Haut PDF Hiver 2013 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2013 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2013 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

maines de compétence mobilisés (l’histoire, le droit, la géopolitique, l’économie poli- tique) et par la profondeur des analyses. Ro- bert Salais, est un économiste réputé pour ses contributions en économie des conventions, ses analyses des systèmes productifs territoria- lisés et son adhésion à la méthode inaugurée par Amartya Sen pour étendre les opportuni- tés réellement offertes aux acteurs socioéco- nomiques. Il n’est certes pas le premier éco- nomiste à dénoncer le caractère dogmatique de la construction européenne. Il existe désor- mais un corpus critique consistant qui sou- ligne les défauts de construction de l’édifice européen (Gauron 1998 ; Kebabdjian 2006 ; Devoluy & Koenig 2012). Mais ce livre va au- delà de la dénonciation des faiblesses consti- tutives de l’Europe (carences démocratiques, compromis intergouvernementaux insatisfai- sants, dogmatisme économique néolibéral, etc.), il propose un examen approfondi de chacun des faux pas de cette construction jus- qu’à montrer comment la vérité historique a été ensuite refoulée pour faire place au mythe. Il montre comment certains concepts économiques ont été insuffisamment compris ou détournés de leur sens initial et comment les rapports de force ont prévalu sur le prin- cipe du dialogue. Cette histoire de la construction européenne est l’une des moins hagiographiques qui aient été écrites mais elle défend une thèse qui satisfait parfaite- ment le critère essentiel de la production scientifique, la falsifiabilité : les problèmes ac- tuels de l’Europe étaient présents dans ses fondations, les jeux étaient pour ainsi dire faits à l’issue de la conférence de Paris de 1947 et du Congrès de La Haye du 8 au 10 mai 1948. Remédier à ces carences sera diffi- cile mais les identifier reste indispensable. Nous donnerons ici quatre exemples des ca- rences séminales identifiées par Robert Salais qui ont contribué à orienter l’Europe dans une mauvaise direction, alors que l’on sait depuis le philosophe Sénèque que ce qui compte, lors du premier pas, n’est pas sa longueur mais sa direction : le dessaisissement des Eu- ropéens, l’abandon du projet de communauté politique dès 1948 au profit d’une approche économique, l’Europe sociale négligée et le déni de la réalité économique supplantée par une certaine conception du marché parfait. Tels sont quelques points qui nous paraissent essentiels dans cet ouvrage et qu’il faut assi- miler pour renouveler le projet européen. Les pays européens dépossédés d’un projet qu’ils n’ont pas véritablement formulé Les Européens n’ont pas été les véritables au- teurs des débuts de la construction euro- péenne. Avec le recul de l’histoire il est enfin
En savoir plus

44 En savoir plus

Hiver 2018 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2018 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Initiative « une ceinture et une route » : implications économiques pour l’Union européenne Ke Dai * , Gengxin Dai # et Meixing Dai ☆ L’Initiative « une Ceinture et une Route » ( 一带一路倡议 ), lancée en 2013 par le président chinois Xi Jingping, vise à créer de nouvelles routes de la soie pour mieux relier la Chine à l’Asie du Sud-Est, à l’Europe en passant par l’Asie centrale, au Proche-Orient, à l’Afrique et à l’Amérique du Sud, à la fois par voies terrestre et maritime. Cette initiative aux di - mensions multiples dotée des fonds colossaux pourrait avoir des impacts importants et du- rables sur l’économie mondiale. Ses effets économiques positifs sur l’Union européenne (UE) seraient plus ou moins importants selon les réponses politiques européennes.
En savoir plus

64 En savoir plus

Hiver 2018 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2018 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Initiative « une ceinture et une route » : implications économiques pour l’Union européenne Ke Dai * , Gengxin Dai # et Meixing Dai ☆ L’Initiative « une Ceinture et une Route » ( 一带一路倡议 ), lancée en 2013 par le président chinois Xi Jingping, vise à créer de nouvelles routes de la soie pour mieux relier la Chine à l’Asie du Sud-Est, à l’Europe en passant par l’Asie centrale, au Proche-Orient, à l’Afrique et à l’Amérique du Sud, à la fois par voies terrestre et maritime. Cette initiative aux di - mensions multiples dotée des fonds colossaux pourrait avoir des impacts importants et du- rables sur l’économie mondiale. Ses effets économiques positifs sur l’Union européenne (UE) seraient plus ou moins importants selon les réponses politiques européennes.
En savoir plus

64 En savoir plus

Hiver 2013 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2013 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

déconcerte ou, pire, déçoit. Elle devait protéger ses citoyens, elle pilote des politiques d’austérité. On attendait la solidarité, on observe la défiance. Mais l’Europe ne peut nous apporter que ce qui est inscrit dans les traités. Le bilan de cette Europe là, qui reste avant tout

2 En savoir plus

Hiver 2007 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2007 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

recherche, en particulier les collectivités territoriales. 2. Recherche et gouvernance des territoires L’Europe, dans sa volonté de promouvoir la recherche en Europe, a clairement fait le choix d’organiser l’espace commun en associant les territoires infra-régionaux. Outre les questions déjà évoquées (qu’est-ce qu’une politique de recherche ? faut-il distinguer politique de science et politique d’innovation ?), se pose alors celle des partenaires territoriaux. On peut résumer la question sous la forme « qu’est-ce qu’une région ? ». La difficulté méthodologique et politique est que cette notion prend des sens très différents d’un pays à l’autre. Elle est même l’expression de différences fondamentales de tradition politique – au sens du mot anglais « polity » qui désigne les formes générales de gouvernance des sociétés (voir Jepperson 2000). Par ailleurs, au sein même d’un pays, les régions peuvent avoir des attitudes très différentes vis-à-vis de la recherche, en particulier une perception spécifique de la science et de ce qu’elle peut apporter au territoire. Selon la nature institutionnelle et l’attitude de chaque collectivité infra-régionale, on peut se poser la question de savoir si elle constitue un acteur pertinent ou non dans la gouvernance multi-niveaux de la recherche, et de quelle forme de recherche.
En savoir plus

40 En savoir plus

Hiver 2007 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2007 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Le choix d’un traité simplifié est présenté comme une grande avancée par ses promoteurs. C’est sans doute un peu excessif car le texte définitif ne fera que reprendre des modifications institutionnelles qui faisaient déjà assez largement consensus en 2005. Les principales critiques portaient en effet sur la présence de la partie III qui aurait consacré, dans un texte à valeur constitutionnelle, des politiques de l’Union d’inspiration libérale. Cet aspect controversé est désormais évacué. Sur le fond, le nouveau traité N° 17

3 En savoir plus

Hiver 2006 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2006 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

concurrence entre les systèmes nationaux. Dans ce contexte, chaque Européen continue à s’identifier, avant tout, à son système social national. Celui-ci est le produit de l’histoire et des choix collectifs qui se sont sédimentés au cours du temps. Il demeure par conséquent le cadre protecteur de référence. Parallèlement, une forme de défiance s’installe face à l’Europe. D’une part, elle apparaît insuffisamment protectrice face à la globalisation et, d’autre part, elle ne produit pas des performances économiques très brillantes en matière de chômage et de croissance, notamment pour la zone euro.
En savoir plus

2 En savoir plus

Hiver 2006 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2006 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

7 Schadler S. et al., 2005, « Adopting the Euro in Central Europe », IMF Occasional Paper, n°234. intégrés dans la zone euro 8. Si les variables fondamentales des PECO évoluent au même rythme que celles des douze pays de la zone euro et si les risques que leur économie subisse un choc spécifique sont faibles, alors le taux de change perd sa fonction de variable d’ajustement : en d’autres termes remplacer sa monnaie par l’euro est alors souhaitable. Or, pour les tenants d’une adoption rapide de l’euro, l’intégration des PECO dans l’économie européenne serait déjà bien avancée. La reprise de l’acquis communautaire accroît les similarités en termes d’institutions légales et administratives et de systèmes de régulation, voire d’infrastructures entre les deux parties de l’Europe. La mise en place dans les PECO de politiques macroéconomiques conformes aux critères de convergence nominale favoriserait le processus d’uniformisation. Les firmes étrangères, qui ont massivement investi en Europe centrale, et qui représentent une part importante de l’activité manufactu- rière locale, joueraient également un rôle central dans le rapprochement des structures, des comportements et des performances économiques. Elles amèneraient avec elles de nouvelles technologies, de nouvelles pra- tiques managériales, de nouveaux savoir-faire qui se diffuseraient progressivement à l’ensemble des acteurs locaux. Par le jeu des effets horizontaux (effet de démonstration et effet de concurrence) et verticaux (effet d’apprentissage transmis aux fournisseurs et aux clients), les firmes des PECO adopte- raient progressivement les pratiques des pays ouest-européens. En outre, en arrimant des secteurs entiers, tels que l’automobile ou l’électronique, aux réseaux de production et d’échange intra-européens, les investisseurs étrangers accroissent l’ouverture comme- rciale des PECO ainsi que les échanges de produits similaires.
En savoir plus

32 En savoir plus

Hiver 2008 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2008 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

jurisprudence de la CJCE. Il concerne aussi bien la prestation transfrontalière que l’établissement. Cette confrontation entre réglementations est souhaitable dans la mesure où elle permet d’améliorer leur efficacité et de diminuer le poids bureaucratique qui pèse sur l’activité productrice. Elle représente aussi la logique profonde de la directive qui conduit ainsi dans chaque pays à une révision générale de la législation économique touchant aux activités de services (Bizet 2008, Com 2007a). La démarche de compétition entre réglementations est à présent au centre de celle du marché unique. Elle représente un outil pour placer l’EU en bonne position au niveau des négociations internationales : « the rationale of the single market has changed (…). It is no longer about the benefits to be expected from European integration but also about the leverage it provides to meet the challenges and opportunities of globalisation » (COM 2007b, p.4). Elle suscite plusieurs commentaires : En premier lieu, elle conduit à l’uniformi- sation progressive de certains aspects des législations économiques. Elle va donc supprimer les risques de concurrence dé- loyale. Dans le même état d’esprit et bien que la directive ne l’impose pas, la simplification administrative dont bénéficie- ront les prestataires étrangers, liée par exemple au guichet unique, devra nécessaire- ment être étendue aux entreprises nationales (Capdeville 2008). Le danger de « race to the bottom » ne peut cependant être a priori écarté. L’uniformisation des législations pourrait en effet se faire vers la législation la moins contraignante/ protectrice. Il faut rappeler que dans le cas de la Reconnaissance Mutuelle, pour éviter cet inconvénient, des règles communes mini- males ont été définies.
En savoir plus

56 En savoir plus

Hiver 2008 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2008 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2008 Université de Strasbourg : Faculté des sciences économiques et de gestion et Institut des Hautes Etudes Européennes. Éditorial de Michel Dévoluy En résonance avec l’actualité, ce nouveau bulletin de l’Opee consacre la plupart des articles à l’Europe face à la crise économique et financière. Le

2 En savoir plus

Hiver 2009 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2009 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

On peut aisément objecter qu'un président du Conseil européen, même faible, c'est beaucoup mieux qu'aucun. Et que, l'Europe n'étant pas mûre pour une intégration politique, le traité de Lisbonne est allé, sur ce point, le plus loin possible. Soit. Mais les Européens peuvent se lasser d'une Europe à minima qui n'a pas d'ambition politique. Ils peuvent s'irriter de l'écart entre les discours prônant toujours plus d'Europe et la réalité. Nous n'avons pas un Président pour l'Europe mais seulement un président que les chefs d'Etats et de gouvernements ont choisi pour asseoir leur prééminence dans l'architecture institutionnelle de l'Union.
En savoir plus

2 En savoir plus

Hiver 2010 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2010 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Editorial : Du panache pour l'Europe De très très riches américains, tels Bill Gates, Warren Buffet et des héritiers Rockefeller, demandent à payer plus d'impôts pour soutenir l'économie des USA. Même s'ils sont fiers de leur pays, ils ne se posent pas ici, en premier lieu, comme philanthropes mais comme des gestionnaires très avisés. Ils savent qu'une économie peu dynamique touche directement leurs affaires. Ils sont aussi probablement conscients qu'ils insufflent ainsi une image optimiste de la solidarité. Cet exemple d'Outre-Atlantique peut-il inspirer l'Europe ? Justement, on déplore souvent que l'Union européenne suscite peu d'enthousiasme : elle manque à la fois de considération et d'argent. Et cela ne s'arrange pas. En effet, le traitement de la crise a contribué à accentuer l'image d'une Europe lointaine, surtout défendue par une élite, peu impliquée financièrement mais, par contre, prompte à promouvoir la rigueur budgétaire et salariale. L'Europe a également révélé son impuissance financière pour soutenir l'économie avec un budget qui représente, en moyenne, seulement 2% de la totalité des dépenses obligatoires effectuées au niveau des États membres. L'Europe déçoit, l'Europe n'a pas d'argent. Certes, mais l'Europe pourrait encore étonner.
En savoir plus

2 En savoir plus

Hiver 2010 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2010 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

européen en 2009 devraient aller dans ce sens 2 . Conclusion Europe 2020 offre trois niveaux de lecture. Le premier suscite l’approbation car les grands axes stratégiques proposés correspondent à des objectifs auxquels il est aisé de souscrire. Le deuxième s’appuie sur les enseignements et les résultats de la stratégie précédente, celle de Lisbonne. Là, les doutes sur l’efficacité sont incontournables tant Lisbonne n’a pas apporté les effets escomptés. Or, l’UE reprend largement, avec Europe 2020, les mêmes enjeux et les mêmes méthodes. Il y a donc une forte probabilité que les mêmes causes produisent les mêmes effets. On observe notamment que la faiblesse du budget européen et la mollesse de la coordination n’offrent pas les instruments d’une stratégie vigoureuse. Enfin, il convient, pour le troisième niveau de lecture, de se pencher sur la doctrine économique qui sous- tend l’action de l’UE. Elle reste résolument libérale en se défiant de tout interventionnisme fort. Au fond, le problème est bien là. Nous sommes face à une forme de contradiction. D’un côté, l’Europe énonce une stratégie économique et sociale qui impliquerait, par nature, des politiques industrielles et pour tout dire, une forme d’État providence. De l’autre, l’Europe défend les principes d’une économie dérégulée qui se méfie des politiques interventionnistes. Chercher l’erreur !
En savoir plus

48 En savoir plus

Hiver 2001 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2001 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Dans une troisième série de cas, le change- ment de monnaie s’explique essentiellement, voire exclusivement, par des raisons politiques. C’est le cas de l’unification monétaire allemande de 1990 et des changements de monnaie dans les régions frontalières à la suite des deux Guerres mondiales. (l’Alsace-Lorraine notamment). Enfin, une quatrième catégorie de change- ments monétaires s’explique par une combinaison de motivations politiques et économiques : c’est le cas de l’apparition de nouvelles monnaies nationales à la suite de la dislocation des fédérations d’Etats commun- istes (1’U.R.S.S. et la Yougoslavie). Pour certains de ces nouveaux Etats indépendants (Etats baltes, Slovénie), la monnaie nationale est un des symboles de leur identité natio- nale, une protection contre des chocs inflationnistes en provenance de leurs anciens partenaires et un pas vers les pays de l’Union européenne, dont ils se sentent culturellement et historiquement plus proches. Pour d’autres de ces Etats (les Etats non baltes de l’ex-URSS, en particulier l’Ukraine), la création d’une monnaie propre est un moyen de retrouver le seigneuriage.
En savoir plus

32 En savoir plus

Hiver 2000 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2000 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

l’indépendance de sa banque centrale d’une maîtrise appropriée de son policy-mix et de négociations salariales fortement centralisées. Qu’en est-il pour l’Europe ? Après deux ans d’expérience nous sommes amenés à constater que la BCE est la seule institution de la zone euro à porter le fardeau de la coordination. L’Europe pratique un policy-mix original dominé par une politique monétaire unique et des politiques budgétaire nationales soumises aux exigences d’équilibre du pacte de stabilité et de croissance. De ce fait, la BCE pilote seule le policy-mix européen en imposant sa priorité de stabilité des prix.
En savoir plus

2 En savoir plus

Bulletin de l'OPEE hiver 2020 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Bulletin de l'OPEE hiver 2020 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

frontières (1,5 milliards), production culturelle (0,8 milliard) et de renforcer les mécanismes de flexibilité qui garantissent la capacité du budget à faire face à des besoins imprévus. Une seconde revendication du PE porte sur les recettes du budget européen. Le PE exige la mise en place d’ici 2024 de nouvelles ressources propres pour le financement du budget européen. Ces ressources devraient réduire le risque de récession à partir de cette date lorsque les dépenses destinées à faciliter la reprise et la résilience (89,6 % des dépenses du plan de relance) ne financeront plus l’économie. De plus, elles devraient permettre de rembourser la dette européenne souscrite pour financer le plan de relance d’ici 2058. Enfin, elles devraient inciter les autorités européennes à augmenter les plafonds de dépenses des budgets pluriannuels futurs tout en réduisant les charges des États contributeurs au financement de ces budgets, ce qui rendrait l’UE moins dépendante du bon vouloir des États pour financer ses politiques. Le PE a obtenu dans l’accord du 10 novembre un calendrier juridiquement contraignant pour la création de nouvelles ressources propres. Mais il est probable qu’une partie de ces ressources, notamment les taxes sur les transactions financières internationales qui doivent être mises en place en 2026 ne pourra exercer ses effets que dans le budget pluriannuel 2028-2034.
En savoir plus

4 En savoir plus

Été 2013 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Été 2013 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Ainsi, le Conseil européen de mars 2011 prévoyait très explicitement la mise en œuvre du semestre européen qui renforce la gouvernance écono- mique européenne et accentue le contrôle des politiques des États membres par la Commission. De même, le Pacte pour l’euro plus, également présent dans les Conclusions du Conseil européen, envisageait clairement que la Commission joue un rôle central dans le suivi des politiques des États membres.

2 En savoir plus

Été 2013 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Été 2013 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

– Faut-il suivre des règles dans l’utilisation des instruments ou décider de manière discrétionnaire ? L’utilisation d’instruments à des fins régulatrices claires a l’avantage de réduire l’incertitude et de garantir une meilleure efficacité des politiques mises en place. De tels avantages ont été dé- montrés pour les politiques monétaires et fiscales. Cependant, comme dans la conduite de ces dernières, les décisions discrétionnaires ou adaptatives peuvent s’avérer très efficaces tant que les compor- tements des agents sont changeants et que des situations imprévues sont possibles. Les régulateurs ont ainsi le choix entre plusieurs approches relatives à la mise en œuvre des différents instruments. Pour en assurer une mise en œuvre efficace, le cadre institutionnel doit comprendre une ossature réglementaire robuste et des politiques macroéconomiques crédibles. Afin d’éviter redondances et ambigüités, les relations et les différences entre les politiques macro- et micro-prudentielles doivent être clarifiées. Il convient de ne pas faire ce qui est observé aujourd’hui chez certains régulateurs qui, parce que les mandats étaient inappropriés, ont dû se contenter d’instruments micro- prudentiels et de les utiliser souvent dans une optique macro-prudentielle pour combattre le risque systémique.
En savoir plus

41 En savoir plus

Hiver 2000 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2000 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

importée en point de mire. Ce partage imprécis ne contribue pas à la clarté de la politique de change de l'euro. Hétérogénéité des politiques salariales Gardienne des prix, la BCE redoute toute dérive salariale. Face à un marché du travail hétérogène elle est, ici encore, appelée à réagir tôt et fortement aux tensions poten- tielles ou réelles. Ses diagnostics et sa politi- que seraient plus aisés dans le contexte d'une politique salariale européenne mieux iden- tifiée. La mise en place des lignes directrices sur l'emploi, instaurées par le traité d'Amsterdam, constitue un premier pas dans cette direction. Mais, pour respecter l’autonomie des politiques nationales, ces lignes sont déclinées au niveau de chaque état en fonction des spécificités nationales. Au total, l'absence de policy-mix et les défaillances dans les coordinations des politiques économiques brouillent l'image de l'économie européenne. A l’intérieur de ce paysage, la BCE et les autorités budgétaires nationales sont conduites à se renvoyer les responsabilités de la fragilité de l'euro et des risques qui pèsent sur le maintien d'une croissance réelle riche en créations d'emplois.
En savoir plus

24 En savoir plus

Hiver 2001 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

Hiver 2001 - L'observatoire des politiques économiques en Europe

nouvelles relances, et beaucoup n’ont pas cru à cette grande entreprise européenne. Finalement, c’est la volonté politique qui l’emporta. Nous savons tous que l’enjeu est immense puisque l’Euro doit être un vecteur de paix et de solidarité en Europe et un facteur d’influence dans le monde. En ce sens, la présence physique de l’Euro est à la fois un aboutissement et un commencement. L’Euro est né le 1 er janvier 1999. Et le passage à la monnaie fiduciaire, au 1 er janvier 2002, ne devait être qu’un problème matériel et technique. En réalité, cette dernière étape pose des questions spécifiques qui vont au- delà des considérations logistiques. En plus, la présence fiduciaire de l’Euro repose avec une acuité renforcée des thèmes récurrents sur la politique monétaire de la BCE. L’objet de ce nouveau Bulletin de l’OPEE est de se pencher sur ces divers aspects. Par ailleurs, et comme dans chaque numéro, nous abordons les GOPE, les LDE et les faits marquants.
En savoir plus

2 En savoir plus

Show all 5177 documents...