Haut PDF Les Pneumopathies nosocomiales en ranimation : Prise en charge et pronostic (A propos de 50 cas)

Les Pneumopathies nosocomiales en ranimation : Prise en charge et pronostic (A propos de 50 cas)

Les Pneumopathies nosocomiales en ranimation : Prise en charge et pronostic (A propos de 50 cas)

Le but de ce travail est d’analyser les infections nosocomiales pulmonaires survenues dans le service de réanimation polyvalente à l’ hôpital militaire AVICENNE de Marrakech, de [r]

135 En savoir plus

Lapport de lhypothermie slective dans la prise en charge de lencphalopathie anoxo-ischmique nonatale. Exprience du service de ranimation nonatale CHU Mohammed VI Marrakech

Lapport de lhypothermie slective dans la prise en charge de lencphalopathie anoxo-ischmique nonatale. Exprience du service de ranimation nonatale CHU Mohammed VI Marrakech

Plusieurs études randomisées ont montré un effet bénéfique de l’HT contrôlée (33,5 -34 °C) sur la survie et le pronostic neurologique d’enfants ayant eu une anoxo-ischémie perpartum. Dans la série de Gluckman [7] publiée en 2005. 218 NNs ont été inclus et randomisés en 2 groupes 116 dans le groupe protocole, et 118 NNs dans le groupe témoin. Ils ont montré que s’il n’y avait pas de différence dans le groupe d’enfant avec encéphalopathie sévère (OR =1.8 [0.49-4.4], p=0 ,51), il y avait moins de décès ou de handicap sévère à 18 mois dans le groupe d’EAI modérée par hypothermie (OR =0.47 [0.26-0.87], p=0 ,021).
En savoir plus

109 En savoir plus

Profil bactriologique des pneumopathies nosocomiales de ladulte et tat de rsistance aux antibiotiques

Profil bactriologique des pneumopathies nosocomiales de ladulte et tat de rsistance aux antibiotiques

Les bacilles à Gram négatif restent l’espèce la plus fréquemment isolée avec prédominance d ’Acinetobacter baumannii ; les cocci à Gram Positif viennent en 3ème position représentés par S.aureus . Dans 22 % des cas, il s’agit d’une infection polymicrobienne. La place qu’occupe Acinetobacter baumannii dans les infections pulmonaires nosocomiales rend leur prise en charge de plus en plus délicate. Les facteurs de risque de contamination par ces germes virulents doivent être connus par les médecins praticiens et surtout le réanimateur qui est le plus confronté à ce type d’infection.
En savoir plus

117 En savoir plus

Prise en charge du rachis cervical traumatique en milieu de ranimation chirurgicale  lhpital militaire Avicenne ( a propos 20 cas)

Prise en charge du rachis cervical traumatique en milieu de ranimation chirurgicale lhpital militaire Avicenne ( a propos 20 cas)

Il faudra donc, au moindre doute, prendre le temps de pratiquer des examens complémentaires, ce qui permettra d’éliminer ou de traiter une lésion mettant en jeu le pronostic vital. Ce d'autant que la douleur peut être absente du tableau clinique. Une radio du thorax permettra d’éliminer un pneumothorax, un hémothorax, une contusion pulmonaire étendue, ou un élargissement du médiastin. Un pneumothorax ainsi que tout épanchement sanglant devra être drainé. Une fois l’hémothorax drainé, il faudra attendre que le saignement soit tari avec certitude. Un cliché d’abdomen sans préparation recherchera l’existence d’un pneumopéritoine évoquant une perforation d’un organe creux. Une échographie abdominale sera demandée à la recherche d’un hémopéritoine évoquant une rupture de rate, une lésion hépatique ou un arrachement mésentérique. En cas de doute, un examen tomodensitométrique sans injection permettra un diagnostic plus précis. En cas de traumatisme du rachis dorsal, il permettra de rechercher un pneumothorax passé inaperçu au bilan radiologique standard, une contusion pulmonaire et de vérifier l’intégrité des gros vaisseaux médiastinaux. Si le moindre doute subsiste, un scanner avec injection doit être pratiqué, suivi ou non d’une artériographie.
En savoir plus

219 En savoir plus

Les polyradiculonvrites aigues en milieu de ranimation pdiatrique : profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique

Les polyradiculonvrites aigues en milieu de ranimation pdiatrique : profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique

Le diagnostic du syndrome de Guillain-Barré repose principalement sur trois éléments : un tableau clinique évocateur, une anomalie du liquide céphalorachidien (LCR) et un profil évolutif bien déterminé. La présentation clinique chez l’enfant n’est pas la même que chez l’adulte, et le pronostic est le plus souvent meilleur tant immédiat qu’à long terme. De ce fait, les attitudes thérapeutiques peuvent être différentes bien qu’il n’y ait pas de consensus quant à l’utilisation de certains outils thérapeutiques, surtout les échanges plasmatiques et les immunoglobulines chez l’enfant. [1]
En savoir plus

125 En savoir plus

La prise en charge des parturientes cardiaques en ranimation A propos de 81 cas

La prise en charge des parturientes cardiaques en ranimation A propos de 81 cas

La première cause chez la femme jeune est la bicuspidie aortique. Les autres causes d’obstruction à l’éjection du ventricule gauche telle que la cardiopathie hypertrophique asymétrique ont le même pronostic au cours de la grossesse. La difficulté repose sur l’absence de possibilité d’augmentation du débit cardiaque à l’effort, notamment au cours du travail, et l’augmentation de la consommation d’oxygène du myocarde hypertrophié. La présence d’un gradient intra ventriculaire moyen inférieur à 50mmHg expose peu au risque de complication mais une obstruction sévère expose au risque de décompensation cardiaque et d’ischémie myocardique dans 10 à 70 % des cas.
En savoir plus

136 En savoir plus

Epidmiologie et prise en charge des traumatismes crniens graves isols au service de ranimation polyvalente  l'hpital militaire Avicenne

Epidmiologie et prise en charge des traumatismes crniens graves isols au service de ranimation polyvalente l'hpital militaire Avicenne

aveugle, la cimétidine (anti-H 2 ) à l'oméprazole (IPP) ; l'incidence des pneumopathies acquises sous ventilation mécanique est similaire dans les deux groupes. [88] 1.12. Le nursing : Les séquelles cutanées sont actuellement assez facilement prévenues par le nursing associé à des matelas « anti-escarres » dés la phase initiale permettant la répartition des pressions d’appui. Les escarres peuvent encore survenir chez les patients les plus graves et sont en général liées à l’apparition d’une dénutrition sévère. Le bon positionnement du blessé, et des mobilisations articulaires éviteront des rétractions musculotendineuses ou des attitudes vicieuses qui peuvent être la cause des handicaps majeurs.
En savoir plus

149 En savoir plus

Prise en charge des noyades en ranimation pdiatrique

Prise en charge des noyades en ranimation pdiatrique

pour détecter des signes d’HTIC et en suivre l’évolution après traitement. o La mesure et la surveillance de la pression intracrânienne (PIC) par cathéter intraventriculaire est invasive et présente quelques complications. Cette mesure est actuellement tombée en désuétude parmi les équipes de réanimation pédiatrique, faute d’avoir pu prouver une influence de son contrôle sur le pronostic neurologique [88]. En définitive, il n’existe pas de consensus quand au neuro-monitorage de cette population de patients. L’objectif sera, en tout état de cause, de faire un bilan lésionnel, de déceler les complications et surtout de préciser le pronostic.
En savoir plus

190 En savoir plus

La prise en charge du choc septique en milieu de ranimation tude rtrospective de 43 cas

La prise en charge du choc septique en milieu de ranimation tude rtrospective de 43 cas

Les hospitalisations pour sepsis ont presque doublé ces dix dernières années. Elles représentent plus d’hospitalisations que l’infarctus du myocarde. Il y a environ 28 millions de cas de sepsis dans le monde, par année, dont 8 millions décèdent. Un malade décède du sepsis dans le monde toutes les 3 secondes. Au Maroc, on estime à 70.000 cas par an le nombre de sepsis sévères et de chocs septiques. Ceci représente de 8 à 15 cas pour 100 admissions en réanimation. Il peut s’agir d’infections de ville (méningites, pneumonies, infections intra- abdominales…), ou d’infections liées aux soins (dont les infections nosocomiales). L’infection nosocomiale peut être responsable ou compliquer un sepsis dans 30% des cas. Le coût du sepsis est très important. Par exemple en France, le coût par patient en 2005 était de 30.000 euros (15.000 euros pour l’infection communautaire, et 40.000 euros pour l’infection nosocomiale) [2].
En savoir plus

112 En savoir plus

Prise en charge de linsuffisance rnale aigu en milieu de ranimation  lhpital militaire Avicenne de Marrakech

Prise en charge de linsuffisance rnale aigu en milieu de ranimation lhpital militaire Avicenne de Marrakech

Les étiologies en sont extrêmement variées, et leur prise en charge constitue, dans la plupart des cas, une urgence médicale et/ou chirurgicale. A côté des mesures symptomatiques et étiologiques, le traitement supplétif dans la phase aiguë a permis d’améliorer le pronostic des patients en IRA, sachant que chaque modalité a ses avantages et ses inconvénients, aucune d’entre elles n’a pu démontrer sa supériorité par rapport aux autres, le choix de la méthode est avant tout une décision basée sur sa disponibilité et l’expertise de l’équipe, les connaissances des avantages et limites de chaque méthode , permettent lorsque l’on dispose de l’ensemble des thérapies, de s’adapter plus précisément aux indications de l’EER et à ses exigences.
En savoir plus

161 En savoir plus

Prise en charge dun polytraumatis en milieu de ranimation chirurgicale  lhpital militaire Avicenne

Prise en charge dun polytraumatis en milieu de ranimation chirurgicale lhpital militaire Avicenne

On a retrouvé comme facteur prédictif de mortalité : l’âge, la présence d’un collapsus, d’un syndrome de détresse respiratoire, GCS inf à 8 ,La présence d’une anisocorie, d’une contusion pulmonaire avec fractures de cotes, la présence d’un œdème, engagement et contusion cérébrale au scanner, une associations de plus de deux lésions. Au plan thérapeutique, la ventilation assistée dans 20% des cas dès les premières 24h et les drogues vasopressives chez 10 cas soit 22,22% , la transfusion sanguine fut nécessaire dans 26,66%. 25 patients (55,55%) avaient nécessité une intervention chirurgicale urgente. Conclusion : L’amélioration du pronostic du polytraumatisé se base sur des soins urgents et efficaces sur les lieux de l’accident, d’où la nécessité d’une véritable médecine préhospitalière, et sur une prise en charge dans des centres disposant de l’ensemble du plateau technique
En savoir plus

169 En savoir plus

Les pneumopathies nosocomiales en milieu de ranimation  lhpital militaire Avicenne Marrakech

Les pneumopathies nosocomiales en milieu de ranimation lhpital militaire Avicenne Marrakech

Les infections nosocomiales constituent un problème de santé publique majeur à l’origine d’un accroissement du risque de morbidité, d’un possible accroissement de risque de mortalité, d’une augmentation de la durée de séjour et d’un surcout hospitalier. [1;2]. Le risque de contracter une infection nosocomiale s’est accru avec l’évolution des pratiques de soins et de recrutement des patients [2]. Les techniques invasives utilisées pour le diagnostic, la surveillance et le traitement ouvrent souvent de nouvelles portes à l’infection : sonde urinaire à demeure, mesure de la pression veineuse centrale, perfusions de toute nature, implantation de prothèses… De plus, le recrutement des patients hospitalisés s’est modifié en particulier avec la prise en charge de personnes de plus en plus vulnérables à l’infection (patients immunodéprimés, interventions chirurgicales lourdes, patients présentant plusieurs pathologies graves, patients polytraumatisés en réanimation) [2].
En savoir plus

134 En savoir plus

Les pneumopathies nosocomiales acquises sous ventilation mcanique au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Les pneumopathies nosocomiales acquises sous ventilation mcanique au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

5- MICROBIOLOGIE 5.1-diagnostic microbiologique : • Avant de commencer une antibiothérapie probabiliste, la recherche étiologique des pathogènes semble incontournable. En effet, un traitement antibiotique inadapté au pathogène est lié à un plus mauvais pronostic. Les données de la littérature chez la population pédiatrique manquent et donc les méthodes pratiquées chez l’adulte font toujours référence [2] . Or, la valeur diagnostique des résultats bactériologiques change avec la technique de prélèvement et le contexte clinique. Les diverses techniques comparent des prélèvements invasifs ou non, et des dispositifs protégés ou non. La colonisation de voies aériennes qui peut être responsable de résultats faussement positifs, un traitement antibiotique antérieur peut-être responsable de résultats
En savoir plus

112 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes thoraciques graves en milieu de ranimation de lhpital militaire Avicenne:Etude rtrospective  propos de 30 cas

Prise en charge des traumatismes thoraciques graves en milieu de ranimation de lhpital militaire Avicenne:Etude rtrospective propos de 30 cas

3.2. Hémothorax :[87] Il est présent dans 40 % des cas environ, d’abondance et de gravité variables. L’hémothorax de petite abondance résulte souvent d’une lacération parenchymateuse pulmonaire directe ou d’une lésion des vaisseaux intercostaux ou mammaires internes. Les lésions traumatiques des gros vaisseaux médiastinaux ou du cœur donnent lieu à un hémothorax de grande abondance, représentant un facteur pronostic majeur avec une mortalité de 30 %. En fonction de l’abondance de l’hémothorax, on observe sur la radiographie standard une augmentation diffuse de l’opacité de la plage pulmonaire et un comblement du récessus costophrénique. En cas d’épanchement de faible abondance, on note un effacement de la coupole diaphragmatique avec accumulation du sang dans le sillon latéral entre le poumon et le gril costal. En cas d’épanchement de grande abondance, on visualise une « coiffe apicale[87] 4. Lésions médiastinales :
En savoir plus

143 En savoir plus

Infections nosocomiales priopratoires chez les nouveau-ns en ranimation pdiatrique

Infections nosocomiales priopratoires chez les nouveau-ns en ranimation pdiatrique

Ce travail rétrospectif est réalisé par l'analyse des dossiers de 200 nouveau-nés, ayant été hospitalisés pour prise en charge périopératoire d’une pathologie chirurgicale, au service de réanimation pédiatrique du Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI de Marrakech, entre le 1er Janvier 2016 et le 31 Décembre 2018. Il a pour objectif d’identifier l’écologie microbienne des nouveau-nés ayant présenté une infection nosocomiale postopératoire et de décrire leurs aspects cliniques et leurs particularités thérapeutiques. Nous avons identifié 58 nouveau-nés ayant présenté une infection nosocomiale postopératoire documentée, soit un taux de 29%. La majorité avait entre H1 et 5 jours de vie à l’admission, avec 12 % des prématurés et 22,41% de nouveau-nés hypotrophes. Le sexe ratio M/F était de 2. La durée moyenne de séjour était de 7 jours avec des extrêmes allant de 1 jour à 44 jours. L’hospitalisation préopératoire était de 46 heures en moyenne. Le taux d’IN le plus élevé (50%) a été enregistré chez les nouveau-nés opérés pour une occlusion néonatale notamment l’atrésie du grêle, suivi par ceux opérés pour une atrésie de l’œsophage (36,2%) et un défaut congénital de la paroi abdominale (13,8%). Le délai moyen d'acquisition de l’infection nosocomiale était de 4 jours après l’admission et de 2 jours après le geste opératoire. Les bactériémies étaient la localisation prédominante avec un taux de 88 % suivies par les pneumopathies qui ont représenté 5,17 %. Les germes responsables étaient des bacilles à Gram négatifs (BGN) dans 47,2 % des cas, dominés par l’ Acinetobacter baumanii et Klebsiella
En savoir plus

145 En savoir plus

Évaluation de la prise en charge des bactériémies liées aux dispositifs veineux centraux : impact du suivi des recommandations sur le pronostic

Évaluation de la prise en charge des bactériémies liées aux dispositifs veineux centraux : impact du suivi des recommandations sur le pronostic

Résultats: 187 hémocultures positives ont été recensées, parmi lesquelles 91 bactériémies liées au cathéter veineux central. L’antibiothérapie systémique était optimale dans 56% des cas. Un traitement conservateur a été tenté dans 51 épisodes, avec une indication conforme aux recommandations dans 29 cas. La prise en charge globale suivait les recommandations dans 41,8% des épisodes. Le taux de guérison était de 72,5%, le taux de décès dus à la bactériémie de 5,5%. La guérison était associée au suivi des recommandations (p=0,03) et à l’adaptation de l’antibiothérapie systémique (p<0,01). Le succès du traitement conservateur était associé au suivi des recommandations pour l’indication (p=0,01).
En savoir plus

54 En savoir plus

Étude rétrospective d'une série de 41 fœtus présentant une micrognathie : étiologies, pronostic et prise en charge

Étude rétrospective d'une série de 41 fœtus présentant une micrognathie : étiologies, pronostic et prise en charge

1.5 CONCLUSION La découverte d’une micrognathie isolée ou associée en prénatal est un bon indicateur d’une pathologie fœtale qui justifie une prise en charge pluridisciplinaire. Une étiologie chromosomique doit être recherchée de principe par une analyse FISH permettant d’éliminer une anomalie chromosomique de nombre. Cette analyse sera complétée d’une ACPA en cas de résultat normal. L’enquête familiale est essentielle car l’existence d’antécédents de SPR chez un apparenté du premier degré est un facteur de bon pronostic. L’examen clinique des parents peut permettre d’identifier chez l’un d’entre eux une forme fruste d’une affection dominante. Le bilan échographique doit comporter la recherche d’une fente palatine, une analyse morphologique soigneuse de la face fœtale de profil avec visualisation de la mandibule, de la taille et de la position des oreilles, la présence d’enchondrome, la mesure des biométries (périmètre crânien, périmètre abdominal, os long), la recherche de malformations viscérales, l’analyse de la morphologie des os longs si nécessaire en présence d’un généticien clinicien. L’IRM cérébrale fœtale est recommandée si la grossesse est poursuivie au 3 ème trimestre. Lorsque le bilan
En savoir plus

42 En savoir plus

Prise en charge obstétricale de la femme obèse sévère ou morbide : pronostic obstétrical, accouchement et déclenchement

Prise en charge obstétricale de la femme obèse sévère ou morbide : pronostic obstétrical, accouchement et déclenchement

Le recours au déclenchement reste particulier avec parfois une adaptation des pratiques, tout en sachant qu’un des plus grands risques reste la dystocie cervicale. L’axe de la maturation mériterait alors d’être travaillé plus en profondeur. L’utérus cicatriciel apporte sa part d’interrogation car si les discours sur la conduite à tenir qu’il impose s’affrontent, son association à l’obésité sévère ou morbide soulève le questionnement. Le pronostic obstétrical doit être établi dans un contexte régi par les recommandations, les protocoles, la part bénéfice-risque et les conditions médico-économiques que suscitent les différentes voies d’accouchement.
En savoir plus

97 En savoir plus

Pronostic et prise en charge des grossesses chez les patientes porteuses d’une néoplasie myeloproliférative philadelphia-négative

Pronostic et prise en charge des grossesses chez les patientes porteuses d’une néoplasie myeloproliférative philadelphia-négative

36 Polyglobulie primitive Concernant la PV, la série la plus importante rapportée dans la littérature comporte 8 patientes et 16 grossesses (7). Les autres séries sont pour la plupart très anciennes et portent sur 1 à 4 grossesses seulement. Une communication orale très récente présentée au cours du congrès 2016 de l’European Hematology Association (112) décrit également 70 grossesses chez 48 patientes suivies pour une PV. Au total, 109 grossesses chez 67 patientes ont donc été rapportées (Tableau 7). Le taux de naissances vivantes était de 70%. La complication la plus fréquente était également la FCSP dans 19% des cas. Une prématurité induite survenait au cours de 18% des grossesses et une MFIU dans 9%. Les complications utéro-placentaires semblaient nettement plus importantes qu’au cours des TE: des RCIU et pré-éclampsies étaient rapportés dans 18% des cas chacun. La morbidité maternelle semblait également augmentée avec des thromboses dans 5,5% des cas, dont une coagulation intra-vasculaire disséminée ayant entraîné le décès maternel dans un cas, et des hémorragies dans 11% des cas. A nouveau, l’hétérogénéité de ces études doit être prise en compte, les complications rapportées étant très variables d’une étude à l’autre. Griesshammer et al (112) décrivent 19% de complications thrombo-hémorragiques maternelles mais n’ont pas inclus les insuffisances utéro-placentaires. A l’inverse, Robinson et al (7) détaillent 17% de prématurités et 17% de RCIU mais seulement 6% de complications maternelles thrombotiques et aucune complication hémorragique.
En savoir plus

84 En savoir plus

Evolution de la prise en charge et du pronostic des syndromes coronariens aigus en France entre 1995 et 2010

Evolution de la prise en charge et du pronostic des syndromes coronariens aigus en France entre 1995 et 2010

[Figure 2] (4). En outre, cette classification a également permis de développer des prises en charge sp ifi ues selo le t pe de de SCA afi d’a lio e le p o osti des patie ts. E , l’American Heart Association (AHA) et le World Heart Federation (WHF) ont rejoint le groupe de travail pour développer une définition univ e selle de l’IDM [Tableau 1] (7). Ce groupe de travail a réuni plus de 52 membres et a impliqué un nombre record de pays avec des nouveaux venus, notamment la Chine et la Russie. Ce t a ail a pe is d’affi e et d’ la gi la définition de l’IDM, reconnaissant cinq catégories séparées selon la physiopathologie et les a t de ts ou o d’i te e tio o o a ie e pe uta e ICP ou de pontage aorto-coronarien (PAC) [Tableau 2]. La troponine est devenu le biomarqueurs de choix et les critère s sp ifi ues pou le diag osti d’u IDM comme cause de la mort subite ont été établis. Les nouvelles lignes directrices consensuelles ont incorporé également des signes visibles pa les te h i ues d’i age ie da s les it es diag osti s.
En savoir plus

100 En savoir plus

Show all 5459 documents...

Sujets connexes