Haut PDF Accidents aux AVK : e tude rétrospective à propos de 30 cas

Accidents aux AVK : e tude rétrospective à propos de 30 cas

Accidents aux AVK : e tude rétrospective à propos de 30 cas

- 77 - Résumé Les accidents hémorragiques sous AVK sont la première cause d’hospitalisation iatrogène. Le but de cette étude est de ressortir les caractéristiques des patients présentant des accidents hémorragiques graves sous AVK et de faire le point sur la prise en charge de cet accident grave. Pour ceci, nous avons réalisé une étude rétrospective portant sur 30 patients, réalisée au service de réanimation à l’hôpital Avicenne de Marrakech. L’âge moyen de nos patients est de 59,6 ans avec un sexe ratio de 1,5 (18 femmes et 12 hommes). On note dans notre série le terrain multi- taré des patients sous AVK avec plusieurs antécédents en cause. La fibrillation auriculaire fut la principale indication recensée. Plus que la moitié ne bénéficiaient pas d’une bonne surveillance biologique à base d’INR. Le saignement d’origine gastro-intestinal était le site le plus fréquent. La conduite était différente en fonction des cas mais axée sur l’arrêt des AVK, la restauration d’une coagulation normale par l’administration de vitamine K et le plasma frais congelé vu l’indisponibilité des PPSB à l’échelle nationale, la correction d’éventuelle anémie, l’instauration d’un traitement substitutif en plus des différents gestes d’hémostase et des mesures symptomatiques de réanimation. Plus du quart des patients admis sont décédés. L’index de Landefeld s’est avéré utile, permettant de classer les patients selon le risque prédictif de saignement élevé, moyen ou faible ce qui concordait vraisemblablement avec les résultats de notre étude. Son importance tient à la possibilité de le définir, de le mesurer et de l’appliquer facilement par le médecin en ambulatoire permettant ainsi de définir les patients nécessitant une surveillance accrue. La prévention de la survenue de ces accidents est le pilier de la prise en charge, d’où l’importance de l’information et l’éducation des différents intervenants dans cette complication iatrogène potentiellement mortelle.
En savoir plus

120 En savoir plus

Accidents hmorragiques aux AVK Etude cas tmoin :  propos de 200 patients

Accidents hmorragiques aux AVK Etude cas tmoin : propos de 200 patients

Parmi les 200 patients, 30 (15%) ont présenté un accident hémorragique. L’âge moyen de ces patients est de 57.6 ans avec un sexe ratio de 1,14. La majorité des cas ont présenté au moins un facteur de risque de saignement (l’âge>60ans : 46.6%, le surdosage biologique de l’INR : 87%, les interactions médicamenteuses : 43%, l’HTA : 28%, les pathologies cardiaques graves : 14%, les accidents vasculaires cérébraux: 20%, l’insuffisance rénale : 17%, score HAS- BLED≥3 : 23.33%). Les valvulopathies et les remplacements valvulaires étaient les deux indications les plus répandues (42%), suivies par l’ACFA sur cœur sain (31%). La durée moyenne du traitement était de 4,5 ans. 46,5% des hémorragies étaient graves selon la classification de Levine. Le tube digestif était le site préférentiel des hémorragies avec un taux de 23%. La mauvaise observance du traitement était la principale cause des saignements, retrouvée chez 39% des cas.
En savoir plus

102 En savoir plus

Accouchements sur utérus cicatriciels : etude rétrospective à propos de 527 cas

Accouchements sur utérus cicatriciels : etude rétrospective à propos de 527 cas

2-PRONOSTIC MATERNEL La morbidité grave et la mortalité sont supérieures en cas de CZ par rapport à la VB (56, 67). Les motifs sont représentés essentiellement par les infections, les embolies pulmonaires et les accidents d’anesthésie (par un facteur allant de 3 à 10 selon les études), même si la CZ est programmée. Cependant, sans minimiser les inconvénients potentiels d’un accouchement par les voies naturelles (mal évalués) et encore moins celles d’une césarienne en cours de travail, les recommandations actuelles issues aussi bien des données que des consensus d’experts sont en faveur d’une tentative de voie basse en l’absence d’indication médicale (56).Toutefois, les données de la littérature les plus récentes fondées sur de très larges études de cohorte sont loin de rassurer nos patientes quant à l’épreuve utérine (30).
En savoir plus

152 En savoir plus

Pseudarthroses de la jambe : à propos de 40 cas, e tude rétrospective

Pseudarthroses de la jambe : à propos de 40 cas, e tude rétrospective

2- Age : La moyenne d’âge des patients présentant la PSA de la jambe se situe entre 30 et 46 ans (15-20), dans notre série, l’âge moyen est de 34 ans avec des extrêmes allant de 17 à 70 ans avec une prédominance de l’adulte jeune puisque la tranche d’âge 20-39 est la plus touchée avec un pic de fréquence de 67,5 % , ceci concorde avec les données de la littérature, ou il y a une prédominance d’une population plus jeune, et plus active dans la société, faisant beaucoup de déplacements et d’activités professionnelles.

171 En savoir plus

Diabète et grossesse ( Etude rétrospective à propos de 45 cas )

Diabète et grossesse ( Etude rétrospective à propos de 45 cas )

Aucune étude n’a permis d’évaluer l’efficacité de la prise en charge du diabète gestationnel pour réduire l’hypertension gravidique et ses complications, et inversement (93). La prévalence de la pré-éclampsie dans les grossesses des mères diabétiques est de 20% (29), (117). Ce risque augmente en cas de rétinopathie (29), (118), de protéinurie (119), ou de néphropathie préexistante (117). Dans ces situations, un retard de croissance intra-utérin doit être dépisté par les doppler utérins et ombilical (29), (63). Une biométrie fœtale normale n’est pas nécessairement rassurante dans ce contexte, car l’hypotrophie peut être masquée par la macrosomie due au diabète. Le bénéfice d’un traitement préventif par aspirine à faible dose est controversé (29).
En savoir plus

184 En savoir plus

Appendicites aiguës : etude rétrospective à propos de 562 cas

Appendicites aiguës : etude rétrospective à propos de 562 cas

En 1711, un chirurgien allemand, Lorentz Heister, décrit pour la première fois l’appendicite dans un mémoire d'autopsie (2). Le premier cas d'appendicectomie réussi à été rapporté devant la « Royal Society » en l735, par Aymand chirurgien de « st George’s Hospital » à Londres. Il s'agissait d'un garçon de 11 ans qui présentait une hernie scrotale droite où s'ouvrait un sinus purulent. L’exploration chirurgicale retrouva l’appendice perforé par un stercolithe. L’appendice fut ligaturé et coupé en zone saine avant d’être réintégré dans la cavité abdominale. Une guérison complète s’en suivit.
En savoir plus

126 En savoir plus

Traitement conservateur du cancer du sein revue des indications, tude rtrospective ( propos de 20 cas)

Traitement conservateur du cancer du sein revue des indications, tude rtrospective ( propos de 20 cas)

RÉSUMÉ Le cancer du sein est actuellement le cancer le plus fréquent chez la femme, et pose un véritable problème diagnostique et thérapeutique. Le traitement conservateur radio-chirurgical est devenu un standard pour la plupart des tumeurs stades I et II du cancer du sein. Ceci a été rendu possible grâce au progrès de dépistage, grâce aux résultats des différents essais prospectifs randomisés mais aussi à a meilleure connaissance de ce cancer. Par ailleurs, l’utilisation des traitements préopératoires permet d’étendre les indications du traitement conservateur qui étaient initialement limitées aux tumeurs de moins de 3 cm, uni focales, non inflammatoires, à des tumeurs plus volumineuses. Parallèlement à l’extension de ces indications, on a observé le développement de nouvelles approches thérapeutiques notamment la technique du ganglion sentinelle et chirurgie stéréotaxique, dont les résultats initiaux sont très encourageants. Nous rapportons une étude rétrospective de 20 cas de cancer du sein colligés au sein du service de chirurgie viscéraledu l’hôpital Avicenne de Marrakech, sur une période de 2 ans allant de janvier 2015 à décembre 2016 et ayant bénéficié d’un traitement conservateur. Par la présente étude, nous avons essayé de montrer notre aptitude à réaliser ces techniques chirurgicales et à bien prendre en charge ces patientes, mais aussi évaluer ces techniques en terme de résultat carcinologique et de résultat esthétique. Ainsi nous avons évalué la survie globale, la survie sans métastase et la récidive locale.
En savoir plus

148 En savoir plus

Evaluation globale de la nycturie et son impact sur la qualit de vie : tude prospective  propos de 120 cas

Evaluation globale de la nycturie et son impact sur la qualit de vie : tude prospective propos de 120 cas

confondues chezles personnes âgées [59, 60]. Une grande étude menée au Japon a montré qu’un faible IMC chez les personnes âgées était associé à un risque accru de mortalité toutes causes confondues, et les résultats étaient essentiellement inchangés même lorsque les analyses ont été menées chez ceux qui n'avaient pas de cancers, maladie cardiovasculaire ou accident vasculaire cérébral [59]. De plus, les patients avec un IMC plus élevé avaient un meilleur taux de survie en cas insuffisance cardiaque congestive décompensée [61] et insuffisance cardiaque chronique [62]. Ce phénomène paradoxal a été étendu à la population générale dans revue systémique et méta-analyse [63]. Les raisons exactes ne sont pas claires, mais les explications de ce paradoxe sont que les patients âgés maigres ont moins de réponse immunitaire et que la masse maigre agit comme une réserve nutritionnelle [64]. Ces facteurs peuvent s'appliquer aux personnes âgées souffrant de la nycturie.
En savoir plus

130 En savoir plus

Apport de lIRM dans la prise en charge du neuro-Behet, tude rtrospective :  propos de 16 cas

Apport de lIRM dans la prise en charge du neuro-Behet, tude rtrospective : propos de 16 cas

cas. 1.4 Examen neurologique : a) Atteinte motrice centrale : Plusieurs anomalies des potentiels évoqués ont été observées au cours de la maladie de Behçet [147-149]. Stigsby et al ont observé une prolongation significative du temps de conduction motrice centrale chez 9 patients atteints de la maladie de Behçet sans atteinte majeure de la conduction sensorielle centrale [149]. Parisi et al ont démontré la présence d’anomalie des potentiels évoqués chez 55 % de patients atteints de la maladie de Behçet en l’absence d’atteinte neurologique évidente. Ils en ont déduit que la mesure des potentiels évoqués était très utile pour démontrer l’atteinte pré-symptomatique motrice centrale au cours de la maladie de Behçet [147]. Récemment, Stigsby et al ont prouvé que les anomalies des potentiels évoqués et le temps de conduction centrale (89 %), était légèrement plus fréquents que ceux de l’IRM (85 %) et considérablement plus fréquents que ceux du potentiel évoqué somato-sensoriel [148]. C’est parce que la maladie de Behçet affecte en premier le circuit moteur dans le système nerveux central, que la prédominance de l’atteinte des potentiels évoqués au cours de la maladie de Behçet ne peut pas être une découverte inattendue [96].
En savoir plus

165 En savoir plus

Insuffisance rnale aigue postopratoire  (propos de 30 cas)

Insuffisance rnale aigue postopratoire (propos de 30 cas)

Insuffisance rénale aigue post opératoire à propos de 30 cas   Par opposition à l’insuffisance rénale organique, l’insuffisance rénale dite fonctionnelle consiste en une baisse du DFG consécutive à une baisse de la pression de perfusion glomérulaire, la structure du parenchyme rénal étant supposée indemne. La restauration rapide d’une perfusion rénale adéquate peut alors restaurer le DFG et éviter l’installation des lésions ischémiques. Avant l’apparition d’une baisse du DFG, il existe une phase d’adaptation à une anomalie modérée de la perfusion rénale, appelée par certains auteurs « insuffisance -pré rénale » et que l’on pourrait considérer déjà comme le témoin d’une agression rénale. Une caractéristique physiopathologique notable du rein est sa capacité à maintenir constant son débit sanguin et le DFG lors d’une variation de la pression de perfusion. Mais ces mécanismes adaptatifs peuvent être pris en défaut et une baisse du DFG peut apparaitre.
En savoir plus

136 En savoir plus

Place de la chirurgie dans le traitement des angiomes : à propos de 30 cas à Marrakech

Place de la chirurgie dans le traitement des angiomes : à propos de 30 cas à Marrakech

Place de la chirurgie dans le traitement des angiomes cutané : à propos de 30 cas à Marrakech   La classification des angiomes a beaucoup évolué depuis 1976, date du premier Workshop on Vascular Anomalies. Ce groupe de travail international n'a cessé de se réunir depuis, tous les 2 ans. Il comporte aujourd'hui une participation multidisciplinaire issue de tous les continents. En 1992 fut créée l'International Society for the Study of Vascular Anomalies (ISSVA), qui regroupe les membres du Workshop. L'ISSVA continue à assurer tous les 2 ans cette réunion qui a amélioré la communication entre les soignants de toutes disciplines, ainsi que la compréhension et la classification de ces lésions. Son but principal aujourd'hui est l'amélioration des thérapeutiques. [1]
En savoir plus

168 En savoir plus

Cancers de la cavite buccale tude pidemiologique et clinique rtrospective  propos de 70 cas

Cancers de la cavite buccale tude pidemiologique et clinique rtrospective propos de 70 cas

aux structures anatomiques voisines, qu’elles soient osseuses (os maxillaire et mandibulaire) ou muqueuses (commissure labiale et lèvres supérieure et inférieure). Sutures simples et greffes En cas d’exérèse limitée en surface et profondeur et n’atteignant pas la commissure labiale, une suture bord à bord en un ou deux plans peut être réalisée en s’aidant, si nécessaire, d’un décollement sous-muqueux ou d’incisions de décharge pour faciliter le rapprochement. Si une suture bord à bord des berges n’est pas possible, la perte de substance peut être recouverte par une greffe de peau. Le prélèvement peut être fait dans la région sus-claviculaire ou la face interne de bras, de pleine épaisseur, le prélèvement étant ensuite dégraissé et aminci aux ciseaux. Le site de prélèvement est refermé par simple rapprochement à condition d’avoir fait un prélèvement en fuseau [137] . Un prélèvement de peau mince peut également être fait, grâce à un dermatome, généralement à la face interne de cuisse. Le site de prélèvement est recouvert d’un pansement gras renouvelé jusqu’à réépidermisation complète. Au niveau jugal, le greffon est suturé aux berges d’exérèse par des points séparés de fil résorbable tressés ou non tressés 3 ou 4/0. Sa surface est incisée de fac¸ on à laisser suinter des résidus hématiques venus du fond du lit opératoire. Son maintien en profondeur est assuré par un bourdonnet confectionné avec du tulle gras, certains auteurs préconisant un double bourdonnet interne et externe, ce dernier étant maintenu par des points transfixiants.
En savoir plus

209 En savoir plus

Cancer du rein : étude rétrospective : à propos de 22 cas

Cancer du rein : étude rétrospective : à propos de 22 cas

d- Imagerie par résonance magnétique (IRM): La résonance magnétique a bénéficiée de nombreux progrès techniques, informatiques et pharmacocinétiques. En matière de tumeur du rein, l’IRM peut apporter des informations au moins égales à celles du scanner, avec cependant même une supériorité incontestable dans certains cas et principalement : les tumeurs kystiques, l’extension veineuse en coupe frontale, en plus de son caractère non invasif qui permet sa réalisation chez la femme enceinte, en cas d’allergie au produits iodés, ou d’insuffisance rénale, et chez les transplantés [46-50] .
En savoir plus

171 En savoir plus

Place de l’ostéotomie tibiale de valgisation dans le traitement de la gonarthrose à propos de 30 cas

Place de l’ostéotomie tibiale de valgisation dans le traitement de la gonarthrose à propos de 30 cas

I. LE GENOU NORMAL : En extension, le genou est verrouillé, c’est sa position de stabilité. Il a 3 degrés de liberté en dehors de cette position. Il est souvent étudié en charge, en appui monopodal, conditions qui se rapprochent le plus de la marche. La flexion extension se fait surtout par un mouvement de roulement puis de glissement des condyles fémoraux par rapport aux plateaux tibiaux. Seulement une partie des surfaces articulaires est utilisée : il s’agit de la partie du condyle en appui lors de la marche surtout vers 30° de flexion (d’où l’intérêt des radiographies en schuss) et le milieu du plateau tibial (sauf en cas de lésions ligamentaires). Ce genou sera étudié sur le plan frontal et sagittal :
En savoir plus

120 En savoir plus

Hémorragies graves de la délivrance : etude rétrospective à propos de 72 cas

Hémorragies graves de la délivrance : etude rétrospective à propos de 72 cas

2-1 Syntocinon Le syntocinon est indiqué dans le traitement curatif devant une atonie utérine. Il s’agit d’un analogue synthétique de l’hormone ocytocique post hypophysaire qui possède un pouvoir utérotonique puissant. Il peut être administré par voie intraveineuse directe à raison de 5 à 10 UI, en perfusion 10 à 15 UI dans du sérum physiologique et par voie intramyométriale en cas de césarienne. Il convient de rappeler que cet agent aux effets vasodilatateurs, induit tachycardie et hypotension artérielle, si des doses en bolus doivent être administrées, elles ne doivent pas dépasser (5 à 10) unités en intraveineux direct, surtout en cas d’instabilité hémodynamique [34].
En savoir plus

108 En savoir plus

Formes graves du psoriasis : etude rétrospective à propos de 28 cas

Formes graves du psoriasis : etude rétrospective à propos de 28 cas

116 RESUME : Le psoriasis est une dermatose érythématosquameuse chronique fréquente le plus souvent bénigne. Néanmoins, les formes graves peuvent mettre en jeu le pronostic fonctionnel et vital du malade. Notre objectif était de tracer le profil épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif des formes graves du psoriasis à travers une étude rétrospective menée au service de Dermatologie du CHU Mohammed VI de Marrakech sur une période de 6 ans, entre janvier 2002 et décembre 2008. Nous avons inclus 28 malades atteints de psoriasis grave : psoriasis pustuleux, érythrodermique, arthropathique et le psoriasis vulgaire généralisé ayant résisté au traitement classique. L’âge de nos patients variait entre 9 et 80 ans avec une moyenne d’âge de 44.5 ans et une légère prédominance féminine (57%). Une érythrodermie a été notée dans 11 cas (39%), un psoriasis pustuleux dans 9 cas (32%), un psoriasis vulgaire généralisé dans 7 cas (25%) et un cas de psoriasis arthropathique associé au psoriasis pustuleux (4%). Si le diagnostic clinique du psoriasis était souvent aisé, 19 cas (68%) ont nécessité un examen histologique complémentaire. Le traitement d’attaque reposait le plus souvent sur les dermocorticoïdes soit seuls (50%) soit associés à un traitement général par méthotrexate (14%) ou rétinoïdes (14%). L’évolution a été souvent bonne. Nous avons déploré un cas de décès dû à un choc septique.
En savoir plus

138 En savoir plus

L’hypertrophie bénigne de la prostate ( Etude rétrospective à propos de 359 cas )

L’hypertrophie bénigne de la prostate ( Etude rétrospective à propos de 359 cas )

- 107 - VI - HBP ET CANCER DE LA PROSTATE: Il n'existe pas de corrélation entre HBP et le cancer de la prostate, sauf en ce qui concerne leur relation commune avec l'âge et l'état hormonal individuel. Un malade présentant une HBP ne court pas plus de risque de faire un cancer de la prostate que par la tranche d'âge de la population à laquelle il appartient. Du faite de l'extrême fréquence de l'HBP et de la fréquence plus relative mais importante du cancer de la prostate, ces deux pathologies vont coexister dans un bon nombre de cas. Ceci est confirmé par le fait qu'on retrouve un foyer cancéreux à l'examen histopathologique dans presque 10% des cas d'HBP opérés. Pour JANIN et cool (45), le nombre de cas découvert fortuitement est 2,7% pour les adénomectomies chirurgicales et de 14,4% pour les résections transuréthrales de la prostate (RTUP), cette différence s'explique par la technique de l'examen anatomopathologique. En effet, pour l'adénomectomie chirurgicale, seuls les prélèvements sont examinés alors que pour la RTUP, les pièces sont examinées complètement. Dans notre série, sept néoplasies associées à une HBP ont été découvrtes soit 4,39% pour les ATV, et trois néoplasies associées à l'HBP pour les RTUP soit 1,11%. Selon BOSTWIK (9), pour dépister un cancer prostatique même infra clinique, on doit associer au TR :
En savoir plus

125 En savoir plus

Rupture prématurée des membranes ( Étude rétrospective à propos de 675 cas )

Rupture prématurée des membranes ( Étude rétrospective à propos de 675 cas )

Alors que d’autres auteurs ne trouvent pas de différence significative ni pour la prolongation de la grossesse, ni pour la prévention de l’infection materno-fœtale. [37, 75, 78, 92] En cas de RPM à terme, il existerait un effet bénéfique de l’ATB prophylactique pour le couple mère-enfant pour tout accouchement survenant au-delà de 12h, ce qui pour certains justifie une ATB systématique pour toute RPM au-delà de 12h, non en travail. [78] Certains auteurs mettaient en doute l'intérêt des antibiotiques dans cette population en raison de la nécessité de déclencher dans les heures qui suivent la RPM, cette intervention pouvant peut-être à elle seule éviter le risque infectieux. Cet argument semble discutable du fait que de nombreuses équipes attendent 24 à 72 heures (voire plus pour certains) avant de déclencher ce qui renforce l'intérêt d'administrer systématiquement des antibiotiques dans cette indication. [31]
En savoir plus

97 En savoir plus

Manifestations dermatologiques du lupus : etude rétrospective à propos de 44 cas

Manifestations dermatologiques du lupus : etude rétrospective à propos de 44 cas

La protéinurie est la manifestation la plus fréquente de la néphropathie lupique, notée dans 100 % des cas, atteignant le syndrome néphrotique (> 3 g/24 heures) dans 45–65 % des cas. Une hématurie microscopique est notée dans près de 80 % des néphropathies lupiques à un stade ou un autre de l’évolution. La présence de cylindres urinaires signe l’origine rénale de l’hématurie microscopique, ce qui parfois peut permettre d’éliminer une cause urologique telle une tumeur urothéliale. L’atteinte rénale est souvent précoce, survenant dans les trois premières années d’évolution du lupus systémique. L’insuffisance rénale est néanmoins rarement présente lors des phases initiales de la maladie mais peut survenir dans les années qui suivent et même parfois conduire à l’épuration extrarénale (72).
En savoir plus

130 En savoir plus

Les dcompensations de bronchopneumopathies chroniques obstructives en ranimation A propos de 30 cas

Les dcompensations de bronchopneumopathies chroniques obstructives en ranimation A propos de 30 cas

Mesures satellites : 6. Pronostic Il existe une amélioration globale du pronostic des décompensations BPCO au fil du temps selon plusieurs études.la mortalité hospitalière chez des patients nécessitant un séjour en soins intensifs se situe entre 24% et 30 % [58].D’après Un travail [59] sur la survie des malades après sortie du service de réanimation la mortalité était de 24 % à un an, 32% deux ans et 39 % à trois ans. Les courbes de survie selon le type de ventilation utilisé pendant le séjour en réanimation sont montrées dans la figure (7) le pronostic à long terme était meilleur chez les patients ventilés par VNI que chez ceux ventilés par VMC. Pour les patients ayant reçu la VNI, la mortalité était de 11% à 1 an, 23 % à deux et 28 % à trois ans, alors que pour ceux pris en charge par VMC la mortalité à 1 an était de 30 %, à deux ans de 38 % et à 3 ans de 48 %.
En savoir plus

112 En savoir plus

Show all 10000 documents...