Haut PDF Carcinomes de la thyroïde : à propos de 50 cas avec revue de la littérature

Carcinomes de la thyroïde : à propos de 50 cas avec revue de la littérature

Carcinomes de la thyroïde : à propos de 50 cas avec revue de la littérature

Introduction : Les carcinomes thyroïdiens sont des tumeurs malignes rares représentant 1% des cancers. L’essor des moyens diagnostiques, et les modifications des pratiques thérapeutiques ces vingt dernières années, ont entraîné leur augmentation en particulier les microcarcinomes papillaires. Matériels et méthodes Matériels et méthodes Matériels et méthodes : Nous avons réalisé une étude rétrospective de patients Matériels et méthodes atteints de carcinomes thyroïdiens, hospitalisés au sein du service d’oto -rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale de l’hôpital militaire Avicenne de Marrakech, sur une période de 8 ans, allant de janvier 2002 à décembre 2009. A cet effet, nous avons recueilli les données relatives à 50 cas, qui répondaient à nos critères d’inclusion, au moyen d’une fiche d’exploitation. Résultats Résultats Résultats Résultats : Il s’agissait de 38 femmes et 12 hommes. La moyenne d’âge était de 45,76 ans (27 - 69 ans), la durée d’évolution était supérieure à 2 ans dans 60% des cas. Une masse cervicale antérieure était le principal motif de consultation. L’examen clinique retrouve des nodules fermes (81%), indurés (4%), fixes (4%), sensibles (6%), et des adénopathies cervicales dans 6% des cas. La cytoponction révèle chez 4% des patients la présence de carcinomes papillaires. La scintigraphie retrouve des nodules froids dans 16% des cas. L’examen extemporané a permis de retrouver des microcarcinomes papillaires (14%), des lésions vésiculo- papillaire suspects (8%), et un adénome microvésiculaire (2%) (faux-négatif). À L’examen histologique définitif, les carcinomes sont réparties comme suit : papillaires (90%), vésiculaires (2%), peu-différenciés (4%), anaplasiques (2%) et médullaires (2%). La thyroïdectomie totale réalisée dans 98% des cas, peut-être subdivisée dans notre étude en : - thyroïdectomie totale d’emblé (62%), - totalisation chirurgicale : après un examen extemporané positif (22%), ou ultérieure (14%). L’Irathérapie a été indiquée pour 54% des malades. L’hormonothérapie a été prescrite à visée frénatrice et/ou substitutive. Les suites post-opératoires étaient sans particularité. Conclusion Conclusion Conclusion Conclusion : : : : généralement, , , , notre étude suit les nouvelles recommandations internationales de prise en charge des carcinomes thyroïdiens, et insiste sur la collaboration entre médecins généralistes, échographistes, anatomopathologistes, isotopistes et chirurgiens,
En savoir plus

222 En savoir plus

Pathologie moléculaire des carcinomes anaplasiques thyroïdiens : étude rétrospective à propos de 144 cas

Pathologie moléculaire des carcinomes anaplasiques thyroïdiens : étude rétrospective à propos de 144 cas

80 Figure 22 : Principaux mécanismes épigénétiques dans les CAT rapportés dans la littérature D. Un exemple de récepteur à activité tyrosine kinase : le point sur ALK Le gène ALK (Anaplastic Lymphoma Kinase), situé sur le chromosome 2, au niveau du locus 2p23, code pour un récepteur à activité tyrosine kinase. Il a été identifié pour la première fois à la fin des années 1980 dans les lymphomes anaplasiques à grandes cellules, en tant que partenaire de fusion de la nucléophosmine dans le cadre d’une translocation chromosomique t(2;5) 81,82 . Depuis, la description de tumeurs présentant des réarrangements de ALK (avec d’autres partenaires) n’a cessé de croître : lymphome B diffus à grandes cellules, plasmocytome extra-médullaire, tumeur myofibroblastique inflammatoire, carcinome broncho-pulmonaire non à petites cellules, neuroblastome,… 83 Les premiers réarrangements du gène ALK dans la thyroïde ont été identifiés dans 10 / 19 cas (52,6%) de carcinomes papillaires thyroïdiens chez des adultes ayant survécu à la bombe atomique, démontrant ainsi son rôle majeur dans la carcinogenèse induite par les radiations dans la thyroïde 84 . L’équipe de Bergonié a d’ailleurs décrit un réarrangement de ALK dans un CAT développé sur un carcinome papillaire 85 qui s’est avéré être un réarrangement entre ALK et le gène de la striatine STRN 86 .
En savoir plus

126 En savoir plus

Les chordomes pédiatriques : à propos d'une série de 31 cas et revue de la littérature

Les chordomes pédiatriques : à propos d'une série de 31 cas et revue de la littérature

106 afin de vérifier la qualité de l’exérèse chirurgicale. Les données recueillies dans cette étude ne permettent cependant pas d’en évaluer l’effet sur les résultats au long cours. En ce qui concerne les chordomes rachidiens, les voies habituellement utilisées dans notre équipe sont encore une fois la voie antéro-latérale et la voie postérieure « classique » (interépineuse, avec laminectomie) ; une voie antérieure par thoracotomie a été réalisée chez un patient en équipe mixte pour l’abord d’un chordome de la charnière cervico-thoracique (Cas n°17). La fixation rachidienne est parfois nécessaire en cas de destruction osseuse trop importante avec instabilité. Cela est tout particulièrement vrai dans notre série puisque parmi les 22 patients pour lesquels le rachis était impliqué par l’extension tumorale, 11 patients (50%) ont dû subir
En savoir plus

175 En savoir plus

Elévation faible d’hCG en dehors d’un contexte gravidique : à propos de deux cas et revue de la littérature

Elévation faible d’hCG en dehors d’un contexte gravidique : à propos de deux cas et revue de la littérature

bloquants permettant d’éviter ou de minimiser le risque de réactions croisées avec des anticorps hétérophiles, par exemple des immunoglobulines ou du sérum provenant du même animal que celui ayant servi à produire les anticorps du kit. L’efficacité de ces agents n’est toutefois pas toujours absolue, une interférence pouvant par exemple subsister avec des anticorps hétérophiles de classe IgM et/ou anti-idiotype, plus difficiles à éliminer. Afin d’éliminer cette cause « artificielle » d’élévation de l’hCG, plusieurs possibilités s’offrent au biologiste. Tout d’abord, l’échantillon est analysé à l’aide de plusieurs tests commerciaux utilisant des anticorps de différentes origines animales, dans plusieurs laboratoires si nécessaire. Si les méthodes alternatives donnent des résultats similaires, il est probable que ceux-ci soient valides. L’interférence est en effet souvent spécifique d’un anticorps ou couple d’anticorps réactifs. Ensuite, l’analyse de plusieurs dilutions en série permet généralement, mais pas toujours (!), de différencier un résultat réellement élevé d’un faux-positif. A noter que la non-linéarité du test de dilution n’est pas spécifique d’une interférence par des anticorps hétérophiles. Il est également possible d’ajouter un agent bloquant (immunoglobulines ou sérums animaux) afin de neutraliser les anticorps hétérophiles, si le réactif du test n’en contient pas ou trop peu. Enfin, la positivité du résultat peut parfois être confirmée dans l’urine car les anticorps hétérophiles ne sont pas filtrés au niveau glomérulaire. Néanmoins, cette méthode n’est pas idéale car, lorsque les concentrations sériques d’hCG sont faibles (p.ex. <50 UI/L), il peut ne pas y avoir d’élévation urinaire [26, 27]. De plus, chez des patients atteints d’IRCT, il n’est pas toujours possible d’obtenir un échantillon d’urine.
En savoir plus

21 En savoir plus

Cancer de prostate localisé, étude rétrospective a propos de 12 cas et revue de la littérature CHU Mohammed VI

Cancer de prostate localisé, étude rétrospective a propos de 12 cas et revue de la littérature CHU Mohammed VI

b. Section de la face postérieure de l'urètre. La muqueuse urétrale postérieure, puis Les couches musculaires profondes sont sectionnées progressivement. Le risque de limite d'exérèse positive est important à l'apex. En effet, les tissus périprostatiques sont peu épais à ce niveau et en plus, il existe une progression tumorale le long des branches nerveuses du pédicule prostatique inférieur à ce niveau. L'exérèse de la partie inférieure du fascia de DENONVILLIERS plusieurs millimètres sous l'apex prostatique et l'exérèse des éléments vasculo-nerveux postéro-latéraux est recommandée en cas de tumeur de l'apex, pour éviter ces limites d'exérèse positives (32).
En savoir plus

154 En savoir plus

Prise en charge des carcinomes épidermoïdes du larynx T3/T4 : à propos de 25 cas

Prise en charge des carcinomes épidermoïdes du larynx T3/T4 : à propos de 25 cas

• Abord du larynx : Il est effectué latéralement en coupant les muscles prélaryngés loin en dehors pour atteindre les bords latéraux des ailes thyroïdiennes. Le corps thyroïde est séparé du cricoïde et les constricteurs du pharynx sont coupés latéralement. Aucun décollement antérieur ne doit être réalisé. Vers le haut, les pédicules laryngés supérieurs sont coupés. Après avoir repéré l'os hyoïde, les muscles sus-hyoïdiens sont sectionnés au ras de l'os dont on enlève la partie centrale avec les petites cornes.

167 En savoir plus

STOP POTS ! Série de cas et revue de la littérature

STOP POTS ! Série de cas et revue de la littérature

Figure 1. Tilt-table test Le patient est allongé sur une table basculante avec un support pour les pieds. Il est sanglé empêchant la chute en cas de perte de connaissance. La pression artérielle et l'électrocardiogramme sont suivis de manière continue (par un scope par exemple). Il débute par une période de repos strict, en décubitus dorsal, table en position horizontale, puis la table est inclinée à 60° par rapport à l'horizontale pendant 20 à 45 minutes : le patient est alors « semi-debout ». Le test peut être sensibilisé par l'administration de certains médicaments (par exemple, la trinitrine sublinguale).
En savoir plus

33 En savoir plus

Les dsordres de la coagulation dans les tats septiques graves : A propos de 50 cas

Les dsordres de la coagulation dans les tats septiques graves : A propos de 50 cas

Injury). Le culot plaquettaire est le produit labile le plus responsable du TRALI. Le mécanismephysiopathologique reste à l’heure actuelle incomplètement élucidé [104]. Ce syndrome de détresse respiratoire aigue est le résultat d’une activation leucocytaire au niveau des capillaires pulmonaires responsable d’une altération de la paroi alvéolocapillaire pulmonaire et d’une réaction inflammatoire pulmonaire. Il est important de préciser que l’état de choc, comme c’est le cas au cours du choc septique, forme un terrain favorisant la survenue d’un TRALI. La transfusion va être alors le facteur déclenchant pour l’activation des polynucléaires. La présence d’anticorps anti-HLA venant du receveur mais aussi d’autre substance comme les microparticules vont favoriser la réaction inflammatoire au niveau pulmonaire et entraîner une hypoxémie sévère (PaO2/FiO2 inférieur à 300 mmHg) dans les 6 heures suivant la transfusion sanguine [104]. Une hyperthermie associée à des troubles hémodynamique (hypotension artérielle systémique, hypertension artérielle, tachycardie) peut compléter le tableau. L’évolution est le plus souvent favorable en 72 heures sans séquelles mais peut être dramatique avec une mortalité estimée entre 5 et 15%. Le traitement de cette manifestation est symptomatique. La déclaration de l’événement est importante afin d’identifier les donneurs à risque.
En savoir plus

155 En savoir plus

Le trouble de l'adaptation : revue de la littérature et cas cliniques

Le trouble de l'adaptation : revue de la littérature et cas cliniques

Î L’anxiété : Sous l’influence du stress, le sujet va avoir des pensées qu’il n’a pratiquement jamais en temps normal, selon Rachman en 1998 [183]. Si quelqu’un est dans une situation stressante mais qu’il n’est pas anxieux, il va prendre du temps afin d’évaluer comment il peut faire, quelles sont ses ressources pour y faire face. Alors que quelqu’un qui dans la même situation pense être en péril, il va être anxieux, et cela va lui donner un mode de réponse d’urgence qui utilise des procédés automatiques car il faut agir très rapidement. Cette réaction prend donc moins de temps, mais elle est également moins réfléchie. Des circonstances seront évaluées comme dangereuses alors qu’en réalité ce n’est pas le cas, si l’individu est anxieux. On constate alors une augmentation des facteurs de stress suite à cette interprétation erronée. Nous pouvons mentionner les mécanismes qui sont utilisé lors d’états anxieux, et qui modifient l’appréciation des événements : l’interprétation, le raisonnement en suivant ses propres émotions, l’inférence arbitraire, la généralisation, la minimisation ou la maximisation, la pensée dichotomique, la personnalisation.
En savoir plus

186 En savoir plus

Les recanalisations des axes de jambe dans lischmie critique :  propos de 50 cas

Les recanalisations des axes de jambe dans lischmie critique : propos de 50 cas

2. Le loop technique Cette technique permet la recanalisation d’une artère cible via l’arcade plantaire ou une collatérale suffisamment développée. La technique « pedal-plantar loop » [75] peut être proposée lorsque la recanalisation antérograde n’a pas fonctionné et qu’il n’existe pas de possibilité de ponction directe distale rétrograde ; elle consiste à faire naviguer le couple guide-catheter via l’arcade plantaire, entre la circulation plantaire et dorsale au travers de l’anastomose qui les relie physiologiquement dans le premier espace métatarsien, en effectuant une boucle, puis à remonter en rétrograde et restaurer la perméabilité de la lumière ; ceci est suivi en cas de succès, de l’angioplastie par cette approche ; en cas de difficulté de progression, une nouvelle tentative par voie antérograde est réalisée en empruntant le nouveau chenal crée par le guide rétrograde, les deux guides, habituellement 0,014, cheminant dans le même introducteur fémoral homolatéral .
En savoir plus

135 En savoir plus

Prise en charge des fracas faciaux  Marrakech :  propos de 50 cas

Prise en charge des fracas faciaux Marrakech : propos de 50 cas

L’enophtalmie est le plus souvent liée, non pas à une fonte de la graisse orbitaire mais à un élargissement séquellaire de la cavité orbitaire [79]. De manière à éviter cette complication post-traumatique extrêmement difficile à corriger secondairement, il faut évidemment s’efforcer de réparer les parois orbitaires, et notamment le plancher, de manière anatomique, sur sa longueur, si nécessaire à l’aide de greffes osseuses et ceci lors du temps primaire de réparation. La diplopie est par définition un trouble dynamique. Son analyse n’est pas toujours aisée, notamment au stade de séquelles, en dehors des cas évidents d’incarcérations musculaires habituellement faciles à diagnostiquer sur les reconstructions scanographiques frontales de l’orbite. Dans notre expérience, cette diplopie, si elle existait à l’admission, n’est souvent que très lentement régressive en postopératoire et ce malgré un traitement correct (désincarcération, réparation des parois osseuses). Les rétractions cicatricielles de la péri-orbite voire de la musculature extrinsèque du globe en sont probablement les principaux responsables et les moyens de lutte sont limités. La prévention des sténoses post-traumatiques des voies lacrymales est un autre exemple de la nécessaire prise en charge multidisciplinaire initiale de ces fracas faciaux. En effet, rien n’est plus simple que de faire appel à un confrère ophtalmologue lors du passage au bloc opératoire du patient pour vérifier, en peropératoire, la perméabilité des canalicules lacrymaux en cas de doute (fractures centro-faciales type DONEF, fractures déplacées de Le Fort II...) et, le cas échéant, pour cathétériser ces canalicules. Le traitement des séquelles est beaucoup plus compliqué et aléatoire.
En savoir plus

174 En savoir plus

Les algoneurodystrophies d'origine médicamenteuse : à propos de 26 observations avec revue de la littérature

Les algoneurodystrophies d'origine médicamenteuse : à propos de 26 observations avec revue de la littérature

Le surdosage en isoniazide semble être un facteur favorisant dans l'apparition de l' AND mais, même à dose plus faible, l' AND peut apparaître (patient IX):. 0 Ancienneté du[r]

183 En savoir plus

Les complications des cathters tunneliss chez les hmodialyss : A propos de 50 cas

Les complications des cathters tunneliss chez les hmodialyss : A propos de 50 cas

La connexion du patient hémodialysé chronique à la machine d’hémodialyse nécessite un double accès au sang, qui doit permettre un débit important de l’ordre de 350ml/min et qui peut être utilisé lors de chaque séance de dialyse. La fistule artério-veineuse native reste l’accès vasculaire de premier choix en offrant les meilleurs performances, la plus grande longévité ; et la plus faible morbidité [1] mais il n'est pas toujours aisé d'obtenir une FAV native de bonne qualité et durable chez les insuffisants rénaux chroniques. Les cathéters veineux centraux tunnelisés constituent une bonne alternative en cas d’impossibilité de confection d’une FAV ou en attente de la maturation de cette dernière.
En savoir plus

133 En savoir plus

LES FACTEURS PRONOSTIQUES CLINIQUES ET HISTOLOGIQUES DES CARCINOMES CUTANES DE LA FACE : A PROPOS DE 45 CAS

LES FACTEURS PRONOSTIQUES CLINIQUES ET HISTOLOGIQUES DES CARCINOMES CUTANES DE LA FACE : A PROPOS DE 45 CAS

Les goudrons sont carcinogènes par contact, et les sources d’exposition sont surtout professionnelles (industrie carbochimique notamment, la manipulation du brade houille ayant été abandonnée) ; en revanche, le rôle de l’exposition au tabac est pour l’instant plus hypothétique même si le tabagisme semble augmenterle risque de survenue de carcinome épidermoïde cutané, En revanche, l’expositionaux topiques (pommades et shampooings) contenant du goudron et utilisés auparavant dans certaines affections cutanées (psoriasis) ne semble pas s’accompagner d’une fréquence particulière de carcinomes cutanés Les mécanismes carcinogénétiques sont bien connus et impliquent surtout une liaison directe des métabolites des HAP à l’ADN, liaison génératrice de mutations notamment du gène suppresseur de tumeur p53 avec un spectre mutationnel et des « points chauds » particuliers, identiques à ceux retrouvés dans les tumeurs pulmonaires des fumeurs.
En savoir plus

173 En savoir plus

La distraction osseuse symphysaire : revue de la littérature et cas clinique

La distraction osseuse symphysaire : revue de la littérature et cas clinique

35 6.3 Dans le plan sagittal L’expansion de l’arcade mandibulaire ne semble pas dénuée d’effets parasites dans le sens antéro-postérieur. Plusieurs études ont mis en évidence une version vestibulaire des incisives inférieures. Elle serait liée, selon Del Santo à la rotation antéro-latérale accompagnant la distraction [25]. Comme nous venons de le voir, l’écartement est maximal au niveau symphysaire puis diminue en direction postérieure. L’auteur attribue ce phénomène à l’utilisation d’un dispositif à ancrage dentaire. Il semblerait cependant que ce phénomène soit indépendant du type de distracteur mis en place, puisque Mommaerts et Gunbay observent le même phénomène avec des distracteurs à ancrage osseux[36][37]. Gunbay observe une augmentation significative de 2.78° pour l’IMPA et de 1.71 mm pour la longueur du corps mandibulaire. Nous devons cependant noter qu’il n’est pas précisé si la téléradiographie de profil est prise avant mise en place du dispositif orthodontique. Dans le cas contraire, on peut interpréter cette version incisive comme la conséquence d’une tentative de nivellement, alors que la place créée par la distraction n’aurait pas été suffisante pour obtenir l’alignement des dents.
En savoir plus

103 En savoir plus

Métastases osseuses atypiques : rapport de cas et revue de la littérature

Métastases osseuses atypiques : rapport de cas et revue de la littérature

30 Nous avons présenté deux cas de métastases de type « feu d’herbe » chez des patients traités pour un cancer de la prostate avec métastases osseuses connues. Le diagnostic histologique n'avait pas été nécessaire chez ces patients du fait de leur âge, de l’absence de facteur de risque d’ostéosarcome secondaire, de leur prise en charge non curative (cas 6 et 7). De plus les métastases d’aspect pseudo-sarcomateux avec ces RP sont davantage décrites dans les cancers de prostates notamment au niveau du rachis et par argument de fréquence il est commun d’émettre en première hypothèse diagnostique une métastase pseudo-sarcomateuse plutôt qu’un ostéosarcome.
En savoir plus

40 En savoir plus

Numb Chin Syndrome : revue de littérature et étude de cas

Numb Chin Syndrome : revue de littérature et étude de cas

3.1.1.2. Physiopathologie du NCS associé à un processus tumoral  Métastases mandibulaires La mandibule est la région faciale la plus sensible aux métastases osseuses (75% des métastases orofaciales) (Assaf et al. 2014) en raison de sa faible circulation sanguine et la présence de la moelle osseuse hématopoïétique. Les vacuoles de nature sinusoïdale ainsi que la moelle osseuse rouge seraient un terrain propice à une thrombose des cellules tumorales (figure 6). De plus, la moelle osseuse est riche en facteur de croissance favorables à la prolifération et à la survie des cellules malignes (Zaheer et al. 2013; Irani 2017). En outre, le trajet sinueux du NAI inciterait les dépôts métastatiques. Par ordre croissant, la région molaire est la plus souvent impliquée (>50%) suivie de la région pré-molaire (38 %) et enfin de la région du ramus et de l’angle mandibulaire (29%) (Hirshberg et al. 2014). L’envahissement osseux par le processus tumoral serait à l’origine d’une compression mécanique nerveuse (Sudha et al. 2015).
En savoir plus

62 En savoir plus

Induction et évaporation de trafic : revue de la littérature et études de cas

Induction et évaporation de trafic : revue de la littérature et études de cas

 La congestion routière est un phénomène universel dans les grandes villes des pays développés. La principale raison en est l’abondance de véhicules particuliers et la rareté absolue de l’espace viaire. Rappelons les chiffres pour la Métropole de Lyon : 2800 km de voirie pour 600 000 voitures immatriculées dans la zone, sans compter celles qui proviennent de l’extérieur. Compte tenu de cette donnée de base, tout développement de la voirie suscite un trafic induit, sauf à mettre en place un péage de congestion coûteux ou des interdictions drastiques. Faute de cela, les politiques publiques pratiquent plus ou moins explicitement une régulation par la congestion. Les formes varient selon les types d’agglomération et la disposition du réseau viaire. Lorsqu’un périphérique complet est disponible comme à Paris, Rennes ou Nantes, il est plus facile de mettre en place des mesures destinées à réduire fortement le trafic dans la ville centre. Concrètement, certains axes capacitaires servent à drainer le trafic pour qu’il n’encombre pas les rues de capacité faible, parfois volontairement réduite (piétonisation, voie de bus, tramway…). Dans une ville comme Rouen, sans périphérique, la régulation par la congestion est une réalité ancienne, elle s’est aggravée récemment avec la fermeture imprévue du pont de la Reine Mathilde qui a permis d’observer une certaine évaporation de trafic. Les fiches présentées en annexe présentent les choix de ville comme Strasbourg, Nantes ou Toulon. Dans le cas de cette dernière, il est intéressant de constater que la mise en place du tunnel a confirmé le paradoxe de Braess. En créant de la capacité, en se comportant comme un « aspirateur de trafic 9 », le tunnel constitue une importante zone de concentration de la congestion routière, comme dans le cas du tunnel de Fourvière à Lyon.
En savoir plus

48 En savoir plus

Les syndromes mylodysplasiques( propos de 40 cas) et revue de la littrature

Les syndromes mylodysplasiques( propos de 40 cas) et revue de la littrature

Le premier intérêt d’un diagnostic précoce, est un << étiquetage>> étiologique d’une cytopénie, principalement anémie, qui peut éviter au patient des bilans étiologiques répétés mais incomplets, des traitements inutiles ( de type supplémentassions de carences ferrique ou vitaminique supposées). Le second intérêt est de déboucher sur un suivi régulier de la NFS sans attendre les symptômes d’une cytopénie pour se poser la question d’une thérapeutique (même si elle n’est pas curative). Enfin une prise en charge thérapeutique précoce, principalement par EPO en cas d’anémie, pourrait offrir une meilleur qualité de vie à ces patients, même si cela n’a pas encore été formellement démontré, par les études randomisées par exemple.
En savoir plus

95 En savoir plus

Complications de l’explantation juxta-sinusienne en présence d’une péri-implantite : à propos d’un cas clinique et d’une revue de littérature

Complications de l’explantation juxta-sinusienne en présence d’une péri-implantite : à propos d’un cas clinique et d’une revue de littérature

69 Toutes ces conclusions, additionnées à la faible quantité d’études à propos de l’explantation et de ses complications, remettent en cause les paradigmes actuels de l’implantologie. Notre vision est restreinte à son aspect révolutionnaire en odontologie. Il existe déjà une multitude de procédures valables et reproductibles, mais l’élaboration de nouvelles techniques et de nouveaux biomatériaux est pourtant en perpétuelle augmentation. Or, notre esprit ne doit plus se focaliser uniquement sur l’établissement du plan de traitement chirurgical et prothétique et sur la réussite de l’implantation en elle-même, mais doit envisager de façon précoce et préventive, une possible explantation future. En effet, les taux de survie implantaire sont extrêmement encourageants, mais les études font principalement l’état des lieux sur 10 à 15 ans. C’est pourquoi aucun praticien n’est capable aujourd’hui de répondre à la fréquente question des patients : « combien de temps va durer mon implant ? ».
En savoir plus

81 En savoir plus

Show all 10000 documents...