Haut PDF Enclouage centromédullaire dans le traitement des fractures de la jambe

Enclouage centromédullaire dans le traitement des fractures de la jambe

Enclouage centromédullaire dans le traitement des fractures de la jambe

L’enclouage centromédullaire tient maintenant une place importante dans l’arsenal thérapeutique des fractures de la jambe, compte tenu des bons résultats cliniques de cette méthode. Le véritable père de l’ECM moderne réalisé à foyer fermé est sans contestation Gerard Kûntscher qui avait imaginé toutes les évolutions et applications de la méthode telle que nous la connaissons aujourd’hui. Malgré des concepts mécaniques (implant dans l’axe de la diaphyse) et biologiques (absence d’ouverture du foyer de fracture ,respect de la vascularisation périostée ) attrayants,il est resté longtemps réservé au traitement des fractures transverses ou obliques courtes de la région medio-diaphysaire ,l’ECM ne résout en effet qu’incomplètement les problèmes de longueur et de rotation , l’avènement du verrouillage par Kûntsher et son perfectionnement par Grosse et Kempf en 1974 a permis de garantir une stabilité rotatoire et en longueur, et donc d’élargir massivement les indications de l’ECM aux fractures proximales et distales, aux fractures obliques ,spiroides ou communitives ainsi qu’aux fractures bifocales,ou segmentaires[1] .
En savoir plus

99 En savoir plus

Traitement chirurgical de la fracture du quart distal de la jambe par enclouage centromédullaire verrouillé à foyer fermé à propos de 58 cas

Traitement chirurgical de la fracture du quart distal de la jambe par enclouage centromédullaire verrouillé à foyer fermé à propos de 58 cas

Nous présentons l’expérience du Service de Chirurgie Ostéo-Articulaire du CHU HASSAN II de FES, concernant 58 fractures du quart inférieur de la jambe ont été traitées par enclouage centromédullaire verrouillé avec alésage sur une période de 5 ans (du Décembre 2005 au Janvier 2010). L’âge moyen de nos patients a été de 45 ans, avec des extrêmes de 18 et de 71 ans. Nous avons noté une prédominance masculine avec 39 hommes / 19 femmes (sexe ratio: 0,67). Le côté droit a été atteint dans 34 cas (58 %). Les AVP représentent 72% des étiologies (24 cas), les chutes 18% (10 cas). La fibula a été fracturée dans 89% des cas dont 41 cas considérée comme fracture malléolaire. L’ouverture cutanée a été notée dans 14 cas (25 %) dont 9 cas ouverture stade I de Cauchoix et Duparc, et 5 cas stade II.
En savoir plus

100 En savoir plus

Évaluation stéréoradiographique EOS des cals vicieux diaphysaires fémoraux après enclouage centromédullaire : à propos d’une série prospective continue de 48 patients à 9 mois de recul

Évaluation stéréoradiographique EOS des cals vicieux diaphysaires fémoraux après enclouage centromédullaire : à propos d’une série prospective continue de 48 patients à 9 mois de recul

9. Conclusion La méthode stéréographique EOS permet d'évaluer de manière fine les troubles de rotation séquellaires du traitement des fractures de la diaphyse fémorale par enclouage à foyer fermé. Un trouble de rotation stéréoradiographique était retrouvé chez 29,2% des patients de notre série. L’antéversion moyenne était de 18,5 ± 13,8 degrés. Seuls 6% étaient symptomatiques pour un trouble axial et ont nécessité une reprise chirurgicale. Selon notre expérience, la chirurgie de dérotation fémorale doit être réservée aux grandes déformations supérieures à 30° par rapport au coté controlatéral, en corrélation avec la demande fonctionnelle du patient. Les facteurs de risques de survenue d'un trouble de rotation étaient les fractures multi-sites, la faible expérience du chirurgien, et l’abord du foyer de fracture. L’examen clinique du patient présentant un excès de rotation interne du membre semble être un indice de dépistage d’un trouble de rotation post enclouage.
En savoir plus

46 En savoir plus

Place de l'ostosynthse dans les fractures fermes du quart  distal de la jambe  propos de 30 cas

Place de l'ostosynthse dans les fractures fermes du quart distal de la jambe propos de 30 cas

La série Bonnevialle n’a inclus que des fractures extra articulaires ce qui rejoint notre série, nos moyennes d’âge sont presque similaire tout comme le taux de fractures comminutives (13% dans notre série, 16% dans la série Bonnevialle) mais ces fractures ont toutes été réduites sur table orthopédique avec traction transcalcanéenne et ont toutes reçu un montage verrouillé, statique dans 92% et dynamique proximal dans 8% et tous les clous étaient sciés pour permettre un verrouillage le plus distal possible. Bonnevialle et al. ont conclu que l’enclouage centromédullaire à foyer fermé est possible pour de telles fractures dans la mesure où reste intacte une portion de 2 à 6 cm métaphyso-épiphysaire distale, susceptible de recevoir un clou scié, impacté dans l’os sous chondral et deux vis de verrouillage distaux. Ils ont également défendu la réduction par traction tans-osseuse, l’utilisation de nouveaux clous à trous de verrouillage plus distaux afin d’éviter le sciage des clous et la synthèse de la fibula pour certains foyers transversaux et comminutifs.
En savoir plus

130 En savoir plus

L’enclouage centromédullaire rétrograde dans les fractures de l’extrémité inférieure du fémur ( A propos de 07 cas )

L’enclouage centromédullaire rétrograde dans les fractures de l’extrémité inférieure du fémur ( A propos de 07 cas )

9 4- Mise en place des champs opératoires La mise en place des champs opératoires est effectuée après avoir aseptisé tout le membre inférieur des orteils à l'épine iliaque antéro-supérieure. Ce n'est que dans les cas particuliers que la jambe emballée dans un sac stérile sera exclue du champ opératoire. On pourra ainsi s'assurer avant le verrouillage complet de la normalité des axes, de l'absence de dérotation au niveau du foyer de fracture ou de l'égalité des membres inférieurs[4].

92 En savoir plus

Fractures de la diaphyse humérale traitées par l'enclouage centromédullaire verrouillé : à propos de 25 cas

Fractures de la diaphyse humérale traitées par l'enclouage centromédullaire verrouillé : à propos de 25 cas

b-1 Embrochages: ™ Embrochage fasciculé selon Hackethal Cette technique stabilise l’humérus grâce à un contact inter-fragmentaire étroit, l’autoblocage mutuel d’un nombre maximal de broches endomédullaires, leur divergence métaphysoépiphysaire proximale dans l’os spongieux céphalique et l’obstruction de la fenêtre d’entrée corticale distale. C’est une solution simple et peu coûteuse, se singularise par sa rapidité de mise en œuvre, son coût modeste, sa fiabilité et son innocuité lors de l'ablation. De plus, Le foyer fermé respecte l’hématome fracturaire. Mais les performances biomécaniques de l’embrochage apparaissent modestes selon certains auteurs [39]. Le mode d’ostéogenèse serait proche de celui après traitement orthopédique caractérisé par un cal périosté important.
En savoir plus

104 En savoir plus

Le traitement chirurgical des fractures de lextrmit distale du fmur

Le traitement chirurgical des fractures de lextrmit distale du fmur

Les avantages de ce matériel sont ceux du pontage biologique ; le clou est positionné en extra-articulaire, son ablation est aisée. Il n’altère pas le cartilage de l’épiphyse en restant extra articulaire [4]. Introduit par le trochanter comme un clou centromédullaire classique, il est verrouillé par vissage supérieur et inférieur. L’installation se fait sur une table orthopédique, et l’ouverture du foyer ne se pratique qu’en cas de nécessité après des tentatives répétées et infructueuses d’enclouage à foyer fermé. Le clou est inséré après abord du massif trochantérien, et centré ensuite afin d’éviter son balayage en direction d’un condyle, pouvant être responsable d’une angulation. Le clou doit descendre le plus bas possible dans le massif condylien afin d’assurer une tenue maximale [4,24,41].
En savoir plus

213 En savoir plus

Le traitement des fractures de la diaphyse humrale par enclouage centromdullaire

Le traitement des fractures de la diaphyse humrale par enclouage centromdullaire

À travers cette étude rétrospective concernant dix sept cas de fractures humérales traités initialement par enclouage centromédullaire colligées au service de traumatologie orthopédie B du CHU de Mohamed VI de Marrakech durant une période de quatre ans et demi s’étalant du Novembre 2010 au mois de Mai 2015. L’âge moyen de nos malades était de 44 ans, 76% d’entre eux étaient de sexe masculin. Les accidents de la voie publique ont été la cause la plus fréquente avec 76% des cas. Nous avons adopté la classification AO. L’évaluation fonctionnelle a été basée sur la classification de Stewart et Hundley modifiée, avec un recul moyen de 28 mois. Nous avons ainsi obtenu dix très bons résultats, cinq bons résultats, deux cas de mauvais résultat. Nous avons noté un cas de pseudarthrose, un cas de paralysie radiale iatrogène, et deux cas d’épaule douloureuse avec déficit de la mobilité. Nous n’avons pas noté d’infection. Le délai moyen de consolidation a été de treize semaines.
En savoir plus

126 En savoir plus

Traitement des fractures de l'extrmit infrieure du fmur par enclouage centromdullaire rtrograde

Traitement des fractures de l'extrmit infrieure du fmur par enclouage centromdullaire rtrograde

Le clou supra-condylien s'adressant à une population large et diversifiée de patients ainsi qu'à de nombreuses variétés de fracture, la rééducation postopératoire doit être personnalisée afin de garantir le succès final de l'intervention. L'enclouage supra-condylien ascendant n'offre pas le même degré de stabilité que l'enclouage verrouillé d'une fracture diaphysaire du fémur qui permet l'utilisation immédiate du membre opéré. L'enclouage supra-condylien ne permet pas d'appui immédiat. De même, une rééducation agressive avec mobilisation intempestive du genou peut conduire à un échec. Les objectifs recherchés au cours de la première semaine post-opératoire sont : le contrôle de l'oedème de la jambe, le réveil du quadriceps, la mobilisation active de la cheville. La prophylaxie thrombo-embolique est systématique.
En savoir plus

166 En savoir plus

Le traitement chirurgical des fractures du bassin cotyle inclus

Le traitement chirurgical des fractures du bassin cotyle inclus

thérapeutiques ; des classifications séparées pour une meilleur description de ces deux types de fractures ont vu le jour. 1. Une des premières classifications des fractures du bassin a été rapportée par Duverney en 1751, les premières classifications ont d’abord été basées sur des descriptions anatomiques des lésions [4] Pennal et Sutherland ont proposé la première classification mécanistique des fractures du bassin. Ils distinguaient différentes catégories de fractures par le mécanisme lésionnel en cause : compression antéropostérieure, compression latérale, cisaillement vertical. Ils ont posé ainsi les bases essentielles des classifications développées jusqu’à nos jours. En 1981, les travaux de Bucholz et coll. ont précisé la notion d’anneau pelvien antérieur et postérieur et insisté sur la fréquence des lésions méconnues de l’anneau postérieur. Ils proposaient une classification anatomique basée sur le degré lésionnel de l’anneau postérieur. Plus tard, Tile a modifié la classification de Pennal et fonda sa classification sur la notion de stabilité de la fracture qui dépond dans ce cas de la stabilité du complexe sacro iliaque porteur de charge, et a définis la notion de « stabilité » comme étant la capacité d’une structure anatomique (l’anneau pelvien dans ce cas) à résister aux contraintes physiologiques sans subir une déformation. Cette classification a été modifiée par la suite puis acceptée par l’AO (Arbeitsgemeinschaft für Osteosynthesefragen) [8]. Parallèlement, Dalal et coll ont modifié également la classification de Pennal en distinguant trois sous-catégories pour les compressions antérieures et trois sous-catégories pour les compressions latérales. Ils ont également introduit la notion de mécanisme qui n’est pas toujours identifiable et proposé une catégorie supplémentaire dite de « mécanisme traumatique combiné ». L’autre point important de cette nouvelle classification est qu’elle démontrait que n’importe lequel de ces trois mécanismes principaux peut aboutir à une instabilité translationnelle. Cependant, l’ensemble des classifications susmentionnées reste parfois difficile à mettre en pratique. En particulier, le lien entre le mécanisme et la lésion anatomique est parfois impossible à préciser. De même,
En savoir plus

209 En savoir plus

Amputation primaire versus reconstruction par lambeau libre des fractures ouvertes de jambe : résultats fonctionnels et qualité de vie à long terme

Amputation primaire versus reconstruction par lambeau libre des fractures ouvertes de jambe : résultats fonctionnels et qualité de vie à long terme

La douleur chronique reste un phénomène subjectif et multidimensionnel. Son évaluation est complexe. L’utilisation d’une échelle visuelle numérique est un outil simple et insuffisant [30]. Afin de simplifier cette dimension et de limiter ses biais, nous avons procédé par question binaire. Aucune différence significative n’a été mise en évidence entre les deux groupes. Nous sommes en accord avec quelques séries de la littérature [15,16,28,31,32]. La douleur à la marche n’a pas été évaluée dans notre étude, mais Dahl et al. [32] ont mis en évidence un taux de douleur à la marche plus important chez les patients ayant eu un traitement conservateur par rapport aux patients amputés.
En savoir plus

63 En savoir plus

Embrochage centromédullaire élastique stable dans les fractures du fémur chez l’enfant à propos de 60 cas au service d’orthopédie traumatologie pédiatrique au CHU de Marrakech

Embrochage centromédullaire élastique stable dans les fractures du fémur chez l’enfant à propos de 60 cas au service d’orthopédie traumatologie pédiatrique au CHU de Marrakech

L’embrochage centromédullaire élastique stable (ECMES) représente un nouveau principe de fixation endomédullaire des fractures diaphysaires du fémur chez l’enfant. Le but de notre étude est d’évaluer l’efficacité de cette technique. Il s’agitd’une étude rétrospective concernant 60 cas de fractures diaphysaires du fémur traitées par ECMES, colligées au service de traumatologie-orthopédie pédiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech, de janvier 2009 à juin 2010, et suivies jusqu’à consolidation avec un recul minimum de 6 mois. L’âge moyen de nos patients, était de 10 ans avec une prédominance masculine (81%). l’étiologie principale était les accidents de la voie publique dans 57% .Dans notre série, 2 enfants avaient une fracture bilatérale. 29% des patients présentaient des lésions associées, l’ouverture cutanée était trouvée dans 2 cas classés stade I selon la classification de Cauchoix et Duparc. L’ECMES était ascendant dans 54 cas et descendant dans 06 cas. Le délai moyen d’hospitalisation était de 4 jours. La principale complication était la raideur du genou dans 17% des cas. Les résultats étaient analysés chez 45 patients, selon le score de Flynn. Ils sont jugés excellents dans 58% des cas, satisfaisants dans 38 % des cas et mauvais dans 4 % des cas. L’ECMES constitue un moyen d’ostéosynthèse fiable, n’exposant qu’à peu de complications qui sont faciles à éviter ou à contrôler.
En savoir plus

151 En savoir plus

L’embrochage centromédullaire élastique stable dans les fractures diaphysaires des deux os de l’avant bras chez l’enfant ( A propos de 29 cas )

L’embrochage centromédullaire élastique stable dans les fractures diaphysaires des deux os de l’avant bras chez l’enfant ( A propos de 29 cas )

La longueur des broches disponible varie en fonction de leur calibre pour permettre au chirurgien d’adapter la résistance du montage aux contraintes qu’il aura à subir. [1] Livrées rectilignes, les broches peuvent aisément être modelées à l’aide du fer à courber par le chirurgien selon le type de montage qu’il désire réaliser. La pointe est béquillée soit côté mousse, soit côté tranchant en avant. Dans le premier cas, la pointe pénétrera difficilement dans le spongieux ; elle jouera le rôle d’une console évitant le télescopage au niveau du foyer de fracture et le raccourcissement (fractures spiroïdes, obliques, longues ou comminutives).
En savoir plus

88 En savoir plus

Traitement chirurgical des fractures articulaires de l'extrémité inférieure du radius

Traitement chirurgical des fractures articulaires de l'extrémité inférieure du radius

Ce sont des fractures caractérisées d’une part par une difficulté diagnostique du fait qu’elles ont un polymorphisme anatomo-clinique, et d’autre part, par une variabilité des méthodes thérapeutiques.. Il est maintenant acquis que les séquelles sont fréquentes et que le pronostic à long terme est essentiellement lié à la qualité de la réduction anatomique, on s’oriente donc depuis une dizaine d’année vers le traitement chirurgical qui peut faire appel aux broches, aux plaques vissées, aux vissages isolées, ou aux fixateurs externes (14)

146 En savoir plus

Le traitement chirurgical des fractures de lextrmit suprieure de lhumrus

Le traitement chirurgical des fractures de lextrmit suprieure de lhumrus

– Le profil transthoracique : analyse l’épaule blessée à travers la cage thoracique sur un patient de profil dont le bras du coté sain est en élévation. Les superpositions sont nombreuses. 2. Le scanner : Le scanner apparaît comme l’examen indispensable pour l’analyse d’une fracture de l’extrémité supérieure de l’humérus. Cet examen est facile à obtenir et ne retarde pas le traitement de la fracture. Cet examen va visualiser au mieux les tubérosités et notamment le tubercule mineur, qui est difficilement identifiable sur les radiographies standards. Il va également permettre d’apprécier leur déplacement.
En savoir plus

147 En savoir plus

Traitement chirurgical des fractures du pilon tibial chez l'adulte

Traitement chirurgical des fractures du pilon tibial chez l'adulte

La restauration de la congruence articulaire tibio-astragalienne est la seule garantissant d’une bonne fonction de la cheville, pour cette raison le traitement chirurgical, en raison des possibilités limitées des méthodes non opératoires, représente la thérapeutique de choix [67]. Une expérience de Liporace [44] prouve qu'il faut dans ces fractures procéder en deux temps : une première intervention en urgence servira à une réduction et stabilisation provisoire. Ce n'est qu'après fonte de l'œdème (7-12 jours) que l'ostéosynthèse définitive sera exécutée sur une peau nette par un opérateur expérimenté. La disparition des plis cutanés, l'impossibilité de palper les repères osseux anatomiques ou un délai supérieur à six heures séparant le traumatisme de la prise en charge chirurgicale contre-indiquaient l'intervention immédiate.
En savoir plus

175 En savoir plus

Traitement des fractures du bassin chez le chat et le chien

Traitement des fractures du bassin chez le chat et le chien

Résumé du PFE : sous titre : Traitement des fractures du bassin chez le chat et le chien Résumé : La fracture se définit par une rupture de la continuité osseuse, causée par d’importantes forces extrinsèque, engendrant l’instabilité du bassin qui traduit dans la plupart des cas une facture ou plus au niveau de cette structure. Chaque fracture est unique car elle dépend de nombreuses conditions (l’âge de l’animal, son état général, le type et la localisation de la fracture), de ce fait on ne peut réparer une fracture de manière programmée ou suivant un protocole unique. La confirmation d’une fracture du bassin nécessite un examen clinique et radiographique qui vont nous orienter vers un traitement conservateur ou chirurgical .Ce dernier offre une stabilité complète et une récupération fonctionnelle rapide, ce traitement est variable selon la localisation de la fracture et fait appel à différent type d’implant de fixation tel que les plaque, vices et broches.
En savoir plus

1 En savoir plus

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des fractures ouvertes de jambe chez l'enfant : exprience du service de traumatologie orthopdie pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Résumé Objectif : Le but de notre étude est d’évaluer le profil des fractures ouvertes de jambe chez l’enfant sur les plans épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif dans la région de Marrakech. Patient et méthode : Il s’agit d’une étude rétrospective incluant les enfants pris en charge au service de traumatologie orthopédie pédiatrique du CHU MOHAMMED VI de Marrakech entre Janvier 2009 et Décembre 2013. Résultats et discussion : quatre-vingt-trois enfants sont inclus, les garçons représentent 78,3 %, la moyenne d’âge est de 8,75 ans, les accidents de la voie publique (AVP) sont incriminés dans 83,1 % des cas, les fractures à trait simple sont les plus fréquentes (83 %), le traitement était orthopédique dans 68,6 % des cas, la fermeture cutanée était primaire dans 79,5 % des cas, le recours aux lambeaux et greffes cutanées était nécessaire respectivement dans 10,8 % et 9,6 %. Le délai moyen de consolidation chez les enfants âgés de plus de 12 ans et ceux âgés de moins de 12 ans était respectivement de 14,8 semaines et 12,3 semaines, 12 % des enfants ont eu un retard de consolidation. Trente enfants sont suivis au long court, les séquelles étaient comme suit : déformation osseuse chez un enfant, raideur articulaire chez 3 enfants, restriction des activités sportives chez 6 enfants, l’évaluation globale est jugée bonne dans 63,4% des cas. Conclusion : La prédominance masculine est constante dans toutes les études, la principale cause des fractures ouvertes de jambe sont les AVP, le traitement
En savoir plus

113 En savoir plus

Traitement chirurgical des fractures de l’olécrane ( A propos de 48 cas )

Traitement chirurgical des fractures de l’olécrane ( A propos de 48 cas )

58 e- Ostéosynthèse par matériel résorbable L’un des problèmes posé par l’ostéosynthèse d’une fracture est la permanence des implants. Si certains restent longtemps bien tolérés, d’autres doivent être retirés en raison des problèmes locaux mécaniques, inflammatoires ou liés à des modifications osseuses en rapport avec leur rigidité. Une des solutions les plus attrayantes pour l’ostéosynthèse des fractures consiste à utiliser des matériaux possédant des capacités biorésorbables pour permettre de transférer les contraintes du moyen d’ostéosynthèse vers l’os et éviter une deuxième intervention parfois inconfortable, toujours coûteuse. Les fractures de l’olécrâne sont parmi les types de fractures qui peuvent bénéficier de ce type d’ostéosynthèse (51, 52, 53, 54). On juge qu’un matériau est biorésorbable lorsqu’il est susceptible d’être totalement dégradé et éliminé sous forme simple après implantation dans l’organisme (55). Les principaux matériaux biorésorbables étudiés à ce jour sont les composés macromoléculaires dérivés de l'acide Polyglycolique (PGA); ce sont les fils de suture : le Polyglactine 910 (Vicryl) et le Polydioxanone (PDS) dont la décroissance de la résistance est très précoce avec le Vicryl (50% à 3 semaines) et moins avec le PDS (50% à 8 semaines) (51, 56) et les acides polylactiques (PLA).
En savoir plus

104 En savoir plus

Intrt du fixateur externe dans le traitement des fractures de lextrmit infrieure du radius

Intrt du fixateur externe dans le traitement des fractures de lextrmit infrieure du radius

En 2008, Leung et al. comparent l ’ostéosynthèse par plaque conventionnelle dorsale ou palmaire à la fixation externe augmentée de broches de Kirschner et rapportent de meilleurs résultats et moins d’arthrose après ostéosynthèse par plaque. (74) Egol et al. Comparent la plaque verrouillée palmaire à la fixation externe augmentée. Malgré la randomisation, le groupe fixation externe comprenait plus de fractures comminutives. Les amplitudes articulaires étaient de quelques degrés supérieures (sans signification clinique) à un an après plaque verrouillée palmaire, mais il n’y avait pas de différence en termes de qualité de réduction ou de force de poignet . Les auteurs rapportent plus de ré-opérations dans le groupe plaque verrouillée (75).
En savoir plus

112 En savoir plus

Show all 3651 documents...

Sujets connexes