Haut PDF Les kratoconjonctivites vernales : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique ( propos de 35 cas)

Les kratoconjonctivites vernales : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique ( propos de 35 cas)

Les kratoconjonctivites vernales : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique ( propos de 35 cas)

Le profil clinique a montré la prédominance du frome palpébrale chez 51,4% suivie de la forme mixte chez 25,7% et la gravité de l’atteinte a été de légère à modérée chez 91,4%. Les données thérapeutiques récupérées ont montrées que la prescription des antidégranulants a intéressée tous nos patients, avec la préférence du NAAGA chez 74,3% des patients. Les antihistaminiques ont été prescrits en association aux antidégranulants chez 60,1% des patients les collyres ont été privilégiés chez 45,8 % de ces malades. Les corticoïdes ont été utilisés chez 31,4% des patients, dont 22,9% ont été des cas modérés, alors qu’aucun cas légère n’a été traité par cette alternative, l’utilisation des molécules de faible absorption oculaire tels la fluorometholone a été constaté, et seul un cas de croticodépendance a été rapporté dans notre série avec le recours à la ciclosporine 2%.
En savoir plus

171 En savoir plus

Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique du syndrome mtabolique au sein du service de GHE

Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique du syndrome mtabolique au sein du service de GHE

RESUME Bien qu’il n’existe pas de définition universellement reconnue, le syndrome métabolique se Caractérise par une obésité abdominale, une pression artérielle élevée, un faible taux sanguin de HDL-cholestérol, un taux de triglycérides élevé et une résistance à l’insuline. Son origine est multifactorielle mais l’insulino-résistance et l’obésité permettent d’expliquer en grande partie la physiopathologie du syndrome métabolique. L’objectif de ce travail était d’analyser le profil épidémiologique, clinique et thérapeutique du syndrome métabolique au sein du service de Gastro- Hépato- Entérologie. A travers une étude prospective étalée sur une année allant de Janvier 2016 à Décembre 2016, déroulée au service d’hépato-gastro-entérologie du CHU Mohammed VI de Marrakech, nous avons recensé 80 cas de Syndrome métabolique.
En savoir plus

168 En savoir plus

Le carcinome lobulaire du sein : Le profil clinique, pidmiologique, anatomopathologique et thrapeutique au service de gyncologie obsttrique

Le carcinome lobulaire du sein : Le profil clinique, pidmiologique, anatomopathologique et thrapeutique au service de gyncologie obsttrique

• Asymétrie et distorsion IRM Dans la littérature, les distorsions en IRM sont beaucoup plus rares qu’en mammographie: Schelfout et al. Décrivent trois cas de distorsion IRM : le premier correspond à une masse palpable sans anomalie au bilan conventionnel (83), les deux autres à une distorsion en mammographie sans anomalie clinique ou échographique. Phillips et al. Décrivent un cas sous forme d’une asymétrie IRM sans prise de contraste. En imagerie conventionnelle, on retrouvait une asymétrie mammographique avec une masse échographique. En pathologie, on retrouvait un carcinome lobulaire infiltrant de bas grade. IRM normale : cette présentation est beaucoup plus rare. Schelfout et al. Décrivent un cas d’IRM normale, correspondant en imagerie standard à une distorsion mammographique et à une masse circonscrite en échographie(83). Elle reste probablement liée à la technique et au protocole utilisé (séquences morphologiques + dynamiques).
En savoir plus

209 En savoir plus

Cellulites orbitaires et pri-orbitaires de lenfant : profil pidmiologique, clinique, thrapeutique et volutif

Cellulites orbitaires et pri-orbitaires de lenfant : profil pidmiologique, clinique, thrapeutique et volutif

Dans un travail réalisé par Pinzuti-Rodné et al [58] dont le but est d’étudier l’apport de l’échographie par rapport au scanner dans l’exploration des cellulites de la région orbitaire de l’enfant, les auteurs ont pu démontrer qu’il y a une excellente corrélation entre les résultats de l’échographie et ceux du scanner, elle a permis comme la TDM de confirmer l’existence ou non d’une atteinte rétro-septale, ainsi elle permettrait d’éviter un grand nombre d’examens tomodensitométriques lorsque elle ne montre pas une atteinte rétro-septale et que l’évolution clinique est favorable. Toutefois comme c’est classique, l’échographie reste opérateurs dépendants et nécessite des radiologues habitués à la pathologie orbitaire de l’enfant.
En savoir plus

122 En savoir plus

Ulcre de Marjolin : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique: A propos de 30 cas

Ulcre de Marjolin : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique: A propos de 30 cas

Nous nous proposons donc à travers une série de 30 cas d’ulcères de Marjolin survenus sur des cicatrices instables, colligés au Service de Chirurgie Plastique, Réparatrice, Esthétique [r]

119 En savoir plus

Le carcinome lobulaire du sein : le profil pidmiologique, clinique, thrapeutique et volutif  Marrakech

Le carcinome lobulaire du sein : le profil pidmiologique, clinique, thrapeutique et volutif Marrakech

3. Imagerie par résonance magnétique : L’IRM est une technique non traumatisante, non ionisante, très sensible dans la détection du cancer du sein, proposée chez des patientes à risque et à seins denses en mammographie ou en cas de discordance entre la clinique et l’imagerie, c’est également une technique validée dans le bilan d’extension d’un cancer du sein à la recherche d’une multifocalité, d’une multicentricité et d’une bilatéralité ou pour mesurer la taille d’une tumeur mal délimitée en mammographie [140,141]. Les particularités du carcinome lobulaire infiltrant rendent donc tout à fait prometteuse l’IRM dans cette indication.
En savoir plus

204 En savoir plus

Les tumeurs osseuses  cellules gantes : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique

Les tumeurs osseuses cellules gantes : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique

Les tumeurs osseuses à cellules géantes : Profil épidémiologique, clinique et thérapeutique I. Aspects cellulaires et moléculaires : 1. Les différents types cellulaires observés dans les TCG correspondent, d’une part, à des cellules d’origine hématopoïétique CD68+ et à des cellules mononucléées mono-nucleated hystiocytic cells (MNHC) et, d’autre part, à des cellules stromales CD68–appelées giant cell tumour stromal cells (GCTSC) qui représentent la composante tumorale proliférative. C’est également cette population stromale tumorale qui supporte la différenciation et la fusion des précurseurs hématopoïétiques mononucléés en cellules multinucléées qui expriment l’ensemble des marqueurs caractéristiques du phénotype ostéoclastique comme le récepteur à la calcitonine et exercent une activité TRAP (phosphatases acides tartrates résistantes).
En savoir plus

135 En savoir plus

Fractures isoles de l'ulna: Profil pidmiologique  clinique et thrapeutique

Fractures isoles de l'ulna: Profil pidmiologique clinique et thrapeutique

Dans notre série, notre attitude thérapeutique était toujours chirurgicale pour les fractures déplacées et instables .L’ostéosynthèse par plaque vissée après réducti[r]

99 En savoir plus

Glomrulonphrites extracapillaires : profil pidmiologique, clinique, thrapeutique et volutif

Glomrulonphrites extracapillaires : profil pidmiologique, clinique, thrapeutique et volutif

III. Étiopathogénie : 1- Maladie à Ac-anti-MBG : La cible antigénique principale des anticorps anti-MBG est le domaine non-collagène (NC1) de la chaîne α3 du collagène de type 4 (α3(IV)NC1) décrit comme « l’auto-antigène Good- pasture » [36,37]. Sa distribution tissulaire est restreinte aux membranes basales des capillaires glomérulaires et alvéolaires expliquant le profil clinique de la maladie, mais aussi dans une moindre mesure, à l’œil, aux plexus choroïdes et à la cochlée [38]. Lerner et al était le premier à démontrer la pathogénicité des anticorps anti-MBG sur des modèles humains [39]. En effet, il existe une modification de la structure quaternaire de l’auto-antigène entrainant l’exposition cryptique des épitopes Ea et Eb de l’α3(IV)NC-1 mais pas de la structure native réticulée [40]. Ainsi, les anticorps anti-MBG se lient aux domaines Ea et Eb induisant une cascade de réactions auto-immunes médiée par les lymphocytes T. Ces dernières, sont à l’origine de l’inflammation endocapillaire aboutissant à la prolifération extracapillaire [41].
En savoir plus

138 En savoir plus

Les cataractes congnitales : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique

Les cataractes congnitales : Profil pidmiologique, clinique et thrapeutique

Lié à l’X Anomalies dentaires, dysmorphie faciale Cataracte congénitale bilatérale Affections craniofaciales Syndrome d’Hallermann- Streiff- Francois¸ AD Dyscéphalie en tête [r]

181 En savoir plus

Pseudarthrose de la palette humrale : profil pidmiologique, clinique, radiologique, thrapeutique et volutif

Pseudarthrose de la palette humrale : profil pidmiologique, clinique, radiologique, thrapeutique et volutif

Pour la mobilité du coude, on avait au dernier contrôle 28 ,12° de déficit en extension avec des extrêmes allant de ( 10° à 50°) et de 98.75° en flexion avec des extrêmes allant de (70° à 135°) . L’évaluation préopératoire a été rapportée (Tableau I) mais l’interprétation de ses résultats doit prendre en considération la présence d’un coude contracté et douloureux chez presque tous nos patients ayant empêcher une évaluation clinique adéquate ; également, la mesure de l’arc de mobilité se fait généralement au niveau de la région de pseudarthrose et non au niveau de coude. Nos résultats sur ce plan sont assez médiocre comparés à ceux décris dans la littérature notamment Helfet DL, Kloen P [24] et McKee M, Jupiter JB [127] et rejoignent ceux de Mitsunga MM et de Ackerman [1,132] et ce qui peut être expliqué par plusieurs
En savoir plus

183 En savoir plus

Nphropathies glomrulaires: Profil pidmiologique, thrapeutique
et volutif au CHU Mohammed VI de Marrakech

Nphropathies glomrulaires: Profil pidmiologique, thrapeutique et volutif au CHU Mohammed VI de Marrakech

Dans la littérature, le sex-ratio est diversement apprécié. Simon [3] rapporte dans une étude épidémiologique des GN primitives que la GNMP est 3 fois plus fréquente chez l’homme que chez la femme. Cet avis est partagé par Abdulmassih [17] alors que Droz [56] et Lagrue[57] soulignent une prédominance féminine. La présentation clinique est très variable allant de simples anomalies du sédiment urinaire au syndrome néphrotique sévère avec insuffisance rénale évolutive. Un SN impur est présent dans 33 à 50% des cas. Dans environ 30% des cas, une protéinurie est découverte au cours d’un examen systématique des urines, associée à une hématurie macro ou microscopique. Dans 20% des cas le tableau clinique initial est celui d’un syndrome néphritique aigu. En cas de SN, une HTA initiale est présente dans 25 à 30% des cas. Une IR est présente au début de la maladie dans 25 à 33% des cas [54, 56, 58]. Les anomalies du complément sont caractéristiques de cette néphropathie; habituellement, il s’agit d’une baisse du complément total hémolytique CH50 et de la fraction C3 du complément sérique. Elle est
En savoir plus

115 En savoir plus

Pied diabtique : Profil pidmiologique thrapeutique et pronostique

Pied diabtique : Profil pidmiologique thrapeutique et pronostique

─ L’antibiothérapie initiale est en général empirique, elle doit être déterminée par la situation clinique, l’épidémiologie microbienne locale et selon les recommandations adoptées. [105] Elle doit comporter une molécule active sur le staphylocoque et le streptocoque et d’autres molécules visant d’autres germes selon le contexte. On peut notamment viser les germes anaérobies devant des lésions gangréneuses, nécrotiques et malodorantes et surtout dans notre contexte. Parfois il est désirable d’administrer une association thérapeutique devant la suspicion d’une infection poly microbienne.
En savoir plus

209 En savoir plus

Profil pidmiologique, thrapeutique, et volutif de la pathologie hmorrodaire: Exprience du service de gastro-entrologie du CHU MED VI de Marrakech

Profil pidmiologique, thrapeutique, et volutif de la pathologie hmorrodaire: Exprience du service de gastro-entrologie du CHU MED VI de Marrakech

Le mot « hémorroïde », du grec « Hemorhein », signifie écoulement sanglant. Les anciens ne s’y étaient pas trompés, ils avaient judicieusement défini les hémorroïdes non par leur aspect mais par leur manifestation essentielle: les hémorragies. La définition des hémorroïdes ne peut être qu’imprécise puisqu’il s’agit de formations de nature vasculaire, plus artérielle que veineuse, siégeant au niveau de la sous-muqueuse anale, dont le rôle physiologique et le mode de transformation en un état pathologique demeurent hypothétiques sur bien des points. Il faut en effet distinguer les hémorroïdes: formations anatomiques normales du canal anal, existant dès la naissance, et l’hémorroïde maladie. Mais il n’y a aucune corrélation anatomo-clinique: de grosses hémorroïdes peuvent être parfaitement tolérées et des hémorroïdes discrètes ou un anus seulement congestif être à l’origine de saignements et d’inconfort en permanence.
En savoir plus

183 En savoir plus

Les polyradiculonvrites aigues en milieu de ranimation pdiatrique : profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique

Les polyradiculonvrites aigues en milieu de ranimation pdiatrique : profil pidmiologique et prise en charge thrapeutique

Le diagnostic du syndrome de Guillain-Barré repose principalement sur trois éléments : un tableau clinique évocateur, une anomalie du liquide céphalorachidien (LCR) et un profil évolutif bien déterminé. La présentation clinique chez l’enfant n’est pas la même que chez l’adulte, et le pronostic est le plus souvent meilleur tant immédiat qu’à long terme. De ce fait, les attitudes thérapeutiques peuvent être différentes bien qu’il n’y ait pas de consensus quant à l’utilisation de certains outils thérapeutiques, surtout les échanges plasmatiques et les immunoglobulines chez l’enfant. [1]
En savoir plus

125 En savoir plus

Xeroderma pigmentosum : aspects pidmiologique, clinique et thrapeutique. Au service de chirurgie plastique CHU Med VI Marrakech

Xeroderma pigmentosum : aspects pidmiologique, clinique et thrapeutique. Au service de chirurgie plastique CHU Med VI Marrakech

Malgré son effet irritant, ce produit semble donner des résultats satisfaisants, essentiellement pour les lésions superficielles (surtout les petits carcinomes basocellulaires multiple[r]

217 En savoir plus

Les traumatismes du bassin Aspect pidmiologique, thrapeutique et pronostique

Les traumatismes du bassin Aspect pidmiologique, thrapeutique et pronostique

L’hématurie est le principal signe à rechercher en cas de rupture de vessie. Elle est présente dans 87 à 98 % des cas selon les séries. Elle peut être abondante, minime, transitoire ou même absente. L’examen clinique est souvent peu contributif en raison des douleurs du blessé et del’empâtement sus-pubien fréquent. Les ruptures intrapéritonéales de vessie peuvent donner des signes trompeurs sous forme de douleurs abdominales mal systématisées. Ces ruptures intrapéritonéales peuvent être méconnues si la brèche vésicale est rapidement comblée par les viscères abdominaux; le sondage urinaire est alors faussement rassurant car il ramène des urines claires.
En savoir plus

149 En savoir plus

Les fractures du cotyle aspect pidmiologique, thrapeutique et pronostique

Les fractures du cotyle aspect pidmiologique, thrapeutique et pronostique

patient est conscient, il est important de noter ses plaintes, en particulier sur le plan neurologique [27]. 2-2 Examen clinique : L'examen clinique du bassin commence par une inspection détaillée des plaies, des contusions et des décollements cutanés (Morel-La vallée); on recherchera particulièrement toute plaie du périnée et tout saignement vaginal amenant à une fracture ouverte. Un hématome scrotal ou du sang au méat urétral feront suspecter une lésion des voies urinaires. Une asymétrie du bassin avec un déplacement des épines iliaques antéro-supérieures et postéro-supérieures, ainsi qu'une asymétrie de longueur des membres inférieurs sans qu'ils soient fracturés, parlent pour une fracture pelvienne.
En savoir plus

164 En savoir plus

Profil pidemiologique, clinique, thrapeutique, volutif de l'artriopathie oblitrante des membres d'origine athrosclreuse

Profil pidemiologique, clinique, thrapeutique, volutif de l'artriopathie oblitrante des membres d'origine athrosclreuse

L’Artériographie de membres inférieurs a été réalisée chez 70 patients (N=70) qui ont été proposés pour un traitement chirurgical. Le bilan d’extension de la maladie athéromateuse a é[r]

141 En savoir plus

Tumeurs de la voie excrtrice suprieure : profil pidmiologique, caractristiques diagnostique et thrapeutique : A propos de 15 cas

Tumeurs de la voie excrtrice suprieure : profil pidmiologique, caractristiques diagnostique et thrapeutique : A propos de 15 cas

Les tumeurs de la voie excrétrice urinaire supérieure (TVES) correspondent à des tumeurs développées aux dépends de l’urothélium tapissant les cavités pyélocalicielles et ou l’uretère. Celles-ci sont rares (5-10% des tumeurs urothéliales). Notre objectif est de faire un point sur la pathologie et proposer une prise en charge. Notre travail dresse le profil épidémiologique, les caractéristiques diagnostique et thérapeutique des TVES au service d’Urologie de l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech de 2005 à 2012. Dans notre étude, l’âge moyen des 15 cas était de 56,2 ans avec une prédominance masculine (sexe ratio de 6,5/1). 93,33% des patients étaient tabagiques chroniques avec une consommation moyenne de 27 paquets.années. Dans 20% des cas, un antécédent de tumeur de vessie était notifié. Le délai moyen de consultation était de 20,2 mois. Les signes cliniques prédominant étaient : l’hématurie totale macroscopique (73,33%), la douleur lombaire (66,67%), l’irritation vésicale (20%) et un gros rein (13,33%). A l’échographie abdomino-pelvienne, l’atteinte du coté droit (53,33%) et la dilatation des cavités pyélocalicielles (53,33%) prédominaient. A l’uroscanner, prédominait l’atteinte tumorale urétérale (46,67%) surtout lombaire (42,86%). Le traitement de choix était la néphro-urétérectomie totale par voie ouverte avec l’exérèse d’une collerette vésicale (73,33%). A l’histologie, le carcinome urothélial papillaire (100%) stade Pt1NxMx, grade 2 (40%) prédominait. La tumeur siégeait plus dans l’uretère (41,17%). Le suivi était favorable en post-opératoire immédiat. A long terme, sur 14 opérés, la greffe tumorale secondaire a concerné la vessie (35,71%) dont une tumeur a récidivé (20%). Le pronostic dépend essentiellement de l’envahissement local, du stade et du grade histologiques. Avec les nouvelles technologies de l’imagerie médicale, de la biologie moléculaire et de l’anatomopathologie, le traitement serait meilleur.
En savoir plus

140 En savoir plus

Show all 2034 documents...

Sujets connexes