Haut PDF Lintrt de lIRM dans le diagnostic et la prise en charge du cancer du sein

Lintrt de lIRM dans le diagnostic et la prise en charge du cancer du sein

Lintrt de lIRM dans le diagnostic et la prise en charge du cancer du sein

L’IRM est un examen de deuxième intention lorsqu’il existe une discordance entre l’examen clinique, l’imagerie conventionnelle et éventuellement l’histologie. Elle garde sa très bonne sensibilité mais acquiert une très bonne spécificité puisque le sein irradié présente beaucoup moins de rehaussements physiologiques et que la fibrose ne prend pas le produit de contraste. Elle va permettre de résoudre un certain nombre de problèmes : les lésions cicatricielles si elles se rehaussent le font de manière retardées, l’aspect de la cytostéatonécrose est relativement typique en pondération T1 (hyper signal de la graisse) et le rehaussement (qui peut être précoce) est périphérique sous la forme d’une couronne régulière, enfin les lésions bénignes (fibroadénomes, papillomes) qui peuvent se rehausser de manière intense présentent une morphologie bénigne et sont rares dans les seins irradiés [261].
En savoir plus

223 En savoir plus

CANCER DU COL DE L'UTERUS A MADAGASCAR. DES FACTEURS MULTIPLES DE RETARD AU DIAGNOSTIC ET A LA PRISE EN CHARGE

CANCER DU COL DE L'UTERUS A MADAGASCAR. DES FACTEURS MULTIPLES DE RETARD AU DIAGNOSTIC ET A LA PRISE EN CHARGE

dont une trentaine situés dans la ville d’Antananarivo et ses zones périurbaines. Les femmes de la capitale et des environs sont donc relativement avantagées au regard des possibilités de dépistage par rapport aux autres femmes de l’île. Ainsi, presque la moitié des cas de cancer du col enregistrés dans le service de cancérologie de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona entre janvier 2013 et septembre 2015 concernent des femmes vivant dans ces zones. Toutefois, ces cancers ont été diagnostiqués à un stade avancé pour la plupart. Cette situation montre que ces femmes n’ont pas bénéficié d’un dépistage précoce, pourtant gratuit et disponible. Ce constat nous a amenés à nous demander si, parallèlement aux difficultés globalement admises d’accès aux soins (éloignement des centres de santé, inaccessibilité financière) observées à Madagascar (Mestre, 2003), il n’y aurait pas d’autres facteurs pouvant expliquer le retard au diagnostic du cancer du col. Nous avons mené une étude visant à identifier ces facteurs de retard au dépistage et à la prise en charge du cancer du col de l’utérus à Antananarivo.
En savoir plus

13 En savoir plus

Déterminants du diagnostic et de prise en charge du cancer du sein des femmes âgées (au-delà de 75 ans) : approche qualitative auprès de médecins généralistes

Déterminants du diagnostic et de prise en charge du cancer du sein des femmes âgées (au-delà de 75 ans) : approche qualitative auprès de médecins généralistes

aucune place… si j'y étais convié, je pourrais y donner un avis, voire dans certains cas y participer, car elles se tiennent le soir, si j'ai l'impression d'avoir quelque chose à y dire. Dans un cas lambda je n'aurais pas besoin d'y aller »). Les MG rapportaient aussi que le contenu des courriers des spécialistes du cancer était souvent inadapté à leurs besoins et à leur pratique. Ils disaient qu’il serait judicieux d’obtenir plus d’informations des spécialistes concernant les raisons des choix thérapeutiques, ainsi que la surveillance à programmer, et au contraire, moins sur l’histoire de la maladie du patient (déjà bien connue du médecin traitant).
En savoir plus

82 En savoir plus

Prise en charge des consequences de la carence oestrogenique apres cancer du sein.

Prise en charge des consequences de la carence oestrogenique apres cancer du sein.

L es arthraLgies Les arthralgies accompagnant la ménopause, qu’elle soit induite ou spontanée, sont aggra- vées par l’utilisation d’un inhibiteur de l’aroma- tase et sont parfois très invalidantes. Elles sont essentiellement localisées au niveau des épaules, des poignets, des mains et des genoux et sont la cause la plus fréquente d’arrêt prématuré de l’inhibiteur de l’aromatase (21). Leur physio- pathologie n’est pas encore élucidée, les études donnant des résultats contradictoires dus à des effets dose-dépendants complexes des stéroïdes sexuels sur le cartilage, l’os et la synovie. La perception des douleurs ne semble pas être cor- rélée aux lésions radiologiques et est diminuée par les oestrogènes et la progestérone. En effet, la fibromyalgie est 10 fois plus fréquente chez les femmes ménopausées que chez les hommes du même âge et jusqu’à 58 % de celles-ci se plaignent d’arthralgies. De plus, la ménopause précoce induite aggrave cette symptomatologie dans la première année. Les douleurs ont tou- tefois tendance à s’améliorer ensuite spontané- ment (22). Les facteurs de risque d’arthralgies chez les femmes atteintes d’un cancer du sein sont l’obésité, la chimiothérapie et la prise d’un traitement hormonal de la ménopause avant le diagnostic de cancer (23).
En savoir plus

8 En savoir plus

Apport de lIRM dans la prise en charge du neuro-Behet, tude rtrospective :  propos de 16 cas

Apport de lIRM dans la prise en charge du neuro-Behet, tude rtrospective : propos de 16 cas

Dans notre série aucun patient n’a rapporté le diagnostic d’atteinte musculaire. g) Atteinte des nerfs crâniens : La maladie de Behçet peut toucher le tronc cérébral et la base du crâne lieu d’origine des nerfs crâniens [127]. L’atteinte des nerfs crâniens est retrouvée chez 33 % des patients selon Rougemont [128] et 4.28 % de l’ensemble des atteintes neurologiques dans une autre série [129]. L’atteinte des nerfs oculomoteurs commun et externe a été décrite chez 2 patients atteints de la maladie de Behçet [130].Une étude brésilienne, a mis en évidence une atteinte du nerf facial et du nerf oculomoteur commun chez des enfants atteints de la maladie de Behçet [131].Une autre étude a rapporté la présence d’atteinte du nerf optique avec une papillite bilatérale chez un patient porteur de la maladie de Behçet [132]. L’atteinte du nerf auditif peut aussi survenir au cours de la maladie de Behçet sous forme de vertige et de surdité [127]. L’atteinte des nerfs mixtes a été signalée dans la littérature [154].
En savoir plus

165 En savoir plus

Le cancer du sein pendant la grossesse : conséquences maternelles, obstétricales, fœtales et néonatales de la prise en charge

Le cancer du sein pendant la grossesse : conséquences maternelles, obstétricales, fœtales et néonatales de la prise en charge

Afin d'atteindre cet objectif, nous avons mené une étude rétrospective sur douze dossiers de patientes chez qui avait été diagnostiqué un cancer du sein pendant la grossesse, et suivies à la Maternité de Port-Royal, à Paris. Il conviendra, dans un premier temps, de revenir sur la description générale du cancer du sein en détaillant les facteurs de risques qui lui sont associés, son diagnostic, sa prise en charge et les spécificités qu'induit un tel diagnostic en cours de grossesse. Ce rappel nous permettra de présenter le cadre conceptuel, pour mieux exposer et comprendre les prises en charge et leurs conséquences maternelles, obstétricales et néonatales.
En savoir plus

124 En savoir plus

Cancer du sein et soins de support : prise en charge des effets indésirables par les médecines complémentaires

Cancer du sein et soins de support : prise en charge des effets indésirables par les médecines complémentaires

- L’aspect des téguments, la couleur, l’état du réseau veineux sous cutané, l’aspect de la peau qui peut prendre un aspect peau d’orange correspondant aux pores dilatés et infiltrés par le processus néoplasique, la présence ou non d’adhérence cutanée. Puis le médecin effectue une palpation. Elle est réalisée en position assise et couchée, bras levés et pendants, les différents quadrants seront palpés chacun leur tour. C’est d’abord le sein normal qui n’est pas le motif de consultation qui est palpé en premier. La palpation permet de détecter la présence de nodule dominant ; selon la consistance, le diagnostic pourra s’orienter vers un adénofibrome si l’on retrouve une « fermeté élastique », un kyste qui peut avoir une « dureté métallique » lorsqu’il est sous pression ou vers une tumeur maligne lorsque la « dureté est ligneuse ». Cependant, certaines tumeurs malignes peuvent avoir une consistance molle, le diagnostic ne peut pas s’appuyer que sur ces éléments. Les aires ganglionnaires sont elles aussi palpées. Ces différentes observations sont résumées sur un schéma, le médecin précise la taille ainsi que le positionnement par rapport au mamelon et au méridien. [7]
En savoir plus

121 En savoir plus

PRISE EN CHARGE DU CANCER DU SEIN METASTATIQUE HER2 POSITIF EXPERIENCE DU CENTRE DONCOLOGIE ET DHEMATOLOGIE

PRISE EN CHARGE DU CANCER DU SEIN METASTATIQUE HER2 POSITIF EXPERIENCE DU CENTRE DONCOLOGIE ET DHEMATOLOGIE

64 Etant donné la fréquence (30 %) des maladies métastasiques métachrones dans le cancer du sein, il est normal que la place de l’imagerie lors du suivi, pour le diagnostic précoce de métastases, soit évaluée. Deux études de référence largement citées, italiennes, multicentriques, randomisées publiées dans le JAMA en 1994 [95,96], ont évalué l’impact sur la survie des patientes par une stratégie incluant un suivi clinique et mammographique, versus une stratégie incluant en plus une imagerie a la recherche de métastase avec scintigraphie osseuse, échographie hépatique et radiographie du thorax. Chez les patientes ayant un suivi par imagerie, il a été détecté un taux plus élevé de métastases isolées thoraciques, osseuses ou hépatiques. En revanche, en terme de mortalité à 5 ans.
En savoir plus

153 En savoir plus

Prise en charge du cancer du Rectum

Prise en charge du cancer du Rectum

RESUME : Le cancer du rectum est un cancer fréquent à l’échelle mondiale et au Maroc. Son traitement a connu plusieurs progrès, mais son pronostic reste mauvais en raison du retard diagnostic. Notre étude a porté sur 89 cas de cancer du rectum de 2003 à 2006, recruté au sein du service d’hepato- gastro-entérologie et proctologie et le service d’oncologie du centre hospitalier universitaire Med VI à Marrakech. L’âge moyen des malades a été de 54,3 ans avec une prédominance féminine (55 %). Les signes cliniques étaient prédominés par les rectorragies (85%) Au toucher rectal, la tumeur siégeait au bas rectum dans 50 cas (61,7%). Le type histologique à la biopsie était : adénocarcinome lieberkunien dans 77 cas (86,5%). Le traitement neoadjuvant suivi de chirurgie a été la stratégie adoptée chez 48 % des cas, ce traitement neoadjuvant fait en pratique, a été surtout type chimiothérapie chez 48,8 % des cas, radiothérapie chez 34,6 % des cas, alors que leur association concomitante a été faite chez 16,2 % des cas. La chirurgie était conservatrice chez 50 % des cas et mutilante chez 22 ,7 % des cas. Dans notre série, l’association radio chimiothérapie préopératoire devient le standard suivi, comme le recommande les différents consensus récents mais le taux des patients bénéficiant de la radiothérapie reste faible en raison de l’absence d’un service de radiothérapie au sein du centre hospitalier universitaire. Le taux de la chirurgie conservatrice est élevé dans notre série ce qui rejoint les constations des différentes séries et ceci en raison des nouvelles techniques d’anastomoses et du traitement neoadjuvant. Le traitement du cancer du rectum a connu de grands progrès. Sa prise en charge sera améliorée grâce à l’introduction des nouvelles techniques d’anastomoses et au traitement neoadjuvant pour la préservation de la fonction sphinctérienne.
En savoir plus

168 En savoir plus

Reconstruction mammaire immédiate dans le cancer du sein et délai à la prise en charge adjuvante

Reconstruction mammaire immédiate dans le cancer du sein et délai à la prise en charge adjuvante

4. Institut National Du Cancer. Cancers du sein. Du diagnostic au suivi. In 2016. (Outils pour la pratique). Disponible sur: https://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des- publications/Cancers-du-sein-Du-diagnostic-au-suivi 5. Sousa J, Sood R, Liu D, Calhoun K, Louie O, Neligan P, et al. Comparison of Outcomes in Immediate Implant-Based Breast Reconstruction Versus Mastectomy Alone. Plast Surg. févr 2018;26(1):18‑25. 6. Tondu T, Hubens G, Tjalma WA, Thiessen FE, Vrints I, Van Thielen J, et al. Breast reconstruction after nipple-sparing mastectomy in the large and/or ptotic breast: A systematic review of indications, techniques, and outcomes. J Plast Reconstr Aesthet Surg. mars 2020;73(3):469‑85.
En savoir plus

125 En savoir plus

Lintrt de la fixation externe dans la prise en charge des fractures et des fractures-luxations de la cheville

Lintrt de la fixation externe dans la prise en charge des fractures et des fractures-luxations de la cheville

Ce sont des fractures articulaires qui nécessitent une bonne réduction anatomique et un choix thérapeutique rapide et judicieux sur la base d’un diagnostic radio clinique précis. La prise en charge de ces fractures est un défit. Leur traitement doit prendre en compte non seulement le versant osseux, mais aussi les lésions des parties molles, source de fréquentes complications cutanées ou infectieuses. En effet, la réalisation d’une ostéosynthèse interne dans ce type de fracture devient laborieuse voire dangereuse.

167 En savoir plus

Prédisposition héréditaire au cancer du sein (2) - Risques et prise en charge

Prédisposition héréditaire au cancer du sein (2) - Risques et prise en charge

naire d’oncogénétique (ou RCP) où sont éventuellement discutées les interventions de réduction du risque. On pourra se référer utilement au référentiel de l’Institut national du cancer (INCa) de 2017 1 qui prend en considération deux situations distinctes : les personnes porteuses de mutation et asymptomatiques et les personnes porteuses déjà affectées par un cancer. Pour les gènes BRCA1 et BRCA2, le diagnostic de syndrome sein/ovaire implique une surveillance clinique et radiologique spécifique du risque génétique. Chez les femmes, cette surveillance comporte un examen clinique des seins bisannuel dès l’âge de 20 ans par un médecin référent, une imagerie mammaire annuelle par IRM (imagerie par réso- nance magnétique), 5 à 10 ans avant l’âge au diagnostic de cancer du sein le plus précoce dans la famille, et pas plus tard que 30 ans (jusqu’à 65 ans). Elle sera complétée par une mammographie, une surveillance gynécologique annuelle (dès l’âge de 35 ans) avec, au moindre doute, une échographie pelvienne et endovaginale (mais sa fiabilité reste médiocre). Pour les mutations affectant BRCA1 (dès 40-41 ans) et BRCA2 (dès 45-47 ans), une annexectomie bilatérale est préconisée à titre de chirurgie de réduction du risque. Chez les hommes porteurs, les risques et la surveillance sont plus limités ; chez les porteurs d’une mutation du gène BRCA2, une surveillance attentive de la prostate est désormais recommandée dès l’âge de 45 ans, avec une imagerie par IRM de diffusion tous les 2 ans, le dosage du PSA (prostate specific antigen) étant souvent en défaut.
En savoir plus

14 En savoir plus

Prise en charge ambulatoire des patients cancéreux : exemple du cancer du sein

Prise en charge ambulatoire des patients cancéreux : exemple du cancer du sein

36 3. Partie 2 : Les stratégies thérapeutiques L’arsenal thérapeutique contre le cancer du sein a évolué et s’est largement développé ces dernières décennies, en particulier au niveau des associations de chimiothérapies et autres traitements plus ciblés. Grâce aux développements et à l’évolution des connaissances scientifiques notamment dans la compréhension de la biologie des tumeurs mais aussi du rôle de la génétique, aux innovations médicales et technologiques, la médecine de précision est aujourd’hui en plein essor. L’utilisation des immunothérapies se déploie activement. Grâce au diagnostic moléculaire, on est désormais capable d’identifier les patientes susceptibles de répondre à certains des traitements envisagés, notamment aux thérapies ciblées et ainsi d’éviter un traitement inutile entrainant une perte de temps et donc de chance de rémission. La stratégie thérapeutique à mettre en place est discutée lors des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP). Elle est basée sur la détermination des facteurs pronostics et des résultats cliniques, biologiques, anatomopathologiques et d’imagerie. La prise en charge du cancer du sein repose sur différentes thérapeutiques. Parmi elles, on compte les thérapeutiques non médicamenteuses telles que la chirurgie et la radiothérapie et les thérapeutiques médicamenteuses comme la chimiothérapie, l’hormonothérapie et les thérapies ciblées. Nous ne développerons que brièvement ces thérapeutiques.
En savoir plus

119 En savoir plus

Délais de prise en charge du cancer du sein en Martinique entre janvier 2015 et juillet 2016

Délais de prise en charge du cancer du sein en Martinique entre janvier 2015 et juillet 2016

limitée. Les CRAB et CRAC sont en effet directement transcris, signés et envoyés dès la fin de la lecture de la lame d’histologie par l’anatomopathologiste. c. Le temps diagnostic Contrairement à l’offre de soins quantitativement faible pour le recours à la chirurgie ou les traitements adjuvants, la réalisation de la mammographie peut être proposée dans de nombreux centres de radiologie sur l’île. N’ayant pas pris en compte cette multiplicité des centres dans notre analyse, il nous est plus difficile de commenter les délais complémentaires ayant pour borne inférieure la date de mammographie.
En savoir plus

83 En savoir plus

Diagnostic et prise en charge des tumeurs stromales gastro-intestinales

Diagnostic et prise en charge des tumeurs stromales gastro-intestinales

ABSTRACT Gastrointestinal stromal tumors are the most common mesenchymal tumors in the gastrointestinal tract. The aim of this study was is to analyze the epidemiological, clinical, morphological, anatomo-pathological, therapeutic and evolutionary characteristics of GIST. Through a retrospective study spread over 9 and a half years from January 2007 to June 2016 and conducted in the hepato-gastro-enterology department of Mohammed VI university hospital of Marrakech, we have identified 30 cases of GISTs. The mean age at diagnosis was 56 years, with a sex ratio of 1.5 for men. The primary tumor locations were dominated by the stomach (36.6%) and the small intestine (23.3%), more rarely the rectum (16.6%), the mesentery (16.6%) and the duodenum 6.6%). The discovery was fortuitous in 6.6% of the cases. The majority of patients had consulted within 6 and 12 months of onset of symptoms. Three of our patients had a family history of neoplasia and one patient had a personal history of neoplasia (laryngeal cancer). No cases of GIST were reported in the families of our patients. Functional symptoms were dominated by pain, digestive hemorrhage, and worsening of the general state.
En savoir plus

228 En savoir plus

Le rôle du pharmacien d'officine dans la prise en charge du cancer du sein

Le rôle du pharmacien d'officine dans la prise en charge du cancer du sein

56 La structure de gestion réceptionne les clichés et les fiches d'interprétation et organise les deuxièmes lectures. Les deuxièmes lecteurs sont des radiologues volontaires ayant reçu une formation spécifique, réalisant au moins 500 mammographies par an pour l’ensemble de leur exercice et s’engageant à en lire au minimum 1500 par an de plus en tant que deuxième lecteur. Il est important que la deuxième lecture soit centralisée. Les séances de deuxième lecture sont organisées à un rythme au minimum hebdomadaire, avec le nombre de radiologues nécessaires pour les clichés à lire en vacations de 2-3 h au maximum. Ce travail est rémunéré par les structures de gestion dans les conditions fixées par convention dans le respect des réglementations sociales et fiscales. A ce jour, la rémunération forfaitaire fixée par l’Assurance Maladie est de 4 € par seconde lecture. La structure de gestion met à disposition du second lecteur la mammographie et toutes les incidences complémentaires éventuellement pratiquées par le premier lecteur, les résultats du bilan de diagnostic si celui-ci a été pratiqué et a permis de négativer l'examen (classement final du premier lecteur BI-RADS ACR 1 ou 2), avec un ou des documents démonstratifs, ainsi que les bilans antérieurs le cas échéant. Le second lecteur dispose de la fiche d'interprétation remplie par le premier lecteur et devra la renseigner à son tour.
En savoir plus

199 En savoir plus

Le carcinome de Merkel: du diagnostic a la prise en charge therapeutique.

Le carcinome de Merkel: du diagnostic a la prise en charge therapeutique.

La chimiothérapie adjuvante n’a pas de rôle défini dans le traitement des formes localisées sans ganglion envahi. Pour les stades métastati- ques, la chimiothérapie systémique fait appel à différents agents chimiothérapeutiques habituel- lement utilisés en combinaison comme pour le cancer du poumon à petites cellules. Bien que le CCM soit chimiosensible, la réponse est modé- rée et souvent brève (38). L’absence d’études randomisées rend cependant impossible la com- paraison des différents schémas thérapeutiques, la plupart basés sur des dérivés platine. Pour les patients âgés avec co-morbidités, la doxo- rubicine liposomiale a été proposée comme une option thérapeutique attractive pour sa bonne tolérance (39).
En savoir plus

6 En savoir plus

Apport de lIRM multiparamtrique dans la prise en charge de ladnocarcinome prostatique

Apport de lIRM multiparamtrique dans la prise en charge de ladnocarcinome prostatique

 Les biopsies ciblées avec fusion d’image représentent l’évolution la plus récente de cet examen (anesthésie locale, pas d’hospitalisation). Les biopsies en termes de diagnostic du cancer de prostate sont plus rentables quand elles sont dirigées vers des zones suspectes de la glande par rapport aux biopsies systématisées réalisées « à l’aveugle ». L’IRM multi paramétrique permet de déceler de façon beaucoup plus sensible ces zones suspectes que l’échographie [65]. Cependant il n’est pas possible de réaliser des biopsies IRM- guidées : elles sont obligatoirement écho- guidées. Une application logicielle permet de guider le clinicien dans la réalisation des biopsies de prostate.
En savoir plus

185 En savoir plus

Cancer du sein féminin et prise en charge à l'officine

Cancer du sein féminin et prise en charge à l'officine

La douleur cancéreuse comporte différentes étiologies ; il s’agit principalement de douleurs nociceptives dans 70% des cas, liées à des lésions de l’organisme. Il peut s’agit de douleurs dues à la maladie en elle- même ou de douleurs induites par les traitements. Ces douleurs disparaissent naturellement lorsque la cause est traitée et sont traitées par les médicaments antalgiques. Il peut également s’agir de douleurs neuropathiques dans 30% des cas, qui résultent d’une lésion du système nerveux (compression nerveuse de la tumeur, toxicité neurologique des traitements, séquelles chirurgicales…). Leur prise en charge est différente car les antalgiques de référence ne fonctionnent pas, et il faut se tourner vers les antidépresseurs ou les antiépileptiques pour arriver à soulager le patient. Le diagnostic est complexe et peut perturber le patient car la douleur peut persister après la guérison au niveau neurologique (séquelles transitoires ou chroniques), parfois avec un décalage dans le temps allant jusqu’à plusieurs mois.
En savoir plus

156 En savoir plus

La dystocie chez les ophidiens : étiologie, diagnostic et prise en charge

La dystocie chez les ophidiens : étiologie, diagnostic et prise en charge

6 Figure 15. Echographie des follicules d’une femelle Tamnophis à quatre stades de développement différents : follicule préovulatoire (signalé par la flèche), vitellogenèse précoce, développement embryonnaire intermédiaire et tardif (crâne et squelette de l’embryon visibles et signalés respectivement par la flèche et l’accolade) (Sparkman et al., 2018). ..................... 43 Figure 16. Positionnement d’un Python royal (Python regius) dans un bain d’eau tiède afin de diminuer les artéfacts échographiques dus aux écailles (Di Girolamo, Selleri, 2017). ............ 44 Figure 17. Image tomodensitométrique transversale d’un python molure (Python molurus) présentant une dystocie : (1) Les œufs morts apparaissent plus denses (2) Masses graisseuses (Welsh, 2011)............................................................................................................................ 45 Figure 18. Rôle de la radiographie dans le diagnostic étiologique de dystocie chez un Python royal (Python regius) : (A) Radiographie vue de profil ; (B) Œufs retirés après chirurgie du même individu. Un œuf malformé et solidifié (flèche) était surement la cause de la dystocie (Di Girolamo, Selleri, 2017). .......................................................................................................... 47 Figure 19. Radiographies d’un Nerodia fasciata atteint de sévères déformations de la colonne vertébrale : (A) placé dans une boîte ; (B) vue dorso-ventrale ; (C) vue de profil (Welsh, 2011). .................................................................................................................................................. 48 Figure 20. Radiographie de profil d’un boa (espèce inconnue) femelle gravide (flèches) : la baryte met en évidence un fécalome (accolade) (Sykes, 2010). .............................................. 49 Figure 21. Radiographie dorso-ventrale d’un Boa constrictor une heure après injection intra- cloacale de produit de contraste iodé (2) mettant en évidence un abcès péri-cloacal (1) (flèches) (Welsh, 2011)............................................................................................................................ 50 Figure 22. Localisation de la veine ventrale coccygienne (vvc) chez les ophidiens (Schilliger, 2004). ........................................................................................................................................ 51 Figure 23. Prise de sang à la veine ventrale coccygienne chez une femelle Boa constrictor (Source : D r Julien Goin). ......................................................................................................... 51
En savoir plus

111 En savoir plus

Show all 10000 documents...