Haut PDF Enurésie chez l'enfant : à propos de 154 cas

Enurésie chez l'enfant : à propos de 154 cas

Enurésie chez l'enfant : à propos de 154 cas

L’exploitation des dossiers de l’hôpital du jour, a permis d’inventorier 154 enfants énurétiques. Les caractéristiques de l’énurésie, les signes cliniques ainsi que les modalités thérapeutiques ont été recueillies sur une fiche d’exploitation. La prévalence de l’énurésie au sein de l’hôpital du jour est de 3,28%, avec une nette prédominance masculine (62,3%). L’énurésie primaire était plus fréquente (68,2%) que l’énurésie secondaire (31,8%). Elle était le plus souvent nocturne et isolée (66,2%). Des facteurs socio- familiaux étaient incriminés dans 33,1% des cas. L’examen clinique était normal chez 95,4% des enfants. Des signes associés (pollakiurie, constipation, encoprésie…) ont été rapporté par 69,5% des cas. La prise en charge thérapeutique consistait à l’application des mesures hygiéno- diététiques pour la totalité des enfants, le traitement médical était prescrit pour 33,8% où l’oxybutynine (57,7%) était significativement plus prescrite que la desmopressine (46,2%), les antidépresseurs tricycliques et l’appareil sonore ne faisaient pas partie du traitement. Quand a la psychothérapie: 61% des enfants ont bénéficié d’une consultation psychologique.
En savoir plus

94 En savoir plus

Infection osseuse : à propos de 154 cas

Infection osseuse : à propos de 154 cas

l’expression de notre immense gratitude et de notre grand respect. A notre maître et président de thèse : Pr. M. Bouskraoui chef de service de pédiatrie hôpital mère-enfant Votre présence parmi les membres de cet honorable jury nous honore. Vous avez en permanence suscité mon admiration par votre ardeur et votre amour à exercer votre profession. Que votre sérieux, votre compétence et votre rigueur de travail soient pour nous un exemple à suivre. Merci pour votre enseignement et de l’intérêt que vous avez accordé à ce travail. Veuillez trouvez ici, l’expression de nos sincères
En savoir plus

120 En savoir plus

Syndrome d’activation macrophagique chez l’enfant ( A propos de 12 cas )

Syndrome d’activation macrophagique chez l’enfant ( A propos de 12 cas )

a. La lymphohistiocytose familiale : LHF La LHF est la maladie la plus fréquente des SAM primaires, de transmission autosomique récessive [151], Les premiers cas ont été décrits par Farquhar et Claireaux en 1952. Elle est bien identifiée actuellement comme l’expression la plus complète des SAM. Son incidence est 1/50000 naissances [152], la répartition est égale entre les 2 sexes. C’est une maladie de la première enfance, elle atteint en règle le petit nourrisson, toujours avant un an parfois même dans les premiers jours de vie (l’age moyen des patients est 2mois). Mais des cas ont été rapportés chez l’adulte [153, 154]. Il existe une corrélation entre la précocité et la gravité du SAM
En savoir plus

227 En savoir plus

Paludisme grave d'importation chez l'adulte : A propos de douze cas

Paludisme grave d'importation chez l'adulte : A propos de douze cas

1- Frottis sanguin et goutte épaisse : L’examen de référence est toujours, depuis Laveran en 1880, le frottis sanguin coloré au May-Grunwald-Giemsa, et il reste le plus utilisé, il permet d’identifier la présence de parasites intra érythrocytaires (figure 7) [92,93]. Cette technique est simple et rapide (20 à 40 minutes) et elle permet l’identification de l’espèce plasmodiale, le degré de maturité des parasites circulants et le calcul de la parasitémie. Elle nécessite un personnel bien entraîné. La limite de cette méthode est sa sensibilité, qui est de 50 Plasmodium/ml, soit 1 à 2% hématies parasitées. Ce taux correspond au seuil pyrogène moyen pour les sujets immuns, mais il est dix fois plus bas chez les sujets non immuns [60]. Un frottis sanguin négatif n’exclut donc pas le diagnostic de paludisme et cet examen doit être répété. Il ne doit en aucun cas retarder le traitement s’il existe une présomption clinique. Par ailleurs, d’autres facteurs peuvent rendre l’examen faussement négatif, tels que l’existence d’un traitement antipaludique ou une infection palustre synchrone (tous les parasites étant séquestrés au niveau périphérique lors des manifestations cliniques). Inversement, l’augmentation de la parasitémie sous traitement ne signifie pas obligatoirement une résistance à la thérapeutique employée.
En savoir plus

119 En savoir plus

Evaluation de la ration calcique chez la population de Marrakech, à propos de 1000 cas

Evaluation de la ration calcique chez la population de Marrakech, à propos de 1000 cas

Une autre méta-analyse [93] publiée en 2003, a trouvé une association inverse entre la consommation du lait et l’apparition du cancer colorectal dans les cohortes, sans la trouver dans les études cas-contrôles. Dix cohortes [86], ayant duré entre 6 et 16ans, dont certaines font partie de la méta- analyse de Bergsma-Kadijk et al. ont été étudiées par Eunyoung Cho et al. dans une méta- analyse pulsée. Les résultats de cette méta-analyse ont montré l’association entre la consommation du calcium et du lait et la réduction du risque de la survenue du cancer colorectal. L’analyse des données de ces cohortes n’a pas trouvé d’hétérogénéité ni entre elles, ni entre les produits laitiers qui y sont utilisés [86].
En savoir plus

156 En savoir plus

Syndrome de jonction pyélo-urétérale chez l’enfant : à propos de 40 cas

Syndrome de jonction pyélo-urétérale chez l’enfant : à propos de 40 cas

Notre travail est une étude rétrospective ayant pour but l’évaluation de la prise en charge diagnostic et thérapeutique du SJPU chez 40 cas colligés entre janvier 2006 et Mai 2010 au service de chirurgie infantile au CHU Mohamed VI de Marrakech. L’âge de nos malades variait entre 9 jours et 15 ans avec une moyenne de 5,6 ans. On a recensé 27 garçons et 13 filles. L’atteinte gauche prédominée avec un pourcentage de 52,5%, le coté droit était atteint dans 27,5% et bilatérale dans 20% des cas. Le diagnostic était fait en anténatal chez seulement 3 malades grâce à l’échographie obstétricale. Les signes cliniques d’appel sont la douleur (62,5%), la masse abdominale (15%), la découverte fortuite (15%), l’insuffisance rénale (7,5%), l’hématurie, l’anurie et la fièvre. La durée d’évolution moyenne et de4,8 mois.les examens complémentaires réalisés sont l’échographie, l’UIV, l’uroscanner, cystographie et la scintigraphie. Le germe le plus retrouvé est l’Escherichia Coli (60%). 75%des malades ont bénéficié d’une pyéloplastie selon Anderson-Hynes, 2,5% d’une anastomose urétéro-calicielle et 22,5% d’une néphréctomie. Les vaisseaux polaires étaient découverts en per opératoire dans 3cas. Le drainage trans-anastomotique était réalisé sur les 37reins ayant bénéficié de pyéloplastie. Un seul malade s’est compliqué d’une sténose de la jonction. Le recul était de 2mois à 4ans avec une moyenne de 20 mois.
En savoir plus

166 En savoir plus

Localisations inhabituelles de la tuberculose ostéoarticulaire chez l'enfant à propos de 12 cas

Localisations inhabituelles de la tuberculose ostéoarticulaire chez l'enfant à propos de 12 cas

VIII. ASPECTS BIOLOGIQUES 1- Intradermoréaction à la tuberculine L’interprétation de l’intradermoréaction (IDR) à la tuberculine (10 unités) doit être faite dans de bonnes conditions [53]. Rappelons que c’est l’induration qui doit être mesurée et non pas l’érythème. Son interprétation doit tenir compte de plusieurs éléments : prévalence de l’exposition au BK (différence entre pays développés et pays d’endémie, antécédent de tuberculose maladie), état d’immunodépression (déficit immunitaire chez l’enfant), vaccination par le BCG (bacille de Calmette et Guérin). Plusieurs facteurs peuvent entraîner des faux négatifs, comme un état de dénutrition ou une co-infection par le VIH [54]. Le seuil de positivité de l’IDR peut donc varier avec le statut immunitaire du sujet. Le seuil de 10 mm doit être éventuellement diminué à 5 mm chez un sujet immunodéprimé. Chez le sujet vacciné, L’IDR à la tuberculine est souvent positive en dehors de toute infection tuberculeuse active. Chez le sujet non vacciné en provenance d’une région d’endémie tuberculeuse, la positivité de l’IDR peut témoigner d’une tuberculose guérie ou latente. En dehors des cas où l’IDR à la tuberculine est fortement évocatrice de tuberculose, la valeur diagnostique d’une IDR positive est très relative. Dans la large série algérienne de Martini, portant sur la période 1968-1984, l’IDR à la tuberculine était positive dans 97 % des cas de TOA. Mais dans plusieurs autres séries d’arthrite tuberculeuse, le taux d’IDR négatives était situé entre 15 et 20 % [31, 34,7] ; dans notre série, ce taux était à 50%.
En savoir plus

116 En savoir plus

Les fractures pathologiques chez lenfant : tude rtrospective  propos de 30 cas

Les fractures pathologiques chez lenfant : tude rtrospective propos de 30 cas

Nous avons rapporté un seul cas d’ostéome ostéoïde compliqué de fracture spiroïde de la diaphyse au niveau du tibia chez un garçon de 12 ans. e. Le fibrome non ossifiant : Le fibrome non ossifiant est une tumeur osseuse bénigne appartenant aux tumeurs du tissu conjonctif. C’est une lésion osseuse assez fréquente dans la population pédiatrique mais qui reste rarement symptomatique [56]. L’aspect à la radiographie standard est celui d’une lésion métaphysaire lytique, bien définie, lobulée et excentrée [6]. Le diagnostic est le plus souvent posé vers 10 à 15 ans à l’occasion de complications [57]. Les fractures sur fibromes non ossifiants concernent le plus souvent les fibromes non ossifiants volumineux, lorsque la tumeur dépasse 3- 4 cm de longueur et surtout lorsqu’elle occupe plus que 50% de la largeur osseuse [8]. Ces fractures surviennent dans 45% des cas au niveau du fémur et du tibia [58 , 59]. Le potentiel de consolidation de ces fractures est excellent [60]. La lésion persiste après la consolidation, mais le risque de fracture itérative, bien que présent est faible [1 , 60]. Ces lésions disparaissent généralement après la fin de la croissance [56].
En savoir plus

115 En savoir plus

Epilepsie tonico-clonique généralisée chez l’enfant : à propos de 68 cas

Epilepsie tonico-clonique généralisée chez l’enfant : à propos de 68 cas

Epilepsie tonico-clonique généralisée chez l’enfant - 21 - Une définition clinique de l’épilepsie avec CTCG a été proposée par Krishnan et al. en 2005 ayant pour objectif d’éviter le traitement par excès des personnes ne présentant pas d’ETCG. Cette définition était basée sur un questionnaire de 6 critères : la perte d’urines, l’autotraumatisme, l’hypersialorrhée, la survenue de la crise en dehors du sommeil, l’inconscience et l’absence de contexte de stress mental ou émotionnel précédant la crise [9]. Cette définition clinique a été appliquée avec succès en 11 pays membres de l’Office Régionale du Sud Est de l’Asie, avec une grande spécificité et une sensibilité modérée.
En savoir plus

95 En savoir plus

L' acquisition du lexique de la langue des signes chez le très jeune enfant sourd de parents sourds : à propos de 3 cas d'enfants : étude comparative avec l'apparition du lexique verbal chez une population d'enfants entendants

L' acquisition du lexique de la langue des signes chez le très jeune enfant sourd de parents sourds : à propos de 3 cas d'enfants : étude comparative avec l'apparition du lexique verbal chez une population d'enfants entendants

mémoire et les évoquer d’abord de façon immédiate lorsque la chose à nommer est présente puis lorsque l’objet est absent. C’est par cette attribution d’une signification à certaines productions sonores que l’enfant va dire son premier mot. Le premier mot émerge de ce que l’enfant reconnaît le plus facilement : une production sonore simple, fréquente ; qui se détache du fond de langage entendu et qui est relié de façon régulière à l’état où à l’objet désigné. P. Aimard [3] a déclaré qu’on ne peut prévoir le premier mot mais que ce sera néanmoins « un mot simple, concret, parlant de la vie quotidienne ».Ainsi ce mot est en général mono ou bissylabique en référence au babillage. A ce propos, B. De Boysson-Bardies [13] soutient l’idée qu’il n’y a pas de discontinuité entre les formes du babillage et celles des premiers mots : l’enfant choisit ses premiers mots parmi les sons du babillage qu’il a aimé produire. De plus, la forme du premier mot est souvent simplifiée : certains phonèmes ou syllabes sont omis ou substitués en éléments d’articulation plus facile. Enfin, comme l’a souligné P. Aimard [1] les premiers mots permettent à l’enfant de parler, nommer des choses qui comptent dans sa vie, ils lui permettent de demander ce qu’il veut.
En savoir plus

155 En savoir plus

Comment j'explore les hypoglycémies chez l'enfant : à propos de deux cas

Comment j'explore les hypoglycémies chez l'enfant : à propos de deux cas

- L’hyperinsulinisme représente un groupe avec des étiologies hétérogènes (5). L’insuli- nome est rare chez l’enfant de moins de 15 ans. S’il est diagnostiqué, il est impératif de recher- cher une Néoplasie Endocrinienne Multiple de type 1 (NEM1) (6). L’insulinémie élevée doit toujours être accompagnée d’une augmentation du taux de C-peptide. Dans le cas contraire, l’insuline est d’origine exogène. Les hypoglycé- mies réactionnelles ou post-prandiales sont une autre étiologie à considérer. Ces hypoglycémies surviennent 2 à 3 h après le repas. Les symptô- mes de l’hypoglycémie sont essentiellement de type neurovégétatif et le traitement repose uni- quement sur des mesures diététiques (7). Enfin, l’hyperinsulinisme congénital a une incidence de 1/30.000 naissances vivantes. Ce diagnostic est rare et difficile à mettre en évidence. L’ hyperin- sulinisme est défini par la présence d’une insu- line dosable lors d’un épisode d’hypoglycémie. Des marqueurs indirects peuvent faire évoquer le diagnostic telle une absence de corps céto- niques plasmatiques ou d’acides gras libres. La réponse au glucagon administré en IM/IV lors de l’hypoglycémie est significative avec une gly- cémie qui doit s’élever de 30 mg/dl dans les 40 minutes (8).
En savoir plus

5 En savoir plus

Kyste hydatique du rein : à propos de 08 cas chez 7 patients

Kyste hydatique du rein : à propos de 08 cas chez 7 patients

I- Modalités de l’infestation rénale (4-11) L’hydatidose est une parasitose animale accidentellement transmise à l’homme. Echinococcus Granulosus parasite d’abord un canidé dont l’intestin grêle porte les germes adultes ; les anneaux sont éliminés avec les fecès ; les œufs étant disséminés dans la nature et très résistants aux températures extérieures. Ces œufs, contenant un embryon hexacanthe, sont avalés par les ovins et éclosent dans l’estomac. Les larves traversent la paroi intestinale et vont se fixer dans le foie et accessoirement dans les autres organes, le mouton en meurt et est dévoré par le chien qui s’infeste alors. L’homme s’infeste par des œufs des aliments souillés ou par des mains sales après avoir caressé un chien parasité. Après ingestion, l’évolution larvaire est comparable à celle observée chez le mouton ; l’embryon hexacanthe ayant franchit la paroi intestinale ; par l’intermédiaire du système porte ; on a une atteinte du foie (70%). Si non, il poursuit sa migration dans le courant circulatoire et s’arrête dans le réseau capillaire pulmonaire (20%). Si les deux barrages sont forcés, il gagne le cœur gauche, la grande circulation et il peut alors essaimer dans tous les viscères et organes : rein (2 à 3 %) ; squelette ; cerveau ; rate ...
En savoir plus

144 En savoir plus

Les complications des cathters tunneliss chez les hmodialyss : A propos de 50 cas

Les complications des cathters tunneliss chez les hmodialyss : A propos de 50 cas

La connexion du patient hémodialysé chronique à la machine d’hémodialyse nécessite un double accès au sang, qui doit permettre un débit important de l’ordre de 350ml/min et qui peut être utilisé lors de chaque séance de dialyse. La fistule artério-veineuse native reste l’accès vasculaire de premier choix en offrant les meilleurs performances, la plus grande longévité ; et la plus faible morbidité [1] mais il n'est pas toujours aisé d'obtenir une FAV native de bonne qualité et durable chez les insuffisants rénaux chroniques. Les cathéters veineux centraux tunnelisés constituent une bonne alternative en cas d’impossibilité de confection d’une FAV ou en attente de la maturation de cette dernière.
En savoir plus

133 En savoir plus

La neutropénie chez l’enfant : Approche étiologique ( A propos de 95 cas )

La neutropénie chez l’enfant : Approche étiologique ( A propos de 95 cas )

41 d- Syndromes malformatifs : d-1 La maladie de Schwachman-Diamond : Décrite en 1964 par Schwachman et Diamond(79), elle associe une atteinte hématologique à un syndrome malformatif dont l’élément le plus constant est une insuffisance pancréatique externe conséquence d’une involution graisseuse du pancréas, sont également présents une atteinte cutanée (ichtyose), des atteintes osseuses avec dysostose métaphysaire, un thorax en carène et un retard psychomoteur(80). Il existe une neutropénie avec diminution du chimiotactisme, une thrombopénie peu sévère, une anémie modérée et une augmentation de l’hémoglobine fœtale. L’atteinte hématologique est d’origine centrale avec une moelle hypoplasique qui s’aggrave avec le temps et évolue dans un quart des cas vers une aplasie.
En savoir plus

155 En savoir plus

Les rétrécissements scléro-inflammatoires de l'urètre chez l’homme ( À propos de 16 cas )

Les rétrécissements scléro-inflammatoires de l'urètre chez l’homme ( À propos de 16 cas )

La dilatation endoscopique et l’urètrotomie endoscopique continuent d’être des moyens thérapeutiques « populaires » chez les urologues en raison de leur simplicité de réalisation et d’une apparente faible morbidité et faible coût [43-44- 45]. Cependant, différentes études [46-47-48-49-50] ont démontré un taux de complication allant à 27 % avec l’urètrotomie endoscopique avec description de cas de perforation rectale, d’incontinence urinaire postopératoire et de dysfonction érectile [49-50]. Egalement, le taux de récidive avec ces techniques reste élevé à 12 mois 58-61 % pour l’urètrotomie endoscopique et 48 % pour la dilatation instrumentale), et ce taux augmente avec la répétition des manoeuvres (100 % après la troisième) [51]. De plus, l’utilisation répétée de ces moyens exagère la formation de fibrose péri-urètrale et prédispose à plus de difficultés opératoires lors de l’urètroplastie définitive avec diminution des pourcentages de succès de celle-ci [52-34-53-51-54]. En ce qui concerne le volet financier, l’utilisation répétée de l’urètrotomie ou de la dilatation coûte plus cher qu’une urètroplastie anastomotique [34], ne justifiant plus cette considération lors de la décision thérapeutique.
En savoir plus

139 En savoir plus

La varicocèle chez l’Enfant ( A propos de 02 cas et revue de la littérature )

La varicocèle chez l’Enfant ( A propos de 02 cas et revue de la littérature )

Discussion III- DIAGNOSTIC POSITIF : A- CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE : Le plus souvent elle est de découverte fortuite chez l’enfant soit par les parents soit lors d’un examen médical de routine, parfois elle peut être diagnostiquée lors d’une déformation scrotale ou de la présence de certains signes fonctionnels : gêne, pesanteur voire même une douleur vive au cours d’un effort intense ou en position debout prolongée, très rarement elle est de découverte fortuite lors des complications locales : rupture non traumatique ou thrombophlébite du plexus pampiniforme.
En savoir plus

92 En savoir plus

Les corps étrangers digestifs chez l’enfant ( A propos de 67 cas )

Les corps étrangers digestifs chez l’enfant ( A propos de 67 cas )

La radio-opacité des arêtes de poisson est très variable [1, 52]. Certaines sont très visibles (cabillaud, aiglefin, grondin, limande, sole...), d'autres ne le sont que moyennement (saumon, mullet, plie...) ou rarement (truite, maquereau, hareng...). En réalité, la radiographie cervicale n'identifie les arêtes non visibles à l'examen pharyngo- laryngé direct que dans un tiers des cas [30] : c'est pourquoi certains auteurs recommandent une endoscopie d'emblée chez les patients dont l'histoire suggère l'ingestion récente d'une arête et dont l'examen pharyngé est négatif [1, 30]. Par contre, la radio-opacité des os est plus constante et la radiographie est souvent utile pour les localiser [1, 31].
En savoir plus

102 En savoir plus

Splénectomie d’indications hématologiques chez l’enfant ( A propos de 08 cas )

Splénectomie d’indications hématologiques chez l’enfant ( A propos de 08 cas )

2-Leucémie myéloïde chronique La leucémie myéloïde chronique (LMC) est un syndrome myéloprolifératif affectant les cellules souches hématopoïétiques et prédominant sur la lignée granuleuse. L'anomalie cytogénétique spécifique, la translocation (9;22), a été caractérisée au plan moléculaire [36]. Elle est rare, représente 2 à 5 % des leucémies de l’enfant et 15 % des leucémies de l’adulte. En l’absence de traitement, la LMC évolue en 3 à 5 ans vers une leucémie aiguë rapidement mortelle [37]. Elle évolue classiquement en trois phases : après une phase chronique ou stable de 36 mois environ, les malades présentent une phase accélérée, puis une crise blastique à partir de laquelle la médiane de vie n'est que de 3 mois [38]. La grande majorité des cas pédiatriques sont diagnostiqués au-delà de l’âge de 5 ans. La LMC de type juvénile est généralement décrite chez l’enfant de moins de 2 ans, avec une fièvre et un syndrome hémorragique dans 50 % des cas, souvent associée à des lésions cutanées, une hépato-splénomégalie et des adénopathies généralisées. L’hémogramme retrouve une monocytose et une thrombopénie. Le frottis du sang périphérique montre une prolifération de type myélo-monocytaire [39].
En savoir plus

151 En savoir plus

La tuberculose intestinale chez l’Enfant ( A propos de 06 cas )

La tuberculose intestinale chez l’Enfant ( A propos de 06 cas )

- La nécrose caséeuse se produit au centre du granulome. Sa valeur diagnostique est extrême mais elle n'est ni constante ni spécifique. Elle a été décrite dans certaines infections fungiques. Les granulomes sont parfois volumineux, soit par expansion d'éléments isolés, soit par fusions de plusieurs follicules. On les trouve en bordure immédiate des ulcérations mais aussi dans l'épaisseur de la paroi, dans la séreuse et dans les ganglions de voisinage où la caséification serait plus fréquente. Pour Singh le caséum est visible dans les ganglions dans 90 % des cas, dans l'intestin réséqué dans 28 % des cas seulement.
En savoir plus

130 En savoir plus

La prise en charge de lostognse imparfaite chez lenfant  propos de 12 cas

La prise en charge de lostognse imparfaite chez lenfant propos de 12 cas

Structure du tissu osseux : Texture de l’os : L’os tissé est un os immature, non lamellaire caractérisé par une disposition anarchique de fibres de collagène. Il est normalement présent chez l’embryon et chez l’enfant où il est progressivement remplacé par de l’os lamellaire, mais on le trouve également au niveau des cals de fractures, de certaines tumeurs osseuses primitives ou secondaires et la maladie osseuse de Paget. L’os adulte normal est constitué d’os lamellaire résultant de l’orientation différente des fibres de collagène dans deux lamelles contiguës. Cette texture lamellaire confère à l’os sa résistance mécanique.
En savoir plus

124 En savoir plus

Show all 10000 documents...