Haut PDF L'intrt de l'abord antrieur dans la prise en charge de la hernie discale cervicale Exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

L'intrt de l'abord antrieur dans la prise en charge de la hernie discale cervicale Exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

L'intrt de l'abord antrieur dans la prise en charge de la hernie discale cervicale Exprience du service de Neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

a. Technique : En décubitus dorsal, le patient est allongé dans le tunnel de l’appareil d’IRM. Un centrage extrêmement rigoureux sur le plan longitudinal est indispensable tant pour le repérage qui se fait sur les coupes sagittales que pour une bonne homogénéité de la moelle cervicale. L’immobilité du patient est primordiale durant toute la période d’acquisition. Les images sont obtenues grâce à un champ magnétique produit par un aimant, dans lequel passe des ondes de radiofréquence qui vont faire « résonner » les atomes d’hydrogène, principal constituant d’eau (H2O) ; l’eau étant un élément présent en +/- grande quantité dans l’ensemble des tissus du corps humain (environ 80% du poids du Corps). Les signaux recueillis par l’appareil en provenance des protons d’eau du corps humain vont être analysés par informatique afin de reconstruire une image en coupes qui peut être orientée d’emblée dans n’importe quel plan de l’espace choisi à l’avance. Plus le signal en provenance du corps est intense, plus le point correspondant de l’image est blanc et inversement. L’intensité du signal dépend des paramètres physiques magnétiques propres à chaque tissu. Ces paramètres appelés temps de relaxation correspondent à la période de retour à l’équilibre (relaxation) des atomes d’hydrogène après leur excitation (résonance) par l’onde de radiofréquence. Pour chaque tissu, il existe 2 types de temps de relaxation, le T1 et le T2 qui vont influencer l’intensité du signal obtenu. Le nombre des atomes d’hydrogène dans le tissu va également influencer l’intensité du signal recueilli (67) :
En savoir plus

159 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la sciatique  par hernie discale lombaire  Exprience du service de neurochirurgie du CHU  Mohammed VI de Marrakech sur une priode de 13 ans

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech sur une priode de 13 ans

Concernant l’histoire naturelle de la HD, l’analyse morphologique de la hernie indique que les hernies volumineuses et migrées tendent à se résorber spontanément plus souvent que les protrusions ou les petites hernies. Les changements du volume herniaire s’observent habituellement après six mois et correspondant généralement à une évolution clinique favorable. Des cytokines pro inflammatoires secrétées par les macrophages et les cellules endothéliales du tissu de granulation stimulent la production de collagénase et de stromélysine favorisant ainsi le processus de destruction du fragment discal dégénéré.
En savoir plus

158 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire. Exprience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI sur une priode de 10 ans

La prise en charge chirurgicale de la sciatique par hernie discale lombaire. Exprience du service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI sur une priode de 10 ans

3- PROFESSION Les facteurs professionnels peuvent influencer la prévalence de la sciatique par HD, notamment le travail manuel de force, la station debout prolongée et penchée en avant au cours de travail, le port de charges lourdes et l‘exposition aux vibrations [33, 38, 39], cependant d’autre auteurs trouvent que le travail sédentaire est aussi un facteur associé à la sciatique commune [40]. Les militaires [28] et les femmes au foyer sont les groupes les plus touchés [23, 28, 30, 32, 34, 40,42] ceci s’explique par l’accélération des phénomènes de dégénérescence discale installée tôt par les traumatismes et les microtraumatismes professionnels.
En savoir plus

135 En savoir plus

Prise en charge des mningiomes de ltage antrieur de la base du crne : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge des mningiomes de ltage antrieur de la base du crne : Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI Marrakech

Dans notre série, nous avons dénombré 15 cas de méningiomes du jugum soit 35,71% des méningiomes de l’étage antérieur, 14,42% des méningiomes de la base du crâne et 4,74% des m[r]

223 En savoir plus

Sciatique par hernie discale à propos de 420 cas. Expérience du service de neurochirurgie de CHU Mohammed VI de Marrakech

Sciatique par hernie discale à propos de 420 cas. Expérience du service de neurochirurgie de CHU Mohammed VI de Marrakech

Résumé La sciatique par hernie discale représente un problème de la santé publique, par sa fréquence et son retentissement socioprofessionnel. Notre travail est une étude rétrospective concernant 420 cas de sciatique par hernie discale, opérés au service de neurochirurgie de CHU Mohamed VI de Marrakech sur une période de 6ans allant de2001à 2006. Dans cette étude nous nous sommes proposé de dresser le profil épidémiologique, clinique, paraclinique, thérapeutique et évolutif, afin de rapporter l’expérience du service en matière de la prise en charge des sciatiques par hernie discale, et de comparer nos résultats avec les données de la littérature.
En savoir plus

122 En savoir plus

Intrt de la neuronavigation en neurochirurgie: exprience du service de neurochirurgie de Lhpital Ar-razi CHU Mohammed VI

Intrt de la neuronavigation en neurochirurgie: exprience du service de neurochirurgie de Lhpital Ar-razi CHU Mohammed VI

L’objectif de notre étude est d’évaluer l’apport de la neuronavigation dans la prise en charge de la pathologie neurochirurgicale sur une série de 12 patients opérés au sein du service de neurochirurgie de l’Hôpital Ar-razi du CHU Mohamed VI de Marrakech durant une période de 1 an allant de 1er aout 2016 au 31 juillet 2017. L’âge de nos patients était compris entre 30 et 78 ans avec une moyenne d’âge de 54 ans, et une prédominance féminine de 58 %. Dans notre série, trois patients avaient une tumeur cérébrale de localisation profonde, six autres étaient suivis pour maladie de Parkinson réfractaire au traitement médical, et des cas isolés d’hydrocéphalie, de brèche ostéo-méningée et d’hernie discale lombaire. L’IRM a été réalisée chez dix patients et la TDM chez deux patients. Le système de neuronavigation utilisé était MEDTRONIC S7 stealthstation.L’anesthésie générale a été réalisée chez tous les patients. Six patients porteurs de maladie de Parkison réfractaire au traitement antalgique ont bénéficié d’une chirurgie éveillée pour la pose d’électrodes de stimulation profonde. Le marquage par counturing a été fait à l’aide d’un système informatique de repérage intégré dans le système de neuronavigation. La durée de l’acte chirurgical variait en fonction de l‘indication avec une moyenne de 6 heures [0,33 -11heures]
En savoir plus

95 En savoir plus

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

La prise en charge chirurgicale de la malformation de Chiari. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI, Marrakech

e.1. Décompression de la fosse postérieure La craniectomie sous-occipitale et la laminectomie cervicale haute représente le traitement essentiel de la syringomyélie. Aghakhani (23) ; dans sa série comportant des malades ayant une Chiari I associée à une syringomyélie ; rapporte des meilleurs résultats en réalisant une décompression osseuse la plus large que possible. Selon lui l’ouverture osseuse doit être large et doit intéresser l’ensemble de la fosse postérieure, aller en hauteur jusqu’au relief du sinus latéral et latéralement ouvrir largement le trou occipital le plus loin possible. La résection de C1 est systématique et C2 doit être réséquée si l’amygdale cérébelleuse descend plus bas. Une résection amygdalienne n’est pas nécessaire et surtout pas systématique. Une exploration de l’orifice de sortie du IVème ventricule est nécessaire ce qui permet de vérifier le bon écoulement du LCR et l’absence d’arachnoïdite.
En savoir plus

186 En savoir plus

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

Prise en charge endoscopique de la pathologie neurochirurgicale : Exprience du Service de Neurochirurgie du CHU Mohamed VI De Marrakech

point des systèmes permettant un abord direct du canal rachidien ou du foramen sous contrôle endoscopique. b.2. Indications L’indication chirurgicale se pose devant une radiculalgie bien expliquée par la hernie discale qui résiste au traitement médical ou s’accompagne de signes neurologiques déficitaires. La technique endoscopique convient à tous les types de hernie discale, y compris aux récidives [176, 177]. Si ses avantages peuvent être discutés pour une hernie simple chez un patient maigre, ils deviennent manifestes dans toutes les situations profondes telles que les hernies foraminales ou extra-foraminales ou chez des patients obèses, situations dans lesquelles, l’incision cutanée reste de la même taille. Cette technique endoscopique peut également être utilisée dans les canaux lombaires étroits lorsque la sténose prédomine à un seul niveau.
En savoir plus

241 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des hernies discales cervicales : Exprience du service de neurochirurgie du CHU MOHAMMED VI

Prise en charge chirurgicale des hernies discales cervicales : Exprience du service de neurochirurgie du CHU MOHAMMED VI

b.1. Faut-t-il pratiquer un abord antérieur ou postérieur ? Pour Schebesch KM (24), l'indication d'un abord antérieur est formelle en cas de l’hernie discale médiane ou en cas d’une symptomatologie médullaire associée à la radiculopathie. L'abord antérieur semble également préférable s'il existe une composante ostéophytique associée ou en cas de déformation sagittale en cyphose que l'on peut corriger par l'interposition d'un greffon. Par contre la voie postérieure peut être considérée comme une alternative à l'abord antérieur en cas d’hernie discale molle postéro-latérale à symptomatologie aiguë uniquement radiculaire notamment si on recherche un geste chirurgical rapide.
En savoir plus

169 En savoir plus

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Prise en charge des encphalocles : exprience du service de neurochirurgie, CHU Mohammed VI, Marrakech

Les progrès les plus récents dans les équipements endoscopiques ont renforcé l’indication du traitement endoscopique pour les encéphalocèles intranasales [39, 50]. Le traitement endoscopique permet d’éviter les incisions du visage et les complications secondaires au traitement par crâniotomie et de raccourcir la durée d’hospitalisation [39, 57, 58, 71]. En outre l’absence d’impact de la chirurgie des sinus en pédiatrie sur la croissance faciale à long terme a été bien documentée dans la littérature [38,39]. Cependant, l’indication du traitement endoscopique peut être limitée dans le cas d’une grande hernie avec en particulier celle qui est associée à une participation d’une artère cérébrale [50]. La chirurgie endoscopique pourrait être le premier choix du mode de traitement si la masse herniée est très petite sans implication de grandes artères cérébrales. En outre lorsque la chirurgie transcrânienne échoue dans la cessation complète de la fuite du LCR, la chirurgie endoscopique pourrait être une option supplémentaire pour sceller le point de fuite du LCR [65].
En savoir plus

136 En savoir plus

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Prise en charge des maladies neurologiques par plasmaphrse : exprience du service de neurologie au CHU Mohammed VI de Marrakech

Tazi I et al [23] 3 2 notre série 43 3 V. Échanges plasmatiques dans la PRNC : La PRNC est une neuropathie périphérique auto-immune acquise [58]. Les corticostéroïdes, les IgIV ou l'EP sont les options de traitement dont les résultats sont similaires ; le choix entre elles est donc basé sur le coût, la disponibilité et les effets secondaires. Un traitement d'entretien, comprenant la prise continue de stéroïdes, un EPT périodique ou des perfusions répétées d'IgIV, est généralement nécessaire car l'arrêt du traitement peut être suivi d'une rechute [59].
En savoir plus

134 En savoir plus

Prise en charge intgre du patient obse: Exprience du service dEndocrinologie du CHU MOHAMMED VI de Marrakech

Prise en charge intgre du patient obse: Exprience du service dEndocrinologie du CHU MOHAMMED VI de Marrakech

L’obésité, est une maladie complexe par ses déterminants et ses comorbidités, plusieurs plans et programmes de santé ont été mis en place pour lutter contre cette maladie, pourtant sa prévalence ne cesse pas d’augmenter. La prise en charge de l’obésité ne doit pas seulement viser la perte de poids, mais un changement durable des comportements du patient et de son mode de vie, Ce sont là précisément les cibles de l’éducation thérapeutique du patient, qui est considérée comme la base de la prise en charge de l’obésité. Cette prise en charge multidisciplinaire, porte sur l’aspect diététique, psychologique, physique et aussi médicale.
En savoir plus

158 En savoir plus

Prise en charge des cavernomes du systme nerveux central Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Prise en charge des cavernomes du systme nerveux central Exprience du service de neurochirurgie CHU Mohammed VI

Du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2011, 16 cas de cavernomes du système nerveux central ont été pris en charge dans le service de Neurochirurgie du CHU Mohammed VI de Marrakech. Les données épidémiologiques, cliniques, radiologiques, thérapeutiques et évolutives ont été analysées. Les cavernomes étaient cérébraux (y compris le tronc cérébral et le cervelet) chez 14 patients et médullaires dans deux cas. Le sex-ratio est de 1,66 montrant une légère prédominance masculine, l’âge moyen est de 42 ans et la symptomatologie clinique est dominée par des crises d’épilepsie. Le cavernome était solitaire dans tous les cas. La localisation sus- tentorielle était la plus fréquente (13 cas). Un saignement de la lésion a été objectivé de façon claire dans un cas.
En savoir plus

143 En savoir plus

La prise en charge des malformations artrio-veineuses intracrniennes : exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI

La prise en charge des malformations artrio-veineuses intracrniennes : exprience du service de neurochirurgie au CHU Mohammed VI

VI. Etude et analyse du profil évolutif : Le suivi de nos patients a été réalisé en consultation, les patients perdus de vu ont été convoqué pour réévaluation de leur état clinique. Le recul allait d’une année à 3 ans. L’échelle d’évaluation était basée sur 3 paramètres : décès, aggravation et amélioration. Une angiographie cérébrale, ou une IRM avec séquences angio avaient été demandées chez tous les patients mais faute de moyens, seul quelques patients de notre série avaient bénéficié de l’une ou l’autre de ces explorations neuro-vasculaires.
En savoir plus

157 En savoir plus

Intrt de la chirurgie dans lpilepsie partielle temporale pharmaco-rsistante. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI

Intrt de la chirurgie dans lpilepsie partielle temporale pharmaco-rsistante. Exprience du service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI

zones éloquentes mais il est fréquemment retrouvé un déplacement de ces zones fonctionnelles, impliquant un développement très précoce de ces tumeurs.(105-6) 2.2. Les Gangliogliomes : Les gangliogliomes sont des tumeurs mixtes glioneuronales touchant essentiellement les enfants. Lorsque leur localisation est supratentorielle, leur symptomatologie est dominée par la présence de crises d'épilepsies aboutissant rapidement à une épilepsie réfractaire au traitement médical. D'un point de vue histologique, on retrouve des cellules neuronales de type ganglionnaire d'aspect plus volumineux, anormal avec un noyau plus clair. Parallèlement, l'autre composante gliale subit une prolifération au sein d'une fibrose. Des calcifications peuvent être rencontrées. En revanche, la présence d'infiltrats lymphocytaires reste constante dans les gangliogliomes. L'immunomarquage à la synaptophysine est informatif. D'un point de vue radiologique, cette tumeur est volontiers d'allure kystique avec une prise de contraste. La localisation de la tumeur reste l'élément pronostic majeur en terme de décès et de récurrence post-opératoire. Le pronostic chirurgical est donc excellent avec une survie à 10 ans proches de 95%, surtout en cas d'exérèse complète. Le degré d'anaplasie n'est pas corrélé aux résultats chirurgicaux. Etant donné les conséquences délétères de la radiothérapie sur le tissu cérébral sain, surtout chez l'enfant, chez qui les gangliogliomes sont prépondérants, la radiothérapie est à exclure d'autant plus que son effet de telles tumeurs de croissance lente ne semble pas prouvé. Le traitement de choix reste donc exclusivement chirurgical, même si de rares cas de dégénérescence maligne ont été décrits.(107)
En savoir plus

188 En savoir plus

Prise en charge des cancers digestifs aux urgences(exprience au CHU Mohammed VI Marrakech)

Prise en charge des cancers digestifs aux urgences(exprience au CHU Mohammed VI Marrakech)

Pour les cancers coliques, la stratégie de la prise en charge d’occlusion en urgences n’est pas standardisée et reste un sujet de forte controverse. Si une chirurgie standard peu être réalisée en un temps, cette solution a la préférence de tous les chirurgiens. L’exemple est celui d’un cancer de l’angle droit, pour lequel la chirurgie consiste à une exérèse avec une anastomose en un temps est à préférer. La discussion concerne la prise en charge des cancers du colon gauche et du sigmoïde lorsque la distension colique rend la suture aléatoire, ce qui conduit à faire une stratégie en deux temps, le premier temps devant lever l’occlusion, le second faire la colectomie carcinologique. Historiquement, le traitement de préférence est la colostomie première puis après quelques jours une chirurgie standard. [66, 71]
En savoir plus

129 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des prolapsus gnitaux : Exprience du service de gyncologie-obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

Prise en charge chirurgicale des prolapsus gnitaux : Exprience du service de gyncologie-obsttrique CHU Mohammed VI Marrakech

Pour l’instant aucune publication n’a montré l’efficacité de la rééducation dans la prise en charge des troubles de la statique pelvienne. d. Pessaire : Le pessaire est un dispositif placé dans le vagin pour soutenir les parois vaginales en prolapsus ou pour assurer une continence urinaire. Les pessaires ont pour avantage particulier de n’être que peu envahissants, en plus de fournir une atténuation immédiate des symptômes. Ces dispositifs constituent une excellente solution de rechange pour les femmes symptomatiques qui souhaitent encore connaître une grossesse, ainsi que pour celles qui choisissent d’avoir recours à une intervention non chirurgicale ou qui veulent obtenir un soulagement des symptômes avant la tenue d’une chirurgie. Les pessaires connaissent un regain de popularité et constituent une option pour la prise en charge du prolapsus et de l’incontinence chez les femmes de tous âges. Les pessaires sont principalement faits de silicone de qualité médicale; seuls les plus grands formats de pessaire sont faits d’acier chirurgical recouvert de silicone [127].
En savoir plus

216 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Ils siègent préférentiellement dans les noyaux gris centraux, les régions périventriculaires et le corps calleux. Ils peuvent être uniques ou multiples, s'accompagnent d'une réaction oedèmateuse discrète et sont responsables d'un effet de masse modéré compte tenu de leurs dimensions. Ils sont en isosignal ou discret hyposignal par rapport à la substance grise en T1 et isosignal ou discret hypersignal en T2. La prise de contraste, pratiquement constante en l'absence de traitement par corticoïdes, est variable selon le terrain: chez les sujets immunocompétents, les lésions sont le plus souvent rehaussées de façon homogène et intense ; chez les sujets immunodéprimés, leur aspect est plus volontiers hétérogène avec prise de contraste en anneau, foyers de nécrose et d'hémorragie.
En savoir plus

203 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Prise en charge chirurgicale des tumeurs crbrales, exprience de dix ans au service de neurochirurgie du CHU Mohamed VI de Marrakech

Parfois, une extension controlatérale et un rehaussement hétérogène nodulaire et/ou annulaire après injection de contraste sont notés [50]. L’oligodendrogliome de grade III de l’OMS présente classiquement une composante charnue vascularisée, une ou plusieurs composantes kystiques et souvent une composante calcifiée, difficilement individualisée en IRM, nécessitant le recours à des coupes en T2 en écho de gradient, témoignant de la dégénérescence secondaire de gliomes de bas grade. Les composantes hémorragiques hyperintenses en T1 et hypointenses en T2 sont aussi possibles. La recherche d’une carcinomatose méningée doit être systématique. Elle se traduit par une prise de contraste au sein des citernes de la base et des sillons corticaux en T1 et en FLAIR après injection du produit de contraste [93, 108].
En savoir plus

152 En savoir plus

Prise en charge chirurgicale des tumeurs cérébrales au service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI

Prise en charge chirurgicale des tumeurs cérébrales au service de neurochirurgie du CHU Mohammed VI

Pour les tumeurs gliales de haut garde, la médiane de survie à partir des séries les plus importantes est de 52 semaines, le pourcentage de survivants à 18 mois est de l’ordre de 20%. La stratégie varie selon la chronologie du traitement par rapport à la chirurgie et à la radiothérapie : chimiothérapie néo-adjuvante (après la biopsie), adjuvante (après une exérèse complète ou la radiothérapie), ou à la récidive. Les critères d’évaluation sont cliniques (intervalle libre, taux de réponse objective de survie) et radiologiques, en pratique mesurés par la prise de contraste (réponse complète, partielle, stabilisation). Le nombre des drogues potentiellement efficaces demeure limité (alkylants, méthylants) et il n’a pas encore pu être prouvé l’intérêt d’effectuer une polychimiothérapie plutôt qu’une monochimiothérapie. (131)
En savoir plus

195 En savoir plus

Show all 9563 documents...

Sujets connexes