Haut PDF Etude expérimentale et numérique d'un arc électrique dans un liquide

Etude expérimentale et numérique d'un arc électrique dans un liquide

Etude expérimentale et numérique d'un arc électrique dans un liquide

Histoire et procédé La soudure prend ses origines dans l’antiquité, où l’assemblage de métaux s’est fait principalement par forgeage et brasage à basse température de fusion. Il faut attendre 1887 pour que Bernardos créée le soudage à l’arc électrique avec des électrodes en charbon [WEM12], car l’efficacité du soudage s’en voit accrue à ces plus hautes températures. Avec la découverte de Humphry Davy en 1813 sur le maintien d’un arc électrique sous eau, c’est pendant la première guerre mondiale que des plongeurs utilisent la méthode de soudage à l’arc électrique en pleine eau pour réparer l’étanchéité des coques de navires. Par ailleurs dans cette même période, les premiers essais de découpage à l’arc électrique en pleine eau semblent apparaitre dans plusieurs pays à la fois au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en France notamment avec les nouveaux procédés de la société appelée Soudure Autogène Française (SAF) en étroite collaboration avec Air liquide [HER16]. Pour une soudure ou une découpe de meilleure qualité, ces procédés se sont perfectionnés au cours du siècle qui a suivi, pour répondre aux besoins de réparations par exemple des sous-marins ou des bateaux, des tuyauteries pour le secteur pétrolier ou gazier, ou encore des structures immergées des centrales nucléaires. La différence entre une soudure et une découpe reste celle de l’apport de matériaux lors d’une soudure. La Figure I-3 montre une photographie d’un plongeur utilisant le procédé de soudure par arc électrique immergé sur une tuyère et un schéma indiquant la manière dont la soudure s’effectue dans ces conditions.
En savoir plus

226 En savoir plus

Etudes expérimentale et numérique d'un arc électrique dans l'eau

Etudes expérimentale et numérique d'un arc électrique dans l'eau

JITIPEE vol.3:n°2: 2 (2017) 2-7 Conclusion Afin de mieux appréhender les mécanismes régissant le comportement d’une bulle de gaz plasmagène créée par le passage d’un courant dans un liquide, un réacteur et son instrumentation associée ont été mis en place. Dans le même temps un modèle numérique a été développé en se basant sur le modèle VOF de Fluent associé au modèle de changement de phase liquide-gaz de Lee. L’évolution de la bulle plasmagène décrite par le modèle est en bon accord avec les résultats expérimentaux. Cependant des améliorations doivent être amenées notamment sur l’optimisation du pas de temps de calcul et du raffinement du maillage avant de développer les modules de représentation de l’arc électrique : résolution du potentiel scalaire, détermination du champ magnétique auto induit ceci afin de s’affranchir d’une répartition homogène de la puissance sur un volume arbitraire.
En savoir plus

10 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr Experimental and numerical study of an electric arc in liquid Etude expérimentale et numérique d'un arc électrique dans un liquide

Histoire et procédé La soudure prend ses origines dans l’antiquité, où l’assemblage de métaux s’est fait principalement par forgeage et brasage à basse température de fusion. Il faut attendre 1887 pour que Bernardos créée le soudage à l’arc électrique avec des électrodes en charbon [WEM12], car l’efficacité du soudage s’en voit accrue à ces plus hautes températures. Avec la découverte de Humphry Davy en 1813 sur le maintien d’un arc électrique sous eau, c’est pendant la première guerre mondiale que des plongeurs utilisent la méthode de soudage à l’arc électrique en pleine eau pour réparer l’étanchéité des coques de navires. Par ailleurs dans cette même période, les premiers essais de découpage à l’arc électrique en pleine eau semblent apparaitre dans plusieurs pays à la fois au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en France notamment avec les nouveaux procédés de la société appelée Soudure Autogène Française (SAF) en étroite collaboration avec Air liquide [HER16]. Pour une soudure ou une découpe de meilleure qualité, ces procédés se sont perfectionnés au cours du siècle qui a suivi, pour répondre aux besoins de réparations par exemple des sous-marins ou des bateaux, des tuyauteries pour le secteur pétrolier ou gazier, ou encore des structures immergées des centrales nucléaires. La différence entre une soudure et une découpe reste celle de l’apport de matériaux lors d’une soudure. La Figure I-3 montre une photographie d’un plongeur utilisant le procédé de soudure par arc électrique immergé sur une tuyère et un schéma indiquant la manière dont la soudure s’effectue dans ces conditions.
En savoir plus

227 En savoir plus

Etude expérimentale de la phase d'extinction d'un arc électrique entre barres de distribution en condition aéronautique

Etude expérimentale de la phase d'extinction d'un arc électrique entre barres de distribution en condition aéronautique

Tableau 1. Échantillon des résultats des essais réalisés sous 400 Hz Conclusion Cette étude paramétrique a permis de mettre en relief l’impact de la fréquence des signaux électriques sur la durée de vie d’un arc. Ainsi, plus la fréquence du réseau électrique AC augmente, plus la probabilité d’extinction de l’arc diminue. De même, ce travail a montré que la durée de vie de l’arc diminue avec l’utilisation de cuivre dans la fabrication des barres et pour l’utilisation de nylon comme isolant. Ces informations permettent aux industriels de préconiser des choix lorsqu’ils établissent leurs règles de conception.
En savoir plus

8 En savoir plus

Étude expérimentale et numérique du courant de fuite sur une couche de glace en présence d'un arc électrique

Étude expérimentale et numérique du courant de fuite sur une couche de glace en présence d'un arc électrique

figure IV-d) 66 Figure IV-9 : Voie de mesure #1 mise sous tension 67 Figure IV-10 : Comparaison des résultats de mesure aux résultats de simulation 69 Figure IV-11 : Mesure du bruit élec[r]

139 En savoir plus

Etude expérimentale et numérique des interactions entre le fluage en traction et l'endommagement du béton

Etude expérimentale et numérique des interactions entre le fluage en traction et l'endommagement du béton

III-D.2.2 Analyse des résultats sur la base des phénomènes physiques présentés précédemment III-D.2.2.a Effets de l’endommagement par fluage Le fluage induit un endommagement progressif de la microstructure d’une éprouvette de béton soumise à une charge constante dans le temps. Rossi et al., (2012) expliquent que cet endommagement (sous forme de microfissures) est capable de générer un déséquilibre hydrique interne très brutal dans l’éprouvette (encore plus intense localement que celui provoqué par le démoulage (Rossi, 1988)). Il en résulte la migration de l’eau libre des capillaires entourant ces microfissures vers ces dernières. Ce phénomène, en réduisant le rayon des ménisques dans les pores capillaires aurait pour effet de créer des déformations de retrait additionnelles, donnant lieu ainsi à un scénario similaire à celui produit par le séchage. De plus, ces microfissures peuvent traverser un grand nombre d’hydrates en rendant les grains de ciment qui n’ont pas encore réagi plus accessibles à l’eau liquide, ce qui augmenterait leur cinétique d’hydratation. Cette reprise d’hydratation peut également induire un retrait endogène supplémentaire et compenser partiellement les effets des microfissures. Elle peut aussi induire une augmentation de la résistance notamment après cicatrisation des microfissures. Cette dernière hypothèse est supportée par les observations expérimentales de Reinhardt et Rinder, (2006) qui indiquent que :
En savoir plus

235 En savoir plus

Etude dynamique d'un système de stockage par chaleur latente liquide-solide : application au véhicule électrique

Etude dynamique d'un système de stockage par chaleur latente liquide-solide : application au véhicule électrique

2 Titre : Étude dynamique d’un système de stockage par chaleur latente liquide-solide : application au véhicule électrique Résumé : Ce travail porte sur le développement d’un système de stockage de chaleur en vue d’assurer le confort thermique de l’habitacle d’un véhicule électrique. Ce dispositif, appelé batterie thermique, se présente comme un réservoir composé d’un lit fixe de matériaux à changement de phase (MCP). Ce type de matériau a la propriété d’emmagasiner de fortes quantités de chaleur (latente) sous de faibles volumes, permettant d’envisager un système très compact. A l’échelle du matériau, une investigation sur la cinétique des transferts thermiques au sein de plusieurs MCPs a été évaluée. Une expression phénoménologique décrivant l’évolution temporelle de la température d’un MCP en phase de solidification a été proposée. Elle permet d’estimer la durée de solidification du matériau en fonction de ses caractéristiques géométriques et thermiques. A l’échelle du système, un prototype de batterie thermique a été réalisé et la dynamique des transferts en phase de stockage et déstockage a été étudiée. Les durées de stockage et déstockage suivent des lois de puissance avec le débit imposé ; les pertes de charges s’avèrent insignifiantes. En parallèle, un modèle numérique simulant le comportement dynamique et thermique d’un lit fixe de particules de MCP a été développé et validé sur les données expérimentales. Il pourra être utilisé pour le dimensionnement du futur prototype et servira également d’outil pour optimiser les performances de la batterie en ajustant les paramètres de contrôle.
En savoir plus

180 En savoir plus

Etude expérimentale et numérique de la propagation d'ondes de gravité en zone de déferlement

Etude expérimentale et numérique de la propagation d'ondes de gravité en zone de déferlement

In the MEL formulation, free surface discretization nodes represent fluid particles and, hence, drift in the direction of the mean mass flux of the flow, thereby affecting resolution of the discretization. To either add and redistribute nodes in regions of poor resolution of the free surface or to remove and redistribute nodes in regions of node concentration, a regridding technique was implemented in the model in combination with the MCI interpolation method. This technique redistributes nodes within a specified boundary section, based on a constant arc length interval, or adaptively regrids nodes two by two when they move too close from each other, causing quasi-singularities in the BEM integrals (e.g., in the plunging jet of a breaking wave). Field variables are then re-interpolated using BEM elements, at the new locations of nodes in the regridded section.
En savoir plus

201 En savoir plus

Etude numérique et expérimentale du stockage d'énergie par les matériaux cimentaires

Etude numérique et expérimentale du stockage d'énergie par les matériaux cimentaires

Figure 16 : Coût du matériau en fonction de sa densité de stockage (Van Berkel 2000) Isolation thermique pendant la phase intermédiaire stockage Le cycle complet de stockage - déstockage est constitué de 3 phases : une phase de chargement de chaleur, une phase intermédiaire de stockage et une phase de décharge de chaleur. La phase intermédiaire dure généralement plus longtemps, plusieurs mois pour le stockage saisonnier. L’un des problèmes majeurs du stockage de chaleur saisonnier est l’isolation thermique pendant cette longue période. Dans le cas du matériau ettringitique, l’isolation thermique n’est pas strictement nécessaire lors de cette phase intermédiaire. En effet, la chaleur emmagasinée par réaction chimique est conservée tant que le matériau est isolé de l’eau (liquide ou vapeur). Ceci peut argumenter l’utilisation de l'ettringite comme matériau de stockage saisonnier. Cependant les phases de charge et de décharge de chaleur nécessitent tout de même l’isolation thermique du matériau.
En savoir plus

273 En savoir plus

Etude expérimentale du glissement liquide-solide sur surfaces lisses et texturées

Etude expérimentale du glissement liquide-solide sur surfaces lisses et texturées

On passe alors en épifluorescence en changeant le jeu de filtres entre la source de lumière et la caméra – on pivote le cube optique du microscope – et en basculant l’éclairage sur la lampe UV ; et l’objectif 100x monté sur le piezo est mis en place. Le choix du débit ou de la pression de travail est alors affiné pour que la vitesse à l’altitude centrale soit dans la gamme mesurable par Particle Image Velocimetry, et pour fixer le cisaillement au mur. Après mesure de l’épaisseur du canal en focalisant successivement sur les parois hautes et basses on focalise à quelques microns sous la surface inférieure, et les paramètres du balayage en z sont choisis pour arriver en fin d’expérience à la paroi supérieure. L’acquisition d’images (plutôt de paires de demi- images séparées de un cinquantième de seconde du fait de l’entrelacement vidéo) est lancée de façon synchronisée avec le déplacement du piezo-électrique par paliers de 100 nanomètres pour 2 secondes typiquement. Ainsi, pour un microcanal de 10 µm, et une fréquence d’acquisition de vingt images par seconde, la durée d’une expérience est de l’ordre de 200 secondes, et pour des images de 256 × 256 pixels, et 8 bits de profondeur, on obtient un film de 500 Mo sous la forme d’une pile de 4000 images.
En savoir plus

171 En savoir plus

Etude expérimentale et numérique des phénomènes de condensation dans un tube vertical partiellement immergé

Etude expérimentale et numérique des phénomènes de condensation dans un tube vertical partiellement immergé

Figure III-16 : Comparaison des mesures de Binnie [2] et des mesures obtenues sur la boucle VISCONTI. Malgré la différence de configuration géométrique entre les deux boucles expérimentales, les comportements de la hauteur en fonction du débit injecté pour les deux essais sont similaires. Cependant, on note la présence d’une rupture de pente plus importante sur l’essai de Binnie [2]. On peut attribuer cette rupture à l’absence de l’écoulement par vortex dans les études de Binnie. Ceci s’explique par l’atténuation des effets de bords dans son écoulement. En effet, le diamètre de son bassin est de 1,3 mètre, ce qui représente quasiment 5 fois le diamètre du bassin supérieur de VISCONTI. Cela permet d’éloigner les effets des parois internes du bassin. Le dépassement du tube d’essais par rapport au fond du bassin joue également un rôle important. Le dépassement dans la boucle de Binnie est 3 fois supérieur au dépassement du tube d’essais sur la boucle VISCONTI. Cela permet d’atténuer les effets de l’injection liquide. Les perturbations provoquant le déclenchement du régime vortex sont ainsi presque inexistantes sur le dispositif expérimental de Binnie [2]. La valeur du débit critique dans l’essai sur VISCONTI est cependant bien supérieure à celle observée sur la boucle expérimentale de Binnie [2]. Cette différence est due au fait que la pression en sortie de tube d’essais est plus importante dans le cas VISCONTI que dans l’essai de Binnie. En effet, la longueur du tube d’essais de VISCONTI est quatre fois supérieure à la longueur du tube de Binnie dans cet essai. Par ailleurs, la masse volumique du HFE7000 est aussi 1,4 plus grande que celle de l’eau, ce qui augmente la contribution gravitaire dans l’écart de pression aux extrémités du tube d’essais.
En savoir plus

226 En savoir plus

Etude expérimentale et numérique de la combustion in-situ d’huiles lourdes

Etude expérimentale et numérique de la combustion in-situ d’huiles lourdes

chauffer l’huile en place grâce à l’énergie dégagée par les réactions chimiques. La conséquence de ces échanges thermiques est l’abaissement de la température en allant vers la face d’entrée. Zone 2 : C’est la zone de combustion. L’oxygène est consommé par les réactions chimiques. C’est précisément ici que se situe le front de combustion et, par conséquent, la température la plus élevée. La vitesse du front de combustion va dépendre en grande partie de la quantité de réactif en place et du débit d’oxygène injecté : plus il y aura de réactif, moins le front avancera vite et plus le débit d’injection d’oxygène sera élevé, plus le front avancera rapidement. Le réactif est ici appelé improprement "coke". Littéralement, le coke est plutôt un dérivé du charbon obtenu par distillation de la houille dans un four. Dans les premières études sur la combustion des huiles, on considérait que le réactif qui brûlait pendant les réactions d’oxydation était un composé exclusivement carboné. Cette hypothèse permettait de faire un lien avec les études sur l’oxydation du charbon ou du coke et simplifiait les modèles, d’où la confusion possible qui a pu s’installer avec le mot "coke". Vossoughi et El-Shoubary [9] définissent le coke comme une entité solide ou semi-liquide qui se dépose à la surface du grain et qui peut éventuellement être brûlée pendant la combustion in-situ. Cependant, l’appellation historique utilisée en combustion in-situ a été conservée malgré son inexactitude et la définition édictée par Vossoughi et El-Shoubary est celle qui définit le mieux ce terme dans le vocabulaire habituellement usité par les spécialistes de la combustion in-situ. Il a été prouvé que ce combustible était hydrocarboné. Bousaid et Ramey [10] ont trouvé que le coke pouvait avoir un ratio H/C de 1.65 pour l’huile qu’ils étudiaient. Le problème de cette définition du coke est qu’elle englobe grossièrement tout ce qui brûlera lors des réactions d’oxydation, donc sans distinction de réaction ou de composant. Nous reviendrons plus en détail dans la section 1.2 sur les réactions et les réactifs mis en jeu dans la combustion in-situ.
En savoir plus

299 En savoir plus

Etude numérique et expérimentale des transferts couplés de chaleur et de masse en convection mixte dans un canal

Etude numérique et expérimentale des transferts couplés de chaleur et de masse en convection mixte dans un canal

CONCLUSION GÉNÉRALE ET PERSPECTIVES Dans cette thèse, nous avons présenté une étude numérique et expérimentale portant sur la convection mixte thermosolutale avec changement de phase dans un canal asymétrique. Le canal est formé de deux plaques planes parallèles. La plaque gauche/inférieure est maintenue isotherme et mouillée par un film d’eau liquide d’épaisseur négligeable alors que celle de droite/supérieure est adiabatique sèche. Un écoulement d'air ascendant circule dans le canal avec une température, une humidité constante et un profil de vitesse uniforme. La modélisation mathématique est basée sur les équations de conservation de la quantité de mouvement, de l’énergie et des espèces chimiques. Les propriétés thermo-physiques sont considérées constantes, et évaluées par la loi du tiers, sauf la masse volumique qui obéit à l’approximation de Boussinesq. Des hypothèses simplificatrices ont été introduites et justifiées dans la littérature. Le système, d’équations simplifiées résultantes, qui prend en considération la diffusion axiale, est résolu numériquement par la méthode des volumes finis. Le couplage vitesse-pression est traité par l’algorithme SIMPLER. Le code de calcul a été validé aussi bien en numérique qu’expérimental. Un bon accord de la comparaison, trouvé, entre nos résultats numériques et ceux des essais expérimentaux nous a permis de nous assurer du bon fonctionnement du code de calcul. D’autres résultats expérimentaux sont aussi présentés dans ce travail pour son application pratique.
En savoir plus

204 En savoir plus

Etude numérique de la propagation d'une flamme sous l'influence d'un film liquide de carburant sur la paroi

Etude numérique de la propagation d'une flamme sous l'influence d'un film liquide de carburant sur la paroi

L’objectif de l’étude présentée dans ce chapitre est d’utiliser cette méthodologie basée sur la DNS et la théorie pour étudier la structure de la couche limite turbulente d’un écou- lement en canal sous l’influence de l’évaporation d’un film liquide. Dans cette interaction à double sens, l’évaporation du film liquide est influencée par les gradients d’espèces à proximité de l’interface liquide-gaz alors que le débit de masse évaporé souffle la couche limite modifiant ainsi sa structure [43], [47], [56]. La DNS de l’écoulement couplé avec un modèle d’évaporation de film liquide permet d’étudier la physique du couplage en termes de profils moyens et de fluctuations de vitesse, de température et d’espèces mais également de contrainte de cisaillement moyenne, de flux thermique et de masse évaporée. Ces résul- tats sont à la base de nouvelles lois de paroi tenant compte aussi bien des effets des forts gradients de densité et viscosité que de la vitesse de Stephan engendrée par l’évaporation. Ce chapitre est organisé de la façon suivante : la section 6.2 présente les méthodes numériques et la configuration utilisés pour effectuer les DNS, suivie à la section 6.3 par une brève validation des outils numériques dans le cas classique du ’minimum channel’ de Jiménez et Moin [32] (écoulement isotherme sans évaporation). La section 6.4 présente une DNS d’un écoulement anisotherme sans évaporation afin de montrer l’influence des gradients de densité et de viscosité sur la structure de la couche limite, puis la section 6.5 présente une série de cinq calculs DNS d’écoulements anisothermes en canal turbulent avec des films liquides en évaporation. A partir de ces résultats, la section 6.7 décrit la construction de nouvelles lois de paroi pour un écoulement sous l’influence de l’évapora- tion d’un film liquide. Finalement, la section 6.6 décrit les changements provoqués par l’évaporation du film sur la structure de l’écoulement.
En savoir plus

240 En savoir plus

Etude expérimentale et numérique du transfert hydrique dans la plaine de Sidi Bouzid

Etude expérimentale et numérique du transfert hydrique dans la plaine de Sidi Bouzid

15 1.1.3.5 Méthodes numériques /H SURJUqV GH OD WHFKQRORJLH G¶LQIRUPDWLTXH HW OH GpYHORSSHPHQW GHV FRGHV de calcul ont rendu les simulations à long terme de la recharge plus réalisables. Diverses approches sont utilisées pour simuler les écoulements à travers la zone non saturée, y compris les approches de stockage (Flint et al., 2002 ;Walker et al., 2002), les approches quasi-analytiques (Kim et al., 1996, Simmons et Meyer, 2000), et les approches basées sur la résolution numérique de l'équation de Richards. Plusieurs codes utilisant l'équation de Richards, parmi-lesquels : BREATH (Stothoff, 1995), HYDRUS-1D, HYDRUS-2D (Simunek et al., 1996), SWIM (Ross, 1990) et UNSATH (Fayer, 2000). Sur le plan théorique, la gamme des taux de recharge qui peuvent être estimés à l'aide de la modélisation numérique est infinie. Cependant, la fiabilité de ces estimations devrait être comparable par rapport aux données sur le terrain telles que les données lysimétriques, les traceurs, la teneur en eau et la température (Scanlon et Milly, 1994 ; Andraski et Jacobson 2000 ; Simmons et Meyer 2000 ; Flint et al., 2002). La modélisation de la zone non saturée est utilisée pour estimer le drainage profond sous la zone racinaire où la recharge répond très vite aux pulsations météorologiques.
En savoir plus

210 En savoir plus

Etude expérimentale et théorique des processus déterminant l'évolution des systèmes solide-liquide avec ou sans création de phase

Etude expérimentale et théorique des processus déterminant l'évolution des systèmes solide-liquide avec ou sans création de phase

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

213 En savoir plus

Etude expérimentale de la formation d'un spray à partir d'un film liquide annulaire cisaillé

Etude expérimentale de la formation d'un spray à partir d'un film liquide annulaire cisaillé

L’eau distillée est utilisée comme liquide car elle n’est pas agressive pour le matériel et permet de s’affranchir des problèmes de sécurité. L’eau passe par un filtre de 200 µm avant d’être entrainée par une pompe à engrenage pilotée par un variateur. Le débit est contrôlé à l’aide d’un rotamètre avec une incertitude de ±1 l/h soit environ 0.4 %. L’eau va ensuite alimenter l’injecteur par 4 voies réparties à 90 ◦ autour de l’injecteur (section 2.2.2 ). Après la formation du spray l’eau retourne dans une réserve pour être réutilisée. Cette réserve est une enceinte montant jusqu’au niveau de l’injecteur. Elle est séparée en deux parties par une plaque perforée de 17.5 mm de diamètre (figure 2.1 ) permettant de laisser passer le spray. La partie supérieure permet à l’aide de hublots de visualiser le préfilm ainsi que le spray. La partie inférieure sert à séparer l’air et l’eau. L’air est évacué par deux aérations et l’eau est conservée pour être réutilisée. La plaque qui sépare les deux parties permet de limiter les projections d’eau sur les hublots.
En savoir plus

156 En savoir plus

Modélisation de l'interaction entre un arc électrique et une cathode

Modélisation de l'interaction entre un arc électrique et une cathode

Dans la première partie nous avons présenté le modèle 2D décrivant les équations de conservations dans la cathode et dans le corps du plasma. Dans une seconde partie, les développements ajoutés au modèle d’interaction élaboré dans le chapitre 2 ont été présentés. Notre modèle a été structuré afin de prendre en compte l’existence de la zone cathodique dans le calcul du passage du courant à l’interface plasma/cathode. Pour cela les propriétés de la zone d’ionisation ont été introduites grâce au calcul de la conductivité électrique hors équilibre dans cette région. Ainsi cette conductivité hors équilibre tient compte à la fois de l’état de la surface de la cathode mais aussi de l’état du plasma à l’E.T.L. se trouvant à proximité à l’aide d’une interpolation de la température des lourds et des électrons dans la pré-gaine. Grâce à ce modèle le passage du courant, sans fixer la taille de la tache d’accrochage, a pu être décrit.
En savoir plus

192 En savoir plus

Etude numérique et expérimentale de la croissance de couches minces déposées par pulvérisation réactive.

Etude numérique et expérimentale de la croissance de couches minces déposées par pulvérisation réactive.

Ceci a été vérifié expérimentalement pour le chrome et le titane ; dans le cas du titane une augmentation de 10 % par rapport à l’épaisseur de la couche déposée sur le sub[r]

247 En savoir plus

Projet CHARGEOL : Etude expérimentale et numérique des pieux de fondation des éoliennes offshore

Projet CHARGEOL : Etude expérimentale et numérique des pieux de fondation des éoliennes offshore

Mots clés — pieux, offshore, modélisation physique, fondation, éolienne, centrifugeuse 1. Contexte général La région Pays de la Loire a financé le projet de recherche CHARGEOL, projet collaboratif dans le domaine des fondations profondes offshore avec la participation de plusieurs intervenants industriels (INNOSEA, STX) et scientifiques (École Centrale Nantes, IFSTTAR). L'objectif de ce programme est d'appréhender et évaluer à partir des essais en centrifugeuse géotechnique et des études numériques le comportement des pieux d'une fondation profonde offshore sous chargements monotones, cycliques (axiale et latérale) et sismiques. Pendant la campagne d’essais, des pieux de 1.8cm de diamètre et 40cm de profondeur ont été testés à 100×g dans un massif de sol de sable de Fontainebleau avec un indice de densité de 90 %. La modélisation numérique est effectuée et validée à partir des résultats expérimentaux avec des approches de type éléments finis et macroéléments.
En savoir plus

2 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes