96 En savoir plus

Caractérisation des mécanismes moléculaires de la polykystose rénale autosomique dominante

Caractérisation des mécanismes moléculaires de la polykystose rénale autosomique dominante

L’effet de dosage de la protéine suggéré par notre modèle de souris corrèle également avec les études d’immunohistochimie effectuées sur des reins de patients ADPKD où l’allèle normal es[r]

189 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes