Haut PDF Dépistage de la prééclampsie au premier trimestre de la grossesse

Dépistage de la prééclampsie au premier trimestre de la grossesse

Dépistage de la prééclampsie au premier trimestre de la grossesse

Le ciblage des patientes à haut risque de prééclampsie permettrait de leur proposer un suivi rapproché, une prévention des complications de la prématurité induite et une prise en charge dans une structure adaptée pour les grossesses à risque. Certains traitements préventifs actuellement en cours de développement pourraient être proposés à ces patientes. Ainsi la supplémentation calcique semble réduire le risque de prééclampsie (RR 0,48, 95% IC [0,33-0,69]) mais son impact sur les complications néonatales n’a pas été prouvé(127). Une meilleure méthode de dépistage permettrait de diminuer la taille de l’échantillon des études randomisées contrôlées visant à évaluer l’efficacité d’un traitement préventif de la prééclampsie. Les études testant un moyen de prévention sur une population ciblée peuvent retrouver une efficacité du traitement préventif, alors que les études en population générale ne montraient pas cet effet. Ainsi, les résultats de essais cliniques en population générale concernant l’effet d’un antiagrégant plaquettaire (Acide acétylsalicylique à faible dose) pour prévenir la prééclampsie, sont décevants. Cependant selon plusieurs méta-analyses, ce traitement entraîne une diminution modérée du risque de prééclampsie et de complications néonatales(128, 129). Ce traitement semble particulièrement efficace lorsqu’il est introduit précocement, à la fin du 1er ou au début du 2e trimestre, sur la base des antécédents médicaux et des résultats du DAU (130, 131), ce qui répond aux données
En savoir plus

87 En savoir plus

Rôle des mesures biophysiques au 1er trimestre de la grossesse dans la prédiction de la prééclampsie

Rôle des mesures biophysiques au 1er trimestre de la grossesse dans la prédiction de la prééclampsie

rupture prématurée des membranes (RPPM) (rupture des membranes < 37 semaines de grossesse). De plus, plusieurs études suggèrent que la dysfonction placentaire serait détectable très tôt en grossesse. Certains marqueurs échographiques évaluant la fonction, la vascularisation (production ou formation de vaisseaux dans un tissu) et le volume du placenta pourraient prédire le risque de prééclampsie et de RCIU. Une étude animale ainsi qu’un projet pilote ayant été réalisé au CHUL ont démontré une forte association entre le volume du placenta évalué par échographie tridimensionnelle (3D) et la fonction placentaire. Ces résultats suggèrent donc qu'il serait possible d'identifier les femmes à risques élevés de dysfonction placentaire dès le premier trimestre de la grossesse et leur proposer des traitements préventifs et /ou des interventions ciblées leur permettant de modifier le développement de leur placenta.
En savoir plus

79 En savoir plus

Le dépistage du risque de trisomie 21 : comparaison des méthodes du premier et du deuxième trimestre de la grossesse

Le dépistage du risque de trisomie 21 : comparaison des méthodes du premier et du deuxième trimestre de la grossesse

6 Le dépistage de la trisomie 21 2.1 Particularités du dépistage de la trisomie 21 Rappelons tout d’abord la définition même du dépistage. Selon l’Organisation mondiale de la Santé : « il s’agit de procédures réalisées sur des groupes de personnes dans le but de détecter certaines maladies. » L’intérêt d’un dépistage est donc principalement de se préparer à une pathologie, d’être capable d’y répondre par un traitement de façon précoce. On peut ainsi prendre l’exemple des dépistages néonataux, réalisés à trois jours de vie chez tous les enfants ; même si l’on ne peut pas toujours traiter la cause même de la pathologie il est possible d’atténuer ses effets de façon très significative. Pourtant, dans le cas du dépistage de la trisomie 21 étudié dans ce travail, il n’existe pas de traitement. Ce point est bien souvent au cœur des arguments avancés par les personnes s’opposant à un tel dépistage. En effet, selon elles, pourquoi ne pas utiliser les dépenses nécessaires au dépistage pour développer la recherche et tenter de trouver un possible traitement ? De plus, rappelons l’avis, en 2007, d’un ancien président du Comité Consultatif National d’Ethique qui avait dénoncé : « une politique de santé qui flirte avec l’eugénisme. La vérité centrale est que l’essentiel de l’activité de dépistage vise à la suppression et non au traitement » [8], [9]. Ces paroles quoique très fortes doivent nous obliger à rester très vigilants et respectueux du choix des patients quant à ce type de dépistage.
En savoir plus

79 En savoir plus

Dépistage de la trisomie 21 par anomalies des marqueurs sériques du premier trimestre : quel vécu pour les patientes ? Enquête qualitative et quantitative, du test de dépistage à la réalisation des examens complémentaires, au sein de la maternité Jeanne d

Dépistage de la trisomie 21 par anomalies des marqueurs sériques du premier trimestre : quel vécu pour les patientes ? Enquête qualitative et quantitative, du test de dépistage à la réalisation des examens complémentaires, au sein de la maternité Jeanne de Flandre

Au T1, il existe une indifférenciation psychique de la patiente et de son enfant : ce qui laisse peu de place pour les représentations liées à celui-ci. L’enfant est alors une continuité d’elle-même. C’est dans ce contexte que la grossesse renforce le narcissisme de la mère. (10) C’est ainsi que l’annonce d’un résultat à risque d’anomalie chromosomique engendre une réelle blessure narcissique pour la mère. Le doute du résultat laisse supposer que l’enfant attendu ne correspond plus à celui qui a été rêvé. Le présent n’est pas à la hauteur de ce qu’elle avait espéré. L’annonce favorise l’élaboration d’un imaginaire de « monstruosité ». Elle peut se sentir humiliée et blessée par ce fœtus qui est la continuité d’elle-même. En psychanalyse, une blessure narcissique est liée à une prise de conscience. La patiente réalise alors que l’image qu’elle avait d’elle-même et de son enfant est erronée. Cette prise de conscience peut entraîner une perte de confiance en soi importante et conduire, dans certains cas, à des difficultés psychologiques plus importantes et pérennes. (11)
En savoir plus

112 En savoir plus

L'activité physique comme facteur modifiable de la fonction placentaire au premier trimestre de la grossesse

L'activité physique comme facteur modifiable de la fonction placentaire au premier trimestre de la grossesse

obstétricaux défavorables (63). 1.3.1 Origine ethnique Les différences ethniques dans l'étiologie des pathologies maternelles sont considérées depuis longtemps. Bien qu'il soit difficile d'isoler totalement l'aspect génétique des différences culturelles, une étude d'envergure réalisée auprès de 902 406 femmes habitant la ville de New York a permis d'étudier l'influence de l'origine ethnique sur le risque de PE. Les résultats de cette étude indiquent qu'à l'exception des femmes provenant de l'est de l'Asie (risque diminué) et du nord de l'Afrique (risque similaire), tous les autres groupes ethniques ont un risque augmenté de développer la PE comparativement aux femmes d'origine caucasienne et non hispaniques. Ces résultats sont intéressants puisqu'ils nous renseignent sur la comparaison d'une population avec un très large éventail ethnique ayant habité la même ville à l'intérieur de la même décennie (1995-2003) (64). Deux études récentes rapportent que les femmes d'origines Africaines et Caribéennes ont un risque plus élevé de développer la prééclampsie (48, 59).
En savoir plus

72 En savoir plus

Étude échographique de la vascularisation placentaire au 1er trimestre de la grossesse pour la prédiction de la pré-éclampsie

Étude échographique de la vascularisation placentaire au 1er trimestre de la grossesse pour la prédiction de la pré-éclampsie

3.1. Caractéristiques maternelles et marqueurs biophysiques Actuellement, la plupart des sociétés savantes intéressées par la prédiction de la prééclampsie recommandent l’utilisation des caractéristiques maternelles et de marqueurs biophysiques comme la tension artérielle comme seul outil de prédiction de la PE. Les principaux facteurs de risque sont : la nulliparité (risque relatif (RR) 2.91, intervalle de confiance de 95% 1.28-6.61), l’âge maternel avancé (en général, plus de 40 ans) (RR1.96, 1.34-2.87), l’indice de masse corporelle (IMC) élevée (RR2.47, 1.66- 3.67), un intervalle supérieur à 10 ans depuis la dernière grossesse, une grossesse multiple (RR2.93, 2.04- 4.21), une histoire personnelle ou familiale de PE (RR7.19, 5.85-8.83 and RR2.90, 1.70-4.93) et certaines conditions médicales comme le diabète, l’hypertension artérielle, les maladies rénales chroniques et le syndrome antiphospholipide (RR9.72, 4.34-21.75). 6,22-25 Chez les femmes présentant une ou plusieurs de ces caractéristiques en début de grossesse, le risque de développer un trouble hypertensif de la grossesse se voit multiplié de 2 à 4 fois. 26,27-30 Le risque de développer une PE est également associé à la valeur de la tension artérielle maternelle en début de grossesse (RR 1.38, 1.01-1.87). 31
En savoir plus

51 En savoir plus

Dépistage des violences conjugales pendant la grossesse : Étude de faisabilité du questionnaire WAST -fr en consultation ambulatoire pendant la grossesse en Gironde

Dépistage des violences conjugales pendant la grossesse : Étude de faisabilité du questionnaire WAST -fr en consultation ambulatoire pendant la grossesse en Gironde

Le fœtus forme avec sa mère une seule entité qui, dans un contexte de violences conjugales, est exposé à un état biologique de stress continu ou récurrent. Le fœtus peut alors développer une « mémoire traumatique » liée aux violences auxquelles sa mère a été exposée, dès le troisième trimestre de la grossesse par le biais de l’amygdale cérébrale (13). Certains gènes de régulation du stress comme NR3C1 transmises par ses parents peuvent être modifiés par l'épigénétique. Cette modification est susceptible de le rendre plus vulnérable au stress (29). Les résultats de l'étude menée par Cicceti et Al, en 2017 montrent que les enfants atteints de maltraitance précoce présentent une hyper-méthylation du gène des récepteurs des gluco-corticoides, significative par rapport aux enfants non maltraités. Ils ont mis en évidence un lien significatif entre l’hyper- méthylation de gène et une plus grande labilité émotionnelle, troubles du comportement et symptômes dépressifs.
En savoir plus

61 En savoir plus

Récidive de prééclampsie lors d’une grossesse ultérieure : taux et facteurs de risque : étude rétrospective au CHU de Grenoble Alpes

Récidive de prééclampsie lors d’une grossesse ultérieure : taux et facteurs de risque : étude rétrospective au CHU de Grenoble Alpes

2 1. Introduction Connue sous plusieurs noms, la prééclampsie (PE) ou toxémie gravidique est une complication de la grossesse survenant à partir du deuxième trimestre de la grossesse. Bien qu’elle ne soit pas encore tout à fait comprise, la PE est liée à un trouble circulatoire du placenta. En effet, une hypoxie placentaire causée par un défaut d’invasion trophoblastique des artères spiralées est à l’origine de la libération de substances actives dans la circulation maternelle, telles que des radicaux libres, des lipides oxydés, des cytokines, des facteurs de croissance ou encore des protéases, qui provoquent des lésions de l’endothélium vasculaire maternel (1) et l’apparition des signes cliniques (2).
En savoir plus

40 En savoir plus

Prévalence de l'anémie au premier trimestre de grossesse: étude transversale au sein d'une cohorte de 648 femmes suivies dans une maternité 
de type 3

Prévalence de l'anémie au premier trimestre de grossesse: étude transversale au sein d'une cohorte de 648 femmes suivies dans une maternité de type 3

Cette étude avait permis de réaliser un dépistage précoce de l’anémie chez 648 femmes. 73,61% avaient un taux d’hémoglobine supérieure à 12g/dL, 20, 37% des femmes avaient un taux faible entre 12 et 11 g/dL et seulement 6,02% présentaient une anémie. La diminution moyenne de l’hémoglobine pendant la grossesse, même avec des apports nutritionnels corrects est d’environ 2g/dL. Globalement, 73,61% des femmes ayant participées à cette étude devraient, avec des conseils adaptés, être en mesure de faire face à l’augmentation des besoins pendant leur grossesse. La supplémentation en fer non justifiée chez ces femmes pourraient entrainer des effets secondaires digestifs, présents généralement dans 25% des cas. Dans les cas les plus extrêmes, cela pourrait entrainer un excès en fer qui aurait des effets oxydatifs potentiels pouvant favoriser la survenue de pathologies gravidiques telles que la pré éclampsie, le retard de croissance intra utérin ou le diabète gestationnel (12,39). La baisse de l’hémoglobine est un phénomène physiologique chez la femme enceinte. La supplémentation en fer, pour des femmes ne présentant aucun facteur de risque et ayant reçu les conseils habituels adaptés lors de leur première consultation avec un professionnel de santé, ne semble pas nécessaire. De plus, cette supplémentation ne semble pas justifiée en l’absence de carence martiale avérée.
En savoir plus

86 En savoir plus

Facteurs prédictifs au premier trimestre de grossesse de pathologies vasculoplacentaires. Étude de cohorte prospective, analytique, mono-centrique, réalisée au CHRU de Brest entre le 1er juin 2015 et le 6 décembre 2017

Facteurs prédictifs au premier trimestre de grossesse de pathologies vasculoplacentaires. Étude de cohorte prospective, analytique, mono-centrique, réalisée au CHRU de Brest entre le 1er juin 2015 et le 6 décembre 2017

Protein A (PAPP-A) et l'Human Chrorionic Gonadotropin (hCG) sont prédictifs de la pré- éclampsie et du RCIU (18) (19) (20) (21) (22) (23). La Pregnancy-associated Plasma Protein (PAPP-A) est une glycoprotéine macromoléculaire produite par les cellules déciduales et le syncytiotrophoblaste. Son rôle est de cliver la Insulin-like Growth Factor Binding Protein 4 (IGFBP4) et d'activer les Insulin-like Growth Factors (IGF) (24) ce qui contribue à une bonne croissance fœtale (25). Un taux de PAPP-A abaissé est un marqueur de dysfonction placentaire (26) et un facteur de risque de PE et de RCIU (27) (28) (29). C'est également un des marqueurs sériques maternels dosés au premier trimestre de grossesse dans le cadre du dépistage de la trisomie 21.
En savoir plus

44 En savoir plus

Le cas clinique du mois. Hepatite herpetique au 3eme trimestre de la grossesse.

Le cas clinique du mois. Hepatite herpetique au 3eme trimestre de la grossesse.

Rev Med Liège 2012; 67 : 11 : 557-559 557 I N T RO D U C T I O N Les anomalies de la fonction hépatique sont présentes dans 3% des grossesses (1). Elles se répartissent d’une part en hépatopathies gravidi- ques spécifiques telles que l’hyperemesis gravi- darum, la cholestase gravidique, la prééclampsie et la stéatose hépatique aiguë gravidique. D’autre part, il existe les hépatopathies aiguës intercur- rentes qui surviennent de façon fortuite au cours de la grossesse telles que les lithiases biliaires et les hépatites virales (2, 3).
En savoir plus

3 En savoir plus

La santé bucco-dentaire et parodontale des femmes enceintes au premier trimestre : étude périscope

La santé bucco-dentaire et parodontale des femmes enceintes au premier trimestre : étude périscope

2.2. Hypothèses de la recherche. En France, depuis 2002, il existe des recommandations de l’Agence d’accréditation et d’évaluation en santé (ANAES) (actuelle Haute Autorité de la Santé - HAS) concernant le dépistage des maladies parodontales et leur prise en charge. Notamment, chez la femme enceinte, le groupe de travail recommande un examen clinique systématique, la recherche de signes de maladie parodontale, dès le début de la grossesse et un examen dans les 6 mois qui suivent celui-ci (accord professionnel). La fréquence de ces examens en cours de grossesse est à adapter en fonction de l’atteinte parodontale (accord professionnel). Bien qu’il n’y ait pas d’étude identifiée apportant un niveau de preuve suffisant, des phases aiguës de gingivites et de parodontites au cours de la grossesse ont été observées (accord professionnel) [10].
En savoir plus

78 En savoir plus

Étude des dopplers utérins au premier trimestre de la grossesse : comparaison de deux voies d'abord

Étude des dopplers utérins au premier trimestre de la grossesse : comparaison de deux voies d'abord

Poon et al ont étudié en 2009 s’il existait un lien entre le faible taux de PAPP-A, l’IP des artères utérines et le dév eloppement d’une pré-éclampsie. En effet,quand seul le dosage de PAPP-A est considéré, 8 à 23% des grossesses compliquées d’une PE ont un taux inférieur au 5 e percentile au premier trimestre. Quand le logarithme de la valeur de la PAPP-A en MoM (multiple de la médiane) est utilisé, celui-ci est significativement plus faible pour les grossesses qui vont se compliquer d’une PVP. A l’inverse le logarithme de l’IP est significativement plus élevé. Poon et al concluent que le dosage de la PAPP-A contribue au dépistage des PVP lorsqu’il est associé au doppler utérin et aux différents facteurs de risque (origine ethnique, antécédents…).(28)Devant ces résultats, Poon et al ont conduit en 2010 une seconde étude visant à évaluer la sensibilité du calcul de risque qu’ils avaient pu établir grâce aux résultats de la précédente étude. Pour le dépistage de pré- éclampsie précoce quand seuls les antécédents maternels sont considérés 37% des pré-éclampsies sont dépistées, quand l’IP le plus bas des deux artères utérines est ajouté, 78% des pré-éclampsies sont dépistées et enfin lorsque le taux de PAPP-A est ajouté 84% des PE sont dépistées.(27)
En savoir plus

81 En savoir plus

Le rôle de la biopsie virtuelle du placenta dans la prédiction du retard de croissance intra-utérin au premier trimestre de la grossesse

Le rôle de la biopsie virtuelle du placenta dans la prédiction du retard de croissance intra-utérin au premier trimestre de la grossesse

iii Résumé Le retard de croissance intra-utérin (RCIU) se définit comme étant un échec dans la croissance du fœtus à atteindre son potentiel de croissance génétiquement déterminé. Il touche entre 7 à 10 % des grossesses. Alors que le dépistage commence seulement à partir de la vingtième semaine de grossesse, cette complication pourrait être détectable dès le premier trimestre. Un dépistage précoce des femmes à risque élevé permettrait de débuter un traitement préventif. L’échographie 3D Doppler de puissance a démontré des résultats encourageants pour le dépistage précoce de la pré-éclampsie. La biopsie virtuelle du placenta et ses indices de vascularisation pourraient possiblement permettre la détection précoce de cas de RCIU dès le premier trimestre. Les objectifs de l’étude étaient d’évaluer la valeur de la biopsie virtuelle, du volume placentaire et des indices de vascularisation placentaires au 1 er trimestre dans la prédiction du RCIU stratifié selon la
En savoir plus

59 En savoir plus

Pré éclampsie : apport prédictif des marqueurs sériques du premier trimestre de grossesse

Pré éclampsie : apport prédictif des marqueurs sériques du premier trimestre de grossesse

- 29 - Résumé But. Les marqueurs sériques dosés au premier trimestre de grossesse dans le cadre du dépistage de la trisomie 21 présentent un intérêt dans la prédiction des pathologies de la grossesse de part leur caractère précoce. L’objectif principal de cette étude était de rechercher une différence des taux de PAPP-A et de β-HCG entre des patientes atteintes de pré- éclampsie et des témoins. Les objectifs secondaires étaient de rechercher une association entre des taux faibles des marqueurs sériques (≤ 0,5 MoM) et la précocité, la sévérité et les critères de sévérité de la pré-éclampsie.
En savoir plus

40 En savoir plus

Dépistage prénatal de la trisomie 21 et autres aneuploïdies au premier trimestre

Dépistage prénatal de la trisomie 21 et autres aneuploïdies au premier trimestre

Résumé La présente thèse par articles aborde différentes facettes du dépistage prénatal de certaines aneuploïdies au premier trimestre de la grossesse. L’introduction retrace l’historique du dépistage prénatal et énonce les différents marqueurs biochimiques et échographiques associés aux aneuploïdies. La première publication démontre que le tabagisme maternel abaisse significativement les niveaux sanguins maternels de PAPP-A et de la fraction libre de la β-hCG et augmente significativement la clarté nucale, confirmant la nécessité de contrôler cette co-variable dans le calcul de risque final, du moins pour la trisomie 18. Le deuxième article identifie des seuils de clarté nucale au-delà desquels la biochimie génétique n’apporte aucune valeur additionnelle au dépistage prénatal de la trisomie 21 et de la trisomie 18. Pour les fœtus avec clarté nucale supérieure aux seuils établis, un diagnostic prénatal intrusif devrait être offert sans délai. Le troisième et dernier article porte sur la première détermination des niveaux plasmatiques maternels de la protéine FLRG (follistatin-related gene) au premier trimestre de grossesse et sur son rôle potentiel à titre de marqueur biochimique dans le dépistage prénatal de la trisomie 21. Bien que détectables, les niveaux plasmatiques maternels de FLRG ne sont pas significativement altérés en présence de fœtus avec syndrome de Down. Dans la discussion générale, les trois articles sont abordés sous un angle plus spécifique au Québec. Des données complémentaires et originales y sont présentées. Une discussion sur l’évolution future du dépistage prénatal est entamée et des axes de recherche sont proposés.
En savoir plus

247 En savoir plus

Nouveaux regards sur la prééclampsie

Nouveaux regards sur la prééclampsie

population de femmes concernées [37] ) : syndrome des antiphospholipides (17 %), hypertension artérielle chronique (16 %, RR : 5,1), diabète (11 %, RR : 3,7), indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 30 (7 %, RR : 2,8), et recours aux techniques de procréation assistée (6 %, RR : 1,8). Des algorithmes de prédic- tion ont été développés. Ils associent des caractéris- tiques maternelles et l’historique médical, des para- mètres biophysiques et biochimiques, afin de réaliser des dépistages au premier trimestre (avant la 14-16 semaine d’aménorrhée). Une étude portant sur 60 000 femmes, combinant des facteurs maternels, la pression artérielle moyenne, l’indice de pulsatilité de l’artère utérine, et le taux sérique du facteur de croissance du placenta (PlGF) a permis de détecter 76 % des cas de PE précoce, et 38 % des cas de PE tardive, avec un taux de faux négatifs de 10 %. La technicité nécessaire pour acquérir les paramètres biophysiques et biochimiques pour cet algorithme ne permet cependant pas, à ce jour, son implémentation pour un suivi de routine chez toutes les femmes enceintes. Une étude très récente a montré des gènes T/t du virus SV40 (polyomavirus simian virus 40). Des sys-
En savoir plus

10 En savoir plus

Dépistage de la consommation de substances psychoactives pendant la grossesse : état des lieux des pratiques et des freins

Dépistage de la consommation de substances psychoactives pendant la grossesse : état des lieux des pratiques et des freins

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a mis au point en 2010 un questionnaire regroupant les principales substances psychoactives, le questionnaire ASSIST (Alcohol Smoking and Subtance Involvment Screening Test). (24) Durant les années 2000, des actions d’information et de prévention sur les risques de l’alcool pendant la grossesse ont été mises en place en France, notamment une loi de 2005 imposant un pictogramme ou un message sanitaire (« La consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves pour la santé de l’enfant ») sur les boissons alcoolisées. Notre hypothèse était donc qu’il pouvait exister une différence dans la réalisation du dépistage entre les sages-femmes diplômées avant les années 2000 et celles diplômées après, qui auraient pu être plus sensibilisées au sujet, mais notre étude n’a pas mis en avant de différence statistiquement significative.
En savoir plus

65 En savoir plus

Cerclage cervical en urgence au deuxième trimestre de la grossesse. À propos de 18 cas à la maternité de Port-Royal

Cerclage cervical en urgence au deuxième trimestre de la grossesse. À propos de 18 cas à la maternité de Port-Royal

impossible de consulter ces dossiers en raison de leur délocalisation sur un site extérieur à la maternité. En ce qui concerne les dossiers des années 2005 à 2011, dans un premier temps, une liste de toutes les femmes qui ont bénéficié d’un cerclage sur cette période a été établie. Les 341 dossiers correspondants ont alors été consultés par la suite afin de sélectionner les patientes ayant bénéficié d’un cerclage en urgence. Vingt-trois dossiers ont été trouvés. A été exclu le dossier d’une patiente qui avait bénéficié d’un cerclage à chaud non réalisé sur le site de la maternité de Port-Royal, elle avait été transférée secondairement après cette intervention. A été exclu un deuxième dossier car il y a eu une tentative de cerclage en urgence mais le geste était impossible à réaliser techniquement en raison des conditions locales défavorables. Trois dossiers de l’année 2005 n’ont pu être exploités. Une patiente a bénéficié d’un cerclage en urgence à la maternité de Port-Royal cependant elle n’y a pas accouché. Et les dossiers de deux patientes qui ont fait des FCT, ont été transférés aux archives extérieures du site de la maternité et donc n’ont pu être retrouvés. Au total donc, 18 dossiers ont été analysés.
En savoir plus

90 En savoir plus

Prévalence de la consommation médicamenteuse (médicaments prescrits et automédication) chez la femme enceinte en fonction du trimestre de grossesse : étude de faisabilité

Prévalence de la consommation médicamenteuse (médicaments prescrits et automédication) chez la femme enceinte en fonction du trimestre de grossesse : étude de faisabilité

62 III) La prévalence de la consommation de médicaments pendant la grossesse Dans notre étude, la prévalence de la consommation de médicaments (automédication et médicaments prescrits) est de 98,75%. Ce qui est très important mais similaire à d‟autres études. En effet, Damase-Michel et al. avaient retrouvé une prise médicamenteuse dans 97% des cas, de même que Berthier et al. [55] dans 99,5% des cas. Ces études ont été réalisées dans un CHU ayant une maternité de niveau 3. Ceci n‟a pas influencé les prises médicamenteuses puisque ces maternités accueillent des grossesses pathologiques. Néanmoins nous n‟avons pas eu le temps nécessaire pour analyser les indications des prises thérapeutiques.
En savoir plus

126 En savoir plus

Show all 1961 documents...