Haut PDF Epidémiologie de cas de traumatologie-orthopédie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Epidémiologie de cas de traumatologie-orthopédie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Epidémiologie de cas de traumatologie-orthopédie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Epidémiologie de cas de traumatologie orthopédie au CHU Mohammed VI de Marrakech Dans ce travail, nous avons donné un aperçu général sur la région de Marrakech Tensift- Al Haouz, sur son infrastructure sanitaire en précisant la place du service de TR-OR du CHU Mmed VI en son sain, nous avons rapporté la fréquence des différentes pathologies traumato- orthopédiques qui y ont été colligées et avons discuté nos résultats à la lumière de la littérature. Enfin, nous avons essayé de repérer les principales contraintes s’opposant au bon fonctionnement du service et de formuler des propositions et de solutions qui leur sont adaptées.
En savoir plus

201 En savoir plus

Traitement des lsions mniscales sous arthroscopie : tude clinique rtrospective de 46 cas au service de traumatologie orthopdie B du CHU Mohammed VI Marrakech de 2005  2010

Traitement des lsions mniscales sous arthroscopie : tude clinique rtrospective de 46 cas au service de traumatologie orthopdie B du CHU Mohammed VI Marrakech de 2005 2010

cheville est empaumée par la main droite, le genou est palpé par la main gauche, le pouce et l’index placés de part et d’autre de l’interligne, en arrière des ligaments latéraux externe et interne respectivement. Le tibia est porté en rotation interne et externe par l’intermédiaire des mouvements imprimés à la cheville, et le genou est progressivement porté en extension : s’il existe une lésion externe ou une lésion interne et postérieure, le pouce ou l’index percevra un net ressaut. L’examen d’un genou laxe, sans lésion méniscale, peut donner une sensation analogue, mais jamais si nette et en tout cas jamais accompagnée de cette sensation de glissement ou de dérapage du fémur sur un obstacle vraisemblable, sensation si typique lorsqu’il y a lésion méniscale externe ou interne et postérieure».
En savoir plus

130 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale du pied dun enfant portant une paralysie crbrale : Exprience du service dorthopdie traumatologie pdiatrique au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale du pied dun enfant portant une paralysie crbrale : Exprience du service dorthopdie traumatologie pdiatrique au CHU Mohammed VI de Marrakech

Il a été conclu que l'allongement calcanéen avait une capacité significative pour corriger les pieds plats valgus chez les enfants atteints de PC, mais certaines déformations sévères étaient au-delà du potentiel de cette technique. Volker Ettl [114] a rapporté que l'allongement calcanéen est une procédure efficace pour corriger les déformations légères à modérées du pied plat valgus chez les enfants atteints de paralysie cérébrale, tandis que chez les enfants présentant des déformations sévères, l'allongement calcanéen ne peut être recommandé en raison du taux élevé de récidive chez ces patients. Dans ces cas, une triple arthrodèse doit être envisagée chez les patients âgés de plus de 11 ans pour corriger la déformation et maintenir la correction obtenue.
En savoir plus

148 En savoir plus

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

L’étude de Peter W et al [12] portant sur 1028 cas rapporte un taux de syndrome de loge de 1,3 % pour les enfants de moins de 12 ans versus 4 % pour ceux âgés de plus de 12 ans, la différence est significative. Le seuil diagnostique du syndrome de loge varie selon les études entre 30 et 45 mm Hg. Le débat concernant le niveau de pression à partir duquel l’aponévrotomie s’avère justifiée reste toujours d’actualité.

113 En savoir plus

Fractures pathologiques  l'hpital Ibn Tofail CHU Mohammed VI de Marrakech

Fractures pathologiques l'hpital Ibn Tofail CHU Mohammed VI de Marrakech

Résumé Une fracture pathologique n’est jamais une urgence chirurgicale mais plutôt une urgence diagnostique nécessitant l’identification préalable du processus causal sous-jacent. Nous présentons une étude rétrospective de 19 patients traités au Service de Traumatologie-Orthopédie de l’hôpital Ibn tofail CHU Mohammed VI de Marrakech pour fractures pathologiques au cours de la période de janvier 2013 à Décembre 2017. L’incidence dans notre série était de 4 cas par ans, l’âge moyen de nos patients était de 42ans, et le sexe ratio était de 1,1.
En savoir plus

148 En savoir plus

Profil épidémiologique des tumeurs intracrâniennes chez l’enfant au CHU Mohammed VI de Marrakech

Profil épidémiologique des tumeurs intracrâniennes chez l’enfant au CHU Mohammed VI de Marrakech

spécifique pour l’acquisition des images, puis leur traitement à partir d’une console informatique. Elle est utile en cas d’exérèse tumorale pour une tumeur profondément située, pour choisir le meilleur angle d’approche possible. En peropératoire, la neuro-navigation guide le chirurgien et l’oriente dans ses déplacements. Elle sert à planifier et à optimiser l’acte chirurgical (éviter les zones éloquentes, les artères et veines importantes) et à minimiser la taille du volet osseux. Elle permet donc des interventions moins « agressives ». la neuron-navigation est parfois utilisée pour réaliser une biopsie (lésion de la région pinéale, par exemple) et simuler plusieurs trajectoires avant de réaliser le geste biopsique (éviter les vaisseaux).
En savoir plus

175 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes du rachis dorsolombaire au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des traumatismes du rachis dorsolombaire au CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des traumatismes du rachis dorsolombaire au CHU Mohammed VI Marrakech 2-2.Déformation du canal rachidien : Le risque neurologique est surtout dans la partie centrale du canal, un risque de compression médullaire ou de compression de la queue de cheval suivant le niveau vertébral. Ce rétrécissement s’évalue en général par la diminution du diamètre du sagittal de ce canal. Le tissu nerveux occupant environ la moitié du canal [60,61], si ce diamètre est réduit de 50% ou plus, il paraît nécessaire d’obtenir une décompression nerveuse. En effet les travaux de Willen [62,63] ont montré qu’un recul du mur postérieur de plus de 50% est en règle associé à une rupture du ligament vertébral postérieur et à une rotation du fragment reculé qui compromettent ses possibilités de réduction par ligamentotaxis (mise en tension du ligament vertébral postérieur par distraction et extension du rachis).
En savoir plus

147 En savoir plus

Analyse de la mortalit au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Analyse de la mortalit au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

La consommation des antibiotiques en réanimation est dix fois plus élevée que dans les autres services [45]. Dans l’étude que nous rapportons, 85% des patients décédés ont reçu un ou plusieurs antibiotiques à visée communautaire ou bien nosocomiale. Cette antibiothérapie était probabiliste dans 91% des cas, adéquate dans 64% des cas et inadéquate avec recours à un changement de la prescription dans 36% des cas. Ces résultats sont proches des données de la littérature où l’antibiothérapie a été probabiliste dans 81% des cas et adéquate dans 63% des cas [7].
En savoir plus

122 En savoir plus

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Glaucomes congénitaux : Expérience du service d'Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

La trabéculotomie a une place importante dans le traitement chirurgical du glaucome congénital avec cependant des inconvénients propres, son taux de succès reste variable ; des résultats plus encourageants quand une trabéculectomie est associée à la trabeculotomie. La trabéculectomie, a été d'abord proposée pour être réalisée en 2 ème intention, toutefois, plusieurs auteurs ont réalisé avec succès des trabéculectomies de première intention dans les glaucomes congénitaux en particulier pour les cas évolués, elle est considérée comme un atout important dans le traitement du glaucome congénital en raison de la sécurité de son exécution, de la rareté de ses complications et de la possibilité d'interventions itératives, elle a le mérite d'être connue par tous les ophtalmologistes mais elle nécessite dans la majorité des cas un traitement médical d'appoint (28).
En savoir plus

216 En savoir plus

Greffe de cornée : Expérience du service d’Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Greffe de cornée : Expérience du service d’Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

IX IX IX IX.... Techn Technique opératoire Techn Techn ique opératoire ique opératoire :::: ique opératoire Kératoplastie transfixiante versus kératoplasties lamellaires. Au service d’ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech, nous pratiquons la kératoplastie transfixiante (greffe complète de la cornée), mais cette technique s’accompagne de plusieurs complications majeures et souvent imprévisibles. Parmi celles-ci, le rejet, l’hypertonie oculaire, et la décompensation œdémateuse mettant en jeu le pronostic de la greffe. Il faut également mentionner les autres complications ne compromettant en rien la survie du greffon comme l’astigmatisme secondaire induit par plusieurs facteurs (incongruence des berges, tension et asymétrie des sutures…) et la récupération visuelle qui est tardive s’échelonnant sur 6 mois à un an selon le terrain du receveur, la cause de la greffe et l’heure de retrait des sutures.
En savoir plus

160 En savoir plus

Expérience du service de gynécologie obstétrique A CHU Mohammed VI - Marrakech

Expérience du service de gynécologie obstétrique A CHU Mohammed VI - Marrakech

Le déclenchement du travail et la conduite à tenir devant une macrosomie fœtale, un bassin limite, un enfant en présentation podalique, une grossesse gémellaire ou un utérus bicicatriciel restent des questions controversées. Il semble actuellement acquis que les complications surviennent essentiellement en cas d’échec d’épreuve utérine. L’accouchement par voie basse ne devrait être tenté que si ses chances de succès sont optimales. Cependant, le désir d’un accouchement atraumatique ne doit pas nous amener à augmenter excessivement le taux de césariennes prophylactiques.
En savoir plus

106 En savoir plus

Lymphomes cutanes primitifs : Expérience du service de dermatologie CHU Mohammed VI Marrakech

Lymphomes cutanes primitifs : Expérience du service de dermatologie CHU Mohammed VI Marrakech

1-1 Examen histologique : La biopsie doit porter sur la lésion la plus récente et la plus infiltrée en évitant les zones infectées ou nécrosées, elle doit mesurer 1cm au minimum, de préférence à la lame de bistouri (19, 20). Mais d’après les dernières recommendations du groupe français des lymphomes cutanés (21), en cas de suspicion de MF, des biopsies cutanées doivent être prélevées, de préférence multiples, surtout dans les formes où l’infiltrat risque d’être discret (érythrodermie, suspicion de lymphome pilotrope). Les lésions étant assez superficielles, la biopsie au trépan (punch, en général de 4mm de diamètre) est plus pratique que la biopsie en fuseau faite au bistouri, car elle peut être facilement répétée en plusieurs endroits, avec une ranc¸on cicatricielle moindre.
En savoir plus

178 En savoir plus

La lipostructure, exprience du service de chirurgie plastique du CHU Mohammed VI de Marrakech ( propos de 42 cas)

La lipostructure, exprience du service de chirurgie plastique du CHU Mohammed VI de Marrakech ( propos de 42 cas)

Dans l’étude Missana et al. le résultat esthétique a été jugé bon à très satisfaisant dans 86,5% des cas, et modéré dans 13,5% des cas, ceci a été expliqué par une insuffisance du tissu adipeux à prélever chez ces patients.(134) Dans l’étude Delay et al. à propos de l’AGTA dans la chirurgie du sein, et dont 83% des indications étaient des reconstructions mammaires soit 734 cas, les résultats étaient considérés bons à très bons dans la majorité des cas et aucun résultat n’a été jugé mauvais, avec des variations de pourcentage selon l’indication. Ainsi, dans les séquelles du traitement conservateur du sein, 93% des résultats évalués après un suivi de 1 an par 2 chirurgiens plasticiens, à l’aide d’examen clinique et de photographies comparatives, ont été jugés bons à très bons. Par ailleurs, les patients étaient satisfaits dans 40% des cas et très satisfaits dans 50% des cas.(137)(136)
En savoir plus

142 En savoir plus

Aspects épidémiologiques, Cliniques et thérapeutiques de la lithiase biliaire au CHU Mohammed VI Marrakech

Aspects épidémiologiques, Cliniques et thérapeutiques de la lithiase biliaire au CHU Mohammed VI Marrakech

3-2 Antibiothérapie : Une antibiothérapie est nécessaire en cas de cholécystite ou d'angiocholite. Elle doit être efficace sur les entérobactéries à Gram négatif, les streptocoques (et notamment les entérocoques) et les anaérobies stricts (Bacteroïdes, Clostridium), et doit tenir compte des résistances habituellement rencontrées dans la région où l'on travaille. On peut donc employer soit l'association d'amoxicilline ou de pipérilline et d'inhibiteur de bêtalactamase, soit l'association d'amoxicilline, de gentamicine et de métronidazole, soit encore l'association d'une céphalosporine de troisième génération ou d'une quinolone avec l'amoxicilline (pour être efficace sur les entérocoques) et le métronidazole. En cas d'allergie aux bêtalactamines, on peut associer quinolone et métronidazole (si l'on ne veut pas faire l'impasse sur l'entérocoque, il faut associer de la vancomycine ou de la téicoplanine) [1,109]. En cas de cholécystite, Le traitement médical doit être institué de préférence en milieu hospitalier ; Il comprend le repos, les antalgiques, la diète, une aspiration digestive, une rééquilibration hydroélectrolytique, et une antibiothérapie adaptée aux germes les plus fréquents [1]. Alors qu’une angiocholite grave nécessite en premier lieu, en plus d’une antibiothérapie efficace, le maintien des grandes fonctions (cardiovasculaire, respiratoire et rénale), qui requiert souvent l'hospitalisation en milieu de soins intensifs, rapidement suivie d'un drainage biliaire habituellement réalisé par sphinctérotomie-extraction et/ou drainage nasobiliaire per endoscopique. [109]
En savoir plus

201 En savoir plus

Les tumeurs des tissus mous : Exprience du service de traumatologie et Orthopdie B au CHU Mohammed VI

Les tumeurs des tissus mous : Exprience du service de traumatologie et Orthopdie B au CHU Mohammed VI

c- La tumeur fibreuse solitaire: [28; 47] La tumeur fibreuse solitaire extra-pleurale est une tumeur mésenchymateuse ubiquitaire, qui appartient au groupe des tumeurs fibroblastiques à malignité intermédiaire selon la classification de l'OMS 2002, et qui survient chez des sujets en moyenne âge entre 20 et 70 ans, avec une moyenne d'âge de 50 ans, avec une égalité entre les 2 sexes. Des cas exceptionnels ont été rapportés chez de enfants et des adolescents. Il s'agit en principe d'une tumeur bénigne, qui ne récidive pas après simple exérèse. Cependant l'évolution reste imprévisible, d'où la nécessité d'une surveillance à long terme, vu le risque de récidive locale voire de métastases.
En savoir plus

158 En savoir plus

Placenta accreta  propos de 23 cas au sein du service gynco-obsttrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Placenta accreta propos de 23 cas au sein du service gynco-obsttrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

b. Ligature des artères utérines : La ligature bilatérale des artères utérines est une technique simple, rapide, facilement reproductible. Elle est toujours envisageable avant de réaliser une hystérectomie; elle consiste d’ailleurs en sa première séquence opératoire. Par conséquent, elle ne saurait être tenue pour responsable d’une quelconque perte de chance dans le contrôle de l’hémorragie en différant la réalisation d’une hystérectomie d’hémostase [66]. Les anomalies de l’insertion placentaire semblent être la principale cause d’échec de la technique.La seule complication actuellement rapportée après ligature bilatérale des artères utérines est un hématome du rétropéritoine, complication qui serait survenue dans 2 cas (0,8%) dans la série d’O’Leary [67]. Aucune lésion urétérale n’a été rapportée à ce jour. Enfin, cette ligature ne semble pas altérer la fertilité et le pronostic obstétrical ultérieur des patientes [67, 71].
En savoir plus

140 En savoir plus

Sciatique par hernie discale à propos de 420 cas. Expérience du service de neurochirurgie de CHU Mohammed VI de Marrakech

Sciatique par hernie discale à propos de 420 cas. Expérience du service de neurochirurgie de CHU Mohammed VI de Marrakech

SUMMARY The Sciatica by disc herniation represents a problem of the public health, by its frequency and its socio-professional repercussion. Our retrospective study is about 420 cases of sciatica by disc herniation collected at the department of neurosurgery in UHC Mohhamed VI in Marrakech during six yeras (2001-2006). In our study, we tried to set up the epidemiologic, clinic, paraclinic, therapeutic and evolutive aspects, in order to bring back the experiment of the service as regards the assumption of responsibility of the sciatica by disc herniation, and to compare our results with the data of the literature.
En savoir plus

122 En savoir plus

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

En cas de méningite, elle doit être traitée avant toute intervention chirurgicale. Les progrès les plus récents dans les équipements endoscopiques ont renforcé l’indication du traitement endoscopique pour les encéphalocèles intranasales [41, 53]. Le traitement endoscopique permet d’éviter les incisions du visage et les complications secondaires au traitement par crâniotomie et de raccourcir la durée d’hospitalisation [41, 62, 63, 77]. En outre l’absence d’impact de la chirurgie des sinus en pédiatrie sur la croissance faciale à long terme a été bien documentée dans la littérature [40,41]. Cependant, l’indication du traitement endoscopique peut être limitée dans le cas d’une grande hernie avec en particulier celle qui est associée à une participation d’une artère cérébrale [53, 54]. La chirurgie endoscopique pourrait être le premier choix du mode de traitement si la masse herniée est très petite sans implication de grandes artères cérébrales. En outre lorsque la chirurgie transcrânienne échoue dans la cessation complète de la fuite du LCR, la chirurgie endoscopique pourrait être une option supplémentaire pour sceller le point de fuite du LCR [70,71].
En savoir plus

128 En savoir plus

REGISTRE HOSPITALIER : EXPERIENCE DU SERVICE DONCOLOGIE DU CHU MOHAMMED VI DE MARRAKECH

REGISTRE HOSPITALIER : EXPERIENCE DU SERVICE DONCOLOGIE DU CHU MOHAMMED VI DE MARRAKECH

Issue: In Morocco, cancer is one of the major public health problems because the diagnosis is often late and the management is difficult and expensive. Several registers have already been established, including the Rabat city register (RECRAB), the cancer registry of the Greater Casablanca region, which gives an idea of the incidence of cancer in these different regions. However, at the level of the Marrakech Safi region, there is currently no reliable regional database to assess the frequency and distribution of cancers diagnosed in this region and from which cancer control could be set up.
En savoir plus

165 En savoir plus

Insuffisance rénale chronique chez l'enfant : Qu'en est - il au CHU Mohammed VI Marrakech ?

Insuffisance rénale chronique chez l'enfant : Qu'en est - il au CHU Mohammed VI Marrakech ?

L’insuffisance rénale chronique est une affection qui n’est pas rare en milieu pédiatrique. Sa gravité réside dans sa survenue sur un organisme en période de croissance et entraine de ce fait, des conséquences délétères sur le développement de l’enfant. Le diagnostic se fait souvent au stade terminal et pose de ce fait un problème socio-économique. Nous analysons à travers une étude transversale menée au service de pédiatrie B du CHU Mohammed VI, entre Janvier 2005 et décembre 2010, intéressant 50 enfants, les aspects épidémiologiques, cliniques, étiologiques de l’IRC chez l’enfant ainsi que les difficultés de prise en charge. L’âge de nos malades est compris entre 1 mois et 15 ans, avec une prédominance masculine (60%). L’insuffisance rénale chronique est découverte à l’occasion de signes cliniques d’appel dans 86% des cas, d’une infection urinaire dans 8%, d’un bilan d’HTA dans 4% et d’un bilan systématique chez un nouveau né polymalformé. La pâleur cutanée est retrouvée chez 74%, le retard staturo-pondéral chez 70%, les troubles digestifs chez 44%, l’HTA est retrouvée chez 28% des patients et les signes d’ostéodystrophie chez 16%. La clairance de la créatinine calculée selon la formule de Schwartz est > 30 ml/min/1.73m² chez 4 patients (8%), entre 15 et 30 ml/min/1.73m² chez 16 malades (32%) et < 15 ml/min/1.73m² chez 30 malades (60%). Les étiologies sont dominées par la néphropathie interstitielle (50%), secondaire chez 46 % des malades à une uropathie obstructive, chez 1 seul patient à une pyélonéphrite chronique et chez 1 autre malade à une lithiase urinaire coralliforme bilatérale. Les néphropathies glomérulaires viennent au deuxième rang (18%) et sont essentiellement secondaires aux syndromes néphrotiques corticorésistants, suivies par les néphropathies héréditaires (8%) représentées par les polykystoses autosomiques récessives (6%) avec un seul cas d’acidose tubulaire distale associée à des reis pyélonéphritiques chroniques. Chez 24% des enfants aucun diagnostic étiologique n’est posé. Tous les malades sont mis sous traitement conservateur de l’IRC. L’épuration extra-rénale est indiquée chez 28 malades (56%) mais seulement 18 patients ont pu en bénéficier, la transplantation rénale est prévue chez 4 enfants. 16% des patients sont décédés. La mortalité était secondaire à une septicémie chez 4 enfants, à un OAP chez 3 malades et à des troubles électrolytiques chez une patiente. Le présent travail attire l’attention sur la situation alarmante des enfants en insuffisance rénale chronique. Le retard diagnostic et les difficultés d’accès au traitement de suppléance et l’absence d’un projet solide de transplantation rénale sont des éléments qui alourdissent le pronostic de ces enfants.
En savoir plus

142 En savoir plus

Show all 10000 documents...