Haut PDF Complications de la chirurgie discale cervicale : expérience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI

Complications de la chirurgie discale cervicale : expérience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI

Complications de la chirurgie discale cervicale : expérience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI

Cervical Disc surgery is an operation frequently performed in neurosurgery. Like any surgical procedure, there is still complication eventuality. This can be connected to patient’s condition, and surgical technique. The purpose of this study is the identification of perioperative complications. We reviewed retrospective 34 cases of cervical disc surgery in neurosurgery department of Mohammed VI in Marrakech UHC between 2003 and 2010. The operation was focused on a single level disc herniation in 26 cases and multiple levels in 8 cases. The development was carried out by consulting the operative reports, the postoperative course and consultation in the short and long term and also by phone contacts. The follow-up was obtained in 28 cases with a mean of 36 months. The postoperative results at short and long term were good in 89% of cases. In the immediate postoperative we found a dysphonia in 8 patients, swallowing disorders in 5 cases, an esophageal fistula and wound infection in one patient. No improvement occurred in 3 patients and then a recurrence of symptoms in 3 patients. Cervical disc surgery is still safe and effective surgery. Nevertheless, perioperative complications still persist.
En savoir plus

173 En savoir plus

Chirurgie endoscopique de la hernie discale lombaire : expérience du service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI à propos de 12 cas (Mai 2007-Octobre 2008)

Chirurgie endoscopique de la hernie discale lombaire : expérience du service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI à propos de 12 cas (Mai 2007-Octobre 2008)

RESUME Le but de cette étude est de montrer la place de l’endoscopie dans la chirurgie des hernies discales lombaires et évaluer ses résultats à travers une série de 12 cas opérés. Il s’agit d’une étude rétrospective de 12 patients opérés pour hernie discale lombaire par voie endoscopique, sur une période de 18 mois, allant de Mai 2007 à Octobre 2008. Les contre indications de cette technique sont : Les récidives d’hernies discales déjà opérées, canal lombaire étroit et hernie discale exclue et migrée.

88 En savoir plus

L'intrt de l'abord antrieur dans la prise en charge de la hernie discale cervicale Exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

L'intrt de l'abord antrieur dans la prise en charge de la hernie discale cervicale Exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

 Un mécanisme vasculaire : par interruption partielle des axes artériels pré médullaires et radiculaires, et probablement aussi par engorgement des plexus veineux épiduraux qui se drainent mal du fait de l’étroitesse des trous de conjugaison.  Une compression mécanique de l’axe médullaire au repos mais surtout lors des mouvements de flexion-extension du cou. Mais le diagnostic de myélopathie cervicarthrosique ne doit être retenu qu’avec prudence car l’arthrose cervicale est un processus physiologique quasi constant à partir de 50 ans, d’où la nécessité de l’existence d’un tableau clinique évocateur, des images radiologiques indiscutables et surtout de l’élimination des autres pathologies pouvant revêtir le même masque clinique. GODLEWSKI affirme que l’arthrose cervicale peut être responsable d’une souffrance médullaire chronique lorsqu’elle se développe dans un canal osseux déjà étroit.
En savoir plus

159 En savoir plus

Place de la chirurgie dans le traitement du mal de pott dorsolombaire Expérience du service de neurochirurgie de l'hôpital Ibn Tofail CHU MOHAMMED VI de MARRAKECH (2003-2010)

Place de la chirurgie dans le traitement du mal de pott dorsolombaire Expérience du service de neurochirurgie de l'hôpital Ibn Tofail CHU MOHAMMED VI de MARRAKECH (2003-2010)

donne aux patients les meilleures chances de récupération neurologique [10]. Le but de notre travail est de démontrer l’intérêt de la chirurgie dans le traitement de cette affection, (sachant que la plupart de nos patients consultent à un stade tardif avec un syndrome de compression médullaire de degré variable), en passant en revue sur les

140 En savoir plus

Sciatique par hernie discale à propos de 420 cas. Expérience du service de neurochirurgie de CHU Mohammed VI de Marrakech

Sciatique par hernie discale à propos de 420 cas. Expérience du service de neurochirurgie de CHU Mohammed VI de Marrakech

SUMMARY The Sciatica by disc herniation represents a problem of the public health, by its frequency and its socio-professional repercussion. Our retrospective study is about 420 cases of sciatica by disc herniation collected at the department of neurosurgery in UHC Mohhamed VI in Marrakech during six yeras (2001-2006). In our study, we tried to set up the epidemiologic, clinic, paraclinic, therapeutic and evolutive aspects, in order to bring back the experiment of the service as regards the assumption of responsibility of the sciatica by disc herniation, and to compare our results with the data of the literature.
En savoir plus

122 En savoir plus

Complications de la chirurgie encéphalique (2002-2011) : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Complications de la chirurgie encéphalique (2002-2011) : expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

 Attitude thérapeutique pratique : En 2000, une conférence de consensus organisée par la British Society of Antimicrobial Therapy recommande une antibiothérapie empérique, systématique pour tout patient atteint de méningite postopératoire, adaptée à l’écologie du service concerné. Elle recommande par la suite la poursuite et l’adaptation du traitement si un germe était isolée. Si à 72 heures la culture du LCR ou de tout autre prélèvement (hémoculture, pus de cicatrice, rhinorrhée, otorrhée) sont négatives, qu’aucun signe neurologique nouveau n’est apparu et que le patient n’avait pas reçu d’antibiothérapie préalable à la ponction lombaire, le diagnostic de méningite aseptique peut être retenu et le traitement antibiotique peut être arrêté.
En savoir plus

147 En savoir plus

Les complications de la chirurgie de la hernie discale lombaire au sein  du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI

Les complications de la chirurgie de la hernie discale lombaire au sein du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI

L’intervention se fait habituellement sous anesthésie générale. Les techniques d’anesthésie locorégionales sont possibles. Une broche guide est mise en regard de la lame, en percutané, contrôlée sous amplificateur de brillance. Cela permet d’éviter les erreurs d’étage . Ensuite, l’incision de 2 cm est réalisée , des tubes dilatateurs de taille croissante pour décoller les muscles paravértébraux sans les couper, sont introduits et sont mis en regard de l’espace à opérer et sont fixés ensuite sur un bras qui est rattaché à la table. L’endoscope est ainsi placé dans les tubes dilatateurs. Ensuite l’intervention est poursuivie selon le même procédé que celui de la chirurgie conventionnelle. Après ouverture du ligament jaune et courte laminectomie de la lame sus-jacente, on accède à la racine et à la hernie. Le disque est repéré et incisé, les séquestres ôtés et le disque excisé, la racine est alors bien libre. La fermeture se fait en 2 plans seulement sans drainage.
En savoir plus

138 En savoir plus

Intrt de la neuronavigation en neurochirurgie: exprience du service de neurochirurgie de Lhpital Ar-razi CHU Mohammed VI

Intrt de la neuronavigation en neurochirurgie: exprience du service de neurochirurgie de Lhpital Ar-razi CHU Mohammed VI

L’objectif de notre étude est d’évaluer l’apport de la neuronavigation dans la prise en charge de la pathologie neurochirurgicale sur une série de 12 patients opérés au sein du service de neurochirurgie de l’Hôpital Ar-razi du CHU Mohamed VI de Marrakech durant une période de 1 an allant de 1er aout 2016 au 31 juillet 2017. L’âge de nos patients était compris entre 30 et 78 ans avec une moyenne d’âge de 54 ans, et une prédominance féminine de 58 %. Dans notre série, trois patients avaient une tumeur cérébrale de localisation profonde, six autres étaient suivis pour maladie de Parkinson réfractaire au traitement médical, et des cas isolés d’hydrocéphalie, de brèche ostéo-méningée et d’hernie discale lombaire. L’IRM a été réalisée chez dix patients et la TDM chez deux patients. Le système de neuronavigation utilisé était MEDTRONIC S7 stealthstation.L’anesthésie générale a été réalisée chez tous les patients. Six patients porteurs de maladie de Parkison réfractaire au traitement antalgique ont bénéficié d’une chirurgie éveillée pour la pose d’électrodes de stimulation profonde. Le marquage par counturing a été fait à l’aide d’un système informatique de repérage intégré dans le système de neuronavigation. La durée de l’acte chirurgical variait en fonction de l‘indication avec une moyenne de 6 heures [0,33 -11heures]
En savoir plus

95 En savoir plus

Traitement endoscopique de l’hydrocéphalie : expérience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech - A propos de 21 cas

Traitement endoscopique de l’hydrocéphalie : expérience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech - A propos de 21 cas

Selon la littérature, des ponctions lombaires soustractives répétées peuvent être une solution à ces écoulements (28). 10-3 Les collections sous durales : Selon la littérature, l’hématome sous dural chronique est l’une des rares complications de la VCS (8, 63, 73, 79). Cependant, cette complication est très bien connue chez les patients hydrocéphales traités par shunt (34, 93, 103). Le mécanisme de cet hématome est un excès de drainage du LCS. Ce même mécanisme peut aboutir à une craniosténose, une fente des ventricules, un syndrome d’hypotension intracrânienne. L’incidence de cet excès de drainage varie entre 10% et 12% et il représente moins de 10% d’échec du shunt dans les séries pédiatriques et plus de 30% dans les séries des adultes (56, 93).
En savoir plus

156 En savoir plus

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Les encphalocles antrieures: exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

En cas de méningite, elle doit être traitée avant toute intervention chirurgicale. Les progrès les plus récents dans les équipements endoscopiques ont renforcé l’indication du traitement endoscopique pour les encéphalocèles intranasales [41, 53]. Le traitement endoscopique permet d’éviter les incisions du visage et les complications secondaires au traitement par crâniotomie et de raccourcir la durée d’hospitalisation [41, 62, 63, 77]. En outre l’absence d’impact de la chirurgie des sinus en pédiatrie sur la croissance faciale à long terme a été bien documentée dans la littérature [40,41]. Cependant, l’indication du traitement endoscopique peut être limitée dans le cas d’une grande hernie avec en particulier celle qui est associée à une participation d’une artère cérébrale [53, 54]. La chirurgie endoscopique pourrait être le premier choix du mode de traitement si la masse herniée est très petite sans implication de grandes artères cérébrales. En outre lorsque la chirurgie transcrânienne échoue dans la cessation complète de la fuite du LCR, la chirurgie endoscopique pourrait être une option supplémentaire pour sceller le point de fuite du LCR [70,71].
En savoir plus

128 En savoir plus

Vydrocéphalies malformatives de l’enfant: dérivation ventriculopéritonéale versus ventriculo-cisternostomie (2002-2010) expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Vydrocéphalies malformatives de l’enfant: dérivation ventriculopéritonéale versus ventriculo-cisternostomie (2002-2010) expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

5 5 5 5.... Surveillance Surveillance Surveillance Surveillance :::: Quelque soit une DVP ou VCS, les malades opérés doivent bénéficier d’une surveillance régulière afin de guetter la survenue de complications qui peuvent être parfois mortelles. Pour la VCS, il faut pas avoir à l’esprit le faux sentiment de sécurité que procure l’absence de shunt (111) La surveillance est avant tout clinique. Chez le nourrisson, on surveille la courbe du PC, de taille et de poids, l’examen neurologique (fontanelle, regard, tonus, motricité) et le comportement général. Chez le plus grand et l’adulte, on surveille l’examen neurologique, son comportement et ses résultats scolaires ou rendement professionnel.
En savoir plus

167 En savoir plus

Prise en charge neurochirurgicale des traumatismes de l’étage antérieur de la base du crane expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge neurochirurgicale des traumatismes de l’étage antérieur de la base du crane expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Ainsi, la chirurgie à ciel ouvert présente plusieurs avantages importants : elle permet une exploration intra et/ou extradurale de l’étage antérieur de la base du crâne, une réparation des fractures et des déchirures dure-mériennes et le traitement de la grande majorité des lésions intracrâniennes associées. Un autre avantage de l’approche intra- crânienne est la possibilité de traiter les fractures crâniofaciales et les déformations en une procédure unique via une approche combinée avec d’autres spécialistes [68-3]. Cependant, la fermeture d’une BOM par voie intracrânienne peut être associée à des complications potentielles telles que l’anosmie par section des bandelettes olfactives lors de la séparation de la dure-mère adhérente à la lame criblée ; les troubles de mémoire ; l’hémorragie ; l’œdème cérébral et l’ostéomyélite [3].Le taux de succès se situe entre 70 et 80% et la récidive des fuites du LCR sur le site opéré se situe entre
En savoir plus

109 En savoir plus

Place de la chirurgie endoscopique dans la pathologie tumorale intracrnienne de la ligne mdiane. Exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI

Place de la chirurgie endoscopique dans la pathologie tumorale intracrnienne de la ligne mdiane. Exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI

c- Abords endoscopiques endonasaux dits étendus Depuis quelques années, maintes publications rapportent divers travaux anatomiques et descriptions de voies d’abord endoscopiques pour le traitement de lésions de la base du crâne en dehors de la région sellaire. Les équipes américaine (Pittsburgh) et italienne (Naples) ont développé le concept d’approche endoscopique endonasale étendue. Ces approches permettent d’aborder la base du crâne sur la ligne médiane bien sûr, depuis l’apophyse crista galli à la jonction C1–C2, mais également des zones plus latérales, tels le cavum de Meckel, l’angle pétroclival et la fosse infratemporale, voire l’orbite. Une grande variété de lésions de la base du crâne gérées par voie endoscopique endonasale a été rapportée récemment dans la littérature. Néanmoins, même si elles semblent séduisantes, ces descriptions doivent inciter à la prudence. Les rôles et indications respectives de la chirurgie endoscopique endonasale et de la chirurgie endocrânienne classique restent à définir, sans compter les problèmes de fuite de LCR et la morbidité nasale pouvant être occasionnés par les voies endonasales étendues. Il convient également de souligner que l’évolution vers ces voies étendues se comprend après une expérience et une pratique régulière de lésions extradurales simples comme les adénomes hypophysaires.
En savoir plus

170 En savoir plus

Profil épidémiologique des tumeurs vertébrales chez l'adulte Expérience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI (2003-2010)

Profil épidémiologique des tumeurs vertébrales chez l'adulte Expérience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI (2003-2010)

Notre série - 1cas 2cas - - - h.Traitement : Le traitement actuel repose sur l’association de la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie (92).C’est une tumeur très agressive avec risque de récidive locale après traitement et de dissémination métastatique élevée (100-101), ce qui est le cas pour le seul patient qui a bénéficié d’une exérèse large associée à une chimio-radiothérapie et dont on connait l’évolution à long terme était marquée par une récupération neurologique totale pendant 3 ans, puis il a présenté une métastase cérébrale pour laquelle il a bénéficié d’une exérèse totale, quelque mois après, le patient a présenté une 3 ème rechute révélée par un syndrome de compression
En savoir plus

181 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la sciatique  par hernie discale lombaire  Exprience du service de neurochirurgie du CHU  Mohammed VI de Marrakech sur une priode de 13 ans

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech sur une priode de 13 ans

En tout état de cause, compte tenu de l’absence de différence significative concernant les résultats cliniques entre les différentes techniques, et des avantages avérés ou théoriques des techniques endoscopiques, il semblerait logique de s’orienter vers ces dernières. En fait, il est important de souligner qu’il existe un certain nombre d’inconvénients. Plusieurs auteurs soulignent que la courbe d’apprentissage des techniques endoscopiques est longue et que cette période est pourvoyeuse de plus de complications [164, 170,171], mais qu’ensuite il n’existe pas de différence significative concernant ces complications.
En savoir plus

158 En savoir plus

Greffe de cornée : Expérience du service d’Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Greffe de cornée : Expérience du service d’Ophtalmologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

La cause la plus fréquente des kératopathies bulleuses est la chirurgie de la cataracte. La défaillance endothéliale peut être la conséquence du traumatisme chirurgical initial : contact endothélial avec le cristallin, son noyau ou des fragments, l’implant, les instruments, le vitré, déformation de la cornée, passage de la sonde de phacoémulsification à proximité de l’endothélium, décollement descémétique iatrogène, toxicité de la solution d’irrigation intraoculaire. D’une manière générale, toutes les complications peropératoires de la chirurgie de la cataracte sont autant de circonstances menaçant l’endothélium cornéen. . Mais après l’avènement de nouveaux appareils de la chirurgie de cataracte, il y actuellement moins de complications. La défaillance endothéliale peut être également due à l’implant : essentiellement les implants de chambre antérieure, surtout à anses fermées, implants de diamètre insuffisant ou dont une anse est passée dans l’iridectomie périphérique et implants à support irien, mais aussi parfois implants de chambre postérieure. À côté de la chirurgie de la cataracte, d’autres interventions intraoculaires peuvent se compliquer d’une défaillance endothéliale : chirurgie filtrante antiglaucomateuse, chirurgie vitréorétinienne avec utilisation d’huiles de silicone, notamment. Dans cette dernière indication, il semble que les chances de succès de la greffe n’existent que lorsque la silicone a pu être enlevée avant la kératoplastie [29,30].
En savoir plus

160 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale de l’hydatidose cérébrale de l’enfant (2002-2010) expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge chirurgicale de l’hydatidose cérébrale de l’enfant (2002-2010) expérience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Récemment, CIUREA rapporte que les dimensions des lésions ont une forte influence sur la possibilité d'un retrait total du kyste, le taux de récidive et les complications postopératoires [78]. Paradoxalement, TURGUT pense qu'il est plus facile de retirer les kystes géants, qui ont une capsule épaisse, que les petits, qui sont prédisposés à la rupture. La complication la plus commune est la rupture du kyste dans l'espace sous arachnoïdien induisant une dissémination étendue suivie par une réponse anaphylactique sévère nécessitant une réanimation rigoureuse. Ainsi, dans sa série de 276 cas, Mehmet rapporte 26 décès dont 3 cas pas choc anaphylactique [91].
En savoir plus

128 En savoir plus

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Les progrès les plus récents dans les équipements endoscopiques ont renforcé l’indication du traitement endoscopique pour les encéphalocèles intranasales [39, 50]. Le traitement endoscopique permet d’éviter les incisions du visage et les complications secondaires au traitement par crâniotomie et de raccourcir la durée d’hospitalisation [39, 57, 58, 71]. En outre l’absence d’impact de la chirurgie des sinus en pédiatrie sur la croissance faciale à long terme a été bien documentée dans la littérature [38,39]. Cependant, l’indication du traitement endoscopique peut être limitée dans le cas d’une grande hernie avec en particulier celle qui est associée à une participation d’une artère cérébrale [50]. La chirurgie endoscopique pourrait être le premier choix du mode de traitement si la masse herniée est très petite sans implication de grandes artères cérébrales. En outre lorsque la chirurgie transcrânienne échoue dans la cessation complète de la fuite du LCR, la chirurgie endoscopique pourrait être une option supplémentaire pour sceller le point de fuite du LCR [65].
En savoir plus

136 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire. Exprience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI sur une priode de 10 ans

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire. Exprience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI sur une priode de 10 ans

Dans notre série, 1'IRM a été réalisée chez 86 patients. Elle a été concordante avec la chirurgie chez l’ensemble des patients, rejoignant ainsi les résultats de BOUMOUR (23). D'après JACKSON et COLL (70), la spécificité de 1'IRM est de 86,5%. La principale insuffisance de cet examen était la difficulté de distinction entre une saillie discale postérieure et focale (hernie discale) et le bord postérieur d'une saillie discale globale (discopathie dégénérative) d'où la nécessité des coupes axiales en IRM pour comparer les images de part et d'autre de la ligne médiane.
En savoir plus

135 En savoir plus

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

La prise en charge des oligodendrogliomes intracrniens Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI de Marrakech

Notre série 29 15,38 34 26,6 A la revue de ces complications, on comprend le débat soulevé entre opposants d’une chirurgie maximaliste, dite « agressive » car s’accompagne d’une morbi-mortalité non négligeables, et les partisans pour qui l’exérèse large augmente les chances de survie prolongée. Les deux avis sont défendables, et la décision opératoire doit reposer sur une évaluation au cas par cas des différents paramètres cliniques (âge, état général, état neurocognitif) et anatomiques (localisation, profondeur, rapports) gardant pour objectif majeur la préservation de la qualité de survie [97, 128,129].
En savoir plus

143 En savoir plus

Show all 6203 documents...

Sujets connexes