Haut PDF La santé publique globalisée

La santé publique globalisée

La santé publique globalisée

De son côté, Beauchemin (2004) parle de désarticulation du discours éthico-politique conduisant à une crise.. Inséparables de l'ère globale, ces crises et leur anal[r]

567 En savoir plus

Octobre Rose : entre santé publique et marketing social

Octobre Rose : entre santé publique et marketing social

54 Le film de Léa Pool 33 a suscité beaucoup de réactions. Ce reportage se focalise sur des faits américains qu'elle déplore et qui menacent de gagner notre douce France. Même si ce film utilise des codes télévisuels et du sensationnalisme, il est évocateur de certains comportements au sein de la campagne Octobre Rose. Aux États Unis par exemple, le Kentucky Fried Chicken, proposait des nuggets dans un « pot pour la guérison » lors d’événement Octobre Rose. La promotion de la junk food dans un événement de santé semble poser problème à la réalisatrice canadienne alors que l'obésité est un facteur de risque de santé publique. De la même façon, Léa Pool avertit sur le manque de transparence de certaines associations. La Fondation du cancer du sein du Québec, a récupéré d'Ultramar plus d'un million de dollars depuis 2008. En effet cette entreprise pétrolière promettait de verser 0,01 dollar par litre d’essence à l'association si les américains allaient se servir dans leurs stations essence. Là encore le paradoxe est que le CIRC désigne le benzène comme cancérogène avéré.
En savoir plus

75 En savoir plus

TIC et communication de santé publique : une normalisation ambivalente

TIC et communication de santé publique : une normalisation ambivalente

1. La professionnalisation de la communication de santé publique au prisme des carrières de ses responsables Dans les institutions et établissements responsables de l’action publique sanitaire française, l’institutionnalisation et la spécialisation de la communication peuvent être objectivées par l’analyse des organigrammes. Du point de vue de la division technique du travail, la fonction communication apparaît bien identifiée et spécialisée dans les composantes, tant administratives que politiques, des institutions considérées. A l’échelle centrale du ministère de la santé et plus largement du grand ministère englobant le travail, l’emploi et la santé, la Délégation à l’information et à la communication (environ 80 personnes) en constitue la composante administrative, tandis que le cabinet de chacun des trois ministres comprend également des spécialistes de la communication (plus particulièrement centrés sur les relations avec les journalistes et la préparation des interventions publiques des ministres). Parmi les cinq grandes directions centrales du ministère, la DGS présente la particularité de comprendre une Mission spécifiquement consacrée à l’information et à la communication : créée en 2003 sur la base du recrutement d’une attachée de presse auprès de Didier Houssin, DGS de l’époque, celle-ci comprend aujourd’hui huit personnes. On peut signaler que les autres DG ne comprennent pas de structure de communication mais des personnels dédiés à l’alimentation du site internet institutionnel et à ce titre, membres de son comité éditorial. Enfin l’information et la communication sont des fonctions constitutives de l’INPES (et de l’ancien CFES) du fait de sa mission structurelle et historique en matière d’éducation et de prévention : la direction de l’information et de la communication comprend aujourd’hui environ quarante personnes.
En savoir plus

7 En savoir plus

Santé publique : le contrôle des maladies méningococciques au Québec

Santé publique : le contrôle des maladies méningococciques au Québec

La médecine fondée sur les preuves signifie l’intégration de l’expertise clinique des praticiens aux meilleures données scientifiques résultant d’une recherche systé- matique de qualité [1] . Ces principes s’appliquent à la santé publique, domaine dans lequel les décisions concernant l’implantation de programmes doivent reposer sur l’ensemble des données objectives touchant à l’efficacité et à la sécurité des interventions, leur pertinence, leur efficience, leur acceptabilité et leur faisabilité, mais aussi sur le jugement d’experts pour ce qui est des zones d’incertitudes. L’histoire des maladies méningococciques de sérogroupe C au Québec durant la dernière décennie illustre le cheminement des scienti- fiques et des responsables de santé publique dans la voie d’une plus grande rigueur dans le processus de prise de décision d’une stratégie de contrôle, la sélec- tion d’un vaccin et les modalités de son utilisation. La thèse défendue par les auteurs est que l’implantation de tout nouveau programme doit intégrer une compo- sante évaluative et s’accompagner, si possible, d’un volet de recherche et de développement technologique. Dans certaines conditions, les dividendes d’un tel
En savoir plus

5 En savoir plus

La cartographie antigénique : un nouvel outil pour la santé publique

La cartographie antigénique : un nouvel outil pour la santé publique

Un film sur l’évolution des virus En 2005, Derek Smith reçoit le prix « NIH’s Director Pioneer Award » du National Institutes of Health (NIH), soit une somme de 2,5 millions de dollars pour développer librement son travail. Il recrute de nouveaux collaborateurs au sein de son groupe à l’université de Cambridge (Royaume-Uni) parmi lesquels l’épidémiologiste Colin Russel. Ensemble et avec l’équipe de Ron Fouchier, ils entreprennent d’étudier de manière combinée les changements épidémiologiques du virus de la grippe et son évo- lution. « L’OMS s’est intéressée bien avant nous à la circulation globale du virus, précise Derek Smith. La question peut être aussi bien abordée du point de vue de la santé publique que de la recherche fon- damentale ». Dans le même temps, Eugene Skepner, un informaticien du groupe, développe un système d’échange et de centralisation des données HI qui permet de les cartographier à mesure qu’elles sont produites par les centres de référence du réseau de l’OMS. « La cartographie est aussi une méthode d’unification, explique Ron Fouchier, c’est comme si on filmait l’évolution des virus. »
En savoir plus

4 En savoir plus

Le sport n'est pas toujours bon pour la santé publique

Le sport n'est pas toujours bon pour la santé publique

En l’espèce, les intérêts économiques spécifiques de la plupart des associations et fédérations sportives ne sont pas des moindres. En « fermant les yeux » sur les accidents que leur activité génère tout en s’affirmant comme acteurs importants des politiques de santé publique, leurs dirigeants se donnent l’occasion d’attirer dans les clubs de nouveaux pratiquants à la recherche de santé et de bien-être et de bénéficier, par ce moyen, de nouvelles ressources qui pourront ensuite contribuer au financement de leur activité première et principale aux coûts de plus en plus élevés : la compétition athlétique, la quête de résultats et de performances. Les intérêts conjoints des fédérations et de l’État, légalement responsable, en France, du sport de haut niveau, ne sont pas non plus sans effet sur l’invisibilité des accidents de sports et sur leur inexistence en tant que « problème public » (Gusfield, 2009). Au regard de l’accroissement de la valeur athlétique des sportifs français dans les confrontations internationales depuis le milieu des années 1980, on peut considérer qu’une bonne part des 4 millions d’accidentés de sports annuels estimés par les services du ministère chargé des sports constituent le prix humain à payer pour pouvoir disposer d’une élite nationale capable d’exceller dans les plus hauts niveaux de la compétition sportive internationale. Ce qui, on peut le comprendre, ne saurait faire l’objet d’une mesure rationnelle et rendue publique. Sauf au risque probable d’une forte dé-légitimation du soutien public apporté à la compétition athlétique tant par l’État que par les collectivités territoriales. Parmi ces dernières, le plus souvent portées, en relation avec leur « politique d’image », à soutenir en priorité sportifs et associations les mieux classés sportivement, nulle n’a manifestement songé à pondérer ses aides en prenant en compte le niveau d’exposition aux accidents sportifs corporels de ses administrés.
En savoir plus

9 En savoir plus

La vaccination par le pharmacien d'officine : un enjeu de santé publique ?

La vaccination par le pharmacien d'officine : un enjeu de santé publique ?

positionnement dans la chaîne de soins et sur le territoire. A l’étranger, plusieurs pays permettent déjà ce service, avec des résultats positifs tant sur la couverture vaccinale que sur la satisfaction des patients. Il reste aux pharmaciens français de se former à l’acte de vaccination afin de prouver aux autorités qu’ils sont compétents pour remplir cette nouvelle mission de santé publique. Résumé anglais

92 En savoir plus

Les principales zoonoses en Algérie et leurs impact sur la santé publique

Les principales zoonoses en Algérie et leurs impact sur la santé publique

Résumé du PFE : sous titre : Les principales zoonoses en Algérie et leur impact sur la santé publique Résumé : Les zoonoses sont des maladies et infections qui se transmettent naturellement des animaux vertébrés à l’Homme et vice versa. En Algérie, certaines zoonoses dites classiques, à savoir la rage, la brucellose, et la leishmaniose sévissent encore de façon enzootique et constituent un réel problème pour la santé publique. Ce travail bibliographique porte en premier lieu, sur des généralités concernant les zoonoses , en suite, nous décrivons les zoonoses citées ci-dessus. Enfin, nous évoquons les mesures mises en oeuvres pour la lutte contre ces zoonoses et
En savoir plus

1 En savoir plus

L'innovation thérapeutique : un enjeu de santé publique, un challenge pour les acteurs du monde de la santé

L'innovation thérapeutique : un enjeu de santé publique, un challenge pour les acteurs du monde de la santé

La réorganisation récente des processus de R&D de l’industrie pharmaceutique souligne l’absence de rapport linéaire ou de corrélation entre le montant investit dans les activités de R&D et la performance en termes de retombées innovantes. De la même manière, il n’y a pas de continuum linéaire, en médecine translationnelle, qui va de l’invention dans un laboratoire de recherche à l’application concrète au lit du patient. Il y a nécessité de faire des passerelles et des allers-retours entre les différents chaînons de l’innovation. L’innovation est par définition imprédictible, ce qui signifie qu’il y a une part de risque dans le processus d’innovation qu’il faut accepter et savoir financer au bon moment. L’innovation est un processus complexe et nécessite un ensemble de conditions favorables et multidimensionnelles (scientifique, culturelle, industrielle, etc). Pour cela, un nouveau paradigme de l’innovation tend à émerger : l’innovation dite «ouverte ou collaborative » (« Open innovation »). Cette nouvelle forme d’innovation s’organise au sein de structures nommées clusters d’innovation biopharmaceutiques (ou pôle de compétitivité en santé). Ces bioclusters ont été fondés sur la volonté des pouvoirs publics à coordonner leurs politiques de santé publique à celles de soutien à la recherche biomédicale et à l’innovation dans le but de valoriser les découvertes issues de la recherche académique, de répondre aux défis de l’innovation thérapeutique et aux besoins médicaux d’aujourd’hui et de demain.
En savoir plus

120 En savoir plus

La « santé publique de précision » : un changement de paradigme pour la santé publique ou la perte de son âme ?

La « santé publique de précision » : un changement de paradigme pour la santé publique ou la perte de son âme ?

L a « médecine personnalisée » désigne le fait de cibler le traitement et la prévention en fonction du profil, souvent génomique, de chaque individu. Depuis 2011, l’expression de « médecine de précision » se substitue progressivement à celle de « médecine personnalisée ». Cette dernière laisserait entendre à tort qu’il s’agit de développer des traitements spécifiques pour chaque individu alors qu’elle repose plutôt sur une stratification en sous‑groupes. La médecine de précision est aussi davantage liée au recueil de données massives et aux technologies associées pour leur analyse. Dès 2013, la notion de « santé publique de précision » (SPP) a été proposée comme son complément. Cependant, n’y a‑t‑il pas une contradiction dans les termes même, ou tout au moins une tension forte ? Si parler de santé publique « personnalisée » paraît un oxymore, lui appliquer la notion de « précision » est‑il davantage pertinent ? Le propre de son action et de son efficacité n’est‑il pas d’être collective : par exemple la vaccination ou la réglementation sur le port de la ceinture en voiture ? Que pourrait apporter la « précision » qui ne dénaturerait pas cette spécificité de la santé publique ? En réalité le débat sur la pertinence de promouvoir la santé publique de précision dépend à la fois de ce qu’on entend par « précision » et par « santé publique ».
En savoir plus

4 En savoir plus

Développement des communautés, santé publique et CLSC

Développement des communautés, santé publique et CLSC

INTRODUCTION Le développement des communautés représente depuis longtemps un enjeu social de premier plan au Québec bien avant qu’il ne devienne une stratégie de santé publique. L’intégration de cette stratégie dans le Programme national de santé publique 2003-2012 (MSSS, 2003) s’inscrit dans la reconnaissance des principes d’engagement auprès des communautés et d’action sur les déterminants de la santé présents dans la Politique de la santé et du bien-être (MSSS, 1992) et à l’intérieur des Priorités nationales de santé publique 1997-2002 (MSSS, 1997). Déjà, la Charte d’Ottawa de 1986 (Ottawa, 1986) avait contribué à créer des conditions favorables au développement des pratiques communautaires en santé publique. Les façons d'intervenir ont cependant évolué et les changements dans la conjoncture sociale incitent à développer de nouvelles formes d’intervention. Les professionnels de la santé et du social qui s'engagent dans des interventions de prévention et de promotion savent que le seul renforcement du potentiel des personnes ne suffit pas et s'inscrivent de plus en plus dans une approche de développement des communautés (Fréchette 2001).
En savoir plus

25 En savoir plus

L'ombre du privé sur la santé publique espagnole

L'ombre du privé sur la santé publique espagnole

Le troisième facteur de l'arrêt des concessions est lié au climat social et sanitaire qui se détériore fortement en Espagne. La fermeture brutale de nombreux services, voire d'établissements hospitaliers, finit par susciter une vague de protestations publiqueslargement reprises et analysées par les sociologues et les spécialistes des politiques sanitaires (González Veracruz María, EzquerraGadeaJulián, Ferrero Torres Carmen, Díaz MorenoVerónica, 2014). La mobilisation sociale est le fait de tous les personnels du monde hospitalier (y compris les cadres et chefs de services) mais aussi des collectifs de patients, des riverains, des citoyens anonymes qui font état d'une situation "limite". A Madrid, une coalition se constitue autour d'une association de praticiens hospitaliers, de quelques syndicats de personnels, du collège des médecins, et du la fédération régionale du PSOE(parti socialiste). Cette coalition joue un rôle essentiel dans la visibilité médiatique des opérations publiques (sit in, manifestations monstres des blouses blanches comme la "marée blanche" du 17 février 2013, grèves, et même mouvements de démission collective de chefs de service). La loi votée par le gouvernement de la Communauté autonome de Madrid (loi 8/ 2012 du 28 12 2012) et destinée à déployer et renforcer les concessions et autres formes de partenariats avec des partenaires privés est portée devant le tribunal supérieur de justice de Madrid, les plaignants arguant de son inconstitutionnalité. Une consultation populaire rassemble 900 000 votes en cinq jours contre le modèle de la concession sanitaire. L'opinion publique appuie très largement le refus de la privatisation des infrastructures hospitalières, qu'elle associe à toute une série de peurs : peur de voir diminuer le niveau de qualité du système de soins construit pas à pas au lendemain de la mort de Franco, peur de voir se rétrécir les prestations sociales, peur d'un vieillissement démographique synonyme d’appauvrissement collectif, peur sur les retraites qui sont « gelées » par le plan d’austérité depuis 2010 (Garcia Gonzalez, Juan Manuel, 2011, ) ... Enfin, après une longue bataille judiciaire, l'arrêt définitif du 27 janvier 2014 du Tribunal supérieur de Justice de Madrid refuse l'ultime recours du gouvernement autonomique madrilène et ordonne la suspension préventive de tous les contrats de concession, ainsi que le blocage des chantiers d'hôpitaux privés en cours. Le même jour, le ministre de la santé du gouvernement autonomique, Javier Fernandez-Lasquetty, présente sa démission.
En savoir plus

15 En savoir plus

des missions de santé publique pour les médecins généralistes

des missions de santé publique pour les médecins généralistes

D- Quels modes de rémunération ? Le mode actuel de rémunération est le paiement à l’acte. Les accords conventionnels prenant en compte les augmentations du C sont associés à des engagements de maîtrise médicalisée et à des accords de bon usage de soins (acbus). Plusieurs essais de nouveaux modes de rémunération d’activités de santé publique se sont appuyés ou s’appuient sur le paiement à l’acte. Cela a été le cas pour l’option médecin référent (OMR) qui permettait une rémunération à 2C de la consultation annuelle de synthèse ; son développement a été arrêté. Le C approfondi n’a pas, comme les nouveaux paiements à l’acte dédiés à une action ponctuelle, rencontré de succès tant auprès des médecins que des patients. La consultation de prévention à 70 ans est évaluée à 2,5C et est en cours d’expérimentation. Les futurs bilans de synthèse annuels envisagés, comme le forfait Alzheimer, reprendront probablement cette approche.
En savoir plus

18 En savoir plus

Évaluation d’un programme de développement professionnel en santé publique : le laboratoire de promotion de la santé

Évaluation d’un programme de développement professionnel en santé publique : le laboratoire de promotion de la santé

8 Pourtant, à partir de la seconde moitié du 20 e siècle, la santé publique retourne à ses premiers amours avec des approches écologiques et environnementales qui laissent une certaine place à l’auto-détermination de l’individu. Plus que des utilisateurs de services, les individus sont alors considérés comme producteurs de leur propre santé à travers leurs habitudes de vie et leurs comportements, qui s’inscrivent dans des contextes particuliers (Bunton and Macdonald 2004; Baum 2008). En 1974, dans la foulée de l’évaluation du système de soins universel au Canada, le Rapport Lalonde (Lalonde 1974) formalise ces nouvelles idées concernant la santé et ses déterminants, contribuant à l’émergence d’un discours essentiellement articulé sur la prévention plutôt que sur le traitement (Robertson 1998; O'Neill, Pederson et al. 2007). L’argument principal du Rapport Lalonde est que l’accès aux soins n’est pas le principal déterminant de la santé, loin de là, et que d’autres facteurs, tels que l’environnement, la biologie humaine et les habitudes de vie jouent un rôle prépondérant (Robertson 1998). Le contexte de l’époque favorise une lecture du Rapport Lalonde axée sur les habitudes de vie et les comportements, ce qui a pour effet d’institutionnaliser les approches individuelles de changement de comportement dans les politiques publiques et la planification en santé publique (Robertson 1998). Ce faisant, plusieurs critiqueront le Rapport Lalonde pour sa représentation des comportements comme des actes décontextualisés et entièrement attribuables à l’individu, omettant l’influence cruciale du contexte social, économique, politique dans l’adoption et le maintien des comportements (Robertson 1998; Raphael 2008). De plus, on constate à ce moment que malgré l’accès universel aux soins, des inégalités de santé sont toujours présentes, exposant ainsi les limites des solutions universelles et des systèmes d’action basés seulement sur la science et l’expertise professionnelle (Robertson 1998; Potvin 2003).
En savoir plus

303 En savoir plus

Prévention des attaques par logiciels malveillants: perspectives de la santé publique

Prévention des attaques par logiciels malveillants: perspectives de la santé publique

Courants historiques Les origines de la santé publique sont généralement situés au XVIII e siècle et à la période préindustrielle. En particulier, quatre grands courants ont façonné la santé publique telle que nous la connaissons aujourd’hui : 1) l’hygiène publique, 2) l’hygiène personnelle, 3) la méde- cine sociale, et 4) l’organisation des services de santé. L’hygiène publique est probablement le courant le plus ancien, et celui auquel la santé publique est la plus fréquemment identifiée. Remontant au Moyen-Age, l’apparition de plusieurs maladies infectieuses, telles que la peste et la lèpre, a donné lieu à plusieurs mesures publiques de contrôle des épidémies. Les travaux de Pasteur en bactériologie ont par la suite ouvert la voie à une “nouvelle santé publique” à la fin du XIX e siècle. C’est notamment à partir du XIX e siècle que de grandes campagnes sanitaires sont organisées afin de promouvoir de bonnes pratiques d’hygiène personnelle. Le milieu du XX e siècle est alors marqué par une diminution des maladies infectueuses. Ce- pendant, l’augmentation des maladies chroniques et dégénératives amène au développement d’études épidémiologiques sur les comportements à risque, tels que l’alcoolisme, le tabagisme, ou le manque d’activité physique. Le milieu du XIX e siècle est par la suite marqué par une reconnaissance que les conditions sociales et économiques ont des effets importants sur la santé. Cette reconnaissance a entre autres conduit à une responsabilisation de l’État quant à la santé de la population et de certains groupes vulnérables. Plusieurs interventions di- rectes de l’État sont alors implémentées, donnant le jour au concept de médecine sociale. La fin du XIX e siècle marque le développement des systèmes de soins de santé, et le rôle prépondérant de l’État. Notamment, la première intervention de l’État, qui préfigure les sys- tèmes d’assurance-maladie d’aujourd’hui, fait son apparition en Allemagne. S’en suit alors un développement important des soins de santé à partir de la première moitié du XX e siècle.
En savoir plus

231 En savoir plus

Arenicola marina : le nouvel espoir marin pour la santé publique

Arenicola marina : le nouvel espoir marin pour la santé publique

Mise sur le Marché (AMM) mais pour un marquage CE (Conformité Européenne). En effet, le produit est développé en tant que dispositif médical est non médicament car selon l’article R.665-3 du Code de la Santé Publique « on entend par dispositif médical tout instrument, appareil, équipement, matière, produit, à l'exception des produits d'origine humaine ou autre article utilisé seul ou en association, y compris les accessoires et logiciels intervenant dans son fonctionnement, destiné par le fabricant à être utilisé chez l'homme à des fins médicales et dont l'action principale voulue n'est pas obtenue par des moyens pharmacologiques ou immunologiques ni par métabolisme, mais dont la fonction peut être assistée par de tels moyens » (51). Celui-ci est conçu en tant que classe III,
En savoir plus

127 En savoir plus

Changement du paradigme de la santé publique et transformations de la forme de l'état

Changement du paradigme de la santé publique et transformations de la forme de l'état

C'est dans cette perspective que la promotion de la santé émerge comme approche de santé publique fondée sur une nouvelle conception de la santé mais aussi sur l'impératif de [r]

112 En savoir plus

Plan d’action régional en santé publique 2016-2020

Plan d’action régional en santé publique 2016-2020

AXE 1 - Le développement global des enfants et des jeunes Plan d’action régional en santé publique 2015-2020 24 Grâce à la collaboration des milieux scolaires, les hygiénistes dentaires de santé publique réalisent actuellement des activités de promotion sur une saine alimentation, sur l’importance d’une bonne hygiène buccodentaire ainsi que l’application de vernis fluoré et de scellants chez les élèves qui sont à risque de carie dentaire. Aux interventions déjà existantes en milieu scolaire, la sensibilisation à l’importance d’une bonne hygiène buccodentaire dans certains milieux (services de garde à l’enfance, cliniques de vaccination, etc.) sera à consolider afin que les jeunes adoptent tôt de saines habitudes qui persisteront tout au long de leur vie.
En savoir plus

151 En savoir plus

Entre les connaissances et la pratique de santé publique : un monde de collaborations

Entre les connaissances et la pratique de santé publique : un monde de collaborations

Introduction «Comparée à la médecine qui se fait, la santé publique, quant à elle, se dit» (Fassin, 2000). Il est souvent reproché à la santé publique d’être davantage dans le discours que dans l’action. S’il est vrai que les ponts entre la théorie et la pratique sont parfois ambitieux à construire, notre imaginaire collectif entretient aussi de nombreux préjugés sur le caractère irréconciliable de ces deux communautés qui possèdent un langage différent (Lomas, 1997; Bero & al., 1998; Caplan, 1979). Cette préoccupation se traduit par une multiplication d’études qui s’intéressent à l’action fondée sur les données probantes via l’utilisation des connaissances scientifiques, majoritairement dans le domaine des services de santé ou des politiques publiques, mais récemment aussi en santé publique (Straus & al., 2009; Lemieux-Charles & Champagne, 2004; Jacobson & al., 2005; Landry & al., 2006; Green & al., 2009; Brownson & al., 2009; Glasgow & Emmons, 2007; Tetroe & al., 2008; Lavis & al., 2003). Certaines stratégies sont alors proposées par les chercheurs pour développer une culture de décision et d’action davantage axée sur l’utilisation de la recherche scientifique. La notion d’interaction entre producteurs et utilisateurs de connaissances s’inscrit au cœur de ce courant qui valorise les activités de partage et d’utilisation des connaissances (PUC) comme moyen de rapprocher les deux univers (Mitton & al., 2007; Lomas, 2000; Lavis, 2006; Denis & al., 2003; Kothari & al., 2005; Ginsburg & al., 2007).
En savoir plus

114 En savoir plus

La pratique participative en santé publique : l'émergence d'un paradigme

La pratique participative en santé publique : l'émergence d'un paradigme

la participation. En effet, l’ouverture à une pratique participative suscite le dévoilement, la rencontre et la conjonction d’une pluralité de systèmes de sens, de réalités locales et de projets relevant d’une diversité d’acteurs. Dans ce contexte, l’ontologie pluraliste du paradigme constructiviste s’avère tout à fait pertinente pour concevoir et légitimer la nature complexe du monde vécu émergeant d’une dynamique participative en santé publique. Deuxièmement, l’épistémologie subjectiviste et pragmatiste du paradigme constructiviste s’avère un point d’ancrage pertinent pour relever le défi de la construction de connaissances valables à l’intérieur d’un cadre faisant appel à un engagement accru des acteurs de la santé publique auprès des citoyens. D’une part, puisqu’elle reconnaît la centralité du sujet dans le processus de construction de connaissances, cette épistémologie invoque la contribution et le respect des apports particuliers de tous les partis impliqués. Les connaissances produites ont donc davantage le potentiel d’être considérées valables par les divers partis dans la mesure où elles intègrent, en quelque sorte, une part des subjectivités, des réalités et des projets de tous les partenaires concernés, à travers leurs (inter)actions dans le monde. D’autre part, puisque cette épistémologie valorise la production de connaissances permettant aux acteurs interpellés de transiger de manière plus intelligible et donc plus efficacement dans le monde, les connaissances émergeantes seront d’autant plus valables pour les individus et les collectivités, notamment ceux en quête de savoirs leur permettant de juguler les multiples déterminants ayant une incidence sur leur santé.
En savoir plus

531 En savoir plus

Show all 4467 documents...