Haut PDF Évaluation de 3 programmes de réhabilitation

Évaluation de 3 programmes de réhabilitation

Évaluation de 3 programmes de réhabilitation

l'amicale des locataires comme nous avons des contacts avec les autres amicales de la ville, on travaille en transparence, les amicales sont très demandeurs des travaux importants, dem[r]

85 En savoir plus

Réhabilitation améliorée après chirurgie colorectale : évaluation initiale des pratiques dans les services de chirurgie digestive du CHU de Nice

Réhabilitation améliorée après chirurgie colorectale : évaluation initiale des pratiques dans les services de chirurgie digestive du CHU de Nice

Figure 1 : Schéma simplifié des mécanismes d'agression chirurgicale avec la cascade de réactions neuro-hormonales par le biais de l'axe hypothalamo-hypophysaire, aboutissant à une libération de cytokines source de dysfonctionnement de plusieurs organes. Il en résulte des phénomènes de catabolisme et surtout une résistance à l'insuline, d’après (11). Basé sur un rationnel physiologique fort, porté par les progrès techniques, et étoffé par l’élargissement des connaissances, le concept de RAC a intégré progressivement de nouveaux éléments, et s’est généralisé à toutes les spécialités chirurgicales. De nombreux groupes professionnels et sociétés savantes se sont formés à travers le monde dans l’objectif de diffuser ce concept (12). En France et dans les pays francophones, le Groupe francophone de Réhabilitation Améliorée après Chirurgie « GRACE », créé en 2014, promeut le concept de RAC, fournit des protocoles et outils pour la mise en place de programmes, et a même développé un label « GRACE » pour les établissements s’engageant dans la démarche ( www.grace-asso.fr ).
En savoir plus

51 En savoir plus

L’offre de programmes universitaires des sites hors-campus au Québec : ampleur, logiques décisionnelles et évaluation de ses impacts

L’offre de programmes universitaires des sites hors-campus au Québec : ampleur, logiques décisionnelles et évaluation de ses impacts

Écart-type 17 547,72 1 398,78 Non comptabilisés : INRS, TELUQ, ENAP. Tout d’abord, le minimum d’EEETP sur le campus principal est de 0 et il en est ainsi pour quatre domaines, soit santé, multidisciplinaire, génie et droit. Lorsqu’une université ne déclare aucun EEETP sur un site (campus principal ou hors-campus), c’est fort probablement parce qu’elle n’offre aucun cours du domaine visé dans le lieu en question. Un nombre quasi identique d’EEETP est affiché pour l’administration, c’est-à-dire de 0,10 et suivent de près les sciences sociales avec 1,60. Par la suite, on retrouve 15,77 pour les arts et lettres et enfin 109,12 d’EEETP minimal pour les sciences pures. Pour ce qui est du maximum, le plus grand nombre d’EEETP est observé dans le domaine des sciences sociales (11 560,01). Le domaine en deuxième place est la santé (9 093,04) et les sciences pures (5 332,50) sont en troisième position. Les arts et lettres et l’administration se suivent de près en obtenant respectivement 4 673,99 et 4 296,45 d’EEETP maximaux. En sixième position se trouve le génie (3 799,45), en septième le droit (1 829,26) et en huitième et dernière place, le domaine multidisciplinaire (1 243,42). En moyenne, on retrouve 22 911,01 EEETP par domaine dans les universités au Québec et l’écart- type est de 17 547,72.
En savoir plus

127 En savoir plus

Évaluation et amélioration de l'échantillonnage par lot pour l'assurance de la qualité (LQAS) pour le suivi de programmes d'aide humanitaire

Évaluation et amélioration de l'échantillonnage par lot pour l'assurance de la qualité (LQAS) pour le suivi de programmes d'aide humanitaire

de type II dans ce cas dépasse la valeur de β = 10%. Il semble que la loi normale avec transformation arcsin ( √ x ) permet de mieux contrôler les erreurs de type I et II. 4.3 Exemple illustratif Supposons qu’on dispose de k = 5 proportions, on souhaite comparer chaque proportion à la moyenne des 4 autres proportions. L’objectif est d’appliquer la correction de Bonferroni et voir comment le clas- sement des régions d’intervention est affecté. On reprend les données la table 3.4 du chapitre 3 et on obtient les tables 4.4 . On réalise la comparaison multiple avec le test exact de Fisher, l’approximation par la loi normale avec et sans transformation arcsin ( √ x ) .
En savoir plus

153 En savoir plus

Intégration d'un parcours d'initiation au DELF Junior aux programmes français du Cycle 3 en école d’immersion aux États-Unis

Intégration d'un parcours d'initiation au DELF Junior aux programmes français du Cycle 3 en école d’immersion aux États-Unis

. Explicitation de faits linguistiques grâce aux règles de FLE ...................................................................................................41 3.2. Grilles d’évaluation positive ....................................................................................................................................................41 3.3. Perspective actionnelle et interculturelle .................................................................................................................................42 C HAPITRE 5. L’ EVALUATION ET L ’ AUTONOMISATION POUR L ’ ENSEIGNEMENT - APPRENTISSAGE .................................. 43 1. L ES FONCTIONS DE L ’ EVALUATION POUR L ’ ENSEIGNANT ....................................................................................... 43 1.1. L’évaluation diagnostique .......................................................................................................................................................43 1.2. L’évaluation formative ............................................................................................................................................................43 1.3. L’évaluation sommative ..........................................................................................................................................................44 2. L ES OUTILS EVALUATIFS AU SERVICE DE L ’ APPRENANT ......................................................................................... 44 2.1. L’approche critériée .................................................................................................................................................................44 2.2. L’auto et l’hétéro-évaluation ...................................................................................................................................................45 2.3. Les situations authentiques ou simulées
En savoir plus

111 En savoir plus

Rapport de stage en évaluation de programmes à l'Agence spatiale canadienne

Rapport de stage en évaluation de programmes à l'Agence spatiale canadienne

16 3. Méthodologie de recherche et d’intervention Cette section présente la méthode d’évaluation ainsi que les outils de collecte de données qui ont été développés, puis utilisés pour mener à bien le mandat d’évaluation qui fait l’objet de ce rapport. Cette dernière a été mené selon un processus de recherche descriptif qualitatif au sens de Fortin & Gagnon (2016). Ce choix de stratégie de recherche a été effectué dans un cadre pragmatique, mais aussi en raison du fait que les autres stratégies de recherche, incluant celle de la théorisation ancrée, n’étaient pas tout-à-fait adaptées au contexte de l’évaluation, au genre d’intervention qu’il était nécessaire d’évaluer et au type de données avec lesquelles il était nécessaire de travailler. Ce sont donc les besoins liés à la réalisation du mandat, qui nécessitant la mise en place d’une stratégie d’évaluation sur mesure tenant compte d’un contexte et d’un objet d’évaluation bien précis, ont justifié l’utilisation de cette méthode de recherche. Plus précisément, c’est justement le besoin de sortir des sentiers battus pour réaliser le mandat, additionné au penchant pragmatique de l’évaluation, qui ont motivé le choix de cette méthode de recherche, puisque tel que le disent Fortin & Gagnon (2016) : « elle [la recherche descriptive qualitative] sert aussi de véhicule pour présenter des méthodes qui n’entrent pas nécessairement dans une classification. » (p. 35).
En savoir plus

85 En savoir plus

Évaluation environnementale des programmes d'efficacité énergétique de Gaz Métro

Évaluation environnementale des programmes d'efficacité énergétique de Gaz Métro

3 Décision d’investissement en efficacité énergétique La littérature économique cherche à expliquer pourquoi des mesures d’efficacité énergétique rentables ne sont pas davantage implantées. À cette fin, Jaffe et Stavins (1994) ont développé le concept d’écart entre le niveau actuel d’investissement en efficacité énergétique et le niveau d’investissement optimal (energy efficiency gap). C’est par cet écart que les chercheurs tentent d’expliquer pourquoi le taux de pénétration des appareils à haute efficacité énergétique est relativement faible (Croucher, 2011). L’écart entre les niveaux d’efficacité énergétique actuel et optimal est très complexe à estimer (Sutherland, 1996; Alcott et Greenstone, 2012) puisqu’il n’y a pas qu’une seule manière de déterminer le niveau optimal d’efficacité énergétique (Jaffe et Stavins, 1994). Les deux méthodes les plus utilisées dans la littérature sont la méthode technico-économique et la méthode économique. L’utilisation de ces deux méthodes génère de grands écarts entre les estimations.
En savoir plus

73 En savoir plus

Évaluation de l'impact de l'utilisation d'un protocole d'anesthésie sans morphinique dans la réhabilitation post-opératoire au cours de la chirurgie de la thyroïde

Évaluation de l'impact de l'utilisation d'un protocole d'anesthésie sans morphinique dans la réhabilitation post-opératoire au cours de la chirurgie de la thyroïde

Ainsi, des programmes de RAAC sont développés depuis quelques années en France et ont fait preuve de leur efficacité à travers différentes études (29). Ils font d’ailleurs l’objet de recommandations de l’HAS depuis 2016. Pendant la période pré-opératoire, les techniques utilisées sont adaptées pour limiter la douleur, réduire le risque de complications et favoriser une autonomie rapide. Une prise en charge optimisée de la douleur permet au patient de reprendre plus rapidement des activités normales et de gagner en autonomie.

81 En savoir plus

Évaluation de la satisfaction-patient après mise en place d'un programme de réhabilitation améliorée après chirurgie cardiaque (RAAC)

Évaluation de la satisfaction-patient après mise en place d'un programme de réhabilitation améliorée après chirurgie cardiaque (RAAC)

Ces solutions ont prouvé lors de leur administration préopératoire, une meilleure régulation glycémique dans la période postopératoire [38], avec une amélioration de la sensibilité à l’insuline [39][40]. Par ailleurs, une très récente méta-analyse [41] sur 9 études (n=509 malades) en chirurgie cardiaque retrouve certains résultats très en faveur, même surprenants. Ils mettent en évidence une réduction de 20% dans l’emploi de drogues vasopressives, une baisse de 50% de la durée de séjour, de 28% de la durée de clampage aortique ainsi que de 35% au recours à l’insuline postopératoire. Cependant, cette méta-analyse, après une sélection drastique, utilise 3 études d’un premier auteur et 2 études d’un 2 e auteur, pouvant engendrer un fort risque de biais de publication. En effet, une revue de la Cochrane Library [42] publiée en 2014 ne retrouve aucun de ces effets de manière aussi prononcée. Les auteurs allèguent un faible niveau de preuve global de ces études et même si certains effets tels qu’une réduction très minime de la durée de séjour, ou une baisse de l’insulino-résistance sont allégués, aucune différence n’est retrouvée sur les complications postopératoires comparée au placebo.
En savoir plus

103 En savoir plus

Évaluation des programmes d'infrastructure : ordre optimal de réalisation sous contrainte financière

Évaluation des programmes d'infrastructure : ordre optimal de réalisation sous contrainte financière

rapport d’audit de 2003. Les sources sur les coûts proviennent des documents précédents, du rapport de la cour des comptes (1999) et de TDIE-Isis/Setec International (2002). Toutes ces données sont calculées pour une mise en service en 2000. En décembre 2003, le Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire (CIADT) décide de créer l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport en France (AFITF). C’est une ressource nouvelle, « débudgétisée », d’un montant prévu de 635 millions d’euro en 2005. Le financement des projets en cours qui n’ont pas été inscrit lors de ce CIADT sera poursuivi. Une enveloppe de 844 millions d’euros en autorisation de programme est ouverte sur le budget général, dont 536 millions d’euros pour le secteur routier. Plus généralement, les dépenses en infrastructures de transports allouées aux autoroutes concédées oscillent entre 1,5 et 3 milliards d’euros depuis 1990 21 . Le taux de subvention moyen étant très certainement inférieur à 50% à cette époque 22 , il est très possible que les subventions nationales aient été de 1,5 milliard d’euros par an au maximum pour les autoroutes concédés. La figure 4 nous oriente donc vers un coût d’opportunité qui serait supérieur à 1.
En savoir plus

38 En savoir plus

Évaluation de la pragmatique d'enfants tout-venant et sourds de 3 à 7 ans

Évaluation de la pragmatique d'enfants tout-venant et sourds de 3 à 7 ans

1. La surdité du jeune enfant : les chiffres La surdité touche chaque année près de huit cents enfants à la naissance (INPES, 2005) [60] avec une prévalence de 1/1000 (Comité Consultatif National d’Ethique, 2008) [25]. D’autres enfants deviendront sourds avant l’âge de 2 ans. Première cause de handicap sensoriel chez l’enfant, elle entrave le développement de la communication et l’accès au langage (INPES, 2005) [60] et peut gêner la scolarité, même si ses conséquences sont plus ou moins marquées selon l’importance du handicap. L’INSERM rapporte que 40% de ces surdités sont sévères et profondes et trois quarts d’entre elles sont d’origine génétique (Dumont, 2008) [41]. Parmi elles, 75% sont isolées, 25% sont syndromiques (Blanchard et al., 2012) [17]. En 10 ans, les pratiques dans ce domaine ont grandement évolué : progrès des implants cochléaires et des prothèses auditives, programmes de prise en charge précoce, avancées de la génétique (Mondain et Brun, 2009) [82].
En savoir plus

145 En savoir plus

Programmes de recherches en didactique des langues germaniques à l'ULg ces dix dernières années : présentation et évaluation

Programmes de recherches en didactique des langues germaniques à l'ULg ces dix dernières années : présentation et évaluation

2. Le questionnaire de satisfaction des élèves montre que ceux-ci sont globalement ‘satisfaits’ à ‘très satisfaits’. 3. L’interview des jeunes enseignants : séquence très ‘chronophage’ mais le bilan est globalement très positif. 4. Travail simultané de quatre groupes homogènes : peut

36 En savoir plus

Évaluation des pratiques professionnelles en vue de l'instauration d'un protocole de réhabilitation précoce adapté à la cystectomie au CHU d'Amiens

Évaluation des pratiques professionnelles en vue de l'instauration d'un protocole de réhabilitation précoce adapté à la cystectomie au CHU d'Amiens

Matériel et méthode : Nous avons analysé de manière monocentrique et rétrospective 98% (45/46) les cystectomies réalisée à but carcinologique du 1 er janvier 2016 au 31 décembre 2018 au CHU d’Amiens et comparé nos résultats aux méta-analyses récentes. Résultats : Notre population est comparable à la littérature avant application d’un protocole de réhabilitation précoce. Notre service présente la particularité de réaliser moins de chirurgie coelioscopique que le taux retrouvé dans la littérature (2% contre 25%) et un taux de dérivations urinaires par urétérostomies cutanées important (24% contre 9,8%) ainsi que des complications à J30 post opératoire significativement augmenté par rapport à la littérature (42% contre 14,9%). Le service ne remplit actuellement, de manière satisfaisante, que 3 des 21 critères décrient par les protocoles de réhabilitation précoce.
En savoir plus

65 En savoir plus

Étude de l'aide à la décision par optimisation multicritère des programmes de réhabilitation énergétique séquentielle des bâtiments existants

Étude de l'aide à la décision par optimisation multicritère des programmes de réhabilitation énergétique séquentielle des bâtiments existants

1 824 43:37 "34369A27A4B.FE668F867AB724B862C2A9B2C278622A Les programmes de réhabilitation énergétique séquentielle de la barre Grimaud sont iden- tifiés par l’algorithme NSGA II implémenté, à partir d’une population initiale aléatoire de solu- tions. Les résultats sont ici présentés sous la forme des fronts de solutions non-dominées pour différentes générations d’individus, décrivant la surface de compromis accessible à la décision. Le résultat de l’optimisation génétique multicritère est une surface de compromis, ici en dimen- sion 7, qu’il est difficile de visualiser et d’analyser sans recourir à ses projections. Aussi, les so- lutions obtenues après 100 générations sont représentées sur les 21 graphes à deux dimensions définis par les couples de fonctions objectifs parmi les 7 critères considérés (Figure 47). Sur les différents graphiques, les solutions non-dominées des générations 1, 10, 20, 30, 40, 50, 60, 70, 80, 90 et 100 sont figurées par leur projection sur les plans définis par deux critères. Les ana- lyses précédentes ont montré que le front de Pareto évoluait peu au-delà de la génération 100. La Figure 47 permet d’établir différents constats sur la forme des compromis :
En savoir plus

415 En savoir plus

Évaluation de la mise en place d'un protocole de réhabilitation améliorée après césariennes urgentes et programmées à la maternité de Bordeaux

Évaluation de la mise en place d'un protocole de réhabilitation améliorée après césariennes urgentes et programmées à la maternité de Bordeaux

3 A Maxence, déjà plus de vingt ans qu’on se connaît et malgré que tu sois parti enseigner aux allemands comment faire du bon vin, je sais que tu seras toujours là quoiqu’il arrive. A Maxime et à Paul, plus de vingt-cinq ans également à être à côté de vous. Comme quoi le fait de refuser d’aller en cours en primaire si je n’étais pas dans la même classe que vous aura porté ses fruits ! On aura réussi à s’éparpiller pour le coup aux quatre coins de la France mais Ancenis city center restera le point de ralliement.

55 En savoir plus

Les relations entre production d’écrit et enseignement de la langue 
dans les manuels de cycle 3 issus des programmes 2015

Les relations entre production d’écrit et enseignement de la langue dans les manuels de cycle 3 issus des programmes 2015

Les relations entre production d’écrit et enseignement de la langue dans les manuels de cycle 3 issus des programmes 2015 Le rôle des activités d’écriture dans la formation des compétences langagières est une des premières questions dont s’est emparée la didactique de l’écriture à ses débuts : l‘écrit constituait la « pierre d’achoppement de l’enseignement du français » pour Jean-François Halté (1992). L’analyse des effets négatifs de la rédaction sur l’apprentissage de l’écriture étaient décrits ainsi par Caroline Masseron (1989) : « le plus souvent, la rédaction apparait au terminal d’un processus de travail, au lieu d’être à l’initiale. Elle est, dans de trop nombreux cas, le support privilégié du contrôle des connaissances : à elle toute seule, elle permet de vérifier l’acquisition d’un savoir en orthographe, en grammaire, en compréhension de texte. » Cette position terminale avait pour corollaire la périodicité limitée des exercices, tant dans l’enseignement primaire (Manesse, 1988) qu’au collège (Rapport de l’Inspection générale, 1992). Par ailleurs, la rédaction ainsi conçue excluait une grande partie des autres pratiques scripturales, qui ne bénéficiaient pas non plus d’un enseignement comme le soulignait Yves Reuter (1996) : « prises de notes, résumés, dossiers, textes réflexifs, informatifs, argumentatifs, injonctifs… Ces pratiques et ces textes, très diversifiés et omniprésents, ont en commun de n’avoir longtemps pas été travaillés en tant que tels. Tout au plus se lamentait-on sur les dysfonctionnements constatés, et cela en termes très généraux (« Ils ne savent pas travailler ! », « Ils manquent de méthode ! »).
En savoir plus

33 En savoir plus

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Évaluation des changements d'attitudes vis à vis de l'environnement dans des programmes d'éducation environnementale

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Évaluation des changements d'attitudes vis à vis de l'environnement dans des programmes d'éducation environnementale

Le procédé, basé sur des enquêtes, préféremment utilisé par notre équipe dans différentes recherches de soutien à l'éducation pour l'environnement consiste à présenter des séries de pair[r]

5 En savoir plus

Vivre dans les programmes

Vivre dans les programmes

Cette liberté au sein des mondes artificiels, qui reste à construire, est à relier au concept de virtualité. Pour Flusser, la programmation n’est que la réalisation des différentes poten- tialités (« virtualités ») contenues dans les pro- grammes, à la manière du génome biologique. Ainsi, pour Flusser, l’artiste-photographe est celui qui parvient à réaliser de nouvelles virtua- lités (informations) dans ce que permet l’appa- reil-photo, et qui par-là, en quelque sorte, le dé-programme. La « vie artificielle » qu’appelle Flusser n’est donc pas dépourvue de pro- grammes. Elle n’est pas non plus une société où chacun serait programmeur, car la complexité technique d’une telle visée semble insurmon- table. Selon Flusser, c’est dans les notions de jeu et de hasard, soit donc, dans l’acceptation du caractère absurde et non discrétisable de l’exis- tence humaine, qu’une issue est possible. Si nous devons vivre dans les programmes, c’est bien de programmes « dialogiques » dont nous avons besoin. Cette problématique notion de dialogue – qui tend à disparaître du Web à mesure que ce dernier, sous le poids de l’appétit des GAFAM, se verticalise en TV (en apps) – nous semble, en creux, incarner la méthode d’écriture de Flusser. La brièveté de ses textes et leurs multiples contradictions et provocations peuvent ainsi se comprendre comme une façon d’offrir au lecteur un espace où intercaler ses réflexions. Dans la préface de la version fran- çaise (inédite) de son essai Post-Histoire, Flus- ser explique que ses écrits doivent être compris comme des « modes d’emploi », expression que l’on pourrait rapprocher de la dimension pres- criptive des programmes. Mais, ajoute-t-il juste après, « le titre “mode d’emploi” est une farce bien sûr. Il n’est question ni de prescriptions ni d’être consommé. Le mode d’emploi, une fois lu, doit être jeté, et que le lecteur fasse l’usage du texte qu’il veut ».
En savoir plus

8 En savoir plus

Évaluation de la sécurité des ingrédients cosmétiques destinés aux enfants de moins de 3 ans

Évaluation de la sécurité des ingrédients cosmétiques destinés aux enfants de moins de 3 ans

produit cosmétique, conservé dans des conditions appropriées, continue à remplir sa fonction initiale et reste notamment conforme à l’article 3 du règlement cosmétique européen. La date de durabilité minimale est précédée du symbole figurant à l’annexe VII (figure 10) ou de la mention : "A utiliser de préférence avant fin", suivie soit de la date elle-même, soit de l’indication de l’endroit où elle figure sur l’emballage. La date de durabilité minimale est clairement mentionnée et se compose dans l’ordre, soit du mois et de l’année, soit du jour, du mois et de l’année. En cas de besoin, ces mentions sont complétées par l’indication des conditions qui doivent être remplies pour assurer la durabilité indiquée.
En savoir plus

115 En savoir plus

Évaluation à 3 ans du traitement des angiodysplasies du grêle par plasma argon en entéroscopie

Évaluation à 3 ans du traitement des angiodysplasies du grêle par plasma argon en entéroscopie

Matériels et méthodes : Il s’agit d’une étude observationnelle analytique rétrospective sur 6 ans, multicentrique, conduite sur l’assistance publique des hôpitaux de Marseille (APHM). Le critère de jugement principal était la survenue d’une récidive d’un saignement dans les 3 ans suivant le traitement par plasma argon. 73 patients ont été inclus de Janvier 2011 à Juin 2017, 14 patients ont été perdus de vue. Les analyses statistiques ont finalement porté sur 62 patients pour lesquels a été étudié les potentiels facteurs de risque de survenue de récidive : la prise d’antiagrégant plaquettaire ou d’anticoagulant, la présence de comorbidités (rétrécissement valvulaire aortique, insuffisance rénale, cirrhose, maladie de Rendu Osler, maladie de von Willebrand, gammapathie).
En savoir plus

52 En savoir plus

Show all 9062 documents...