Haut PDF Eventrations postopératoires au CHU Mohamed VI : à propos de 103 cas

Eventrations postopératoires au CHU Mohamed VI : à propos de 103 cas

Eventrations postopératoires au CHU Mohamed VI : à propos de 103 cas

Hamy (36) lui, a utilisé le treillis de Dacron dans une série de 350 cas opérés pour de grandes éventrations, aucun cas d’occlusion n’a été observé et le taux de récidives était de 3.1%[r]

107 En savoir plus

Occlusions intestinales aigues au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 103 cas

Occlusions intestinales aigues au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 103 cas

108 During 4 years, from July 2004 to July 2008, we retrospectively reviewed 103 files of patients admitted for acute intestinal obstruction, at the visceral surgery department in UHC Mohamed VI in Marrakech. The purpose of this study was to gather the epidemiologic and diagnostic data, and to evaluate the therapeutic methods and the outcome of small bowel obstruction in our context. There were 67 men and 36 women with a mean age of 43.4 years. 44.66 % of the patients had histories of abdominal surgery, with ascendancy of the appendicular surgery in (9.70%). The clinical signs are polymorphic and varied, the main symptom is the cessation of matter and gas found in 87.37% with presence of hydroaéric levels in The ASP in 88.34% of the cases. The small bowel obstruction is the most frequent with 54.36%. The causes are dominated by reins and adhesions in (31.06%), tumors in (22.33%). All the operated patients were approached by laparotomy. The intestinal resection for intestinal necrosis was made in 15.53%. The immediate post-operative outcome was simple among 86 patients (83.49%). Besides, we noted 3 suppurations of wall (2.97%), 1Postoperative peritonitis (0.99%), 1 evisceration (0.99%), 1 pneumonia (0.99%) and 1sépticemie (0.99%). The overall mortality is 6.93%. It concluded before those results, all characters in our series epidemiological consistent with the literature except that age is advanced in developed countries, and increased frequency of strangulated hernias in developing countries. The early management of acute intestinal obstruction through good awareness may reduce the morbidity and mortality are increased in our developing countries.
En savoir plus

144 En savoir plus

Duodénopancréatectomie céphalique : expérience du service de chirurgie viscérale du CHU Mohamed VI à propos de 21 cas

Duodénopancréatectomie céphalique : expérience du service de chirurgie viscérale du CHU Mohamed VI à propos de 21 cas

La DPC est indiquée dans les formes de PC sans dilatation canalaire et lorsqu'il persiste un doute sur le diagnostic de cancer, sous réserve qu'elle soit techniquement faisable (absence de thrombose porte avec cavernome, absence de cirrhose). La conservation pylorique est préconisée dans cette indication de préférence à l'intervention classique qui comporte une gastrectomie distale, dans le but de réduire les séquelles nutritionnelles postopératoires [50]. L'anastomose pancréatodigestive est faite avec le jéjunum ou l'estomac. La dystrophie kystique de la paroi duodénale (d'emblée ou après échec des gestes de dérivation) ou l'échec des interventions de Frey ou de Beger représentent également des indications à la DPC [51]. La morbimortalité de cette intervention est supérieure à celle observée après intervention de Frey ou de Beger. Son efficacité sur la douleur est similaire. La qualité de vie est moins bonne après DPC qu'après intervention de Frey ou de Beger [52]. Les résultats de cette intervention sont plus mauvais si la consommation alcoolique n'est pas interrompue.
En savoir plus

165 En savoir plus

Prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure au CHU Mohamed VI

Prise en charge des tumeurs de la fosse cérébrale postérieure au CHU Mohamed VI

d’acuité visuelle est exceptionnelle, mais l’apparition d’éclipses visuelles intermittentes peut traduire une menace d’ischémie du nerf optique dans les cas d’HIC évoluant depuis plusieurs semaines ou mois (à l’opposé, certaines papillites avec œdème papillaire s’expriment par une baisse rapide de l’acuité visuelle). Ces phénomènes intermittents précèdent une baisse rapide, et souvent définitive de la vision. L’examen ophtalmoscopique révèle, assez souvent, un œdème papillaire lorsqu’une HIC a évolué sur plusieurs jours; celui-ci associe un flou des bords de la papille à une surélévation de sa surface périphérique. Dans les formes sévères s’associent des exsudats blanchâtres le long des vaisseaux péripapillaires et des hémorragies en flammèches d’origine veineuse. L’œdème papillaire, dont la longue évolution conduit à l’installation progressive d’une atrophie optique, est rarement observé chez le nourrisson dont le crâne est expansible.(25)
En savoir plus

189 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes du rachis cervical supérieur au chu Mohamed VI

Prise en charge des traumatismes du rachis cervical supérieur au chu Mohamed VI

9 Type C (ou HTAL) : trait horizontal. Ce type peut être stable et de bon pronostic, ou très instable et très difficile à traiter. Le déplacement peut se faire aussi bien en avant qu’en arrière, mais parfois peut se produire des déplacements alternatifs dans un sens puis dans l’autre, et ces cas sont les pires car très instables. Ils sont le fait des fractures décrites par Roy- Camille en forme de « chapeau de policemen londonien » ou « chapeau de Bobby » :ce sont des fractures comminutives avec comminution en particulier au bord antérieur et postérieur de l’apophyse odontoïde soulevant de petits copeaux osseux responsables de l’aspect très particulier de ces fractures.
En savoir plus

132 En savoir plus

Prise en charge de l'hydatidose vertébrale au service de neurochirurgie du chu Mohamed VI

Prise en charge de l'hydatidose vertébrale au service de neurochirurgie du chu Mohamed VI

supprimer l'incontinence. Chez la femme, l'auto-sondage propre peut être appris. Ce geste évite la stase et le risque d'infection. Dans de rares cas, la sonde à demeure chez la femme est la seule solution. Les sondes en latex peuvent rester une semaine en place. Celles en silicone pure trois semaines. Chez l'homme, différents types d'appareillages sont proposés. Le plus utilisé est un étui pénien fixé à la verge par une bandelette élastique auto-adhésive. L'étui doit être changé régulièrement avec une bonne toilette à chaque fois. L'étui ne doit pas entraîner de striction autour de la verge. L'infection urinaire doit toujours être dépistée et traitée le plus tôt possible. 3- La rééducation fonctionnelle des membres
En savoir plus

155 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes du rachis cervical inferieur au chu Mohamed VI

Prise en charge des traumatismes du rachis cervical inferieur au chu Mohamed VI

F. TRAITEMENT CHIRURGICAL : 1. L’anesthésie (76) : ª Préparation à l’intervention chirurgicale : Les problèmes posés par l’abord chirurgical potentiellement hémorragique ainsi la durée de l’intervention obligent, en cas de polytraumatisme, à discuter une stratégie thérapeutique .La règle est donner la priorité au traitement des lésions qui mettent en jeu le pronostic vital et de différer la prise en charge des lésions qui n’engagent que le pronostic fonctionnel. Il faut donc s’assurer qu’il n’existe pas de lésions associées, surtout lorsque celles-ci ne sont pas cliniquement évidentes. Elles peuvent être responsables d’une décompensation respiratoire ou cardio-circulatoire dont la prise en charge est extrêmement difficile en cours d’intervention.
En savoir plus

124 En savoir plus

Toxidermies médicamenteuses graves : expérience du service de dermatologie CHU Mohamed VI

Toxidermies médicamenteuses graves : expérience du service de dermatologie CHU Mohamed VI

2-La pustulose exanthématique aigue généralisée (PEAG) 2-1 La clinique :[4],[20], [23], [29] La PEAG a été individualisée par Beylot et al en 1980. Elle apparait dans les premières 48h quelquefois même 10j après la mise en route du traitement responsable, chez un patient ayant des antécédents psoriasiques dans un tiers des cas, parfois au décours d’un épisode infectieux viral, il s’agit de la survenue brutale de très nombreuses pustules de moins de 5mm de diamètre non folliculaires stériles développées sur des placards érythémateux et œdémateux étendus prédominants sur le visage et/ou les plis. Le prurit et la fièvre sont presque constants, un décollement cutané superficiel évoquant le signe de Nikolsky peut se voir après coalescence des pustules. L’atteinte buccale ou génitale est possible, mais peu fréquente, les adénopathies périphériques sont souvent retrouvées, les atteintes viscérales graves sont rares.
En savoir plus

117 En savoir plus

Prise en charge des fractures trochantériennes au CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge des fractures trochantériennes au CHU Mohamed VI de Marrakech

-23 cas de rupture de la vis céphalique du clou gamma soit (7,1%) notés par Docquier[51]. i- Mortalité La mortalité constitue un problème majeur des fractures de l'extrémité proximale du fémur chez le sujet âgé, elle est estimée entre 20 et 40% dans les différentes séries publiées [15, 16, 19, 24,66], les facteurs de mortalité les plus incriminés sont l’âge avancé, la préexistence de tares et un délai opératoire tardif. Selon Moran [65] un délai opératoire au-delà de 4 jours fait multiplié par 2,5 le taux de mortalité.
En savoir plus

158 En savoir plus

Abcès hépatiques, expérience du CHU Mohammed VI : à propos de 62 cas

Abcès hépatiques, expérience du CHU Mohammed VI : à propos de 62 cas

On note une différence entre l'Europe, l'Asie et l’Amérique en ce qui concerne la bactériologie. La bactérie aérobie à Gram négatif la plus fréquente est Escherichia coli retrouvé à 61 % des cas dans la série de Vega. E. Différemment à la série américaine de Pastagiaa. M où le klebsiella était retrouvé à 93,4 % contre 6,6 % pour l’Escherichia coli. Des études récentes en Asie (Taiwan) ont révélé que klebsiella pneumaniae été identifié dans plus de 80 % des cas d'abcès hépatique. Ces abcès avaient la particularité d'être monomicrobiens dans 50 à 90 % des cas et le sérotype K1 plus fréquemment isolé, était associé à une virulence plus importante.
En savoir plus

104 En savoir plus

Sclérodermie systémique : expérience de service de Dermatologie CHU Mohamed VI

Sclérodermie systémique : expérience de service de Dermatologie CHU Mohamed VI

RESUME La sclérodermie systémique regroupe un spectre continu d’affections allant de l’atteinte cutanée «bénigne » aux manifestations systémiques graves. A travers une étude rétrospective, portant sur 28 cas de sclérodermie systémique colligés au service de dermatologie et de médecine interne du CHU Mohamed VI de Marrakech, nous avons essayé de tracer le profil épidémiologique, clinique, biologique, histologique, thérapeutique, et évolutif des différents aspects cutanés et systémique de sclérodermie. La période d’étude s’est étalée sur 9 ans de Janvier 2002 à Décembre 2010, l’âge de nos patients variait entre 12 et 62 ans, avec une moyenne d’âge de 39 ans et une nette prédominance féminine (85.7 %). Les manifestations dermatologiques ont été révélatrices dans tous les cas réparties en : sclérodermie systémique limitée dans 32.1% des cas et sclérodermie systémique diffuse dans 67.8%. Sur le plan biologique, les anticorps antinucléaires ont été positifs dans 60 % des cas et les anticorps antiScl70 dans 42.8% des cas de sclérodermie systémique diffuse et 33.3% des cas de sclérodermie systémique limitée. Le traitement de choix était la corticothérapie générale et la colchicine. Une rémission complète a été notée dans 50%. Des complications aux traitements ont été notées dans 6% des cas. Au terme de cette étude, il semble que la sclérodermie systémique est moins fréquente avec possibilité d’atteintes cardiaques, pulmonaires ou multiviscérales d’où l’intérêt d’une surveillance clinique, biologique et radiologique.
En savoir plus

150 En savoir plus

Apport de l'lectroencphalogramme d'amplitude au service de nonatologie du CHU Mohamed VI

Apport de l'lectroencphalogramme d'amplitude au service de nonatologie du CHU Mohamed VI

Hellström-Westas et al ont trouvé que l’activité de fond a l’aEEG chez les nouveau-nés en asphyxie dans les 6 premières heures de vie était prédictive du devenir neurologique, quand c[r]

101 En savoir plus

Pancratite aigu et grossesse : exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

Pancratite aigu et grossesse : exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

Notre série comporte 37 cas de pancréatite aigüe et grossesse colligées sur une période de 7 ans allant de janvier 2010 à janvier 2016. En termes d’épidémiologie l’âge moyen était de 29 ans avec une incidence de 1/2450. La pancréatite aiguë est survenue plus fréquemment chez les femmes multi gestes multipares (68%) en troisième trimestre (59,5%). Le tableau clinique était dominé par les douleurs abdominales (100%) et les vomissements (100%). La survenue de défaillance d’organe était rare. Le diagnostic positif est basé sur la lipasémie qui était en moyenne de 20 fois la normale. L’évaluation de la gravité était basée sur les scores clinico-biologiques : (score de Ranson et score APACHE II). L’origine biliaire était l’étiologie principale dans notre étude (54%). La prise en charge est basée sur l’hospitalisation et sur un traitement symptomatique comportant le traitement de la douleur, l’arrêt de l’alimentation, la protection gastrique, la réhydratation et la prise en charge des défaillances d’organes. Les complications maternelles étaient dominées par la surinfection des coulées de nécrose (10.75%). La mortalité maternelle était de 2,7%. Les complications fœtales comprenaient l’avortement, l’accouchement prématuré et la souffrance fœtale aiguë.
En savoir plus

112 En savoir plus

Tuberculose urogénitale : Etude rétrospective au service d’Urologie du CHU Mohamed VI

Tuberculose urogénitale : Etude rétrospective au service d’Urologie du CHU Mohamed VI

Depuis l’avènement des antibacillaires, la place de chirurgie d’exérèse dans le traitement de la TUG s’est trouvée considérablement réduite. Cependant elle garde des indications non négligeables qui font de la néphrectomie l’intervention la plus courante en matière de la tuberculose urinaire puisque le taux des malades néphrectomisès avoisine 45% à 61%. À l’heure actuelle, il faut s’interroger sur l’utilité de la néphrectomie systématique devant un rein muet tuberculeux. Les indications de la néphrectomie sont les formes douloureuses hématuriques, hypertensives, pyelonéphrétiques, à bacillurie persistante ou en cas d’hésitation diagnostique avec une tumeur ou d’impossibilité de réaliser une intervention plastique sur la voie excrétrice, ou encore chez les patients dont la surveillance est impossible. Cette conduite, ou l’âge et l’état général du patient doivent être pris en considération, donne des résultas favorables dans 85% à 100% des cas (15).
En savoir plus

127 En savoir plus

Traitement chirurgical du cancer du rectum : exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

Traitement chirurgical du cancer du rectum : exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

Ils peuvent drainer la partie la plus basse du rectum pelvien et périnéal. Les voies lymphatiques efférentes se drainent soit dans les ganglions iliaques internes, soit directement dans les ganglions iliaques primitifs à partir de ganglions périrectaux postérieurs. Ils sont alors sous le fascia pariétal, en dehors du mésorectum, situés entre plexus nerveux pelvien et paroi pelvienne. Certains expliquent ainsi le taux plus élevé des récidives pelviennes pour les lésions les plus basses et quelques « faux négatifs » lorsqu’il n’y a pas d’envahissement ganglionnaire apparent, c’est-à-dire pas de métastase ganglionnaire dans les ganglions du mésorectum. Il s’agirait en fait de lésions classées N- à tort puisque la technique habituelle de proctectomie ne retire pas ces ganglions relais. Seules des équipes japonaises, utilisant la technique de recherche des ganglions sentinelles, ont proposé une exérèse à la demande en cas de coloration des lymphatiques de ces chaînes malgré les séquelles importantes de ce type de curage et l’absence de preuve son utilité. [7]
En savoir plus

180 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes hpatiques : Exprience du CHU Mohamed VI, Marrakech

Prise en charge des traumatismes hpatiques : Exprience du CHU Mohamed VI, Marrakech

Si TPH + clampage artériel inefficace, le choix se fait entre passage en angiographie, association TPH + fermeture + réchauffement + réanimation « maximale » et attitude chirurgicale agressive et à très haut risque [53]. Dans notre série 45 patients (30,4%) ont été opérés en urgence. l’indication opératoire a été portée devant l’instabilité hémodynamique chez plus que la moitié des cas (57.8%). L’option conservatrice a pris une place importante dans notre pratique : un geste hémostatique par surgicell après manœuvre de Pringle 5 fois. Le tamponnement péri-hépatique a été pratiqué 16 fois, a l’opposé d’une seule résection du lobe caudé.
En savoir plus

153 En savoir plus

Le profil clinique et bactriologique des infections nonatales au CHU Mohamed VI de MARRAKECH

Le profil clinique et bactriologique des infections nonatales au CHU Mohamed VI de MARRAKECH

La listériose est fréquente en Europe et en Amérique du Nord, elle arrive au 3ème rang (7%) des infections néonatales après le streptocoque B et l’Escherichia coli [37]. Au Maghreb, son incidence réelle est très faible ; seuls cinq enfants atteints de listériose néonatale documentée ont été hospitalisés au service des soins intensifs pédiatriques et de néonatologie de I ‘hôpital d’enfants de Casablanca entre janvier 1990 et décembre l998 [38]. Il s’agit d’un bacille Gram positif ubiquitaire dont les sérotypesIa et IVb sont les plus fréquents, l’alimentation est le facteur majeur de contamination, la plupart des cas décrits, sont associés à une consommation de lait, pâtes et fromages. Le mode de contamination est habituellement hématogène à la suite d’une bactériémie chez la mère, avec colonisation du placenta et formation de multiple abcès [2]. Les signes cliniques, chez la mère, sont souvent inapparents, un tableau pseudo-grippal avec fièvre, frisson, myalgies et céphalées peuvent précédés l’accouchement de 2 à 14 jours ou plus, une rechute fébrile avec bactériémie est souvent observée au cours de l’accouchement. La transmission matero-fœtale est souvent hématogène, plus rarement amniotique. Le taux de transmission est de 54% ; beaucoup plus élevé que celui du streptocoque B, estimé entre 20 et 25% [39]. Dans les formes précoces, le germe est toujours isolé dans le liquide gastrique, le méconium et sur la peau, l’examen bactériologique du placenta est performant. Le traitement repose sur l’association ampicilline et aminoside, les céphalosporines sont inefficaces, la ponction lombaire est indispensable. La prévention de la Listériose chez les femmes enceinte est un élément déterminant de la prévention des infections néonatales.
En savoir plus

139 En savoir plus

L'Insuffisance rnale aigue chez l'enfant au CHU de Mohamed VI  Marrakech

L'Insuffisance rnale aigue chez l'enfant au CHU de Mohamed VI Marrakech

La situation du NN est particulière : in utero, la filtration glomérulaire est très faible, l’épuration du fœtus étant effectuée par la mère, grâce aux échanges placentaires. Après la naissance, la filtration glomérulaire est de l’ordre de 20 ml/min/1,73 m chez le NN à terme, et augmente progressivement au cours des premières semaines. À la naissance, la créatinine de l’enfant est la même que celle de sa mère (70 à 90 μmol/l) quelle que soit sa fonction rénale, y compris en cas d’agénésie rénale. Elle baisse normalement au cours de la première semaine pour atteindre 25 à 35 μmol/l. En cas d’IRA, cette décroissance ne se fait pas, puis la créatinine s’élève. Chez un NNé, une créatininémie supérieure à 80 μmol/l à la fin de la première semaine est pathologique. La décroissance de la créatinine est plus lente chez le petit prématuré en raison d’une réabsorption passive de celle-ci au niveau du tubule. Par ailleurs, la diurèse s’installe dans les 48 premières heures et dépend des apports hydriques : 30 % des NN émettent leurs premières urines lors de la délivrance ou immédiatement après, 90 % dans les 24 premières heures et 99 % dans les 48 premières heures. La diurèse est de 15 à 75 ml/kg/j la première semaine et atteint 25 à 120 ml/kg/j à 1 mois.
En savoir plus

155 En savoir plus

Les mtastases hpatiques des Cancers Colorectaux: exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

Les mtastases hpatiques des Cancers Colorectaux: exprience du CHU Mohamed VI de Marrakech

de signes èvocateurs d’une carcinose péritonéale, et la mise en évidence d’une thrombose portale. Sans contraste, la majorité des lésions de plus de 1cm sont Détectées, Les lésions secondaires se présentent sous formed’hypodensités Nodulaires ou à limites floues (Fig. 19), parfois les lésions sont hyperdenses par la présence d’hémorragie intra lésionnelle et des micro-calcifications [33.24 ], cependant, les petites lésions infra centimétriques sont difficiles à Caractériser [34]. Après injection du PDC, en phase artérielle, le Rehaussement de la densité hépatique est périphérique en couronne hyperdense À contours flous [24 ] avec une zone centrale hypodense comme c’est le cas pour les MH des cancers colorectaux.
En savoir plus

166 En savoir plus

Diverticule de Meckel chez l’enfant : à propos de 14 cas au CHU Mohammed VI Marrakech

Diverticule de Meckel chez l’enfant : à propos de 14 cas au CHU Mohammed VI Marrakech

ALEXIS LITTRE, chirurgien français décris en 1700, deux cas de hernies inguinales étranglées comportant un diverticule iléal [42]. MORGANI (1769) suspecta l'origine congénitale du diverticule, de même SANDIFORT (1777) et DUPUYTREN (1804). Il faudrait attendre le travail fondamental de JOHAN FRIEDERICH MECKEL, d'une famille d'anatomistes allemands, qui a démontré en 1809, sur des coupes d'embryon de poulet la connexion de tube digestif primitif à la vésicule vitelline par l'intermédiaire d'un canal vitellin ou omphalo mésentérique. Il a ainsi prouvé l'origine congénitale, et démontré le caractère involutif du diverticule dont il a précisé les principaux caractères [3,20]. La distinction proposée ultérieurement par AUGIER entre diverticule iléal libre qui serait, selon lui, un simple reliquat de caractère ancestral, et le diverticule relié à l'ombilic qui seul serait d'origine vitelline, n’a pas été retenue, et selon la conception uniciste de MECKEL, on englobe actuellement les deux variétés dans le même processus embryologique. Depuis Meckel, les travaux se sont multipliés. D’abord les descriptions furent le plus souvent anatomiques que cliniques. PEAKE, en 1811 signale pour la première fois, dans un rapport d’autopsie, la fistule omphalo-mésentérique. KING, en 1843 a précisé l'origine omphalo- mésentérique d'une fistule ombilicale. En 1897; DENUCE et BEALE, PIQUE et GUILLEMONT décrivent pour la première fois les suppurations du DM et montrent qu’il peut tuer par infection et péritonite.
En savoir plus

113 En savoir plus

Show all 10000 documents...