Haut PDF L'intrt de la prothse totale de la hanche dans le traitement de la coxarthrose volue (A propos de 60 cas)

L'intrt de la prothse totale de la hanche dans le traitement de la coxarthrose volue (A propos de 60 cas)

L'intrt de la prothse totale de la hanche dans le traitement de la coxarthrose volue (A propos de 60 cas)

Les facteurs nouveaux ou réévalués sont en italique. Associations : environ 40% des cas. 2-1 L’âge : L’âge moyen de survenue de la coxarthrose est de 56 ans [14]. Dans une étude danoise transversale portant sur 2232 femmes et 1336 hommes (âgés de 20 à 91 ans), la présence d’une coxarthrose radiologique chez la femme (définie par un interligne articulaire inférieur à 2 mm) apparait liée à l’âge [15]. Dans l’étude de santé publique américaine de très large envergure (National Health and nutrition examination survey [NAHNES]-1) avec un suivi longitudinal assez satisfaisant, le risque de survenue d’une coxarthrose est 2,38 fois plus important dans la tranche d’âge de 70 à 75 ans comparativement à celui de la tranche d’âge de 55 à 59 ans [16]. Pour autant, l’arthrose ne semble pas inéluctable avec le vieillissement ; c’est ce que montre une étude hollandaise dont les auteurs ont sélectionné des patients âgés de plus de 85 ans, dans un suivi longitudinal (82 sujets ont été inclus dans cette étude, d’un âge moyen de 90 ans). Ils ont pratiqué de façon systématique des radiographies des mains, des genoux et des hanches. L’arthrose était définie par un score de Kellgren-Lawrence supérieur ou égal à 2. Les résultats montrent que près de 10% de cette population très âgée ne présente aucun signe d’arthrose, notamment 29% n’avait pas de signe d’arthrose des mains, 51% pas de gonarthrose et 63% pas de coxarthrose [17]. Il existe donc d’authentiques facteurs protecteurs de l’arthrose, peut-être également impliqués dans la longévité.
En savoir plus

233 En savoir plus

Le traitement par prothse totale de la hanche dans les dysplasies de la hanche

Le traitement par prothse totale de la hanche dans les dysplasies de la hanche

9. Coxarthrose et dysplasie : L’arthrose est une maladie multifactorielle impliquant des facteurs génétiques, démographiques et sociaux, mais la dysplasie de la hanche peut être considérée comme un facteur déterminant de l’apparition de l’arthrose précoce ou de l’aggravation rapide d’une arthrose débutante. Ceci a été conforté par des analyses de radiographies standard de patients atteints de coxarthrose par les auteurs suivants : Birrell et al [39] , Johnsen et al [40] et Nakamura et al [41]. Cependant, certains auteurs ne sont pas en faveur d’une relation de cause à effet directe entre la dysplasie et le développement de l’arthrose chez les sujets âgés, alors qu’elle reste possible chez des adultes jeunes [42-44]. La Société française de chirurgie orthopédique et traumatologique (SOFCOT) a déterminé, en 1993, en fonction de l’importance de la dysplasie mesurée sur des paramètres de la coxométrie, le risque de développer une arthrose ainsi que le risque d’intervention chirurgicale [45] .
En savoir plus

145 En savoir plus

Prothse totale de la hanche chez le sujet jeune moins 50 ans

Prothse totale de la hanche chez le sujet jeune moins 50 ans

Dans sa première série évaluant les résultats de la prothèse de basse friction (low-friction arthroplasty) publiée en 1972, Charnley avait trouvé que plus de 67 % de ses patients avaient un âge supérieur ou égal à 60 ans [23], cet âge avancé est expliqué par le fait que la PTH a été indiquée essentiellement pour le traitement de la coxarthrose. Actuellement et avec le développement de l’industrie de métallurgie, la PTH est indiquée chez des sujets de plus en plus jeunes. Dans une série de 137 patient âgés de moins de 30 ans, ayant bénéficié d’une pose de prothèse totale de hanche pour des séquelles post-traumatiques, Favard avait trouvé un taux de survie de la prothèse à dix ans ne dépassant pas 63 %, ceci a été expliqué d’une part par les complications infectieuses et de l’autre part par le niveau d’activité élevé [24].
En savoir plus

120 En savoir plus

La prothèse totale de la hanche a double mobilité ( A propos de 23 cas )

La prothèse totale de la hanche a double mobilité ( A propos de 23 cas )

Plusieurs traitements ont démontré une bonne efficacité préventive, les AINS restent l’alternative la plus simple et la moins couteuse. Leur durée d’administration nécessaire à l’obtention de l’effet préventif s’est progressivement réduite au fil des années, de 45 jours dans les années 80, il est aujourd’hui démontré qu’une semaine de traitement suffit, en pratique la durée de l’hospitalisation [72] . Plus récemment, l’apparition d’anti-inflammatoires anti Cox-2 a permis d’espérer une réduction des effets secondaires des AINS utilisés à des fins préventives dans cette indication. Leur efficacité semble aujourd’hui très probable.
En savoir plus

158 En savoir plus

Intrt du fixateur externe dans le traitement des fractures de lextrmit infrieure du radius

Intrt du fixateur externe dans le traitement des fractures de lextrmit infrieure du radius

et cliniques sont excellents après les deux techniques, sans différence significative en termes de force de poignet , d’amplitudes articulaires ou de restauration anatomique (77) . Plus récemment, en 2013 , une étude de type méta-analyse ne montrent pas de différence nette entre la fixation externe et la fixation interne, avec un avantage po ur les plaques antérieures (78). Il y avait très peu de différence clinique entre le groupe « fixation par plaque » et le groupe « fixation externe ». L’ostéosynthèse avec plaque fournit des scores DASH bas, une meilleure restauration de la longueur radiale et des taux d’infection réduits par rapport à la fixation externe pour le traitement des fractures de l’extrémité distale du radius.
En savoir plus

112 En savoir plus

Évaluation radioclinique à moyen terme de la tige courte Vitae® dans l'arthroplastie totale de hanche

Évaluation radioclinique à moyen terme de la tige courte Vitae® dans l'arthroplastie totale de hanche

Collum). Nous remarquons que la majorité des scores cliniques sont excellents et que les migrations rapportées sont rares et de faible importance. Les taux de survie des tiges de type 3 sont comparables à ceux des tiges conventionnelles, ce que confirment les méta-analyses sur le sujet publiées jusqu’ici [38,98–101]. Tous ces auteurs s’accordent sur l’absence d’études à long recul qui malgré des résultats encourageants, empêchent d’établir des recommandations quant à l’utilisation de ces implants dans l’arsenal thérapeutique. Le seul fait remarquable étant qu’en considérant les prothèses à tiges courtes comme alternatives au resurfaçage de hanche, elles pourraient être amenées à le remplacer tant que le couple de frottement métal- métal n’aura pas été modifié[71], en accord avec une alerte sur le nombre élevé de complications du resurfaçage lancée par de nombreux pays[102]. La tenue de registres est importante car l’Australie fut la première à alerter la communauté chirurgicale sur le nombre inacceptable de complications[103]. Comme le souligne Girard et al[104], de nouveaux implants sont en conception et le devenir du marché des implants conservateurs sur le stock osseux demeure incertain.
En savoir plus

79 En savoir plus

Intrt de lacide tranexamique dans le traitement des fractures trochantriennes par clou Gamma standard

Intrt de lacide tranexamique dans le traitement des fractures trochantriennes par clou Gamma standard

Intérêt de l’acide tranexamique dans le traitement des fractures trochantériennes par clou Gamma standard - 37 - 2. Caractéristiques pharmacologiques L’ATX se présente sous forme de comprimé (250 et 500 mg) ou de solution injectable (0,5 g/5 ml ou 1 g/10 ml) ; il est commercialisé sous l’appellation : EXACYL®. La posologie recommandée est très variable selon les études [39,48,49], allant de 10 à 100 mg/Kg. L’ATX n’est que faiblement métabolisé par le foie ; son élimination est essentiellement urinaire. Après administration orale, sa biodisponibilité est de 30 à 50 %. La demi-vie est de 2 h.
En savoir plus

100 En savoir plus

Modélisation du fonctionnement de la Prothèse Totale de Hanche Double Mobilité - Compréhension des comportements biomécanique et tribologique.

Modélisation du fonctionnement de la Prothèse Totale de Hanche Double Mobilité - Compréhension des comportements biomécanique et tribologique.

ainsi été mises en évidence permettant de comprendre le fonctionnement de la cupule double mobilité in vivo. A 45° environ, en partant du pôle de chacune des cupules, se trouve la bande usée. Elle correspond à l’application de la charge cyclique durant la marche humaine. Le cupule est inclinée et tourne sur elle-même. Ce résultat a été vérifié dans le cadre d’un essai de simulateur de marche avec une cupule Double Mobilité. Les metal back en titane ont été étudiés et mettent en évidence un blocage de la seconde mobilité. Il est intéressant de noter que ce métal a été proscrit car ses performances tribologiques sont mauvaises et dans le but de diminuer les débris d’usure il a été supprimé dans toutes parties frottantes d’une prothèse totale de hanche. Il se trouve ainsi que dans le cadre de la prothèse Double Mobilité, probablement par des phénomènes d’adhérence, le metal back en titane bloque la seconde mobilité, ce qui présente un désavantage en termes de cône de mobilité, principal avantage mis en avant par rapport à la simple mobilité. Cependant de nombreuses limites ont été mises en évidence dans l’utilisation des méthodes qualitatives, profilométrie 3D mécanique, et quantitatives, CMM.
En savoir plus

88 En savoir plus

valuation de la qualit de vie des patients aprs pose dune prothse totale du genou ( propos de 125 cas)

valuation de la qualit de vie des patients aprs pose dune prothse totale du genou ( propos de 125 cas)

– Obtenir un genou normo axé dont dépend la longévité de la PTG. [12] 3. Types d’arthroplasties totales du genou : 3.1. Prothèse totale du genou type contrainte (à charnière) En 1947, c’est la prothèse de Robert et Jean Judet qui marque le début de l’évolution des prothèses à charnières. Le principe de ces prothèses est de réduire la mobilité du genou à un seul mouvement : la flexion / extension. Cette tentative sera suivie en 1951 par celle de Mannoni d’Inti nano qui posera sept prothèses munies de manches à section conique empêchant la rotation. La même année Diamant-Berger décrit un cylindre en acrylique fixe par des tendons de kangourous.
En savoir plus

156 En savoir plus

Révision de prothèse totale de hanche avant 50 ans : causes et résultats

Révision de prothèse totale de hanche avant 50 ans : causes et résultats

Matériel et méthodes : Les données de 123 hanches chez 120 patients ayant bénéficié d’une révision de prothèse totale de hanche avant 50 ans entre 2005 et 2015 ont été inclus dans une étude monocentrique rétrospective, avec un recul de 2 ans minimum. L’âge moyen à la révision était de 41.4 ans (12-49). Le délai moyen avant révision était 7.5 ans (0-23) et le recul de 7.7 ans (2-14). Les causes étaient un descellement dans 49 cas (40%), un sepsis dans 26 cas (21%), une instabilité dans 19 cas (15%), l’usure dans 10 cas (8%), autre dans 19 cas (15%) ; La survie, les implants utilisés, le délai avant re-révision, les causes de re-révision étaient collectés. Nous avons analysé les scores fonctionnels HHS, WOMAC, PMA et le niveau d’activité UCLA. Enfin nous avons analysé le taux et le délai de retour au travail (RTW).
En savoir plus

69 En savoir plus

Comparaison du traitement médical et du traitement chirurgical dans les arthrites septiques sans matériel de la hanche et du genou

Comparaison du traitement médical et du traitement chirurgical dans les arthrites septiques sans matériel de la hanche et du genou

Le délai moyen de prise en charge était significativement plus long dans le groupe chirurgical (7,9 jours) que médical (4,5 jours). Cette différence s’explique sans doute par le fait que certains patients plus grabataires avec des plaies (escarres) ou infections chroniques comme le diabète, devenus moins sensibles, n’aient pas consulté directement après la survenue de la douleur et/ou rougeur de l’articulation. Lorsqu’on évite cet écueil, on constate que le délai de prise en charge est comparable dans les 2 groupes de traitement (3 jours [2- 7]). En plus, ces patients avec un retard de délai de prise en charge présentaient des destructions quasi complètes de l’articulation visibles sur les radiographies, ce qui coïncide avec les résultats de l’étude de Newman (48), qui concluait que le délai de prise en charge (> 7 jours) entraînait de plus mauvais résultats fonctionnels. Cependant nos résultats semblent davantage se rapprocher de Weston (14) pour qui le délai de prise en charge supérieur à 3 jours est un facteur de plus mauvais pronostic.
En savoir plus

73 En savoir plus

Arthroplastie totale de la hanche de première intention ( A propos de 90 cas )

Arthroplastie totale de la hanche de première intention ( A propos de 90 cas )

Le nombre de PTH posées par an est en perpétuelle augmentation dans les pays industrialisés, mais aussi dans notre pays du faite de l’amélioration de la qualité de vie et de l’augmentation de l’espérance de vie. L’indication par excellence de la PTH reste la coxarthrose, qui peut être soit primitive ou secondaire, cette indication traditionnelle limitait la pratique de cette technique au sujet âgé, mais les excellents résultats de cette technique ont poussé les chirurgiens orthopédistes à la pratiquer chez des sujet de plus en plus jeunes ce qui a augmenté l’incidence des complications telles que l’usure et le descellement.
En savoir plus

142 En savoir plus

Comparaison de deux méthodes de positionnement acétabulaire lors de l'arthroplastie totale de la hanche

Comparaison de deux méthodes de positionnement acétabulaire lors de l'arthroplastie totale de la hanche

Cette étude veut aussi secondairement, déterminer la fréquence des positionnements verticaux obtenus entre 40° et 49° avec et sans l’utilisation de l’inclinomètre, déterminer la fréquenc[r]

95 En savoir plus

Arthroplastie totale de hanche par voie mini-invasive au CHU Mohammed VI

Arthroplastie totale de hanche par voie mini-invasive au CHU Mohammed VI

Certains chirurgiens font la promotion intense des techniques MIS pour les applications orthopédiques en annonçant une diminution de la morbidité ainsi qu’une accélération significative de la convalescence. Mais qu’en est-il alors du dogme de base de Sir John Charnley « lors d’une opération, il n’est pas question d’obtenir immédiatement un résultat spectaculaire, mais une amélioration continue du résultat initiale au cours de toute la vie ». La mini-voie est une voie anatomique, offrant un bon accès à l’articulation de la hanche sans nécessiter d’installation ou d’instrumentation spécifique. Elle permet le contrôle du saignement, et réduit considérablement l’agression chirurgicale en elle-même. L’extension per-opératoires, en cas de nécessité, en sont aisées. La courbe d’apprentissage est rapide et n’impose pas une sélection des patients. Il s’agit donc d’une intervention fiable permettant un positionnement des implants reproductible mais dont les résultats doivent être confirmés par des études à long terme
En savoir plus

117 En savoir plus

Lintrt de la prothse intermdiaire de la hanche  tige non cimente dans les fractures du col fmoral chez les sujets gs

Lintrt de la prothse intermdiaire de la hanche tige non cimente dans les fractures du col fmoral chez les sujets gs

Chez le sujet âgé, le traitement chirurgical fait appel au remplacement prothétique, qui peut s’agir de prothèses cervicocéphaliques, prothèses intermédiaires, ou de prothèses totales. La prothèse intermédiaire constitue une des options thérapeutiques possibles pour le traitement de ce type de fracture, introduite en 1974 par Bateman(1) et Dautry et al(2), Elle présente une articulation intermédiaire entre tête prothétique et cupule. Son avantage théorique est la diminution de l'usure cotyloïdienne liée, d'une part, à la moindre friction prothèse-cotyle par le jeu de l'articulation intermédiaire et d'autre part, à l'amortissement engendré par le polyéthylène haute densité de la cupule.
En savoir plus

132 En savoir plus

Radiothérapie externe ou anti-inflammatoire non-stéroïdien pour la prévention des ossifications hétérotopiques après prothèse totale de hanche?

Radiothérapie externe ou anti-inflammatoire non-stéroïdien pour la prévention des ossifications hétérotopiques après prothèse totale de hanche?

classées radiologiquement de grade 3 ou 4 selon Brooker sont cliniquement symptoma- tiques (tab. 1). L’étiologie des ossifications hétérotopiques est inconnue. Toutefois, certains patients ont un risque nettement plus élevé; ce sont des patients de sexe masculin [7] qui souffrent d’une des pathologies suivantes: l’ostéoarthrite hypertro- phiante, la spondylarthrite ankylosante [8], la nécrose avasculaire de la tête fémorale, les fractures acétabulaires [9–11], les dysplasies congénitales de la hanche, la coxarthrose post- traumatique ou hypercalcifiante ankylosante, les reprises chirurgicales au niveau de la han- che, l’hyperostose diffuse idiopathique [12] et les patients qui ont déjà présenté des signes d’ossifications hétérotopiques à l’occasion
En savoir plus

7 En savoir plus

Le traitement chirurgical de la gonarthrose par arthroplastie totale du genou  propos de 120 cas)

Le traitement chirurgical de la gonarthrose par arthroplastie totale du genou propos de 120 cas)

Après un abord standard pour PTG, deux fiches sont implantées dans le fémur et le tibia sur lesquelles sont fixés des corps rigides ayant des marqueurs sphériques à réflexion pour infrarouge. Un enregistrement est alors réalisé : le centre de rotation de la hanche est défini par un mouvement de circumduction, les centres de la cheville et du genou sont déterminés par la numérisation des malléoles latérale et médiale ainsi que des points repères spécifiques du genou à l’aide d’un stylet de navigation portant trois sphères à réflexion. Les informations des surfaces osseuses du tibia proximal et du fémur distal sont enregistrées en glissant le stylet sur les plateaux tibiaux et les condyles fémoraux.
En savoir plus

197 En savoir plus

Évaluation de la densité osseuse péri acétabulaire après resurfaçage versus prothèse totale de la hanche métal-métal non cimentée

Évaluation de la densité osseuse péri acétabulaire après resurfaçage versus prothèse totale de la hanche métal-métal non cimentée

58 l’ostéopénie de décharge de l’os spongieux (par sommation des DMO corticales et spongieuses). Dans les deux groupes de traitement, au niveau de la zone C nous avons constaté qu’une faible diminution de la DMO, soit 0,47 % pour le RH et 5,87 % pour la PTH et ce même si cette zone est composée en grande partie d’os spongieux. Wright [50] a observé une baisse de la DMO de 20 à 33 % au niveau d’une zone spongieuse supra-acétabulaire après 15 mois d’implantation d’une PTH, ce qui est similaire à Mueller [96]. Ce dernier a observé une baisse de 18 % au niveau de la zone spongieuse supra-acétabulaire après 1,1 an d’implantation d’une PTH. Notons que pour les deux études précédentes, le QCT a été utilisé, ce qui permet d’analyser l’os cortical et spongieux séparément. Il est donc probable selon notre étude que le transfert des charges vers les murs corticaux antérieur et postérieur de l’os iliaque masque l’ostéopénie de décharge de la zone spongieuse. Ce transfert de charges vers la corticale semble être confirmé par les valeurs augmentées obtenues en zones B et D.
En savoir plus

87 En savoir plus

Intrt du lambeau en v-y d'Abraham dans le traitement des ruptures ngliges du tendon d'Achille  propos de 20 cas

Intrt du lambeau en v-y d'Abraham dans le traitement des ruptures ngliges du tendon d'Achille propos de 20 cas

L'extrémité distale du tendon du muscle court fibulaire est passée dans le tunnel horizontal trans-osseux avec l'aide d'un passe fil, puis suturée à la face médiale du tendon calcanéen[r]

118 En savoir plus

La voie antérieure pour arthroplastie totale de hanche permet-elle une récupération plus rapide de la marche?‎ Étude accélérométrique prospective randomisée

La voie antérieure pour arthroplastie totale de hanche permet-elle une récupération plus rapide de la marche?‎ Étude accélérométrique prospective randomisée

Matériels et méthode : Nous avons réalisé une étude prospective randomisée, monocentrique (CHU d’Amiens), mono-opérateur, de Février 2017 à Janvier 2018. Les critères d’inclusion étaient : un âge inférieur à 85 ans, un IMC inférieur à 32 et une coxarthrose pour laquelle l’indication d’une PTH avait été retenue. En préopératoire puis à la 3ème, 6ème et 12ème semaine post-opératoire, étaient effectués une mesure des accélérations triaxiales au cours de la marche et un calcul des scores de Postel Merle d’Aubigné, Harris Hip Score, WOMAC et Oxford SF-12.
En savoir plus

40 En savoir plus

Show all 3743 documents...