Haut PDF Les fractures autour du genou chez l'enfant, exprience de service dorthopdie pdiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

Les fractures autour du genou chez l'enfant, exprience de service dorthopdie pdiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

Les fractures autour du genou chez l'enfant, exprience de service dorthopdie pdiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

Les indications les plus courantes pour l'IRM du genou traumatique est l’impossibilité de l’appui, persistance de la douleur ou l'hémarthrose en présence des radiographies standards négatives, suggérant une lésion interne ou fracture occulte [16] L’IRM objectivant les zones contusives permet de comprendre le mécanisme du traumatisme, de prédire et de confirmer les lésions capsulo-ligamentaires ainsi l’IRM peut être de grande utilité lors de l’association éventuelle de fractures et de lésions ligamentaires. D’autre part, les entorses ligamentaires sévères peuvent résulter des lésions ostéo-chondrales se manifestant par un œdème osseux siégeant dans l’os sous-chondral tibial et/ou fémoral. Celles- ci sont localisées au point d’impact des surfaces de l’articulation lors de la perte de la congruence articulaire (fig. 13) ou par hyperpression sur un compartiment fémoro-tibial ou fémoro-patellaire durant le traumatisme [17]
En savoir plus

150 En savoir plus

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Résumé Objectif : Le but de notre étude est d’évaluer le profil des fractures ouvertes de jambe chez l’enfant sur les plans épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif dans la région de Marrakech. Patient et méthode : Il s’agit d’une étude rétrospective incluant les enfants pris en charge au service de traumatologie orthopédie pédiatrique du CHU MOHAMMED VI de Marrakech entre Janvier 2009 et Décembre 2013. Résultats et discussion : quatre-vingt-trois enfants sont inclus, les garçons représentent 78,3 %, la moyenne d’âge est de 8,75 ans, les accidents de la voie publique (AVP) sont incriminés dans 83,1 % des cas, les fractures à trait simple sont les plus fréquentes (83 %), le traitement était orthopédique dans 68,6 % des cas, la fermeture cutanée était primaire dans 79,5 % des cas, le recours aux lambeaux et greffes cutanées était nécessaire respectivement dans 10,8 % et 9,6 %. Le délai moyen de consolidation chez les enfants âgés de plus de 12 ans et ceux âgés de moins de 12 ans était respectivement de 14,8 semaines et 12,3 semaines, 12 % des enfants ont eu un retard de consolidation. Trente enfants sont suivis au long court, les séquelles étaient comme suit : déformation osseuse chez un enfant, raideur articulaire chez 3 enfants, restriction des activités sportives chez 6 enfants, l’évaluation globale est jugée bonne dans 63,4% des cas. Conclusion : La prédominance masculine est constante dans toutes les études, la principale cause des fractures ouvertes de jambe sont les AVP, le traitement
En savoir plus

113 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale du pied dun enfant portant une paralysie crbrale : Exprience du service dorthopdie traumatologie pdiatrique au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale du pied dun enfant portant une paralysie crbrale : Exprience du service dorthopdie traumatologie pdiatrique au CHU Mohammed VI de Marrakech

Selon des récentes études [83] [84], une nouvelle technique a été décrite en 2011 associant le raccourcissement du tendon tibial antérieur et l’ATA afin de rééquilibrer la force musculaire pour traiter l’équin vu tardivement chez les enfants atteints de paralysie cérébrale. Les résultats à court terme ont indiqué une amélioration de la baisse du pied en phase pendulaire et une correction de l'équin en phase d'appui. A long terme (5,8 ans), la dorsiflexion active de la cheville était possible chez tous les patients, ainsi tous ont été capables de marcher sans orthèse de cheville-pied. Le taux de récidive était de 13% et aucune surcorrection n'a pu être montrée.
En savoir plus

148 En savoir plus

Cubitus varus post traumatique du coude: Exprience du service de traumato-orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Cubitus varus post traumatique du coude: Exprience du service de traumato-orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

• Assurer la translation médiale du fragment distal pour conserver son alignement avec la diaphyse humérale en cas de trouble rotatoire associé. Par contre ce type d’ostéotomie ne permet pas la correction de la déformation en rotation (1) Solfelt et al. (7), qui ont étudié les données de 40 séries sur la prise en charge chirurgicale du cubitus varus chez l’enfant (894 patients), ont constaté que l’ostéotomie cunéiforme de soustraction externe est la technique la plus utilisée pour corriger la déformation, avec un pourcentage de 62,9%.

163 En savoir plus

Le kyste hydatique chez lenfant : localisations rares Exprience du service de chirurgie pdiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

Le kyste hydatique chez lenfant : localisations rares Exprience du service de chirurgie pdiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

1.5. Observation 5 : association kyste hydatique splénique et hépatique Il s’agit d’un enfant, de sexe masculin, âgé de 11ans, originaire et habitant à Chamaaia, issue d’une 7eme fratrie (le 5eme), de bas niveau socio-économique, sans antécédents pathologiques particuliers, le patient rapporte la notion de contact avec les chiens. Le début de la symptomatologie remonte à une semaine avant son admission par l’installation brutale des douleurs de l’hypochondre gauche à type de pesanteur associées à des vomissements alimentaires devenant bilieux sans troubles de transit, le tous évoluant dans un contexte de sensations fébriles et conservation de l’état général.
En savoir plus

154 En savoir plus

La lsion de Monteggia rcente chez lenfant : Exprience du service de traumato-orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

La lsion de Monteggia rcente chez lenfant : Exprience du service de traumato-orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Il regroupe l’ensemble des fractures de cubitus du type I ou du type II dans lesquelles s’associe une lésion du radius (fracture complète de la tête radiale, de la diaphyse ou du poignet). 7. Les résultats ont été évalués, après un recul de 2 ans, sur des critères cliniques : la déformation du coude par rapport au côté controlatéral, le secteur de mobilité du coude atteint : flexion-extension + pronation-supination, la douleur, la fonction du coude par la récupération des activités de vie quotidienne et la stabilité du coude.

133 En savoir plus

Apport de limagerie dans les tumeurs rtropritonales chez lenfant. Exprience du service de radiologie Pdiatrique du CHU Mohammed VI

Apport de limagerie dans les tumeurs rtropritonales chez lenfant. Exprience du service de radiologie Pdiatrique du CHU Mohammed VI

3.4 Néphrome mésoblastique : a. Echographie : Sur le plan radiologique, l’échographie a une place prépondérante. La tumeur apparaît plus au moins hétérogène. La présence autour de la tumeur d’un anneau hypo-échogène au sein duquel on identifie un signal doppler est très évocatrice d’une tumeur de Bolande. Ce critère n’est pas spécifique du NM puisqu’il est retrouvé dans d’autres types tumoraux, mais il serait un facteur orientant vers la nature bénigne de la tumeur. Corrélé à l’âge de l’enfant et à son origine rénale, il oriente vers le NM. Ce critère est très fréquent dans la forme classique du NM. L’échographie permet également de mieux évaluer une composante kystique ou nécrotique de la tumeur qui est plus fréquente en cas de NM cellulaire . [ 76] les données retrouvé dans notre série sont comparables aux celles de la littérature.76,77]
En savoir plus

152 En savoir plus

Fracture dplace de l'avant bras chez l'enfant : Experience du service de traumato-orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Fracture dplace de l'avant bras chez l'enfant : Experience du service de traumato-orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

55 - De même dans les fractures complètes, par les manipulations. La fracture qui interrompt la continuité radiale libère le fragment proximal qui pivote dans le ligament annulaire selon une position d’équilibre dictée par l’action des forces musculaires et des parties molles qui lui sont attachées.Les fragments distaux prennent une position aléatoire, mais elle peut être controlée par les manipulations.Le déplacement rotatoire est fréquement évident sur les premiéres radiographie par la différence de largeur des deux fragments du radius tenent au fait que la section transversal n’est pas circulaire .Ceci n’en donne pas pour autant la direction.Evans[18] Suggère alors d’utuliser la projection radiologique de la tubérosité est souvent trés peu dévelopée.Le niveau de la fracture peut aider à préjuger de l’action musculaire.Ceci aboutit à la règle des tiers d’evans:mettre en pronation toutes les fractures du 1/3 distal, en supination toutes celles du 1/3 moyen en position neutre.Une telle règle et sans doute trop rigide car les déplacements ne sont pas réglés par le seul jeu musculaire.
En savoir plus

154 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale chez lenfant portant une diplgie spastique : Exprience du service dorthopdie traumatologie pdiatrique au CHU de Marrakech

Prise en charge chirurgicale chez lenfant portant une diplgie spastique : Exprience du service dorthopdie traumatologie pdiatrique au CHU de Marrakech

Les résultats de notre série montraient que la déformation la plus fréquente est le pied équin suivi du flessum du genou puis l’adductus de hanche. Le traitement dépend de l'âge de l'enfant et du stade évolutif de la pathologie. Chez le plus jeune et à un stade précoce, la rééducation, l’appareillage et les injections locales de la toxine botulique doivent être envisagés. Chez le plus grand et au stade de complications, un geste chirurgical peut être nécessaire. Dans notre contexte, les interventions faites portaient sur le psoas, les adducteurs, les ischiojambiers, le droit antérieur, le tendon d’Achille, ainsi que des gestes ostéo-articulaires (ostéotomie de derotation femorale, technique de cavalier, arthrodèse).
En savoir plus

150 En savoir plus

Fracture de la tte radiale chez lenfant : exprience du service de traumatoorthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Fracture de la tte radiale chez lenfant : exprience du service de traumatoorthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

globalement satisfaisants avec 72 % de bons et très bons résultats. Il existe une corrélation entre le degré de déplacement initial et la qualité du résultat final. Le pronostic est bon dans les fractures peu déplacées (stades I et II) avec 80 à 100% de bons et très bons résultats. En cas de grand déplacement, le pronostic est incertain avec seulement 28% de bons et très bons résultats. Le choix de la méthode thérapeutique intervient aussi dans le résultat final. Les meilleurs résultats ont été obtenus avec un traitement conservateur orthopédique avec 100% de bons et très bons résultats. Les résultats les plus médiocres sont l’apanage de la chirurgie sanglante. Les méthodes peu sanglantes offrent des résultats comparables à ceux du traitement orthopédique conservateur (87% de bons et très bons résultats).
En savoir plus

150 En savoir plus

Ostotomie du bassin chez lenfant Exprience du service traumato-orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Ostotomie du bassin chez lenfant Exprience du service traumato-orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

L es ostéotomies du bassin sont très souvent utilisées chez l’enfant, le principe de ces interventions consiste à modifier l’anatomie de l’acétabulum soit en le réorientant, soit en modifiant son volume. I ls s’agit d’interventions parfois lourdes chez une population majoritairement jeune et féminine [1], de nombreuses techniques chirurgicales ont été décrites, que l’on peut diviser en trois groupes. Les ostéotomies de réorientation qui modifient l’orientation du cotyle sans en changer le volume [2] .Celles visant à augmenter la surface portante au niveau du toit de l’acétabulum par l’ajout d’un bloc osseux extra-articulaire ; il s’agit des « butées de hanche» [1] ou l’ostéotomie de Chiari qui permet un agrandissement de la cavité acétabulaire par ostéotomie curviplane et une médialisation de la hanche[3], et les autres qui améliorent la couverture globale de la tête fémorale en diminuant le volume du cotyle regroupées sous le nom d’acétabuloplasties [2]. Mais l’ostéotomie innominée de Salter reste la plus utilisée. C’est à celle que l’on compare les autres et c’est d’elle dérivent presque toutes [4].
En savoir plus

170 En savoir plus

Les fractures de la cheville chez lenfant : Exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohamed VI de Marrakech

Les fractures de la cheville chez lenfant : Exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohamed VI de Marrakech

Le traitement doit être adapté à l’enfant, donnant ainsi une large place au traitement orthopédique, en particulier dans les fractures décollement épiphysaire Salter I et II. Néanmoins, quelque soit le type de fracture, un déplacement ≥ 2mm est jugé inacceptable. Le pronostic des fractures décollements épiphysaires de la cheville est principalement lié à l’intégrité du cartilage de croissance. Il est donc indispensable d’assurer un suivi régulier de ces enfants, jusqu’à maturité squelettique, pour dépister à temps toute désaxation ou inégalité de longueur.
En savoir plus

162 En savoir plus

Syndrome de loge et de Volkmann chez lenfant : Exprience du service de chirurgie traumato-orthopdique pdiatrique au CHU MED VI-Marrakech

Syndrome de loge et de Volkmann chez lenfant : Exprience du service de chirurgie traumato-orthopdique pdiatrique au CHU MED VI-Marrakech

Bae et al. [58] trouvent la douleur chez 90% des cas et rapportent aussi la difficulté de l’évaluer chez les enfants, d’où la proposition d’évaluer les antalgiques administrés. Ulmer [80] présente une revue incluant 4 études(132 cas),qui montre que la douleur est le 1 P er P signe à apparaitre. La douleur est constante, disproportionnée, intense, permanente, résiste aux antalgiques habituels, et s’accentue à l’étirement passif (Stretch test positif )qui constitue un élément diagnostique majeur mais aussi d’orientation vers la loge atteinte.
En savoir plus

165 En savoir plus

Etude pidmiologique des uropathies malformatives au service de chirurgie pdiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

Etude pidmiologique des uropathies malformatives au service de chirurgie pdiatrique CHU Mohammed VI de Marrakech

Les circonstances de découverte chez l’enfant sont diverses. Elles peuvent être découverte de façon fortuite au cours d’un examen d’imagerie ou lors de signes d’appel urinaire avec parfois une altération de la fonction rénale. L’imagerie est essentielle pour préciser le diagnostic de l’uropathie malformative, faire le bilan fonctionnel et la surveillance. L'approche et la prise en charge de ces malformations ont été récemment modifiées par les progrès du diagnostic anténatal et par le développement de nouvelles techniques d’imagerie chez l'enfant. L’échographie constitue le premier examen et elle est indispensable pour le diagnostic anténatal.
En savoir plus

123 En savoir plus

Etude du lymphome de Burkitt au service dhmatologie et doncologie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Etude du lymphome de Burkitt au service dhmatologie et doncologie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Nous proposons dans la présente étude d’effectuer un état des lieux de la prise en charge du LB chez l’enfant à Marrakech. Nous avons effectué une étude descriptive rétrospective sur 12 mois : du 1 er Juin 2014 au 31 Mai 2015 et prospective jusqu’au 31 Mai 2016, portant sur une série de 25 cas d’enfants hospitalisés au service d’hématologie et oncologie pédiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech, après l’adoption d’un nouveau protocole actualisé MAT V au Maroc. Les paramètres étudiés sont épidémiologiques, cliniques, paracliniques, thérapeutiques et évolutifs.
En savoir plus

103 En savoir plus

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

Nous disposons actuellement des résultats de trois études phase III qui ont évalués l’effet de la chimiothérapie (protocoles PCV) sur les oligodendrogliomes anaplasiques :l’étude du RTOG 9401 [182] a évalué l’efficacité de la radiothérapie seule comparée à 4 cycle de chimiothérapie suivis de radiothérapie chez des patients opérés pour un oligodendrogliome ou oligo astrocytome anaplasiques, l’étude du EORTC[183], qui a évalué l’efficacité de la radiothérapie seule comparée à la radiothérapie suivie de 6 cycles de chimiothérapie, chez des patients du même type et une étude rétrospective plus récente d’une série de 1000 oligodendrogliomes anaplasiques [93].Les résultats dans les 3 cas étaient similaires : la chimiothérapie administrée en adjuvant à la radiothérapie ou en néo-adjuvant augmente la survie sans progression mais pas la survie globale. Cependant, dans les 3 études, les taux de toxicité chimio-induite était assez élevées (environ 65% d’effets secondaires).
En savoir plus

143 En savoir plus

Prise en charge des atrsies des voies biliaires au service de chirurgie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des atrsies des voies biliaires au service de chirurgie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

La laparoscopie et la cholangiographie per laparoscopique ont aidé certains auteurs à différencier l’AVB de l’hépatite à cellules géantes, avec une précision de 96%. Ils suggèrent que la laparoscopie doit être considérée comme un moyen diagnostique pour confirmer l’AVB, car elle permet de visualiser le foie et la vésicule biliaire. Elle détermine aussi le type de cholangiographie à réaliser en se basant sur l’aspect de la vésicule biliaire. Ces deux examens permettent de poser précocement le diagnostic d’AVB, en deuxième étape après l’échographie abdominale. Cette technique ne demeure cependant pas dénuer de risque chez l’enfant en raison des complications liées à l’insufflation de CO2 (hypotension, bradycardie, acidose métabolique).
En savoir plus

171 En savoir plus

Cancers de la vulve Exprience du CHU Mohammed VI De MARRAKECH

Cancers de la vulve Exprience du CHU Mohammed VI De MARRAKECH

Les effets aigus de la radiothérapie sont marqués par une radiodermite suintante dont l’intensité est proportionnelle à la dose totale et au volume irradié, elle est constante avec un taux de toxicité de grades 1,2,3 et 4 de respectivement 26,7%, 73,3%, 0% et 0%(172). Les réactions sont plus fortes dans les plis en raison des frictions et aussi de (l’effet bolus) produit, particulièrement chez les obèses. Ces réactions s’estompent en 2 à 4 semaines, en laissant habituellement une épilation et une hyperpigmentation. Les patients irradiées après une intervention chirurgicale sont, de plus, exposées a un lâchage de suture, à une ulcération ou une nécrose dont la cicatrisation peut prendre plusieurs mois.
En savoir plus

206 En savoir plus

Les spondylarthropathies : exprience du service de rhumatologie du CHU Mohammed VI

Les spondylarthropathies : exprience du service de rhumatologie du CHU Mohammed VI

Plusieurs méthodes ont été proposées pour quantifier et apprécier les lésions inflammatoires du rachis mais seulement deux ont été retenues et elles sont toutes deux basées sur l’analyse de l’unité disco vertébrale sur des clichés du rachis entier [127,128]. Une unité disco vertébrale correspond à la région située entre deux lignes imaginaires tracées au milieu de deux vertèbres adjacentes [127]. La première méthode a été énoncée en 2003 par un groupe de Berlin, il s’agit du score ASspi MRI-a (Ankylosing Spondylitis spinal Magnetic Resonance Imaging activity) qui comporte à la fois un score d’activité qui quantifie l’oedème osseux (0 à 3) et les érosions (4 à 6) pour chaque vertèbre de C2 à S1, et le score de chronicité qui évalue la progression structurale de la maladie et l’apparition de lésions chroniques [124]. Plusieurs modifications ont été apportées au score ASspi MRI-a, la dernière ne prend pas en compte les érosions et les lésions postérieures du rachis [128]. Il semble être reproductible et sensible au changement chez les patients traités par anti-TNF-α [127,128]. La seconde méthode fut proposée en 2005 et simplifiée en 2007 par le consortium canadien SPARCC. Il s’agit du score SPARCC MRI qui évalue l’inflammation spinale du rachis au niveau des six unités disco vertébrales considérées comme les plus sévèrement atteintes [125,126]. Il semble être fiable et avoir une bonne reproductibilité inter lecteur. Cependant, il ne peut être utilisé pour le diagnostic des formes précoces de la maladie, mais il semblerait être satisfaisant pour l’évaluation de la réponse thérapeutique dans les études cliniques. [128]
En savoir plus

168 En savoir plus

Traitement hystroscopique des synchies utrines : exprience du service de gyncologie obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

Traitement hystroscopique des synchies utrines : exprience du service de gyncologie obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

Dans notre série les troubles de fertilité étaient le motif de consultation le plus fréquent avec un taux de 84,2% dont 46,9% des cas avaient une infertilité secondaire, ce qui rejoint les données de littérature. L’infertilité chez les patientes présentant des synéchies utérines semble être multifactorielle. Elle est liée, d’une part, à la présence d’un obstacle mécanique : l’occlusion des ostia tubaires, et / ou la sténose complète de la cavité utérine, ou du canal cervical, peut entraver la migration des spermatozoïdes et l’implantation de l’œuf [7]. D’autre part, l’altération de l’endomètre adjacent par défaut de réceptivité hormonale ainsi que sa dégradation vasculaire empêche le bon déroulement de l’implantation et de la placentation.
En savoir plus

137 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes