Haut PDF Etude de la qualité de vie des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde

Etude de la qualité de vie des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde

Etude de la qualité de vie des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde

IX. L’entourage du patient atteint de PR : Le soutien de l’entourage joue un rôle primordial dans l’amélioration de la QDV des patients atteints de PR. L’impotence fonctionnelle induite par la maladie détermine une dépendance à leur familles et proches. Le support social aide le patient à surmonter sa maladie. Plusieurs études ont affirmé que la présence d’un soutien social et familial réduit les complications psychiatriques de la PR (47). Les patients qui vivent dans un environnement sécurisant sont moins vulnérables quant au stress et aux effets négatifs de la maladie. Ils s’adaptent plus facilement à leur maladie et s’intègrent plus aisément dans la vie sociale. Une relation significative entre le support social et l’amélioration du handicap a été mise en évidence. Weinberger et al (47) ont rapporté que le support social avait un effet direct sur le statut fonctionnel des malades. Dans notre série, pratiquement tous les malades bénéficient du soutien de leurs entourages, et ce sur le plan physique, psychique et financier. Cette constatation est expliquée par l’importance de la conception de la famille et de la solidarité qui font partie intégrante de la société marocaine.
En savoir plus

291 En savoir plus

Pépite | Etude des facteurs associés au choix de la voie d’administration à l’initiation de l’abatacept et du tocilizumab chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde

Pépite | Etude des facteurs associés au choix de la voie d’administration à l’initiation de l’abatacept et du tocilizumab chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde

DELCLAUX Martin Discussion que les patients présentant de multiples comorbidités préfèrent une surveillance hospitalière lors des injections, notamment par crainte d’une décompensation de la pathologie associée. L’étude de Desplats et al. [30] et l’étude RoSwitch [31] montraient dans les critères secondaires que pour les patients préférant rester à la voie IV lors de la commercialisation de la voie SC du TCZ, respectivement 64,9% et 72,1% invoquaient en premier lieu la crainte d’un suivi médical moins rapproché et l’absence de surveillance médicale pendant les injections. Il n’y a toutefois pas eu d’analyse permettant de relier cette crainte à la présence de comorbidités.
En savoir plus

68 En savoir plus

Etude de la qualité de vie des patients atteints de lupus érythémateux systémique

Etude de la qualité de vie des patients atteints de lupus érythémateux systémique

probablement l'utilisation d’instruments différents pour mesurer l'activité de la maladie. D’autres n'ont trouvé aucune corrélation entre SF-36 et l’activité de la maladie [29,70,71]. D'autres ont trouvé un rapport entre le SF-36 et l'activité de la maladie en utilisant le SLAM (Systemic Lupus Activity Measure) ou le BILAG (British Isles Lupus Assessment Group) [67,68,69]. Saba a évalué la corrélation entre l’activité de la maladie et la QDV, il a examiné 71 patients américains en les classant en trois groupes selon l’activité de la maladie (mesurée par le m-SLAM): bénigne, modérée et sévère. Les résultats montraient que l’activité de la maladie a un grand impact sur la QDV des patients [67]. Selon Marta [61], le LES actif est associé à une QDV diminuée dans cinq des huit dimensions du SF-36 (rôle physique, santé générale, vitalité, rôle émotionnel et santé mentale) ; les scores du domaine rôle physique sont les plus réduits, ce qui reflète l’impact de la maladie active sur la capacité de travailler et d’exercer les autres activités quotidiennes. Kuriya n’a pas trouvé de corrélation entre la QDV et l’activité de la maladie mesurée par le SLEDAI sauf pour la dimension fonctionnement physique [60]. Abu-Shakra n’a également pas trouvé de corrélation entre l’activité de la maladie mesurée par le SLEDAI et tous les domaines du SF-36 [36].
En savoir plus

125 En savoir plus

Estimation et rôle pronostique de la qualité de vie des patients âgés atteints d'un cancer colorectal : Etude à partir d'un registre de population

Estimation et rôle pronostique de la qualité de vie des patients âgés atteints d'un cancer colorectal : Etude à partir d'un registre de population

66 have captured important outcomes, because potentially severe side-effects from the previous treatment cycle may no longer have been present. However, the exact timing of completion of the questionnaire within specific windows should not alter the conclusions of treatment comparison [30]. Patients experiencing strong adverse effects from adjuvant treatment may not have replied at the time they were experiencing those side effects, introducing an informative bias in non-response. In order to take into account informative drop-out, a pattern mixture variable was systematically introduced into the models. Although seldom statistically significant in our models, this variable indicated that patients with monotone questionnaire missingness (e.g. questionnaires available up to one time-point when the patient then drops out and questionnaires are missing until the end of the study) reported a quality of life 7 to 11 points lower than patients who completed all 4 questionnaires. These data suggest that, among respondents, a missing questionnaire at one time-point could reflect worse QoL.
En savoir plus

158 En savoir plus

Pépite | Etude prospective de l’amélioration de la qualité de vie chez des patients atteints de bavage avant et après injection de toxine botulique

Pépite | Etude prospective de l’amélioration de la qualité de vie chez des patients atteints de bavage avant et après injection de toxine botulique

I. Protocole et publication Le protocole n'a pas été déposé sur un site pour y être publié. II. Critères d'éligibilité Pour être inclus, les articles devaient être rédigés en langue anglaise ou française et devaient rapporter des études réalisées dans le domaine de la pratique médicale. Les articles devaient être des articles méthodologiques ou rapporter des essais cliniques randomisés ou non, des études quasi-expérimentales, des comparaisons historiques ou des études observationnelles. Ils devaient obligatoirement donner une définition ou évaluer l'EH. Les sujets devaient être des patients ou des professionnels de santé issus de toutes les régions du monde et de toutes les classes socioprofessionnelles. Le dernier article inclus dans la revue de McCambridge datait du 03 janvier 2012. Pour cet update, les articles éligibles devaient donc être publiés après janvier 2012. Ont été exclus les articles dans d'autres langues que l'anglais ou le français, les articles ne comportant pas de résumé, les articles de revue ou didactiques, les lettres à l'auteur ou à l'éditeur et les articles dans lesquels l'EH n'était pas cité et défini (même s'il figurait en mot clé MeSH dans le classement de l'article par le NLM).
En savoir plus

39 En savoir plus

Évaluation des paramètres de locomotion dans une cohorte de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde contrôlée sous biothérapie intraveineuse

Évaluation des paramètres de locomotion dans une cohorte de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde contrôlée sous biothérapie intraveineuse

10 2. Evaluation fonctionnelle 2.1 Déficiences, limitations d’activité et restrictions de participation La PR est un rhumatisme destructeur des articulations. Le pronostic fonctionnel spontané est mis en jeu avec les limitations, destructions et déformations articulaires dont les conséquences sont la perte d’amplitude articulaire, de force musculaire et d’endurance. Durant les précédentes décennies, la maladie conduisait en quelques années à un handicap parfois majeur avec pour corollaire une diminution des capacités fonctionnelles, une perte de la qualité de vie et du lien social. Sur un suivi prospectif de 10 ans, Pincus et al ont montré que 92 % des malades avaient une diminution significative des capacités de locomotion pour les actes de la vie quotidienne (3), avec un recours à une aide technique à la marche. La majorité des patients étaient contraints d’interrompre leur activité professionnelle(18) ou d’adapter les conditions de travail à leur handicap (19).
En savoir plus

78 En savoir plus

Etude d’association génétique et analyse de gènes candidats différentiellement exprimés au cours de la Polyarthrite Rhumatoïde

Etude d’association génétique et analyse de gènes candidats différentiellement exprimés au cours de la Polyarthrite Rhumatoïde

86 plus particulièrement l’infliximab et l’étanercept.(220, 221, 230). Cependant, leurs résultats sont hétérogènes. Plus récemment, Mesko et al ont réalisé la première étude pharmacogénomique de réponse au tocilizumab chez 13 patients atteints de PR et traités par cette molécule. Les niveaux d'expression de 59 gènes au total ont montré des changements significatifs entre la ligne de base (avant début du traitement) et après 4 semaines de traitement. Quatre gènes (DHFR, CCDC32, EPHA, TRAV8) ont été identifiés comme étant associés avec une bonne réponse, et ce après correction pour tests multiples. Encore une fois, nous en savons très peu sur la fonction de ces gènes dans la PR. Les seules informations disponibles sur ces gènes dans la PR sont que la dihydrofolate reductase (DHFR) a été identifié comme facteur prédictif putatif de réponse MTX ; le T cell receptor variable d'alpha 8 (TRAV8) est impliqué dans les réponses des cellules T-CD8+ ; le récepteur de l'éphrine A4 (EPHA) joue un rôle dans le système nerveux, tandis que la fonction de CCDC32 reste inconnue dans la PR (231).
En savoir plus

227 En savoir plus

Les innovations, en termes de diagnostic, traitements et prise en charge non médicamenteuse, des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde

Les innovations, en termes de diagnostic, traitements et prise en charge non médicamenteuse, des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde

PARTIE 1 : CONTEXTE I - Généralités sur l’innovation 1 - Pourquoi innover en santé ? Innover en santé c’est répondre à des besoins existants, contrairement à d’autres secteurs. En santé, l’innovation répond à des enjeux de santé publique et médicaux-économiques : de nombreux traitements thérapeutiques sont non satisfaisants et de nouvelles solutions nécessitent d’être développées. Le but étant de parvenir à une efficience des soins. L’efficience se définit comme étant le rapport du coût à l’efficacité. L’objectif visé est donc de produire du soin de façon plus efficace et idéalement moins chère pour donner accès à l’innovation au plus de patients possibles. Les innovations thérapeutiques doivent donc être en mesure d’optimiser les deux, en étant à la fois plus efficaces et, à terme, plus économiques. Cette efficience des soins, est un défi majeur à relever car de nos jours, le monde de la santé est en pleine mutation. En effet, la chronicisation des pathologies, associée au vieillissement de la population et au progrès de la médecine permettant une survie durable, est à l’origine d’un alourdissement des coûts de prise en charge. De plus, de nouvelles attentes des Français se rapportent à la qualité de vie, à la réduction des douleurs physiques et psychologiques, à
En savoir plus

134 En savoir plus

Etude pharmacogénétique du méthotrexate et d’association des polymorphismes des gènes MTHFR, ABCB1 et GGH avec la polyarthrite rhumatoïde

Etude pharmacogénétique du méthotrexate et d’association des polymorphismes des gènes MTHFR, ABCB1 et GGH avec la polyarthrite rhumatoïde

et al., 2003). Tous les polymorphismes situés au niveau des promoteurs provoquent une expression accrue du GGH (Chave KJ et al., 2003). Pour rappel, le polymorphisme qui a été corrélé à la variabilité de réponse du traitement au MTX est le GGHc.401C>T. Ce polymorphisme a été associé à l'accumulation de la longue chaîne du MTX (MTX-Glu3) chez les patients atteints de PR. Par ailleurs, le polymorphisme GGHc.354T>G est généralement étudié pour prédire une myélo-suppression chez les patients traités par le MTX. Ainsi, il apparaît que ces deux polymorphismes identifiés ont une conséquence fonctionnelle et pharmacologique (Chave KJ et al., 2003). Le polymorphisme GGHc.452C>T dans l’exon 5 provoque le changement de l’acide aminé Thréonine (ACC) en Isoleucine (AUC) à la position 127, ce qui modifie la conformation de la surface moléculaire catalytique et réduit l’affinité de liaison avec les chaines du MTX-PG. En effet, une étude a montré que dans les lignées lymphocytaires T et B qui contiennent cette mutation, dans la leucémie aigue lymphoblastique il y a une grande accumulation des chaînes du MTX dans les cellules in vivo (Masumoto N et al., 2002).
En savoir plus

173 En savoir plus

Prise en charge odontologique des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde

Prise en charge odontologique des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde

1.2 Polyarthrite rhumatoïde et hygiène bucco-dentaire Les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde à un stade avancé présentent un handicap fonctionnel au niveau des mains qui rend le contrôle de plaque difficile à assurer. En effet, les mouvements nécessaires à réaliser le brossage deviennent compliqués et douloureux, ce qui entraîne une diminution de la qualité de l’hygiène bucco-dentaire et donc de la qualité de vie. Les visites de contrôle chez le chirurgien dentiste devront être régulières afin de réaliser un nettoyage professionnel ainsi que des soins si nécessaire car ces patients présentent de ce fait un risque carieux plus important (41).
En savoir plus

56 En savoir plus

Polyarthrite rhumatoïde, ergothérapie et qualité de vie

Polyarthrite rhumatoïde, ergothérapie et qualité de vie

Une fois ma grille d’entretien validée, j’ai cherché des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde pouvant correspondre à mes critères. J’ai premièrement mis une annonce sur un réseau social, ce qui avait très bien fonctionné lors de mon enquête exploratoire. Malheureusement, je n’ai eu que très peu de retour et de personnes correspondant à mes critères. J’ai ensuite contacté le service de rhumatologie de Saint Etienne. L’ergothérapeute m’a orienté vers l’association A.N.D.A.R. (Association Nationale de Défense contre l’Arthrite Rhumatoïde). Elle ne souhaitait pas me donner les coordonnées des patients avec qui elle travaillait pour des raisons de secret médical. J’ai ainsi contacté tous les représentants des délégations régionales de l’association A.N.D.A.R par mail en leur présentant mon sujet et en les sollicitant afin qu’elles m’orientent vers des personnes correspondant à mes critères. N’ayant quasiment aucune réponse, j’ai décidé de téléphoner directement aux personnes. Ce fut difficile car les représentants tiennent uniquement des permanences hebdomadaires au CHU ou des permanences téléphoniques pendant un certain créneau horaire. Ces appels téléphoniques m’ont permis de trouver une personne répondant à mes critères.
En savoir plus

101 En savoir plus

La prise en charge thérapeutique de la polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge thérapeutique de la polyarthrite rhumatoïde

88 2. Education thérapeutique du patient Le rapport de l’OMS-Europe, définit l’éducation thérapeutique du patient (ETP). Cette dernière « vise à aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique. Elle fait partie intégrante et de façon permanente de la prise en charge du patient. Elle comprend des activités organisées, y compris un soutien psycho- social, conçues pour rendre les patients conscients et informés de leur maladie, des soins, de l’organisation et des procédures hospitalières, et des comportements liés à la santé et à la maladie. Ceci a pour but de les aider, ainsi que leur familles, à comprendre leur maladie et leur traitement, à collaborer ensemble et à assumer leurs responsabilités dans leur propre prise en charge, ceci dans le but de les aider à maintenir et à améliorer leur qualité de vie ».
En savoir plus

173 En savoir plus

Place de la nutrition dans la polyarthrite rhumatoïde

Place de la nutrition dans la polyarthrite rhumatoïde

fonctionnel, sur la nécessité d’avoir recours à une intervention chirurgicale ou encore sur l’incapacité à travailler. La mortalité qui est bien sûr un critère de sévérité est difficile à prendre en compte dans cette maladie d’évolution chronique et variable car si, globalement, la PR diminue l’espérance de vie des patients, le taux de mortalité standard n’est environ que de deux. [77] En effet, l’augmentation de la mortalité correspondant à un nombre de décès attendus par rapport à la population générale, et est en grande partie liée à l’augmentation du risque cardiovasculaire. Le degré de handicap fonctionnel et les lésions radiologiques sont, pour le moment, les critères les plus fréquemment utilisés et probablement les plus pertinents. Le handicap est mesuré par des échelles fonctionnelles telles que l’indice de qualité de vie HAQ qui ne traduit pas idéalement le degré de handicap. Nous en reparlerons plus tard. Cependant, de tels scores reflètent à la fois le handicap fonctionnel et l’activité de la maladie au moment même où ils sont réalisés.
En savoir plus

132 En savoir plus

Dysfonction endothéliale et polyarthrite rhumatoïde : cinétique, mécanismes et traitements. Etude chez le rat

Dysfonction endothéliale et polyarthrite rhumatoïde : cinétique, mécanismes et traitements. Etude chez le rat

23 II.1 Prévalence Pendant longtemps, la PR a été considérée comme une maladie handicapante de bon pronostic. On sait aujourd’hui qu’en dépit de son atteinte ostéo-articulaire prédominante, la PR est aussi une maladie systémique associée à des manifestations extra-articulaires. Elle occasionne des complications cardiovasculaires (CV) pouvant mettre en jeu la vie des patients. Il est admis que la surmortalité CV dans la PR entraîne une réduction de l’espérance de vie d’environ 5 à 10 ans par rapport à la population générale 25, 26 . Une étude récente parue en 2014 a confirmé ces chiffres en rapportant une réduction de 7 ans de l’espérance de vie de leur cohorte de patients PR 27 . Les causes de cette surmortalité CV suscitent beaucoup d’intérêt mais sont encore très incertaines, et leur détermination se heurte à un manque d’uniformité de réalisation des études cliniques, concernant : les critères de diagnostic, les notions de sévérité de la maladie, la durée de suivi de la PR, les paramètres CV évalués et leur interprétation, la présence de facteurs de comorbidité, les traitements utilisés 4, 28-30 . La présence d’un score HAQ élevé et la séropositivité aux auto-anticorps FR/ACPA seraient des facteurs prédictifs de cette mortalité CV, et ce indépendamment des facteurs de risque CV traditionnels 27, 31-33 . La sévérité de la maladie serait également prédictive, comme rapporté par une étude récente montrant que les patients avec une PR active et persistante (DAS28>5.1) avaient un risque de mortalité CV élevé comparé à ceux qui ont une PR de faible activité (DAS28<3.2) 34 . Bien que certaines études aient rapporté une relation positive entre le risque CV et la durée de la maladie, d'autres ne confirment pas cette association 29, 35, 36 . Les données issues de récentes méta-analyses montrent significativement que le taux
En savoir plus

212 En savoir plus

Efficacité et tolérance en vie réelle des inhibiteurs de Janus-kinases dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde

Efficacité et tolérance en vie réelle des inhibiteurs de Janus-kinases dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde

14 protéines essentielles à la différenciation lymphocytaire B ou lymphocytaire T cytotoxique ou à l’annulation de leur apoptose. [5–7] Il a été observé un rôle central de ce système JAK-STAT dans les processus inflammatoires de l’organisme et notamment sur la régulation du système immunitaire. Il a en effet été mis en évidence chez les souris déficitaires en système JAK-STAT une fréquence accrue d’infections, révélant le rôle immuno-modulateur de ce dernier. [8] De même, des essais sur des souris présentant une mutation de STAT3 ont été effectués et ont mis en évidence l’apparition d’arthrites avec hyperplasie synoviale, syndrome inflammatoire biologique et métaplasies cartilagineuses. [5] Cependant, le système JAK-STAT est également au cœur d’autres processus tels que l’hématopoïèse, la prolifération cellulaire et l’embryogénèse. [9,10] En effet, ce système est activé par les récepteurs à l’érythropoïétine ou la thrombopoïétine et des mutations au sein de ce système sont capables d’engendrer des hémopathies. L’un des exemples les plus connus est ainsi la mutation JAK2 V617F retrouvée chez 95% des patients atteints de polyglobulie de Vaquez et 50% des patients souffrant de thrombocytémie essentielle ou myélofibrose primaire. [11]
En savoir plus

57 En savoir plus

Facteurs associés à une dysfonction myocardique infraclinique évaluée par échocardiographie en mode « speckle tracking imaging » chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde et de spondylarthrite

Facteurs associés à une dysfonction myocardique infraclinique évaluée par échocardiographie en mode « speckle tracking imaging » chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde et de spondylarthrite

23 Dans la PR, il a été retrouvé qu’un indice de masse corporelle (IMC) bas était associé à une augmentation de la mortalité cardiovasculaire d’un facteur 2 à 3 par rapport à la population générale[23]. Ceci s’explique par l’altération de la composition corporelle chez ces patients associant sarcopénie et dépôts de graisse ectopique [21]. Ces altérations de la composition corporelle sont corrélées à l’activité et à la sévérité de la PR ainsi qu’à une altération de la qualité de vie[24]. Dans la SpA, la prévalence de la sarcopénie est également corrélée à la sévérité de la maladie et à l’inflammation, même si les résultats sont parfois discordants[25,26]. La technique d’absorptiométrie biphotonique à rayons-X (DXA) permet d’évaluer trois compartiments de la composition corporelle, à savoir la masse maigre, la masse grasse et la masse osseuse. Elle permet aussi l’évaluation des deux compartiments de la masse grasse qui ont un profil métabolique différent[27] : le tissu adipeux sous cutané (SAT) et le tissu adipeux viscéral (VAT). Le VAT et la graisse ectopique notamment intra musculaire correspondent à la graisse métaboliquement active, fortement associé à l’insulinorésistance et aux pathologies cardiovasculaires [28–30].
En savoir plus

54 En savoir plus

Intérêt du suivi de la déplétion lymphocytaire B chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde traités par rituximab

Intérêt du suivi de la déplétion lymphocytaire B chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde traités par rituximab

Discussion La force de cette étude est tout d'abord son approche prospective et observationnelle qui a permis un suivi clinique, biologique et des populations lymphocytaires sur le long terme pour des patients traités par rituximab en conditions de « vraie vie » (avec les antécédents thérapeutiques différents notamment et une typologie de PR variée). Malgré cette diversité clinique, notre analyse a permis d'identifier le paramètre $réémergence en LB CD19 + $ comme un marqueur de la reprise de la maladie, au moins 4 mois avant que la clinique ne permette de détecter et confirmer la rechute. Cette étude permet donc de mettre en lumière l!intérêt que pourrait avoir en pratique quotidienne le suivi de la déplétion lymphocytaire B afin de donner au clinicien un marqueur biologique pertinent et prédictif dans le suivi des patients sous rituximab et une aide à la décision de retraitement précoce pour permettre un « contrôle serré » de la PR.
En savoir plus

68 En savoir plus

Effets des exercices spécifiques de la main dans la prise en charge des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde

Effets des exercices spécifiques de la main dans la prise en charge des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde

LOPEZ D.E.M.K 2020 52 pour la main dominante et 2.9kg IC95% [-5 ; 10.80] pour la main non dominante, tandis qu’Ellegaard [59] obtient une taille d’effet moindre mais un intervalle de confiance plus précis : 1.24 IC95% [-0.22;2.71] pour la main droite et 0.64 IC95% [-0.71 ; 3.44] pour la main gauche. La différence de précision peut s’expliquer bien évidemment par une variabilité des résultats, mais aussi par une différence dans la taille de la population. En effet, Cima [63] a inclus peu de patients, 20 au total, contre 55 pour Ellegaard [59]. De plus, l’étude de Cima [63] est celle avec la moins bonne qualité méthodologique. Ellegaard [59] a plus d’exercices dans son intervention, avec une séance de moins par semaine les 2 premières semaines, puis 2 séances de plus après. Les deux études ont une intervention avec une durée totale identique. Cima [63] et Buljina [62] ont une population plus jeune avec une durée de la pathologie plus courte (Cima [63] ne donne pas d’informations à ce sujet). On pourrait penser que les exercices sont plus efficaces sur une population plus jeune et une pathologie plus récente, d’où une taille d’effet plus forte. Cependant, avoir une taille d’effet très importante avec un IC95% trop dispersé et négatif n’est pas représentatif à une échelle plus grande.
En savoir plus

86 En savoir plus

Impact des synovites infra-cliniques sur la qualité de vie dans la polyarthrite rhumatoïde en rémission

Impact des synovites infra-cliniques sur la qualité de vie dans la polyarthrite rhumatoïde en rémission

Malgré l’obtention d’une rémission clinique durable, certains auteurs ont montré que les radiographies peuvent objectiver l’apparition de nouvelles érosions chez 15 à 20 % des patients et une progression structurale cliniquement pertinente dans 10-15 % des cas [11,12]. L’ACR (American College of Rheumatology) et l’EULAR ont donc proposé, en 2011, une définition plus stricte de la rémission, nécessitant un nombre d’articulations douloureuses, gonflées, une CRP (mg/l) et une évaluation globale du patient (échelle 0-10) inférieurs ou égaux à 1 [13]. Bien que plus stricts, ces critères dits « booléens » ne semblent pas garantir une absence de progression radiologique. Une étude de cohorte de 2012 a mis en évidence chez des patients en rémission clinique selon les critères ACR/EULAR 2011, SDAI, CDAI, DAS-28 CRP, une progression radiographique de 20%, 24%, 19% et 30% respectivement [14]. Par ailleurs, les critères booléens fixent un objectif très strict, et finalement peut être peu adapté en pratique courante, comme l’a par exemple montré Thiele en 2013 en mettant en évidence le fait que les patients en rémission booléenne avaient de meilleurs scores de qualité de vie que la population générale [15].
En savoir plus

51 En savoir plus

Ressenti de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde en médecine générale après un atelier d'écriture sur leur maladie

Ressenti de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde en médecine générale après un atelier d'écriture sur leur maladie

Nous avons huit ans d'écart, donc huit ans d'écart,… elle était contente d'avoir une petite sœur mais elle a été supplantée après… je suppose, elle a dit elle l’a mal vécu. Et il y a une jalousie sous-jacente, mais bon, c'est comme ça. Je la prends telle qu'elle est. Alors sur le plan familial… par contre par le biais de mon auxiliaire de vie j'ai une aide précieuse pour la toilette et l'entretien de la maison. Elle me permet d'avoir une maison entretenue pour quelqu'un qui reste chez soi c'est quand même important. J'ai rencontré aussi dans le milieu médical des gens qui, des médecins qui ont été vraiment... ils étaient attentifs à la situation. Mais souvent démunis par les traitements, parce que je suis restée longtemps sans traitement parce qu'il faut dire que je suis intolérante à beaucoup de médicaments. Donc methotrexate ça été la cata quand j'ai pris du methotrexate au début j'avais… c'était... c'était horrible. Ça a multiplié par 10 ou plus les douleurs, donc j'ai arrêté. J'ai eu droit à des corticoïdes, alors ça, ça m'a soulagé, par voie orale, jusqu'au jour où par voie orale j'ai plus pu les supporter, même à faible dose, même à 4 mg parce que… ça me faisait des malaises. Donc les fois où j'ai vraiment eu besoin, où je pouvais plus bouger, j'ai eu des perfusions de, par Madame B [rhumatologue] de corticoïdes, et par perfusion ça passe, par voie orale ça ne passe pas.
En savoir plus

254 En savoir plus

Show all 10000 documents...