Haut PDF Les choix de patrimoine des ménages

Les choix de patrimoine des ménages

Les choix de patrimoine des ménages

On voit que cette présentation diffère de celle de A. Celui-ci reconnaît qu'il n'est pas indifférent de se loger par location ou en devenant propriétaire. Il ne voit cependant qu'une di[r]

228 En savoir plus

Les Français sont-ils prudents ? Patrimoine et risque sur les revenus des ménages

Les Français sont-ils prudents ? Patrimoine et risque sur les revenus des ménages

revenus, choix de la variable de patrimoine. Néanmoins, ils montrent que le motif de précaution est relativement limité en France, rarement supérieur à 10% de la richesse. Validité des résultats Les estimations précédentes par les moindres carrés ordinaires peuvent cependant être biaisées (Lusardi, 1997). Concernant la variance du revenu, certaines valeurs nulles, en particulier quand il s'agit de donner la distribution des évolutions possibles du revenu futur, peuvent être erronées, ce qui peut entraîner des erreurs de mesure non négligeables dans les régressions économétriques. Dans ce cas, le coefficient de la variance du revenu est biaisé vers le bas et la part du patrimoine de précaution est sous-estimée. Il se peut également qu’il subsiste un biais d'endogénéité si l’on considère que les ménages averses au risque ont pu choisir des emplois plus stables, même si dans la régression, on contrôle par une mesure de la prudence. Pour corriger ces effets, nous avons re-estimé les équations du patrimoine par la méthode des variables instrumentales.
En savoir plus

46 En savoir plus

Choix de consommation des ménages en présence de plusieurs décideurs

Choix de consommation des ménages en présence de plusieurs décideurs

plus simple à mettre en oeuvre. Ce test se fonde sur la notion de facteur de distribu- tion. Il s’agit d’une variable, comme la part du revenu d’un conjoint dans le ménage, qui affecte le processus de décision (et donc les choix du ménage) sans influencer ni les préférences individuelles ni la contrainte budgétaire agrégée du ménage. Dans un deuxième temps, nous effectuons ces tests sur données tirées d’une série de données en coupe transversale (1982-1993) du Family Expenditure Survey (FES) britannique. L’échantillon de ménages retenu se limite aux couples avec un enfant de plus de 16 ans. Ces données contiennent de l’information sur les prix et certains facteurs de dis- tribution. Ils permettent donc de faire appel aux contributions théoriques de Browning et Chiappori (1998) et de Chiappori et Ekeland (2002a,b) pour valider le modèle col- lectif. Nos résultats rejettent la rationalité collective avec deux décideurs mais ne la rejettent pas dans le cas de trois décideurs. Notre analyse met ainsi en évidence non seulement l’importance de tenir compte des préférences individuelles dans l’analyse des ménages, mais également l’importance de reconnaître que plusieurs membres par- ticipent à la prise de décision au sein du ménage.
En savoir plus

28 En savoir plus

FACTEURS INFLUENCANT LE CHOIX DES SOINS AU NIVEAU DES MENAGES DANS LA VILLE DE GOMA (RDC) Cas de 369 Ménages vivant dans les sites de partenariat de la FSDC / ULPGL

FACTEURS INFLUENCANT LE CHOIX DES SOINS AU NIVEAU DES MENAGES DANS LA VILLE DE GOMA (RDC) Cas de 369 Ménages vivant dans les sites de partenariat de la FSDC / ULPGL

Université Libre des Pays de Grands Lacs de Goma, République démocratique du Congo, BP 368 Goma- RDC. Résumé : Pour identifier les facteurs influençant le choix des soins des ménages dans la ville de Goma, alternative aux soins de santé primaires proposée notamment pour lutter contre la pauvreté, l’auteur a entrepris une étude descriptive, transversale et quantitative qui a concerné 369 membres de ménages vivant dans les 18 sites de partenariat de la FSDC et constituent les 18 quartiers de la ville de Goma.
En savoir plus

14 En savoir plus

Rénovation énergétique de l'habitat en France : analyse microéconométrique du choix des ménages.

Rénovation énergétique de l'habitat en France : analyse microéconométrique du choix des ménages.

être locataires sans accès à une information détaillée sur le logement même si le DPE est obligatoire à la location aujourd’hui. Le Chapitre 4 nous permet de répondre aux deux autres questions de recherche posées dans l’introduction de ce manuscrit. Tout d’abord il s’agit de la question qui est au cœur de notre analyse : quelles sont les préférences des ménages pour les travaux de rénovation énergétique ? Le Tableau 4.16 montre les principales préférences des ménages dans les 4 situations de choix expérimentales. La décision de choisir une offre donnée ou non dépend du montant de l’investissement. Nous trouvons que les habitants des appartements sont plus sensibles au montant de l’investissement et sont moins enclins à entreprendre des travaux de rénovation sans y être forcé. Les ménages sont globalement favorables et intéressés par les PAC et les ENR, mais ils ne considèrent par le bois comme une énergie renouvelable et aiment plus les autres moyens de chauffage ou énergies. La seule exception – les habitants des maisons individuelles qui sont intéressés par les poêles à bois. La gestion du chauffage entre aussi en ligne de compte et les préférences dépendent de la situation de choix. S’il s’agit du remplacement du chauffage en cas de panne, les ménages préfèrent la gestion « intelligente » ou programmable. En revanche, s’il s’agit de travaux de rénovation énergétique, les ménages préfèrent avant tout la gestion « intelligente » ou « piloté à distance ». Ces résultats nous conduisent à penser que si le ménage a décidé d’améliorer la performance énergétique de son logement sans y être contraint, il fera un effort pour adopter les technologies et les équipements les plus performants. Les aides ont un impact positif sur la décision d’investir dans les travaux de rénovation et ont un effet levier entre 1 et 2 e investi en plus pour chaque 1 e d’aide. Mais l’effet levier dépend de la situation. Dans le cas du choix de chauffage suite à une panne, ce sont les habitants des maisons individuelles pour lesquels l’effet levier est le plus important. En revanche, dans le cas des travaux de rénovation, les aides accordées pour les travaux dans les appartements sont plus efficaces. Notons que pour les habitants des maisons individuelles, l’effet levier est inférieur à 1 – signe de la présence de l’effet d’aubaine. Le type d’aide préféré dépend aussi de la situation. L’aide fiscale intéresse les ménages dans le cas d’une panne de chauffage, tandis que l’aide locale est préférée pour les travaux de rénovation. Les résultats de l’enquête montrent aussi que les ménages sont prêts à s’endetter pour faire des travaux, à condition qu’ils bénéficient d’un prêt à taux 0 %.
En savoir plus

234 En savoir plus

Vieillissement et composition du patrimoine des ménages

Vieillissement et composition du patrimoine des ménages

Epargne d’entreprise PEE 2.2.3. Age, activité et composition du patrimoine Le tableau 5 présente les effets croisés de la composition du patrimoine des ménages avec l’âge. Nous observons une très forte croissance du montant moyen de valeurs mobilières détenu avec l’âge. Ainsi moins de 10 % du patrimoine total des très jeunes ménages (17-25 ans) est composé de valeurs mobilières contre 31 % pour les 70 ans et plus. Cependant, jusqu’à 50 ans, cette croissance avec l’âge des montants moyens détenus en valeurs mobilières va de pair avec un accroissement du patrimoine avec l’âge et s’explique donc en partie par un effet de richesse (plus le patrimoine s’accroît, plus le montant alloué aux placements en titres financiers augmente). Le patrimoine financier moyen des plus de 60 ans s’élève par exemple à 361 025 francs et celui des moins de 26 ans à 51 107 francs. Notons toutefois qu’au-delà de la tranche des 50-59 ans, le patrimoine total stagne alors que le montant moyen détenu sous forme de valeurs mobilières continue à croître fortement avec l’âge, ce qui suggère une plus grande propension des plus âgés à détenir des actifs risqués, hors effets de richesse.
En savoir plus

35 En savoir plus

Revue consommation / Note sur la rentabilité du patrimoine des ménages salariés et inactifs

Revue consommation / Note sur la rentabilité du patrimoine des ménages salariés et inactifs

Dans ces conditions, le taux de rentabilité de l’immo­ bilier est probablement plus élevé pour les ménages les plus riches qui, d’une part disposent d’informations sur l’évolution du ma[r]

48 En savoir plus

Modélisation des choix alimentaires des ménages

Modélisation des choix alimentaires des ménages

Les résultats de la modélisation sur les îlots alimentaires permettent néanmoins d’enrichir l’analyse, avec deux segments qui consomment moins souvent du poisson en conserve (« familia[r]

125 En savoir plus

L'accumulation du patrimoine des ménages 
Essai de prévision rétrospective de la distribution selon l'âge 
Tome 1 
Présentation générale du modèle et principaux résultats

L'accumulation du patrimoine des ménages Essai de prévision rétrospective de la distribution selon l'âge Tome 1 Présentation générale du modèle et principaux résultats

A partir d'une coupe Instantanée fournissant la distribution des patri­ moines selon l’âge du chef je ménage à un Instant t-i , et d'une autre cou­ pe instantanée, a-: ague à la première[r]

131 En savoir plus

Recherche historique sur les choix de patrimoine 
Collecte des travaux théoriques méthodologiques et statistiques

Recherche historique sur les choix de patrimoine Collecte des travaux théoriques méthodologiques et statistiques

l’auteur fournit une estimation de la fortune privée, ceci doit, semble-t-il, s’entendre comme fortune nationale, déduction faite de celle des collectivités publiques» Cette estimation[r]

163 En savoir plus

Enquête-pilote 
Salariés et inactifs 1964 
Tome 1 
Compte rendu d'enquête 
Revenus, dépenses et patrimoine des ménages

Enquête-pilote Salariés et inactifs 1964 Tome 1 Compte rendu d'enquête Revenus, dépenses et patrimoine des ménages

En Bretagne l'automobile est préférée, suivie d'assez loin par la télévision et le réfrigérateur, la machine à laver arrivant ici aussi en dernière position, mais pour chacun de ces bi[r]

269 En savoir plus

L'épargne 
Essai d'estimation de quelques postes du patrimoine des ménages

L'épargne Essai d'estimation de quelques postes du patrimoine des ménages

Pour mettre en évidence cette hausse des prix, il est possible de calculer la variation du prix moyen d'un logement en supposant que le patrimoine logement reste constant entre 1953 et[r]

86 En savoir plus

Analyse des choix de placement des ménages

Analyse des choix de placement des ménages

(1) cf.. Ce choix de la fonction est ainsi présenté comme préalable au choix des actifs : il représente, de ce dernier point de vue, une contrainte, puisqui' il consti­ tue une "con[r]

37 En savoir plus

Le patrimoine des ménages en comptabilité nationale

Le patrimoine des ménages en comptabilité nationale

Congrès International pour 16étude des problèmes d© l’épargne Basai de détermination de portefeuille de valeurs mobilières des ménages en 1953... 60[r]

103 En savoir plus

Les choix de consommations et les budgets des ménages

Les choix de consommations et les budgets des ménages

A même niveau de revenu on observe des variations suivant la clas­ se d'âge dans laquelle se situent les enfants, et ces variations sont minima pour la catégorie la plus riche R5. Les f[r]

93 En savoir plus

Revue consommation / Les choix de consommations et les budgets des ménages

Revue consommation / Les choix de consommations et les budgets des ménages

Suivant la classe d’âge dans laquelle se situent leurs enfants, les ménages ont des positions différentes par rapport au deuxième facteur : on observe le long de ce dernier un échelonn[r]

32 En savoir plus

Budget 2020 : quels effets pour les ménages ?

Budget 2020 : quels effets pour les ménages ?

De nouvelles sources donnant de nouveaux résultats L’utilisation de ces nouvelles sources confirme la forte concentration de l’ISF en haut de la distribution des revenus. En effet, les 3 % des ménages les plus aisés représentent 70 % des effets de la suppression de cet impôt et de son remplacement par l’IFI selon nos estimations. Cette concentration est cependant d’ampleur moins importante que ce qui avait été obtenu dans nos travaux précédents (Ben Jelloul et al., 2019a). Pour ces analyses antérieures, seuls les revenus fiscaux étaient disponibles au niveau individuel. Nous imputions donc le patrimoine total de chaque ménage à partir de ses revenus fiscaux par la méthode dite de « capitalisation », qui applique aux revenus des taux de rendement macroéconomiques issus de la comptabilité nationale. Puis, nous mettions en cohérence les distributions de patrimoine ainsi obtenues avec les dénombrements fiscaux de l’ISF, qui renseignent pour cet impôt le nombre de redevables et le patrimoine taxable total de chaque tranche d’imposition (Ben Jelloul et al., 2019b). Une des hypothèses sous-jacentes nécessaire à cette méthode est que les « niches » associées à l’ISF (exonérations, abattements, réductions et plafonnement de l’ISF) sont réparties uniformément en fonction du revenu des ménages. Le fait que l’utilisation des fichiers administratifs de l’ISF donne une concentration moins importante des effets de la suppression de cet impôt au niveau des plus hauts revenus suggère qu’en réalité, les ménages les plus aisés bénéficiaient davantage de ces niches fiscales et s’acquittaient avant réforme d’un montant d’ISF moins important que ce que leur niveau de patrimoine total imputé suggérait. La surestimation du niveau d’imposition à l’ISF des très hauts revenus entraîne mécaniquement une surestimation du gain à sa suppression.
En savoir plus

9 En savoir plus

Interactions sociales et comportements des ménages : Une étude de l'offre de travail et de la consommation des ménages en côte d'ivoire

Interactions sociales et comportements des ménages : Une étude de l'offre de travail et de la consommation des ménages en côte d'ivoire

seront abordés dans les chapitres ultérieurs. Le deuxième chapitre (Groupe de référence et choix d’occupation) sera consacré à une modélisation économétrique des choix d’occupation d’individus prenant en compte les interactions sociales. Cette modélisation posera clairement, dans le cas discret, les di¢ cultés relatives à l’intégration dans le modèle des variables d’interac- tions sociales, puis à l’estimation économétrique des e¤ets des interactions sociales. Les données provenant d’une enquête ménage (EP93) en Côte d’Ivoire serviront de base de données d’estimation. La question fondamentalement posée dans ce chapitre est celle de savoir si dans les choix d’occupation des chefs de ménage ivoiriens les interactions sociales jouent un rôle important et d’analyser la nature de ces interac- tions sociales et de leur impact. Il s’agira donc d’établir un schéma précis d’analyse permettant de mesurer, en plus des indicateurs classiquement mobilisés sur la base de la théorie du capital humain, l’importance de l’in‡uence des groupes de référence des individus. L’étude des choix occupationnels des individus est d’autant plus in- dispensable que le statut sur le marché du travail paraît jouer un rôle primordial sur le niveau de vie des ménages.
En savoir plus

214 En savoir plus

Patrimoine imaginé

Patrimoine imaginé

121 déjà vu les choses. Je fais de l'ouverture, je ne fais pas de la référence. En plus la référence c'est un peu autosatisfaisant. » Claude Ponti se remémore la façon dont il aimait « rêver, planer, passer de l'un à l'autre » parmi les illustrations d'un livre. Parce qu'ils les visitent, les ouvrages sont une forme d'architecture, ils renferment et créent des spatialités. Il aime que l'enfant soit invité, mais pas guidé de façon trop explicite : « ça pouvait au contraire m'ennuyer si c'était très didactique ». C'est pourquoi il insiste sur le choix du terme ouverture. « Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c'est fatigant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications... » écrit Antoine de Saint-Exupéry dans le Petit Prince. Cette formule amusante m'évoque une certaine idée de la surexplica- tion. Si une image mérite d'être légendée – en son sens légendaire – elle peut au contraire être tuée par une note qui se veut trop explicative, réduisant l'image à une réponse sans divagations possibles.
En savoir plus

231 En savoir plus

Patrimoine naturel

Patrimoine naturel

Les attentes de chacun face au paysage comme face à la publication se sont d’entrée de jeu avérés très variés, ce qui confirme le besoin réel de ce genre de document de référence. Dans le cadre du travail demandé, limité à un apport d’information et à une première sensibilisation, il fallait néanmoins se limiter. Des choix ont donc dû être opérés. L’objectif précis, le public-cible, la spécificité de la publication à réaliser, les principes de base ont été établis en concertation sur base d’un examen de la littérature, des travaux antérieurs de la CPDT, de rencontres avec divers acteurs. Les textes et le choix des illustrations ont été débattus à plusieurs reprises, toujours dans un souci combiné de clarté et de richesse informative.
En savoir plus

18 En savoir plus

Show all 2014 documents...