Haut PDF Composants et modèles pour l’ingénierie des systèmes d’information

Composants et modèles pour l’ingénierie des systèmes d’information

Composants et modèles pour l’ingénierie des systèmes d’information

to enable the metadata to be understood in a standard manner, which is a precondition for any ability to perform automated transformations ». J. Bézivin dans [Bézivin, 04b] synthétise la définition du MDA comme la réalisation des principes de l’ingénierie des modèles autour d’un ensemble de standards comme le MOF, XMI, OCL, UML, CMW, SPEM, QVT , etc. Il explique également que le consensus sur UML a été essentiel dans cette transition des techniques de production de logiciel basées sur le code, vers des techniques de production basées sur les modèles. Mais le métamodèle UML n’est pas le seul métamodèle possible dans le domaine du développement logiciel. Par conséquent, face au développement et à l’évolution indépendante d’une grande variété de métamodèles différents et incompatibles (data warehouse, workflow, software process, etc.), il y avait un besoin urgent de fournir un cadre global d’intégration pour tous les métamodèles dans le domaine de l’ingénierie de logiciel, des systèmes et des données. Il fallait donc offrir un langage de définition de métamodèles, c’est-à-dire un métamétamodèle, chaque métamodèle définissant lui-même un langage pour décrire un domaine spécifique d’intérêt. L’OMG a donc proposé un langage unique et auto-descriptif qui constitue un modèle pour tous les métamodèles. Ce métamétamodèle est le MOF (Meta-Object Facility) [MOF, 02] : son but est de définir un langage de modélisation unique et utilisé par tous pour représenter des méta-modèles et les modèles qui en découlent. Il est constitué d’un ensemble relativement petit (bien que non minimal) de concepts "objet" permettant de modéliser ce type d’information. Le MOF peut être étendu par héritage ou par composition de manière à représenter des modèles plus évolués. Il est destiné à supporter un grand nombre d’utilisations, de même qu’il est destiné à être supporté par un grand nombre d’applications. Aujourd’hui, le nombre de méta-modèles standardisés par l’OMG ne cesse de croître. Les plus connus sont le métamodèle UML, le métamodèle SPEM (Software Process Engineering Management) [SPEM, 01] qui décrit les concepts nécessaires à la modélisation de processus d'ingénierie logiciels, le métamodèle CWM (Common Warehouse Metamodel) [OMG, 03b] qui traite des entrepôts de données, etc.
En savoir plus

240 En savoir plus

Des hyperclasses aux composants pour l'ingénierie des systèmes d'information - RERO DOC

Des hyperclasses aux composants pour l'ingénierie des systèmes d'information - RERO DOC

Résumé Nous proposons un cadre conceptuel pour l’ingénierie des systèmes d’information (SIs) par composants. Ce cadre est basé sur les concepts d’hyperclasse et de composant de SI. Le concept d’hyperclasse est une généralisation du concept de classe. Construite à partir d’un ensemble de classes connexe et complet, une hyperclasse permet d’exprimer des concepts que le niveau de classe n’aurait permis d’exprimer, et se comporte comme une classe : elle dispose d’hyperobjets, d’hyperattributs et d’hyperméthodes, équivalents des concepts d’objet, d’attribut et de méthode pour une classe. Un hyperobjet de l’hyperclasse est formé à partir des objets des classes de l’hyperclasse, atteints par navigation, à partir d’une classe particulière de l’hyperclasse qui est sa classe racine, et en suivant un graphe de navigation. Un hyperattribut de l’hyperclasse est un attribut de l’une de ses classes. Une hyperméthode est une méthode associée à l’hyperclasse qui peut avoir comme opérandes des hyperattributs, des hyperobjets, d’autres hyperméthodes de l’hyperclasse, les classes de l’hyperclasse, leurs objets et leurs méthodes de classes. Le concept d’hyperclasse offre une forme d’indépendance entre la structure du SI et ses traitements.
En savoir plus

279 En savoir plus

Ingénierie dirigée par les modèles : quels supports à l'interopérabilité des systèmes d'information ?

Ingénierie dirigée par les modèles : quels supports à l'interopérabilité des systèmes d'information ?

Les solutions reposent actuellement soit sur une refonte compl` ete des IHM, soit sur une juxtaposition des IHM de chaque si. Dans le cas d’une refonte, les choix de conception sont totalement revus et repens´ es. Une nouvelle IHM est con¸ cue, n´ ecessitant un investissement lourd ´ equivalent ` a la cr´ eation de l’in- terface d’un nouveau syst` eme. A l’inverse l’int´ egration qui consiste ` a r´ ecup´ erer autant que possible les IHM pr´ e-existantes en les « adaptant » n’est pas sans difficult´ e. Dans cette approche, le choix mˆ eme des applications ` a int´ egrer peut alors ˆ etre guid´ e par la capacit´ e de celles-ci ` a voir leurs IHM ˆ etre adapt´ ees. Dans le contexte d’un exemple industriel, tout un processus a ´ et´ e d´ efini afin de s´ electionner parmi plusieurs si le meilleur candidat `a l’int´egration. En mati`ere d’IHM, ils ´ etudient la possibilit´ e d’effectuer des changements comme suppri- mer des menus ou les griser, masquer des parties de l’interface lorsqu’elles sont d´ efinies en HTML, etc. Ces changements doivent cependant supporter des ´ evo- lutions potentielles des si int´egr´es ce qui explique qu’ils ne touchent jamais aux styles (CSS) des IHM fournies avec les si int´egr´es, ni ne retirent de composants, actions lourdes qui devraient ˆ etre r´ ep´ et´ ees ` a chaque nouvelle version du si in- t´ egr´ e. Les IHM du si sont alors une juxtaposition am´elior´ee mais dont le style n’est pas homog` ene. Il existe souvent une forte discontinuit´ e dans l’interaction lors du passage d’une entit´ e ` a une autre. De telles discontinuit´ es d´ egradent l’utilisabilit´ e des logiciels et du SI dans son ensemble. De telles solutions ne sont donc pas convaincantes.
En savoir plus

33 En savoir plus

Ingénierie dirigée par les modèles pour la simulation, le cas de PRISE

Ingénierie dirigée par les modèles pour la simulation, le cas de PRISE

3. M odélisation de prise / sdse 3-1 Présentation de AADL Le langage de description d’architecture AADL, basé sur la description de composants formant l’architecture d’un système embarqué, est standardisé par SAE International [7]. AADL permet de modéliser à la fois les aspects logiciels et matériels d’un système temps réel en assistant une démarche de modélisation par raffinement (héritage simple), avec une sémantique clairement définie conforme aux systèmes avioniques et spatiaux, et un mécanisme avancé de gestion de propriétés non fonctionnelles. La figure 4 fournit une vision haut niveau des différents blocs formant un modèle AADL. Ceux-ci sont formés d’ensemble de propriétés (property sets) et de paquetages. Les ensembles de propriétés définissent les attributs pouvant être attachés à des éléments du modèle : nom, type, unité. Les paquetages rassemblent les éléments du modèle : types des composants et implantations de composants. • Les types de composants définissent les signatures
En savoir plus

6 En savoir plus

2012 — Une méthode d'agrégation de composants logiciels dirigée par les métadonnées et les modèles

2012 — Une méthode d'agrégation de composants logiciels dirigée par les métadonnées et les modèles

CHAPITRE 1 ÉTAT DE L’ART DU DOMAINE Ce chapitre a pour objectif de résumer la littérature relative aux concepts et aux idées présentées dans l‟introduction. La section 1.1 explique brièvement l‟origine du paradigme objet et ses caractéristiques. Ce paradigme a montré des limitations quant au développement par la réutilisation, ainsi le composant est proposé comme l‟unité de base des systèmes complexes. Dans la section 1.2, on décrit le paradigme composant, ses différentes catégories, son utilisation et les différents types d‟agrégations auxquelles il peut participer. Les métadonnées associées au composant lui offrent une visibilité et facilitent sa recherche dans les entreprises de développement logiciel. Ce concept est étudié dans la section 1.3 avec la classification et l‟ontologie. Dans la section 1.4, on décrit le concept de la modélisation et son apport pour la représentation abstraite des composants logiciels. Ce dernier favorise la réutilisation au niveau conceptuel et devient pratique lorsqu‟il intègre les étapes d‟un processus de développement. La section 1.5 présente de manière générale l‟ingénierie de réutilisation du logiciel. La section 1.6 traite particulièrement le volet de l‟ingénierie du logiciel par la réutilisation des composants ainsi que les processus de développement des systèmes à base de composant (section 1.7). En théorie, les communications entre les composants sont traduites sous la forme de contrats de composants. Ce concept est défini et détaillé dans la section 1.8. En pratique, un contrat de composants s‟implémente à l‟aide des techniques et des technologies d‟intégration qui sont décrites dans la section 1.9. Enfin, la conclusion de la section 1.10 résume les concepts élaborés et introduit les chapitres de développement de la thèse.
En savoir plus

308 En savoir plus

Ingénierie d'entreprise et de système d'information dirigée par les modèles : quels usages ?

Ingénierie d'entreprise et de système d'information dirigée par les modèles : quels usages ?

Chen  D.  (2005).  "Modélisation  d’entreprise  pour  l’intégration  et  l’interopérabilité  des  systèmes  industriels."  Habilitation  à  Diriger  des  Recherches  de  l’Université  Bordeaux.  14  décembre 2005  Goepp  V.,  F.  Kiefer,.O.  Avila  (2008).  Information  system  design  and  integrated  enterprise  modelling through a key‐problem framework. In: Special issue on Enterprise Integration and  Interoperability  in  Manufacturing  Systems,  A.  Molina  and  H.  Panetto  (Eds).  Computers  In 
En savoir plus

5 En savoir plus

topPROCESS : vers une ingénierie des procédés dirigée par les modèles

topPROCESS : vers une ingénierie des procédés dirigée par les modèles

Par ailleurs, il est depuis longtemps reconnu qu’un logiciel est un produit manufacturé complexe dont la réalisation doit s’intégrer dans une démarche méthodo- logique : le procédé de développement 1 . Pour améliorer la qualité du produit développé, il est important de maî- triser son procédé de développement. En particulier, il ne s’agit pas de faire un audit ponctuel mais de fournir à une entreprise les moyens techniques et organisationnels de maîtriser ses processus et d’améliorer sa production. L’in- dustrialisation du développement doit devenir une réalité pour permettre : un gain de productivité dès la concep- tion des systèmes, la maîtrise des processus du système d’information et des logiciels, une communication ciblée, claire et compréhensible par tous, la réduction du coût de maintenance et d’évolution du système d’information, ainsi que la capitalisation, la diffusion et la réutilisation du savoir-faire. Autant d’éléments moteurs de la compéti- tivité et de l’innovation.
En savoir plus

8 En savoir plus

Conception et usage des composants métier processus pour les systèmes d'information

Conception et usage des composants métier processus pour les systèmes d'information

3 Contributions de la thèse Les contributions de cette thèse s’articulent autour de trois principaux résultats. La première contribution consiste en la proposition d’un modèle de CM de nature processus appelé « CMP ». La particularité de ce modèle est qu’il est de portée conceptuelle incluant les besoins fonctionnels. Ce choix est motivé par le fait que seuls les modèles conceptuels, produits lors des étapes de spécification fonctionnelle, constituent de véritables productions capitalisables et réutilisables dans le cycle de conception d'un SI à base de composants. Pour modéliser un CMP, nous nous basons sur des modèles UML, d’une part parce que UML propose un ensemble de diagrammes standards supportés par la plupart des outils existant, d’autre part, parce que son extensibilité rend possible la modélisation des concepts liés aux CMP. Dans le but de maximiser la réutilisabilité d’un CMP, le modèle proposé est centré sur la technique de la variabilité [Saidi et al., 2007a] [Saidi et al., 2007b]. Dans ce sens, et pour spécifier un CMP supportant la variabilité, nous proposons des extensions d’UML supportant les concepts de variabilité. Ces extensions ont mené à la proposition d’un profil UML pour les CM supportant la variabilité. Une autre particularité de ce modèle concerne la complétude de sa solution spécifiée sur quatre vues de développement : une vue métier représentant l’aspect organisationnel du CMP, une vue fonctionnelle représentant l’ensemble des fonctionnalités informatisées du CMP, une vue dynamique représentant le comportement de chaque fonctionnalité incluse dans le CMP et une vue structurelle représentant les données manipulées par le CMP [Saidi et al., 2009a], [Saidi et al., 2008a], [Saidi et al., 2008c].
En savoir plus

241 En savoir plus

Assistance à la validation et vérification de systèmes critiques : ontologies et intégration de composants

Assistance à la validation et vérification de systèmes critiques : ontologies et intégration de composants

Dans notre démarche microscopique, nous proposons une formalisation de l’introduc- tion de composants dans un langage de modélisation et du lien avec la vérification com- positionnelle. Cette formalisation, réalisée avec l’assistant de preuve C OQ , s’appuie sur les concepts de l’Ingénierie Dirigée par les Modèles. L’ IDM s’est donnée comme objectif la maî- trise de la complexité croissante de la construction de systèmes logiciels. Le principe est d’utiliser les modèles ou les composants comme les pierres de base. Le développement orienté composant est une idée très ancienne, qui était présente depuis les premiers tra- vaux sur la programmation structurelle et modulaire [ Mci68 ] mais sa formalisation et la vérification de la composition est encore un sujet de recherche en constante évolution. Nous définissons des opérateurs élémentaires de composition pour lesquels nous vérifions des propriétés de conformité en relation avec le métamétamodèle EMOF (Essential Meta-Object Facility). Les propriétés vérifiées s’appliquent à tous les composants qui peuvent se décrire dans des DSMLs (Domain-Specific Modeling Languages) conformes à EMOF . Ceci rend les opérateurs vérifiés génériques. Ces opérateurs sont par la suite utilisés pour implémenter des opérateurs de plus haut niveau vérifiés par composition.
En savoir plus

195 En savoir plus

Un outil d'assistance à la construction de tests de modèles à composants et services

Un outil d'assistance à la construction de tests de modèles à composants et services

LS2N UMR CNRS 6004 Université de Nantes, IMT-Atlantique, Inria Prenom.Nom@univ-nantes.fr Dans l’article "COSTOTest : A Tool for Building and Running Test Harness for Service-Based Component Models" publié dans les proceedings de la conférence internationale ISSTA 2016 [1] et présenté en session démonstration, nous décrivons comment l’outil COSTOTest nous assiste pour tester directement les modèles de composants logiciels basés sur les services. Ces travaux concernent la vérification de systèmes logiciels à base de composants et services (Service-based Component ou SBC) et exploitent l’ingénierie dirigée par les modèles (IDM).
En savoir plus

3 En savoir plus

Vers une prise en compte fine de la plate-forme cible dans la construction des systèmes temps réel embarqués critiques par ingénierie des modèles

Vers une prise en compte fine de la plate-forme cible dans la construction des systèmes temps réel embarqués critiques par ingénierie des modèles

2.2.6 EAST-ADL EAST-ADL [ 17 ] est un langage architectural spécialisé pour l'automobile. Comme AADL, il couvre aussi bien les aspects logiciels que matériels. Il permet d'exprimer nativement l'aspect comportmental du système, et de lui associer des contraintes. Ce langage dénit le concept de niveaux d'abstraction, correspondants à des étapes couramment dénies par les processus de déve- loppement (tests physique, implémentation, modélisation...). Les contraintes peuvent être suivies et vériées à travers les diérents niveaux d'abstractions. ces contraintes doivent cependant por- ter sur des aspects fonctionnels ou causaux du système : le dimensionnement, en particulier, échappe à sa portée. Une attention particulière a été apportée au support des outils existants. En ce sens, EAST est autant un processus de développement qu'un langage architectural. Les composants Cinq catégories de composants existent dans EAST-ADL : structure, beha- viour, requirements, validation et variable handling. Seule la première catégorie relève de l'ar- chitecture. La nature d'un composant varie selon le niveau d'abstraction considéré. Au premier niveau (acausal), il s'agit essentiellement d'un équation algébrique ou diérentielle, potentielle- ment associée à un automate à états. Le second niveau (causal) ajoute la notion de type passant sur les connections. Le troisième niveau (discretized) ore une version discrète du niveau précé- dent, sous la forme d'une représentation algorithmique. Le dernier niveau, simulation, est comme son nom l'indique l'implémentation d'un simulateur, composé d'un ordonnanceur et d'un solveur. Dans la pratique, tous les niveaux d'abstractions ne sont pas nécessairement visibles par l'archi- tecte. Par exemple, les auteurs de [ 84 ] proposent de se limiter à la dénition du modèle causal en utilisant des diagrammes SysML. On notera que la vue proposée à l'architecte est implicitement fonctionnelle, c'est-à-dire que le découpage de l'architecture est supposé suivre les fonctionnalités oertes par l'application.
En savoir plus

176 En savoir plus

Ingénierie des modèles pour les applications environnementales

Ingénierie des modèles pour les applications environnementales

Fin 1999, la Direction Scientifique du Cemagref a retenu l’atelier de génie logiciel Objecteering de la société Softeam comme outil de modélisation et de développement des applications informatiques et des systèmes d'information. C’est un logiciel sous licence propriétaire dont le code n’est pas libre. Pour éviter cet inconvénient, les concepteurs d’Objecteering ont implémenté un mécanisme d’extension du métamodèle du langage UML appelé Profil qui permet d’enrichir le métamodèle des concepts d’un domaine particulier sans en modifier le métamodèle (Atkinson et al., 2000). Ce mécanisme de Profil est décrit dans les spécifications du langage UML (OMG, 2003a, 2005, 2006) et par de nombreux auteurs (Blanc, 2001 ; Blanc et al., 2002 ; Crégut et al., 2005 ; Riccobene et al., 2004 ; Softeam, 2003a) dont la liste exhaustive serait difficile à établir. L’extension du métamodèle est effectuée principalement grâce aux concepts UML de Stéréotype , de Valeur marquée (cf. paragraphes III.7.1 et III.7.2 de l’Annexe I) et de Contraintes .
En savoir plus

345 En savoir plus

Ingénierie des systèmes orientés services adaptables : Une approche dirigée par les modèles

Ingénierie des systèmes orientés services adaptables : Une approche dirigée par les modèles

III.2. Processus de développement des systèmes orientés services : phases, activités et artefacts SOC se base principalement sur le service comme un élément fondamental pour le développement des systèmes d‟information d‟entreprise distribués et à large échelle. L‟élément service possède des caractéristiques héritées de ses prédécesseurs tels que l‟objet ou le composant mais il ajoute d‟autres caractéristiques telles que sa grosse granularité, son indépendance, son autonomie et son couplage faible. Ainsi, les approches traditionnelles pour le développement des systèmes logiciels orientés objet ou à base de composant sont inadéquates pour le développement des systèmes orientés services. Pour faire face à ce problème, plusieurs processus de développements ont été proposés dans la littérature (Papazoglou et al., 2006) (Arsanjani et al. 2005) (Erradi et al., 2006) (Chang et al., 2007b) (Maamar et al., 2008) (Kim et al., 2006). Globalement, ces processus définissent un ensemble de directives et de principes méthodologiques pour spécifier, construire et implémenter des systèmes orientés services en se basant sur l‟élément service et sur l‟architecture SOA tout en optimisant les coûts et le temps de leur développement.
En savoir plus

196 En savoir plus

Systèmes à composants synchronisés : contributions à la vérification compositionnelle du raffinement et des propriétés

Systèmes à composants synchronisés : contributions à la vérification compositionnelle du raffinement et des propriétés

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

198 En savoir plus

Une ingénierie participative des exigences pour les systèmes interactifs complexes en aéronautique

Une ingénierie participative des exigences pour les systèmes interactifs complexes en aéronautique

L’analyse!détaillée!des!pratiques!transverses!aux!entreprises!nous!permet!d’identifier!cinq!aspects! du!processus!d’ingénierie!des!exigences!qui!changent!significativement!dans!le!temps:!la!traçabilité,! la! maturité! des! exigences! (la! dimension! spécification! de! Pohl! (Pohl! 1994)),! la! collaboration,! la! représentation!du!comportement!du!système!et!la!satisfaction!utilisateur.!L’évaluation!de!ces!cinq! aspects!révèle!deux!états!opposés!dans!le!temps!que!nous!couplons!avec!les!outils!en!usage!(voir! Figure! 89).! Dans! le! stade! préliminaire! du! processus,! représenté! par! la! ligne! grise! en! Figure! 89,! correspondant! au! contexte! d’utilisation! «! Conception! exploratoire! et! collaborative! sans! outil! spécifique!»,!les!ingénieurs!en!exigences!font!rapidement!face!à!la!conception,!c’estMàMdire!«!une! adéquation! satisfaisante! d’une! structure! de! système! à! un! objectif! spécifique! à! réaliser! par! le! système!»!(Mattessich!1978a).!Leur!travail!est!collaboratif!et!centré!sur!les!questions!de!conception! avec! les! fournisseurs! des! composants.! Ils! dessinent! des! représentations! du! comportement! du! système! comme! moyen! de! raisonnement! pour! découvrir! les! questions! de! conception! et! décider! l’allocation!des!exigences.!Les!outils!à!vocation!générale!sont!utilisés!pour!supporter!ce!travail!:!des! éditeurs! de! dessin! et! des! tableaux! blancs! pour! exprimer! des! vues! dynamiques! et! éliciter! les! questions,! Excel! ou! PowerPoint! pour! enregistrer! les! questions,! messagerie! électronique! et! vidéoconférence!pour!les!partager.!Les!ingénieurs!sont!très!satisfaits!par!ce!travail!:!ils!considèrent! la!conception!comme!leur!activité!principale!et!essentielle.!Ils!ne!se!plaignent!pas!des!outils!utilisés,! qui!sont!souples,!pliant!selon!Harris!et!Henderson!(Harris!et!Henderson!1999).!!Par!exemple,!Excel! est!le!support!idéal!pour!l’accommodation!:!les!utilisateurs!ont!juste!à!ajouter!une!colonne!s’ils!veulent! traiter! un! nouvel! attribut! de! l’exigence.! Cependant,! les! différents! fichiers! produits! sont! stockés! au! mieux!dans!un!répertoire!partagé,!mais!plus!fréquemment!sur!les!ordinateurs!personnels!et!les!boîtes! de!messagerie.!Les!ingénieurs!ne!prennent!pas!le!temps!de!mettre!à!jour!les!outils!officiels!avec!leurs!
En savoir plus

234 En savoir plus

COnfECt : Une Méthode Pour Inférer Les Modèles De Composants D'un Système

COnfECt : Une Méthode Pour Inférer Les Modèles De Composants D'un Système

Notre approche COnfECt peut s’intégrer à GK-tail comme décrit en Figure 2. L’étape Analyse de Traces et Extraction de COnfECt permet de segmenter les traces et d’identifier des composants. Elle est réalisée après la fusion des traces (étape 1 GK-tail), pour accélérer le calcul du coefficient, car moins de traces sont à analyser. L’étape Composition de CEFSMs permet de grouper certains CEFSMs similaires, si la stratégie composition faible ou forte est employée. Cette étape est faite avant que GK-tail ne fusionne les états. Cet ordre peut favoriser le groupement d’état équivalents qui seront fusionnés ensuite.
En savoir plus

8 En savoir plus

Une Forme de Rétro Ingénierie pour Systèmes Multi Agents : explorer l'espace des simulations

Une Forme de Rétro Ingénierie pour Systèmes Multi Agents : explorer l'espace des simulations

Keywords: Interaction, Simulation, Reverse engineering, Model observation 1 Introduction LEIA, pour « LEIA lets you Explore Interactions for your Agents », renverse la vue habituelle de conception de simulations multi agents : nous générons une série de modèles aléatoires et leur implémentation à partir d’une ontologie spécifiée à l’avance, constituée d’interactions génériques que nous pouvons affecter à des familles d’agents. Ensuite, par raffinements successifs et l’utilisation des outils définis dans ce papier, l’utilisateur va pouvoir créer un modèle et étudier ses caractéristiques sous-jacentes. Le navigateur de l’espace des simulations LEIA permet donc d’effectuer un travail de reverse engeneering désigné en tant que « design recovery » par Chikofsky et Cross [2]. L’utilisateur est capable de pleinement comprendre les simulations et les modèles sous-jacents puis d’étudier les relations entre interactions, comme nous l’illustrons dans la figure 1.
En savoir plus

11 En savoir plus

Electroperméabilisation de systèmes modèles

Electroperméabilisation de systèmes modèles

plication d’un champ électrique à travers la membrane et le réarrangement du réseau interfacial de molécules d’eau associé [Lopez 88]. L’électrofusion est une manière très commode de contrôler, spatiale- ment comme temporellement, les évènements de fusion. Cette possibilité de les déclencher permet de les observer afin d’en étudier les mécanismes sous-jacents. Pour avoir lieu, l’électrofusion nécessite deux conditions : l’électroperméabilisation et le contact entre les bicouches. Quand les deux membranes sont suffisamment proches et les perturbations suffisamment intenses, la fusion peut avoir lieu ; ce fut mis en évidence avec des cellules dans [Zimmermann 82]. Il fut aussi montré que la fusion membranaire peut aussi être obtenue en rapprochant des cellules après leur électro- perméabilisation, ce qui indique que les membranes électroperméabilisées demeurent fusogènes pendant un certain temps [Sowers 86, Teissié 86, Rols 89]. Là encore, l’utilisation de vésicules lipidiques comme systèmes modèles est d’un grand intérêt pour la compréhension de ces phénomènes [Tamm 03, Neumann 89]. Un champ électrique alternatif peut être employé afin d’aligner les liposomes dans la direction du champ et de les mettre en contact. Ensuite, l’application d’une impulsion électrique induit la perméa- bilisation des vésicules, et si cette perméabilisation a lieu au niveau de la zone de contact alors la fusion peut avoir lieu. La fusion membranaire est un procédé rapide, qui a lieu en deux étapes [Haluska 06]. La première est l’ouverture d’un goulot de fusion avec une vitesse moyenne d’expan- sion d’environ 2 cm/s. La seconde étape est marquée par la diminution de la vitesse d’expansion jusqu’à l’ouverture complète du goulot de fusion. En l’absence de sel, la fusion a typiquement lieu en plusieurs points de contact entre les liposomes, et la coalescence des différents goulots de fu- sion peut mener à la formation de petites vésicules au niveau de la zone de contact [Haluska 06]. Si des sels sont présents dans le milieu externe, l’impulsion électrique conduit en outre à un aplatissement des liposomes dans la région de contact. Comme l’on n’observe pas dans ce cas l’appari- tion de petites vésicules, on peut en déduire que seulement un, ou tout au plus un petit nombre de goulots de fusion ont été formés.
En savoir plus

236 En savoir plus

Spécification et vérification formelles des systèmes de composants répartis

Spécification et vérification formelles des systèmes de composants répartis

In addition a permissive labelling discipline allows a variety of annotations on all distinct elements: states, transitions, automata and networks as a whole. It is through this labelling that behavioural action labels are provided of course, but also structural information for source code retrieval, logical model-checking annotation and even pri- vate hooked informations. Annotative labels are dealt as regularly as possible in the syntax, in simple form at predictable location, so that they can be treated smoothly by any tool at parsing time, often by simply disregarding them if they do not address the tool’s specific functionalities. The actual labelling contents are stored in tables forming the objects headers, so that only integers referencing to table entries are actually present in object bodies themselves (automata or networks). Finally, labels can be structured by simple operators (sum, product and several others) to allow richer information. We introduce the syntax of FC2 in section 6.5.1.
En savoir plus

199 En savoir plus

Négociation de contrats dans les systèmes à composants logiciels hiérarchiques

Négociation de contrats dans les systèmes à composants logiciels hiérarchiques

De façon spécifique au génie logiciel à base de composants, un catalogue permettant de décrire les attributs de qualité issus de divers domaines et transposables aux composants logiciels [ Brahnmath et al. 2002 ] à été proposé dans le cadre du projet UniFrame [ UniFrame Project (Web Site) ]. Ce catalogue contient une description plus détaillée des qualités utilisables pour les composants logiciels ainsi que des métriques et des méthodologies pour leur évaluation. De plus, les attributs de qualité sont classés selon différents critères : i) le domaine dans lequel ils sont le plus pertinent, ii) leur caractère constant ou dynamique, pour faire la distinction entre les qualités dont les valeurs sont constantes ou variables par exemple lorsqu’elles sont fonction de l’environnement, et iii) leur nature, déterminée selon qu’ils traitent des aspects relatifs à des notions temporelles (e.g délai), d’importance (e.g priorité, précédence), de performance (e.g débit, capacité), d’intégrité (e.g précision), de sécurité, ou encore à des notions plus auxiliaires (portabilité, maintenabilité). Actuellement, différents paramètres de QdS sont présentés dans ce catalogue et synthétisées dans le tableau 3.1 . Contrairement aux propositions précédentes, les proprié- tés extrafonctionnelles introduites dans ce catalogue sont de plus bas niveau. Elles se focalisent plus sur les qualités de services à l’exécution du logiciel (débit, temps de réponse, priorité,...), et des indications un peu plus explicites sont données pour indiquer les mesures qu’elles représentent. Toutefois, les dé- finitions des concepts extrafonctionnels proposés restent encore assez générales et ne s’appliquent pas réellement au domaine des composants logiciels. En particulier, il n’y pas de méthodologie qui détaille comment ces concepts devraient être spécifiées à la phase de conception des composants et comment elles devraient être gérées à l’implémentation et à l’exécution des composants. L’objectif des travaux menés dans ce projet consiste davantage à tendre vers une définition commune de certains paramètres de qualité, par regroupement et adaptation des propriétés définies dans de nombreux domaines voisins. En conséquence, les mécanismes de mesures et les relations entre ces aspects ne sont pas réellement abordés.
En savoir plus

200 En savoir plus

Show all 8255 documents...

Sujets connexes