Haut PDF Intubation trachéale aux urgences de l'hôpital Militaire Avicenne Marrakech: difficultés et complications

Intubation trachéale aux urgences de l'hôpital Militaire Avicenne Marrakech: difficultés et complications

Intubation trachéale aux urgences de l'hôpital Militaire Avicenne Marrakech: difficultés et complications

e- Confirmation de l’IT : La vérification de la bonne position de la sonde d’intubation est une étape essentielle lors du processus de contrôle des voies aériennes. La non-reconnaissance d’une intubation oesophagienne peut en effet conduire à des accidents graves, voire au décès du patient. L’intubation oesophagienne est souvent l’événement initiateur de phénomènes de vomissements pouvant entrainer une inhalation pulmonaire sévère [114]. Cette complication de l’intubation trachéale n’est pas rare et peut atteindre de 5 à 10 % en situation d’urgence [27] [28]. Deux techniques sont validées pour dépister une intubation oesophagienne. La méthode de référence reste la capnographie. Lorsque six cycles de capnogramme sont visualisés, l’intubation trachéale est affirmée. La mesure du CO2 expiré a une sensibilité de 93 % et une spécificité de 97 % pour détecter une intubation endotrachéale [115]. Cette technique peut être mise en défaut lors d’intubation de patients en arrêt cardiaque pour lesquels la fraction expirée de CO2 est très basse du fait de l’arrêt circulatoire. Chez ces patients, le test d’aspiration à la seringue peut être utilisé afin de confirmer l’intubation trachéale. Ce test consiste à utiliser une seringue à gros embout (seringue à gavage gastrique) qui est connectée sur la sonde d’intubation. On aspire brutalement avec la seringue : si la sonde est dans la trachée, de l’air est facilement aspiré alors que si la sonde d’intubation est située dans l’œsophage, la muqueuse de celui-ci va se collaber sur l’extrémité distale de la sonde et la seringue ne peut se remplir d’air. Un équivalent à ce test est l’utilisation de dispositifs spécifiques appelés par les anglo-saxons self-inflating bulb. Ce type de méthode est très sensible pour détecter l’intubation oesophagienne, mais il existe quelques cas de faux-négatifs (résistance à l’aspiration alors que la sonde est en intratrachéal), observés chez les patients obèses morbides.
En savoir plus

142 En savoir plus

Etude épidémiologique et pronostique des intoxications aigues au sein du service des urgences de l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech : durée de l’étude 10 ans : 2000 - 2009

Etude épidémiologique et pronostique des intoxications aigues au sein du service des urgences de l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech : durée de l’étude 10 ans : 2000 - 2009

de cerner le plus rapidement possible l’intoxication et prévenir les complications qui peuvent survenir et engager le pronostic du patient [69] : 1) Réhydratation hydro-électrolytique : La réhydratation est la mesure thérapeutique essentielle devant toute diarrhée aigue, en particulier chez les nourrissonsou les sujets âgés. On considère que les pertes d’eau à remplacer avoisinent 200 ml par selle liquide et que les pertes sodées peuvent être estimé sur la base d’une concentration fécale de 40 à 70 mmol par litre de selles. La restauration des pertes hydroélectrolytiques doit si possible être tentée per os , sauf quand la réhydratation est majeure d’emblée ou que les vomissements résistent aux traitements antiémétiques. En pratique, de l’eau plate, des boissons gazeuses ou des sodas associés à des aliments solides salés constituent les premières mesures thérapeutiques. Quand la déshydratation est plus importante, le recours aux solutions de réhydratation orales permet, grâce à l’absorption active du glucose contenu dans les solutions, d’augmenter l’absorption de l’eau et des électrolytes du contenu luminal de l’intestin. Ces solutions se présentent sous la forme de sachets à reconstituer dans un volume de 200 ml d’eau. Chez l’adulte, la réhydratation sera entreprise sur une base de 1 à 2 litres le premier jour en alternant avec de l’eau simple (soit 5 à 6 sachets). La composition des Sels de Réhydrataion Orale recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé , qui peuvent être reconstituées sur ordonnance dans les pharmacies hospitalières est la suivante : glucose (20 g/L), sodium (90 mmol/L), potassium (20 mmol/L), chlore (80 mmol/L), bicarbonates ou citrates (30 mmol/L). En cas de déshydratation sévère, de vomissements associés ou d‘échec de la réhydratation par voie orale, la réhydratation se fera par voie veineuse.
En savoir plus

160 En savoir plus

Prise en charge de l'asthme aigu grave chez l'adulte à l'hôpital militaire Avicenne de Marrakech

Prise en charge de l'asthme aigu grave chez l'adulte à l'hôpital militaire Avicenne de Marrakech

Résumé :   L’asthme aigu grave (AAG) correspond à une crise d’asthme inhabituelle dont l’évolution peut être fatal. L’objectif de l’étude est de faire le point sur l’épidémiologie clinique et d’évaluer le pronostic de l’asthme aigu grave à l’Hôpital Militaire Avicenne de Marrakech. Nous avons procédé à une étude rétrospective sur une période de 5 ans du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2009, sont inclut dans l’étude les 20 patients dont l’âge est supérieur à 15 ans et qui se sont présentés aux urgences avec en moins un signe de gravité et/ou d’alarme en rapport avec une crise d’asthme sévère. La moyenne d’âge de nos patients est de 38.75 ans. Le sex-ratio est de 4 avec une nette prédominance masculine. 75% des hospitalisations ont été noté en période automno-hivernale. La durée moyenne d’évolution de l’asthme chez nos patients est de 9.55 ans, 35% des patients avaient un terrain d’atopie, 20% étaient tabagique, 15% présentaient une maladie cardio-respiratoire associée et 10% avaient en moins un antécédent d’hospitalisation pour asthme aigu grave. Tous nos patients ont bénéficié d’une oxygénothérapie, d’un traitement à base de broncho-dilatateurs et de corticoïdes, une antibiothérapie avait été prescrite dans 70% des cas. Les huit patients qui ont présenté des signes d’alarme ont bénéficié d’une intubation avec ventilation mécanique. La mortalité globale dans notre série est de 10%, sont tous parmi le sous groupe intubé ventilé. En conclusion, le malade présentant un AAG correspond, en général, à un profil épidémiologique particuliers se rapportant à : l’âge jeune, le niveau socio- économique bas, la co-morbidité, la non compliance thérapeutique, le tabagisme et les antécédents d’AAG ou d’intubation pour AAG.
En savoir plus

105 En savoir plus

Microbiote  Blastocystis Hominis : Exprience du service de parasitologie de lHpital militaire Avicenne de Marrakech

Microbiote Blastocystis Hominis : Exprience du service de parasitologie de lHpital militaire Avicenne de Marrakech

Plusieurs études ont été menées à travers le monde entier dans le but de connaître le profil épidémiologique des infestations au Blastocystis hominis au sein des populations, a savoir : Au Maroc, une étude rétrospective a été faite de 1996 au 1998 par L.CHABAA et al. au sein du laboratoire de parasitologie et de mycologie médicale, hôpital d’enfants – CHU de Rabat, et qui a notée La présence de Blastocystis hominis dans les selles dans 752 cas sur un total de 5616 selles examinées. La prévalence de ce parasite chez l’ensemble de la population étudiée est de 13,39 %. Les cas de parasitisme à Bh. se répartissent en 414 cas de monoparasitisme (55 %) et 338 cas de pluri parasitisme [58].
En savoir plus

128 En savoir plus

Lembolie graisseuse post-traumatique en ranimation : Exprience de lhpital militaire Avicenne - Marrakech

Lembolie graisseuse post-traumatique en ranimation : Exprience de lhpital militaire Avicenne - Marrakech

Nous abordons, dans ce travail, les différents aspects épidémiologiques, cliniques, paracliniques, thérapeutiques et évolutifs de ce syndrome, dans le but d’en dresser un profil contextuel. Il s’agit d’une étude rétrospective incluant tous les cas de l'embolie graisseuse post- traumatique colligés au service de réanimation de l'hôpital militaire Avicenne-Marrakech, du mois de Janvier 2016 au mois de décembre 2019. Le diagnostic positif est basé sur les critères de Gurd. 08 cas de EG ont été colligés du mois de Janvier 2016 au mois de décembre 2019,
En savoir plus

112 En savoir plus

Les Examens immunohmatologiques au centre de transfusion sanguine: Exprience de lHpital Militaire Avicenne de Marrakech

Les Examens immunohmatologiques au centre de transfusion sanguine: Exprience de lHpital Militaire Avicenne de Marrakech

 le dépistage systématique des agglutinines irrégulières. Cette liste peut être complétée ou modifiée par arrêté du ministre de la santé publique en fonction de l'évolu[r]

217 En savoir plus

Lobsit en ranimation : Exprience du service de ranimation Mdicale de lHpital Militaire Avicenne Marrakech

Lobsit en ranimation : Exprience du service de ranimation Mdicale de lHpital Militaire Avicenne Marrakech

L’Obésité en réanimation. Expérience de l’Hopital HMA Marrakech b. Modifications respiratoires L’obésité se traduit constamment par une atteinte de la fonction respiratoire de type restrictif. Les anomalies retrouvées lors de la réalisation d’épreuves fonctionnelles respiratoires, diminution de la capacité pulmonaire totale, de la capacité vitale et de la capacité résiduelle fonctionnelle notamment, s’accentuent avec l’ancienneté et le degré de l’obésité. Le syndrome restrictif s’explique de façon mécanique par l’infiltration adipeuse entraînant une diminution des compliances pariétale et parenchymateuse et par l’augmentation du volume sanguin intrapulmonaire [31]. Les troubles de compliance s’associent à des atélectasies et induisent une augmentation du travail respiratoire à laquelle participent également l’élévation des résistances des voies aériennes supérieures et la production accrue de CO2 (augmentation du quotient respiratoire) en rapport avec une déviation métabolique favorisant l’utilisation des glucides au détriment de celle des lipides.
En savoir plus

118 En savoir plus

pidmiologie des onychomycoses  l'Hpital Militaire Avicenne de Marrakech : Exprience du service de Parasitologie et Mycologie Mdicale

pidmiologie des onychomycoses l'Hpital Militaire Avicenne de Marrakech : Exprience du service de Parasitologie et Mycologie Mdicale

Résumé L’onychomycose est définie comme une infection fongique de l’ongle provoquée par des champignons. Cette affection n’est pas considérée uniquement comme un simple problème esthétique mais aussi comme un handicap physique, fonctionnel et psychique. Elle peut constituer un point de départ d’une infection grave chez les immunodéprimés. Nous avons mené une étude rétrospective descriptive analytique, sur 5 ans (1er Janvier 2008 - 31 Décembre 2012) réalisée au sein du service de Parasitologie Mycologie à l’Hôpital Militaire Avicenne de Marrakech. Parmi 1044 patients qui sont adressés au laboratoire pour suspicion clinique d’onychomycose afin de réaliser une étude mycologique, 671 cas ont eu une onychomycose confirmée, soit une prévalence de 64.3%. Le sexe ratio H/F était de 0.87, dont 5,52% étaient hospitalisés. Pour les facteurs favorisants, le port des brodequins (38% de militaires) aussi le manque de séchage des orteils après les ablutions dans notre pratique religieuse constituaient un microclimat ; associant la chaleur et l’humidité ; essentiel pour le développement des champignons. Durant notre étude, l’atteinte des ongles des orteils était la plus fréquente avec 75% des cas. Le type de lésion associée le plus fréquemment, était l’intertrigo interorteil avec 18% des cas, contre seulement 1% des cas ayant eu un intertrigo interdigital associé à l’onychomycose. Le champignon le plus impliqué était le Trichophyton rubrum ( 74.3 %), suivi du
En savoir plus

114 En savoir plus

Le kyste hydatique pulmonaire : exprience du service de chirurgie thoracique de l'hpital militaire Avicenne de Marrakech

Le kyste hydatique pulmonaire : exprience du service de chirurgie thoracique de l'hpital militaire Avicenne de Marrakech

Dans notre série, après aveuglement des fistules bronchiques, le capitonnage était réalisé chez tous nos malades après traitement conservateur, le plus souvent par une série de point[r]

123 En savoir plus

MYELOME MULTIPLE EXPERIENCE DU SERVICE MEDECINE INTERNE HMA HOPITAL MILITAIRE AVICENNE MARRAKECH

MYELOME MULTIPLE EXPERIENCE DU SERVICE MEDECINE INTERNE HMA HOPITAL MILITAIRE AVICENNE MARRAKECH

atteintes neurologiques dont le niveau de compression est le plus souvent dorsal dans 9 cas sur 10 associées à des paraplégies le plus souvent flasques et rarement spasmodiques. [135,136] 3.4 Les manifestations infectieuses. La prédisposition aux infections est sans doute la seconde caractéristique clinique principale du myélome, après les lésions osseuses. Les patients atteints de myélome sont particulièrement susceptibles aux infections virales, ainsi qu’aux infections à germes encapsulés comme le pneumocoque. Tout type d’infections peut être observé dans le myélome, incluant les bactéries et les champignons [137], [138]. Selon Kyle [132], elles sont présentes dans 15% des cas. Les localisations les plus fréquentes sont pulmonaires puis urinaires. Les germes les plus souvent en cause sont les Gram+et les Gram-, plus rarement Candida Albicans, herpès et Zona. La tuberculose est fréquente au cours du MM [130]. Selon Koffi. G [133], les complications infectieuses étaient dominées par une tuberculose pulmonaire qui représente 67% des complications infectieuses. Dans notre série, les infections étaient fréquentes (50%), les infections urinaires viennent en première position avec 60% des cas, suivies par les infections pulmonaires avec 20% cas et le sepsis avec 20% des cas.
En savoir plus

163 En savoir plus

Lupus rythmateux systmique : exprience de lhpital militaire avicenne de marrakech. ( propos de 40 cas)

Lupus rythmateux systmique : exprience de lhpital militaire avicenne de marrakech. ( propos de 40 cas)

Il représente environ 10% des cas.la prédominance féminine est moins importante que chez l’adulte jeune. Les manifestations générales et la polyarthrite dominent l’expression clinique, avec moins de manifestations cutanées et rénales que chez l’adulte jeune, du moins au début. Les pleuro-péricardites et l’atteinte parenchymateuse pulmonaire sont en revanche plus fréquentes chez le sujet âgé. Les difficultés diagnostiques et thérapeutiques principales viennent de l’association à d’autres comorbidités, à des complications iatrogènes et aux modifications de système immunitaire propres au vieillissement. Cependant, il ne doit pas être méconnu et son diagnostic évoqué, d’autant que les signes cliniques, parfois trompeurs, se mêlent à d’autres pathologies. Il est connu par être moins sévère avec moins d’atteintes viscérales et moins d’activité. [104, 105, 106, 107,108]
En savoir plus

206 En savoir plus

Paludisme  plasmodium ovale : Exprience du service de mdecine interne de lHpital Militaire Avicenne de Marrakech

Paludisme plasmodium ovale : Exprience du service de mdecine interne de lHpital Militaire Avicenne de Marrakech

L’étude faite par Chauvin Vincent à l’université Paris Val-de-marne, en France, a montré que le délai moyen entre le retour et le 1 P er P accès palustre à P. ovale était de 6 mois, et il est de 63,5 jours (17-143) selon une étude de Yuanyuan Cao faite en Chine [46]. La plupart des patients impaludés, avant d’être transférés à l’Hôpital Militaire Avicenne de Marrakech, ont consulté un médecin dans une infirmerie de garnison où la notion d’accès palustre n’est pas souvent évoquée en premier lieu, ce qui contribue au retard de diagnostic. Ceci implique de mettre le point sur la nécessité de former et de sensibiliser nos médecins des infirmeries de garnisons en matière de pathologies d’importation, notamment le paludisme, devant toute symptomatologie suspecte (fièvre essentiellement) au retour d’une zone d’endémie palustre. En effet, une étude canadienne montre qu’il y a un retard de diagnostic et d’initiation du traitement quand les patients se présentent à un service non expérimenté en médecine tropicale. [60]
En savoir plus

151 En savoir plus

Risque transfusionnel en pri-opratoire valuation des pratiques transfusionnelles  Lhpital Militaire Avicenne de Marrakech

Risque transfusionnel en pri-opratoire valuation des pratiques transfusionnelles Lhpital Militaire Avicenne de Marrakech

Dans notre étude, seulement 53,5% des membres du personnel médical au sein de l’HMA de Marrakech ont confirmé la nécessité de faire 2 déterminations, alors que 40,7% d’entre eux ont donné une mauvaise réponse (1 détermination). L’étiquetage du tube du prélèvement pour le groupage sanguin s’effectue dans les pays développés, notamment en France, par un code barre, condensant un maximum d’informations sur un support numérisé et permettant alors une vérification rapide [70].

132 En savoir plus

Prise en charge de linsuffisance rnale aigu en milieu de ranimation  lhpital militaire Avicenne de Marrakech

Prise en charge de linsuffisance rnale aigu en milieu de ranimation lhpital militaire Avicenne de Marrakech

RIFLE : Risk of renal dysfunction, Injury to the kidney, Failure of kidney function, Loss and End stage renal disease.. APACHE : Acute Physiology And Chronic Health Evaluation.[r]

161 En savoir plus

La prescription des antibiotiques en ranimation : exprience du service de ranimation chirurgicale de lhpital militaire AVICENNE Marrakech

La prescription des antibiotiques en ranimation : exprience du service de ranimation chirurgicale de lhpital militaire AVICENNE Marrakech

− Stratégie clinique : signes cliniques de pneumopathie, notamment à travers des scores [137]. − Stratégie microbiologique : analyse microbiologique d’un prélèvement parfois non invasif mais le plus souvent invasif. Afin de limiter le coût et les risques de la fibroscopie bronchique et de palier l’expertise et la disponibilité nécessaires à sa réalisation, les techniques de prélèvements non dirigés, réalisées « à l’aveugle » (lavage broncho- alvéolaire LBA; brosse télescopique protégée BTP; aspiration endo-trachéale AET; prélèvement distal protégé par cathéter PDP) peuvent représenter des alternatives tout aussi intéressantes. Elles fournissent en général, des résultats similaires à ceux obtenus sous fibroscopie pour des valeurs seuil de cultures quantitatives comparables [177].
En savoir plus

129 En savoir plus

Dmarche diagnostique, incidence et facteurs de risque des candiduries  lhpital militaire Avicenne de Marrakech

Dmarche diagnostique, incidence et facteurs de risque des candiduries lhpital militaire Avicenne de Marrakech

Démarche diagnostique, incidence et facteurs de risque des candiduries à l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech La technique de l’EUCAST diffère de celle du CLSI par une supplémentation du milieu en glucose, un inoculum 100 fois supérieur et une incubation courte de 24h. Les deux techniques présentent une bonne corrélation. La méthode NCCLS (National Committee for Clinical Laboratory Standards) est difficile à mettre en œuvre, de sorte qu’à l’heure actuelle les laboratoires ont recours aux systèmes commerciaux, dont les plus souvent utilisés sont :
En savoir plus

113 En savoir plus

Profil pidmiologique des parasitoses intestinales  au service de  Parasitologie Mycologie  l'Hpital Militaire Avicenne  de Marrakech

Profil pidmiologique des parasitoses intestinales au service de Parasitologie Mycologie l'Hpital Militaire Avicenne de Marrakech

Dans le but de déterminer le profil épidémiologique et clinique des parasitoses intestinales chez la population de Marrakech, une étude rétrospective a été menée de janvier 2007 à déce[r]

115 En savoir plus

Critres de gravit des brulures, exprience de lhpital militaire Avicenne, Marrakech

Critres de gravit des brulures, exprience de lhpital militaire Avicenne, Marrakech

2. Stratégie 2.1. Prévention primaire Les campagnes de prévention doivent d’abord reposer sur une étude épidémiologique précise. Ceci permet de les cibler. Elles ne doivent s’attaquer qu’à un seul risque à la fois ! à l’inverse des grandes campagnes contre les accidents domestiques dont les Pouvoirs Publics nous donnent périodiquement un mauvais exemple. Enfin, elles doivent absolument être évaluées comme toute action sanitaire bien sûr, mais aussi pour convaincre les décideurs ou les acteurs de prévention. Nous avons vu toutes les difficultés de la prévention active. L’idée «qu’il en reste toujours quelque chose» ne justifie pas les sommes énormes qui lui sont parfois consacrées en pure perte. Il est cependant impossible de s’en passer, essentiellement pour deux raisons : Tout d’abord parce qu’elles peuvent être efficaces lorsqu’elles sont bien ciblées et poursuivies suffisamment longtemps. Ensuite parce qu’elles sont indispensables pour attirer l’attention des acteurs de Santé Publique.
En savoir plus

141 En savoir plus

Les hmopathies malignes : Exprience de laboratoire dhmatologie de lhpital militaire Avicenne de Marrakech

Les hmopathies malignes : Exprience de laboratoire dhmatologie de lhpital militaire Avicenne de Marrakech

Ce travail a pour but de déterminer les types et les fréquences des hémopathies malignes diagnostiquées et pris en charge par le service de médecine interne de l’Hôpital Militaire Avicenne de Marrakech. Nous avons mené une étude rétrospective s'étalant sur une période de 4 ans, du 1 er janvier 2012 au 31 décembre 2015, au moyen d’une fiche d’exploitation comprenant des critères d’ordre épidémiologique, clinique, para clinique, thérapeutique et évolutif.

117 En savoir plus

Place du spermogramme dans l'exploration de l'infertilit du couple  l'hpital militaire Avicenne de Marrakech

Place du spermogramme dans l'exploration de l'infertilit du couple l'hpital militaire Avicenne de Marrakech

Dans notre série, seulement 45 spermogrammes ont été demandés par un gynécologue, soit dans 9% des cas. Ce faible taux tient probablement son explication de la nature de nos patients qui sont pour la majorité des militaires. En effet, ces patients dont le problème d’infertilité est souvent soulevé par un gynécologue consultent en premier le médecin d’unité qui est un médecin généraliste. Ce dernier qui remplit le rôle de premier interlocuteur se sentant moins concerné ou ne possédant la compétence pour gérer de tels patients, ou des fois en répondant à une demande insistante de ceux-ci les adressent en consultation d’urologie dans un hôpital militaire.
En savoir plus

148 En savoir plus

Show all 2460 documents...

Sujets connexes