Haut PDF Epidémiologie des ictères chez l’enfant

Epidémiologie des ictères chez l’enfant

Epidémiologie des ictères chez l’enfant

L’hépatite A est de loin la cause la plus fréquente des ictères fébriles chez l’enfant à Marrakech. Sa recherche systématique serait justifiée en première intention devant un ictère fébrile de l’enfant. Nos résultats suggèrent que l’âge, le sexe masculin, l’habitat urbain et surtout en intra- muros, la condensation au sein des foyers, le niveau socioéconomique bas pourraient être des facteurs favorisant la transmission dans notre environnement. Cependant, des études de séroprévalence sont nécessaires pour confirmer d’une part l’implication de ces facteurs dans la transmission de l’hépatite A, et établir, d’autre part, le profil épidémiologique de cette infection dans notre région puis dans notre pays. Ceci est fondamental pour juger de l’utilité d’établir un système de surveillance et une politique vaccinale appropriés au contexte marocain.
En savoir plus

88 En savoir plus

Epidémiologie de l'infection à VIH chez l'enfant dans la région de Marrakech

Epidémiologie de l'infection à VIH chez l'enfant dans la région de Marrakech

Les molluscums contagiosums (MC) sont des lésions infectieuses dues à un virus à ADN double hélice du genre des molliscipox de la famille des Poxviridae, Il s’agit d’une affection cutanée fréquente, dont l’incidence reste inconnue en l’absence d’étude. Elle touche essentiellement les enfants entre 2 et 10 ans. Cette infection est fréquemment constatée chez les immunodéprimés et les patients contaminés par le VIH. Des études [29;30;31] ont montré que la fréquence des MC augmentait à mesure que l’immunodépression se majorait chez des patients infectés par le VIH. MC chez le patient infecté par le VIH peuvent être extrêmement nombreux, parfois géants, atypiques, avec possibilité d’atteinte des muqueuses et de l’œil.
En savoir plus

111 En savoir plus

Epidémiologie des maladies bucco-dentaires chez la femme enceinte : facteurs de risque et association avec l'accouchement prématuré

Epidémiologie des maladies bucco-dentaires chez la femme enceinte : facteurs de risque et association avec l'accouchement prématuré

63 mortalité néonatale des prématurés sont dominées par les détresses respiratoires réfractaires, les hémorragies cérébrales et les infections. À âge gestationnel égal, la survie des enfants prématurés est en augmentation, conséquence des améliorations dans la prise en charge (corticoïdes, surfactant). La prématurité représente un des domaines médicaux d’intérêt des pouvoirs publics et des structures de santé publique et de recherche médicale, en raison de l’incidence élevée des accouchements prématurés, de la gravité des complications, de la complexité de leur prise en charge (tant sur un plan éthique qu’économique), et des perspectives de prévention. Dans la cohorte française EPIPAGE, le taux de survie à l’hospitalisation est de 97% à 32 SA. Ce taux diminue régulièrement pour chaque semaine de gestation en moins : 78% à 28 SA, 31% à 24 SA, et jusqu’à 0% à 22 SA (4). L’évaluation du pronostic à long terme est un élément important de la décision de l’équipe périnatale. La grande prématurité est à l’origine de la moitié des handicaps d’origine cérébrale de l’enfant (4). Les hémorragies intracérébrales sévères et les leucomalacies péri-ventriculaires sont les principales complications exposant au risque de séquelles neuropsychiques chez les enfants nés prématurément. Les troubles du développement psychomoteur semblent associés à l’âge gestationnel à la naissance (73), mais aussi aux causes de la prématurité (4). D’autres séquelles, d’ordre respiratoire ou digestif, peuvent survenir de façon retardée durant la petite enfance (4).
En savoir plus

208 En savoir plus

Epidémiologie du rhumatisme articulaire aigu dans la région de Marrakech

Epidémiologie du rhumatisme articulaire aigu dans la région de Marrakech

Les fuites mitrales et aortiques sont de loin les valvulopathies rhumatismales les plus fréquentes. Ceci concorde avec toutes les études réalisées dans ce cadre [72]. Mais, lors de la dernière révision des critères de Jones en 1992, les experts de l'American Heart Association recommandaient l'utilisation de l'échocardiographie Doppler uniquement pour le diagnostic d'épanchement péricardique, de myocardite, mais ne retenaient pas sa valeur pour le diagnostic d'atteinte valvulaire infraclinique, en raison de sa grande sensibilité et de son manque de spécificité avec la présence d’une fuite « physiologique » ; qui peut être considérée comme une cardite rhumatismale, surtout si la fuite est mitrale [83]. Toutefois ces fuites sont fréquemment retrouvées chez l'adulte et beaucoup moins chez l'enfant [18].
En savoir plus

134 En savoir plus

Epidémiologie de l’épilepsie à l’hôpital de jour pédiatrique

Epidémiologie de l’épilepsie à l’hôpital de jour pédiatrique

nouvelle forme galénique au goût neutre et à libération prolongée et donc particulièrement adaptée à l’enfant. Les effets secondaires sont dominés par l’hépatite sévère surtout s’il est utilisé en polythérapie, tandis que d’autres effets indésirables peuvent se produire moins fréquemment : somnolence, troubles digestifs, chute de cheveux, tremblement, prise de poids et rarement la thrombopénie. Dans notre série, le VPA était l’antiépileptique le plus utilisé chez nos enfants (82%), en monothérapie, bithérapie ou trithérapie, ce qui concorde avec les données de la littérature.
En savoir plus

113 En savoir plus

Compagne de sensibilisation  L’obésité chez l enfant

Compagne de sensibilisation L’obésité chez l enfant

Après un bout de temps il y a eu une nette amélioration de son état physique et un changement radicale dans son comportement vis-à-vis de l'alimentation mal saine. 7. Témoignage sur un cas d’étude d’enfant obèse D’après nos recherches sur le thème de l’obésité chez l’enfant un certain nombre de questions qui demandent à être examiner trouver des réponses et d’essayer de trouver les moyens pour prévenir cette maladies de siècle devenu dévastatrice.

26 En savoir plus

Epidémiologie et génétique humaine de l’ulcère de Buruli

Epidémiologie et génétique humaine de l’ulcère de Buruli

Laouénan, un autre ancien de l’équipe épidémio, pour nos discussions. Merci à Patrick Nitschké, de la plateforme bioinformatique, pour nos nombreuses interactions aux débuts de Polyweb. Merci à l’équipe de l’U946 chez qui j’ai passé six mois d’internat juste avant mon arrivée à l’unité, en particulier à Florence Demenais et Emmanuelle Bouzigon. C’est une grande chance que d’avoir pu vivre plusieurs mois dans un autre laboratoire de génétique épidémiologique parisien avant de venir à l’U550. Merci à ceux qui m’ont fait confiance pour donner des cours et des formations, Patrick Langue, Alexandre Alcaïs, Hervé Perdry, Anne-Louise Leutenegger, Emmanuelle Génin, Lluis
En savoir plus

342 En savoir plus

Pépite | Prise en charge de la dermatite atopique chez le nourrisson et le jeune enfant

Pépite | Prise en charge de la dermatite atopique chez le nourrisson et le jeune enfant

Le tacrolimus topique doit être appliqué deux fois par jour, en couche mince, sur l’ensemble des lésions jusqu’à disparition de celles-ci (53). Parmi les effets indésirables du tacrolimus, il provoque souvent une exacerbation du prurit et une sensation de brûlure de la zone traitée. Ces effets surviennent très souvent en début de traitement, ils sont transitoires et disparaissent au bout de quelques jours. Contrairement aux dermocorticoïdes, le tacrolimus ne provoque pas d’atrophie cutanée d’où son utilisation possible sur le visage, les paupières et les plis de l’enfant. Les parents doivent être informés de la contre-indication du traitement en cas d’infection herpétique. Il faut également les informer que durant le traitement l’exposition solaire est déconseillée. Des cas de lymphome et de tumeur maligne ont été rapportés chez les patients traités sur le long terme par le tacrolimus. Ce qui explique que le tacrolimus est utilisé en cure courte (53).
En savoir plus

94 En savoir plus

Epidémiologie de la tuberculose au niveau de la wilaya de Mostaganem.

Epidémiologie de la tuberculose au niveau de la wilaya de Mostaganem.

7.3. Infection par le VIH : L’immunodépression induite par le VIH est un facteur de risque majeur de progression de l’infection tuberculeuse vers une TB évolutive et a un impact important sur l’épidémiologie de la TB. Après l’infection par M. tuberculosis, le risque de développer une TB évolutive au cours de la vie est d’environ 10%. Toutefois, chez les patients co-infectés par le VIH et M.tuberculosis, ce risque est d’environ 10% par an. Environ 12 à 14 % des cas de TB dans le monde sont des patients infectés par le VIH. En Afrique, 82% des cas de TB sont des patients infectés par le VIH. Pour l’année 2012, on estime que 8,6 millions de personnes ont contracté cette maladie et que 1,3 million en sont morts (y compris 320 000 décès parmi les personnes séropositives pour le VIH. (CROBETT, WATT, WALKER, MAHER, & WILLIAMS, 2003)
En savoir plus

66 En savoir plus

Epidémiologie de la leptospirose animale aux îles Fidji

Epidémiologie de la leptospirose animale aux îles Fidji

L’objectif premier est modifié pour mesurer l’association entre la leptospirose et l’exposition au facteur climatique. Le protocole de l’étude intègre les contraintes rencontrées au cours de la mise en place d’un projet d’une telle envergure, et les moyens disponibles pour les contourner dans un pays en voie de développement. Cette enquête met en évidence un taux de séro-prévalence élevé de l’infection leptospirosique dans les populations animales, notamment chez les bovins et les chevaux. Le sérovar mwalok paraît endémique sur l’île de Viti Levu tandis que l’endémie des sérovars hardjo et australis est vraisemblablement limitée à la zone climatique intermédiaire. Des associations particulières et spécifiques d’un type climatique semblent lier certains sérovars et une espèce animale donnée. L’échantillonnage de cette étude introduit un bais de sélection qui entraîne une distorsion lors de l’extrapolation des résultats aux populations cibles.
En savoir plus

151 En savoir plus

Epidémiologie de la fièvre catarrhale maligne en Europe

Epidémiologie de la fièvre catarrhale maligne en Europe

C.tororensis, C. milnei. Au cours des diverses incursions du virus en Europe, le vecteur majeur de la maladie était C. imicola (MELLOR, 1983 ; MELLOR, 1984 ; BOORMAN, 1983 ; DELECOLLE, sous presse). Pourtant la récente épizootie en Bulgarie et Grèce continentale a eu lieu dans une zone où C.imicola n’a pas été détecté, où par contre la population de C. obsoletus est abondante. Le virus ayant été isolé de C. obsoletus sur l’île de Chypre, le rôle épidémiologique de cette espèce est très discuté (MELLOR, 1979 ; SELLERS, 1984). En Asie le virus a été isolé chez des Culicoides, les espèces n’ont malheureusement pas été identifiées, mais l’on sait que C. imicola, C. fulvus et C. actoni, vecteurs avérés dans d’autres régions du globe sont présents dans quasiment toute l’Asie ; des études supplémentaires sont donc nécessaires pour connaître avec certitude la nature des vecteurs dans ces régions. En Australie, le vecteur principal est C. fulvus, les autres vecteurs importants sont C. wadai, C. actoni et C. brevitarsis (MELLOR, 2000).
En savoir plus

88 En savoir plus

Ictères néonatals : expérience du CHU Mohammed VI

Ictères néonatals : expérience du CHU Mohammed VI

Dans notre étude 363 cas ont présentés l’ictère sur 1439 soit 25.2 % des cas hospitalisés. Ils ont été hospitalisés soit pour un ictère cutanéo- muqueux soit pour un autre problème de santé et qui ont présenté l’ictère au cours de leurs hospitalisations. De nombreux progrès tels qu’un meilleur suivi des grossesses et donc du dépistage de l’allo-immunisation rhésus ou l’amélioration des appareils de photothérapie ont fait croire que l’ictère nucléaire était une pathologie du passé. Mais récemment des publications anglosaxones [13, 14] ont rapporté un nombre croissant d’ictères nucléaires, y compris chez le nouveau né à terme. Les raisons en sont probablement multiples, mais la principale semble être la généralisation des sorties très précoces avant 48 heures voir 24 heures sans réseau de soins corrects à domicile. D’autant plus que la prise en charge de l’ictère chez le nouveau-né à terme est loin d’être univoque entre les équipes comme le montre une étude de Hansen en 1996 [15].
En savoir plus

126 En savoir plus

Epidémiologie des cancers de l’estomac dans la région de Marrakech

Epidémiologie des cancers de l’estomac dans la région de Marrakech

I- DEPISTAGE [26, 67,109] Au Japon, en raison de la forte incidence de l’adénocarcinome gastrique, le dépistage annuel des personnes de plus de 50 ans par endoscopie a permis de diagnostiquer 40% des tumeurs à un stade superficiel et de diminuer la mortalité spécifique due au cancer gastrique. Contrairement à celle observée en Asie et en Amérique du sud, la fréquence du cancer gastrique en France n’est pas assez élevée pour justifier un dépistage de masse, d’autant que l’on dispose pas d’un test de dépistage remplissant les critères de simplicité et de faible coût définis par l’OMS . De plus, la cascade d’événement histologique de la cancérogenèse n’aboutit à un cancer que chez 1% des malades porteurs de gastrite chronique ; elle est l’apanage des adénocarcinomes de type intestinal, ne concernant pas les cancers de type diffus ou infiltrant.
En savoir plus

93 En savoir plus

Déficits visuels : dépistage et prise en charge chez le jeune enfant

Déficits visuels : dépistage et prise en charge chez le jeune enfant

Efficacité Il existe peu de données chiffrées. En effet, des études sur ce sujet sont difficiles à mener en raison de l’absence de tests fiables de mesure de l’acuité visuelle chez le très jeune enfant et des problèmes de comparaison des données d’acuité visuelle par des tests variant selon l’âge. Les travaux retiennent toutefois le risque majeur de développement de l’amblyopie chez le jeune enfant, avec une efficacité de l’occlusion inversement proportionnelle à l’âge de l’enfant, et ce d’autant qu’il présente une fixation excentrique (Beardsell et coll., 1999 ; Keech et Kutschke, 1995 ; Ching et coll., 1986). Par ailleurs, le nombre d’amblyopies associées à une ésotropie (strabisme avec axes visuels convergents) non accommodative augmente avec la duréed’existence d’une déviation non corrigée (Quere, 1991). Il est donc nécessaire de détecter et de traiter l’amblyopie aussi précocement que possible lors de la période critique du développement (Hubel et Wiesel, 1965 ; Beardsell et coll., 1999). L’efficacité de l’occlusion a été démontrée dans trois types d’amblyopie : l’anisométropie définie par une différence de puissance réfractive entre les deux yeux d’au moins une dioptrie ; l’amblyopie strabique associée à une déviation au test de l’écran et un scotome de
En savoir plus

362 En savoir plus

Évolution des caractéristiques, des déterminants et des répercussions du sommeil chez le jeune enfant

Évolution des caractéristiques, des déterminants et des répercussions du sommeil chez le jeune enfant

Une variété de résultats est ressortie de ces études (voir introduction 1.3.2). La divergence dc résultats s’explique, en partie, par la diversité des méthodes de recrutement des enfants[r]

245 En savoir plus

La dépression chez les hommes durant la période périnatale de leur premier enfant

La dépression chez les hommes durant la période périnatale de leur premier enfant

• Le questionnaire Edinburgh Postnatal Depression Scale (EPDS) -- outil diagnostique reconnu efficace pour dépister la dépression périnatale chez les pères. À la base, il a été conçu pour les mères et n’est pas spécifique aux pères. Cependant, il fonctionne chez les hommes si on utilise un score supérieur à 9.

30 En savoir plus

Emploi, enfant et aspirateur : quelles évolutions chez les jeunes couples depuis 2005 ?

Emploi, enfant et aspirateur : quelles évolutions chez les jeunes couples depuis 2005 ?

Ces différences observées entre pères et mères après sept ans passés sur le marché du travail semblent prendre leur source en amont, en fonction de leur si- tuation professionnelle au moment de la naissance des enfants, et de l’inflexion de la vie professionnelle qui a été choisie ou s’est imposée à ce moment-là. Les conditions professionnelles entourant l’arrivée des enfants diffèrent de façon significative entre pères et mères [5]. Ainsi, seul un homme sur douze contre une femme sur quatre n’est pas en emploi au mo- ment de l’arrivée de l’enfant (ou du deuxième s’il y en a plusieurs). De surcroît, les jeunes mères en emploi adaptent beaucoup plus fréquemment leur activité suite à une naissance que les jeunes pères. Ainsi, 14 % des pères, mais près de la moitié des mères (49 %), déclarent que la naissance de leur premier enfant a eu une ou plusieurs incidences sur leur emploi. L’arri- vée d’un deuxième enfant a encore davantage d’inci- dences pour les mères en emploi puisque 61 % d’entre elles déclarent explicitement un changement profes- sionnel à cette occasion, contre, invariablement, 14 % des pères (cf. Tableau 2).
En savoir plus

4 En savoir plus

L'intérêt de l'enveloppement humide chez un enfant présentant des troubles majeurs de la relation

L'intérêt de l'enveloppement humide chez un enfant présentant des troubles majeurs de la relation

III- La mise en place d'un projet thérapeutique en perpétuelle évolution 1- Questionnements autour de Dimitri Depuis son arrivée à l'hôpital, les équipes médicales n'ont cessé de se questionner afin de trouver des prises en charge les mieux adaptées à son comportement. Celui-ci, très ritualisé, laisse penser à la psychomotricienne qu'une certaine stabilité est primordiale pour que Dimitri investisse la prise en charge. Un cadre est rapidement mis en place. Le profil sensoriel a mis en évidence que les textures, le contact physique et la température déclenchaient des réactions chez Dimitri. Ces éléments sont évocateurs de l'importance de la dimension sensorielle pour lui. La problématique de Dimitri nécessite donc de favoriser la sensorialité. De plus, certaines de ses conduites semblent se rattacher à une tentative d'établir une sensation corporelle qui lui fait défaut. Des enveloppements, comme le packing, sont des pistes thérapeutiques favorables à un travail d'intégration corporelle.
En savoir plus

96 En savoir plus

Processus développementaux impliqués dans l’évolution de la néophobie alimentaire chez le jeune enfant

Processus développementaux impliqués dans l’évolution de la néophobie alimentaire chez le jeune enfant

Des travaux ont également indiqué que, lors de la période de diversification, la variété alimentaire proposée aux enfants, que ce soit en termes de saveur ou de texture, influençait l’acceptabilité des aliments nouveaux. En ce qui concerne la saveur, Gerrish et Mennella (2001) ont évalué l’acceptation d’un nouveau légume (purée de carottes) suite à trois types d’exposition : exposition à l’aliment cible, exposition à la purée de pommes de terre (dont la flaveur est très différente de la carotte) et exposition à une variété de légumes n’incluant pas la carotte. Leurs résultats ont montré que les nourrissons exposés à la purée de pommes de terre n’augmentaient pas leur consommation de purée de carottes, tandis que les nourrissons exposés à l’aliment cible et à une variété de légumes consommaient davantage de purée de carottes après la période d’exposition. Mennella, Nicklaus, Jagolino, et Yourshaw (2008) ont montré que chez les nourrissons, l’exposition répétée à une variété de fruits augmentait l’acceptation d’un nouveau fruit, mais qu’elle ne se généralisait pas à un nouveau légume. D’autre part, l’exposition répétée à une variété de légumes (haricots verts, carottes, épinards) entre les repas n’a pas modifié l’acceptation de ces légumes. Les auteurs ont émis l’hypothèse que l’acceptation des légumes verts tels que les haricots verts ou les épinards était plus difficile à améliorer en raison de leur goût amer ; davantage d’expositions seraient donc nécessaires pour augmenter leur consommation. D’ailleurs, les nourrissons exposés à une variété de légumes, à la fois pendant et entre les repas, ont augmenté leur consommation d’haricots verts, de carottes et d’épinards. Ainsi, ce n’est pas seulement l’expérience avec la variété pendant et entre les repas qui est importante, mais également la proximité des aliments expérimentés avec la nourriture cible en termes de flaveur.
En savoir plus

311 En savoir plus

Systèmes sensoriels et sons : développer une conscience sensible chez le jeune enfant

Systèmes sensoriels et sons : développer une conscience sensible chez le jeune enfant

8 développer chez l’enfant une curiosité mais aussi une écoute attentive. Celle-ci va permettre par la suite d’interagir avec des interlocuteurs dans le respect des règles implicites des échanges : savoir se taire quand la personne parle, respecter l’avis de chacun et s’exprimer quand c’est son tour. « L’éducation musicale développe deux grands champs de compétences structurant l’ensemble du parcours de formation de l’élève jusqu’à la fin du cycle 4 : la perception et la production » (BOEN, 2015, p. 42). C’est bien cette perception qui est en jeu dans mon étude, derrière les concepts de silence, de son et de bruit que je veux travailler. Enfin, les attendus de fin de cycle pour cette discipline finissent de formaliser mon raisonnement, une des compétences donnée étant : « connaître et mettre en œuvre les conditions d’une écoute attentive et précise » (BOEN, 2015, p. 44). L’éducation musicale va bien au-delà de chanter ou d’écouter, elle s’inscrit dans un champ interdisciplinaire qui fait écho à l’enseignement moral et civique et vise des comportements favorables à l’apprentissage en classe. Il apparaît que, pour le ministère de l’éducation nationale, les arts sont une priorité : le 17 septembre 2018 Françoise Nyssen, ministre de la Culture et Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, ont présenté un plan d’action qui concoure notamment à la mise en place de chorales dans les écoles primaires (MEN, 2018b). Il est également prévu dans l’agenda de l’éducation une « Semaine du Son » en janvier :
En savoir plus

64 En savoir plus

Show all 10000 documents...