Haut PDF Le traitement chirurgical des fractures du bassin cotyle inclus

Le traitement chirurgical des fractures du bassin cotyle inclus

Le traitement chirurgical des fractures du bassin cotyle inclus

thérapeutiques ; des classifications séparées pour une meilleur description de ces deux types de fractures ont vu le jour. 1. Une des premières classifications des fractures du bassin a été rapportée par Duverney en 1751, les premières classifications ont d’abord été basées sur des descriptions anatomiques des lésions [4] Pennal et Sutherland ont proposé la première classification mécanistique des fractures du bassin. Ils distinguaient différentes catégories de fractures par le mécanisme lésionnel en cause : compression antéropostérieure, compression latérale, cisaillement vertical. Ils ont posé ainsi les bases essentielles des classifications développées jusqu’à nos jours. En 1981, les travaux de Bucholz et coll. ont précisé la notion d’anneau pelvien antérieur et postérieur et insisté sur la fréquence des lésions méconnues de l’anneau postérieur. Ils proposaient une classification anatomique basée sur le degré lésionnel de l’anneau postérieur. Plus tard, Tile a modifié la classification de Pennal et fonda sa classification sur la notion de stabilité de la fracture qui dépond dans ce cas de la stabilité du complexe sacro iliaque porteur de charge, et a définis la notion de « stabilité » comme étant la capacité d’une structure anatomique (l’anneau pelvien dans ce cas) à résister aux contraintes physiologiques sans subir une déformation. Cette classification a été modifiée par la suite puis acceptée par l’AO (Arbeitsgemeinschaft für Osteosynthesefragen) [8]. Parallèlement, Dalal et coll ont modifié également la classification de Pennal en distinguant trois sous-catégories pour les compressions antérieures et trois sous-catégories pour les compressions latérales. Ils ont également introduit la notion de mécanisme qui n’est pas toujours identifiable et proposé une catégorie supplémentaire dite de « mécanisme traumatique combiné ». L’autre point important de cette nouvelle classification est qu’elle démontrait que n’importe lequel de ces trois mécanismes principaux peut aboutir à une instabilité translationnelle. Cependant, l’ensemble des classifications susmentionnées reste parfois difficile à mettre en pratique. En particulier, le lien entre le mécanisme et la lésion anatomique est parfois impossible à préciser. De même,
En savoir plus

209 En savoir plus

Traitement chirurgical des fractures du cotyle

Traitement chirurgical des fractures du cotyle

chirurgical perdent en qualité au-delà de 21 jours, même entre les meilleures mains. Si un traitement orthopédique est tenté, il ne doit pas retarder de plus de quelques jours un geste chirurgical ;  De la complexité de la fracture (fracture en « T » avec ou sans paroi postérieure, fracture des deux colonnes très comminutives). La mise en place immédiate d'une prothèse totale de hanche sur fracture du cotyle a été proposée par Dana Mears (95). Cette attitude se justifie pour la plupart des auteurs en cas d'arthrose préexistante, de fractures pathologiques et pour les fractures du cotyle associées à une fracture du col fémoral déplacée. Mears étend ces indications aux formes de mauvais pronostics chirurgical et orthopédique quand facteurs généraux et locaux s'associent pour grever le résultat final : - Facteurs généraux : obésité et mauvais état général, âge avancé ;
En savoir plus

161 En savoir plus

Traitement chirurgical des fractures du cotyle

Traitement chirurgical des fractures du cotyle

La position du membre inférieur pourra faire suspecter une luxation de la hanche (en rotation interne dans les luxations postérieure, et en rotation externe dans les luxations antérieures). - La palpation minutieuse du bassin recherchera un crépitement ou un mouvement anormal. On palpera successivement les épines iliaques antéro-supérieures et postéro- supérieures, les tubérosités sciatiques, le sacrum, les articulations sacro-iliaques, les crêtes iliaques, la symphyse et les branches pubiennes. On recherchera une douleur et un écart au niveau de la symphyse. On exercera une pression depuis l'extérieur sur les crêtes iliaques pour essayer de "fermer" le bassin, et une pression de l'intérieur pour "l'ouvrir".
En savoir plus

135 En savoir plus

Les fractures du cotyle aspect pidmiologique, thrapeutique et pronostique

Les fractures du cotyle aspect pidmiologique, thrapeutique et pronostique

Cette chirurgie doit s’effectuer en centre spécialisé par une équipe médicale et paramédicale habituée à cette chirurgie difficile et longue. [31] Le but de ce traitement est d'obtenir une fixation anatomique stable, avec une restauration anatomique de la surface articulaire spécialement au niveau de la zone portante, stabiliser l'articulation de la hanche, et obtenir une congruence aussi parfaite que possible avec une mobilisation précoce. [41]. Après avoir examiné les clichés radiographiques, l’opérateur doit connaître l’anatomie précise de la fracture qu’il a à traiter. L’abord chirurgical choisi doit permettre de faire toutes les manœuvres de réduction et de fixation nécessaire. Pour cela, il faut une bonne connaissance des avantages et inconvénients de chaque voie d’abord.
En savoir plus

164 En savoir plus

Le traitement chirurgical des fractures du col fmoral par vissage percutane

Le traitement chirurgical des fractures du col fmoral par vissage percutane

En fait, l’anesthésie locorégionale permet chez les patients fragiles, d’offrir une qualité globale de prise en charge supérieure à celle fournie par l’anesthésie générale. 7. Installation du malade : L’utilisation d’une table orthopédique est recommandée, avec le patient couché sur le dos, Le bras du côté concerné est placé dans une élingue avec l'épaule et le coude fléchis à 90 °, la hanche blessée doit être dégagée de la table, le membre saint est en abduction maximale, et fixé sur une botte attachée au support de la table . Pour contrer toute traction appliquée au membre, un appui périnéal s’avère nécessaire. [52]. Chaque pied est fixé dans son bottillon orthopédique puis une légère traction est appliquée sur les membres inférieurs afin que le bassin soit équilibré et horizontal.
En savoir plus

136 En savoir plus

Traitement chirurgical des fractures sous trochantriennes  lhpital Militaire Avicenne de Marrakech : Etude rtrospective de 15 cas

Traitement chirurgical des fractures sous trochantriennes lhpital Militaire Avicenne de Marrakech : Etude rtrospective de 15 cas

Des complications mécaniques peuvent aussi se voir, par exemple, dans une étude rétrospective (53) portant sur 439 patients traites par clou gamma long, les complications préopératoires ont été observées chez 15 patients (3,4%) faites principalement de fractures diaphysaires dans (1,8%), une rupture de la tige de guidage (0,23%), sa pénétration dans le bassin (0,23%), ascension du clou gamma long pour non positionnement de la vis cervicale dans le trou du clou, par défaillance de l’ancillaire (reprise après 2 mois pour repositionnement de la vis cervicale ) (0,68%).
En savoir plus

166 En savoir plus

Traitement chirurgical des fractures de la clavicule

Traitement chirurgical des fractures de la clavicule

Le taux de pseudarthrose annoncé ci-dessus est à prendre avec précaution. Il est fondamental de noter que ces études relativement anciennes avaient inclus dans leurs patients des enfants chez qui la survenue de pseudarthroses est relativement rare. Des études plus récentes ont montré ces dix dernières années, qu’en cas d’abstention chirurgicale, il existait un taux de pseudarthrose plus important avec des résultats cliniques un peu moins bons que ce que l’on avait cru auparavant.

133 En savoir plus

Traitement des fractures du bassin chez le chat et le chien

Traitement des fractures du bassin chez le chat et le chien

Résumé du PFE : sous titre : Traitement des fractures du bassin chez le chat et le chien Résumé : La fracture se définit par une rupture de la continuité osseuse, causée par d’importantes forces extrinsèque, engendrant l’instabilité du bassin qui traduit dans la plupart des cas une facture ou plus au niveau de cette structure. Chaque fracture est unique car elle dépend de nombreuses conditions (l’âge de l’animal, son état général, le type et la localisation de la fracture), de ce fait on ne peut réparer une fracture de manière programmée ou suivant un protocole unique. La confirmation d’une fracture du bassin nécessite un examen clinique et radiographique qui vont nous orienter vers un traitement conservateur ou chirurgical .Ce dernier offre une stabilité complète et une récupération fonctionnelle rapide, ce traitement est variable selon la localisation de la fracture et fait appel à différent type d’implant de fixation tel que les plaque, vices et broches.
En savoir plus

1 En savoir plus

Prise en charge des fractures du cotyle. État des lieux‎ : à propos d'une série de 92 cas

Prise en charge des fractures du cotyle. État des lieux‎ : à propos d'une série de 92 cas

Le traitement orthopédique est indiqué si le déplacement de la fracture est inférieur à 5 mm. Les indications du traitement chirurgical concernent les fractures non congruentes ou instables avec un déplacement articulaire supérieure à 5 mm [26]. En effet, la congruence articulaire initiale est une valeur importante à prendre en compte pour l’indication chirurgicale. Un moyen pour la quantifier consiste à mesurer le « roof arc angle » sur les radiographies de bassin de face, de ¾ alaire et de ¾ obturateur en traçant une ligne verticale passant par le centre de la tête fémorale et une ligne tangente au rebord cotyloïdien restant en continuité avec l’aile iliaque jusqu’à la sacro iliaque. La tolérance de la somme des 3 angles étant de 50% de surface cotyloïdienne restante pour parler de bonne congruence articulaire globale, un « roof arc angle » médial, antérieur et postérieur respectivement inferieur à 38°, 43° et 53° entraine une indication chirurgicale car le risque d’instabilité devient majeur [27] (photo 1 en annexe). Très peu de patients dans notre étude ont bénéficié de ces 3 radios. Aujourd’hui, le bilan aux urgences n’inclut plus systématiquement ces trois incidences radiologiques qui, par ailleurs, sont douloureuses à réaliser pour le patient. Il serait peut-être opportun de vérifier la faisabilité et la fiabilité de mesures angulaires correspondantes réalisées à partir de l’examen tomodensitométrique initial.
En savoir plus

50 En savoir plus

Fractures du bassin et du cotyle - RERO DOC

Fractures du bassin et du cotyle - RERO DOC

II.3.b. Prise en charge actuelle: 4. traitement définitif. à un traitement conservateur: par exemple, en cas d'ostéoporose, de rupture vésicale et de fracture ouverte; dans ce dernier cas, un débridement chirurgical doit être effectué en urgence mais une fixation interne est contre-indiquée à cause du risque de surinfection 35 . Une arthrose préexistante peut être une contre-indication relative à une reconstruction opératoire 142 . Enfin, l'état général du patient peut être une contre-indication. Le traitement conservateur consiste en une traction par broche transcondylienne avec un poids d'environ 15kg, pour une durée de 6 à 12 semaines selon les cas. La mobilisation du genou par un appareillage permettant des mouvements passifs continus doit être mise en œuvre rapidement. Les indications opératoires sont un manque de stabilité et de congruence dans l'articulation de la hanche. Les marches d'escalier articulaires sont particulièrement indésirables si elles touchent une partie du toit du cotyle qui transmet la charge du corps 35, 132, 142 . Une marche de plus de 2-3mm sera mal tolérée 75 . L'opération vise une réduction anatomique. Le bilan préopératoire par scanner du type de fracture est capital pour déterminer le voie d'abord la meilleure, étant donné qu'aucune voie ne permet d'atteindre simultanément et avec le même degré de facilité les 2 colonnes et l'intérieur du pelvis 55 . L'opération est habituellement réalisée 2-3 jours après l'accident; après ce délai, l'intervention devient beaucoup plus difficile par la formation de cal. Nous vous laissons vous référer aux ouvrages et articles de référence pour le choix des voies d'abord et
En savoir plus

107 En savoir plus

Fractures instables du bassin

Fractures instables du bassin

L’examen tomodensitométrique (TDM) doit être réalisé précocement dans la prise en charge de ces blessés. C’est le moyen le plus précis pour décrire la lésion postérieure. Il permet la planification du traitement en fonction de la lésion et des particularités anatomiques du sujet. La reconstruction parahorizontale parallèle au plan du plateau sacré est logique et intéressante car elle montre la translation antéropostérieure des fragments et la rotation horizontale du bassin. La reconstruction paracoronale perpendiculaire au plan du plateau sacré et passant par l’aileron dépiste le déplacement vertical et les anomalies dysplasiques du sacrum. La reconstruction sagittale passant par la zone étroite de l’aileron explore les possibilités d’un vissage iliosacré. La reconstruction sagittale médiane donne le déplacement des fractures transversales hautes du sacrum et l’aspect du canal sacré. En effet, les fractures isolées du sacrum peuvent passer inaperçues en l’absence de lésion de l’arc antérieur.
En savoir plus

164 En savoir plus

Le traitement chirurgical du cancer de lestomac

Le traitement chirurgical du cancer de lestomac

A noter que les traitements néo-adjuvants induisent des modifications de la tumeur appelées ≪ réponse tumorale ≫. Les modifications anatomopathologiques les plus fréquemment observées sont : la présence d’histiocytes spumeux, les modifications vasculaires, notamment l’end artérite oblitérante et les thrombis organises, une fibrose marquée, ainsi que les flaques de mucus acellulaires. La régression tumorale peut également être observée au niveau des ganglions et se traduira par la présence d’amas d’histiocytes spumeux, une fibrose nodulaire et des secteurs d'hyalinose. Ainsi, l’introduction d’un traitement néo-adjuvant va modifier la prise en charge anatomopathologique des pièces opératoires, comme cela a été le cas quelques années auparavant pour d’autres tumeurs, notamment le cancer du rectum.
En savoir plus

232 En savoir plus

Traitement chirurgical de l’épilepsie réfractaire au traitement médical

Traitement chirurgical de l’épilepsie réfractaire au traitement médical

III. RÉVEIL ET PÉRIODE POSTOPÉRATOIRE (113, 114,115) La survenue d’une crise d’épilepsie lors du réveil n’est pas un événement d’une extrême gravité mais la répétition des crises fait courir le risque de passage à un état de mal épileptique. De multiples causes peuvent être à l’origine d’une crise d’épilepsie en postopératoire. Les modifications de la concentration plasmatique en antiépileptique ou de leur fraction libre sont fréquentes (hémorragie, remplissage vasculaire, interaction avec d’autres médicaments). La surveillance des concentrations plasmatiques peut donc être utile après une chirurgie lourde, et devient pratiquement incontournable en cas de complication postopératoire. Les benzodiazépines, traitement de première intention de la crise d’épilepsie, peuvent bien sûr être utilisées, mais leur effet sédatif est limitant lors du réveil. Il faut autant que possible préférer des agents moins sédatifs. La voie injectable est toujours plus fiable (phénytoïne, valproate). On peut, en alternative, administrer de la carbamazépine en solution par une sonde gastrique. Des concentrations efficaces sont obtenues en environ 30 minutes après une dose de charge de 15 mg/kg. Si, malgré le traitement, les crises persistent en postopératoire immédiat, il est prudent de reprendre une anesthésie profonde sous ventilation artificielle. Le réveil est différé sous contrôle de l’EEG, monitorage de la concentration des antiépileptiques et correction d’éventuels troubles métaboliques.
En savoir plus

189 En savoir plus

Évaluation à plus de 5 ans du traitement chirurgical percutané des fractures du rachis thoraco lombaire au CHU d'Amiens

Évaluation à plus de 5 ans du traitement chirurgical percutané des fractures du rachis thoraco lombaire au CHU d'Amiens

Dans la littérature, il existe des séries prospectives de l’ostéosynthèse percutanée dans les fractures thoraco lombaires avec un suivi minimal de 2 ans [46,47,49] voire 5 ans [32]. Dans une de ces études comparant les patients opérés d’une ostéosynthèse percutanée (isolée) par rapport opérés de manière conventionnelle (ostéosynthèse postérieure à foyer ouvert), il n’y avait pas de différence significative entre les 2 groupes concernant les résultats radiologiques (perte de hauteur vertébrale, augmentation de la cyphose locale) et cliniques (scores de qualité de vie, incapacité fonctionnelle) à 5 ans, cependant cette étude ne portait que sur des faibles effectifs (10 patients dans chaque groupe), non homogènes (patients d’âges différents) et avec uniquement des fractures Magerl de type A[32]. 67 % des patients avaient pu reprendre leur travail mais il n’y avait pas eu de précision quant à la proportion de patients opérés en mini invasif versus conventionnelle, ni de la durée nécessaire pour reprendre le travail.
En savoir plus

78 En savoir plus

Etude rétrospective sur le traitement chirurgical des fractures du col fémoral au service de traumatologie B au CHU MOHAMMED VI

Etude rétrospective sur le traitement chirurgical des fractures du col fémoral au service de traumatologie B au CHU MOHAMMED VI

IV-TRAITEMENT : 1- But du traitement : Non seulement du point de vue individuel, mais également du point de vue socioéconomique, il est impératif que le traitement d’une fracture du col fémoral soit le mieux adapté possible. Ce traitement doit permettre au patient de retrouver une fonction préfracturaire et de rentrer au domicile dans le plus bref délai et ce, avec une dépendance minimale vis-à-vis des tiers. De plus, et afin d’éviter bon nombre de complications, le traitement doit être le moins agressif possible et permettre une mobilisation précoce, de préférence avec prise d’appui immédiate (12,16).
En savoir plus

151 En savoir plus

Les fractures du bassin chez le cheval: état des lieux des méthodes diagnostiques, du pronostic et du traitement

Les fractures du bassin chez le cheval: état des lieux des méthodes diagnostiques, du pronostic et du traitement

En effet, d’après les différentes études que nous avons citées tout au long de ce manuscrit, il ressort que l’échographie est la technique de choix pour un vétérinaire itinérant lors d’une suspicion de fracture du bassin. C’est un examen qui a prouvé son efficacité avec un clinicien qui maîtrise la technique, est peu cher, non invasif et qui permet également un suivi des lésions. Toutes les structures (osseuses, ligamentaires, tendineuses) sont alors appréciables. Attention cependant à ne pas exclure une fracture du bassin si l’évaluation échographique ne permet pas de la mettre en évidence. Il est possible de passer à côté de certaines lésions osseuses peu importantes et non déplacées par exemple. C’est alors à ce moment-là qu’il peut être intéressant de réitérer ultérieurement l’examen et/ou de référer le cheval vers un centre possédant davantage de matériel d’imagerie afin d’avoir une approche multimodale, ce qui augmenterait sensibilité et spécificité de la démarche.
En savoir plus

149 En savoir plus

Traitement chirurgical des tumeurs stromales digestives

Traitement chirurgical des tumeurs stromales digestives

*Chimioembolisation intra-artérielle hépatique L'efficacité de la chimioembolisation intra-artérielle hépatique est mal évaluée dans les métastases hépatiques de tumeurs stromales. Elle a été étudiée dans deux essais de phase II ayant inclus de faibles effectifs de malades atteints de métastases hépatiques isolées et non résécables. La première, réalisée chez 14 malades atteints de sarcome digestif, associait des particules d'éponges de polyvinyl mélangées à du cisplatine, suivies de vinblastine. Le taux de réponse objective était de 70 % [après en moyenne 2 séances] et la médiane de survie de 18 mois [190]. La seconde plus récente utilisant l'association cisplatine, doxorubicine et mitomycine C ne confirme pas ces résultats en terme de réponse tumorale chez 16 malades dont 11 avaient une tumeur stromale. Le taux de réponse objective était de 13 %, et la médiane de survie de 20 mois [191].
En savoir plus

168 En savoir plus

Traitement chirurgical de l'hyperthyrodie( propos de 50 cas)

Traitement chirurgical de l'hyperthyrodie( propos de 50 cas)

Souvent l’hypocalcémie est sans manifestation clinique, rarement, s’observent les signes cliniques de la tétanie parathyréoprive avec le signe de Chvostek positif. Il justifie une surveillance de la calcémie dès le lendemain de l’intervention. Selon l’étude [84] de 2035 patients ayant bénéficié d’une thyroïdectomie bilatérale, une hypocalcémie postopératoire a été retrouvée chez 153 patients (7,5 %) la même étude affirme que les taux plasmatiques de Calcium et Phosphore différés, mesurés entre le 7e et le 14e jour après le début de traitement substitutif par le calcium et avant l’administration de vitamine D, sont des facteurs prédictifs de la survenue d’une hypocalcémie définitive après thyroïdectomie.
En savoir plus

127 En savoir plus

Les anevrysmes ventriculaires: principes de leur traitement chirurgical

Les anevrysmes ventriculaires: principes de leur traitement chirurgical

nal, a été rapportée par Likoff & Baley en 1955 (9). Cooley rapportait, en 1958 (10), le premier traitement par résection-fermeture linéaire d’ané- vrysmes ventriculaires gauches sous circulation extracorporelle. La résection de la zone dyskiné- tique ou akinétique entraînait une réduction du volume ventriculaire et des pressions télédiasto- liques, avec une augmentation modérée de la fraction d’éjection. La majorité des patients pré- sentaient une amélioration subjective, alors que les critères objectifs étaient peu modifiés, puisque cette opération n’augmente guère le débit cardiaque ou le volume systolique. C’est dans ce contexte que la recherche d’une intervention qui permette une restauration de la morphologie du ventricule gauche aussi normale que possible a été entreprise par Jatène (11), Dor (12) et Cooley (5), respectivement en 1985 et 1989.
En savoir plus

4 En savoir plus

Traitement chirurgical conservateur de l'endométriose colorectale

Traitement chirurgical conservateur de l'endométriose colorectale

60 séquelles neurologiques post-opératoires, l'intussusception colique à travers l'anastomose, un ralentissement du transit se développant après la chirurgie (56). Certaines études, évaluant les conséquences de la résection rectale, prennent en compte comme critère de jugement majeur une amélioration significative de la qualité de vie. Les auteurs préconisent ainsi une approche carcinologique radicale pour le traitement ĚĞů͛ĞŶĚŽŵĠƚƌŝŽƐĞrectale. Néanmoins, cette amélioration de la qualité de vie ne prend pas en compte l'amélioration des symptômes digestifs mais une amélioration des rapports sexuels et des douleurs pelviennes. Etant donné que ces derniers symptômes dépendent en grande partie des soins pris par le chirurgien à réséquer les lésions endométriosiques des ligaments utéro-sacrés et du vagin, ils sont soulagés de manière similaire par la résection colorectale et par le shaving. Les résultats sont en accord avec cette hypothèse puisqu' on ne retrouve pas de différence significative entre les deux groupes en terme d'amélioration des dysménorrhées et de dyspareunies postopératoires. Et à la question "recommanderiez vous cette intervention à une amie?", nous avons ainsi observé que les femmes prises en charge par shaving répondaient aussi « oui ».
En savoir plus

132 En savoir plus

Show all 4731 documents...