Haut PDF LES PATHOLOGIES HERNIAIRES CHEZ LE SUJET G EXPERIENCE AU CHU MOHAMMED VI

LES PATHOLOGIES HERNIAIRES CHEZ LE SUJET G EXPERIENCE AU CHU MOHAMMED VI

LES PATHOLOGIES HERNIAIRES CHEZ LE SUJET G EXPERIENCE AU CHU MOHAMMED VI

3.2.2 Hernie de la ligne blanche : C’est la hernie d’un segment intestinal à travers les fibres d’entrecroisement de la ligne blanche. Selon le siège elle peut être sus ombilicale, juxta ombilicale ou sous ombilicale. Le plus souvent acquise, elles sont en règle asymptomatiques. La plupart des hernies de la ligne blanche se présentent sous forme d'une tuméfaction médiane, de 15 à 25 mm. Cette tuméfaction a l'apparence d'un lipome, car rarement expansive à la toux : le collet est souvent étroit (5 à 8 mm) et le contenu fait de graisse, soit pré-péritonéale hors du sac, soit épiploïque dans un vrai sac. Le diagnostic peut en être difficile chez l'obèse. Lorsque le sac est plus important, avec un orifice plus large, 3 à 5 cm, l'expansibilité est plus marquée, les douleurs plus nettes. Le sac contient alors souvent du grand épiploon, plus rarement de l'intestin grêle. La tuméfaction peut apparaître paramédiane : il s'agit néanmoins de hernie de la ligne blanche. Pour les chirurgiens, il importe de savoir que 20 % des hernies épigastriques sont multiples : la recherche de 2 ou 3 sacs doitdonc toujours être effectuée lors de l'intervention ou par tomodensitométrie en préopératoire.
En savoir plus

196 En savoir plus

L'osteome osteode chez l'enfant : experience du service de chirurgie taumato-orthopedie pediatrique du CHU Mohammed VI

L'osteome osteode chez l'enfant : experience du service de chirurgie taumato-orthopedie pediatrique du CHU Mohammed VI

L’ostéome ostéoїde chez l’enfant 1.2. Analyse microscopique : Le nidus est composé d’un conjonctif hyper vascularisé, de cellules géantes, d’ostéoblastes et de substance ostéoїde. Ce sont les ostéoblastes qui élaborent les travées ostéoïdes et les ostéoclastes qui les résorbent, aboutissant à une calcification de situation variable, parfois centrale avec une couronne périphérique. Cet aspect donne une image radiologique quasi pathognomonique dite en « cocarde ». Ces deux contingents cellulaires sont, en étude ultra-structurale, identiques à ceux d’un cal osseux. L’importance quantitative de la calcification du nidus n’est pas en rapport avec son évolution clinique : l’ostéome ostéoїde semble le plus souvent croître puis se stabiliser parfois pendant de nombreuses années(Figure 42).
En savoir plus

138 En savoir plus

LA PRISE EN CHARGE DU CANCER COLORECTAL METASTATIQUE : EXPERIENCE DU CENTRE DONCOLOGIE HEMATOLOGIE CHU MOHAMMED VI MARRAKECH

LA PRISE EN CHARGE DU CANCER COLORECTAL METASTATIQUE : EXPERIENCE DU CENTRE DONCOLOGIE HEMATOLOGIE CHU MOHAMMED VI MARRAKECH

83 Avant de conclure, nous n’insisterons jamais assez sur l’importance que doit attribuer le médecin aux signes cliniques et surtout au toucher rectal qui doit être systématique devant toute symptomatologie rectale et sur le fait qu’il faut toujours avoir la hantise d’un CCR même chez un sujet jeune et de ne pas s’arrêter au diagnostic de facilité –notamment les hémorroïdes- devant toutes rectorragies et qu’il ne faut pas hésiter à avoir recourt à l’endoscopie en cas de TR normal.

149 En savoir plus

Place de l'abord antrieur dans les pathologies du rachis dorsolombaire Exprience du service de neurochirurgie au CHU MOHAMMED VI- MARRAKECH

Place de l'abord antrieur dans les pathologies du rachis dorsolombaire Exprience du service de neurochirurgie au CHU MOHAMMED VI- MARRAKECH

Il est le siège de pathologies variées affectant sa stabilité et menaçant son intégrité vasculo-nerveuse. Ces affections peuvent être : infectieuses, traumatiques, tumorales ou dégénératives et s’exprimer par un syndrome rachidien, neurologique ou les deux. Selon le niveau de la vertèbre et la zone endommager, deux voies d’abord sont possibles : la voie d’abord postérieure et la voie d’abord antérieure. Cette dernière correspond aux approches chirurgicales permettant d’accéder aux corps vertébraux rachidiens par leur face antérieure ou antérolatérale. Cette alternative présente de nombreux avantages, ceci sur la plan per opératoire et post opératoire, mais reste grevée d’un taux important de morbidité et de mortalité [1 [1 [1 [1,2 ,2 ,2]]]].... ,2
En savoir plus

137 En savoir plus

Fracture dplace de l'avant bras chez l'enfant : Experience du service de traumato-orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Fracture dplace de l'avant bras chez l'enfant : Experience du service de traumato-orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

- Nous avons identifié un seul cas de cal vicieux avec des répercutions sur la pronosupination . [71] , [72], [73]. 2.2. Les pseudarthroses On désigne sous le nom de pseudarthrose toute fracture qui n’aboutira pas à la consolidation osseuse spontanée dans les délais physiologique avec des extrêmes allant de 3 à 6 mois. Elles sont exceptionnelles chez l’enfant et liées à des défauts thérapeutiques [76].Le traitement fait appel à tous les moyens pouvant assurer une stabilité du foyer de pseudarthrose :

154 En savoir plus

Pathologies de la paroi abdominale et traitement prothtique : exprience du CHU Mohammed VI de Marrakech

Pathologies de la paroi abdominale et traitement prothtique : exprience du CHU Mohammed VI de Marrakech

En cas de hernie directe, l’orifice se situe en dedans des vaisseaux épigastriques, en cas de hernie indirecte, la dissection soigneuse et prudente des éléments du cordon permet de refouler en arrière le sac herniaire. Une prothèse d’environ 10 x 14 cm, fendue de préférence, est enroulée et introduite dans l’espace pré-péritonéal. Comme les éléments du cordon ont été libérés, on déroule la prothèse et on la place sur les surfaces herniaires en s’assurant que tout point potentiellement faible a été largement recouvert. Si la prothèse est suffisamment dimensionnée, elle n’a pas besoin d’être agrafée. On doit vérifier qu’elle reste en place lorsqu’on exsuffle le gaz. On peut la fixer par deux agrafes sur le bord supérieur du ligament de Cooper et deux agrafes sur la face postérieure de l’aponévrose postérieure du grand droit. On ne doit pas l’agrafer en dehors pour ne pas blesser nerfs et vaisseaux.
En savoir plus

163 En savoir plus

REGISTRE HOSPITALIER : EXPERIENCE DU SERVICE DONCOLOGIE DU CHU MOHAMMED VI DE MARRAKECH

REGISTRE HOSPITALIER : EXPERIENCE DU SERVICE DONCOLOGIE DU CHU MOHAMMED VI DE MARRAKECH

III. U Les registres des cancers au Maroc Le registre des cancers de Rabat de 1990 représente le premier registre des cancers au Maroc. Il a été suivi du registre des cancers de la région du Grand Casablanca de l’année 2004, qui fut le fruit d'une collaboration entre divers acteurs nationaux et internationaux. Il a permis de disposer des données sur l'épidémiologie descriptive des cancers dans la population de la Région du Grand Casablanca. Bien qu'initié par un groupe d'enseignants de la faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca, ont participé à l'élaboration de ce registre l'Association Lalla Salma de lutte contre le cancer, le CHU Ibn Rochd de Casablanca, la direction régionale du ministère de la santé de Casablanca, le bureau de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au Maroc, l'Institut national du Cancer américain (NCI), le Centre international de la recherche sur le cancer (CIRC) et les laboratoires Pfizer et Roche.
En savoir plus

165 En savoir plus

La prvalence de linfection nosocomiale au CHU Mohammed VI de Marrakech

La prvalence de linfection nosocomiale au CHU Mohammed VI de Marrakech

Dans la majorité des études, l’immunodépression a été reconnue comme étant un facteur prédisposant [93,94], d’autres auteurs n’ont pas trouvé de relation entre ce facteur et l’infection nosocomiale. Cette dépression immunitaire va s’aggraver sous l’effet des pathologies aigues telles que : le poly-traumatisme, les brûlures et viennent s’ajouter les effets de la chirurgie, l’anesthésie, les traitements immunosuppresseurs, les antibiotiques et la malnutrition. Tous ces états prédisposent aux IN. [95]

100 En savoir plus

Evaluation de la consommation des antibiotiques au CHU Mohammed VI

Evaluation de la consommation des antibiotiques au CHU Mohammed VI

Les pathologies infectieuses constituent un problème majeur de santé publique. De ce fait, la consommation des antibiotiques y est importante. Les conséquences de cette forte consommation dont l’impact microbiologique, sont multiples. Plusieurs études rapportent la relation qui existe entre le niveau d’utilisation d’antibiotiques et la fréquence de la résistance(2). La surveillance de la consommation des antibiotiques est l’une des stratégies recommandées pour prévenir et maîtriser cette résistance qui revêt une importance mondiale.(3)

128 En savoir plus

Prise en charge des anévrysmes artériels intracrâniens au CHU Mohammed VI

Prise en charge des anévrysmes artériels intracrâniens au CHU Mohammed VI

Le seuil de visibilité de l’anévrysme est de 3mm. Le principal inconvénient est d’être source de nombreux artefacts. Malgré que l’angiographie par résonance magnétique a donné de bons résultats dans la détection des anévrysmes pendant l’hémorragie sous arachnoïdienne aigue, elle est souvent non praticable dans les cas sévères à cause du temps long de l’examen. Cependant, elle garde des limites à savoir : une résolution spatiale moins bonne par rapport à l’angiographie, un coût élevé, une sensibilité aux artéfacts et des difficultés dans la visualisation des vaisseaux en cas de flux sanguin diminué. Cet examen, reste préféré dans des groupes de population à haut risque de développer des anévrysmes, tels que des patients ayant des antécédents familiaux de rupture anévrysmale, pathologies des tissus conjonctifs comme la maladie d’Ehlers-Danlos type IV, la dysplasie fibro-musculaire, la neurofibromatose type 1, le déficit en 1 antitrypsine…
En savoir plus

147 En savoir plus

Pathologie du sujet g au service d'accueil des urgences du CHU Mohammed VI de Marrakech

Pathologie du sujet g au service d'accueil des urgences du CHU Mohammed VI de Marrakech

Patients et méthodes : il s’agit d’une étude prospective concernant un échantillon de 276 cas, l’étude s’est déroulé entre Mars et Septembre 2012, et comporte un questionnaire destiné aux médecins internes et urgentistes de garde. Résultats et discussion : dans notre étude 9.7% sont âgés de 65 ans et plus, la population constituée de 40.9% de femmes et de 59.1% d’hommes avait un âge moyen de 82.5 ans, la pathologie de l’appareil locomoteur (15.7%) occupe la 1ère place suivie de l’urologie (14.5%), la pneumologie (11.5%), la cardiologie (11.3%), la chirurgie générale (9.1%), la neurologie (8.4%), la chirurgie cardiovasculaire (5.2%), la gastro-entérologie (3.8%), l’hématologie, l’endocrinologie, la néphrologie, la neurochirurgie (3.5%). Dans notre étude 44.1% des patients âgés ont regagnés leur domicile alors plus de la moitié ont resté dans l’hôpital, 53.5 % ont été hospitalisés dont 11.9% en déchoquage-réanimation, 1.7% sont décédés. Ceci est dû à l’absence d’une structure gérontologique permettant de recevoir dans les meilleures conditions les personnes âgées, de les prendre en charge sur le plan médical et social. A ces problèmes s’ajoute le manque de réseau gérontologique extra hospitalier dont la vocation principale, est l’hébergement et le soin des patients âgés présentant des pathologies chroniques ou des problèmes sociaux incompatibles avec leur retour à domicile.
En savoir plus

125 En savoir plus

Epidémiologie de cas de traumatologie-orthopédie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Epidémiologie de cas de traumatologie-orthopédie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Epidémiologie de cas de traumatologie orthopédie au CHU Mohammed VI de Marrakech Dans ce travail, nous avons donné un aperçu général sur la région de Marrakech Tensift- Al Haouz, sur son infrastructure sanitaire en précisant la place du service de TR-OR du CHU Mmed VI en son sain, nous avons rapporté la fréquence des différentes pathologies traumato- orthopédiques qui y ont été colligées et avons discuté nos résultats à la lumière de la littérature. Enfin, nous avons essayé de repérer les principales contraintes s’opposant au bon fonctionnement du service et de formuler des propositions et de solutions qui leur sont adaptées.
En savoir plus

201 En savoir plus

Traumatismes vértébromédullaires chez l’enfant (2002-2010) : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Traumatismes vértébromédullaires chez l’enfant (2002-2010) : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Les traumatismes de l’adolescent sont proches de celles observées chez l’adulte. le diagnostique précis de la lésion rachidienne doit être fait au plutôt et toujours suspecté dans une situation d'urgence dès les lieux du ramassage pour éviter l'aggravation neurologique que l'on constate le plus souvent lors du ramassage et du transport de ces blessés, en effet, si les progrès de la réanimation, du nursing et de la réadaptation fonctionnelle ont permis de diminuer l'incidence de la mortalité, les séquelles neurologiques restent dramatiques.

140 En savoir plus

Cancers de la vulve Exprience du CHU Mohammed VI De MARRAKECH

Cancers de la vulve Exprience du CHU Mohammed VI De MARRAKECH

2.3 Facteurs de risque locaux 2.3.1Dystrophies atrophiques a) Le lichen scléreux vulvaire (LSV) : Le lichen scléreux (LS) est le plus fréquent des dermatoses vulvaires [10] à potentiel malin avec un taux de cancérisation estimé à 5 % [11-12] correspond à une maladie inflammatoire chronique de la peau et des muqueuses, survient en général chez des femmes ménopausées (70-80ans) mais débute souvent avant la ménopause et peut se voir chez la fillette entre 5 et 8 ans. Bien que l'étiologie exacte soit inconnue, la prédisposition génétique, les infections et les facteurs auto-immuns ont été mis en cause dans son étiopathogénie. [13]
En savoir plus

206 En savoir plus

Mortalit aux urgences pdiatriques du CHU Mohammed VI Marrakech

Mortalit aux urgences pdiatriques du CHU Mohammed VI Marrakech

Une surmortalité néonatale masculine est classique dans des différentes études sans qu’on ne puisse y accorder une explication satisfaisante. Cette surmortalité serait due en partie à la prévalence plus forte des maladies respiratoires chez ceux-ci que chez les filles, elle-même le résultat d’une plus grande fragilité pulmonaire des petits garçons à la naissance, liée à un rythme de développement fœtal différent. De plus, il semblerait que les nouveau-nés de sexe masculin bénéficient d’un niveau d’immunité passive naturelle inférieur à celui des filles, d’où leur plus grande vulnérabilité aux maladies infectieuses en général [30].
En savoir plus

96 En savoir plus

Les spondylarthropathies : exprience du service de rhumatologie du CHU Mohammed VI

Les spondylarthropathies : exprience du service de rhumatologie du CHU Mohammed VI

Ils stimulent la production de médiateurs de l’inflammation dont la prostaglandine E2 (PGE2) et des molécules d’adhésion impliquées dans les phénomènes d’inflammations articulaires. Elles stimulent l’activité de métallo protéinases MMP (matrix métalloprotéines) impliquées dans la destruction du cartilage. Une équipe canadienne a mis en évidence qu’un fort taux plasmatique de MMP3 chez les patients atteints de SpA serait signe de progression radiologique [11]. Deux essais thérapeutiques ont montré une efficacité du traitement par Anakinra (KINERET®), antagoniste des récepteurs de l’IL-1 suggérant ainsi l’implication de l’IL-1 dans la maladie. Le niveau d’amélioration observé était modeste à côté de celui observé avec les anti-TNF [17,25,26]. L’action de l’IL-1 β semblant peu affectée par des inhibiteurs extracellulaires, les recherches s’orientent maintenant vers les fonctions intracellulaires de l’IL-1 et leur rôle pro-inflammatoire.
En savoir plus

168 En savoir plus

Les mningites bactriennes au service de pdiatrie du CHU Mohammed VI

Les mningites bactriennes au service de pdiatrie du CHU Mohammed VI

V. Profil radiologique 1. Imagerie cérébrale 1.2 Scanner cérébral et Imagerie par résonance magnétique Après la mise en route du traitement, la décision de réaliser une imagerie est dictée par la clinique initiale et l’évolution. Les complications neurologiques (engagement, état de mal convulsif), infectieuses et vasculaires, rend compte de la morbi mortalité des méningites bactériennes. La mortalité due aux complications est entre 19 et 37 %. Elle est surtout liée au pneumocoque (30 %), moindre pour le méningocoque (7%). La détection des complications par l’imagerie est de première importance pour adopter ou modifier les mesures thérapeutiques nécessaires. Un tableau peu sévère et une évolution clinique rapidement favorable ne justifient pas de réaliser une imagerie systématique. En revanche, des antécédents particuliers (traumatiques, neurochirurgicaux, infectieux, immunodépression), ou des critères de sévérité initiaux (confusion mentale notamment) imposent une imagerie cérébrale systématique par scanner ou, mieux si elle est possible, l’IRM en urgence dès la ponction lombaire effectuée et l’antibiothérapie démarrée. De même, le moindre symptôme ou signe anormal infectieux ou neurologique survenant ou persistant durant l’évolution doit faire pratiquer une imagerie en urgence. Chez les jeunes nourrissons, l’échographie transfontanellaire peut être utilisée(69).
En savoir plus

116 En savoir plus

Cancer du colon : à propos de 86 cas au CHU Mohammed VI

Cancer du colon : à propos de 86 cas au CHU Mohammed VI

Sa sensibilité varie de 36% à 83% selon le stade de la tumeur. Elle est faible dans les stades localisés, raison pour laquelle l’ACE est inutilisable pour le dépistage. Le dosage de l’ACE a un intérêt pronostique chez les patients où le cancer vient d’être diagnostiqué. Il existe une forte corrélation entre la concentration sérique de l’ACE, la masse tumorale et la présence ou non de métastases. Le taux normal est inférieur à 5 µg/l, un taux élevé au-delà de 10 µg/l est évocateur d’une tumeur métastasée. Néanmoins, la valeur de l’ACE n’a pas d’impact sur l’attitude thérapeutique.
En savoir plus

168 En savoir plus

Le Ptrygion : exprience du service d'ophtalmologie du CHU Mohammed VI de Marrakech

Le Ptrygion : exprience du service d'ophtalmologie du CHU Mohammed VI de Marrakech

La greffe conjonctivo-limbique et l’autogreffe conjonctivale apparaissent comme l'une des techniques chirurgicales de choix pour la réalisation de cet objectif. Cette étude se veut d'exposer les raisons de ce choix, de décrire la technique chirurgicale utilisée et d'analyser les résultats obtenus sur une période de 27 mois, à propos de 139 cas d'autogreffe conjonctivale et 24 cas de greffe conjonctivo-limbique réalisés au Service d'ophtalmologie du Centre Hospitalier Universitaire Mohammed VI de Marrakech entre Janvier 2012 et Mars 2014.

151 En savoir plus

Le kratocne : Exprience du service dOphtalmologie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Le kratocne : Exprience du service dOphtalmologie, CHU Mohammed VI, Marrakech

o Le stroma cornéen : Représente la majeure partie de l’épaisseur cornéenne, soit environ 450 µm, avasculaire, paucicellulaire avec moins de 2 ou 3 % du volume en cellules. Il est constitué de collagène type I (75%) et accessoirement de collagène type V et VI. Le diamètre constant de 35 nm et l’espacement constant de 41 nm des fibrilles de collagène, à l’intérieur des fibres de collagène, ainsi que l’arrangement des fibres en lamelles parallèles entrelacées et reliées par des ponts inter lamellaires, sont indispensables à la transparence cornéenne. C’est le collagène du stroma qui assure l’essentiel de la résistance biomécanique de la cornée, maintenant sa forme contre les forces qui s’exercent sur elle (pression intraoculaire en arrière et paupières et pression atmosphérique en avant).
En savoir plus

145 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes