Haut PDF Connectivité fonctionnelle entre le noyau sensoriel principal du trijumeau et le noyau moteur du trijumeau

Connectivité fonctionnelle entre le noyau sensoriel principal du trijumeau et le noyau moteur du trijumeau

Connectivité fonctionnelle entre le noyau sensoriel principal du trijumeau et le noyau moteur du trijumeau

Résumé Les mouvements masticatoires sont générés par un réseau neuronal localisé dans le tronc cérébral connu sous le nom de générateur de patron central (GPC). De plus en plus d’évidences dans la littérature associent le noyau sensoriel principal du trijumeau (NVsnpr) au cœur rythmogène du GPC masticatoire, bien qu’il soit traditionnellement considéré comme un relais sensoriel au thalamus. La présente étude amène une nouvelle preuve de connectivité fonctionnelle entre le NVsnpr et le noyau moteur du trijumeau (NVmt) contenant les motoneurones (MNs) innervant les différents muscles masticatoires. Nos résultats indiquent que les neurones projetant vers NVmt sont situés dans le ¾ dorsal du NVsnpr. La stimulation électrique dans le NVsnpr dorsal évoque des réponses synaptiques excitatrices multiphasiques dans les MNs trigéminaux tandis que l'application locale de BAPTA, connue pour induire une activité rythmique dans les neurones du NVsnpr, évoqua aussi une activité rythmique dans les MNs, supportant davantage la relation fonctionnelle entre ces deux noyaux en termes de transmission de rythme. En imagerie calcique, la stimulation électrique de NVsnpr évoquait des réponses calciques dans les MNs situées principalement dans la région dorsolatérale contenant les MNs des muscles de fermeture et révéla un patron spécifique de connectivité entre les deux noyaux. L'organisation des projections semblait dépendre de manière critique de la localisation dorso-ventrale du site de stimulation au sein du NVsnpr. La principale tendance observée concernait la région DL de NVmt recevant des inputs du NVsnpr dorsal (R1 et R2), alors que la région ventromédiane de NVmt recevait plutôt des inputs de R2 et R3, qui représentent la majeure partie de la région intermédiaire du NVsnpr. Cette étude confirme et développe les expériences antérieures en explorant la nature physiologique et la topographie fonctionnelle de la connectivité entre NVsnpr et NVmt.
En savoir plus

139 En savoir plus

Organisation anatomique et rôle du couplage astrocytaire dans l’activité rythmique du noyau sensoriel du trijumeau

Organisation anatomique et rôle du couplage astrocytaire dans l’activité rythmique du noyau sensoriel du trijumeau

173 4.2.3 Des réseaux confinés dans le NVsnpr-D L’analyse vectorielle montre que la plupart des réseaux astrocytaires sont confinés dans la partie dorsale du NVsnpr. Seulement 7 cas sur les 53 réseaux examinés dans l’étude comptaient quelques cellules hors des limites du NVsnpr-D. Sur ces 7 réseaux, 5 présentent très peu de cellules en dehors du NVsnpr-D et le plus fréquemment elles sont situées en direction du noyau moteur, région vers laquelle les neurones du NVsnpr-D projettent (Kolta et al., 2000; Y. Q. Li et al., 1993a; Y. Q. Li, Takada, & Mizuno, 1993b; Pinganaud et al., 1999; Stanek, Cheng, Takatoh, Han, & Wang, 2014; Travers & Norgren, 1983; Yoshida et al., 1998). En condition de faible [Ca 2+ ]e, où les jonctions communicantes sont le plus ouvertes, les vecteurs d’orientations préférentielles des réseaux convergent vers le centre du NVsnpr-D même lorsque l’astrocyte patché se situe en bordure du noyau. À l’inverse, les réseaux astrocytaires révélés suite à la stimulation électrique des afférences sensorielles étaient principalement orientés vers la bordure latérale du NVsnpr-D où se trouvent les terminaisons des fibres. Les neurones du NVsnpr reçoivent tous des inputs des afférences sensorielles du nerf trigéminal mais les parties ventrales et dorsales sont fonctionnellement différentes. La partie ventrale reçoit des inputs reliés aux vibrisses (Erzurumlu & Killackey, 1983; Furuta et al., 2008) alors que la partie dorsale reçoit des inputs des muscles de la mâchoire et de la cavité orale et est reliée aux mouvements masticatoires (Eisenman et al., 1963; Takemura, Sugimoto, & Shigenaga, 1991; Tsuboi et al., 2003). Ainsi, cette organisation spatiale du couplage astrocytaire suggère l’implication de ces réseaux dans la délimitation d’une frontière fonctionnelle entre la partie dorsale et ventrale.
En savoir plus

210 En savoir plus

Caractérisation spatiale des syncytia formés par le couplage des astrocytes du noyau sensoriel principal du nerf trijumeau en fonction de la concentration de calcium extracellulaire

Caractérisation spatiale des syncytia formés par le couplage des astrocytes du noyau sensoriel principal du nerf trijumeau en fonction de la concentration de calcium extracellulaire

rectificatifs sortants transitoires. De plus, fait intéressant, les valeurs de potentiels membranaires notées par Serrano et coll. (2008), à la fois chez les sous-populations d’astrocytes de type GluT comme GluR, suivaient des distributions bimodales; ce qui laisse supposer que la dénomination GluT/GluR ne formerait pas des groupes homogènes. De même, Jabs et coll. (2005) ont souligné que, dans l’hippocampe, les cellules identifiées comme étant de type GluR, sur la base de leur morphologie, ne formeraient pas un groupe homogène, seuls 30% d’entre elles transcrivant l’ARNm de la GFAP et exprimant le S100Beta ; ce qui reproduit les observations rapportées par Wallraff et coll. (2004). Ces résultats électrophysiologiques et immunohistochimiques ont depuis été corroborés dans la couche CA1 de l’hippocampe (Zhou et coll., 2006 ; Schools et coll., 2006) et dans la couche IV du cortex somatosensoriel en barillets de la souris (Houades et coll., 2008). Enfin, Ademark et Lovinger (2008) ont poussé l’idée encore plus loin, allant jusqu’à distinguer chez le rat, les astrocytes passifs du striatum selon trois sous-types en fonction du sens des légères rectifications observées en réponse à une dépolarisation soutenue. Les proportions relatives de ces sous-types d’astrocytes passifs variant en fonction des conditions extracellulaires, il est cependant probable que l’observation de cette diversité de réponses ne témoigne pas de l’existence d’un niveau supérieur de différenciation cellulaire per se, mais plutôt de l’incroyable plasticité fonctionnelle des astrocytes; qui pourrait être à l’œuvre dans la grande variabilité obtenue dans nos résultats.
En savoir plus

197 En savoir plus

Dissection du programme développemental du noyau paraventriculaire de l'hypothalamus

Dissection du programme développemental du noyau paraventriculaire de l'hypothalamus

3.1 Composition cellulaire et fonctions du PVN Le PVN est composé de deux populations neuronales majeures, soient les neurones magnocellulaires et parvocellulaires, qui participent au contrôle d’une série de phénomènes physiologiques d’une part via des projections à l’hypophyse et d’autre part via des projections au système nerveux autonome (SNA) (Fig. 10). Les neurones magnocellulaires projettent leurs axones à l’hypophyse postérieure où ils sécrètent l’ocytocine (OT) et l’arginine vasopressine (AVP) directement dans la circulation sanguine (Swanson, L. W. and Sawchenko, P. E. 1983). L’OT est impliquée dans les phénomènes de lactation et de contractions utérines, l’AVT est quant à elle requise pour la régulation de la pression artérielle, du volume sanguin et de l’osmolalité. Ces neurones magnocellulaires composent en totalité le noyau supraoptique (SON) qui dérive du PVN au cours du développement. Les neurones parvocellulaires du PVN et du noyau périventriculaire antérieur (aPV), noyau situé ventralement au PVN, projettent leurs axones à l’éminence médiane où ils sécrètent, respectivement, les facteurs de libération de la corticotropine (CRH) et de la thyrotropine (TRH) ainsi que la somatostatine (SS). Ces trois neuropeptides sont ensuite transportés, via la veine porte, vers l’hypophyse antérieure où ils régulent la sécrétion de l’adrénocorticotropine (ACTH), de la thyrotropine (TSH), de l’hormone de croissance et des gonadotropines. En résumé, AVP, OT, TRH, CRH et SS modulent la sécrétion des hormones hypophysaires et sont considérés comme étant des marqueurs de la différenciation terminale du PVN. Ils définissent ainsi au moins cinq types cellulaires distincts au sein du PVN. Par ailleurs, un autre groupe de neurones parvocellulaires exprimant l’OT, l’AVP et la CRH, présent au sein du PVN, projette ses axones au niveau du tronc cérébral où ils agissent sur le SNA permettant, entre autre, la régulation de l’appétit (Swanson, L. W. and Sawchenko, P. E. 1983).
En savoir plus

275 En savoir plus

La glycosylation des protéines et rôle des glycoprotéines dans le noyau cellulaire

La glycosylation des protéines et rôle des glycoprotéines dans le noyau cellulaire

Puis, les articles ont ete reunis en fonction de la localisation des glycoproteines dans le noyau : membrane, pores, matrice, ADN ou de leurs fonctions probables : rdle [r]

54 En savoir plus

Persistance de noyau dans les systèmes dynamiques à grande échelle

Persistance de noyau dans les systèmes dynamiques à grande échelle

Keywords: Persistance, Donnée, Probabilité, Noyau, Va-et-vient, Grande échelle 1 Introduction Contexte. Maintenir la persistance d’une donnée dans un système distribué est une nécessité pour beau- coup d’applications. Bien que de nombreuses solutions aient été proposées dans un cadre statique, cela reste un probléme ouvert dans un cadre dynamique. Un système dynamique est un système ou les partic- ipants (nœuds) quittent et (re)joignent le système arbitrairement souvent. Pour pallier non seulement au dynamisme et au passage à l’échelle, les garanties probabilistes y remplacent naturellement les garanties déterministes fortes. Quantifier les garanties qu’il est possible d’obtenir probabilistiquement reste primor- diale pour des applications dynamiques à grande échelle.
En savoir plus

5 En savoir plus

Fécondation - Le noyau spermatique déverrouillé par une thiorédoxine ultraspécialisée

Fécondation - Le noyau spermatique déverrouillé par une thiorédoxine ultraspécialisée

[6] . L’article mentionne néanmoins la présence de rares embryons qui se développent, mais qui meurent en fin d’embryogenèse avec des défauts au niveau de leur tête. Ce que ces cher- cheurs ignorent alors, c’est que ce phé- notype bimodal associé à des défauts d’involution de la tête est caractéris- tique des mutants à développement embryonnaire haploïde [7] . Notre propre caractérisation de ce mutant, une ving- taine d’années plus tard, confirme en effet que les embryons issus de mères dhd sont haploïdes et sont, plus pré- cisément, dépourvus de chromosomes d’origine paternelle. Notre analyse cyto- logique a également révélé que le noyau du spermatozoïde dans les œufs dhd ne montre aucun signe de décondensation vertébrés. En revanche, le mécanisme
En savoir plus

3 En savoir plus

Portage d'un environnement Unix sur le noyau Gothic

Portage d'un environnement Unix sur le noyau Gothic

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

34 En savoir plus

Evaluation des performances d'un noyau de simulation répartie

Evaluation des performances d'un noyau de simulation répartie

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

39 En savoir plus

Evaluation des performances d'un noyau de simulation répartie

Evaluation des performances d'un noyau de simulation répartie

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

60 En savoir plus

La glycosylation des protéines et le rôle des glycoprotéines dans le noyau cellulaire

La glycosylation des protéines et le rôle des glycoprotéines dans le noyau cellulaire

Nous avons lnterrog6 les bases BIOSIS, MEDLINE et PASCAL, en posant la meme question que precedemment : la glycosylation et les glycoproteines dans le noyau.. Pour des problemes[r]

27 En savoir plus

Méthodes efficaces de parallélisation de l'analyse de traces noyau

Méthodes efficaces de parallélisation de l'analyse de traces noyau

Dans leur travail, Geimer et al. ont adapté le programme séquentiel d’analyse des états d’attentes afin de le rendre exécutable en parallèle sur un grand nombre de nœuds (Geimer et al., 2009). Plutôt que de fusionner plusieurs traces locales en une grande trace globale, opération coûteuse en temps et en mémoire, les traces locales sont analysées séparément par les nœuds les ayant engendrées. Encore une fois, on se retrouve face à un problème de dépendance de données : la séquence d’événements recherchée se retrouve dans plusieurs fichiers de trace. Afin de régler ce problème sans de coûteuses communications entre les nœuds analysants, leur nouvel outil, Scalasca, utilise une approche qui se base sur la réexécution des événements de communication qui ont été enregistrés dans les traces sur le même système multinœuds sur lequel l’exécution originelle s’est déroulée. Cela permet donc d’obtenir automatiquement la correspondance entre les événements des traces à mesure que les communications sont réexécutées.
En savoir plus

83 En savoir plus

Points de trace statiques et dynamiques en mode noyau

Points de trace statiques et dynamiques en mode noyau

d'instructions RISC conçu pour être facile à émuler. Une fois le code intermédiaire produit, il est envoyé à l'espace noyau pour que DTrace le vérifie et active le point de trace qui lui correspond. 1.6 SystemTap SystemTap[25-27] est un outil de traçage similaire à DTrace[28] permettant la collecte d'information à partir d'un système Linux en cours d'exécution, dans le but de faciliter l'identification des causes de problèmes fonctionnels ou de performance. Cet outil permet l'insertion de points de trace dynamiques ainsi que la collecte de données à partir des points de trace statiques définis à l'aide de TRACE_EVENT. La trace collectée peut être affichée sur la console au fur et à mesure qu'elle est produite. Sinon, le mode flight recorder peut enregistrer la trace soit en mémoire soit dans un fichier temporaire pour qu'elle soit analysée plus tard.
En savoir plus

79 En savoir plus

ELIMINATION DU BLEU DE METHYLENE PAR LE NOYAU D’ABRICOT ACTIVE

ELIMINATION DU BLEU DE METHYLENE PAR LE NOYAU D’ABRICOT ACTIVE

Page 12 II.1. Les adsorbants : propriétés générales Les premiers adsorbants utilisés, il y a plusieurs siècles, furent les argiles et les terres décolorantes, puis à la fin du XIXème siècle furent développés les charbons actifs. La première guerre mondiale vit apparaitre les gels de silice, puis, dans les années 1939-1940, les alumines activées. En 1945 sont reconnues les propriétés d’adsorption exceptionnelles des zéolithes naturelles. En 1950, les premières zéolithes synthétiques ouvrent la voie au fantastique développement des tamis moléculaires comme catalyseurs et adsorbants. A coté de ces adsorbants utilisés en quantités industrielles, se sont développés ces dernières années de nouveaux produits de meilleures propriétés [13]. Seuls les adsorbants ayant une surface spécifique suffisante peuvent avoir un intérêt pratique. Les adsorbants industriels ont généralement des surfaces spécifiques supérieures à 100 m².g -1 et pouvant atteindre quelques milliers de m².g -1 [14]. Ces adsorbants sont nécessairement microporeux avec des tailles de pores inférieures à 2 nm ou mésoporeux avec des tailles de pores comprises entre 2 nm et 50 nm.
En savoir plus

52 En savoir plus

Migration de processus pour un multi-noyau large échelle

Migration de processus pour un multi-noyau large échelle

5. Conclusion Les architectures 64 bits semblent être la suite logique du développement matériel. Néanmoins, l’architecture TSAR montrent que les processeurs 32 bits peuvent être capables d’offrir la même puissance tout en conservant les avantages de la basse consommation et de la faible quantité de silicium requise à leur fabrication. De plus, TSAR montre que le passage à l’échelle est pos- sible pour de tels processeurs. Nous devons à présent adapter les systèmes pour profiter de ces évolutions matérielles. Le noyau ALMOS-MK est un des exemples de travaux allant dans cette direction. Bien que spécifique à l’architecture TSAR, il tend à montrer que nous pouvons construire des architectures 32 bits performantes et les exploiter pleinement.
En savoir plus

9 En savoir plus

Traçage noyau et distribué d’applications réparties pour l’analyse de la performance

Traçage noyau et distribué d’applications réparties pour l’analyse de la performance

Le traçage logiciel du noyau paraît être un bon candidat pour résoudre le premier point. Le nombre et la précision des événements collectés, ainsi que la complexité des analyses proposées par les outils dédiés, permettent en pratique une analyse de cause racine efficace. En revanche, les traceurs logiciels ne sont pas conçus pour propager le contexte d’une requête tout au long d’une transaction, ou pour être déployés facilement dans un système réparti. Ils répondent à des critères très précis de performance et sont pensés pour perturber le moins possible le comportement du système ciblé. Ce n’est pas envisageable pour un traceur logiciel de sacrifier la performance au profit de la capacité à tracer des transactions distribuées. Il est cependant possible d’étudier des approches hybrides. Le but de notre travail est de combiner les avantages du traçage noyau et du traçage distribué afin de mieux caractériser la performance des applications distribuées. Nous utiliserons en particulier le traceur LTTng pour Linux, dont la pertinence du choix est justifiée dans la revue de littérature, pour recueillir les événements de bas niveau requis pour les analyses. L’idée générale est d’instrumenter un traceur distribué avec LTTng afin de synchroniser les événements de la trace distribué avec les événements de la trace LTTng. Cette synchronisation doit nous permettre d’analyser par la suite conjointement les traces distribuées avec les traces noyau, dans le but de comprendre plus en détail la performance d’une application répartie.
En savoir plus

89 En savoir plus

Rôle du noyau subthalamique dans les processus motivationnels et la dépendance à la cocaïne

Rôle du noyau subthalamique dans les processus motivationnels et la dépendance à la cocaïne

Sections schématiques du cerveau du rat montrant quelques regions du cortex et des ganglions de la base impliqués dans le contrôle de l’inhibition comportementale d’après Eagle et Baunez[r]

358 En savoir plus

Caches collaboratifs noyau adaptés aux environnements virtualisés

Caches collaboratifs noyau adaptés aux environnements virtualisés

Une des caractéristiques clé de Puma est que la mémoire n’est pas « donnée » d’une VM à une autre, mais « prêtée » : les VMs s’échangent des copies des pages, mais restent maîtres de leur propre mémoire. Contrairement au memory ballooning, nous avons choisi de ne traiter que les pages propres, ce qui permet de simplifier la gestion de la cohérence et de récupérer facilement la mémoire prêtée à d’autres VMs. De plus, Puma est directement intégré au sein du page cache du noyau Linux, ce qui permet (i) de récupérer rapidement la mémoire prêtée si un processus local en a besoin ; et (ii) si une VM qui prête sa mémoire a besoin de récupérer son cache, nous donnons une priorité plus faible aux pages hébergées pour qu’elles soient évincées plus rapidement. Une des difficultés majeures dans la réalisation d’un tel cache est de ne pas dégra- der les performances. Nous avons identifié plusieurs scénarios pouvant dégrader les performances, notamment lors d’une panne ou d’un ralentissement d’un nœud Puma, lors d’accès séquentiels et lors d’une variation d’activité sur un nœud, par exemple lors d’un pic d’activités. Ce dernier scénario a fait l’objet d’une contribution dédiée [Compas’2015] (chapitres 6 et 7).
En savoir plus

135 En savoir plus

Erratum à l'article « Analogues supérieurs du noyau sauvage »

Erratum à l'article « Analogues supérieurs du noyau sauvage »

Quelques erreurs de frappe se sont glissées dans l’article de Nguyen Quang Do Thong : "Analogues supérieurs du noyau sauvage" (Séminaire de Théorie des Nombres de Bordeaux, Série 2, 4 (1992), 263-271). Les modifications suivantes doivent être apportées :

2 En savoir plus

Adaptation en ligne d'un dictionnaire pour les méthodes à noyau

Adaptation en ligne d'un dictionnaire pour les méthodes à noyau

m=1.73, NMSE=0.09078 β =2 (puissance du noyau) FIGURE 2 – Comparaison avec et sans adaptation (noyau polynomial de degr´e β = 2). Nous avons pr´esent´e le cas d’un noyau radial et le cas d’un noyaux projectif (polynomial). Nous avons ´egalement montr´e qu’il n’y a pas de m´ethode universelle pour l’adapta- tion du dictionnaire, ce qui signifie que chaque type de noyau n´ecessite une ´etude sp´ecifique. Nous avons montr´e que, grˆace `a l’adaptation des ´el´ements du dictionnaire, l’erreur d’estima- tion peut ˆetre consid´erablement r´eduite (pour une taille finale similaire de dictionnaire), ou le taille finale du dictionnaire peut ˆetre r´eduite (pour une erreur d’estimation r´esiduelle similaire).
En savoir plus

5 En savoir plus

Show all 10000 documents...