Haut PDF La leishmaniose Viscérale de l’adulte ( Étude de 18 observations en médecine interne )

La leishmaniose Viscérale de l’adulte ( Étude de 18 observations en médecine interne )

La leishmaniose Viscérale de l’adulte ( Étude de 18 observations en médecine interne )

Ces formes de l’adulte méritent d’être mieux connues car à la relative rareté de cette affection, s’associent des tableaux cliniques souvent trompeurs, expliquant les difficultés du diagnostic positif. La Leishmaniose viscérale touche particulièrement le bassin méditerranéen notamment le Maroc où elle est en nette expansion. Cette situation alarmante résulte de l’augmentation de la transmission vectorielle et de l’augmentation du réservoir lié à l’infection par le VIH. [4]

93 En savoir plus

La leishmaniose viscérale chez le sujet immunodéprimé : intérêt de l’amphotéricine B liposomale (Ambisome®) dans le traitement

La leishmaniose viscérale chez le sujet immunodéprimé : intérêt de l’amphotéricine B liposomale (Ambisome®) dans le traitement

- 200 000 à 400 000 nouveaux cas de leishmaniose viscérale surviennent chaque année. Plus de 90% d’entre eux sont situés dans six pays : Bangladesh, Brésil, Ethiopie, Inde, Soudan et Soudan du Sud. La mortalité mondiale annuelle est de 70 000 décès par an. Ce qui fait de la leishmaniose la deuxième cause de mort par maladie parasitaire (le paludisme se trouvant encore de loin en première position).

84 En savoir plus

Rôle de la protéine HIF-1α dans les réponses immunitaires induites par les cellules myéloïdes lors de la leishmaniose viscérale expérimentale

Rôle de la protéine HIF-1α dans les réponses immunitaires induites par les cellules myéloïdes lors de la leishmaniose viscérale expérimentale

6 CONCLUSION Dans un premier temps, les résultats obtenus pour la première partie de ce projet (Impacts de l’ablation conditionnelle de la protéine HIF-1α des cellules myéloïdes lors de la leishmaniose viscérale) ont montré que l’utilisation du système LysM-Cre n’était pas adéquate pour une expérience faite avec les cellules myéloïdes de la rate. Toutefois, davantage d’expérimentations auraient pu être faites avec ce modèle, car selon Abram et al., le système LysM-Cre est efficace dans les neutrophiles. À l’avenir le rôle de HIF- 1α dans les cellules myéloïdes lors de la LV expérimentale murine pourrait être investigué avec un modèle d’ablation conditionnelle basé sur le promoteur du gène S100a8 (Ahn et al., 2014; Bok et al., 2017). Ce gène est associé à la protéine calgranuline A ou myeloid- related protein-8 (MRP8) dont l’expression est détectée dans les cellules myéloïdes (incluant les progéniteurs myéloïdes communs, les progéniteurs macrophages/granulocytes, les monocytes et les granulocytes), mais pas dans les cellules hématopoïétiques (Ahn et al., 2014; Lagasse & Weissman, 1992).
En savoir plus

111 En savoir plus

Analyse des performances de tests commerciaux pour le dépistage des anticorps au cours de la leishmaniose viscérale méditerranéenne

Analyse des performances de tests commerciaux pour le dépistage des anticorps au cours de la leishmaniose viscérale méditerranéenne

et de leur transformation en amastigotes qui, dans une vacuole parasitophore, résistent aux mécanismes de défense cellulaire. Le parasitisme entraîne dans le macrophage une baisse des capacités de production de dérivés oxygénés et nitrogénés, complétant ainsi les mécanismes d'échappement des leishmanies à la digestion cellulaire. Les phénomènes de coopération cellulaire entre macrophages et lymphocytes T CD4 et T CD8 jouent un rôle important dans l'évolution de la maladie. Dans un bon nombre de cas, l'infection reste asymptomatique mais des amastigotes intracellulaires peuvent rester quiescents des années, expliquant les leishmanioses opportunistes de l'immunodéprimé. Lorsque la multiplication intracellulaire reste localisée aux macrophages et aux cellules dendritiques du site d'inoculation, les réactions cellulaires générées et les diverses cytokines produites entraînent le développement d'une lésion cutanée localisée. Les parasites peuvent également être transportés aux ganglions lymphatiques, diffusant à d'autres sites cutanés comme dans la leishmaniose cutanée diffuse, ou aux muqueuses de la face comme dans la leishmaniose cutanéomuqueuse. Dans d'autres cas, les parasites s'étendent à tous les organes du système des phagocytes mononucléés, provoquant la leishmaniose viscérale. Dans cette forme, les organes le plus couramment atteints sont la rate (splénomégalie), le foie, les ganglions lymphatiques et la moelle osseuse (pancytopénie).
En savoir plus

92 En savoir plus

Rôle du hypoxia inducible factor 1α (HIF-1α) durant la leishmaniose viscérale

Rôle du hypoxia inducible factor 1α (HIF-1α) durant la leishmaniose viscérale

173 Résumé Bien que l’inflammation soit nécessaire pour le contrôle d’une infection, elle s’avère responsable de la pathogenèse dans certaines maladies chroniques. Leishmania donovani, l’agent causatif de la leishmaniose viscérale, induit une forte réponse inflammatoire menant à une splénomégalie ainsi qu’une immunosuppression. Les tissus inflammés sont caractérisés par un faible taux d’oxygène ce constituant ainsi un environnement favorable pour l’induction et la stabilisation du facteur de transcription HIF-1α. Dans un travail antérieur, nous avons montré le rôle critique de ce facteur dans la fonction des DCs durant la phase aigüe de l’infection. Dans cette étude, nous explorons son rôle durant la phase chronique ainsi que effet sur la génération de la réponse des cellules CD4 Th1. Nos résultats mettent évidence l’effet inhibiteur du HIF-1α sur la production de l’IL-12 en faveur de la sécrétion de l’IL-10. En effet la déplétion de HIF-1α dans les DCs maintien une augmentation de la production de l’IL-12 nécessaire pour l’amorçage et l’amélioration des cellules T CD4 productrice de l’IFN ϒ aussi bien dans la rate que dans la
En savoir plus

260 En savoir plus

La leishmaniose viscérale dans les pays méditerranéens : particularités de la co-infection avec le virus de l'immunodéficience humaine (VIH)

La leishmaniose viscérale dans les pays méditerranéens : particularités de la co-infection avec le virus de l'immunodéficience humaine (VIH)

Elle est également obligatoire en Tunisie (18), mais depuis moins longtemps et là, elle est encore largement sous-estimée : une étude épidémiologique procédant au relevé des cas e[r]

190 En savoir plus

Les phlébotomes vecteurs de leishmaniose dans la région de Biskra : Inventaire et écologie des phlébotomes et étude épidémiologique.

Les phlébotomes vecteurs de leishmaniose dans la région de Biskra : Inventaire et écologie des phlébotomes et étude épidémiologique.

L’Algérie, comme tout les pays du bassin méditerranéen, est touchée par les leishmanioses que ce soit canine (LCan) ou humaine (LH). La première concerne tout le territoire national avec une prévalence qui varie d’une région à une autre (Harrat et al., 1995; Belkaid et Harrat, 1997). La deuxième (LH) sévit sous deux formes distinctes, la leishmaniose viscérale (LV) et la leishmaniose cutanée (LC). Cette dernière est causée par plusieurs espèces de Leishmania et afficher diverses manifestations cliniques (Eddaikra, 2016), dont la maladie est observée sous trois aspects cliniques provoqués par trois parasites différents. Dans les régions steppiques et sahariennes sévit la leishmaniose cutanée zoonotique (LCZ) ou "clou de Biskra" due à Leishmania major MON-25 dont Phlebotomus papatasi est le vecteur essentiel (Sergent et Parrot, 1926; Dedet et al., 1973; Irzi et al., 1992) et les rongeurs gerbillidae, notamment Meriones shawi et Psammomys obesus sont les principaux réservoirs de la maladie (Belazzoug, 1986; Irzi et al., 1992; Harrat et Belkaid, 2003; Boudrissa et al., 2012), Le deuxième parasite de la leishmaniose cutanée est le Leishmania infantum, dont les zymodèmes responsables sont MON-1, MON-24, MON-80, observé au Nord de l’Algérie, (Belazzoug et al., 1985; Harrat et al., 1995; Harrat et al., 1996), sous l’étage bioclimatique sub-humide et semi-aride où la transmission est assurée par le Phlebotomus perfiliewi (Izri et
En savoir plus

108 En savoir plus

Les méthodes à pas et applications à la transmission de l’épidémie de leishmaniose

Les méthodes à pas et applications à la transmission de l’épidémie de leishmaniose

La leishmaniose viscérale est souvent non diagnostiquée ou non reconnue. Elle est devenue l’une des préoccupations de santé publique la plus dominante en raison de sa mortalité morbide élevée et elle est le deuxième plus grand tueur de parasites au monde après le paludisme, dans 65 pays avec la majorité (90%) des cas dans les zones rurales et suburbaines pauvres du Bangladesh, de l’Inde, du Népal, Soudan, Ethiopie et Brésil. une sous-estimation annuelle actuelle de la mortalité par LV est supérieure à 50 000 [ 15 ].

53 En savoir plus

La leishmaniose canine : prise en charge et actualités

La leishmaniose canine : prise en charge et actualités

Puis, la larve évolue en nymphe, stade caractérisé par l’apparition des ailes. Ce stade nymphal dure environ 1 à 2 semaines avant différenciation en adulte, mâle ou femelle. (17) Cependant, en fonction des conditions climatiques (chute des températures, raccourcissement des jours) les larves peuvent stopper leur cycle et rentrer en diapause. C’est notamment le cas dans les régions tempérées comme dans nos régions où pendant l’hiver, les températures chutent, la durée d’ensoleillement diminue. La progression du cycle de développement est alors stoppée et cette diapause permet aux larves de passer la période hivernale. Lorsque les températures et les conditions deviennent de nouveau favorables, la progression reprend jusqu’à la différenciation en adultes qui sont actifs de début avril jusqu’à fin octobre environ. (9).
En savoir plus

116 En savoir plus

Prise en charge de la leishmaniose cutanée‎ : intérêt de nouvelles formulations de paromomycine topique

Prise en charge de la leishmaniose cutanée‎ : intérêt de nouvelles formulations de paromomycine topique

leishmaniose canine est comprise entre 3 et 66% selon la région et les méthodes utilisées. Les leishmanioses humaines sont également importées en France, principalement de la Guyane française et de l'Afrique du Nord. La surveillance de la leishmaniose humaine autochtone et importée est basée sur une notification passive au Centre National de Référence des Leishmanioses (CNRL) créé en 1998. Entre 1999 et 2012, 317 cas autochtones et 1 154 cas importés ont été notifiés CNRL (Figure A). Le nombre moyen de cas autochtone notifiés par année était de 22,6 avec principalement des cas de leishmaniose viscérale (84,5%). Tous les malades ont été infectés dans le sud de la France. L'incidence de la leishmaniose est de 0,22 pour 100 000 habitants dans la zone endémique. Les cas importés étaient plus fréquents (moyenne annuelle de 82,4 cas) et se composaient principalement de cas de leishmaniose cutanée (CL) (91%), essentiellement des leishmanioses cutanées à L. major importés du Maghreb et de l'Afrique subsaharienne et des leishmanioses cutanées à L. guyanensis de Guyane française. L'évolution temporo-spatiale de la maladie en France semble relativement stable.
En savoir plus

96 En savoir plus

Aspects biologique,génétiques et diagnostiques de la leishmaniose dans la région d'Annaba

Aspects biologique,génétiques et diagnostiques de la leishmaniose dans la région d'Annaba

136 enzymes de restriction (PCR-RFLP) a été effectuée sur de l’ADN extrait à partir d’isolats de culture et par la suite sur les prélèvements de leishmaniose cutanée et viscérale étalés sur des lames porte-objet archivés. Au début, la qualité d’ADN a été mesurée grâce à la PCR PO. Ensuite, une deuxième PCR ciblant la région non transcrite des gènes ARNr (ITS1), suivie d’une digestion par l’enzyme HaeIII a été validée. Aussi, une troisième PCR, ciblant les gènes codant pour les mini-exons, suivis par une digestion par EaeI, a été mise au point puis validée. L’avantage de l’outil PCR ITS1-RFLP et PCR Mini-exon-RFLP est l’utilisation d’une seule enzyme de restriction qui donne des profils capable de différencier entre toutes les espèces
En savoir plus

208 En savoir plus

Etude épidemiologique de la leishmaniose canine à leishmanio infautum dans l'algérois

Etude épidemiologique de la leishmaniose canine à leishmanio infautum dans l'algérois

Résumé du PFE : sous titre : Etude épidemiologique de la leishmaniose canine à leishmanio infautum dans l'algérois Résumé: La leishmaniose constitue dans le monde une anthropozoonose parasitaire sévissant dans 88 pays répartis sur quatre continents. La leishmaniose est dûe à un protozoaire du genre Leishmania comportant plusieurs espèces et transmises par un vecteur , la femelle phlébotome. La leishmaniose est une maladie d’expression clinique variée allant d’une simple lésion cutanée aux formes diffusés et viscérales ( Dedet , 1999). L’espèce de Leishmania la plus importante en médecine vétérinaire est Leishmania infantum car d’une part, elle a pour hôte réservoir le chien et d’autre part ,elle est responsable de la forme clinique la plus grave de la maladie qui est la forme viscérale présentant une létalité proche de 100% sans traitement. La leishmaniose canine concerne tout le territoire national avec une prévalence qui varie d’une région à une autre. La région algéroise est touchée par cette pathologie qui se traduit par une endémicité prouvée par des études épidémiologiques depuis 1910(Dedet , 1999). Le portage asymptomatique dans la région Ouest d’Alger est de 7,14% soit 3 positifs sur 42 chiens testés sérologiquement durant cette étude expérimentale. Le portage asymptomatique rend la situation de la leishmaniose canine encore plus grave, les porteurs sains sont susceptibles d’entraîner la persistance et l’aggravation de la situation endémique de la région ouest d’Alger et l’apparition ou l’extension de nouveaux foyers parasitaires sous la dépendance des phlébotomes vecteurs dans des zones avoisinantes pouvant être jusque là indemnes.
En savoir plus

1 En savoir plus

Le glutamate comme biomarqueur de l'obésité abdominale/viscérale et des altérations cardiométaboliques concomitantes

Le glutamate comme biomarqueur de l'obésité abdominale/viscérale et des altérations cardiométaboliques concomitantes

8.2. Glutamate Certains auteurs ont postulé qu’un apport alimentaire en glutamate important pourrait amener une prise de poids [82]. Le mécanisme proposé pour expliquer cette hypothèse est que le glutamate alimentaire se retrouverait dans la circulation sanguine, traverserait la barrière hémato-encéphalique, affecterait l’hypothalamus et causerait une dérégulation du poids corporel [83]. Cette hypothèse est supportée par certaines études épidémiologiques montrant une association positive entre la consommation de MSG et le poids corporel [82]. De plus, certaines études animales ont montré que l’injection d’une grande quantité de glutamate chez des souriceaux les amenait à être obèses à l’âge adulte [84]. Cependant, les études in vivo ont unanimement démontré que la très grande majorité du glutamate alimentaire était oxydé directement par les entérocytes [85]. Ainsi, seulement environ 5% du glutamate alimentaire se retrouverait dans la veine porte [52]. Tsai et Huang ont d’ailleurs démontré que l’addition de MSG dans la diète n’amenait pas une augmentation significative du niveau de glutamate sanguin [44]. Même quand le glutamate plasmatique est augmenté artificiellement par l’injection de glutamate directement dans la circulation, il a été démontré que ce dernier ne traverse pas la barrière hémato-encéphalique [50] ou placentaire [51]. Ainsi, il semble que le glutamate soit très métaboliquement compartimenté et il est très peu probable que le glutamate alimentaire affecte directement l’hypothalamus.
En savoir plus

90 En savoir plus

Impacts des changements climatiques sur la leishmaniose en Algérie

Impacts des changements climatiques sur la leishmaniose en Algérie

C’est le cas de la wilaya de Biskra qui est considéré comme le premier foyer endémique du pays depuis plusieurs décennies passées, d’où l’appellation « clou de Biskra » qui revient aux deux frères chercheurs français Edmond et Etienne Sergent (1921). Selon nos résultats le taux d’incidence le plus important a été enregistré en 2005 avec 1357,893/ 100 000 habitants. La leishmaniose cutanée du Nord (LCN) décrite sous le nom de «clou de Mila» par Sergent et Gueidon en 1923, sévit à l’état endémique tout le long du littoral et du Tell Algérien. Sa répartition se confond avec celle de la leishmaniose viscérale. (Benikhlef, R. & al., 2004). Selon notre recherche nous l’avons signalé dans les wilayates de : Tizi Ouzou (avec 13,442/ 100 000 habitants en 1998), Bejaia (avec 9,069/ 100 000 habitants en 1998), Alger (avec 1,169/ 100 000 habitants en 1997), Oran (avec 1,021/ 100 000 habitants en 1997) …
En savoir plus

108 En savoir plus

Epidémiologie, évolution et impact des changements climatiques sur une maladie zoonotique vectorielle: La leishmaniose en Algérie

Epidémiologie, évolution et impact des changements climatiques sur une maladie zoonotique vectorielle: La leishmaniose en Algérie

La leishmaniose viscérale infantile et la LCS se répartissent sur toute la partie nord du pays et leur distribution géographique correspond à celle de la leishmaniose canine. Bien que leur fréquence varie d’une région à l’autre, il est cependant important de noter que le foyer de la Grande Kabylie regroupe à lui seul près de 50 % de cas recensés. Cette affection qui touche habituellement des enfants malnutris, vivant en zone rurale, affecte depuis quelques années de plus en plus de

156 En savoir plus

La leishmaniose viscrale infantile

La leishmaniose viscrale infantile

Au Maroc, La Leishmaniose viscérale infantile constitue un problème de santé public. Elle est classée, depuis 1995, parmi les maladies à déclaration obligatoire. A fin d’éradiquer cette pathologie, un programme de lutte a été établi. Dans sa forme typique, la leishmaniose viscérale infantile est de diagnostic facile devant la triade classique : anémie, fièvre anarchique et splénomégalie, mais les formes atypiques ont actuellement tendance à l’augmentation et sont de diagnostic difficile. Le diagnostic de certitude repose sur la mise en évidence de corps de leishmanies sur le myélogramme, ou la recherche de traces immunologiques par les sérologies.
En savoir plus

146 En savoir plus

L'allopurinol dans la leishmaniose canine

L'allopurinol dans la leishmaniose canine

33 thérapeutiques comme des transplantations d’organes (reins, foie, poumons,..) (Euzeby 2008) Les enfants et les personnes immunodéprimés sont ceux qui risquent le plus d’être touchés . Les causes d’immunodépression sont de plus en plus importantes et diverses . E n effe t, elles sont soient virales comme avec l’exemple du virus de l’immunodéficience humaine responsable du SIDA, soit iatrogéniques avec l’emploi de corticoïdes et/ou d’immunodépresseurs pour traiter certaines hémopathies, processus néoplasiques, ou encore à la suite d’une greffe. Ces différents types de personnes peuvent déclarer à cause de leur immunodépression une leishmaniose. Aujourd’hui, la leishmaniose viscérale s’est transformée en leishmaniose de l’adulte et pourtant il fut un temps où elle était désignée sous le nom de leishmaniose viscérale infantile. En effet, dans quelques régions méditerranéennes, 75 % des cas concernent l’adulte, 50 à 60 % d’entre eux étant VIH+.
En savoir plus

154 En savoir plus

Le profil pidmiologique de la leishmaniose cutane dans la rgion Ouarzazate entre 2010 et 2018

Le profil pidmiologique de la leishmaniose cutane dans la rgion Ouarzazate entre 2010 et 2018

Le profil épidémiologique de la leishmaniose cutanée dans la région Ouarzazate entre 2010 et 2018 Figure 27 : Cycle évolutif de la leishmaniose cutanée à L tropica MON102 [9] • Période d’incubation : Elle varie de 20 jours à 8 mois, mais peut atteindre 2 ans • Période d’invasion : La lésion débute par une tache rouge, devenant vite une papule qui s'accroît, se recouvre de fines squames et repose sur une base infiltrée. Elle s’entoure d’une auréole rouge mais demeure parfaitement indolore, parfois prurigineuse (Figure 28).

109 En savoir plus

Contribution à une enquête épidémiologique et entomologique de la leishmaniose canine et son vecteur dans la wilaya de M’Sila

Contribution à une enquête épidémiologique et entomologique de la leishmaniose canine et son vecteur dans la wilaya de M’Sila

Parallel to the serological survey, an entomological survey sampling Phlebotomine sand-fly was undertaken, morpho-taxonomic study of captured Phlebotomine sand-flies showed the presence[r]

1 En savoir plus

Etude comparative des differents protocoles de traitement de la leishmaniose canine à leishmania infantum

Etude comparative des differents protocoles de traitement de la leishmaniose canine à leishmania infantum

qu'aucune réglémentation ne l'obligeait, en particulier quand il s'agit de chiens de valeur. C'est dans ce sens que bon nombre de médicaments et de protocoles d'administration ont été essayés pour le traitement de cette maladie. Certains ont données des résultats assez encourageants à l'image de l'association allopurinol-antimoine ou alors l'allopurinol seul ou encore l'amphotéricine en solution liposomale. Alors que certains du fait de leur cout élevé, de leur haute toxicité et des phénomènes de résistance qu'ils engendrent, sont moins utilisés ou utilisés qu'en dernier recours. Les protocoles d'administration sont étudiés de telle sorte que le traitement soit le moins contraignant que possible pour le propriétaire et le moins toxique pour l'animal. Il est à rappeler que des guérisons cliniques aussi spectaculaires soit elles doivent être considérées avec beaucoup de précaution car le traitement n'élimine que trés rarement le parasite en totalité. De ce fait le vétérinaire confronté à un cas de leishmaniose canine doit considérer un certain nombre de paramètre avant d'instaurer une thérapie: comme la situation épidimiologique de la région et l'état immunologique de l'animal. En effet, la thérapeutique n'est pleinement efficace que si elle associée à une bonne réaction de l'organisme.
En savoir plus

1 En savoir plus

Show all 409 documents...

Sujets connexes