Haut PDF Interaction tactile chez les personnes âgées

Interaction tactile chez les personnes âgées

Interaction tactile chez les personnes âgées

A. L’existant L’optimisation spatiale des interfaces et plus généralement des interactions a toujours été un domaine important de recherche dans la thématique de l’Interaction Homme Machine (IHM). Dès 1954 [Fitts, 1954], Fitts introduisit une loi permettant de modéliser le temps d’atteinte d’une cible. Cette loi a été étendue au cadre de l’informatique par [Card et al., 1978], [MacKenzie, 1995] pour prévoir, par exemple, le temps de réalisation d’un clic souris. À partir de cette loi, deux facteurs interviennent pour optimiser le temps : la distance entre le point d’arrivée et le centre de l’objet, et la taille de celui-ci. De nombreuses recherches découlent de cette loi comme par exemple le domaine de recherche sur les claviers virtuels. Ceux-ci sont des claviers représentés sur l’écran et qui permettent de saisir du texte sans la nécessité d’avoir un clavier physique. La plupart des claviers virtuels retranscrivent le clavier physique directement sur l’écran, mais certains se servent de la loi de Fitts pour ré agencer les touches du clavier en fonction de la probabilité d’apparition des lettres afin d’optimiser la distance à parcourir [MacKenzie et Zhang, 1999], [Raynal et Vigouroux, 2005]. Un autre domaine de recherche se reposant fortement sur l’optimisation spatiale de l’interaction est le domaine des téléphones portables. En effet, dû à la surface d’affichage réduite de ces appareils, des solutions doivent être employées pour pallier ce problème. Nous pouvons citer par exemple des recherches sur des interactions spécifiques de saisie sur des appareils mobiles comme le système GrooveWrite [Al Faraj et al., 2008] qui permet de réduire à la fois le risque d’erreurs de saisie en situation de mobilité et la taille nécessaire de la zone de saisie. Enfin, un autre domaine fondamental, d’autant plus pour les personnes âgées qui ont des facultés cognitives amoindries, est l’optimisation de la navigation dans les menus. Nous pouvons citer les recherches sur le Pie Menu par exemple qui apporte des facilitées au niveau des clics en limitant le nombre d’erreurs [Callahan et al., 1988] ou bien l’optimisation des zones actives dans un menu linéaire avec un stylet toujours dans le but de réduire le nombre d’erreurs et d’incompréhensions liées à celles-ci, augmentant la charge cognitive de l’interaction [Moffat et McGrenere, 2009]. Finalement, cette loi montre aussi ses limites et doit évoluer pour prendre en compte les personnes âgées [Bakaev, 2008].
En savoir plus

276 En savoir plus

Usage de la tablette tactile par les personnes âgées : une approche écologique de l'évaluation et de l'aide à l'apprentissage

Usage de la tablette tactile par les personnes âgées : une approche écologique de l'évaluation et de l'aide à l'apprentissage

Résumé Il est de plus en plus admis que les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) pourraient contribuer à la prévention de l’isolement et au développement du sentiment de bien-être des adultes âgés, ainsi qu’à l’amélioration de la qualité de vie et de prise en charge des patients souffrant de maladie de type Alzheimer. Le but de cette recherche doctorale a été d’étudier de manière approfondie les difficultés particulières des personnes âgées à utiliser ces technologies et les modalités de l’aide dont elles sont encore en capacité de bénéficier, ceci dans le but de proposer aux professionnels ou bénévoles du soin ou de l’accompagnement une série de recommandations (une pédagogie) sur l’art et la manière d’apprendre l’usage des ces technologies à des personnes atteintes de troubles cognitifs modérés à sévères. Notre recherche s’est en particulier intéressée au téléphone (fixe et mobile) et à la tablette tactile, celle-ci paraissant offrir l’avantage d’une plus grande simplicité d’utilisation que les ordinateurs, et ainsi présenter un intérêt particulier pour les adultes âgés avec ou sans troubles neurocognitifs. Les résultats d’évaluations en situation avec comparaison des capacités d’utilisation des TIC d’adultes jeunes et âgés montrent que ces derniers se caractérisent par un plus grand nombre d’erreurs d’exécution et non d’omissions, d’additions d’action ou d’erreurs d’initiation, ainsi qu’un réel besoin en aides plus précises et explicites. L’exploration du lien entre la nature des erreurs produites lors de l’utilisation des TIC et les compétences cognitives met en avant le caractère déterminant de la préservation des capacités d’inhibition et de la mémoire épisodique, en particulier du processus de récupération spontanée. Ces capacités se révèlent être liées aux erreurs d’exécution et non aux omissions comme cela a été observé dans d’autres contextes. La participation de personnes présentant des difficultés cognitives à un programme d’initiation à l’utilisation des tablettes tactiles, intégrant les principes de l’apprentissage sans erreur et de la récupération espacée, a permis d’améliorer les performances lors de leur utilisation et leur attitude générale à l’égard de la technologie. La recherche d’une structuration de l’environnement informatif et d’une automatisation de certaines procédures de base indispensables à l’utilisation des TIC constitue donc une approche favorable au dépassement ou contournement des difficultés des personnes âgées.
En savoir plus

458 En savoir plus

Interaction Hybride Tactile/Tangible pour la Sélection 3D

Interaction Hybride Tactile/Tangible pour la Sélection 3D

Interaction Hybride Tactile/Tangible pour la Sélection 3D IHM’17, 29 Août - 1 er Septembre 2017, Poitiers, France L’implémentation actuelle permet sur la table�e et le PC d’obtenir un rendu avec 60 frames par seconde avec tous les jeux de données que nous avons essayés pour le moment. Pour les sélection très large (i.e., faisant plus de 3/4 de la taille de la table�e), le calcul de la sélection peut engendrer un certain délai. Pour les autres, le calcul ne présente pas de délais remarquables. Cependant, une implémentation parallèle de notre algorithme sur le PC devrait pouvoir résoudre ce problème. La précision de la technique dépend principalement des conditions d’utilisations. Dans un environnement bien éclairé, la Tango n’a jamais dans des expériences précédentes montré de défaut de précision. 5 CONCLUSION ET PERSPECTIVES
En savoir plus

7 En savoir plus

Détection de marqueurs affectifs et attentionnels de personnes âgées en interaction avec un robot

Détection de marqueurs affectifs et attentionnels de personnes âgées en interaction avec un robot

Synthèse  de  l’État  de  l’Art   Dans la première partie de ma thèse, nous avons présenté les notions du domaine de l’« Affective computing » ainsi que les travaux existants reconnus dans la communauté sur la détection visuelle et audio-visuelle des émotions et des marqueurs affectifs et d'attention. Nous nous sommes focalisés sur la détection des marqueurs affectifs « Affect bursts » particulièrement le rire et le sourire comme une méthode complémentaire. Les méthodes de détection de rire et sourire en vidéo ont été présentées plus en détail dans le corps de la partie. Selon les différences entre les expressions spontanées et les expressions actées ou posées au niveau de l’apparence et du temps de réaction montrées dans [142], les méthodes validées par des données actées ou posées pourraient ne pas fonctionner correctement sur les expressions réalistes, particulièrement pour les personnes âgées. Donc pour notre expérience, un test sur une méthode standard, reconnue et conservative comme la méthode LBP pour la détection visuelle qui est déjà testée sur de nombreux corpus sera plus conservative. En dehors des marqueurs affectifs, les marqueurs attentionnels sont également un indice performant pour mesurer la satisfaction et l’implication d’un sujet dans l’interaction humain-humain ou humain-robot. Plusieurs méthodes de détection visuelle de l’attention sont présentées dans cette partie, en considérant le problème de vue des personnes âgées et la difficulté de localisation des yeux dans la texture faciale des personnes âgées, la détection de la rotation de la tête nous semble une méthode performante pour notre expérimentation. En dehors de la détection de rotation de la tête, une autre approche basée sur l'analyse du signal de parole peut être tentée pour distinguer si le sujet est en train de parler avec le robot ou à quelqu'un d'autre.
En savoir plus

140 En savoir plus

Usage de la tablette tactile par les personnes âgées : Une approche écologique de l'évaluation et de l'aide à l’apprentissage

Usage de la tablette tactile par les personnes âgées : Une approche écologique de l'évaluation et de l'aide à l’apprentissage

Résumé Il est de plus en plus admis que les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) pourraient contribuer à la prévention de l’isolement et au développement du sentiment de bien-être des adultes âgés, ainsi qu’à l’amélioration de la qualité de vie et de prise en charge des patients souffrant de maladie de type Alzheimer. Le but de cette recherche doctorale a été d’étudier de manière approfondie les difficultés particulières des personnes âgées à utiliser ces technologies et les modalités de l’aide dont elles sont encore en capacité de bénéficier, ceci dans le but de proposer aux professionnels ou bénévoles du soin ou de l’accompagnement une série de recommandations (une pédagogie) sur l’art et la manière d’apprendre l’usage des ces technologies à des personnes atteintes de troubles cognitifs modérés à sévères. Notre recherche s’est en particulier intéressée au téléphone (fixe et mobile) et à la tablette tactile, celle-ci paraissant offrir l’avantage d’une plus grande simplicité d’utilisation que les ordinateurs, et ainsi présenter un intérêt particulier pour les adultes âgés avec ou sans troubles neurocognitifs. Les résultats d’évaluations en situation avec comparaison des capacités d’utilisation des TIC d’adultes jeunes et âgés montrent que ces derniers se caractérisent par un plus grand nombre d’erreurs d’exécution et non d’omissions, d’additions d’action ou d’erreurs d’initiation, ainsi qu’un réel besoin en aides plus précises et explicites. L’exploration du lien entre la nature des erreurs produites lors de l’utilisation des TIC et les compétences cognitives met en avant le caractère déterminant de la préservation des capacités d’inhibition et de la mémoire épisodique, en particulier du processus de récupération spontanée. Ces capacités se révèlent être liées aux erreurs d’exécution et non aux omissions comme cela a été observé dans d’autres contextes. La participation de personnes présentant des difficultés cognitives à un programme d’initiation à l’utilisation des tablettes tactiles, intégrant les principes de l’apprentissage sans erreur et de la récupération espacée, a permis d’améliorer les performances lors de leur utilisation et leur attitude générale à l’égard de la technologie. La recherche d’une structuration de l’environnement informatif et d’une automatisation de certaines procédures de base indispensables à l’utilisation des TIC constitue donc une approche favorable au dépassement ou contournement des difficultés des personnes âgées.
En savoir plus

458 En savoir plus

Les apports vitamino-calciques chez les personnes âgées. Audit pharmaco-clinique en gériatrie aiguë en interaction avec les médecins généralistes

Les apports vitamino-calciques chez les personnes âgées. Audit pharmaco-clinique en gériatrie aiguë en interaction avec les médecins généralistes

28 En effet, dans les études interventionnelles, le risque de fracture non vertébrale ne diminue significativement que lorsque les concentrations plasmatiques de 25-OH-vit-D sous traitement dépassent ce seuil de 75nmol/L (14), tout en reconnaissant que l’effet du calcium ne peut pas être dissocié de celui de la vitamine D. Par ailleurs, cette concentration de 25- OH-vitD de 75nmol/L est associée à un meilleur contrôle de la sécrétion de PTH dans un certain nombre d’études d’observation (15) et d’intervention (16), et à un meilleur effet des traitements de l’ostéoporose, en particulier des biphosphonates (17). Une concentration d’au moins 75nmol/L est aussi nécessaire à une minéralisation osseuse de qualité, un excès d’ostéoïde étant constaté sur des biopsies osseuses chez environ 20% des sujets qui ont une 25-OH-vitD entre 50 et 72,5nmol/L (18).
En savoir plus

84 En savoir plus

Mouvement biologique et entraînement perceptivo-cognitif chez les personnes âgées

Mouvement biologique et entraînement perceptivo-cognitif chez les personnes âgées

Le but de cette étude était de mettre en évidence l’importance de l’entraînement perceptivo-cognitif et son impact sur des tâches de la vie quotidienne relatives notamment à l’interaction sociale. Nous avons démontré que les personnes âgées pouvaient améliorer leurs habiletés à percevoir le mouvement biologique de façon significative après un entraînement au 3D-MOT, réduisant ainsi les effets néfastes du vieillissement. Nos résultats viennent renforcer ceux obtenus par Faubert et Sidebottom (2012), et indiquent que l’entraînement perceptivo-cognitif pourrait aider les individus à exécuter des tâches complexes dans des situations réelles de la vie quotidienne, comme cela a été observé chez les athlètes. La perception du mouvement biologique dans du bruit est un processus d’autant plus complexe que l’information présentée couvre une large portion du champ visuel. L’entraînement au 3D-MOT a favorisé l’apprentissage de l’intégration de l’information contenue dans une large portion de champ visuel, ce qui a facilité, aux personnes âgées du groupe expérimental, l’intégration du mouvement biologique des patrons présentés à 4 mètres et permis d’augmenter leur tolérance au bruit.
En savoir plus

142 En savoir plus

Problèmes posés par la consommation des benzodiazépines chez les personnes âgées : focus sur la mémoire

Problèmes posés par la consommation des benzodiazépines chez les personnes âgées : focus sur la mémoire

III.2.3.2.1. La mémoire sensorielle (perceptive) La mémoire sensorielle conserve les informations apportées par les organes des sens. Il s’agit d’une mémoire non consciente car elle imprime les informations de façon totalement automatique et involontaire. La mémoire sensorielle permet ainsi de garder une trace visuelle ou auditive d’un stimulus pendant quelques centaines de millisecondes. Elle se compose de plusieurs sous types de mémoires correspondant aux différentes modalités sensorielles telles que la mémoire iconique, auditive, olfactive, tactile et kinesthésique. Si l’on porte attention aux éléments de la mémoire sensorielle, ces derniers pourront être stockés dans la mémoire à court terme pendant une durée d’environ 30 secondes puis transmis à la mémoire à long terme caractérisée par la permanence de l’information (76).
En savoir plus

94 En savoir plus

Processus de changement de comportements chez des personnes âgées arthritiques confinées à la maison

Processus de changement de comportements chez des personnes âgées arthritiques confinées à la maison

1) de décrire la population âgée arthritique confinée à la maison qui participe à un programme «autogestion des symptômes de l’arthrite à domicile et ce, selon leur type «arthrite,.. 2) [r]

346 En savoir plus

Traitements de caries avec obturations chez les personnes âgées en institution - RERO DOC

Traitements de caries avec obturations chez les personnes âgées en institution - RERO DOC

Ces conditions sont souvent impossibles à respecter quand on se trouve confronté à une population de personnes âgées frêles ou dépendantes vivant en institution . Actuellement il semble qu’aucune étude n’ ait été réalisée pour essayer d’analyser chez une population âgée dépendante dans quelle mesure la qualité d’une thérapie restaurative par des techniques adhésives effectuée, peut fournir un pronostic raisonnable pour les dents comparé à la longévité des patients .

61 En savoir plus

Prédiction du déclin cognitif chez les personnes âgées à l'aide des perturbations du sommeil

Prédiction du déclin cognitif chez les personnes âgées à l'aide des perturbations du sommeil

Le même constat est à faire concernant la caractérisation du déclin cognitif, plus particulièrement lorsqu’il est mesuré selon une variation à un test cognitif. Par exemple, selon les études, il peut représenter un déclin variant d’un à quatre points au MMSE entre le premier et le deuxième temps de mesure. Cela amène une autre limite importante quant à la fiabilité du déclin cognitif, alors que deux études utilisent une diminution de seulement un point à un test de cognition globale comme barème de déclin cognitif entre la mesure de base et le suivi (Cricco, 2001; Xu et al., 2014). Or, cette diminution pourrait résulter d’une variabilité intra-individuelle et non d’un déclin significatif. D’un autre côté, il faut aussi concevoir la possibilité d’un biais d’apprentissage, faisant en sorte que les sujets pourraient obtenir des résultats plus élevés au test cognitif la deuxième fois que celui-ci lui est administré, d’autant plus si la durée du suivi est courte. Également, toujours en lien avec la fiabilité du déclin cognitif, une des études incluses présente une évaluation cognitive moins exhaustive lors du premier temps de mesure que lors du suivi (Diem et al., 2016). Celle-ci visant à établir un diagnostic de TCL ou de démence, il est possible que des sujets étaient déjà atteints de l’une de ces conditions lors de la mesure de base, mais que l’évaluation était trop sommaire pour les détecter. D’un autre point de vue, il se pourrait que la durée de suivi de certaines études n’ait pas permis de détecter le déclin cognitif. En effet, deux études présentent un suivi de seulement un an (Niu et al., 2016; Potvin et al., 2012). Il est possible que cette période soit trop courte pour percevoir une diminution de la cognition, d’autant plus qu’elles utilisent un test peu sensible au changement, le MMSE, et qu’elles portent sur des personnes âgées cognitivement intactes.
En savoir plus

117 En savoir plus

Méta-analyse sur l'entraînement de la mémoire de travail chez les personnes âgées saines

Méta-analyse sur l'entraînement de la mémoire de travail chez les personnes âgées saines

d’inhibition des personnes âgées peut avoir un impact au niveau de la mémoire, de l’attention et de la motricité étant donné que les capacités d’inhibition ont un rôle à jouer dans chacun de ces processus cognitifs (Fournet, Mosca, et Moreaud, 2007). La capacité à contrôler l’interférence est reliée au bon fonctionnement des lobes frontaux et donc, une hypothèse pour expliquer le déficit général d’inhibition est l’altération des lobes frontaux chez les personnes âgées (Dempster, 1992). Une critique concernant la théorie du déficit général d’inhibition est que les déficits d’inhibition peuvent être compris dans le modèle de la mémoire de travail (Reuter-Lorenz et Park, 2010 ; Glisky, 2007). En effet, Hasher et Zacks (1988) ont proposé que le mécanisme d’inhibition permette de contrôler le contenu en mémoire de travail en ignorant les informations non pertinentes. Leur concept de contrôle inhibitoire se rapproche donc du rôle de l’administrateur central dans le mémoire de travail tel que décrit par Baddeley (1986, voir section 2.2). Les résultats provenant de la neuroimagerie suggèrent que la capacité d’inhibition, telle que décrite par cette théorie du déclin cognitif, et la mémoire de travail semblent avoir les mêmes substrats neuronaux, soit les lobes frontaux (Van Gerven, Van Boxtel, Meijer, Willems, et Jolles, 2007).
En savoir plus

154 En savoir plus

Affections dermatologiques et troubles dépressifs : leur association chez les personnes âgées du Québec

Affections dermatologiques et troubles dépressifs : leur association chez les personnes âgées du Québec

Inspiré de ces deux modèles théoriques, notre cadre conceptuel nous permet d’illustrer le lien bidirectionnel entre les affections dermatologiques et les troubles dépressifs, comme l’indique la Figure 2. Cette figure nous montre également 4 grands types de facteurs pouvant influencer cette association : (1) les facteurs biogénétiques, (2) les facteurs psychosociaux/comportementaux, (3) les facteurs pharmacologiques et (4) les facteurs liés au fardeau de la maladie. Ces différents facteurs peuvent aussi s’influencer les uns les autres. Ainsi, une personne âgée ayant des problèmes comportementaux (ex: habitudes d'hygiène inadéquates et/ou biogénétiques (ex: l'immunité affaiblie) pourrait développer une affection dermatologique ou aggraver une dermatose préexistante (ex : ulcère chronique infecté). Par ailleurs, certaines maladies dermatologiques (ex : psoriasis, eczéma) peuvent être à l’origine des troubles dépressifs chez les personnes prédisposées, ceci à cause des inconforts et des limitations de l’activité (fardeau de la maladie), de la stigmatisation (facteur psychosocial) ou même comme conséquence de l’utilisation des médicaments comme les corticostéroïdes (facteur pharmacologique). D'autre part, les troubles dépressifs peuvent être impliqués dans l'apparition, l’exacerbation ou la perpétuation de certaines affections dermatologiques. Ceci à cause, par exemple, des facteurs pharmacologiques (réactions cutanés aux psychotropes) et comportementaux (non-adhésion aux traitements, auto-négligence, comportements malsains) souvent observés chez les personnes déprimées.
En savoir plus

129 En savoir plus

Les facteurs qui influencent le rétablissement chez les personnes âgées ayant un trouble mental grave

Les facteurs qui influencent le rétablissement chez les personnes âgées ayant un trouble mental grave

60 Également, bien que le concept de précarité puisse s’appliquer à toutes les clientèles, celles âgées de plus de 65 ans et ayant un TMG se retrouvent avec un facteur défavorable au rétablissement et au bien-être. La notion de précarité implique un sentiment intrinsèque d’incertitude résultant de l’adaptation aux pressions cumulatives tout en essayant de préserver un sentiment d’indépendance (Portacolone, Rubinstein, Covinsky, Halpern, & Johnson, 2019). Cette précarité peut les empêcher d’avoir les soins adéquats en lien avec leur condition physique ou mentale, par exemple de se payer un lieu de résidence répondant aux besoins spécifiques (ex.: gestion de médication, aide aux activités de vie quotidienne, etc.) (Streim, Oslin, Katz, & Parmelee, 1997). De plus, devant cette vulnérabilité économique, les personnes se retrouvent sans les ressources nécessaires afin de pouvoir participer aux activités économiques, politiques et culturelles et participer avec dignité à la vie de la communauté. Cela ne fait qu’accentuer l’isolement, car la sécurité va au-delà de la simple survie physique et comprend un niveau de ressources qui favorise l’insertion sociale (Conseil consultatif sur le troisième âge, 2005).
En savoir plus

176 En savoir plus

Personnes âgées et réanimation

Personnes âgées et réanimation

Au décours d’un séjour dans un service de réanimation, les séquelles sont fréquentes et lourdes avec un déclin fonctionnel et cognitif [63-66]. Après une ventilation artificielle de plus de 7 jours, qualité de vie et récupération sont plus médiocres chez les patients âgés [67]. Dans notre étude prospective ICE-CUB1, incluant 2 646 patients âgés de plus de 80 ans, seulement un tiers des survivants à 6 mois était indépendant pour toutes les activités de la vie quotidienne et 16,2% étaient incapables d'effectuer au moins une activité [68]. Dans l'étude ICE-CUB 2, incluant 3 036 patients (âge moyen 85 ans), l'échelle d’autonomie a diminué dans au moins un domaine chez 64% des patients à 6 mois [69]. Plusieurs autres études ont montré que 28 à 37% des patients n'avaient pas rétabli leur autonomie fonctionnelle antérieure 1 an après l’admission [70]. À 12 mois, 50% des patients ayant survécu n’ont pas récupéré retrouvé leurs capacités physiques [71].
En savoir plus

33 En savoir plus

Mobilité et accès à la voiture chez les personnes âgées : évolutions actuelles et enjeux

Mobilité et accès à la voiture chez les personnes âgées : évolutions actuelles et enjeux

Les zones les plus centrales des villes comptent proportionnellement le plus de personnes âgées, les retraités étant pour l'instant relativement moins présents en périphérie, mais ces zones vont, elles aussi, être touchées par le vieillissement démographique, de façon plus ou moins prononcée selon le sens et l’ampleur des mouvements migratoires. En particulier, une question importante en matière de déplacements quotidiens est de savoir si l’on observera des retours au centre massifs de retraités, en vue de se rapprocher des équipements et services de toutes sortes et pour anticiper une autonomie déclinante. Si, à notre connaissance, cette question demeure peu traitée, les projections de populations locales faisant défaut, il paraît raisonnable de poser que ces mouvements de retour au centre devraient demeurer limités et n’empêcheront pas le vieillissement des périphéries urbaines à plus faible densité de population (Ghékière, 1998). Or, chez les retraités comme chez les plus jeunes, la densité du lieu de résidence influe fortement sur la fréquence des déplacements et sur le choix du mode de transport. En particulier, selon l’enquête nationale transports, quels que soient le sexe et l’âge (plus ou moins de 75 ans), le nombre de déplacements à pied est, respectivement chez les hommes et chez les femmes, deux fois et une fois et demie plus élevé dans les centres des villes que dans leurs grandes périphéries et respectivement quatre fois et près de trois fois plus important que dans les zones rurales 3 . L’évolution prévisible vers des localisations plus périphériques tendra donc à alimenter encore la tendance à la motorisation et à l’usage quotidien de la voiture après 60 ans.
En savoir plus

23 En savoir plus

Anticipation des troubles respiratoires chez les personnes âgées en fin de vie en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes : étude qualitative par entretiens semi-directifs

Anticipation des troubles respiratoires chez les personnes âgées en fin de vie en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes : étude qualitative par entretiens semi-directifs

Dans le cadre des personnes âgées en fin de vie, on peut l’anticiper. L’urgence du jour au lendemain elle n’arrive pas souvent. D’abord, il y a le rappel en équipe à l’aide de documents que je leur fournissais: « s’il s’étouffe, qu’est-ce qu’on fait ? ». Le fait d’en parler avec les équipes, ça vient. Les familles, il faut les rencontrer en amont. Nous ici c’est surtout les bronchopathies de fausses routes, en gériatrie c’est quand même beaucoup ça, sur des Parkinson, des démences. A la première bronchopathie, on va leur en parler aux familles, leur expliquer, leur dire ce qui va se passer : « Qu’est ce qu’on va faire ? Va t’on hospitaliser à chaque fois ? ». Souvent la réponse des familles est « non ». Neuf fois sur dix les gens comprennent très bien. On explique le pourquoi des choses, le passage aux alimentations mixées. J’ai de moins en moins de questions sur l’alimentation par sonde, les gens ils comprennent que même si l’on met une sonde, la pathologie initiale ne s’arrêtera pas. On les prépare à ça doucement, ils ne vont pas souffrir car ils mangeront moins. On ne va pas souffrir de ça ni de soif, on ne va pas leur passer des litres. Finalement, les médecins ont plus de mal à comprendre ça où ils ont tendance à prescrire des hydratations à un litre et demi. Parfois je dit aux infirmières : « ne le faites pas ». C’est pas bien je sais. Je leur dit « Mettez 500, on ne va pas le noyer ». Après c’est la scopo… on n’en finit plus.
En savoir plus

166 En savoir plus

Cancer du sein chez les personnes âgées - Biologie différente et issue différente

Cancer du sein chez les personnes âgées - Biologie différente et issue différente

La survie attendue est la probabilité de survie sur des intervalles de temps spécifiés, dans la population américaine générale. À partir des survies observée et attendue, la survie relative peut être calculée : la survie observée ajustée par la survie attendue (Figures 2 et 3) . Les femmes âgées atteintes de cancer du sein ont une survie globale similaire à celle des populations du même âge. Pouvons-nous iden- tifier un sous-ensemble de patientes et devrions-nous les traiter différemment ? Les causes de mortalité sont nombreuses, mais les maladies cardiaques sont la première cause pour toutes les femmes de plus de 65 ans. Comment ces maladies interagissent-elles avec la mortalité due au cancer du sein ?
En savoir plus

3 En savoir plus

Corrélats neuroanatomiques de l’apprentissage de séquences motrices chez les personnes jeunes et âgées

Corrélats neuroanatomiques de l’apprentissage de séquences motrices chez les personnes jeunes et âgées

Avant-propos La capacité d’apprendre de nouvelles habiletés motrices est essentielle à la réalisation des activités de la vie quotidienne. L’acquisition de ce type d’aptitude requiert de la pratique, qu’il s’agisse d’activités d’apparence simple telle la saisie d’un objet ou encore du perfectionnement d’une séquence de mouvements hautement complexe comme dans le cadre de la pratique d’un sport de haut niveau. De façon intéressante, il est maintenant reconnu que le sommeil joue un rôle primordial dans la consolidation de ce type d’apprentissage chez les jeunes adultes. On observe toutefois qu’au cours du vieillissement normal, la capacité de consolider de nouvelles séquences motrices s’altère. Parallèlement, l’avancement en âge est accompagné de changements sur le plan de la quantité et de la qualité du sommeil. Dans le contexte actuel du vieillissement de la population, il est indéniable qu’une meilleure compréhension de la relation entre les capacités d’apprentissage et l’avancement en âge s’avère particulièrement pertinente. Bien que les corrélats neuronaux de l’apprentissage de séquences motrices aient été explorés par le passé, certaines limites sur le plan des technologies d’imagerie accessibles jusqu’à récemment ont eu pour effet que la majorité des travaux à ce sujet se sont limités à l’étude du rôle des structures de la matière grise. L’introduction relativement récente de l’imagerie de diffusion a toutefois entraîné un regain d’attention envers les connexions structurelles entre ces régions, ainsi que pour l’impact des propriétés de ces faisceaux de matière blanche sur différentes fonctions cognitives et motrices.
En savoir plus

147 En savoir plus

Causes multiples de décès chez les personnes âgées au Québec, 2000-2004

Causes multiples de décès chez les personnes âgées au Québec, 2000-2004

1.2.1.3. Étude de Eberstein, Nam et Heyman – États-Unis (2005) Une troisième étude (Eberstein et coll., 2005) s'attarde aussi aux décès des personnes âgées au cours de la période 1986-1997 aux Éats-Unis. Pour cette étude, les données utilisées proviennent de la US National Health Interview Survey (NHIS) ainsi que du National Death Index (NDI) pour toutes les personnes âgées de 55 ans et plus au moment du décès. La combinaison de ces deux sources permet de générer une banque de données incluant de l'information sur la santé, mais aussi sur des variables socio- économiques. Néanmoins, les chercheurs remarquent que ces sources comportent leurs limites, comme le fait de ne pas inclure les personnes institutionnalisées, soient les personnes habitant les prisons et les maisons de soins. Puisque ces dernières sont généralement considérées comme étant très malades, l'exclusion de ces individus aura pour conséquence de produire des taux de mortalité moins élevés comparativement aux taux calculés pour l'ensemble de la population. Par ailleurs, des causes telles que la maladie de l'Alzheimer et la sénilité risquent d'être sous-représentées puisque ces conditions se retrouvent fréquemment chez les personnes très âgées résidant dans des centres de soins de longue durée.
En savoir plus

113 En savoir plus

Show all 10000 documents...