Haut PDF Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne

Les banques en ligne reconnues pour leur compétitivité prix, leur réactivité et leur flexibilité L’an dernier, lors de la première enquête réalisée pour Monabanq., nous montrions que les principaux éléments d’évaluation d’une banque étaient ses coûts et sa gamme de services. Par ailleurs, il apparaissait que les points d’insatisfaction des clients portaient sur l’importance des frais bancaires et le manque de conseils.

44 En savoir plus

Approche de l'autonomie dans un dispositif en ligne : le cas du dispositif Le français en (première) ligne

Approche de l'autonomie dans un dispositif en ligne : le cas du dispositif Le français en (première) ligne

éducative 4 . Plus récemment, en France, Annie Jézégou, s’appuyant sur les travaux de Moore, a montré que « plus l’ouverture de l’environnement est importante, plus l’apprenant peut exercer un contrôle sur les différentes composantes de cet environnement et donc, diriger par lui-même sa formation et ses ap- prentissages » (2007, p. 350). L’ouverture constitue donc un des paramètres permettant d’apprécier l’autonomie des acteurs d’un dispositif mais, précise- t-elle : « Les efforts de réduction de la distance transactionnelle que per- met la communication médiatisée ne suffisent pas à qualifier un dispositif d’« ouvert ». Une autre composante tout aussi fondamentale entre en jeu : celle de la souplesse de sa structure organisationnelle et pédagogique. Cette flexibilité permet à l’apprenant de se former tout ou partie par lui-même, tout en disposant de marges d’autonomie dans ses apprentissages. » (2005, p. 45). Cette souplesse des dispositifs « se matérialise à travers l’ingénierie d’un en- semble de prestations humaines, pédagogiques et technologiques modulables et adaptées au besoin de l’apprenant tout au long de sa formation. Elle ren- voie [...] à un ensemble de configurations de dispositifs flexibles et évolutifs, dont la principale propriété est d’accorder à l’apprenant des libertés de choix ou d’autodétermination. » (2005, p. 48). Nous allons donc étudier à quels ni- veaux peuvent se situer les possibilités de souplesse et de libertés de choix dans le dispositif Le français en (première) ligne.
En savoir plus

21 En savoir plus

Valoriser les données d’enquêtes qualitatives en sciences sociales : le cas français de la banque d’enquête beQuali

Valoriser les données d’enquêtes qualitatives en sciences sociales : le cas français de la banque d’enquête beQuali

Retour d’expériences Grâce à la diversité et à la richesse aussi bien des documents et des informations disponibles sur les enquêtes que des outils d’exploration, il est possible d’engager avec les étu- diants des réflexions approfondies sur la démarche d’en- quête, par exemple une réflexion autour de la préparation du terrain, avec des questions telles que la construction et la sélection de l’échantillon, les modes de recueil des données ou encore le processus de production du guide d’entretien. Sur ce dernier point, les matériaux disponibles permettent souvent de montrer qu’un guide d’entretien se construit pro- gressivement et nécessite plusieurs ajustements et correc- tions tout au long du terrain : par exemple, pour les enquêtes Choisir son école d’A. van Zanten et Deux générations d’im- migrés africains de J. Barou, ce sont sept versions du guide d’entretien qui sont consultables. La banque permet aussi de montrer aux étudiants comment le travail d’analyse s’ef- fectue concrètement : qu’il s’agisse de sociogrammes, de graphes, de typologies ou de fiches synthétiques, le cata- logue des enquêtes en ligne permet d’expliquer comment traiter les données recueillies du terrain. Les documents d’analyse montrent aussi que ce travail se fait parfois avec tâtonnement, nécessitant un retour sur le terrain. En somme, l’ensemble des matériaux conservés permet de montrer que la recherche de terrain ne constitue pas une succession d’étapes distinctes et cloisonnées les unes des autres. Le fait de pouvoir manipuler aisément les documents selon le plan de classement, la date ou la localisation géographique vise à faciliter l’exploration de ces dimensions.
En savoir plus

14 En savoir plus

Enseignement du français en ligne en Chine via la plateforme CC Talk : description du dispositif et du style d’agir professoral

Enseignement du français en ligne en Chine via la plateforme CC Talk : description du dispositif et du style d’agir professoral

Introduction À partir de 2013 j’ai appris le français en dehors de mes études universitaires dans une école de français et à l’Alliance Française à Cheng Du en Chine. Pour les vacances d’été 2015, je suis retournée dans ma région où il n’y a pas d’institution pour apprendre le français. Afin de ne pas perdre de temps et d’assurer une continuité d’apprentissage, j’ai choisi de suivre des cours de français en ligne via la plateforme CC Talk. Cette plateforme est renommée pour l’apprentissage des langues étrangères en ligne, où se regroupent des enseignants du monde entier avec des apprenants qui sont principalement chinois. Les cours proposés sont très variés en mode payant ou gratuit, ce qui permet de répondre aux différents besoins. Grâce à cette facilité, pendant trois mois, j’ai pu approfondir mon français en choisissant un cours payant en mode audio asynchrone pour le niveau B2 et aussi un cours gratuit en mode audiographique synchrone qui présente les marques de luxe françaises comme Dior, Louis Vuitton, Hermès, Chanel sous un angle culturel. Le cours en ligne réussit à surmonter les limites géographiques et à créer un lien interpersonnel à l’aide de la communication médiatisée. En tant qu’apprenante, j’ai bénéficié de ce mode d’apprentissage. Aujourd’hui, mon rôle s’inverse avec une position d’enseignante. Je me suis formée en didactique des langues, français langue étrangère en vue d’être une future enseignante de français. En même temps, depuis 2017, j’enseigne le chinois sur place et à distance face à un public français en utilisant la plateforme de visioconférence Zoom. Cette expérience d’enseignement m’aide à tenir compte de la différence de fonctionnement de l’enseignement et des difficultés rencontrées dans les deux modes (en présentiel et à distance). Je me suis rendu compte que je me comporte différemment devant l’écran et en face à face avec les élèves. Les cours à distance demandent à l’enseignant d’avoir des compétences complémentaires. Prenons un exemple, l’enseignant doit être prêt à régler des problèmes techniques et aussi savoir utiliser la barre d’outils avec habileté afin d’assurer le bon déroulement de l’interaction. Comment maintenir l’attention des apprenants apparait comme crucial dans un cours à distance.
En savoir plus

98 En savoir plus

Aspects interculturels de l'enseignement / apprentissage en ligne : le cas du programme franco-australien "le français en (première) ligne"

Aspects interculturels de l'enseignement / apprentissage en ligne : le cas du programme franco-australien "le français en (première) ligne"

L'intégration des TIC dans le domaine éducatif a permis la mise en place de nouvelles situations de communication pédagogique entre étudiants (cf. les programmes Tandem, Cultura). En 2001, en s'inspirant de ces projets qui sont à l'origine d'interactions originales entre étudiants, nous avons lancé un projet, le français en (première) ligne, en partenariat avec les universités de Sydney (Australie) et de Franche- Comté. Deux ans après, alors que commence la troisième saison du programme mis en œuvre, nous allons, dans cet article, chercher à expliciter les aspects interculturels favorisés par le dispositif pédagogique en ligne mis en place. Par « aspects interculturels », nous entendons les éléments qui portent la marque d’« une mise en relation et une prise en considération des interactions entre des groupes, des individus, des identités » (Aballah-Pretceille, 1999 : 48) propre, selon nous, à susciter la réflexion aussi bien sur la culture étrangère que sur sa propre culture. Ces éléments à potentialité de réflexion interculturelle sont construits comme tels par le regard du chercheur, car comme le souligne Martine Abdallah- Pretceille « la spécificité de l’approche interculturelle réside bien dans le mode d’interrogation et non dans un champs d’application présenté comme interculturel » (2003 : 24).
En savoir plus

14 En savoir plus

Analyse des échanges en ligne dans un groupe de pratique du français sur Facebook

Analyse des échanges en ligne dans un groupe de pratique du français sur Facebook

1 Résumé La présente thèse s’inscrit dans le domaine de l’Apprentissage des Langues Assisté par Ordinateur (ALAO) et plus particulièrement dans la branche Communication médiatisée par ordinateur (CMO) de ce domaine. Cette étude, descriptive à visée compréhensive, interroge les échanges naturels des apprenants libyens pratiquant le français dans un Groupe Facebook. La situation que nous étudions est une situation informelle puisque le Groupe a été créé par les participants eux-mêmes sans aucune intervention de la part des enseignants. En effet, la CMO pédagogique a déjà été bien étudiée dans des contextes formels mais encore très peu abordée dans des contextes informels. Nos données se composent d’un corpus d’échanges en ligne qui s’étalent sur cinq mois contenant 947 messages et 3408 commentaires ainsi que de 11 entretiens semi-directifs réalisés avec certains des participants du Groupe observé. La recherche repose sur une analyse écologique visant à étudier les échanges dans un environnement élargi où plusieurs facteurs interagissent (langagier, social, culturel, politique). Ainsi, pour examiner ce qui se passe dans cet espace informel destiné à la pratique du français, nous avons d’abord décrit, de manière très générale les pratiques discursives des apprenants afin d’avoir une idée globale sur leurs activités. Se sont posées au passage les questions des langues utilisées, des fonctions du langage que mettent en oeuvre les messages, de la manière dont les messages et commentaires se répondent (ou ne se répondent pas) les uns aux autres et enfin des caractéristiques sémiolinguistiques des échanges. Nous nous sommes ensuite intéressée à la question suivante : dans quelle mesure ces pratiques contribuent-elles à l’établissement des liens sociaux et une communauté virtuelle en émerge-t- elle ? De même nous nous sommes demandée de quel type de communauté il s’agit. Enfin, nous nous sommes penchée sur les perceptions des participants vis-à-vis de Facebook en général et du Groupe en particulier.
En savoir plus

418 En savoir plus

Analyse des échanges en ligne dans un groupe de pratique du français sur Facebook : synthèse des résultats

Analyse des échanges en ligne dans un groupe de pratique du français sur Facebook : synthèse des résultats

2. Problématique et questions de recherche Les études portant sur des pratiques numériques informelles d’appropriation de la langue restent peu nombreuses par rapport aux recherches traitant de la communication pédagogique médiatisée par ordinateur (CPMO) (Dejean-Thircuir et Mangenot, 2006a). En effet, la communication en ligne en langues a été beaucoup étudiée dans des situations pédagogiques encadrées et accompagnées par des tuteurs comme le dispositif Le français en Première Ligne. Plusieurs chercheurs dans le domaine de ALAO s’intéressent aux pratiques informelles (Madge, Meek, Wellens et Hooley, 2009 ; Sockett, 2014) cependant, la revue de littérature réalisée par Thorne et Black (2009) montre qu’une grande partie des recherches portent sur les jeux en ligne. Dans notre travail, nous nous sommes intéressée ainsi à analyser les échanges en ligne dans une situation informelle. Les questions principales auxquelles nous avons tenté d’apporter quelques éléments de réponse sont les suivantes :
En savoir plus

9 En savoir plus

Intégrer des tâches d'écriture en ligne dans un dispositif d'enseignement du Français langue seconde: impact sur le développement linguistique

Intégrer des tâches d'écriture en ligne dans un dispositif d'enseignement du Français langue seconde: impact sur le développement linguistique

mobilisant les aspects socio-cognitifs de cet apprentissage, nous avons intégré deux tâches d’écriture en ligne dans un dispositif d’enseignement du français langue seconde offert à un public canadien. Notre étude vise à analyser l’impact de ces deux activités de productions écrites en ligne (discussion sur forum et rédaction de pages Internet) quant au développement linguistique (aisance à communiquer, précision et complexité linguistiques).

4 En savoir plus

Comment les Français s'informent-ils sur Internet ? Analyse des comportements d’information et de désinformation en ligne

Comment les Français s'informent-ils sur Internet ? Analyse des comportements d’information et de désinformation en ligne

Nous avons ainsi pu constater que 39 % des participants ont consulté des sources d’information jugées non fiables au cours des 30 jours de l’étude. Ces participants y ont passé en moyenne 11 % de leur temps quotidien d’information sur Internet, soit 0,4 % de leur temps total de connexion. Sur l’ensemble des participants, le temps passé sur des sources d’information jugées non fiables représente 5 % du temps total d’information en ligne, soit 0,16 % du temps total de connexion à Internet. Les sources de désinformation les plus visitées sont les sources généralistes non fiables, suivies des sources « pièges à clics » et des sources de désinformation en santé. Finalement, nous avons utilisé dans cette étude un algorithme de la société Storyzy afin de classer les sources d’information suivies selon une catégorisation binaire « fiable »/« non fiable ». Nous avons comparé la catégorisation ainsi obtenue à celle proposée par Les Décodeurs du journal Le Monde. Il ressort de cette comparaison que les deux méthodes d’évaluation de la fiabilité des sources d’information aboutissent à des résultats largement cohérents entre eux. Cette catégorisation des sources d’information nous a permis d’évaluer l’exposition des Français à de la désinformation en ligne, qu’elle soit de nature généraliste (des sites jugés non fiables proposant des contenus d’information et d’actualité principalement sociaux et politiques), axée sur des contenus de santé, de pseudosciences, satiriques ou de type « pièges à clics » (des sites dont les contenus n’ont pas pour but d’informer le lecteur, mais uniquement d’attirer son attention en vue de générer du trafic sur leurs pages).
En savoir plus

45 En savoir plus

Un master en français langue étrangère et/ou seconde en ligne et à distance avec l'Université des Antilles

Un master en français langue étrangère et/ou seconde en ligne et à distance avec l'Université des Antilles

Patrick Riba Texte intégral L’Université des Antilles et de la Guyane (UAG), seule université française dont le siège et les campus se trouvent dans la zone Amérique, dispose, depuis 2009, au sein de sa faculté des Lettres et sciences humaines en Martinique, d’un Institut caribéen d’études francophones et interculturelles, l’ICEFI, en charge de la recherche et de la formation en études créoles et créolistique, traduction et traductologie, français langue étrangère et politiques linguistiques, éducation comparée dans l’enseignement des langues, et arts caribéens.
En savoir plus

3 En savoir plus

Forum de discussion en ligne : analyse des échanges interculturels entre des élèves français et québécois

Forum de discussion en ligne : analyse des échanges interculturels entre des élèves français et québécois

Les stéréotypes n’ont pas vraiment été présents en tant que tels sur le forum. Le jeune âge des participants a peut-être fait en sorte qu’ils avaient moins d’idées préconçues par rapport aux autres qu’une personne adulte. De plus, malgré leurs pays différents, les Français et les Québécois se ressemblent beaucoup par leur langue, leur religion et leur race, ce qui peut rendre l’autre culture moins énigmatique et limiter les stéréotypes et les préjugés. Le chercheur a toutefois identifié deux messages publiés sur le forum la première année qui exprimaient une méconnaissance de l’autre culture. En effet, l’élève semblait croire que son affirmation était véridique, alors qu’elle ne représentait pas la réalité de l’autre pays. Ces deux affirmations sont dans la perspective « Apprendre à se connaître ». Dans la première, un élève affirme que les jeunes de l’autre pays ont à composer avec les cyclones, alors que lui se sent en sécurité dans son pays. Or, ni la France ni le Québec ne sont sujets aux tornades ou aux cyclones. La deuxième affirmation, toujours dans la même perspective, suppose que l’autre pays n’a pas du tout d’hiver. Or, les deux pays ont les mêmes saisons. Il est toutefois difficile de connaître l’évolution de ces connaissances, puisque dans les deux cas les autres élèves n’ont pas eu directement de réponses. L’élève qui parlait de cyclones n’a pas du tout eu de réponses, alors que l’élève qui parlait de l’hiver a eu une réponse, mais l’année suivante. Il n’a donc probablement jamais vu cette réponse. Dans les deux cas, le peu d’échanges sur le forum et la seule rencontre Via n’ont probablement pas permis aux élèves concernés de connaître une évolution dans leur savoir. Aucune affirmation de ce type n’a été publiée la deuxième année. Il n’est pas possible de savoir si une participation plus soutenue aurait permis aux élèves de réviser les informations qu’ils croyaient vraies. Les stéréotypes et les mauvaises connaissances sur la culture n’ont donc pas été au cœur des échanges sur le Knowledge Forum. Toutefois, lors d’expériences subséquentes, le professeur pourrait s’assurer que les questions trouvent des réponses et qu’une réflexion ait lieu pour corriger les stéréotypes.
En savoir plus

158 En savoir plus

« Pas à pas [Pazapa] » : conception d'un dispositif d'auto-apprentissage du français en ligne et à distance

« Pas à pas [Pazapa] » : conception d'un dispositif d'auto-apprentissage du français en ligne et à distance

En 2013, le CAVILAM – AF avait développé une plateforme FOS (Français sur Objectifs Spécifiques) appelée « Resopro » 1 destinée à des professionnels du tourisme, de l’hôtellerie-restauration ainsi qu’à des touristes ou hommes et femmes d’affaires indonésiens séjournant en France, tous de niveau débutant complet. La commande émanait de l’Institut français d’Indonésie pour répondre notamment à un besoin de compétences dans l’accueil des touristes francophones. Ce dispositif d’enseignement hybride, où les apprenants étaient suivis par des enseignants-tuteurs de l’Institut français, a connu un succès mitigé. Plusieurs raisons expliquent ce résultat et notamment le fait d’avoir voulu être exhaustif ce qui a eu pour conséquence de noyer les apprenants dans une trop grande quantité d’informations. Cette volonté d’exhaustivité a également amené les concepteurs à proposer une scénarisation qui a pu sembler superficielle à certains moments et donc décourager les apprenants à poursuivre leur apprentissage. Malgré tout, cette expérience a enrichi l’équipe du CAVILAM – AF qui a souhaité réinvestir les connaissances et compétences acquises dans la conception d’un nouveau produit : l’application « Pas à pas [Pazapa] ». Le défi de ce projet est donc de concevoir un outil réellement accessible à un public débutant complet.
En savoir plus

116 En savoir plus

Variabilité inter-individuelle et intra-individuelle dans la prononciation d’étudiants français qui pratiquent l’Apprentissage informel de l’anglais en ligne

Variabilité inter-individuelle et intra-individuelle dans la prononciation d’étudiants français qui pratiquent l’Apprentissage informel de l’anglais en ligne

33 L9 est le seul à déclarer explicitement vouloir imiter l’accent américain. Ceux qui ont l’impression de parler anglais avec l’accent américain (L3, L5, L6, L9 et L10) pensent que cela proviendrait des séries télévisées. Aucun ne pense parler avec l’accent britannique. L5 dit avoir un accent français lorsqu’il parle anglais. Sur l’ensemble des enseignants d’anglais qu’ils ont eus depuis le collège, ils mentionnent 5 Américains, 13 Britanniques, 1 Australien, les autres étant Français (54 sur les 75 enseignants). L’accent britannique serait, selon les participants, fortement représenté parmi ces enseignants. Aucun locuteur n’a vécu dans un pays anglophone. L1, L2, L3, L6, L8 et L10 se sont déjà rendus aux États-Unis et au Royaume-Uni pour des séjours courts (de quelques jours à deux semaines) pour une durée totale maximale d’un mois. Seul L6 a de la famille qui habite aux États-Unis et avec laquelle il communique deux heures par semaine en anglais.
En savoir plus

22 En savoir plus

L'apprentissage professionnel en alternance d'apprentis de l'enseignement supérieur français : étude des livrets d'alternance d'une licence professionnelle Assurances Banque Finances.

L'apprentissage professionnel en alternance d'apprentis de l'enseignement supérieur français : étude des livrets d'alternance d'une licence professionnelle Assurances Banque Finances.

2Chaque matière me permet d'acquérir des connaissances concernant l'univers bancaire 3Ces 3 semaines m'ont aussi amenée à développer mon esprit commercial à travers diverses mises en sit[r]

489 En savoir plus

Observatoire des projets des  Français en 2018 pour La Banque Postale (première édition)

Observatoire des projets des Français en 2018 pour La Banque Postale (première édition)

Une large majorité attribue de multiples vertus au projet Avoir un projet… Source : CRÉDOC, enquête sur les « Conditions de vie et les Aspirations des Français », début 2018. Champ : ensemble de la population de 15 ans et plus, en % de tout-à-fait d’accord et assez d’accord « A au moins un projet » = ayant répondu « Oui » à l’un des 12 exemples de projets cités

58 En savoir plus

Des listes électroniques : pour quoi, pour qui ? Notes sur les historiens français et les communautés en ligne

Des listes électroniques : pour quoi, pour qui ? Notes sur les historiens français et les communautés en ligne

Time was ripe for alarm recently on the electronic list H-Français 1 . The association of the Clionautes, which is the spearhead of the list, was preparing its annual meeting for March 22nd 2003, and there seemed to be a lack of volunteers to take over, maintain the website, moderate the list, scour the web and the press for information. Is the first generation who created the list in 1996 2 on the verge of overwork and weariness? Quite likely so. Of course, there was also a rhetoric of self-infliction in this occasion. But the pattern is quite familiar to the subscribers of electronic lists, where the change of the guards between the founders and a new generation of moderators and active contributors is often problematic. Last week, the moderators of Biblio.fr also showed some signs of doubt after the recent cancellation of the conference the list was organizing, cancellation that was due to a low number of participants. 3 H-urban, my electronic Alma Mater, finds it difficult to imagine ways and means to imagine a 'life after Wendy Plotkin', her incredibly active founder who is beginning to feel the burden of some 10 years of electronic commitment. But more important to our current discussion are the features of H-Français. With more than a thousand subscribers and more than a half decade of life, H-Francais is the only vast list connecting French historians properly speaking. The trick is that H-Francais is devoted to the teaching of history and geography in secondary and high schools, and provides a link between teachers who interact with enduring success around pedagogical practices, professional concerns, historical questions or electronic resources for the teaching of history and geography. A few academics belong to the list, but they don't seem to rank among the most active subscribers. In fact, French historians and on-line communities are worlds apart. My very presence here is a clue. If we trust the session organisers' perspicacity, they would probably have found
En savoir plus

11 En savoir plus

Apprentissage informel de l'anglais en ligne : quelles conséquences sur la prononciation des étudiants français ?

Apprentissage informel de l'anglais en ligne : quelles conséquences sur la prononciation des étudiants français ?

79 Birkbeck College ont participé à cette étude (Dewaele, 2002). Certains participants avaient d’autres L1 à côté de l’anglais : espagnol, italien, néerlandais, allemand, lingala, frioulan, ouro, farsi, créole mauritien, et arabe. Ils ont effectué des activités simulées d’interviews en binômes, qui ont généré de la parole spontanée en français. Le corpus ainsi enregistré et analysé comporte 85000 mots dont 771 occurrences de « vous » et de « tu », en position sujet. Ensuite, deux conversations en situations réelles (client et fournisseur) ont également été enregistrées et ont généré 1769 mots dont 26 occurrences de « vous » et de « tu », toujours en position sujet. Les résultats montrent que les natifs et les non natifs utilisent les marqueurs de vouvoiement et de tutoiement de manières très différentes. Les natifs utilisent plus le « tu » et son usage a davantage d’influence sur les situations de communication. Toutefois, ces observations n’ont pas pu être confirmées statistiquement et l’auteur reconnait que bien d’autres éléments interviennent dans le système linguistique de l’apprenant qui est « dans un état de flux permanent. Le modèle que le langage présente est le même modèle fractal que celui d’autres systèmes complexes, dynamiques, non-linéaires » (paragr. 46). Dans cet article, la discussion des résultats en rapport avec la théorie des SCD nous intéresse tout particulièrement, car cela s’applique à bon nombre d’aspects de la didactique des langues. Que ce soit dans l’apprentissage de la grammaire, du lexique ou encore de la phonétique au sens large, l’intervention et l’interaction entre facteurs externes et internes sont loin d’être négligeables. Parmi les facteurs externes, l’auteur cite « le contexte politique ou idéologique de l’époque où l’apprentissage se déroule » (paragr. 47). Quant aux facteurs internes, l’auteur évoque la mémoire, l’affect et la motivation et souligne qu’il « existe en outre des facteurs internes encore mal connus qui peuvent expliquer le progrès non-linéaire en langue maternelle […] comme en langue étrangère » (paragr. 49). Dans la sous-section suivante, nous expliquerons en détails la notion d’interlangue et nous montrerons en quoi elle constitue une manifestation intégrante des SCD au regard du développement langagier chez l’apprenant.
En savoir plus

409 En savoir plus

Apprendre le Français par le jeu avec des migrants adultes : conception d'une banque de ressources ludiques en contexte ASL

Apprendre le Français par le jeu avec des migrants adultes : conception d'une banque de ressources ludiques en contexte ASL

ASL. Sans l'appui de Véronique Simon qui nous a soutenue et grâce aux conseils qu'elle nous a prodigués le projet a pu voir le jour. Cela est, entre autres choses, lié à sa sensibilité pour la question ludique comme l'a révélé le questionnaire final. Cette dernière était déjà convaincue des bénéfices du jeu pédagogique dans l'apprentissage du français en ASL et a souhaité pour cela développer plus largement cet usage dans les ateliers de PASS. Elle explique : « j'ai toujours constaté qu'il fallait « dédramatiser » l'apprentissage pour les migrants. Je crois fermement que le jeu est une très bonne méthode pour apprendre autrement, sans avoir à « penser » que l'on apprend. Les langues se délient, les personnes entrent dans quelque chose qu'ils ne cherchent pas à maîtriser. Ils ne sont pas dans l'échec », « de plus, mon expérience m'a fait constater que le jeu n'est pas toujours très bien vu dans les familles. Si les enfants jouent, ils n'apprennent pas. Jouer en ASL, permet de comprendre l'intérêt des jeux ! ». Les retours de Véronique Simon sur l'expérience menée ont été positifs et elle assure avoir relevé de nombreux bénéfices lors des séances de français, « la joie, le rire, la prise de parole, la confiance en soi, l'interaction et la connaissance des autres », sont éléments qui attestent des vertus du jeu dans l'apprentissage d'après elle. Sur la question de la pertinence des activités ludiques proposées, elle certifie que « les jeux étaient toujours bien en lien avec le thème et la séance. Les participants y ont bien adhéré, c'est donc qu'ils en ont compris le sens et l'intérêt. Les jeux se sont déroulés en petits groupes, ce qui favorise la place et la confiance de chacun. Ils collaient tout à fait aux besoins des participants pour le quotidien. Oui, ils ont fait appel au vocabulaire et aux connaissances pour vivre en France. Il développent l'expression orale et la confiance en soi ».
En savoir plus

154 En savoir plus

L'banking et son inpact sur l'invironement de la banque

L'banking et son inpact sur l'invironement de la banque

La sécurisation du déroulement des transactions passe principalement par (2) deux types de procédures à savoir : le contrôle du code confidentiel et la connexion du terminal de paiement sur le serveur de la banque émettrice de la carte. Comme on dit dans le langage usuel, le risque zéro n’existe pas, des maillons faibles subsistent dans les systèmes (notamment pour les transactions à l’étranger et les transactions en ligne). Les mesures de prévention doivent être complétées par la mise en place d’outils de détection de façon à limiter les dégâts liés à une tentative de fraude ou à une fraude avérée. Ces outils passent en général par des logiciels d’analyse comportementale et leur mise en œuvre suppose de pouvoir réagir au plus près dans le temps des transactions délictueuses constatées. C’est pourquoi la garantie de paiement dont bénéficie le commerçant impose à ce dernier de remettre les transactions en recouvrement auprès de sa banque dans un délai très limité.
En savoir plus

125 En savoir plus

Larry Rivers, de la Banque Française

Larry Rivers, de la Banque Française

Toutes les œuvres de la série prennent pour motif le billet de 100 Nouveaux Francs figurant Napoléon Bonaparte (Fig.1 à 4). Dessiné au crayon sur papier, ou peint à l’huile sur toile, sur différents formats, le côté recto ou verso du billet apparaît tantôt seul, tantôt répété plusieurs fois sur un même support. Reproduites à de nombreuses reprises dans diverses revues, les « peintures d’argent français » devinrent une marque de fabrique pour celui qu’on appela même « Larry Rivers, de la Banque Française 3 ». Se souvenant de l’exposition à la galerie Rive Droite en 1962, qui présenta pour la première fois ces œuvres, Gérald Gassiot- Talabot la qualifie dix plus tard de « l’une des plus marquantes du début des années soixante » par le « trouble » qu’elle suscita et son « influence » sur la jeune génération 4 . Il écrit :
En savoir plus

13 En savoir plus

Show all 4356 documents...