Haut PDF Chirurgie du sujet age : à propos de 80 cas

Chirurgie du sujet age : à propos de 80 cas

Chirurgie du sujet age : à propos de 80 cas

IV. Facteurs de risques opératoires chez le sujet âgé 1- Age: La morbidité et la mortalité péri opératoires augmentent avec l'âge (21). Cependant, les taux de morbidité et de mortalité péri opératoires ne sont pas plus élevés chez les octogénaires en bonne condition physique que chez les adultes jeunes devant bénéficier du même type d'intervention chirurgicale (22). Il est habituel d'affirmer que, plus que l'âge chronologique, c'est l'âge physiologique, et donc l'état de santé préopératoire, qu'il faut prendre en compte. D'où l'importance de l'évaluation préopératoire. Ainsi de nombreuses études épidémiologiques ont identifié l’âge avancé comme indicateur vide de sens quand il est pris isolément et donc un facteur de risque indépendant (23-25). Il convient donc d’isoler certains facteurs confondants lorsque l’on analyse le facteur âge comme élément de risque péri opératoire pouvant expliquer en partie la fréquence élevée des complications péri opératoires.
En savoir plus

109 En savoir plus

Cancer de sein dans le service de chirurgie gnrale, hpital militaire Avicenne, tude rtrospective ( propos de 80 cas)

Cancer de sein dans le service de chirurgie gnrale, hpital militaire Avicenne, tude rtrospective ( propos de 80 cas)

Cancer de sein : service de chirurgie viscérale HMA étude rétrospective à propos de 80 cas 51 • Examen extemporané : C’est l’examen qui permet d’apporter un diagnostic fiable de malignité au cours de l’intervention, ce qui présente un intérêt considérable en terme de stratégie thérapeutique et de contrôle du geste chirurgical. Il est toutefois à noter que la généralisation des techniques de biopsie guidée fait que l’obtention d’un diagnostic préopératoire de malignité est une situation de plus en plus fréquente. Cependant, la chirurgie d’emblée avec examen extemporané reste une solution valable dans les cas où le diagnostic est très vraisemblable et où la conduite du traitement chirurgical est facilement planifiable [81].
En savoir plus

120 En savoir plus

Les prothses d'expansion cutane dans le traitement des squelles de brlures  propos de 80 cas du service de chirurgie plastique Hpital Ibn Tofal CHU Mohammed VI

Les prothses d'expansion cutane dans le traitement des squelles de brlures propos de 80 cas du service de chirurgie plastique Hpital Ibn Tofal CHU Mohammed VI

g. Les particularités chez l’enfant [62] : Les expansions tissulaires sont très utiles pour réduire les placards cicatriciels et tout particulièrement pour corriger les alopécies cicatricielles. L’excellente vascularisation de la peau de l’enfant et la grande tolérance sociale pendant la période de remplissage en font une technique de choix. Cependant la peau est très fine, encore amincie par l’expansion et donc sensible au traumatisme. D’ailleurs, pour certaines équipes, les complications sont plus fréquentes chez l’enfant que chez l’adulte. On privilégiera les prothèses à bords mousses (croissant ou cylindre) pour éviter les expositions du matériel par souffrance cutanée. Enfin, le jeune enfant est sujet aux infections rhinopharyngées, sources de surinfection bactérienne qui peuvent contaminer le matériel. Pendant la durée du protocole, l’antibiothérapie sera prescrite facilement. La peau brûlée et cicatricielle est volontiers ulcérée et/ou contaminée par des germes banaux.
En savoir plus

142 En savoir plus

Place de la chirurgie dans le traitement du naevus géant: à propos de 20 cas

Place de la chirurgie dans le traitement du naevus géant: à propos de 20 cas

Summary Giant nevus (GN) is a rare life-threating affection because of the risk of melanoma transformation. Its management is difficult. It leads up to psychosocial consequences. We propose through a prospective study fron May 2007 to June 2010, the analysis of the management of this disease. We collected 20cases of which 45% are male. The average age is 19,065 years. The nevus was heterochromic in 80% of cases and associated with satellites nevi in 45% of cases. It represented 30% of head and neck surface for the cephalic locations and 21% of body surface for other locations . the abstention has been adopted in one case, the iterative excision in 4 cases, the skin graft in 2 cases, autoplasty in 3 cases, skin expansion in 2 cases, dermabrasion in 4 cases and combined surgery in 4 cases. We report 2 cases of recurrence. Our results show that surgery maintains its position in the treatment of giant nevi. The management of GN should be considered case by case.
En savoir plus

95 En savoir plus

Place de la chirurgie en un temps dans les cancers cutans de la face : A propos de 150 cas

Place de la chirurgie en un temps dans les cancers cutans de la face : A propos de 150 cas

Introduction: The skin cancer is considered as a major public health issue in our country. Cancers with facial localization is more sever and difficultly treatable through either oncologic resection or reconstruction. Surgery is the treatment adapted for these types of cancer; however, the right time to proceed to a skin cancer repair is still questionable. Objective: To study the epidemiology of the facial skin cancers, evaluate the validity of surgery in an era of time and develop a treatment technique adjusted to our context. Methodology: It is a retrospective study of 150 files of patients who had undergone maxillofacial and esthetic surgery in Med VI hospital of Marrakech, from July 2007 to January 2012. The study excludes pre cancerous lesions and lesions less than 3 mm and includes patients operated by the same surgeon using the same surgical techniques. Discussion of the results: The mean age of our patients was 60 years ranging between 10 and 89 years. 55% of the lesions are mid facial. The Basal cell carcinoma is the most common histological type (80%), followed by squamous cell (17%) and malignant melanoma (3%). Lesion size does not exceed 5 cm with an average of 2 cm. 11 patients have significant lesion with giant forms and 3 have recidivating ones: therefore, we have encountered cases of aged and weak patients with advanced lesions and who are mostly constrained by socio economic and geographical factors. 136 cases were repaired according to the protocol of surgery in one time. The resection was: Complete 92% of cases, economic 4% of cases and incomplete in 4% of cases. With a follow up averaged around 3 years, we have noticed two local recurrences and one metastasis, all initially were severe. The cosmetic results were acceptable and satisfactory overall. We reviewed the protocol “surgery in one time” shed light over the literature data. The analysis carried out confirms our results. Conclusion: Our protocol consisting on immediately repairing of the tissue loss has proved to be efficient and less expense with a low rate of surgical revision and recurrence and rapidly home return.
En savoir plus

136 En savoir plus

Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs bénignes des maxillaires à propos de 35 cas à Marrakech

Place de la chirurgie dans le traitement des tumeurs bénignes des maxillaires à propos de 35 cas à Marrakech

Devant un kyste de petit volume, la reprise ou la réalisation du traitement endodontique de la dent Intéressée peut être efficace : elle comporte une trépanation de la corticale osseuse, une oblitération canalaire a retro et une résection apicale mais exige une surveillance radiologique régulière de la lésion jusqu’à réossification complète. Ailleurs, l’énucléation du kyste par voie chirurgicale en permet l’habituelle guérison avec une rapide restauration de la trame osseuse par organisation du caillot sanguin intracavitaire. La ou les dents causales sont dévitalisées et traitées avant de bénéficier d’une surveillance régulière. Une dent causale délabrée ou dont le traitement endodontique ne peut être correctement réalisé, est habituellement avulsée dans le même temps opératoire (mine,80).
En savoir plus

121 En savoir plus

Angioplastie carotidienne versus chirurgie :  propos de 40 cas

Angioplastie carotidienne versus chirurgie : propos de 40 cas

2. L’étude SAPHIRE : Stenting and Angioplasty with Protection in Patients at High Risk for Endarterectomy Elle était le premier essai randomisé utilisant obligatoirement un système de protection cérébrale, clôturée en juin 2002, [111] et qui avait comme but de démontrer la non-infériorité de l’ACS chez 334 patients, en comparant l’angioplastie carotidienne avec Stenting à la chirurgie chez des patients à haut risque chirurgical avec des sténoses asymptomatiques de plus de 80% et symptomatiques de plus de 60%. Dans cet essai, la majorité des patients (>70%) étaient asymptomatiques : 156 patients ont bénéficié d’une ACS et 151 d’une endartériectomie. [111] Le principal critère de jugement était la survenue d’un seul événement indésirable (le décès, l’AVC, l’infarctus du myocarde à 30 jours ou d’un AVC ipsilatéral à un an).
En savoir plus

159 En savoir plus

Place de la chirurgie dans le traitement du névrome plexiforme de la face: à propos de 8 cas de la maladie de Von Recklinghausen

Place de la chirurgie dans le traitement du névrome plexiforme de la face: à propos de 8 cas de la maladie de Von Recklinghausen

Neurofibromatosis 1 (NF1) is the most common neurofibromatosis. It’s a genetic disorder defined by the development of heterogeneous nerve tumors, neurofibromas. 40% of NF1 are revealed by a facial damage. The aim of our work is to present the current knowledge of NF1 and report, from the analysis of clinical cases, surgical indications of plexiform neurofibroma. This is a retrospective study conducted at the department of maxillofacial and aesthetic surgery CHU Mohammed VI Marrakech . Our study included 8 patients with plexiform neurofibroma of the face. The average age was 26.5 years (15 to 36 years). The sex ratio M / F was 1.The neurofibroma was unilateral in all patients. Dysplasia of the sphenoid greater wing was found in 2 patients, causing in a patient a cranial orbit, meningo-encephalocele and pulsatile exophthalmos. 6 patients were operated. And 2 refused.. Surgery was iterative with an average of two interventions, and it was to reduce the tumor volume. The aesthetic result was satisfactory and allowed a rehabilitation of patients. There was a recurrence in a patient with a decline of 3 years. Surgery has an important place in the treatment of plexiform neuroma of the face. Its purpose is twofold, aesthetic and functional. It is only palliative because it does not change the evolution of the disease. Two problems arise during surgery: hemorrhagic and invasive nature of these tumors. The resections are often incomplete and intra-tumoral. There is no standardization of the timing and importance of surgery to effector especially in children. The degeneration of neurofibroma in neurofibrosarcoma is a rare but dangerous
En savoir plus

148 En savoir plus

Pneumatose kystique intestinale : à propos 12 cas au service de chirurgie viscérale au CHU Mohammed VI

Pneumatose kystique intestinale : à propos 12 cas au service de chirurgie viscérale au CHU Mohammed VI

Dans certains cas, le contenu intestinal mélangé au gaz intestinal et ou la présence des bulles d’air piégés entre les plis de la muqueuse digestive peuvent mimer des bulles de gaz intrapariétales. La présence de telles bulles ne pose pas de problème en cas de découverte fortuite mais leur interprétation peut être difficile lorsqu’elles sont découvertes à l’occasion des douleurs abdominales. Il est également important de différencier l’air intraportal (aéroportie) de l’aire intrabiliaire (aérobilie) car la signification et le pronostic associé aux deux sont très différent. En effet, l’aérobilie se caractérise par un aspect ramifié situé prés du hile du foie et prédomine dans le lobe gauche sans atteindre la capsule alors que l’aéroportie, plus près de la capsule, présente des ramification plus nombreuses et plus fines venant presque au contact de la capsule hépatique [4,80,145].
En savoir plus

134 En savoir plus

Prise en charge anesthsique pour chirurgie bariatrique ( propos de 10 cas)

Prise en charge anesthsique pour chirurgie bariatrique ( propos de 10 cas)

ASA 3, et par le score OS-MRS : 80% des patients étaient en Classe A et 20% en Classe B, sans risque d’intubation difficile. Au terme de ce bilan les comorbidités retrouvés et prises en charge chez nos patients étaient dominées par les dyslipidémies retrouvées chez 50% des patients, le diabète type 2 chez 30%, le SAOS chez 40%, NASH chez 60%, l’HTA chez 10%, les séquelles de cardiopathies ischémiques chez 10%. Tous les malades ont été opérés sous anesthésie générale, en position de transat, avec monitorage standard et une pré oxygénation selon le mode de 4 capacités vitales d’une durée minimum de 3 minutes. L’hypnotique utilisé chez tous les patients était le propofol, le crurare de choix était le Rocuronium, les morphiniques utilisés étaient : le sufentanil chez 70% des patients et le Fentanyl chez 30%. L’intubation était facile chez l’ensemble des patients. L’entretient anesthésique a fait appel aux réinjections de propofol en mode AIVOC chez 40% des patients, et à l’usage d’halogène : le sevofluran a été utilisé chez 70% des patients et l’isoflurane chez 30%. Tous les patients ont bénéficié d’un abord coelioscopique. La technique chirurgicale utilisée était la sleeve gastrectomie chez tous les patients, la durée moyenne des interventions était de 2h17 minutes avec des extrêmes allant d’1h40 à 2h50 minutes, mis à part un saignement minime, on n’a pas noté d’incident majeur en per-opératoire. Les suites opératoires ont été simples chez 9 malades et avec complications chez un cas, il s’agissait d’une complication précoce à type de péritonite reprise chirurgicalement par laparotomie à J3 , qui s’est compliqué d’un choc septique avec défaillance multiviscérale, nous déplorons le décès de la patients à j5 post op, le séjour moyen en réanimation était de 72h avec un minimum de 24h et un max de 5 jours. La durée de séjour hospitalier était en moyenne de 13 jours avec des extrêmes allant de 5 à 25 jours.
En savoir plus

212 En savoir plus

Le kyste hydatique du foie compliqu au service de chirurgie viscrale  lHMA( propos de 10 cas)

Le kyste hydatique du foie compliqu au service de chirurgie viscrale lHMA( propos de 10 cas)

- TDM (figure 16): réalisée en seconde intension, elle se pratique avant et après injection de PDC. Elle permet de préciser, mieux que l’échographie, la taille, la topographie. Le scanner fournit aussi des données pertinentes sur les rapports du kyste avec les organes avoisinants, avec les voies biliaires et surtout avec les pédicules portaux et les veines sus-hépatiques [31]. Elle peut mettre en évidence directement la communication biliokystique se traduisant par une interruption de la paroi kystique à proximité d’un canal biliaire dilaté. Une dilatation des VBIH et VBP sont trouvés dans la plupart du temps. Enfin, le scanner est devenu probablement indispensable pour la prise en charge chirurgicale [34]. Dans notre série, La TDM a été demandée chez 8 cas (soit 80%), elle a montré chez 6 cas (soit 60%) la fistule KB et les rapports du KH avec les vaisseaux et les organes de voisinages.
En savoir plus

161 En savoir plus

L'hypnose en chirurgie plastique : à propos de 10 cas d'otoplasties sous hypnoanalgésie et anesthésie locale

L'hypnose en chirurgie plastique : à propos de 10 cas d'otoplasties sous hypnoanalgésie et anesthésie locale

RESULTATS : 10 patients d’une moyenne d’âge de 8.7 ans ont été opérés sous hypnoanalgésie de Septembre 2013 à Octobre 2016, tous ont bénéficié d’une évaluation postopératoire, aucun incident n’a été rapporté. L’Etat émotionnel des patients avant l’intervention était comparable dans les deux groupes, pendant l’intervention, dans le groupe « hypnose » , les patients étaient plus confortables (80% VS 40%) , les douleurs ressenties étaient moindres (EVA Moyenne 1,6 VS 3,4 et 2,2 VS 5,1 ) , l’état postopératoire était également plus confortable ( 4 VS 0 ) , le souvenir laissé par l’intervention meilleur ( 9 VS 5) et un nombre supérieur se disait prêt à réitérer la même intervention dans ces conditions ( 9 VS 7), comparativement au groupe « sans hypnose ».
En savoir plus

73 En savoir plus

Résultats à moyen terme de la prothèse unicompartimentale de genou Kaps™‎ : à propos de 80 cas

Résultats à moyen terme de la prothèse unicompartimentale de genou Kaps™‎ : à propos de 80 cas

52 Le taux de révision était de 91,25%, avec un recul moyen de 56,6+/-12,6 mois (36-85). Le score IKS global à la révision était en moyenne de 183,25 +/- 19,5 points (87-200), avec un score IKS genou moyen de 91,81 +/- 9,8 points (42-100) et un score IKS fonction moyen de 91,44 +/-12,4 points (45-100). La flexion moyenne postopératoire était de 125,6 +/-8,13° (105-140). Le score KOOS moyen au terme de l’étude était de 86,23 +/-14,09 points sur 100 (38,9-100) pour les items douleur, 87,35+/-12,48 points (35,7-100) pour les items symptômes, 83,67+/-15,75 points (32,4-100) pour les items vie quotidienne, 60,25+/-24,37 points (0-100) pour les items sport et 76,02+/-21,41 points (6,3-100) pour les items qualité de vie. Le taux de patients satisfaits ou très satisfaits était de 95,9%. L’axe mécanique moyen du membre inférieur (HKA), en charge trois mois après la chirurgie, pour les prothèses médiales était de 177,7 +/- 2,36° (173-183). Concernant les prothèses latérales il était de 181,8+/- 2,66° (177-185). Pour 27 prothèses (36,99%), un liseré a été noté, principalement sous la pièce tibiale, partiel, non évolutif et inférieur à 2 mm d’épaisseur dans tous les cas. Aucune détérioration du compartiment fémoro- tibial opposé ou fémoro-patellaire n’a nécessité de geste chirurgical complémentaire.
En savoir plus

82 En savoir plus

Les malformations veineuses type angiomes en barbe: place de la chirurgie A propos de 5 cas

Les malformations veineuses type angiomes en barbe: place de la chirurgie A propos de 5 cas

Résumé : Les malformations veineuses « en barbe » sont des formes particulières des malformations veineuses cervico-faciales. Volumineuses et très exposées , elles engagent le pronostic fonctionnel, esthétique mais aussi psychologique. Leur diagnostic est clinique aidé quelques fois par les examens complémentaires. Elles posent un réel problème thérapeutique vu l’absence de consensus mais aussi d’action spécifique ciblée sur leur étiopathogénie , d’oû l’interêt de cette étude qui a pour objectif d’asseoir la place de la chirurgie dans le traitement de ces entités pathologiques. Il s’agit d’une étude descriptive et rétrospective incluant 5 cas de malformations veineuses « en barbe » colligés au service de chirurgie maxillo-faciale et esthétique du CHU MOHAMMED VI étalée sur une période de 9 ans allant de 2008 à 2017. La moyenne d’âge de nos patients était de 34 ans et 80% de nos malades étaient de sexe masculin. Aucun malade n’a bénéficié d’un traitement médical ou d’une sclérothérapie pércutanée . Une chirurgie modelante a été réalisée chez l’ensemble des patients, et aucune complication post- opératoire n’ a été objectivée.
En savoir plus

107 En savoir plus

Prise en charge priopratoire de la chirurgie de laorte abdominale sous rnale ( propos de 30 cas)

Prise en charge priopratoire de la chirurgie de laorte abdominale sous rnale ( propos de 30 cas)

5.3-3 Les statines : Les statines sont prescrites pour ses effets hypolipémiants et pléiotropiques de stabilisation de la plaque d’athérome en lien avec des propriétés anti-inflammatoires et anti- oxydantes. Une méta-analyse regroupant 223 010 patients issus de 12 études rétrospectives et 3 études prospectives a montré que les statines réduisaient la mortalité de 44 % dans la chirurgie non cardiaque et de 59 % dans la chirurgie vasculaire [8]. Une étude randomisée très récente a révélé une diminution du nombre d’ischémie myocardique péri-opératoire (odds ratio (OR) 0,55 ; intervalle de confiance à 95 % (IC 95 %), 0,34 – 0,88, p = 0,01) et des décès d’origine cardiaque (OR 0,47 ; IC 95 %, 0,24 – 0,94, p = 0,03) chez des patients de chirurgie vasculaire recevant 80 mg de fluvastatine plus d’un mois avant la chirurgie [9]. Le nombre de patients à traiter pour prévenir ces événements était respectivement de 13 et 19. Enfin, aucun argument dans la littérature n’a démontré une augmentation du risque péri-opératoire de rhabdomyolyse des patients sous statines. Il est donc recommandé de poursuivre les statines au cours de la période péri-opératoire. Chez les patients à haut risque chirurgical comme la chirurgie vasculaire, il convient de débuter les statines entre 30 jours et au moins 1 semaine avant la chirurgie.
En savoir plus

147 En savoir plus

Complications de la chirurgie thyroïdienne : à propos de 662 cas

Complications de la chirurgie thyroïdienne : à propos de 662 cas

seront cependant définitives. Plusieurs études se sont penchées sur l’identification des facteurs prédictifs de la survenue d’une hypoparathyroidie définitive. M.Jafari [30] exclue le rôle des caractéristiques cliniques initiales des patients et les examens biologiques y compris le dosage de la Parathormone .Selon cet auteur c’est le dosage différé de la calcémie et de la phosphorémie entre le 7 éme et le 14 éme jours postopératoires avec ou sans calcithérapie substitutive mais avant toute administration de vitamine D ,qui constitue un critère prédictif de la survenue d’une hypocalcémie définitive après thyroidectomie .En effet ,dans l’étude prospective faite par M.jafari visant à définir les critères prédictifs de la survenue d’une hypoparathyroidie définitive en cas d’hypocalcémie postopératoire, tous les patients qui avaient une calcémie supérieure ou égale à 80 mg/l et une phosphorémie supérieure ou égale à 40mg/l ont récupéré une fonction parathyroïdienne normale. En revanche, si l’un ou l’autre de ses dosages reste en dehors des valeurs normales, la poursuite de leur surveillance étroite est impérative afin de ne pas méconnaître une hypoparathyroidie définitive.
En savoir plus

213 En savoir plus

Hémorragies digestives hautes en milieu de réanimation : à propos de 80 cas

Hémorragies digestives hautes en milieu de réanimation : à propos de 80 cas

Eighty patients were included in our study with a mean age of 47 years and a sex ratio of 3.4. 30% of patients had hematemesis, 38.75% of them had hematemesis with melena, and 27.5% of patients had isolated melena and bleeding from stomach tube at 3.75% of patients. The deadline for admission averaged 6 hours. 39 patients (48.75%) were chronic smokers, 24 patients were taking gastrointestinal toxic drugs. More frequent reasons for hospitalization were shock at 19 patients (23.75%) and severe anemia at 37,5%. All patients received an endoscopy, the deadline for its completion was less than 24 hours in 62.5% with a definite diagnosis in 84% against 37,5% only when the endoscopy is done after 72 hours. Peptic ulcers were the most common cause of UGIB (56.25%) followed by the esophageal varices (20%), gastritis and esophagitis had equal frequency (6.25%) each, gastric tumors (10 %) and Mallory Weiss syndrome (1.25%). Six cases of UGIB were conditioned by a stressful situation. Endoscopic treatment was instituted on 18 patients. The surgery was rarely necessary (6 patients). Hemostasis was achieved in 57 patients (71.25%), persistent bleeding in 13 cases (16.25%) and recurrent bleeding in 10 cases (12, 5%). The average length of hospital stay was 6 days. The mortality rate was 3.75%.
En savoir plus

128 En savoir plus

Place de la chirurgie mini invasive dans le traitement des dysmorphoses cranio maxillo mandibulaires:  propos de 26 cas

Place de la chirurgie mini invasive dans le traitement des dysmorphoses cranio maxillo mandibulaires: propos de 26 cas

finalement, plus un regard de curiosité dérangeant mais qui peut être amenant au retard scolaire voire l’exclusion sociale et professionnelle dans certains cas. c. Fonctionnel: La dysmorphie maxillo mandibulaire a un retentissement fonctionnel, car elle est génératrice d’une dysharmonie dento maxillaire avec ses répercussions sur l’occlusion et la manducation .Dans certains cas, elle peut mettre en jeu le pronostic vital par gêne respiratoire, le cas du syndrome d’apnée du sommeil induit par des fortes micro rétro mandibulie ou maxillie. Ces raisons d’être du traitement des dysharmonies maxillo mandibulaires justifient le but morpho fonctionnel de la prise en charge thérapeutique.
En savoir plus

156 En savoir plus

Les tumeurs rtropritonales  propos de 06 cas au service de chirurgie gnrale  lHpital Militaire Avicenne de Marrakech

Les tumeurs rtropritonales propos de 06 cas au service de chirurgie gnrale lHpital Militaire Avicenne de Marrakech

Il faut rappeler que certaines TRP tendent à être très vascularisées, et dans ce cas la suppléance en sang a pour origine, presque invariablement, les vaisseaux de la ligne médiane. Un contrôle précoce de ces vaisseaux est obligatoire, ce qui est virtuellement impossible via une approche par le flanc. Cette dernière est mentionnée dans ce contexte uniquement pour être condamnée, car c’est l’un des facteurs les plus importants qui contribue à une mauvaise exposition de la tumeur, au risque hémorragique et à la déhiscence tumorale [115].

135 En savoir plus

Stomies digestives : Les indications et les complications au service de chirurgie gnrale HMA ( propos de 28 cas)

Stomies digestives : Les indications et les complications au service de chirurgie gnrale HMA ( propos de 28 cas)

− un site de nutrition jéjunal par une sonde naso-jéjunale fine (drip) ou une jéjunostomie. b. Les impossibilités d'extériorisation Elles sont essentiellement dues à des lésions rectales ou recto-sigmoïdiennes. La solution réside le plus souvent dans l'abandon du cul-de-sac d'aval dans la cavité pelvienne après une fermeture par suture mécanique ou manuelle (intervention d’Hartmann). Une éventualité élégante pouvant être dans certaines conditions jugées favorables (par exemple en cas de perforation endoscopique sur côlon préparé), consiste à réaliser d'emblée une suture ou une anastomose colorectale sous couvert d'une colostomie de protection, qui entraîne une durée de port de la colostomie inférieure à celle de l’intervention de Hartmann [25] .
En savoir plus

149 En savoir plus

Show all 10000 documents...