Haut PDF Espace et modes de vie Synthèse

Espace et modes de vie Synthèse

Espace et modes de vie Synthèse

A l’opposé de la hiérarchie sociale, deux types de communes sont plutôt caractérisés par une plus forte proportion d'employés et d’ouvriers et très peu de retraités. Le déficit en cadre[r]

22 En savoir plus

Evolutions du comportement des Français face au développement de l'économie circulaire - Analyse synthétique des études quantitatives portant sur les modes de vie et les aspirations de la population française - Synthèse

Evolutions du comportement des Français face au développement de l'économie circulaire - Analyse synthétique des études quantitatives portant sur les modes de vie et les aspirations de la population française - Synthèse

degrés l'hiver Source : ADEME, 2013 C’est l’augmentation du coût des énergies qui motive le plus les ménages à réduire leur consommation, de façon croissante depuis 2009 (44% en 2009, 57% en 2010, 63% en 2011), loin devant les considérations écologiques ou même de recherche de confort. Cela ne signifie pas que la dimension écologique ne joue aucun rôle dans les changements de comportement des consommateurs vis-à-vis du chauffage. En réalité, les intérêts économiques et environnementaux concourent à la recherche d’économies. Les modélisations économétriques à partir de l’enquête « Conditions de vie et aspirations des Français » de juin 2010 révèlent notamment que les personnes les plus sensibles à l’environnement ont 2,7 fois plus de chances d’avoir cherché à faire des économies de chauffage au cours de l’année par rapport à celles qui se disent peu sensibles à l’environnement. On constate même que la sensibilité écologique est un facteur plus déterminant que le niveau de ressources financières dont dispose le ménage. La plupart des consommateurs tentent de faire des économies en matière de chauffage mais les personnes les plus concernées par l’environnement sont encore plus attentives que les autres. Les campagnes de sensibilisation de la population à la maîtrise de la consommation d’énergie
En savoir plus

28 En savoir plus

Espace et modes de vie Typologie de l'Essonne Communes

Espace et modes de vie Typologie de l'Essonne Communes

Part du secteur oublie parmi les hommes salariés Part du secteur public Cadres Intermé­ diaires Employés Ouvriers qualifiés Ouvriers non qualifiés U12 38 % 34 % 63 % 17 % 19 % Moy[r]

94 En savoir plus

L'évolution des modes de vie des français 
Les collectivités locales face à la demande sociale de services 
Une synthèse prospective

L'évolution des modes de vie des français Les collectivités locales face à la demande sociale de services Une synthèse prospective

En fonction des développements précédents et de cette approche, il nous semble que deux pistes de réflexion mériteraient une exploration complémentaire : l’une concerne un devenir possi[r]

44 En savoir plus

Espace et modes de vie Typologie de l'Essonne Quartiers

Espace et modes de vie Typologie de l'Essonne Quartiers

La construction correspond à une transformat ion de l’usage résidentiel du monde agricole : des zones anciennement agricoles (40 % des logements sont construits avant 1915 contre 11 % [r]

84 En savoir plus

Modes de vie et pratiques environnementales des Français
  (PDF - 4.07 Mo)

Modes de vie et pratiques environnementales des Français (PDF - 4.07 Mo)

Le premier concerne les attitudes : les jeunes générations (les individus nés après 1970 et en particulier après 1990) expriment de plus grandes inquiétudes à l’égard de la dégradation de l’environnement, ainsi qu’une plus grande connaissance des enjeux liés et une plus grande croyance dans la réalité du changement climatique. Cependant, ils expriment aussi plus fréquemment une forme de pessimisme et une moindre croyance dans la possibilité pour les sociétés modernes de modifier leur mode de vie afin de le rendre soutenable [Stanes, Klocker et Gibson, 2015]. Comme le montre l’axe opposant engagement et désengagement (est- ouest), le pessimisme pourrait être à l’origine d’un désengagement (ou jouer le rôle de «  bonnes raisons  » légitimant ce désengagement). Ce désengagement, qui va de pair avec un relatif sous-équipement, renvoie au second type de résultat, portant plus spécifiquement sur les pratiques environnementales. Les pratiques environnementales liées à l’habitat et au travail domestique (au contraire de celles liées à la mobilité) croissent avec l’avancée dans le cycle de vie : plus les individus vieillissent et plus grand est leur investissement temporel et matériel dans l’espace domestique (Lynn, 2014). Cette stabilisation progressive serait propice à l’accumulation de biens d’équipement, ainsi qu’à l’établissement de règles dans l’organisation de l’espace domestique, parmi lesquelles peuvent figurer le tri sélectif, les gestes d’économie d’énergie ou encore une alimentation plus saine et plus «  verte  ». Cela dit, le rapport entre âge, générations, et pratiques et attitudes environnementales est complexe et ces constats mériteraient, là aussi, davantage de vérification empirique.
En savoir plus

100 En savoir plus

Les réfugiés congolais au Gabon : modes de circulation et d'installation dans un espace frontalier

Les réfugiés congolais au Gabon : modes de circulation et d'installation dans un espace frontalier

conflit à établir un pont aérien pour rapatrier leurs ressortissants et éviter donc des pertes en vie humaine. La tendance des opérations de rapatriement se confirmera en 1992 et en 1995 au cours des opérations qui ont renvoyé du pays des dizaines de milliers d’immigrés clandestins. Constant-Félix Pambou-Loueya (2003) remarque à ce propos que si la justification officielle de ces derniers rapatriements était le besoin de faire partir du pays les immigrés clandestins, on constate que ces opérations n’ont pas atteint les 2600 Européens reconnus en situation irrégulière lors du recensement de 1993. La terminologie locale du terme « immigré » semble alors connotée et désigne exclusivement l’étranger d’origine négro-africaine. Depuis 1995, peu d’opérations d’expulsions des étrangers ont eu lieu en dehors des refoulements multiples des « dos mouillés 84 » et des clandestins pris à la frontière. Le 18 octobre 2009, par exemple, les gendarmes de la brigade nautique de Libreville ont intercepté un navire ghanéen dans lequel se trouvaient 288 personnes voulant entrer au Gabon. Ces clandestins avaient été conduits à la Direction Générale de la Documentation et de l’Immigration (DGDI). Dans la nuit du 24 au 25 octobre, les services gabonais de l’immigration ont renvoyé vers Porto-Novo, au Bénin, 200 de ces 288 personnes arrêtées. 24 d’entre eux restés sur le territoire gabonais étaient en situation régulière vis-à-vis des lois régissant l’immigration au Gabon. Les mineurs, au nombre de 34, ont été placés dans des centres d’accueil pour des raisons d’enquêtes avant leur rapatriement. La DGDI avait identifié dans ce groupe 135 Béninois, 78 Togolais, 22 Maliens, 21 Burkinabés. Selon « un clandestin sénégalais, l’armateur aurait pris la somme de
En savoir plus

365 En savoir plus

L'habitat contemporain au Maroc et son rapport à l'évolution des modes de vie

L'habitat contemporain au Maroc et son rapport à l'évolution des modes de vie

Le paradoxe pario-m'rah. Dans ce premier exemple, le m'rah reçoit un jour naturel direct (médiocre, il est vrai) grâce à l'ouverture pratiquée sur le patio. En première lecture, ce patio de 16 m2, im­ posé par la réglementation des lotissements d’habitat économique sur certaines parcel­ les pourrait être assimilé à la cour centrale de la maison de médina ancienne. La pra­ tique habitante infirme cette interprétation, et la reconstitution d'un espace central, mais intérieur, le m'rah, en fournit la preuve a contrario. Cette inefficience de la cour-patio s'explique autant par l'occupa­ tion plurifamiliale de l'immeuble (avec pos­ sibilité de vues plongeantes et de vis-à-vis) que par la position en coin de ce « patio », donc excentrée, hors du système de distri­ bution des pièces. Nos observations attes­ tent qu'il est en fait essentiellement utilisé en espace de renvoi pour l’habitant loca­ taire du rez-de-chaussée et qu'il constitue quelquefois pour lui un substitut à la terrasse 5.
En savoir plus

127 En savoir plus

Les modes de vie des ménages vivant avec moins que le budget de référence

Les modes de vie des ménages vivant avec moins que le budget de référence

5 Note de synthèse Entre 2012 et 2014, sous l’impulsion de l’ONPES, des budgets de référence (BDR) ont été construits pour définir les biens et services nécessaires « pour faire face aux nécessités de la vie quotidienne (se nourrir, se loger, avoir accès à la santé…) mais aussi pour avoir la possibilité de participer à la vie sociale ». Ces travaux ont associé 31 groupes de discussion (focus groups) qui se sont réunis dans deux villes de province, Dijon et Tours. Les points de vue des groupes de citoyens ont été complétés par l’analyse d’experts pour certains domaines (alimentation, logement, complémentaire santé, transports) et par les réflexions du comité de pilotage. Après valorisation monétaire, ces paniers de biens et services ont été transformés en « budgets de référence », somme des différents postes budgétaires (alimentation, équipement de la maison, éventuels frais de garde d’enfants, logement, vêtements, santé, produits d’hygiène, loisirs, transports…).
En savoir plus

161 En savoir plus

Les différences de modes de vie selon le lieu de résidence

Les différences de modes de vie selon le lieu de résidence

S’agissant d’une connexion domestique à Internet, la tendance à la hausse est aussi spectaculaire (Graphique 21). Sur la période récente, l’accès à Internet au domicile s’échelonne entre 43% et 67% (à Paris intra- muros). Dans l’espace rural, il apparaît moins élevé (34% seulement, mais sur la période 2005- 2008). Bref, quelle que soit la typologie retenue, une vingtaine de points séparent les mieux lotis (habitants des villes centres, de Paris intra-muros …) de ceux dont l’équipement est moins important (espace rural, Province, agglomérations de moins de 100.000 habitants). L’écart est significatif, mais il n’est pas d’une ampleur telle qu’il justifie le qualificatif de « fracture numérique ». Les disparités d’équipement selon l’âge, le niveau de diplôme, la profession ou le niveau de revenu sont bien plus importantes 19 .
En savoir plus

196 En savoir plus

Les réfugiés congolais au Gabon : modes de circulation et d'installation dans un espace frontalier

Les réfugiés congolais au Gabon : modes de circulation et d'installation dans un espace frontalier

conflit à établir un pont aérien pour rapatrier leurs ressortissants et éviter donc des pertes en vie humaine. La tendance des opérations de rapatriement se confirmera en 1992 et en 1995 au cours des opérations qui ont renvoyé du pays des dizaines de milliers d’immigrés clandestins. Constant-Félix Pambou-Loueya (2003) remarque à ce propos que si la justification officielle de ces derniers rapatriements était le besoin de faire partir du pays les immigrés clandestins, on constate que ces opérations n’ont pas atteint les 2600 Européens reconnus en situation irrégulière lors du recensement de 1993. La terminologie locale du terme « immigré » semble alors connotée et désigne exclusivement l’étranger d’origine négro-africaine. Depuis 1995, peu d’opérations d’expulsions des étrangers ont eu lieu en dehors des refoulements multiples des « dos mouillés 84 » et des clandestins pris à la frontière. Le 18 octobre 2009, par exemple, les gendarmes de la brigade nautique de Libreville ont intercepté un navire ghanéen dans lequel se trouvaient 288 personnes voulant entrer au Gabon. Ces clandestins avaient été conduits à la Direction Générale de la Documentation et de l’Immigration (DGDI). Dans la nuit du 24 au 25 octobre, les services gabonais de l’immigration ont renvoyé vers Porto-Novo, au Bénin, 200 de ces 288 personnes arrêtées. 24 d’entre eux restés sur le territoire gabonais étaient en situation régulière vis-à-vis des lois régissant l’immigration au Gabon. Les mineurs, au nombre de 34, ont été placés dans des centres d’accueil pour des raisons d’enquêtes avant leur rapatriement. La DGDI avait identifié dans ce groupe 135 Béninois, 78 Togolais, 22 Maliens, 21 Burkinabés. Selon « un clandestin sénégalais, l’armateur aurait pris la somme de
En savoir plus

364 En savoir plus

Atelier "Vivre en Ville" : modes de vie en périphérie : les pratiques dans les centres commerciaux, modes d'habiter en péri-urbain

Atelier "Vivre en Ville" : modes de vie en périphérie : les pratiques dans les centres commerciaux, modes d'habiter en péri-urbain

Ces lieux ne peuvent être appréhendés dans leur totalité par une seule discipline et la multiplicité des approches ne fait qu'enrichir la compréhension des pratiques et des représentatio[r]

75 En savoir plus

Modes de vie et politiques municipales : regards sur le milieu périurbain montréalais

Modes de vie et politiques municipales : regards sur le milieu périurbain montréalais

18 Dans ce cadre et afin de répondre à notre questionnement initial, des entretiens semi-directifs ont été menés avec différents acteurs de cette municipalité. Avant tout, il convient de rappeler que les études sur les banlieues se heurtent souvent à la faiblesse du taux de répondants sollicités, fait d’autant plus prégnant dans les milieux de petite taille comme celui de Sainte- Julie. Notre choix s’est porté sur les acteurs représentant cette ville : les élus municipaux, les journalistes des médias locaux, des citoyens résidant dans la municipalité, particulièrement engagés dans les associations locales et des fonctionnaires de la municipalité. Le principe de diversification externe a donc motivé la constitution de notre échantillon (Pires, 1997). Plus précisément, nous avons interviewé deux élus : la mairesse de la ville (qui est également préfète de la MRC) ; trois fonctionnaires œuvrant au sein de la municipalité de Sainte-Julie ; quatre citoyens, tous résidant à Sainte-Julie et deux journalistes. La profession exercée par ces citoyens a orienté le choix : agent immobilier, directeur de garderie et directeur de centre communautaire. Il s’agit donc de citoyens dont la profession est clairement impliquée dans le milieu de vie quotidien. L’objectif de cette diversité est d’obtenir des points de vue d’acteurs aux statuts différents et d’identifier les éléments susceptibles d’attirer les résidants dans cette municipalité ou de motiver le choix d’habitat. L’objectif de notre propos n’est donc pas d’interroger des résidants fraichement arrivés au sein de la municipalité, mais bien plus d’avoir le point de vue de personnes investies dans la municipalité et qui participent de fait à la construction de l’image de celle-ci, pour reprendre les propos de Lévy. L’échantillon final se compose donc de dix personnes. En dépit de la petite taille de cet échantillon, une saturation empirique des données récoltées a vite été observée.
En savoir plus

11 En savoir plus

Biogéochimie isotopique et anthropologie biologique : reconstitution des modes de vie du passé

Biogéochimie isotopique et anthropologie biologique : reconstitution des modes de vie du passé

24.3 Principes de fractionnement isotopique 2 et interprétation des données Les isotopes stables ont la propriété de ne pas subir de modification de concentration après la mort de l’individu, ainsi les teneurs mesurées aujourd’hui sur des tissus fossiles sont identiques à celles accumulées du vivant de l’individu, sous réserve que la diagénèse n’en ait pas altéré le contenu. Parce que les différents isotopes d’un élément ont des masses différentes (nombre différent de neutrons), ils présentent des propriétés cinétiques et thermodynamiques particulières et donc des modes de comportements déterminés et prévisibles au cours des réactions chimiques. En effet, lors de ces réactions, on observe une participation préférentielle d’un des isotopes stables, ce « fractionnement isotopique » conduit à des teneurs de l’isotope étudié différentes entre le produit et le substrat de la réaction. Les compositions isotopiques correspondent au rapport de l’isotope lourd sur l’isotope léger dans un échantillon comparé à ce même rapport dans un standard. Les résultats des mesures des compo- sitions isotopiques sont notés δ et exprimés en ‰ afin de visualiser les variations très faibles entre les teneurs relatives en isotopes de l’échantillon et celles du standard (chapitre « Contributions de la biogéochimie isotopique à l’archéozoologie »).
En savoir plus

22 En savoir plus

Modes de vie, attitudes, projets professionnels : le rôle de l'origine culturelle

Modes de vie, attitudes, projets professionnels : le rôle de l'origine culturelle

Dans cette dernière partie, nous reprenons les hypothèses posées au départ que nous analysons en regard de nos résultats Pour cela, nous évoquons d’abord les caractéristiques des straté[r]

108 En savoir plus

Situations de travail, modes de vie et santé: modélisation des relations et implications

Situations de travail, modes de vie et santé: modélisation des relations et implications

Imprégné de positivisme par des études techniques, notre position, au fil des années, des travaux de recherche et des lectures, a évolué vers le point de vue plus constructiviste que n[r]

177 En savoir plus

Espace, qualité de vie et quête d'authenticité : l'attractivité des territoires ruraux québécois

Espace, qualité de vie et quête d'authenticité : l'attractivité des territoires ruraux québécois

(ruraux)) sont considérés comme typiquement urbains. On voit que les causes des problèmes sociaux sont assez tranchées entre les deux espaces: l'agressivité liée à [r]

138 En savoir plus

Caractérisation des modes de consommation alimentaire des ménages à Kinshasa : analyse des interrelations entre modes de vie et habitudes alimentaires

Caractérisation des modes de consommation alimentaire des ménages à Kinshasa : analyse des interrelations entre modes de vie et habitudes alimentaires

Source : Auteur, à partir des données de l’enquête (2010) Le tableau ci-haut permet de faire les observations suivantes : 1° Genre et état-civil des chefs de ménages Le résultat obtenu permet de faire deux observations importantes : premièrement, les chefs de ménages sont en majorité du genre masculin. Cela semble normal étant donné que le code de famille congolais reconnaît dans son article 44 que l’époux (l’homme) est le chef de ménage dans le cas d’un couple marié. C’est la deuxième observation que révèle ce tableau qui semble encore intéressante. En effet, en additionnant le taux de célibataires à celui de divorcé(e)s et de veuf(ve)s on obtient respectivement 22% (Quartier aisé), 23% (Quartier moyen) et 26% (Quartier pauvre). Ces chiffres sont révélateurs de l’ampleur des ménages dirigés par les femmes. Dans ces ménages les modes de vie sont très particuliers à cause du fait que la femme joue à la fois le rôle de mère et de gestionnaire au quotidien du ménage.
En savoir plus

199 En savoir plus

Modes de vie 1985 
Rapport intérimaire 
Les Français, leur consommation, leurs modes de vie en 1985

Modes de vie 1985 Rapport intérimaire Les Français, leur consommation, leurs modes de vie en 1985

Estimation en prix constants de la consommation totale (ligne 5 des renseignements généraux) : on ne dispose pas d'estimation cohérente pour l'ensemble de la période étudiée mais des e[r]

68 En savoir plus

Modes de représentation pour l'éclairage en synthèse d'images

Modes de représentation pour l'éclairage en synthèse d'images

REMERCIEMENTS Ces quatre années de doctorat n’auraient pu être aussi enrichissantes et passionnantes sans le soutien inconditionnel et sans faille de mes trois directeurs : Xavier Granier, Pierre Poulin et Christophe Schlick. Ils ont su me transmettre non seulement leur sens de la rigueur scientifique et rédactionnelle, mais aussi une méthodologie pour le tra- vail particulier, qu’est la recherche en synthèse d’images. A travers nos brainstorming sans fin sur les notations mathématiques, j’ai surtout appris qu’une idée doit sans cesse être travaillée, développée et retravaillée afin de la transformer en résultats. Leurs nom- breuses qualités humaines en font des encadrants hors pair qui ont su, tout au long de mon doctorat, entretenir ma motivation, ce qui m’amène aujourd’hui à écrire ces lignes. Merci à Bernard Péroche et Xavier Pueyo de m’avoir fait l’honneur d’être les rappor- teurs de ce mémoire. Merci aussi à Victor Ostromoukhov d’avoir participé au jury avec une perception différente mais toujours enrichissante. Merci enfin, à Pascal Guitton, chef d’équipe dynamique, qui a présidé mon jury et qui a réussi à faire en sorte que le cadre de travail et d’étude des doctorants soit agréable et fructifiant.
En savoir plus

218 En savoir plus

Show all 7022 documents...

Sujets connexes