Haut PDF La variabilité régionale du niveau de la mer

La variabilité régionale du niveau de la mer

La variabilité régionale du niveau de la mer

"CTUSBDU 8F JOWFTUJHBUF UIF SFHJPOBM WBSJBCJMJUZ JO TFB MFWFM JO UIF $BSJCCFBO 4FB SFHJPO PWFS UIF QBTU ZFBST VTJOH BO &NQJSJDBM 0SUIPHPOBM 'VODUJPO &0' CBTFE EJNFOTJPOBM QBTU TFB MFWF[r]

356 En savoir plus

Le climat de la France au XXIe siècle. Vol 5 : Changement climatique et niveau de la mer : de la planète aux côtes françaises

Le climat de la France au XXIe siècle. Vol 5 : Changement climatique et niveau de la mer : de la planète aux côtes françaises

Comme c’est déjà le cas aujourd’hui, et comme le montre la Figure III.4, la montée du niveau de la mer présentera d’importantes disparités régionales. Celles-ci résultent de différents facteurs. Le facteur dominant est dû à la distribution non uniforme de la température de l’océan et de la salinité (en lien avec la fonte de la banquise et des glaces continentales, et avec les variations du cycle hydrologique). Les variations géographiques de la pression atmosphérique jouent aussi un rôle, mais faible en comparaison de la température de la mer et de la salinité. La fonte actuelle (et future) des glaces continentales (glaciers de montagne et calottes polaires) génèrent aussi de manière indirecte une part de la variabilité régionale du niveau de la mer : sous l’effet des redistributions de masse de glace et d’eau, la croûte terrestre (élastique) se déforme, ce qui modifie légèrement le contour et la profondeur des bassins océaniques, donc le niveau de la mer à l’échelle régionale. De plus, la Terre continue de se déformer en réponse à la dernière déglaciation (phénomène appelé ‘rebond post-glaciaire’ évoqué dans la section II.2.1.), ce qui induit une autre contribution à la variabilité régionale de la mer. Ces effets d’ajustement isostatique sont à présent pris en compte dans les projections régionales de la mer (en particulier dans le 5 e rapport du GIEC). Les modèles montrent que la fonte future des calottes polaires causera une amplification de l’élévation de la mer dans les océans tropicaux de 20% à 30% par rapport à la hausse moyenne globale. Le phénomène de rebond post glaciaire a quant à lui des effets importants dans les régions des hautes latitudes, en particulier une hausse (relative) de la mer très supérieure à la moyenne globale le long de la côte est de l’Amérique du Nord.
En savoir plus

72 En savoir plus

Influence des petites échelles océaniques associées au Gulf Stream sur les interactions air-mer et impact sur la variabilité atmosphérique de l'Atlantique Nord

Influence des petites échelles océaniques associées au Gulf Stream sur les interactions air-mer et impact sur la variabilité atmosphérique de l'Atlantique Nord

niveau-là le jet du modèle soit légèrement plus zonal que le jet de la réanalyse. Les flux turbulents à la surface Les flux de chaleur turbulents à l’interface air-mer sont des composants essentiels de l’équilibre énergétique terrestre. Ils sont cependant forte- ment dépendants du modèle numérique utilisé pour les calculer. Une bonne représentation de ces flux nécessite à la fois une représentation réaliste de la couche limite atmosphérique et une paramétrisation appropriée des flux de surface. Les courants de bord ouest, comme le Gulf Stream, sont des régions où d’importants transferts de chaleur et d’humidité ont lieu entre l’océan et l’atmosphère, mais pour lesquels les réanalyses présentent des erreurs significatives dans les flux de chaleur turbulents, caractérisées par une sous-estimation des flux dans ces régions (Roberts et al. (2011)). Il est donc délicat d’évaluer les flux de chaleur turbulents du modèle par rapport à une réanalyse, sur le GS en particulier. L’intercompa- raison de plusieurs réanalyses permet d’estimer l’incertitude associée à la paramétrisation du modèle utilisé. La comparaison qualitative de la distribution spatiale des flux de chaleur latente et sensible des simulations HRES avec les réanalyses ERAI et MERRA (Figure 3.4) montre que les ordres de grandeurs sont respectés sur l’ensemble du bassin -Méditerranée comprise- à l’exception du GS pour lequel les flux sont largement supérieurs dans HRES que dans ERAI et MERRA. En effet dans HRES les flux de chaleur latente excèdent 220 W m 2 sur l’ensemble du front, alors que dans ERAI et MERRA c’est le cas seulement sur une étroite bande d’eau correspondant à la partie la plus chaude du front après le décol- lement de la côte. Les flux de chaleur sensible sont aussi très supérieurs en moyenne sur le front dans HRES par rapport aux réanalyses, où ils varient entre 80 et 180 W m 2 dans le modèle, avec les valeurs maximales correspondant à des structures de petites échelles marquées, alors que les réanalyses présentent des valeurs très similaires comprises entre 60 et 120 W m 2 soit de 20 à 60 W m 2 inférieurs. Pour les trois jeux de données, on remarque que la distribution spatiale est très similaire. Cependant, les flux turbulents sont beaucoup plus intenses dans le modèle que dans les réanalyses sur les zones de maximum d’intensité, à savoir le long de la côte est des Etats-Unis et au niveau du retournement des Grands bancs pour le flux de chaleur latente, et également dans la mer du Labrador et le long de la banquise pour le flux de chaleur sensible.
En savoir plus

181 En savoir plus

Modèles pour l'estimation de la variabilité régionale présente et future de la présence des trihalométhanes dans l'eau potable

Modèles pour l'estimation de la variabilité régionale présente et future de la présence des trihalométhanes dans l'eau potable

Il existe également, au Québec, beaucoup de variabilité entre les caractéristiques écologiques du territoire. Ainsi, la province est représentée par quatre types de climat (continental humide, subarctique, arctique et maritime de l’est), trois régions géologiques (vallée du Saint-Laurent, plateau laurentien et Appalaches) et trois zones de végétation (tempérée nordique, boréale et arctique) (Gouvernement du Québec 2014b). Afin de mieux comprendre les caractéristiques du territoire et pour évaluer ses capacités, ses sensibilités et ses limites, le Gouvernement du Québec a développé un outil de cartographie et de classification écologique du territoire : le cadre écologique de référence du Québec (CERQ). Les divisions du CERQ s’appuient sur la morphologie du territoire, son organisation spatiale et la configuration du réseau hydrographique. Le CERQ s’inscrit dans un système hiérarchique de niveaux de perception emboités et comporte jusqu’à huit niveaux de divisions : la province naturelle (1), la région naturelle (2), l’ensemble physiographique (3), le district écologique (4), l’ensemble topographique (5), l’entité topographique (6), l’élément topographique (7) et le faciès topographique (8). L’échelle d’analyse varie entre 10 6 km 2 pour la province naturelle (facteur génétique prépondérant : tectonique des plaques, p. ex., les Appalaches) et 0,1 km 2 pour le faciès topographique (facteur génétique prépondérant : microrelief, p. ex., levée alluviale). En tout, le Québec est représenté par 15 provinces naturelles plus cinq provinces limitrophes (touchant à peine les frontières du Québec). Un des objectifs du CERQ est de qualifier chaque unité spatiale selon le climat, la géologie, le relief, les sols et l’eau (Li et Ducruc 1999, MDDELCC 2015). Le développement du CERQ est toujours en cours. Pour l’instant, les divisions des trois premiers niveaux et, en partie, les divisions du quatrième niveau sont complétées.
En savoir plus

270 En savoir plus

Descente d'échelle statistique du niveau de la mer pour les îles du Pacifique Sud-Ouest : une approche de régression linéaire multiple

Descente d'échelle statistique du niveau de la mer pour les îles du Pacifique Sud-Ouest : une approche de régression linéaire multiple

156 Conclusion générale (en français) Résumé et conclusions Motivée par les tendances récentes de la hausse du niveau de la mer dans le Pacifique tropical ouest et l’augmentation de la vulnérabilité associés aux îles de la région, cette thèse se focalise sur la construction d'un modèle de descente d’échelle statistique du niveau de la mer sur trois sites côtiers insulaires sélectionnés - Suva et Lautoka (Fidji), et Nouméa (Nouvelle-Calédonie). Une approche de régression linéaire multiple (MLR) a été utilisée pour construire un modèle statistique des variations interannuelles à décennales du niveau de la mer sur la période 1988-2014, en utilisant un ensemble de variables océaniques et atmosphériques pour les régresseurs du niveau de la mer local. Le rotationnel de la tension de vent est identifié comme régresseur (également appelé prédicteur) dominant du niveau de la mer local côtier sur les trois sites insulaires. Ce choix se justifie par le fait que les anomalies du rotationnel de tension de vent génèrent des ondes de Rossby longues se propageant vers l’ouest. Ces ondes modulent la profondeur de la thermocline et, les changements du niveau de la mer thermostérique étant proportionnels au déplacement de la thermocline dans les tropiques, les ondes de Rossby longues modulent également le niveau de la mer. Le rotationnel de la tension de vent représente donc la composante régionale majeure du niveau de la mer des îles, tandis que les régresseurs locaux sont des variables régressives mineures : le niveau de la mer halostérique (induit par des changements de densité liés à des changements de salinité, flux d'eau douce), la tension de vent zonale et méridienne et la température de surface de l’océan (SST, flux thermique en surface). Le modèle MLR ne tient pas compte des évolutions du niveau moyen global de la mer (GMSL), la tendance GMSL ayant été retirée de la série temporelle du prédictand du niveau de la mer (observation du niveau de la mer sur laquelle le modèle est calibré et qu’il cherche à reproduire) avant la calibration du modèle. Un modèle linéaire à gravité réduite en approximation d’eau peu profonde (modèle d’ondes de Rossby) fait partie intégrante de la méthodologie MLR, simulant la réponse de l'océan à la tension de vent sous forme de déplacements de la thermocline modulés par les ondes de Rossby.
En savoir plus

269 En savoir plus

Impact de la variabilité des processus physiques sur la dynamique biogéochimique du réseau trophique planctonique et sur les bilans d’éléments biogènes dans l’Océan. Application à la mer Méditerranée

Impact de la variabilité des processus physiques sur la dynamique biogéochimique du réseau trophique planctonique et sur les bilans d’éléments biogènes dans l’Océan. Application à la mer Méditerranée

36 Les travaux de thèse de M. Vaugeois doivent se conclure prochainement (soutenance prévue juillet 2014) avec l’objectif terminal de transposer le modèle individuel d’appendiculaire, que je viens de présenter, en modèle de population et biomasse en vue d’avoir un module de zooplancton gélatineux filtreur plus facilement intégrable dans un modèle de bas niveaux trophiques. Contrairement aux copépodes, le cycle de vie de l’appendiculaire est plus simple, ne comportant que deux stades de développement, un stade larvaire et un stade adulte (Bouquet et al. , 2009). En revanche, la transposition de processus se faisant par intermittence comme les largages de la logette avec son contenu particulaire et de pelotes fécales sont plus difficiles à représenter dans un modèle de biomasse. Doit-on considérer des processus continus avec des biomasses moyennes de pelotes fécales et de contenus en logette par exemple ? Une réflexion est aussi nécessaire concernant la transposition des relations allométriques des processus d’acquisition (Filtration, ingestion, assimilation) et d’allocation (croissance, respiration) d’énergie de l’échelle individuelle à l’échelle de la population. La transposition d’un type de modèle à un autre implique obligatoirement des hypothèses simplificatrices et donc une certaine perte de la dynamique fine représentée au niveau individuel mais toute la difficulté est de trouver un équilibre entre agrégation d’informations et conservation d’une certaine dynamique individuelle qui donnera une fonction propre à ce groupe lors de son intégration dans un modèle de bas niveaux trophiques couplé à l’hydrodynamique. En effet, le but de cette opération de transposition est de pouvoir au final démontrer les rôles exacts de ce groupe de gélatineux sur la structuration du réseau
En savoir plus

138 En savoir plus

Modes interannnuels de la variabilité climatique de l'Atlantique tropical, dynamiques oscillatoires et signatures en salinité de surface de la mer

Modes interannnuels de la variabilité climatique de l'Atlantique tropical, dynamiques oscillatoires et signatures en salinité de surface de la mer

Figure 1.7 : Anomalies de SST (couleur) et de vent (flèche) de l’été 1988 à partir des réanalyses océaniques du NCEP – GODAS. Les anomalies sont calculées par rapport au cycle saisonnier sur la période 1980-2012. L’anomalie positive de SST dans le Golfe de Guinée due à ces ondes de Kelvin de downwelling s’amplifie jusqu’à atteindre son maximum en été boréal. Cette amplification résulte de rétroactions (actions-réactions) entre les diverses variables du système, notamment la SST, le vent et le niveau de la mer ou la profondeur de la thermocline, ces deux dernières variables dynamiques étant fortement corrélées dans les tropiques (Neelin et al., 1998 ; Vauclair et Du Penhoat, 2001). La rétroaction positive décrite par Bjerknes (1969) explique comment une anomalie positive initiale de la SST à l’est du Pacifique équatorial peut, en diminuant le gradient zonal de la SST, réduire l’intensité de la cellule de Walker et donc des alizés équatoriaux, entraînant une anomalie de vents d’ouest, qui à son tour approfondit la thermocline (ou élève le niveau de la mer) et par conséquent renforce l’anomalie de SST initiale. Cette rétroaction est le principal processus responsable de la variabilité ENSO dans le Pacifique (Keenlyside et al., 2007 et Jansen et al., 2009) et se subdivise en trois éléments importants :
En savoir plus

150 En savoir plus

Développement d’outils d’aide à la décision pour l’étude de la variabilité spatiotemporelle locale et régionale du couvert de glace de la baie d’Hudson : apports de la statistique, de la géomatique et de la télédétection.

Développement d’outils d’aide à la décision pour l’étude de la variabilité spatiotemporelle locale et régionale du couvert de glace de la baie d’Hudson : apports de la statistique, de la géomatique et de la télédétection.

131 L’algorithme IceMap250 (Gignac et al., 2017), développé pour répondre à l’objectif 3, constitue une approche novatrice, permettant d’obtenir automatiquement (sans intervention humaine), une cartographie de la présence de glace sur une base journalière ainsi qu’avec une couverture spatiale de 250 m qui s’avérait jusque-là indisponible aux décideurs à partir de données MODIS. De plus, IceMap250 utilise un ratio spectral différent qu’IceMap pour la détection de la glace. Ce ratio, le NDSII-2, fait appel à la bande infrarouge ondes-courtes plutôt qu’au proche infrarouge et permet d’obtenir un excellent pouvoir de discrimination de la glace, compatible avec les deux plateformes MODIS. Les validations tant quantitatives que qualitatives tendent à prouver que les sorties IceMap250 sont des sources d’informations pertinentes et fiables aux échelles journalières et hebdomadaires. Une approche hybride de gestion de la couverture nuageuse, le masque VIS, est utilisé dans IceMap250 et permet d’augmenter la zone cartographiable en tenant compte du couvert nuageux. Dans tous les cas de figure rencontrés, IceMap250 a respecté les patrons glaciels observables dans les images et a permis d’obtenir rapidement, dès que l’imagerie MODIS est disponible, de l’information sur la présence de glace (quasi temps-réel) et ce, à une échelle locale, ce qui est plus en phase avec les besoins des décideurs. L’algorithme IceMap250 maintient une précision élevée en toutes saisons avec des valeurs Kappa systématiquement supérieures à 90 %. Ces caractéristiques permettent de croire qu’IceMap250 constitue un excellent point de départ pour des études sur les glaces de mer et que cet algorithme présente un bon potentiel pour de nombreuses applications scientifiques et opérationnelles.
En savoir plus

259 En savoir plus

Tendance et variabilité de la vapeur d'eau atmosphérique : un enjeu pour l'étude du niveau moyen océanique

Tendance et variabilité de la vapeur d'eau atmosphérique : un enjeu pour l'étude du niveau moyen océanique

La première partie (chapitre 3) présentait l’analyse des produits de vapeur d’eau atmosphérique des deux radiomètres en se servant pour référence du radiomètre ASMR-E et des réanalyses ERA-Interim. L’étude montre qu’entre 2004 et 2010, les produits de vapeur d’eau sont globalement cohérents en termes de dynamique spatiale et temporelle. Cependant, des différences à l’échelle interannuelle et régionale ont pu être observées. La dynamique d’une partie des différences a pu être décrite statistiquement. Certains comportements atypiques ont pu être soulevés. Pour JMR, l’analyse a fait ressortir les nombreuses périodes, entre 2006 et 2009, où la mission fut en mode de survie et présentait donc peu de mesures. La hausse de l’incertitude sur l’estimation des cartes mensuelles de vapeur d’eau a été évaluée par la méthode de « triple colocation ». Une dérive possible de l’étalonnage de l’instrument a pu également être observée après 2008. Pour MWR, des différences apparaissent par alternance dans les régions côtières, tour à tour dans l’hémisphère nord puis l’hémisphère sud, suivant un cycle annuel. Une correction inadaptée de la contribution des continents via les lobes secondaires pourrait expliquer ces différences. Ces anomalies sont certainement présentes dans les produits de correction troposphérique humide, le lien entre correction troposphérique humide et contenu intégré en vapeur d’eau étant très fort.
En savoir plus

238 En savoir plus

Contribution à l'étude de la variabilité régionale au sein du Rubané, l'exemple du sud de la plaine du Rhin supérieur.

Contribution à l'étude de la variabilité régionale au sein du Rubané, l'exemple du sud de la plaine du Rhin supérieur.

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

24 En savoir plus

Rôle des tourbillons océaniques dans la variabilité récente des flux air-mer de CO2 dans l'océan Austral

Rôle des tourbillons océaniques dans la variabilité récente des flux air-mer de CO2 dans l'océan Austral

pour les processus diffusifs ainsi que pour les processus de rappel. Des sch´emas d´ecentr´es sont alors utilis´es pour discr´etiser ces processus. Discr´ etisation spatiale Sur la verticale, les variables sont d´efinies le long de la coordonn´ee z sur des niveaux constants. La taille de ces niveaux est d´ecroissante du fond vers la surface, permettant ainsi une meilleure description en surface des processus et des masses d’eau dont les ca- ract´eristiques sont moins homog`enes qu’au fond. Dans le mod`ele, le dernier niveau vertical correspondant au fond de l’oc´ean n’a pas une taille constante mais est raffin´e en fonction de la bathym´etrie. Cette discr´etisation verticale, dite « partial step », permet de mieux repr´esenter la bathym´etrie et donc notamment la position des fronts (Barnier et al., 2006). La distribution des variables se fait sur une grille C d’Arakawa tri-dimensionnelle (Ara- kawa, 1966). Sur ce type de grille :
En savoir plus

295 En savoir plus

Modélisation du niveau instantané de la mer en conditions paroxysmales : Caractérisation des contributions à différentes échelles de temps et d’espace

Modélisation du niveau instantané de la mer en conditions paroxysmales : Caractérisation des contributions à différentes échelles de temps et d’espace

9.4 Perspectives Une première perspective s’axe sur la modélisation de l’effet des vagues à l’échelle littorale. Il faudrait réaliser un emboîtement sur une grille littorale à haute résolution afin de s’intéresser à la discrimination de cette forte dissipation des vagues (par déferlement ou par friction sur le fond) qui mérite une étude approfondie en passant par de la courantologie. Depuis peu, Héloïse Michaud et Patrick Marsaleix ont implémenté une paramétrisation tenant compte de l’effet des vagues sur la rugosité de surface via le terme de Charnock. Bertin et al. (2011, 2012) ont montré qu’en présence de vagues jeunes, le transfert d’énergie entre le vent et la circulation peut aug- menter fortement et influencer le niveau depuis la zone côtière. Ce terme mérite d’être regardé surtout pendant l’événement de TALIM où les vagues ont de fortes chances d’être jeunes. Un deuxième axe de travail porte sur la compréhension approfondie du niveau. Les résultats des simulations découplées permettent d’aborder une exploration de la question du degré d’interac- tion entre les contributions du niveau. Seules des équations analytiques permettraient réellement de la discuter mais ces simulations apportent un jeu de données indispensable à leurs réalisa- tions. Par exemple, si une simple addition de la contribution du vent avec la contribution de la pression atmosphérique permet de retrouver par moment la contribution de leur couplage à la dizaine de centimètres près, alors l’interaction entre ces deux contributions dans la physique est faible. Cette information renseigne sur les hypothèses à poser sur ce degré d’interaction comme par exemple une interaction linéaire qui viendrait simplement s’ajouter au reste. Ce type de simulation sera à réaliser sur d’autres sites d’étude avec des contextes différents (non dissipa- tif, avec un impact plus modéré de la circulation régionale,...). Les prochaines années seront consacrées à l’exploration de ces résultats avec la mise en évidence de lois qui demanderont à être formulées analytiquement pour en comprendre la physique.
En savoir plus

281 En savoir plus

Influence des petites échelles océaniques associées au Gulf Stream sur les interactions air-mer et impact sur la variabilité atmosphérique de l'Atlantique Nord

Influence des petites échelles océaniques associées au Gulf Stream sur les interactions air-mer et impact sur la variabilité atmosphérique de l'Atlantique Nord

niveau-là le jet du modèle soit légèrement plus zonal que le jet de la réanalyse. Les flux turbulents à la surface Les flux de chaleur turbulents à l’interface air-mer sont des composants essentiels de l’équilibre énergétique terrestre. Ils sont cependant forte- ment dépendants du modèle numérique utilisé pour les calculer. Une bonne représentation de ces flux nécessite à la fois une représentation réaliste de la couche limite atmosphérique et une paramétrisation appropriée des flux de surface. Les courants de bord ouest, comme le Gulf Stream, sont des régions où d’importants transferts de chaleur et d’humidité ont lieu entre l’océan et l’atmosphère, mais pour lesquels les réanalyses présentent des erreurs significatives dans les flux de chaleur turbulents, caractérisées par une sous-estimation des flux dans ces régions (Roberts et al. (2011)). Il est donc délicat d’évaluer les flux de chaleur turbulents du modèle par rapport à une réanalyse, sur le GS en particulier. L’intercompa- raison de plusieurs réanalyses permet d’estimer l’incertitude associée à la paramétrisation du modèle utilisé. La comparaison qualitative de la distribution spatiale des flux de chaleur latente et sensible des simulations HRES avec les réanalyses ERAI et MERRA (Figure 3.4) montre que les ordres de grandeurs sont respectés sur l’ensemble du bassin -Méditerranée comprise- à l’exception du GS pour lequel les flux sont largement supérieurs dans HRES que dans ERAI et MERRA. En effet dans HRES les flux de chaleur latente excèdent 220 W m 2 sur l’ensemble du front, alors que dans ERAI et MERRA c’est le cas seulement sur une étroite bande d’eau correspondant à la partie la plus chaude du front après le décol- lement de la côte. Les flux de chaleur sensible sont aussi très supérieurs en moyenne sur le front dans HRES par rapport aux réanalyses, où ils varient entre 80 et 180 W m 2 dans le modèle, avec les valeurs maximales correspondant à des structures de petites échelles marquées, alors que les réanalyses présentent des valeurs très similaires comprises entre 60 et 120 W m 2 soit de 20 à 60 W m 2 inférieurs. Pour les trois jeux de données, on remarque que la distribution spatiale est très similaire. Cependant, les flux turbulents sont beaucoup plus intenses dans le modèle que dans les réanalyses sur les zones de maximum d’intensité, à savoir le long de la côte est des Etats-Unis et au niveau du retournement des Grands bancs pour le flux de chaleur latente, et également dans la mer du Labrador et le long de la banquise pour le flux de chaleur sensible.
En savoir plus

180 En savoir plus

La variabilité des nuages et son rôle sur le climat en Europe : télédétection et simulation régionale

La variabilité des nuages et son rôle sur le climat en Europe : télédétection et simulation régionale

134 complète (différentes variables thermodynamiques au niveau de la surface et en atmosphère), elle a été utilisée en premier lieu pour comprendre les processus impliqués dans l’anomalie de température observée au sein du régime. Moyennant une classification journalière en régimes de temps Nord Atlantiques, une période de 22 jours associée à des anomalies de température très élevées et à une persistance du régime NAO + a été étudiée. La simulation montre une anomalie de flux radiatifs de surface liée à un effet de serre important des nuages sur l’ouest de l’Europe et à une rétroaction positive impliquant un déficit du couvert neigeux générant un changement de l’albédo de surface qui l’a rendue moins réfléchissante du flux solaire. Les observations satellite CERES, CALIOP ainsi que les réanalyses de ERA-I ont été utilisées pour vérifier le processus simulé et ont montré que le processus simulé n’était pas le bon. Ces observations montrent que l’anomalie de flux de surface est expliquée par un déficit important des nuages et de leur effet albédo sur l’est de l’Europe, ce qui a induit un excès de flux SW arrivant à la surface et a contribué à son réchauffement. Le déficit de nuages, non lié a priori aux flux atmosphériques nord Atlantiques vu qu’on compare des situations synoptiques similaires, reste inexpliqué. Néanmoins, une atmosphère plus chaude peut contenir plus d’humidité avant de condenser. Même si les mesures GPS et les réanalyses montrent une anomalie positive d’humidité, l’apport d’humidité n’est peut-être pas suffisant. Plus de travail est donc nécessaire afin de comprendre tous les processus impliqués dans l’anomalie de température et en particulier dans le déficit de nuages sur les 22 jours de NAO +
En savoir plus

231 En savoir plus

Le niveau de la mer : variations passées, présentes et futures

Le niveau de la mer : variations passées, présentes et futures

mineur par rapport aux variations de l’expansion thermique. La fonte des glaces continentales (glaciers de montagne et calottes polai- res) génère aussi de la variabilité régio- nale dans la hausse du niveau de la mer, mais de manière indirecte et à travers trois processus différents. Tout d’abord, en fondant, les glaces continentales apportent de l’eau douce à l’océan et modif ient localement la circulation océanique (Stammer et al., 2013). En réponse, la dynamique océanique régio- nale et le niveau de la mer s’ajustent avec des variations aux échelles interan- nuelles à multidécennales. Mais cet effet est faible. Ensuite, la fonte des glaces continentales génère un transfert de masse (d’eau) des continents vers l’océan, ce qui modifie la répartition des charges sur la croûte terrestre et pro- voque une déformation élastique à grande échelle des bassins océaniques. Enfin, le transfert de masse d’eau conti- nent-océan change aussi le champ de gravité à la fois localement (par déplace- ment de la masse) et globalement (par son impact sur la rotation de la Terre et donc sur le géoïde) (Milne et al., 2009 ; Tamisiea et Mitrovica, 2011). L’effet combiné de ces trois processus, ainsi que le phénomène de rebond postgla- ciaire produit des variations régionales de la mer. Pour le moment, cet effet est faible et indétec-table dans les observa- tions (figure 3), car masqué par les for- tes hétérogénéités de l’expansion thermique de l’océan. Dans le cas d’un fort réchauffement climatique et d’une fonte accélérée des calottes polaires et des glaciers, il deviendra important et créera une amplification régionale de la hausse de la mer, en particulier dans les tropiques (Church et al., 2013 ; Slangen
En savoir plus

15 En savoir plus

Impact d’une intervention ostéopathique sur la variabilité cardiaque, la réponse électrodermale et le niveau de douleur des femmes atteintes de fibromyalgie

Impact d’une intervention ostéopathique sur la variabilité cardiaque, la réponse électrodermale et le niveau de douleur des femmes atteintes de fibromyalgie

Comme stress importants dans la vie des participantes atteintes de FM, notons les abus physiques et sexuels, le harcèlement, le dénigrement, les procès, les problèmes financiers, le deuil et les maladies ou accidents des proches. Comme antécédents médicaux, les FM mentionnent plusieurs formes d’inflammations ainsi que multiples résections chirurgicales (amygdalectomie, hystérectomie, ovariectomie, colectomie, sigmoïdectomie, diverticulectomie, cholécystectomie). Les précédentes données sont en harmonie avec les auteurs ayant écrit sur le sujet. En effet, selon la revue effectuée par Yavne et coll., ces derniers rapportent que les femmes fibromyalgiques ont davantage de charge de stress - tant au niveau physique qu’au niveau psychologique - que les sujets sains et que ces stress sont souvent perçus comme étant à l’origine du déclenchement de la maladie. (Yavne et al., 2018; McAllister et al., 2015).Malgré le fait qu’il pourrait s’agir ici d’un simple biais mnésique, comme antécédents traumatiques, les femmes fibromyalgiques rapportent environ sept fois plus d’impact de l’axe vertébral que les sujets sains, incluant chutes sur le coccyx, hernies discales et traumatisme cervical du coup de fouet.
En savoir plus

171 En savoir plus

Adhésion des populations à une gouvernance territoriale favorisant l’anticipation du changement climatique : le cas de l’adaptation à la montée du niveau de la mer

Adhésion des populations à une gouvernance territoriale favorisant l’anticipation du changement climatique : le cas de l’adaptation à la montée du niveau de la mer

A la suite de notre protocole de programmation de la relocalisation en plusieurs phases sur 60 ans (André et al., 2015), il s’agit de créer des outils programmatifs qui proposent un plan à long terme, indépendant des changements d’exécutifs, mais suffisamment adaptatif pour intégrer les évolutions institutionnelles (Smit and Pilifosova 2003) et l’amélioration des connaissances des risques de montée du niveau de la mer. Ainsi, de nouveaux outils de planification dite en situation de grande incertitude sont envisagés (Haasnoot et al., 2013). Ce type d’approche propose de faire face aux fortes incertitudes liées au changement climatique par des politiques d'adaptation dynamique. Il s’agit d’établir une « carte d’adaptation » permettant d’optimiser un cheminement au sein d’un ensemble d’itinéraires pré-identifiés et sélectionnés pour leur robustesse par rapport à un algorithme évolutif multi-objectif. De la même façon, les démarches de prospective généralement menées pour orienter les politiques de long terme doivent pouvoir être régulièrement réactualisées dans un processus de « prospective adaptative » qui permette un encastrement temporel des scénarios en appui à un processus de décision itératif privilégiant les options sans regret. Ces évolutions impliquent non seulement des concertations mais plus généralement des processus d’apprentissage ou d’accompagnement au changement qui sont par exemple actuellement mobilisés dans le cadre de l’accompagnement de l’agriculture aux pratiques agro-écologiques. Comme pour l’adaptation au changement climatique celles-ci impliquent à la fois de repenser les principes d’action et d’adapter les pratiques locales à la diversité des situations et des interactions écologiques (Cerf et al., 2012). Les interactions positives observées entre notre indicateur de capacité d’adaptation et les variables s’inscrivant dans la théorie du comportement planifié d’Ajzen et Fishbein (1991) confirment l’importance des processus d’accompagnement et d’information.
En savoir plus

19 En savoir plus

Evaluation des impacts des changements climatiques et de l’élévation du niveau de la mer sur le littoral de Tétouan ( Méditerranée occidentale du Maroc ) : Vulnérabilité et adaptation

Evaluation des impacts des changements climatiques et de l’élévation du niveau de la mer sur le littoral de Tétouan ( Méditerranée occidentale du Maroc ) : Vulnérabilité et adaptation

Tableau I.8: Principales caractéristiques de la pêche artisanales à Tétouan (INRH, 1998). III-5-3-3. Le tourisme De par sa situation privilégiée, à proximité de l’Europe et compte tenu de ses potentialités naturelles variées (mer, montagne et plaine), cette côte est un pôle très attractif tant pour l’immigration rurale et urbaine que pour les investissements économiques, et le tourisme national et international. Cette attraction se traduit par une forte densité de la population notamment en été, une émergence du phénomène urbain et un développement accru du créneau touristique. Ce dernier est doté d'une infrastructure importante et variée, dont la plupart des unités sont concentrées sur la corniche de Fnidek à Martil. Ce littoral connaît un tourisme de haute gamme (partie Smir, Kabila et Cabo Négro), et un second, plus populaire à M'diq et Martil. Ainsi, l’importante concentration d’équipements hôteliers et de résidences secondaires implantées sur cette zone côtière montre que le tourisme constitue une activité omniprésente dans la structure de l’économie de cette région frontalière. En moyenne les nuitées réalisées dans les hôtels classés à Tétouan sont de 300000 (MT, 2005), et la saisonnalité est concentrée sur 4 mois (75% de l'activité), avec un engorgement fort aux mois de juillet et août.
En savoir plus

296 En savoir plus

Contribution à l’étude de la variabilité stationnelle sur la croissance radiale du cèdre de l’Atlas (Cedrus atlantica Manetti) au niveau de Tikjda (Massif Djurdjura)

Contribution à l’étude de la variabilité stationnelle sur la croissance radiale du cèdre de l’Atlas (Cedrus atlantica Manetti) au niveau de Tikjda (Massif Djurdjura)

43 La sensibilité moyenne (SM) de chaque série de cerne joue un rôle d’indication sur l’intensité et le mode de réponse des arbres aux facteurs du milieu, notamment aux facteurs climatiques (F RITTS , 1976). Dans cette station, les valeurs de la SM varient entre 0,21 et 0,3. La plus grande valeur est enregistrée au niveau de l’arbre 7 de l’ordre de 0,32 alors que la plus faible est celle des arbres 2 et 14, qui est de 0,21. On note aussi que les sujets centenaires sont les plus sensibles. Cela est dû à l’absence des sous-bois chez les sujets en question.
En savoir plus

61 En savoir plus

Etude physicochimique et microbiologique de l'eau de mer au niveau des sites, Sidi El Mansour, la crique de la Salamandre, et Sidi Majdoube.

Etude physicochimique et microbiologique de l'eau de mer au niveau des sites, Sidi El Mansour, la crique de la Salamandre, et Sidi Majdoube.

En appuyant sur le bouton UV, la hotte bactériologique commence à produire des rayons ultraviolets qui servent à stériliser l’appareil .Il faut attendre 15 mn avant de commencer la filtration de l’eau. L’eau de mer à analyser doit être filtrée sur une membrane en ester de cellulose de porosité bien définie (0,45μm) capable de retenir les bactéries. Puis on doit flamber la face supérieure de l’appareil pour assurer une stérilisation adéquate. Par la suite on a posé les membranes filtrantes entre l’entonnoir et la pince et le coté poreux au-dessous.
En savoir plus

62 En savoir plus

Show all 2955 documents...

Sujets connexes