Haut PDF Eclampsie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Eclampsie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Eclampsie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Abstract The occurrence of eclampsia during pregnancy is a dangerous obstetric situation and responsible for an important maternofetal mortality and morbidity, precisely in third world countries. The aim of this retrospective study is to clarify the epidemiological, therapeutic and evolutionary profile of eclamptic patients accepted at the department of Gynaecology and obstetrics at the CHU MOHAMMED VI of MARRAKECH over 3 years (from January 2004 till December 2006). The general incidence of eclampsia is 0,35%, affecting the primipares young persons especially in 66 % of cases. This disease reveals itself in last quarter of the pregnancy (52,6%), especially in antepartum in 62%. The anticonvulsant of choice in our study is Diazépam (82,7 %) and the first one as antihypertensive is Methyl Doped used at all our patients, especially in bitherapy (60,7 %) with Nicardipine. Our obstetrical attitude was based on immediate uterine evacuation with a rate of 48,2 % caesarians. The rate of morbidity is raised at the mothers with 54,4 % as rate of the patients which badly evolved in spite of an adequate care, with 37,2 % of the cases having presented the complications to type of renal insufficiency (3cas), OAP (4cas), HELLP syndrome (2cas), haemorrhage of the delivery (4cas) and of infection (7cas). To the fetus, this morbidity was especially represented by the hypotrophy in half of the cases, followed by the neonatal suffering (49 %) and the prematurity (40,2 %). The prognosis of eclampsia is bleak in our study both for the mothers with a rate of maternal mortality of 12,5 %, and for the fetus with 30,3 % as rate of perinatal mortality. Hence the extreme interest of early detection and supervision of high-risk pregnancies and the immediate and appropriate medical and obstetrical care to improve the materno-fœtal prognosis, especially after the introduction of magnesium sulfate, the reference anticonvulsant in the eclampsia.
En savoir plus

129 En savoir plus

Mortalité néonatale intra-hospitalière au CHU Mohammed VI de Marrakech

Mortalité néonatale intra-hospitalière au CHU Mohammed VI de Marrakech

Nous avons étudié de façon rétrospective 294 dossiers de nouveau-nés décédés au sein du service de Néonatologie du CHU Mohammed VI de Marrakech du 01 janvier 2005 au 31 décembre 2006. Cette étude nous a permis d’évaluer la fréquence de la mortalité néonatale, d’en établir les causes et d’identifier les principaux facteurs de risque de mortalité néonatale précoce du centre hospitalier universitaire Mohammed VI de Marrakech afin d’attirer l’attention des professionnels de santé sur une meilleure approche de la prise en charge du nouveau-né dans notre contexte. Cependant, ces facteurs évoqués n’ont pas tous démontré une influence nette sur la mortalité.
En savoir plus

92 En savoir plus

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Nous rapportons les observations de 18 cas d’encéphalocèles dans notre étude au service de neurochirurgie au niveau du CHU Mohammed VI de Marrakech pendant une durée de 9 ans de 2002 jusqu'à 2011. La localisation occipitale été la plus fréquente (67 %) suivi par la localisation nasoéthmoidale puis la localisation frontale et enfin la localisation pariétale. Toutes les malformations étais diagnostiqués au scanner sauf un cas diagnostiqué à l’IRM. Tous les cas ont bénéficié d’un traitement chirurgical avec résection de l’encéphale dysgénésique non fonctionnel (une réduction d’encéphale fonctionnel faite chez un seul patient) et la fermeture des défect osseux et dure mèrien, avec une évolution favorable dans la plupart des cas (des cas de méningite et d’hydrocéphalie post-opératoire ont été notés).
En savoir plus

136 En savoir plus

Fractures pathologiques  l'hpital Ibn Tofail CHU Mohammed VI de Marrakech

Fractures pathologiques l'hpital Ibn Tofail CHU Mohammed VI de Marrakech

Résumé Une fracture pathologique n’est jamais une urgence chirurgicale mais plutôt une urgence diagnostique nécessitant l’identification préalable du processus causal sous-jacent. Nous présentons une étude rétrospective de 19 patients traités au Service de Traumatologie-Orthopédie de l’hôpital Ibn tofail CHU Mohammed VI de Marrakech pour fractures pathologiques au cours de la période de janvier 2013 à Décembre 2017. L’incidence dans notre série était de 4 cas par ans, l’âge moyen de nos patients était de 42ans, et le sexe ratio était de 1,1.
En savoir plus

148 En savoir plus

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Nous rapportons les observations de 14 cas d’encéphalocèles antérieures dans notre étude au service de neurochirurgie au niveau du CHU Mohammed VI de Marrakech pendant une durée de 4 ans de janvier 2011 à décembre 2014. La localisation nasoethmoidale était la plus fréquente (57 %) suivie par la localisation frontale (43 %).Toutes les malformations étaient diagnostiquées au scanner. Tous les cas ont bénéficié d’un traitement chirurgical avec résection de l’encéphale dysgénésique non fonctionnel et la fermeture des défect osseux et dure mèrien, avec une évolution favorable dans la plupart des cas (deux cas de méningite ont été notés avec bonne évolution sous antibiothérapie).
En savoir plus

128 En savoir plus

Analyse de la mortalit au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Analyse de la mortalit au service de ranimation pdiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech

Le but de notre travail était d’évaluer le taux de mortalité et les causes de décès au sein du service de réanimation pédiatrique du CHU Mohammed VI de Marrakech, ce qui nous permet[r]

122 En savoir plus

Actinomycose des maxillaires – à propos de 4 cas au CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Actinomycose des maxillaires – à propos de 4 cas au CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Actinomycose des maxillaires - à propos de 4 cas au CHU MOHAMMED VI de Marrakech Souvent, les lésions demeurent localisées aux parties molles. Cependant, des formes où l’infection s’est propagée à l’os contigu aboutissant à une ostéomyélite ont été rapportées (9). Un début brutal, une progression rapide de la fièvre et une tuméfaction fluctuante, douloureuse, fistulisante accompagnée de trismus sont des signes en faveur d’une forme aiguë (7). La fistulisation à la peau ou dans la cavité buccale donne issue à un pus épais contenant des grains actinomycosiques (9).
En savoir plus

96 En savoir plus

Prise en charge des traumatismes du rachis dorsolombaire au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des traumatismes du rachis dorsolombaire au CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des traumatismes du rachis dorsolombaire au CHU Mohammed VI Marrakech vi. Complications post opératoires :6 cas et qui sont comme suit : 3 patients ont présenté un débricolage de matériel pour lequel ils ont été repris avec réinsertion de vis pédiculaire. Un autre a présenté une issue de LCR au point d’insertion de la vis qui a dû être replacée sans évolution vers une méningite. Dans un autre cas le patient a rapporté des scitalgies L5 en rapport avec un malpositionnement d’une vis inférieure droite. Un autre cas a présenté une infection de plaie profonde pour laquelle il a bénéficié d’un parage. Les complications citées précédemment ont été bien jugulées sous traitement.
En savoir plus

147 En savoir plus

Les soins palliatifs au CHU Mohammed VI de Marrakech: Bilan dactivit

Les soins palliatifs au CHU Mohammed VI de Marrakech: Bilan dactivit

L e service de soins palliatifs du CHU Mohammed VI de Marrakech est encore jeune en tant que service de niveau tertiaire. Il fonctionne au sein d’un CHU à la fois en difficultés de démarrage et desservant un bassin très large. C e bilan de 3 ans d’activité du service a mis le point sur les caractéristiques de son activité. En effet, durant cette période, le service a effectué une activité hospitalière intense et variée. Cette activité reflète la demande d’offre à laquelle le service doit répondre. Néanmoins, en parallèle à cette demande, ce travail a permis le repérage des contraintes s’opposant au bon fonctionnement du service. Elles sont multiples, variées et se situent à plusieurs niveaux de la prise en charge.
En savoir plus

111 En savoir plus

Le kratocne : Exprience du service dOphtalmologie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Le kratocne : Exprience du service dOphtalmologie, CHU Mohammed VI, Marrakech

It is a retrospective and prospective study of 200 eyes followed for keratoconus at CHU Mohammed VI of MARRAKECH between 2009 and 2015. One hundred and ten patients were collected during this period, with a slight female predominance (Sex ratio: 1.27); the mean age of patients was 26 years [12-47]; one fourth of patients had allergic conjunctivitis in past medical history. Keratoconus was bilateral in 90 patients, bringing the number of eyes with keratoconus to 200. Visual acuity was less than 1/10 in 55% of the eyes. Refraction performed in all patients showed that 40% of the eyes had an impossible measure and 120 eyes (60%) had irregular myopic astigmatism with an average value of -5.67 diopters; the mean keratometry value was 54.87 diopters.The slit lamp examination revealed corneal ectasia in 85%, Fleischer's ring in 66%, Vogt striae in 57%, and corneal opacities were observed in 35% of the affected eyes. The specular topography was carried out in 60% of the eyes whereas the topography of elevation could only be achieved in 40%.
En savoir plus

145 En savoir plus

Greffe de cornée : Expérience du service d’Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Greffe de cornée : Expérience du service d’Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

IX IX IX IX.... Techn Technique opératoire Techn Techn ique opératoire ique opératoire :::: ique opératoire Kératoplastie transfixiante versus kératoplasties lamellaires. Au service d’ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech, nous pratiquons la kératoplastie transfixiante (greffe complète de la cornée), mais cette technique s’accompagne de plusieurs complications majeures et souvent imprévisibles. Parmi celles-ci, le rejet, l’hypertonie oculaire, et la décompensation œdémateuse mettant en jeu le pronostic de la greffe. Il faut également mentionner les autres complications ne compromettant en rien la survie du greffon comme l’astigmatisme secondaire induit par plusieurs facteurs (incongruence des berges, tension et asymétrie des sutures…) et la récupération visuelle qui est tardive s’échelonnant sur 6 mois à un an selon le terrain du receveur, la cause de la greffe et l’heure de retrait des sutures.
En savoir plus

160 En savoir plus

Epidémiologie de cas de traumatologie-orthopédie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Epidémiologie de cas de traumatologie-orthopédie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Epidémiologie de cas de traumatologie orthopédie au CHU Mohammed VI de Marrakech parc de Toubkal offre en plus d’un très beau paysage un site riche en gravures rupestres, patrimoine protohistorique, qui date de plus de 3000 ans avant J-C. La ville d’Essaouira, elle aussi, intègre des monuments historiques de renommée internationale : les remparts, les Skallas, le musée de Sidi Mohamed Ben Abdellah, le port…

201 En savoir plus

Infection néonatale : expérience du CHU Mohammed VI de Marrakech

Infection néonatale : expérience du CHU Mohammed VI de Marrakech

Résumé L’infection bactérienne néonatale demeure une cause préoccupante de mortalité et de morbidité néonatale ; elle intéresse 2 à 3% des naissances vivantes. Dans le but de définir ses circonstances de survenue, les germes responsables ainsi que les modalités de diagnostic et de traitement, nous avons mené cette étude rétrospective, portant sur 200 nouveau-nés hospitalisés pour suspicion d’infection néonatale au service de néonatalogie du CHU Mohammed VI de Marrakech. L’anamnèse infectieuse a été positive chez 130 nouveau-nés (65,3%), les manifestations cliniques ont été dominées par les signes neurologiques (44,5%), ainsi que les signes respiratoires (22%), l’hémogramme a montré des anomalies dans 51% des cas, le dosage de la protéine C-réactive (CRP) s’est révélé positif dans 71% des cas. L’hémoculture a été réalisée chez 3% des malades ; un seul cas s’est révélé positif avec isolation d’un Klebsiella multi- résistant, l’étude des prélèvements périphériques a été positive dans 10 cas. La ponction lombaire a permis de diagnostiquer deux cas de méningite. L’association : opticilline et gentamicine a été administrée en 1ère intention, chez 64,5% des malades, L’association : Céphalosporine de 3ème génération (C3G) et gentamicine chez 31,5% des malades, une antibiotiques de large spectre a été utilisée dans 8 cas. L’évolution a été jugée cliniquement favorable dans 83% des cas, compliquée chez 6,5% des malades, le taux de mortalité a été de 9,5%. Le diagnostic de l’infection néonatale repose sur des arguments anamnestiques, cliniques, biologiques et bactériologique, l’antibiothérapie constitues la clef de prise en charge, la prévention fait appel à la surveillance rigoureuse des grossesses ainsi que la médicalisation des accouchements.
En savoir plus

124 En savoir plus

Les Aspergillomes pulmonaires : Exprience du service de chirurgie thoracique du CHU Mohammed VI Marrakech

Les Aspergillomes pulmonaires : Exprience du service de chirurgie thoracique du CHU Mohammed VI Marrakech

Ce travail est une étude rétrospective sur le traitement chirurgical des aspergillomes pulmonaires chez 33 cas opérés au sein du service de Chirurgie Thoracique du CHU Mohammed VI de M[r]

144 En savoir plus

Aspects épidémiologiques, Cliniques et thérapeutiques de la lithiase biliaire au CHU Mohammed VI Marrakech

Aspects épidémiologiques, Cliniques et thérapeutiques de la lithiase biliaire au CHU Mohammed VI Marrakech

Complications biliaires à long terme après sphinctérotomie endoscopique pour lithiase de la voie biliaire principale chez les malades de plus de 65 ans avec vésicule biliaire en place.[r]

201 En savoir plus

Occlusions intestinales aigues au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 103 cas

Occlusions intestinales aigues au CHU Mohammed VI de Marrakech à propos de 103 cas

106 De Juillet 2004 à juillet 2008, une étude rétrospective a été faite sur 103 dossiers de patients admis au service de chirurgie viscérale du CHU Mohamed VI, Pour occlusion intestinale aigue. Le but de cette étude était de réunir les données épidémiologiques et diagnostiques, et évaluer les modalités thérapeutiques et évolutives de l’occlusion intestinale aigue dans notre contexte. Il s’agissait de 67 hommes et 36 femmes avec un âge moyen de 43.4 ans. 44.66 % des malades avaient des antécédents de chirurgie abdominale, avec prédominance de la chirurgie appendiculaire dans (9.70%). Le tableau clinique est polymorphe et varié, le principal symptôme est l’arrêt des matière et gaz retrouvé dans 87.37% avec présence de niveaux hydroaériques à l’ASP dans 88.34% des cas. Les occlusions gréliques sont les plus fréquentes soit (54.36 %). les étiologies sont nombreuses, dominées par les brides et adhérences dans (31.06%), les tumeurs dans (22.33%). Tous les malades opérés ont été abordés par laparotomie.La résection intestinale pour nécrose intestinale a été faite dans 15.53%. Les suites post-opératoires immédiates étaient simples chez 86 malades (83.49%). Par ailleurs, on a noté 3suppurations de paroi (2.97%) ,1 péritonite post- opératoire (0.99 %), 1 éviscération (0.99 %), 1 pneumonie (0.99%) et 1sépticémie (0.99%). La mortalité globale est de 6.93%. On conclue, devant ces résultats, que tous les caractères épidémiologiques de notre série concordent avec la littérature sauf l’âge qui est avancé dans les pays développés, et la fréquence augmentée des hernies étranglées dans les pays en voie de développement. La prise en charge précoce de l’occlusion intestinale aigue à travers une bonne sensibilisation des populations, pourra réduire le taux de morbidité et de mortalité qui sont encore augmentées dans nos pays en voie de développement.
En savoir plus

144 En savoir plus

Profil épidémiologique des tumeurs intracrâniennes chez l’enfant au CHU Mohammed VI de Marrakech

Profil épidémiologique des tumeurs intracrâniennes chez l’enfant au CHU Mohammed VI de Marrakech

Khalid Hassouni, Hassan Guedira, Jaouad El Hassib, Youssef Bouhlal, Jamal Kebbour, Redouane Jarir, Abdellah Lotfy, Hicham Laaraj, Keltoume Charaf, Abdelkader Akharraz, Abdel Ilah Lafrikh, Najah Daifllah, Imane, Hafsa Hal El Fadl, Nassim Iguelouane, Jabrane, Jamal Abdelmounaim Gamra, Othman Lebbardi, Mustapha Laghrib, Abderrahim Laabik, Bader Jellab, Mourad Ghoubach, Driss El Hilali, Abdellatif Bonsir, Badr Sadiki, Tarik Messaoudi, Mehdi Ouakrim, Nabil Sabiq, Rachid El Mchiout, Abdel Karim Errahmouni, Yassine et Youness Boukaidi, Brahim Laghla, Hatim Droussi, Youssef Zerrouki, Yassine et Youssef Elkholti, Murtada Jabbar, Aicha Benhmidoune, Othman Dilai, Imane Alaoui, Jalal Amine, Bouchra Ouaggag, Manal Ghezzali, Hamid Fouad, Farid Kassidi, Abderrahman Boudad, El Hachem Essabir, Khalid Jebhi, Abdessamad Agourram, Aziz Oubassou, Bader El Mourabit, Amir Ouaggag, Taha Benjelloun, Rachid El Manaoui, Hassan Aachari, Hafida Bighouab, Mustapha Habibollah, Noureddine Rada, Aicha Essaier, Hakim Sdigui, Jamal & Salah, Noureddine Timmekt, Rachid Ennaji, Oualid El Jazouli, Mbarek El Kaouri, Noureddine El Madani, Mohammed El Kadadra, Salah Fakiri, Soufiane El Hatim, Rachid Haouati, Said Saadaoui, Fifel Family, Simo Tadili, Saloua Khliji, Naya Mohammed Sayed, Ahmed Salem Bendaoud, Abdellah Abourrig,
En savoir plus

175 En savoir plus

Volvulus du sigmoïde : etude retrospective de 55 cas au chu mohammed vi de marrakech

Volvulus du sigmoïde : etude retrospective de 55 cas au chu mohammed vi de marrakech

[29], portant sur v.s avec gangrène, le taux de mortalité est plus élevé chez les patients qui ont bénéficié de la résection avec anastomose primaire (48.1%) qu’avec la résection et co[r]

150 En savoir plus

Insuffisance rénale chronique chez l'enfant : Qu'en est - il au CHU Mohammed VI Marrakech ?

Insuffisance rénale chronique chez l'enfant : Qu'en est - il au CHU Mohammed VI Marrakech ?

L’insuffisance rénale chronique est une affection qui n’est pas rare en milieu pédiatrique. Sa gravité réside dans sa survenue sur un organisme en période de croissance et entraine de ce fait, des conséquences délétères sur le développement de l’enfant. Le diagnostic se fait souvent au stade terminal et pose de ce fait un problème socio-économique. Nous analysons à travers une étude transversale menée au service de pédiatrie B du CHU Mohammed VI, entre Janvier 2005 et décembre 2010, intéressant 50 enfants, les aspects épidémiologiques, cliniques, étiologiques de l’IRC chez l’enfant ainsi que les difficultés de prise en charge. L’âge de nos malades est compris entre 1 mois et 15 ans, avec une prédominance masculine (60%). L’insuffisance rénale chronique est découverte à l’occasion de signes cliniques d’appel dans 86% des cas, d’une infection urinaire dans 8%, d’un bilan d’HTA dans 4% et d’un bilan systématique chez un nouveau né polymalformé. La pâleur cutanée est retrouvée chez 74%, le retard staturo-pondéral chez 70%, les troubles digestifs chez 44%, l’HTA est retrouvée chez 28% des patients et les signes d’ostéodystrophie chez 16%. La clairance de la créatinine calculée selon la formule de Schwartz est > 30 ml/min/1.73m² chez 4 patients (8%), entre 15 et 30 ml/min/1.73m² chez 16 malades (32%) et < 15 ml/min/1.73m² chez 30 malades (60%). Les étiologies sont dominées par la néphropathie interstitielle (50%), secondaire chez 46 % des malades à une uropathie obstructive, chez 1 seul patient à une pyélonéphrite chronique et chez 1 autre malade à une lithiase urinaire coralliforme bilatérale. Les néphropathies glomérulaires viennent au deuxième rang (18%) et sont essentiellement secondaires aux syndromes néphrotiques corticorésistants, suivies par les néphropathies héréditaires (8%) représentées par les polykystoses autosomiques récessives (6%) avec un seul cas d’acidose tubulaire distale associée à des reis pyélonéphritiques chroniques. Chez 24% des enfants aucun diagnostic étiologique n’est posé. Tous les malades sont mis sous traitement conservateur de l’IRC. L’épuration extra-rénale est indiquée chez 28 malades (56%) mais seulement 18 patients ont pu en bénéficier, la transplantation rénale est prévue chez 4 enfants. 16% des patients sont décédés. La mortalité était secondaire à une septicémie chez 4 enfants, à un OAP chez 3 malades et à des troubles électrolytiques chez une patiente. Le présent travail attire l’attention sur la situation alarmante des enfants en insuffisance rénale chronique. Le retard diagnostic et les difficultés d’accès au traitement de suppléance et l’absence d’un projet solide de transplantation rénale sont des éléments qui alourdissent le pronostic de ces enfants.
En savoir plus

142 En savoir plus

Lymphomes cutanes primitifs : Expérience du service de dermatologie CHU Mohammed VI Marrakech

Lymphomes cutanes primitifs : Expérience du service de dermatologie CHU Mohammed VI Marrakech

It was 20 cases of cutaneous T cell lymphoma (12 cases of mycosis fungoides, 3 cases of Sezary Syndrome, 1 case of lymphomatoid papulosis, 4 cases of anaplastic large cell CD30+) and 6[r]

178 En savoir plus

Show all 1920 documents...