Haut PDF La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2011)

La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2011)

La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2011)

Enfin, une personne sur dix téléphone par visioconférence que ce soit au moyen d’un ordinateur, d’un téléphone mobile ou d’une tablette tactile. Mais l’évolution la plus spectaculaire en 2011 concerne les utilisations du téléphone mobile en tant que terminal d’accès à Internet : parmi les possesseurs de téléphone mobile, 24% s’en servent pour naviguer sur Internet (+9 points cette année), 19% consultent leurs courriels (+8 points), 17% téléchargent des applications payantes (+8 points) et 8% regardent la télévision sur leur petit écran (+4 points). Après quelques balbutiements jusqu’au milieu des années 2000, l’Internet mobile décolle enfin. L’accès à internet par le téléphone portable se diffuse désormais auprès de très nombreuses franges de la population, alors que, jusqu’à maintenant, ce canal était surtout emprunté par les jeunes, les plus aisés et les catégories de la population les plus familières en nouvelles technologies.
En savoir plus

244 En savoir plus

La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2009)

La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2009)

Note de synthèse 1. Malgré la crise économique, la diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française se poursuit Il y a un an, l’enquête du CREDOC sur « Les Conditions de vie et les Aspirations des Français » révélait une forte progression des équipements individuels en produits issus des technologies de l’information et de la communication (TIC). Mais, depuis un an, l’économie mondiale est entrée en forte récession. Si la France résiste un peu mieux à la crise que d’autres pays, elle est néanmoins touchée par un ralentissement spectaculaire de son activité : la progression du produit intérieur brut (PIB) a été freinée de +2,3% en 2007 à +0,4% en 2008 2 , et plusieurs organismes (FMI, INSEE) pronostiquent un repli d’environ –2,4% pour l’année 2009 3 , ce qui n’est jamais arrivé en France depuis la Seconde Guerre Mondiale.
En savoir plus

220 En savoir plus

La diffusion des technologies de l'information et de la communication en Bourgogne / Note de synthèse N°1

La diffusion des technologies de l'information et de la communication en Bourgogne / Note de synthèse N°1

La diffusion des technologies de l’information et de la communication en Bourgogne Cette note de synthèse présente les principaux résultats d’une étude du CRÉDOC réalisée en partenariat avec le cabinet Strat Up pour la préfecture de la région Bourgogne. L’étude montre que la population bourguignonne est entrée de plain- pied dans l’ère numérique : 71% des Bourguignons disposent d’un ordinateur à domicile, 63% ont accès, chez eux, à Internet et 78% disposent personnellement d’un téléphone mobile. Ces chiffres sont très proches de ceux que l’on observe sur l’ensemble du territoire métropolitain. Internet fait partie du quotidien de la population, qui l’utilise à la fois pour les loisirs, les études, le travail, les démarches administratives et pour communiquer. A tel point qu’aujourd’hui, 57% des Bourguignons considèrent qu’il est important d’avoir accès à Internet pour se sentir intégré dans la société.
En savoir plus

2 En savoir plus

La diffusion des technologies de l'information et de la communication en Bourgogne

La diffusion des technologies de l'information et de la communication en Bourgogne

l’enquête sur les « Conditions de vie et les aspirations des Français », qui donne lieu chaque année à la publication du « Baromètre de la diffusion des technologies de l’information dans la société française ». La confrontation des résultats de chaque enquête doit cependant se faire avec précaution car les dates de recueil de l’information sont décalées de neuf mois (juin 2009 pour la France, mars 2010 pour la Bourgogne). A cet égard, il pourra être intéressant de comparer ultérieurement les résultats avec la prochaine enquête nationale, dont le terrain se déroule en juin 2010. En revanche, le mode de recueil de l’information (en face-à-face, au domicile des personnes interrogées, selon la méthode des quotas) et la formulation des questions sont comparables. Et nous avons recalculé les résultats de l’enquête nationale sur la base des 15 ans et plus afin de comparer à champ identique (l’enquête nationale porte initialement sur les 12 ans et plus).
En savoir plus

112 En savoir plus

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française (2013)

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française (2013)

Source : CREDOC, Enquête sur les « Conditions de vie et les Aspirations», juin 2013. 6. Internet dans toutes les pièces du logement La tendance que nous avions identifiée l’an dernier se confirme : au sein même du foyer, il n’existe plus de lieu privilégié ou dédié à l’utilisation des nouvelles technologies. Si, auparavant, l’ordinateur et la connexion à internet pouvaient être confinés dans un bureau, une chambre ou un coin du salon, le développement des réseaux sans fil a complètement changé la donne : la proportion d’individus qui se connectent à Internet chez eux par un ordinateur lui-même relié à une connexion fixe diminue d’année en année (55 % en 2011, 52 % en 2013). Aujourd’hui, les connexions par un ordinateur via le réseau Wi-Fi sont plus fréquentes (53 %, contre 42 % il y a deux ans seulement), et les tablettes ou téléphones mobiles utilisant le réseau Wi-Fi se multiplient (13 % de la population en 2011, 33 % en 2013), de même que les connexions à l’aide de téléphone mobile ou de tablettes tactiles via le réseau mobile (14 % en 2011, contre 27 % aujourd’hui). Ces objets se déplacent avec leurs utilisateurs, s’invitant dans toutes les pièces du logement et à tout moment.
En savoir plus

288 En savoir plus

Technologies de l'information et de la communication et diffusion du français : usages, représentations, politiques

Technologies de l'information et de la communication et diffusion du français : usages, représentations, politiques

Figure 1 : développement des TIC et politiques linguistiques - potentiel de synergie. Nous représentons ici le fait que l’ensemble de processus communément désignés par le terme "mondialisation" entraîne individus et sociétés vers plus d’échanges (numéro 1), et que les gouvernements ont en général opté pour une politique de soutien au développement des TIC (numéro 2). De leur côté, les TIC permettent la multiplication des situations de communication (numéro 3) - ce qui, au moment où nous rédigeons ce texte, concerne surtout l’écrit, mais inclut aussi l’oral - influant sur ce qu’il est possible de communiquer, aussi bien quantitativement que qualitativement (par exemple par le texte, l’image, le son et les possibilités de navigation parmi les ressources disponibles). La diversité linguistique que promeuvent à la fois la multiplication des échanges et un nombre croissant de politiques linguistiques nationales encourage l’acquisition de compétences bilingues et multilingues (numéro 4). Le besoin d’accès à des informations culturelles, à des ressources d’apprentissage de langue et de traduction en ligne et hors ligne qui en est une conséquence se trouve plus facilement satisfait avec les TIC (numéros 5a et 5b). Par ailleurs, les cours de langues sur Internet, l’utilisation personnelle de logiciels, couplée ou non avec des activités guidées, la communication individuelle (en particulier dans des forums ou par courriel) encouragent l’autonomie et l’auto-évaluation dans l’utilisation et l’apprentissage des langues (numéro 6a). Cette prise en compte de l’individu et sa responsabilisation (auto-formation, apprentissage tout au long de la vie) sont aussi un élément constitutif des orientations politiques d’aujourd’hui (numéro 6b).
En savoir plus

18 En savoir plus

Intra-Firm Diffusion of Innovation: Evidence from Tunisian SME's in Matters of Information and Communication Technologies

Intra-Firm Diffusion of Innovation: Evidence from Tunisian SME's in Matters of Information and Communication Technologies

Rank Effect Firstly, we demonstrate that firms’ adoption and use of ICT is a positive function of their size. As expected, there is a positive correlation between a firm’s size and its ICT capital stock (adoption), showing the existence of scale economies for digital investment. Similar to industrial technologies, large firms have more incentives to adopt ICT, as they have the chance to spread adjustment costs over a more substantial output volume. Larger firms are more likely to adopt digital technologies because they show lower levels of financial constraints. This effect is relatively stable regardless of the type of the technology considered. At the same time, the firm’s size has a positive and significant effect on the intensity of use of ICT (intra-firm diffusion). Our results confirm the expected effects stated in hypothesis 2. The raking effect of diffusion seems validated here since we have shown that a firms’ size matters in intra-firm diffusion. This is mainly because larger companies need relatively more internal or external (wave 2 and 3) coordination tools. Concerning the firm's seniority effect, we show that ICT adoption and uses differ according to the models. Globally, the age of the company does not have a significant effect on the adoption of the second and third waves ICTs. And only more than ten-year-old firms have a significant effect. The effect of this variable in the intensity of use is more important for aged firms than for others. Within our sample and especially for companies that are older than ten years we find a significant effect. These findings show that the disequilibrium theory is validated. In fact, the correlation between the intensity of use (intra-firm innovation diffusion) and the rank variables (seniority and size) indicate that a firm’s behavior can’t be independent of its size and seniority even if expected returns of the marginal use of the technology considerations are forgotten. Our results show also that the dynamics followed by the adoption of the technology differ from the ones followed by the depth of adoption. These findings are shared by most of the new literature in the matter of ICT usage. The challenge to verify the epidemic variables seems to be more attractive in this context.
En savoir plus

20 En savoir plus

Les représentations de la sexualité dans les médias québécois de langue française et les technologies d'information et de communication : vers une culture du striptease?

Les représentations de la sexualité dans les médias québécois de langue française et les technologies d'information et de communication : vers une culture du striptease?

Dans le cadre de notre mémoire de maîtrise, nous nous interrogeons sur les représentations de la sexualité véhiculées par les médias de langue française au Québe[r]

132 En savoir plus

La diffusion des technologies de l'information dans la société française

La diffusion des technologies de l'information dans la société française

Les jeunes semblent encore plus intéressés que leurs aînés par ce service, puisque 11 /o d’entre eux se sont déjà connectés, contre 4% des adultes. En dehors de cet effet d âge, il est [r]

165 En savoir plus

La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2012)

La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2012)

2. L’internet sur téléphone mobile continue son accélération L’accélération de la diffusion des usages Internet du téléphone mobile montre que certaines innovations technologiques peuvent s’épanouir malgré un climat macroéconomique morose : alors que le pouvoir d’achat des Français n’a pas guère progressé depuis le déclenchement de la crise à l’automne 2008, la proportion d’individus qui naviguent sur Internet avec un Smartphone est passée de 5% en 2008 à 29% en 2012, après avoir stagné durant les quatre années précédentes. Dans le même temps, le nombre de personnes utilisant leur téléphone mobile pour envoyer des courriels a été presque multiplié par six. Et en juin 2012, 21% de la population téléchargent des applications sur leur mobile, contre seulement 7% en 2010.
En savoir plus

290 En savoir plus

La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2010)

La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2010)

2005 2006 2007 2008 2009 2010 Source : CREDOC, enquêtes « Conditions de vie et Aspirations des Français » Deuxième élément : un nombre important d’enquêtés semblent demandeurs d’accompagnement pour apprendre à maîtriser les nouveaux outils numériques. 34% de nos concitoyens déclarent ainsi qu’ils seraient prêts à se rendre dans des lieux publics proches de chez eux où ils pourraient trouver des personnes pouvant les aider à utiliser un ordinateur ou internet. Il faut en effet savoir que 47% de la population ne se sentent pas compétents pour utiliser un ordinateur (même parmi les équipés, une personne sur trois avoue des difficultés). On oublie parfois la rapidité avec laquelle se sont diffusées les technologies numériques dans la société française : il y a 15 ans, moins d’une personne sur sept était équipée d’un ordinateur à domicile et le taux de connexion à internet avoisinait 2%. Le besoin d’accompagnement n’est pas fortuit et il touche tous les groupes : 34% de ceux qui ne sont pas encore équipés en internet en font état, tout comme 40% de ceux qui sont équipés depuis peu et même 30% de ceux qui disposent chez eux d’internet depuis plus de 5 ans.
En savoir plus

231 En savoir plus

La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française

9. Les Français jugent qu’Internet n’est pas le meilleur moyen de suivre et comprendre l’actualité Certes, les nouvelles technologies sont entrées dans la vie quotidienne des Français. Internet est devenu un média incontournable, dont on a du mal à se passer une fois prises certaines habitudes : rechercher des informations, communiquer, faire des achats, réserver des spectacles, des voyages, etc. Pour certains, Internet est même devenu un moyen privilégié de s’informer et de suivre l’actualité. Les médias traditionnels (télévision, radio, presse écrite) ont d’ailleurs très rapidement investi la Toile afin d’y proposer des sites d’informations en continu, accessibles à tout moment. Des blogs, forums et sites Internet ont même été créés de toutes pièces sur Internet, sans avoir d’équivalents dans les médias traditionnels.
En savoir plus

224 En savoir plus

La diffusion des technologies de l’information dans la société française (2005)

La diffusion des technologies de l’information dans la société française (2005)

Proportion de personnes utilisant leur téléphone mobile pour naviguer sur Internet ou consulter leur mail - Champ : personnes disposant d’un téléphone mobile -?. (en %).[r]

168 En savoir plus

La diffusion des technologies de l'information dans la société française (2004)

La diffusion des technologies de l'information dans la société française (2004)

Lecture : 23% des 18-24 ans disposant d’un téléphone mobile ont déjà envoyé des MMS à partir de leur téléphone mobile, contre 11% en moyenne. Les chiffres entre parenthèses reposent sur [r]

180 En savoir plus

La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2014)

La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2014)

Données pas assez protégées Trop compliqué Internet n’est pas utile Qualité insuffisante Trop cher Service après- vente non satisfaisant Aucun de ces freins Total (y[r]

273 En savoir plus

Technologies libres et société

Technologies libres et société

création et de publication que ces communautés identifient comme essentielles à leur perpétuation. Des communautés structurées C'est le dernier point sur lequel il faut s'arrêter : les réactions collectives issues des « crises informationnelles » provoquées par les intermédiaires ont fait apparaître et ont permis la prise de conscience de l'existence de véritables communautés, dont la structuration semble aujourd'hui étroitement dépendante de l'intensité et de l'orientation des pratiques de communication en leur sein. Transversales, transnationales, ces communautés ont adopté des modes de structuration liée à, mais ne recouvrant pas exactement, d'autres modes d'appartenance leur préexistant, comme l'affiliation professionnelle par exemple. Appréhender ces communautés, qui sont dans une large mesure virtuelles, n'est pas simple, car leur structuration, instable et feuilletée, repose sur une activité de circulation de l'information entre pairs par essence multiforme. Leur émergence, remarquable par l'apparition de prises de paroles collectives est l'occasion de recompositions en marge des formes d'organisation stabilisées. Il n'est pas étonnant dans ces conditions que la communication médiatisée par Internet ait constitué un levier d'action pour chacune d'elles : particulièrement bien adapté, par son architecture technique, à des pratiques de communication multilatérales, il est apparu aux yeux de la plupart des acteurs comme un moyen très efficace de contournement des obstacles.
En savoir plus

7 En savoir plus

Pedagogical Appropriation of Information and Communication Technologies (ICT) by West African Educators = Appropriation pédagogique des technologies de l’information et de la communication (TIC) par les éducateurs ouest-africains

Pedagogical Appropriation of Information and Communication Technologies (ICT) by West African Educators = Appropriation pédagogique des technologies de l’information et de la communication (TIC) par les éducateurs ouest-africains

iv Résumé Cette recherche examine comment et pourquoi les éducateurs en Afrique de l’Ouest, au Mali en particulier, s’approprient pédagogiquement les technologies de l’information et de la communication (TIC) et avec quels effets. L’appropriation consiste à intégrer, personnellement et dans son milieu, la nouveauté et à la mobiliser de façon stratégique pour répondre aux objectifs contextualisés, souvent en résistance au statu quo. Une méthodologie qualitative et des approches interprétatives ont permis de comprendre les significations que les éducateurs donnent à leur réalité et leurs expériences. Trente-et-une personnes ont été interviewées: 23 enseignants du primaire et du secondaire, six professeurs d’université, et deux gestionnaires. Les éducateurs ont assimilé les TIC jusqu’à ce qu’elles deviennent partie intégrante de leur être et de leur vie quotidienne. En adaptant les TIC à leur milieu, ils ont travaillé comme des agents culturels, jouant le rôle d’interface entre les TIC et la société. Les professeurs, en particulier, ont exprimé leur souhait d’utiliser les TIC pour faciliter et renforcer la participation africaine aux débats mondiaux et à la production scientifique, et pour changer la perception présente et future de l’Afrique et des Africains. Les éducateurs ont embrassé les TIC pour les possibilités de transformation qu’elles offrent. Des changements apparaissent dans les rapports entre enseignants et étudiants (plus d’interactivités), dans les salles de classes (plus d’échanges) et les contenus des cours (plus actualisés et diversifiés), suggérant que les TIC peuvent avoir un rôle de catalyseur dans l’évolution des pratiques pédagogiques, y compris dans des contextes où l’accès aux documents est difficile et où l’héritage du colonialisme se fait encore sentir. Les perspectives et les expériences des éducateurs utilisant les TIC dans l’éducation en Afrique peuvent enrichir la théorie, la pratique et la politique éducatives et permettre d’avoir une meilleure compréhension du concept d’appropriation comme processus de changement culturel.
En savoir plus

225 En savoir plus

Technologies de l’information et de la communication et Sciences de l’éducation

Technologies de l’information et de la communication et Sciences de l’éducation

Notre premier exemple concerne l’éducation télévisuelle. Ci-après, une classe élémentaire Française est en train de regarder une des premières émissions de la télévision scolaire en 1950 (Illustration 1). Les enseignants concernés recevaient un petit livret avec le programme des émissions de la période. Une synthèse écrite de l’émission permettait aux enseignants de connaitre le sujet. Cependant, le magnétoscope n’existant pas encore, ils découvraient l’émission en direct et en même temps que les élèves. Cette contrainte explique en autre le peu de succès de ce dispositif qui pourtant occupait alors les matinées de l’unique chaîne de télévision.
En savoir plus

9 En savoir plus

Intérêts pédagogiques des technologies de l'information et de la communication

Intérêts pédagogiques des technologies de l'information et de la communication

Nous avons pu voir, tout au long de ce travail, que les TIC, au-delà de leur insertion nécessaire, seront les catalyseurs de cette nouvelle approche pédagogique, plus en phase avec notre société et la nouvelle génération d’étudiants. L’ensemble des principes énumérés permettent de poser un nouveau cadre conceptuel autour de chaque composante du triangle pédagogique. D’une part les enseignants, centrés sur les étudiants, qui guident et facilitent les apprentissages en intriquant enseignement et évaluation, fournissent une rétroaction de qualité et illustrent le fait qu’ils sont aussi des apprenants. D’autre part les étudiants qui apprennent à partir des interrogations suscitées par des problèmes complexes, de manière individuelle et interpersonnelle, tout en s’engageant activement dans un traitement en profondeur de l’information. Enfin, l’apprentissage de quelque chose de spécifique qui leur permettra de comprendre les caractéristiques d’un excellent travail grâce à des connaissances disciplinaires spécifiques et des stratégies générales pour finalement devenir des apprenants et des sachants de plus en plus sophistiqués (65).
En savoir plus

168 En savoir plus

Show all 10000 documents...