Haut PDF Facteurs de risque des infections urinaires nosocomiales : étude prospective randomisée

Facteurs de risque des infections urinaires nosocomiales : étude prospective randomisée

Facteurs de risque des infections urinaires nosocomiales : étude prospective randomisée

c- Production d’un biofilm Qu’elles soient d’acquisition endoluminale ou extraluminale, les bactéries qui colonisent le cathéter croissent sous forme de microcolonies enchâssées dans un biofilm qui les protège. La formation du biofilm se produit selon une séquence bien établie : les bactéries adhèrent à la surface du corps étranger, s’y multiplient, et secrètent du “ slime ” ou “ glycocalyx”, une matrice polysaccharidique extra-cellulaire. Les sels urinaires et les protéines urinaires de l’hôte -telle la protéine de Tamm-Horsfall- s’incorporent dans cette matrice, formant des incrustations à la surface de la sonde pouvant se développer dans un délai aussi bref que 8 jours. Le biofilm favorise à son tour l’adhésion des microorganismes aux corps étrangers, et constitue un sanctuaire les protégeant des mécanismes de défense de l’hôte et des agents antimicrobiens. Le biofilm peut se développer à la fois en intraluminal et en extraluminal, avec une progression le plus souvent rétrograde. Au final, deux types de populations bactériennes sont observés dans l’arbre urinaire : d’une part, des bactéries dites “ planctoniques ”, en suspension dans les urines, métaboliquement actives et restant sensibles à l'action des antibiotiques, et d’autre part des bactéries quiescentes profondément enchâssées dans le biofilm et insensibles aux traitements. (27)
En savoir plus

124 En savoir plus

Facteurs de risque des infections urinaires nosocomiales : etude prospective randomisée

Facteurs de risque des infections urinaires nosocomiales : etude prospective randomisée

  R R é é s s u u m m é é   Les infections urinaires nosocomiales (IUN) sont au premier rang des infections nosocomiales. Elles sont responsables d’une morbidité importante et de stress émotionnel chez les patients hospitalisés et représentent une charge économique considérable pour les établissements hospitaliers. En chirurgie urologique, les anomalies du tractus urinaire et le recours aux manœuvres urologiques invasives font que le risque d’IUN est élevé. Dans le but de déterminer les particularités épidémiologiques des IUN, leurs facteurs de risque et élaborer une stratégie préventive vis-à-vis de ces infections, nous avons mené une étude type cas-témoins prospective au niveau du service d’urologie de l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech pour une durée de six mois entre le 10 septembre 2010 et le 28 février 2011. Durant cette période, on a suivi 100 patients et 32 cas d’IUN ont été comparés à 68 patients n’ayant pas présenté une IUN. Le taux d’incidence des IUN dans le service était de 32%. Sur les 100 patients étudiés, 76% sont de sexe masculin, l’âge moyen de nos patients était de 56,2 ans ± [9,76], dans le groupe des cas il était de 59,5 ans ± [5,22]. La flore urinaire nosocomiale est représentée par 90,63% de BGN (75% d’entérobactéries, 15,63% de pseudomonas), 6,25% de Cocci gram positif et 3,13% de levures. Les entérobactéries sont dominées par l’Escherichia coli (37,93%). L’étude du profil de résistance des bactéries isolées dans notre enquête a montré qu’elles étaient dotées pour la plupart d’entre elles d’une haute résistance vis-à-vis des antibiotiques usuels, d’où la nécessité d’autres études centrées sur le suivi de l’écologie bactérienne et le profil évolutif de la résistance bactérienne. Par ailleurs, grâce à une analyse statistique univariée, des facteurs de risque d’IUN ont été individualisés et leur responsabilité démontrée dans l’émergence d’IUN dans cette unité. Ils sont représentés par les paramètres suivants : le sondage urinaire (p = 0,0006), la durée de sondage (p = 0,0005) et l’antécédent d’une infection urinaire au cours des 12 derniers mois (p = 0,010). L’IUN est donc une complication commune d’hospitalisation mais potentiellement évitable. La prévention parallèlement au développement de nouveaux matériaux et techniques de sondage urinaire, repose essentiellement sur le respect des mesures simples d’hygiène et la limitation de la durée du sondage. De ce fait, la prévention doit concerner tous les acteurs de la santé depuis l’admission du patient jusqu'à sa sortie.
En savoir plus

164 En savoir plus

Étude prospective sur la prise en charge des infections urinaires à entérobactéries productrices de bêta-lactamases à spectre élargi par les médecins généralistes libéraux

Étude prospective sur la prise en charge des infections urinaires à entérobactéries productrices de bêta-lactamases à spectre élargi par les médecins généralistes libéraux

1. LES PRISES EN CHARGE CONFRONTEES AUX DONNEES MICROBIOLOGIQUES Nous avons recueilli 163 ECBU avec une EβLSE dans le Finistère. La répartition des cas selon le canton d’exercice des médecins montre des disparités géographiques. Le nombre plus important d’EβLSE sur Brest et Quimper peut s’expliquer par une plus forte densité de population. En dehors de ces deux agglomérations, le nombre de cas semble plus élevé dans les cantons de Lannilis et Pont-Croix sans que nous puissions conclure à une différence significative avec les autres cantons. Une étude complémentaire serait souhaitable pour confirmer cette tendance et envisager l’hypothèse de facteurs de risque environnementaux. A l’est du Finistère, un nombre moins important de cas est relevé. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce phénomène : l’absence de données d’un LABM de Morlaix, une plus faible densité médicale dans ces territoires ainsi qu’un possible recours au système de soins des départements limitrophes.
En savoir plus

62 En savoir plus

Profil bactériologique des infections nosocomiales chez le grand brulé : Etude prospective dans la réanimation du centre national des brûlés au CHU Ibn Rochd à Casablanca

Profil bactériologique des infections nosocomiales chez le grand brulé : Etude prospective dans la réanimation du centre national des brûlés au CHU Ibn Rochd à Casablanca

Résumé L’infection nosocomiale bactérienne étant l’une des principales causes de morbidité et de mortalité chez le brûlé, nous avons réalisé une étude prospective portant sur 45 patients hospitalisés au sein du service de réanimation des brûlés de l’Hôpital IBN-ROCHD de Casablanca, sur une période de 6 mois, du premier janvier 2010 au 30 juin 2010. Les critères d’infection nosocomiale étaient ceux du Center for Disease Control d’Atlanta de 1988. Les taux d’incidence ont été calculés. L’écologie bactérienne du service a été décrite comme aussi l’antibiotype. La population était majoritairement masculine (14 femmes et 31 hommes). Leur moyenne d’âge était de 39 ans, Il ressort de cette étude la survenue de 17 infections nosocomiales chez 45 patients. L’incidence cumulative était de 103 infections pour 1000 jours de traitement. Pour ce qui est des caractéristiques des infections bactériennes, les sites infectés étaient la peau (69%), le sang (18%), les voies urinaires (12%) et les poumons (1%). Les principaux germes étaient: Staphylococcus sp. (37,7%), Pseudomonas aeruginosa (19,8%), Enterococcus faecalis et Proteus mirabilis (18,5%). Les staphylocoques étaient méticillo-résistants dans 22% des cas. Le Pseudomonas et l’Acinetobacter étaient multi résistants (66%). L’établissement de l'écologie bactérienne du service, nous a permis de fixer les bonnes règles de prescription de l'antibiothérapie, qui était en fonction du site infecté, du type de germe, de sa sensibilité, de la molécule utilisée et de la pharmacocinétique particulière chez le patient brûlé. Les deux principaux germes étant le staphylocoque et le pyocyanique, les antibiotiques utilisés dans le service seront alors les béta-lactamines, les glycopeptides, les fluoroquinolones et les aminosides. Enfin, pour enrayer le risque épidémique que représente l'émergence de germes résistants il est nécessaire d'associer la bonne pratique de l'antibiothérapie aux mesures de prévention.
En savoir plus

139 En savoir plus

Caractérisation des infections nosocomiales et acquises dans la communauté dans certains hôpitaux en Colombie

Caractérisation des infections nosocomiales et acquises dans la communauté dans certains hôpitaux en Colombie

Selon des données issues de « l’enquête internationale 2011 des Commonwealth Fund’s » menée auprès des adultes les plus malades dans onze pays à revenu élevé (Australie, Canada, France, Allemagne, Pays- Bas, Nouvelle-Zélande, Norvège, Suède, Suisse, Royaume-Uni et États-Unis), la prévalence des patients infectés est de 9 %. Le sexe féminin, la présence de deux ou plus problèmes de santé et d’une intervention chirurgicale au cours des deux dernières années sont des facteurs favorisants significatifs pour les IASS [5] . Entre 1992 et 1997, aux États-Unis, l’analyse des données du Système national de surveillance des IASS, dans 112 USI et 97 hôpitaux, a repéré 14 177 IASS pour 181 993 patients, soit 7,8 infections par 100 patients. Selon cette analyse, la plupart des bactériémies (87 %) sont liés aux cathéters ; la plupart des pneumonies nosocomiales (86 %) sont survenues chez des patients sous ventilation mécanique et la grande majorité des infections des voies urinaires nosocomiales (95 %) sont survenues chez des patients cathétérisés [23]. En 1992, une étude menée dans 1417 USI de 17 pays d'Europe occidentale, a rapporté que près de la moitié des patients (44,8 %) ont eu une ou plusieurs infections. Des infections d'origine communautaire ont été documentées chez 13,7 % des patients, des infections nosocomiales chez 9,7 % des patients ainsi que des infections contractées en USI chez 20,6 % des patients; les facteurs de risque associés à l'infection sont le cathétérisme pulmonaire, l’accès veineux central, la prophylaxie des ulcères de stress, le cathétérisme urinaire, la ventilation mécanique, le traumatisme à l'admission et la durée du séjour [20].
En savoir plus

141 En savoir plus

Les infections urinaires chez le nourrisson et l’enfant

Les infections urinaires chez le nourrisson et l’enfant

A travers les résultats de l’étude rétrospective que nous avons menu on déduit que chez garçon comme chez les filles les infections urinaires sont un phénomène anormal qui touche la santé publique. Notre travail a mené une étude descriptive transversale sur 50 sujets et nous a permis de mettre en évidence 19% cas positifs. De ce fait, le manque de données sur des études locales, régionales et nationales concernant la prévalence des infections urinaires chez le nourrisson et l’enfant rend à cette étude toute son originalité.
En savoir plus

76 En savoir plus

Anesthésie locale pour les biopsies prostatiques échoguidées : étude prospective randomisée comparant deux méthodes

Anesthésie locale pour les biopsies prostatiques échoguidées : étude prospective randomisée comparant deux méthodes

L’innocuité, la morbidité et les complications de la BP transrectale échoguidée ont été évaluées chez 336 patients dans une étude prospective par Ecke et al. Les complications immédiates telles que le saignement, la douleur, l’hypersudation ou le choc vagal n’ont été notées chez aucun patient. Les complications majeures ont été observées chez 2 cas, un patient a présenté une rétention d’urine et l’autre s’est plaint de fièvre importante. Les complications mineures ont été dominées par l’hématurie chez 22 cas suivie de la douleur en urinant chez 20 cas et la fièvre chez 6 patients. Il n’y a pas eu de différence statistiquement significative entre l’hématurie et l’utilisation de l’aspirine et ou de thrombolytique et entre la positivité de la microbiologie des urines et la fièvre. Les auteurs ont conclu que la BP transrectale échoguidée est une procédure anodine avec quelques complications majeures et mineures et que l’ATCD de prise d’aspirine et ou de thrombolytique ne constitue pas un facteur de risque de survenue d’hématurie et la positivité de la microbiologie des urines avant la BP ne constitue pas un facteur de risque d’un taux élevé d’infection (69).
En savoir plus

149 En savoir plus

Les admissions hospitalières pour les infections urinaires: tendances temporelles, fardeau économique et facteurs prédicateurs de mauvaise évolution des patients

Les admissions hospitalières pour les infections urinaires: tendances temporelles, fardeau économique et facteurs prédicateurs de mauvaise évolution des patients

• Revenu estimé. Plusieurs études populationnelles utilisent les indices de comorbidité développées par Charlson et al.(97) pour explorer des résultats tel que la mortalité, la longueur du séjour hospitalier ainsi que les coûts de l'hospitalisation.(98-102) Étant donné les limitations de ces indices, la présente étude a utilisé la méthodologie développée par Elixhauser et al. puisqu'il s'agit d'une approche plus appropriée pour la population de l'étude et particulièrement adapté à la base de donnée du NIS.(103) Les assureurs ont été catégorisés en quatre catégories: Medicare, Medicaid, assurance privée, et autre (qui inclut les patients non-assurés). Le revenu moyen a été catégorisé en six groupes de revenu annuel estimés selon le code postal. Dans la base de données du NIS, le revenu médian associé au code postal est fourni.
En savoir plus

79 En savoir plus

Étude des facteurs de risque hémorragique chez les patients traités par anticoagulants oraux directs : une étude prospective nationale en médecine générale

Étude des facteurs de risque hémorragique chez les patients traités par anticoagulants oraux directs : une étude prospective nationale en médecine générale

La FANV est le trouble du rythme le plus fréquent chez le sujet âgé. Elle peut survenir à tout âge et sa prévalence double tous les dix ans à partir de l’âge de 50 ans (10,11). Son incidence croît au fur et à mesure des années au sein de la population générale avec une augmentation de près de 30% entre 2010 et 2016 (12) du fait d’un vieillissement de la population et d’une meilleure prise en charge de la maladie coronarienne. On estime que la FANV affecte en France entre 600 000 et 1 000 000 de patients, les deux tiers ayant plus de 75 ans. Elle expose à un risque emboligène non négligeable : 5% des patients suivis pour une FA seront pris en charge pour un AVC tous les ans et 1/6 ème des AVC diagnostiqués par an est imputable à une FA.
En savoir plus

46 En savoir plus

Les infections urinaires chez la femme‎ : conseils à l'Officine

Les infections urinaires chez la femme‎ : conseils à l'Officine

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

137 En savoir plus

Isolement et caractérisation des staphylocoques responsables des infections urinaires

Isolement et caractérisation des staphylocoques responsables des infections urinaires

Les facteurs de virulence identifiés sont nombreux chez les staphylocoques. Ils sont codés par des gènes localisés sur le chromosome ou sur les éléments génétiques mobiles (Fomba, 2006). Ces facteurs codent pour des protéines de surface ou des exoproteines et permettent à la bactérie de combattre le système immunitaire, d’adhérer aux cellules, de se disséminer dans le corps mais aussi d’utiliser les nutriments et l’énergie disponible (Chevalier, 2009). Les staphylocoques ont aussi des facultés d’adhésion aux structures inertes (corps étrangers, prothèses) et de production d’un biofilm qui est le principal facteur de virulence de ces bactéries (Burin Des Rozier, 2002)
En savoir plus

53 En savoir plus

Prévalence des infections urinaires chez une cohorte de patients

Prévalence des infections urinaires chez une cohorte de patients

Résumé Les infections urinaires peuvent constituer un problème de santé publique de part leur fréquence et quelque fois de part leur gravité. L’IU est une pathologie courante dont le premier pathogène en cause est E. coli. L’augmentation des résistances bactériennes aux antibiotiques est un phénomène préoccupant, connu depuis longtemps dans le milieu hospitalier et qui concerne les bactéries communautaires depuis quelques années. L’objectif de cette étude est de faire le point sur l’état actuel de la résistance aux antibiotiques chez E. coli uropathogènes dans le centre hôpital Mohamed Boudiaf Bouira. Les patientes de sexe féminin étaient plus touchées avec un sex-ratio F/H de 1,14. Les principaux germes isolés étaient E. coli (64,10%), Klebsiella sp. (15,38%), P. mirabilis (5,13%). Les IU aux Cocci à Gram positif sont moins rares, comme Streptococcus qui présente une fréquence de 12,83% et Staphylocoques à coagulase négatif avec le plus faible pourcentage de 2,56% . Ces résultats suggèrent la nécessité de la gestion de la prescription des antibiotiques, tout en adaptant l’antibiothérapie à l’antibiogramme au patient et à son environnement.
En savoir plus

78 En savoir plus

Les infections urinaires et la multi-résistance bactérienne.

Les infections urinaires et la multi-résistance bactérienne.

Mots clés: Infection urinaire, Multi-résistance, Antibiotique, Souche bactérienne, Prévention. Abstract Since years, urinary tract infection has been the most common bacterial infection and caused a heavy burden on health system resources, as it can affect several organs of the urinary system (bladder, kidney, urethra and prostate). The aim of our study is devoted to definition of the main multi-resistant bacteria responsible for urinary tract infection, to understand the genetic acquisition modes of resistance and finally to identify the control measures against the spread and emergence of resistant strains. Among prevention strategies, optimal use of antibiotics is the cornerstone of reducing antibiotic resistance. The fight against infections and preventive measures also help to limit the spread of resistant bacterial strains. Key words: Urinary tract infection, Multi-résistance, Antibiotic, Bacterial strain, Prevention.
En savoir plus

66 En savoir plus

Les « pneumonies urinaires » : études des infections urinaires hautes avec manifestation respiratoire fébrile

Les « pneumonies urinaires » : études des infections urinaires hautes avec manifestation respiratoire fébrile

INTRODUCTION : Aux urgences, nous sommes confrontés à un large éventail de symptômes pour lequel la recherche d’un diagnostic est notre cheval de bataille. Cependant, une des problématiques, peu décrite en littérature mais fréquente dans l’activité quotidienne des urgences, est représentée par les patients admis pour dyspnée fébrile, sans qu’on ne retrouve d’argument clinicobiologique ou radiologique pour une infection respiratoire, et pour lesquelles des résultats finaux sont évocateurs d’une porte d’entrée urinaire. L’objectif principal est d’étudier la prévalence des infections urinaires avec manifestations respiratoires chez les patients, ayant accès à une hospitalisation. Il s’agira également de mieux comprendre les facteurs associés à cette présentation clinique.
En savoir plus

42 En savoir plus

Étude prospective randomisée évaluant l’influence de la tension en oxygène sur le développement embryonnaire humain

Étude prospective randomisée évaluant l’influence de la tension en oxygène sur le développement embryonnaire humain

B. NOUVELLES APPROCHES DE LA QUALITE EMBRYONNAIRE a. Evaluation cinétique Une nouvelle technologie a été développée, appelé « Time-Lapse ». Il s’agit de caméras permettant l’observation quasi-continue du développement des embryons sans les sortir des incubateurs (culture ininterrompue). Cela permet d’une part de limiter l’exposition des embryons aux facteurs externes tels que la lumière, les variations de température, etc., et, d’autre part, d’avoir un regard sur la cinétique de développement de l’embryon (en dépassant les limites d’une seule observation quotidienne à un instant t). Nous pouvons ainsi évaluer la cinétique des divisions cellulaires, et l’apparition/disparition des noyaux. Le Time-Lapse a été utilisé essentiellement pour décrire les évènements de fécondation et le développement embryonnaire précoce (Payne et al., 1997), ainsi que les aspects morphodynamiques de la fragmentation embryonnaire (Van Blerkom et al., 2001). Pribensky et al. ont réalisé une méta- analyse de cinq essais contrôlés randomisés, dans laquelle ils mettent en évidence une amélioration des issues cliniques avec l’utilisation du Time-Lapse (meilleurs taux de grossesse clinique et de naissance vivante et moindre taux de fausse couche précoce) (Pribenszky et al., 2017). Ces résultats pourraient être en relation avec l’amélioration des conditions de culture permise par la culture ininterrompue (stabilité optimale des conditions de culture), ou à une sélection plus pertinente des embryons par l’observation quasi-continue permettant une datation morphocinétique précise de l’évolution embryonnaire. Néanmoins, même si les résultats de la méta-analyse de Pribensky et al. semblent en faveur de la culture en condition Time-Lapse, aucune conclusion générale ne peut encore être tirée car ils sont obtenus en incluant des études analysant des populations hétérogènes et de méthodologie peu robuste. Actuellement, il n’y a pas de consensus quant à l’efficacité de Time-Lapse à sélectionner les embryons utiles, probablement du fait de l’absence d’un algorithme universel (Barberet et al., 2018).
En savoir plus

64 En savoir plus

Étude de la variation des résultats des ECBU dans les infections urinaires des patients diabétiques et non diabétiques : une étude transversale observationnelle et analytique

Étude de la variation des résultats des ECBU dans les infections urinaires des patients diabétiques et non diabétiques : une étude transversale observationnelle et analytique

12 6) Recommandations: Dans ce contexte, les recommandations françaises de prise en charge des infections urinaires établies en 2008 préconisaient une épargne des fluoroquinolones 31 . Ces recommandations viennent d'être revues par la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française en 2014 qui renforcent la pratique d'une épargne des fluoroquinolones, notamment en soulignant la nécessité de les éviter en cas d'antécédent de prise de fluoroquinolone dans les 6 mois précédent, en les plaçant en troisième ligne pour la cystite, et en limitant leur usage dans les pyélonéphrite aigues 9 . Les traitements ainsi revus prennent désormais en compte le risque de bactéries à BLSE, permettant le retour de certains antibiotiques comme le pivmécillinam qui est actif sur ces bactéries, tout comme les furanes, la fosfomycine, les fluoroquinolones, les C3G et les associations de bêta-lactamine avec inhibiteur de bêta-lactamase qui peuvent être utilisés en première intention dans cette situation.
En savoir plus

57 En savoir plus

Étude de la sensibilité des bactéries aux antibiotiques prescrits en première intention par les médecins généralistes dans les infections urinaires communautaires

Étude de la sensibilité des bactéries aux antibiotiques prescrits en première intention par les médecins généralistes dans les infections urinaires communautaires

7. Conclusion  et  perspectives     L’infection  urinaire  est  une  cause  fréquente  de  consultation  chez  le  médecin  de  premier  recours   et  un  motif  important  de  prescriptions  d’antibiotiques.  Si  la  répartition  des  uropathogènes  est   restée   stable   au   cours   des   10   dernières   années,   leur   profil   de   résistance   aux   antibiotiques   a   évolué   et   varie   grandement   selon   les   régions   ou   pays   considérés.   En   France,   l’évolution   des   résistances  aux  antibiotiques  des  germes  impliqués  dans  les  infections  urinaires  a  conduit  à  une   modification  récente  des  recommandations   [18].  Il  était  donc  intéressant,  compte-­‐tenu  du  faible   nombre   d’études   réalisées   en   soins   primaires,   d’évaluer   l’adéquation   entre   la   prescription   antibiotique  probabiliste  des  MG  et  l’écologie  bactérienne  des  infections  urinaires    
En savoir plus

77 En savoir plus

Épidémiologie des infections nosocomiales en milieu de réanimation (à propos de 147 cas)

Épidémiologie des infections nosocomiales en milieu de réanimation (à propos de 147 cas)

§ Il s’agira surtout de déployer l’effort nécessaire pour motiver le personnel soignant à respecter les recommandations en vigueur en particulier celles récemment publiées par le CDC (center for disease control). § Depuis fort longtemps, la fermeture des unités de soins est utilisée. Dès 1971, dans une étude avant-après, Noone et al. ont montré l’efficacité de cette mesure vis-à-vis du Staphylococcus aureus. Néanmoins, la maîtrise d’une épidémie d’infections nosocomiales ne passe pas de façon systématique par une fermeture de service. La fermeture d’une unité de soins est systématiquement associée à d’autres mesures. Les plus fréquemment citées par ordre décroissant sont l’isolement, le dépistage des patients et ou du personnel, le renforcement de l’hygiène des mains, le traitement les dispositifs médicaux (stérilisation ou désinfection).
En savoir plus

187 En savoir plus

L’observance de la prescription d’activité physique en médecine générale : étude descriptive prospective chez des patients porteurs de facteurs de risque cardiovasculaires

L’observance de la prescription d’activité physique en médecine générale : étude descriptive prospective chez des patients porteurs de facteurs de risque cardiovasculaires

L’activite physique d’intensite moderee, qui est en general equivalente à la marche à un bon pas et accelere sensiblement la frequence cardiaque, peut etre accumulee jusqu’au minimum des 30 minutes en pratiquant des sessions d’une duree chacune de 10 minutes ou plus. L’activite physique d’intensite elevee, dont l’exemple type est le jogging, entraine une acceleration de la respiration et une augmentation notable de la frequence cardiaque. De plus, chaque adulte devrait pratiquer des activites pour maintenir ou augmenter la force et l’endurance musculaire au minimum 2 jours par semaine. Du fait de la relation dose-reponse entre activite physique et sante, les personnes qui souhaitent ameliorer davantage leur forme physique, reduire leur risque de pathologies chroniques et d’incapacite ou prevenir une prise de poids excessive, peuvent beneficier du fait de depasser le minimum d’activite physique recommande. ».
En savoir plus

102 En savoir plus

Les infections urinaires et les infections vaginales caractérisées dans le laboratoire médicale du Dr. Boudissa à Boumerdès

Les infections urinaires et les infections vaginales caractérisées dans le laboratoire médicale du Dr. Boudissa à Boumerdès

1.5 La gonococcie et les infections à Neisseria : Neisseria gonorrhoeae est un pathogène humain obligatoire et l'agent étiologique de la gonorrhée. Les syndromes comprennent la cervicite chez les femmes et l'urétrite, la pharyngite et la proctite chez les deux sexes. Si elles ne sont pas traitées, les femmes peuvent présenter des séquelles graves de maladie inflammatoire pelvienne, de douleur pelvienne chronique, de grossesse extra-utérine et d'infertilité tubaire. Connue aussi sous le nom de « chaude pisse », sa prévalence est la plus élevée dans les groupes sexuellement actifs entre 20 et 25 ans. Une femme infectée par le « Gonocoque », au moment de l'accouchement, peut transmettre l'infection à son enfant qui va présenter par une conjonctivite purulente (Masi et al ; 1981 ; Ng et Martin, 2005).
En savoir plus

73 En savoir plus

Show all 10000 documents...