Haut PDF Fractures du corps caverneux : à propos de 56 cas

Fractures du corps caverneux : à propos de 56 cas

Fractures du corps caverneux : à propos de 56 cas

Patients et méthodes : Une enquête rétrospective menée au service d’urologie de l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech entre janvier 2000 et décembre 2007, a permit de recenser une série de 56 cas de patients admis pour rupture traumatique du corps caverneux. Résultats : La manipulation forcée semble le mécanisme le plus fréquemment rapporté par nos patients, derrière le retournement sur la verge en érection, et le traumatisme direct de la verge contre un élément dur et inerte. Il s’agit d’une pathologie de l’adulte jeune (âge moyen 33 ans) avec une large prédominance des jeunes célibataires. Le diagnostic est clinique grâce à une anamnèse et un examen physique bien conduit. La symptomatologie est presque stéréotypée : le craquement, la douleur, la détumescence, l’hématome et la courbure de la verge signent la rupture du corps caverneux. La survenue de troubles mictionnels et/ou d’urétrorragie évoque une lésion urétrale associée. Aucun examen paraclinique ne semble être indispensable. Tous nos patients ont été traités chirurgicalement, et l’évolution était favorable dans tous les cas.
En savoir plus

123 En savoir plus

Traitement chirurgical des fractures de l’olécrane ( A propos de 48 cas )

Traitement chirurgical des fractures de l’olécrane ( A propos de 48 cas )

58 e- Ostéosynthèse par matériel résorbable L’un des problèmes posé par l’ostéosynthèse d’une fracture est la permanence des implants. Si certains restent longtemps bien tolérés, d’autres doivent être retirés en raison des problèmes locaux mécaniques, inflammatoires ou liés à des modifications osseuses en rapport avec leur rigidité. Une des solutions les plus attrayantes pour l’ostéosynthèse des fractures consiste à utiliser des matériaux possédant des capacités biorésorbables pour permettre de transférer les contraintes du moyen d’ostéosynthèse vers l’os et éviter une deuxième intervention parfois inconfortable, toujours coûteuse. Les fractures de l’olécrâne sont parmi les types de fractures qui peuvent bénéficier de ce type d’ostéosynthèse (51, 52, 53, 54). On juge qu’un matériau est biorésorbable lorsqu’il est susceptible d’être totalement dégradé et éliminé sous forme simple après implantation dans l’organisme (55). Les principaux matériaux biorésorbables étudiés à ce jour sont les composés macromoléculaires dérivés de l'acide Polyglycolique (PGA); ce sont les fils de suture : le Polyglactine 910 (Vicryl) et le Polydioxanone (PDS) dont la décroissance de la résistance est très précoce avec le Vicryl (50% à 3 semaines) et moins avec le PDS (50% à 8 semaines) (51, 56) et les acides polylactiques (PLA).
En savoir plus

104 En savoir plus

Place de l’embrochage fasciculé selon Hackethal dans le traitement des fractures de l’humérus à propos de 40 cas

Place de l’embrochage fasciculé selon Hackethal dans le traitement des fractures de l’humérus à propos de 40 cas

I- GENERALITES L’humérus, os du bras, présente un certain nombre de particularités. C’est un os long, unique, interposé entre deux articulations très mobiles et présente un corps et deux extrémités. La diaphyse humérale s’identifie au corps de l’os. Le jeu mécanique lui impose une orientation telle que son extrémité inférieure est située dans un plan frontal, alors que l’extrémité supérieure est orientée selon le plan sagittal. Il en résulte une torsion des travées corticales diaphysaires, qui correspondent à la partie la plus rétrécie de l’os, d’où la présence d’une gouttière radiale. Cette torsion fait que l’humérus est un os particulièrement vulnérable, et le prédispose aux fractures spiroïdes, en particulier chez la femme.
En savoir plus

117 En savoir plus

Les fractures pathologiques chez lenfant : tude rtrospective  propos de 30 cas

Les fractures pathologiques chez lenfant : tude rtrospective propos de 30 cas

Nous avons rapporté un seul cas d’ostéome ostéoïde compliqué de fracture spiroïde de la diaphyse au niveau du tibia chez un garçon de 12 ans. e. Le fibrome non ossifiant : Le fibrome non ossifiant est une tumeur osseuse bénigne appartenant aux tumeurs du tissu conjonctif. C’est une lésion osseuse assez fréquente dans la population pédiatrique mais qui reste rarement symptomatique [56]. L’aspect à la radiographie standard est celui d’une lésion métaphysaire lytique, bien définie, lobulée et excentrée [6]. Le diagnostic est le plus souvent posé vers 10 à 15 ans à l’occasion de complications [57]. Les fractures sur fibromes non ossifiants concernent le plus souvent les fibromes non ossifiants volumineux, lorsque la tumeur dépasse 3- 4 cm de longueur et surtout lorsqu’elle occupe plus que 50% de la largeur osseuse [8]. Ces fractures surviennent dans 45% des cas au niveau du fémur et du tibia [58 , 59]. Le potentiel de consolidation de ces fractures est excellent [60]. La lésion persiste après la consolidation, mais le risque de fracture itérative, bien que présent est faible [1 , 60]. Ces lésions disparaissent généralement après la fin de la croissance [56].
En savoir plus

115 En savoir plus

Les fractures de l’épitrochlée chez l’enfant ( A propos de 40 cas )

Les fractures de l’épitrochlée chez l’enfant ( A propos de 40 cas )

• L’épicondyle médial est situé au dessus et en dedans de la trochlée, à l’extrémité INF du bord INT du corps de l’os. Il est très saillant, aplati d’avant en arrière, la face ANT rugueuse, et le sommet de ce processus donnent insertion aux muscles épicondyliens médiaux. Ces muscles sont incriminés dans l’arrachement et le déplacement de l’épitrochlée en croissance chez l’enfant par mécanisme indirect par valgus forcé à la suite d’une chute sur la main avec le coude en extension. Elles s’insèrent par un tendon commun dont la partie superficielle est formée, de dehors en dedans et de haut en bas, par les muscles : rond pronateur, fléchisseur radial du carpe, long palmaire et extenseur ulnaire du carpe. La partie profonde du tendon appartient au muscle fléchisseur superficiel des doigts.
En savoir plus

98 En savoir plus

Fractures de la palette humérale traitées par arthroplasties de coude type Coonrad Morrey® : à propos de 12 cas

Fractures de la palette humérale traitées par arthroplasties de coude type Coonrad Morrey® : à propos de 12 cas

Proust et al 45 en 2007, ont opéré 34 patients (36 fractures) d’âge moyen 78 ans par ostéosynthèse pour le traitement de fractures de type C de l’AO. A 35 mois de recul moyen, seul 58% des patients présentaient un résultat satisfaisant. L’arc de mobilité moyen en flexion-extension s’étendait de 38° à 116°. Le taux de complications était de 56%, avec 9 cas de pseudarthroses et 4 défaillances de matériel. Dans notre série, 6 patients ont été opérés dans un contexte de fracture récente type C de l’AO, et revus en consultation. Leur âge moyen était de 76,5 ans. Le recul moyen était de 57 mois. Leur arc de flexion-extension s’étendait de 18° à 131°. 4 patients présentaient un MEPS jugé excellent (93 points). Deux complications sont à déplorer. Il s’agit d’un hématome n’ayant pas nécessité de geste pour un patient, et d’une fracture descellement de la pièce ulnaire humérale reprise chirurgicalement par changement de la pièce humérale. Par la suite, la pièce ulnaire se descellera. Face à une population comparable à la nôtre, cette série d’ostéosynthèse semble présenter des résultats cliniques inférieurs aux nôtres. Les complications semblent également plus fréquentes mais leurs prises en charge ne sont pas comparables.
En savoir plus

59 En savoir plus

Intrt de la voie dabord mdiale dans les fractures de la diaphyse humrale (tude rtrospective  propos de 15 cas)

Intrt de la voie dabord mdiale dans les fractures de la diaphyse humrale (tude rtrospective propos de 15 cas)

5. Les accidents de la voie publique occupent la première place dans notre série avec 9 cas, soit 60%. Suivie des chutes et des agressions. Ceci serait la conséquence de l’étroitesse et le mauvais état de nos voies routières, l’insuffisance des panneaux de signalisation, l’augmentation excessive et l’utilisation courante des engins à deux roues et surtout le non respect du code de la route. Ce résultat est supérieur à celui de SHUN LU et al [9] et de C LAPORTE et al [22] qui ont respectivement trouvés 56,25% et 53.3%. Cette différence s’expliquerait par la multiplication non contrôlée des engins à deux roues ces dernières années et l’augmentation du parc automobile dans nos villes.
En savoir plus

133 En savoir plus

Intérêt de l’orthofix dans le traitement des fractures du quart proximal du tibia : A propos de 20 cas

Intérêt de l’orthofix dans le traitement des fractures du quart proximal du tibia : A propos de 20 cas

Laurent Galois (38) a utilisé, dans sa série de 20 cas de fractures du quart proximal du tibia, le fixateur externe hybride Orhofix. Les résultats fonctionnels ainsi que anatomiques ont été globalement bons. Le fixateur axial dynamique a été largement utilisé par De Bastiani et coll (66), dans les fractures de jambe, mais une étude spécifique des lésions tibiales proximales n’a pas été faite. La dynamisation du foyer en modifiant le fixateur induit des forces axiales favorables à la consolidation osseuse et protège aussi les fiches de contraintes excessives (67, 68). Cependant cette manœuvre n’est pas indemne de critiques : glissement incomplet du corps du fixateur et instabilité en torsion (69). Par ailleurs, ce type de fixateur a l’avantage de gêner au minimum la réalisation de lambeaux.
En savoir plus

129 En savoir plus

Évaluation à moyen et long terme des fractures du tibia distal pédiatriques‎ : à propos de 46 cas

Évaluation à moyen et long terme des fractures du tibia distal pédiatriques‎ : à propos de 46 cas

23 III) RESULTATS Au total, 46 patients furent inclus, vingt-quatre garçons (52,2 %) pour vingt-deux filles (47,8%), aucun ne présentait d’antécédent médico-chirurgical. La répartition de la latéralité de la fracture était égale à vingt-trois cas chacun. L’âge moyen lors du traumatisme était de 12,8 ans (2,4 à 15,9 ans). Le recul moyen était de 35,8 mois (12 à 119 mois). Onze enfants étaient en surpoids (23,9%) et cinq étaient obèses (10,9%), et les trente enfants restants étaient en situation normale (65,2%). Vingt fractures (43,5%) furent causées par des traumatismes à haute énergie (12 accidents de la voie publique impliquant un véhicule à moteur et huit chutes d’un lieu en hauteur) et vingt-six fractures (56,5%) causées par traumatismes à basse énergie (12 chutes de sa hauteur et 14 lors de la pratique sportive).
En savoir plus

37 En savoir plus

Hernie discale cervicale ( A propos de 56 cas )

Hernie discale cervicale ( A propos de 56 cas )

87 repérage qui se fait sur les coupes sagittales que pour une bonne homogénéité de la moelle cervicale. L’immobilité du patient est primordiale durant toute la période d’acquisition (78). Les images sont obtenues grâce à un champ magnétique produit par un aimant, dans lequel passe des ondes de radiofréquence qui vont faire « résonner » les atomes d’hydrogène, principal constituant d’eau (H2O) ; l’eau étant un élément présent en +/- grande quantité dans l’ensemble des tissus du corps humain (environ 80% du poids du corps). Les signaux recueillis par l’appareil en provenance des protons d’eau du corps humain vont être analysés par informatique afin de reconstruire une image en coupes qui peut être orientée d’emblée dans n’importe quel plan de l’espace choisi à l’avance.
En savoir plus

151 En savoir plus

Fractures de la diaphyse humérale traitées par l'enclouage centromédullaire verrouillé : à propos de 25 cas

Fractures de la diaphyse humérale traitées par l'enclouage centromédullaire verrouillé : à propos de 25 cas

I- RAPPEL ANATOMIQUE : L’humérus forme le squelette du bras. C’est l’os le plus long et le plus gros du membre supérieur. Le corps de cet os est globalement cylindrique en haut et prend progressivement une forme triangulaire et aplatie en bas. Il s’articule par son extrémité distale avec l’extrémité supérieure des deux os de l’avant bras par son extrémité proximale avec et la glène de l’omoplate ainsi le verrouillage proximale comporte des risques pour cette articulation glénohumérale . La longueur excessive d’une vis frontale intra céphalique la rend intra articulaire, agressive pour le cartilage glénoïdien et à l’origine de douleurs sequellaires et devrait rester strictement intra céphalique.
En savoir plus

104 En savoir plus

L’embrochage centromédullaire élastique stable des fractures diaphysaires du fémur chez l’enfant ( A propos de 100 cas )

L’embrochage centromédullaire élastique stable des fractures diaphysaires du fémur chez l’enfant ( A propos de 100 cas )

Page 10 A-PARTICULARITES DES FRACTURES CHEZ L'ENFANT 1-Aspects anatomiques de l'os de l'enfant: L'os infantile est relativement peu minéralisé. Il est hydraté et plus poreux que l'os adulte(8). La fréquence particulière des fractures chez l'enfant s'explique par ce caractère poreux de l'os jeune. Le cortex est aréolaire et peut facilement être brisé parce que les canaux de havers occupent une très grande partie de l'os. Un os compact d'adulte se rompt uniquement lorsqu'il est mis en tension, tandis que la nature d'un os d'enfant y détermine des fractures par compression. En revanche, l'élasticité et la plasticité de l'os cortical sont supérieures chez l'enfant.
En savoir plus

112 En savoir plus

Étude rétrospective comparative des plaques verrouillables et non verrouillables dans les fractures de la malléole latérale‎ : à propos de 106 cas

Étude rétrospective comparative des plaques verrouillables et non verrouillables dans les fractures de la malléole latérale‎ : à propos de 106 cas

15 I. INTRODUCTION : La fracture de cheville est une pathologie fréquente en traumatologie. Son incidence est de 122 à 184/100000 personnes/an (1–3) dont 25% des cas chez des patients de plus de 65 ans (4), classant cette fracture en troisième position en terme d’incidence chez le sujet âgé (3,5). L’ostéosynthèse est le traitement de choix des fractures de malléoles latérales déplacées (6). La technique chirurgicale la plus utilisée est la réduction puis fixation de la malléole latérale par plaque (7). L’avènement des plaques verrouillables a constitué une avancée majeure dans la prise en charge des fractures des os longs (8–11). Cette technologie consiste en un montage offrant une stabilité angulaire grâce au verrouillage de la tête de vis au sein de la plaque (12,13), en particulier au niveau des zones métaphysaire et épiphysaire. Ce système procure une meilleure stabilité angulaire et axiale, indépendante de la densité minérale osseuse (12), changeant ainsi les habitudes chirurgicales en particulier, en cas d’instabilité, de comminution, d’ostéoporose ou d’impossibilité de fixation bicorticale au niveau du foyer de fracture (13).
En savoir plus

41 En savoir plus

Incidence des déplacements secondaires après ostéosynthèse des fractures de l'humérus proximal : étude rétrospective à propos de 185 cas

Incidence des déplacements secondaires après ostéosynthèse des fractures de l'humérus proximal : étude rétrospective à propos de 185 cas

Pathogénie des fractures de l’humérus proximal Les fractures de l’extrémité proximale de l’humérus concernent toutes les fractures se situant au-dessus de l’insertion du bord supérieur du muscle grand pectoral. La notion de « fragments » ,initialement utilisée par Codman, Neer puis Hertel pour décrire leurs classifications(1) , vient des trois noyaux d’ossification de l’humérus proximal : un pour la tête, un pour le tubercule majeur et un pour le tubercule mineur (Figure 1). Les jonctions entre ces noyaux, ainsi que celle avec la diaphyse (col chirurgical), constituent des zones de faiblesse et représentent les zones préférentielles de survenue des fractures. Ceci permet d’expliquer les différents types de fractures rencontrés, des plus simples aux plus complexes : fracture isolée d’une des tubérosités, fracture du col chirurgical, fracture céphalo-tubérositaire à 3 fragments (CT3) et fracture céphalo-tubérositaire à 4 fragments (CT4).
En savoir plus

41 En savoir plus

Fractures de la rotule opérées Selon le procédé du hauban pré-rotulien simple antérieur : à propos de 50 cas

Fractures de la rotule opérées Selon le procédé du hauban pré-rotulien simple antérieur : à propos de 50 cas

c. Encastrement de la pointe : Utilisée en cas de fracture du tiers inférieur de la rotule, le fragment inférieur et régularisé et sa tranche cartilagineuse est abrasée au bistouri, le fragment supérieur est aussi régularisé. On prépare une logette dans ce fragment à la curette pour recevoir le tendon inférieur, trois anses de crin sont passées à la riverdin à travers les insertions du tendon rotulien autour du fragment inférieur. Leurs chefs sont ensuite passés à l’intérieur de la rotule et ressortent par trois séries de deux trous verticaux forcés dans le plafond de la logette. Les fils ainsi sont noués au bord supérieur de la rotule, un davier maintient le tendon encastré dans la mortaise [57].
En savoir plus

93 En savoir plus

Prise en charge des fractures de l'anneau pelvien‎ : état des lieux, à propos d'une série de 34 cas

Prise en charge des fractures de l'anneau pelvien‎ : état des lieux, à propos d'une série de 34 cas

Pour Tonetti [18], le traitement fonctionnel peut être proposé pour les lésions B1 et B2 sauf si l’instabilité postérieure est majeure. Burgess et al [19] ainsi que Tile [20] à propos de 494 patients, ont confirmé l’intérêt du traitement fonctionnel, étendant même les indications aux fractures B3, mais excluant les lésions spécifiques en ‘open book’ très déplacées. Höch et al [21], dans une revue de la littérature et dans une étude rétrospective de 71 fractures B2 suivi sur 1 an, ne retrouvaient pas de différence entre une prise en charge chirurgicale et une prise en charge fonctionnelle sur la qualité de vie et les douleurs. De plus, les complications du groupe traité chirurgicalement s’avéraient plus importantes. Hagen et al [22], dans une étude rétrospective de 123 fractures B1 ou B2 peu déplacées et traitées fonctionnellement ou de types B1 et B2 déplacées de plus de 10 mm et opérées, ne retrouvaient pas de différence entre les deux groupes en termes de douleurs et d’utilisation de morphiniques. Nous n’avons opéré qu’une seule fracture B2 très déplacée pour une patiente jeune susceptible de présenter ultérieurement une dystocie. Cette indication correspondait à celle de Höch [21]. Enfin, pour Tonetti [18], lorsqu’une indication chirurgicale est posée pour les fractures B1 et B2, la prise en charge chirurgicale de la lésion antérieure corrige la lésion postérieure.
En savoir plus

43 En savoir plus

Fractures mandibulaires pdiatriques : Etude rtrospective  propos de 50 cas durant lanne 2016 - 2017

Fractures mandibulaires pdiatriques : Etude rtrospective propos de 50 cas durant lanne 2016 - 2017

Fractures intra-articulaires.
 Comportent deux formes : ─ Fractures condyliennes hautes. Sous l’action des fibres musculaires du ptérygoïdien médial, la tête du condyle bascule en avant et en dedans. Il en résulte une diminution unilatérale de la dimension verticale se traduisant cliniquement par une prématurité des contacts occlusaux du côté fracturé. La cinétique mandibulaire est contrariée en amplitude dans les mouvements d’ouverture et de diduction. La pointe du menton est déviée du côté homolatéral. Les fractures bilatérales ne sont pas rares en cas de choc sur le menton ; on observe alors un recul mandibulaire associé à une béance antérieure. Rappelons que dans ce type de traumatisme, les condyles jouent le rôle de rupteur en cédant sous le choc afin de protéger les cavités glénoïdes et la base du crâne. (54)
En savoir plus

174 En savoir plus

Fractures supracondyliennes de l’humérus chez l’enfant : à propos de 60 cas au service d’orthopédie traumatologie pédiatrique au CHU de Marrakech

Fractures supracondyliennes de l’humérus chez l’enfant : à propos de 60 cas au service d’orthopédie traumatologie pédiatrique au CHU de Marrakech

Pour Flynn et al. [11], Cette complication peut être évitée, si le chirurgien palpe bien l’épicondyle médial et introduit la pointe de la broche antérieurement au trajet du nerf ulnaire. Ainsi, ils n’ont eu qu’une seule atteinte du nerf ulnaire sur 72 cas. O’Hara et al. [78], réalisent une petite incision médiale, afin d’identifier et d’isoler le nerf

126 En savoir plus

Embrochage centromédullaire élastique stable dans les fractures du fémur chez l’enfant à propos de 60 cas au service d’orthopédie traumatologie pédiatrique au CHU de Marrakech

Embrochage centromédullaire élastique stable dans les fractures du fémur chez l’enfant à propos de 60 cas au service d’orthopédie traumatologie pédiatrique au CHU de Marrakech

d. Problèmes des broches d.1. Saillie de la broche : Dans la plupart des séries (tableau XV), la complication la plus commune après l’utilisation de l’ECMES est l’extériorisation des broches observée dans les montages ascendants [83], avec l'irritation de peau et parfois l’infection (figure 33). Cette complication survient surtout après embrochage des fractures instables spiroïdes, obliques longues et comminutives, en raison de la possibilité de télescopage du foyer de fracture, autorisé par l’absence de verrouillage des broches qui reculent au niveau de leur orifice d’insertion osseux [58].
En savoir plus

151 En savoir plus

Corps de femmes, corps dociles : le cas Magdalen Laundries

Corps de femmes, corps dociles : le cas Magdalen Laundries

La vie au sein de l’institution était fort semblable au quotidien d’un couvent, les journées étant ponctuées de prières et autres services religieux. Les pension- naires devaient clairement exprimer une volonté de pénitence et de changement moral. De plus, l’établissement avait une vocation de conversion affichée. Il était indispensable de convertir au catholicisme toutes les femmes impies. Afin de par- venir à ce résultat, et sur le modèle de ce qui se faisait déjà en Hollande, Alle- magne et Angleterre, les pensionnaires devaient associer la religion au travail. Le travail forcé devait inculquer une forme de discipline à des individus qui n’en avaient jamais connue. Il est évident que ce que les femmes choisies purent consi- dérer comme une chance n’était ni plus ni moins qu’un moyen, pour les autorités, de se décharger des cas les plus difficiles. C’est précisément la démarche qui sera adoptée par les Magdalen Asylums irlandais.
En savoir plus

16 En savoir plus

Show all 10000 documents...