Haut PDF Localisations rares du kyste hydatique Exprience du service de radiologie Mohammed VI Marrakech

Localisations rares du kyste hydatique Exprience du service de radiologie Mohammed VI Marrakech

Localisations rares du kyste hydatique Exprience du service de radiologie Mohammed VI Marrakech

l’œdème environnant la lésion. Les images pathognomoniques du KHC fournies par la TDM dispensent souvent les neurochirurgiens de l’IRM [120]. Cependant, quelques aspects particuliers du KHC ne sont élucidés qu’avec l’IRM [99]. En fait, cet examen reste indispensable pour la bonne étude de l’hydatidose multiple [99], multi vésiculaire [99], des KH du tronc cérébral et du péri kyste à la recherche de calcifications et d’adhérences avec la dure mère [99]. L’IRM permet ainsi de mieux adapter la stratégie thérapeutique [98] et d’améliorer le pronostic de la maladie [88] en prévenant une rupture accidentelle. En effet, l’IRM permet d’étudier les rapports anatomiques du KH avec les structures de voisinage. Trois malades de notre série ont bénéficié d’un complément IRM: un patient a été hospitalisé avec son IRM cérébrale faite pour un KHC simple. Les deux autres IRM ont été faites pour un KHC calcifié et un KHC remanié respectivement. Actuellement, des études spectroscopiques (SRM) de KHC ont pu démontrer un profil métabolique différent de celui des autres lésions kystiques cérébrales avec l’existence en intra kystique de pics de lactate, d’alanine et de pyruvate. Ces mêmes métabolites sont également retrouvés dans la cysticercose avec prédominance du pic de pyruvate dans le KH. Ce métabolite apparaît comme un marqueur potentiel de l’étiologie parasitaire et peut être même de la viabilité des kystes. Ainsi, la SRM pourrait apporter un argument diagnostique supplémentaire très utile en cas de problèmes de diagnostic différentiel. Elle jouerait aussi un rôle dans le monitoring des lésions résiduelles ou des récidives sous traitement médical [99].
En savoir plus

208 En savoir plus

Kyste hydatique cerebral:experience du service de neurochirurgie du centre hospitalier universitaire (CHU) MOHAMMED-VI de Marrakech

Kyste hydatique cerebral:experience du service de neurochirurgie du centre hospitalier universitaire (CHU) MOHAMMED-VI de Marrakech

ª Le liquide hydatique (8) Le liquide hydatique qui remplit le kyste est normalement limpide, « eau de roche ». Quantitativement, sa composition chimique est assez variable, même si les constituants sont bien définis : électrolytes, acides nucléiques, sucres, lipides mais aussi protéines (notamment enzymes) et déchets azotés. Parmi plus de 20 protéines qui ont été séparées par électrophorèse, 2 ont été définies chimiquement car elles comportent des antigènes majeurs, d'importance diagnostique: une lipoprotéine thermolabile, ou antigène A, plus connue sous le nom d'antigène 5, et une lipoprotéine thermostable, l'antigène B. Le liquide hydatique est un constituant extrêmement important du parasite, puisqu'il assure la nutrition des tissus parasitaires à partir des substances filtrées par la membrane cuticulaire. Il assure aussi le transport des déchets du métabolisme, la mobilisation des réserves et sans doute bien d'autres fonctions mettant en jeu des substances dissoutes dans le liquide.
En savoir plus

126 En savoir plus

Lapport de limagerie par rsonance magntique dans latteinte neurologique du lupus  propos de 15 cas exprience du service de radiologie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Lapport de limagerie par rsonance magntique dans latteinte neurologique du lupus propos de 15 cas exprience du service de radiologie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Dans notre série, l’IRM cérébrale était pathologique dans 13 cas et normale dans 2 cas (patientes connues lupiques avec manifestations neuropsychiatriques à type de céphalées isolées [r]

114 En savoir plus

Apport de lIRM dans la Thrombophlbite crbrale chez la femme enceinte et en post partum. Exprience du service de Radiologie du CHU de Mohammed VI de Marrakech

Apport de lIRM dans la Thrombophlbite crbrale chez la femme enceinte et en post partum. Exprience du service de Radiologie du CHU de Mohammed VI de Marrakech

3.1. Les TVC du SLS La thrombose du SLS est la plus fréquente, elle peut être isolée ou associée à celle d’autres sinus, en particulier les sinus latéraux ou des veines corticales. Elle est souvent asymptomatique lorsqu’elle concerne sa partie antérieure, entraine une hypertension intracrânienne quand elle touche sa partie moyenne ou postérieure, se traduisant par des céphalées et un œdème papillaire. Il peut s’y associer une diplopie horizontale par atteinte du VI et des obscurcissements transitoire de la vision. À un stade tardif peut apparaitre une baisse e de l’acuité visuelle voire une cécité totale. Parfois elle peut engendrer une symptomatologie plus bruyante, associant des signes focaux uni ou bilatéraux qui s’expriment sous forme de déficit sensitivomoteur, et des crises épileptiques. A ces signes peuvent s’associer des troubles de la conscience.
En savoir plus

143 En savoir plus

Apport de limagerie dans le diagnostic des tumeurs intra-ventriculaires crbrales: exprience du service de radiologie du CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Apport de limagerie dans le diagnostic des tumeurs intra-ventriculaires crbrales: exprience du service de radiologie du CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Nous avons recensé 22 cas d’épendymome, 8 cas de kyste colloïde, 7 cas de papillome, 4 cas de neurocytome central, 4cas d’astrocytome pilocytique, 3 cas de médulloblastome, 2 cas de kyste épendymaire, 1 cas de méningiome, 1 cas d’astrocytome sous épendymaire à cellules géantes, 1 cas de kyste des plexus choroïdes, 1 cas de récidive métastatique d’un gliome du tronc cérébral. Les ventricules latéraux ont été le site anatomique le plus touché (46,3%) suivi du quatrième ventricule (25,9%) puis du troisième ventricule (20.4%). Le diagnostic radiologique proposé était discordant avec l’histologie dans 16 cas à la TDM et dans 8 cas à l’IRM. Ceci était lié à l’aspect morphologique similaire des lésions.
En savoir plus

200 En savoir plus

Le kyste hydatique chez lenfant : localisations rares Exprience du service de chirurgie pdiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

Le kyste hydatique chez lenfant : localisations rares Exprience du service de chirurgie pdiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

1.2. Observation 2 : kyste hydatique rénale droit et hépatique Il s’agit d’une fille âgée de 4 ans, originaire et résidente à laayoune, 2eme d’une fratrie de 3, ramédiste, avec antécédent de kyste hydatique cérébral opéré il y a une année. Le début de la symptomatologie remonte à 3 mois par l’apparition de douleurs abdominales diffuses associées à des vomissements alimentaires postprandiaux avec constipation rebelle au traitement symptomatiques, le tous évoluant dans un contexte d’apyrexie et de conservation de l’état général. L’examen clinique trouve une patiente consciente stable sur le plan hémodynamique avec une gêne respiratoire modérée, l’examen abdominal objective une masse lombaire lisse, régulière, tendue, mobile, globuleuse évoquant une tumeur bénigne. Le reste de l’examen clinique est normal.
En savoir plus

154 En savoir plus

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des compressions mdullaires tumorales : exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Sur le plan clinique, la douleur représente le symptôme le plus fréquent, mais plus de 60% des malades auront des manifestations neurologiques. [91] Les lésions peuvent être centrées au niveau du corps vertébral, de l’arc postérieur ou les deux. L’IRM est l’examen radiologique de choix et elle est nécessaire pour monter le siège de la lésion. L’aspect radiologique n’est pas spécifique et peut aussi évoquer un lymphome, une métastase ou une ostéomyélite. Une biopsie précoce est préconisée avant d’effectuer un geste thérapeutique approprié qui modifie le pronostic de la maladie. Les sarcomes d’Ewing sont connus pour leur radiosensibilité relative et les localisations rachidiennes sont Considérées à haut risque de rechute locale [99,98].
En savoir plus

159 En savoir plus

Apport de limagerie dans les tumeurs rtropritonales chez lenfant. Exprience du service de radiologie Pdiatrique du CHU Mohammed VI

Apport de limagerie dans les tumeurs rtropritonales chez lenfant. Exprience du service de radiologie Pdiatrique du CHU Mohammed VI

Toute fixation osseuse est anormale, y compris sur les zones de croissance. Pour la détection de la tumeur primitive, sa sensibilité est de 73%, mais elle baisse a 45% lorsque la tumeur primitive n’est pas sécrétante [51]. Comparativement à la méthode cyto-histologique, la sensibilité de la scintigraphie à la mIBG pour la détection des métastases ostéo-médullaires est de 90%. Cette technique ne différencie pas les métastases osseuses des infiltrations médullaires. La sensibilité de la scintigraphie pour le diagnostic des localisations hépatiques est faible, estimée à 50%, en raison de la fixation physiologique[52]. L’utilisation de ces isotopes peut également servir aux chirurgiens pour se guider en peropératoire, à l’aide de sondes de détection dédiées. Cette technique permet une meilleure définition des limites tumorales, un meilleur dépistage des ADP et aide à la détectiondes tumeurs non palpables dans les sites d’accès difficiles notamment lors de la chirurgie des récidives. [53]
En savoir plus

152 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

La syringomyélie non communicante est la plus fréquente et elle est caractérisée par une cavitation complexe qui ne communique pas avec le quatrième ventricule. Ces syrinx peuvent impliquer à la fois le canal central épendymaire et le parenchyme para central de la moelle épinière. Les malformations de Chiari (Type I et type 0) sont habituellement associées à ce type de syringomyélie. La syringomyélie non communicante peut aussi être secondaire à une arachnoïdite spinale (postméningitique ou post-traumatique), l'hémorragie sous- arachnoïdienne, une compressions extra-médullaire (kyste, tumeur ou spondylose) et à d'autres anomalies squelettiques comme l'impression basilaire. Comme elle peut être primaire sous forme des cavitations parenchymateuses secondaires à une hémorragie intramédullaire ou un infarctus. Dans ces cas, la syringomyélie se produit à proximité de la lésion.
En savoir plus

186 En savoir plus

Les aspects cytogntiques de la leucmie aigue mylode: Exprience du service de gntique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Les aspects cytogntiques de la leucmie aigue mylode: Exprience du service de gntique du CHU Mohammed VI de Marrakech

c. Réarrangement du gène MLL (11q23) : Les LAM avec réarrangement du gène MLL représentent environ 5 % des LAM. Le gène MLL peut être nommé aussi HTRX , ALL1 ou KMT2 A. Les gènes partenaires les plus fréquents sont MLLT3 (AF9) en 9p22 (30 % des cas), MLLT10 (AF10) en 10p12 (14 % des cas), ELL en 19p13.1 (11 % des cas), et MLLT4 (AF6) en 6q27 (10 % des cas) [4]. Certaines translocations 11q23/ MLL sont facilement identifiables en cytogénétique conventionnelle comme la t(9;11) avec fusion KMT2A-MLLT3 ( MLL-AF9 ) qui constitue une entité de LAM avec anomalies génétiques récurrentes dans la classification de l’OMS. Sur le plan cytologique, il s’agit généralement de LA monoblastiques (LAM 5a de la classification FAB), souvent hyperleucocytaire, avec une fréquence élevée de localisations extra-médullaires (hypertrophies gingivales, système nerveux central, peau), mais d’autres nécessitent le recours à des techniques de FISH utilisant des sondes spécifiques du locus MLL pour les dépister (figure 28). Comme toutes les translocations, elles peuvent être isolées ou associées à des anomalies secondaires. Leur pronostic varie en fonction du gène partenaire de MLL : pronostic défavorable le plus souvent, intermédiaire pour les translocations t(9;11); MLL-MLLT3 et t(11;19); MLL/ELL [4,30].
En savoir plus

140 En savoir plus

Les hpatectomies : indications, techniques et rsultats. Exprience du service de chirurgie viscrale du CHU Mohammed VI de Marrakech

Les hpatectomies : indications, techniques et rsultats. Exprience du service de chirurgie viscrale du CHU Mohammed VI de Marrakech

La résection hépatique quant à elle, a l’avantage de réaliser un traitement radical de la lésion passant éventuellement à distance du kyste et ne laissant persister aucune ouverture biliaire dans le champ opératoire. Cependant, il lui est reproché d’être une intervention disproportionnée pour un traitement d’une lésion bénigne, compte tenu des risques auxquels elle est exposée. Elle est indiquée pour les kystes volumineux occupant une grande partie du foie et s’il existe des signes évoquant une communication biliaire large et la proximité de vaisseaux intra hépatiques majeurs [130]. L’atteinte de la convergence biliaire est fréquente et impose la reconstitution de la voie biliaire après l’exérèse par une anastomose entre le canal intra hépatique gauche, et une anse en Y montée selon le Roux.
En savoir plus

183 En savoir plus

La lipostructure, exprience du service de chirurgie plastique du CHU Mohammed VI de Marrakech ( propos de 42 cas)

La lipostructure, exprience du service de chirurgie plastique du CHU Mohammed VI de Marrakech ( propos de 42 cas)

Dans le but cette fois de modifier l’apparence pour tromper l’ennemi, des transferts de tissu adipeux ont été réalisés chez des espions alliés durant la deuxième guerre mondiale. La technique ne s’est pas limitée à la reconstruction faciale : après Czerny, d’autres chirurgiens se sont appliqués à la reconstruction mammaire, et parmi eux, Lexer (1931), May (1941), Bames (1953) et Schrocher (1957). Les indications se sont élargies et la greffe de tissu adipeux a progressivement intéressé d’autres parties du corps. Laubier en 1910 a utilisé la graisse pour comblement après éxentération oculaire et pour correction des pertes de substances palpébrales. En chirurgie générale, la graisse a été utilisée en 1917 par Koll pour réparation des pertes de substances périnéovaginales ou pour comblement des loges d’orchidectomies. En chirurgie thoracique, Lambert en 1913, puis Neuhof en 1937 ont utilisé la graisse pour combler des pertes de substances de la paroi thoracique et des cavités bronchopulmonaires. En neurochirurgie, Green en 1947, a utilisé la graisse pour le comblement des pertes de substances de la voûte crânienne. En chirurgie maxillofaciale, Grandin en 1954, a comblé une cavité d’énucléation de kyste mandibulaire et Egyedi en 1977 a utilisé la boule de Bichat pour obturer des communications buccosinusiennes.
En savoir plus

142 En savoir plus

Apport de limagerie dans les malformations de la fosse crbrale postrieure (Exprience du service de Radiologie CHU Mohammed VI sur une dure de 10 ans)

Apport de limagerie dans les malformations de la fosse crbrale postrieure (Exprience du service de Radiologie CHU Mohammed VI sur une dure de 10 ans)

Les kystes arachnoïdiens sont le résultat d’une anomalie du développement des méninges et non du développement du cervelet ou du V4. Leur paroi peut être histologiquement différente de l’arachnoïde normale, notamment pour les kystes situés dans d’autres régions encéphaliques. Ils peuvent être de vrais kystes arachnoïdiens (kyste de la fente de Bichat, entre le trigone et la toile choroïdienne du V3, certaines formes de kystes de la citerne de Galien) ou l’expansion de la toile choroïdienne (kyste de la citerne de Galien, kyste de l’angle pontocérébelleux, kyste interhémisphérique avec agénésie calleuse), ou un récessus suprapinéal du V3 (kyste de Galien). Enfin, il existe des kystes arachnoïdiens de la région suprasellaire ou interpédonculaire qui communiquent (suprasellaire) ou non (inter pédonculaire) avec l’ensemble des espaces sous- arachnoïdiens [21]. Ces espaces, appelés citernes sous-arachnoïdiennes, représentent de larges« zones » communiquant entre elles, où l’arachnoïde se sépare de la pie-mère au niveau de la base du crâne. La grande citerne est la zone située en dessous du cervelet, derrière le bulbe. La méga grande citerne est l’expansion de cette citerne et s’ouvre dans les ESA [22 ,25].
En savoir plus

98 En savoir plus

Les Aspergillomes pulmonaires : Exprience du service de chirurgie thoracique du CHU Mohammed VI Marrakech

Les Aspergillomes pulmonaires : Exprience du service de chirurgie thoracique du CHU Mohammed VI Marrakech

Les aspergilloses englobent un large spectre de pathologies liées à de multiples facteurs d’hôte. De nombreuses formes cliniques sont décrites allant de localisations purement superficielles (souvent bénignes) à des atteintes profondes et généralisées au pronostic sombre (figure 24). Les atteintes profondes touchent en priorité l’arbre aérien : bronches (bronchites aspergillaires), cavités pulmonaires néoformées (aspergillome primitif ou bronchectasiant), cavités séquellaires (aspergillome secondaire ou intracavitaire sur terrain de tuberculose par exemple) ou aspergillose pulmonaire chronique nécrosante en cas de déficit immunitaire modéré.
En savoir plus

144 En savoir plus

Traitement des calculs de luretre et de la vessie au Laser Holmium : Exprience du service dUrologie au C.H.U Mohammed VI  Marrakech

Traitement des calculs de luretre et de la vessie au Laser Holmium : Exprience du service dUrologie au C.H.U Mohammed VI Marrakech

En général, l’anesthésie s’est déroulée sans aucun incident per opératoire. 2.2 Installations du malade : L’installation du patient répond avant tout aux exigences et au confort de l’opérateur mais, classiquement, le patient est placé (que cela soit pour une cystoscopie ou urétéroscopie) en position gynécologique ou position de taille vésicale sur table d’uro-radiologie ou d’uro- endoscopie. Pour le traitement du calcul urétéral, une urétéroscopie nécessite aussi de mettre la cuisse homolatérale au calcul en extension, la plus proche possible de l’horizontale, pour effacer le relief du psoas, qui pourrait gêner la progression de l’endoscope [129]. La cuisse controlatérale est au contraire fléchie (flexion abduction) pour permettre une mobilité maximale de l’endoscope sous la jambe opposée (figure 73).
En savoir plus

203 En savoir plus

Le kyste hydatique pulmonaire : exprience du service de chirurgie thoracique de l'hpital militaire Avicenne de Marrakech

Le kyste hydatique pulmonaire : exprience du service de chirurgie thoracique de l'hpital militaire Avicenne de Marrakech

La voie d’abord la plus utilisée par la majorité des auteurs est la thoracotomie postérolatérale par le 5 ème espace intercostal (EIC) rarement le 6 ème (figure 14). Elle permet un abord électif sur la lésion et surtout sur les fistules. Certains restent fidèles à la thoracotomie axillaire ou latérale sans section musculaire [84]. Dans la thoracotomie postérolatérale, le malade est en décubitus latéral. Le membre supérieur du côté à opérer en abduction flexion au dessus du tronc et un billot permet de déplisser les EIC controlatéraux. L’incision s’étend de 1 à 2 cm en dessous du mamelon chez l’homme (ou le pli sous mammaire chez la femme) à un point situé 1 à 2 cm de l’angle de l’omoplate [88], l’espace repéré est ouvert au dessus de la côte sous jacente. La stérnotomie est utilisée pour des KHP bilatéraux des lobes supérieures ou en cas de localisation cardiaque associée (figure 21). Des abords combinés, notamment la thoraco- phréno-laparotomie, sont parfois pratiquées pour des localisations abdominales associées. Dans notre série, nos malades étaient abordés par thoracotomie postérolatérale au niveau du 5 ème ou
En savoir plus

123 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs de la rgion pinale Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge neurochirurgicale des tumeurs de la rgion pinale Exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Abstract Tumors of the pineal region are a rare entity in neurosurgery. We report in this work the retrospective study of a series of 14 cases of pineal region tumors, collected in the neurosurgery department of UHC Mohammed VI of Marrakesh, for 9 years from 2003 to 2011. These tumors represent 1,1% of brain tumors. The average age of our patients was 30 years with a sex ratio of 1. Clinical manifestations are dominated by the intracranial hypertension (100%). The computed tomography was made in 100%, and the use of magnetic resonance imaging concerned 85,7% of cases. The tumor markers assays realized in 64,2%, and the cerebrospinal fluid cytology realized in 42,8%, were both negative. The surgical treatment of hydrocephalus (85,7%) and the tumor by biopsy(85,7%) or resection (14,2%), followed by a suitable adjuvant therapy (78,5%), was the therapeutic conduct adopted in our series. The postoperative course was uneventful in most cases. The major complications were neurological deficits (7,1%) and overall mortality was 7,1%. The histopathological study showed 4 pinealoblastomas, 2 pinealocytomas, 2 germinomas and 3 glial tumors.
En savoir plus

205 En savoir plus

Les gastrectomies : Indications, techniques et rsultats. Exprience du service de chirurgie viscrale du CHU Mohammed VI de Marrakech

Les gastrectomies : Indications, techniques et rsultats. Exprience du service de chirurgie viscrale du CHU Mohammed VI de Marrakech

Nous avons inclus dans notre échantillon les patients ayant eu une gastrectomie pour une atteinte gastrique ou dans le cadre d’une chirurgie bariatrique.. Parmi ces lésions, on distingu[r]

218 En savoir plus

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphérèse : expérience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech 41 Dans la plupart des cas, le remplacement du plasma retiré se fait à l’aide d’albumine 5% ou d’un mélange de l’albumine 5% avec du NaCl 0,9%. Si la perte de facteurs de la coagulation au cours des séances d’échanges plasmatiques répétées peut aboutir à des saignements actifs, s i le risque hémorragique est élevé comme dans le cas d’un purpura thrombotique thrombocytopénique (PTT), ou s’il y a un potentiel déficit d’une protéine spécifique chez le patient (comme le déficit de la métalloprotéase ADAMTS-13 chez les patients avec PTT), il est alors préférable de donner au patient du PFC contenant la protéine déficitaire. Les cristalloïdes, en raison du faible pouvoir d’expansion volumique, ne sont pas utilisés [4,17].
En savoir plus

134 En savoir plus

Les spondylarthropathies : exprience du service de rhumatologie du CHU Mohammed VI

Les spondylarthropathies : exprience du service de rhumatologie du CHU Mohammed VI

Incidence and prevalence of psoriatic arthritis, ankylosing spondylitis, and reactive arthritis in the first descriptive population-based study in the Czech Republic. Epidemiology of An[r]

168 En savoir plus

Show all 4111 documents...

Sujets connexes