Haut PDF Évaluation des connaissances sémantiques sur les objets et les personnes célèbres dans les stades débutants de la maladie d'Alzheimer

Évaluation des connaissances sémantiques sur les objets et les personnes célèbres dans les stades débutants de la maladie d'Alzheimer

Évaluation des connaissances sémantiques sur les objets et les personnes célèbres dans les stades débutants de la maladie d'Alzheimer

Plus spécifiquement, l’objectif de ce projet est de déterminer (i) si les troubles de la dénomination observés dans le stade débutant est associée à une détérioration sémantique des conc[r]

85 En savoir plus

Évaluation des connaissances sémantiques liées aux personnes célèbres dans la maladie d'Alzheimer, la démence sémantique et l'aphasie primaire progressive

Évaluation des connaissances sémantiques liées aux personnes célèbres dans la maladie d'Alzheimer, la démence sémantique et l'aphasie primaire progressive

31 Discussion La capacité à dénommer des visages est un processus complexe, d’importance majeure au quotidien. Les déficits d’identification des visages sont fréquents dans le vieillissement normal, et peuvent être particulièrement sévères dans les démences liées à l’âge comme la MA. Ces difficultés de dénomination sont rencontrées dès les phases initiales de la MA, l’APP et la DS et font partie des critères diagnostiques des pathologies. Déterminer la nature réelle de ces difficultés peut s’avérer difficile, d’autant plus que les personnes qui se plaignent d’oublier des visages ne font pas la distinction entre difficultés de dénomination et difficultés de reconnaissance. L’identification faciale est susceptible d’être perturbée au niveau de l’encodage perceptuel (comme dans l’agnosie aperceptive), de l’élaboration associative (comme dans l’agnosie associative) ou encore dans le lien entre les percepts et le nom correspondant (comme dans l’aphasie anomique), (Gefen et al., 2013). En plus des difficultés d’identification des visages, la MA et la DS engendrent des troubles sémantiques, notamment des troubles relatifs aux personnes, entités plus fragiles au sein du système sémantique du fait de leur caractère unique. Dans la DS, ces troubles correspondent à une dégradation du stock sémantique tandis que dans la MA, la nature de ces troubles ne fait pas consensus. Il s’agit, pour certains auteurs, de troubles d’accès aux représentations sémantiques (Duong et al., 2006) et d’une dégradation centrale des connaissances, pour d’autres (Laisney et al., 2010).
En savoir plus

50 En savoir plus

Les troubles du calcul et des connaissances sémantiques des nombres dans la maladie d'Alzheimer

Les troubles du calcul et des connaissances sémantiques des nombres dans la maladie d'Alzheimer

86 en calcul dès les stades précoces de la DTA suivi d’une relative stabilité des troubles (ou d’une dégradation moins importante) jusqu’à ce que la démence s’aggrave rapidement. C’est notamment ce qui a été montré dans la démence sémantique, où les difficultés lexicales restent stables et le handicap modéré pendant les premières années avant une dégradation plus prononcée et plus rapide des capacités [79]. Il serait intéressant d’explorer plus en détail cet effet palier en analysant les résultats d’un échantillon de patients Alzheimer plus important et représentatif de tous les stades de la maladie. Nous pouvons également émettre l’hypothèse que les déficits en calcul sont indépendants des troubles des autres domaines cognitifs et des scores obtenus par le MMSE, simple outil de screening, rejoignant ainsi les conclusions des travaux de Carlomagno, qui ne mettent en évidence aucune corrélation avec le MMSE [29]. Pour résumer nous retiendrons que 6 épreuves sont corrélées à la sévérité de la démence en précision (37.5%) : les multiplications et les divisions simples, le calcul mental et les problèmes, ainsi que les connaissances encyclopédiques et la lecture d’horloge. La réussite à ces épreuves est donc dépendante d’un MMSE relativement élevé, correspondant au stade léger de la maladie d’Alzheimer. En revanche, 62.5% des épreuves sont très significativement corrélées au score au MMSE, en termes de temps de réalisation, confirmant la nécessité de chronométrer les performances des patients lors d’une évaluation des troubles du calcul et des connaissances sémantiques liées aux nombres.
En savoir plus

146 En savoir plus

Conception, réalisation et évaluation d’un système interactif dédié à la réduction des risques de chutes pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson

Conception, réalisation et évaluation d’un système interactif dédié à la réduction des risques de chutes pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson

6.1 Introduction La maladie de Parkinson est l’une des maladies neurodégénératives les plus courantes. Chez les PAMP, la démarche se caractérise par des troubles tels que la festination (une réduction de la longueur des pas, une démarche traînante, une augmentation de la cadence de la marche) et souvent l’enrayage cinétique ou le blocage moteur. Tout ceci peut également être accompagné d'une difficulté de démarrage et d'arrêt de la marche due en partie à la rigidité musculaire [190, 191]. De plus, les troubles d’équilibre et de la marche s’aggravent avec la progression de la maladie limitant fortement l'autonomie fonctionnelle et la qualité de vie de la personne atteinte. De ce fait, le but principal des traitements consiste désormais à assurer une meilleure qualité de vie aux patients à travers des méthodes de prévention des chutes ; car en raison de la multi-morbidité chez les personnes âgées, un diagnostic exact est souvent difficile à établir. Pour ce faire, l’état fonctionnel du patient est évalué à l’aide des tests cliniques et les déficits sont atténués par des moyens de réadaptation. Dans les tests cliniques, diverses nouvelles technologies sont exploitées pour obtenir une indication plus objective ou quantitative de chacun des troubles de la marche. De nombreux travaux de recherche montrés dans les chapitres précédents et également résumés par Sprint et coll. [192], ont mis en œuvre des dispositifs intelligents portables afin d'analyser certains paramètres de la marche qui sont liés au risque de chute. Dans les chapitres précédents (chapitre 2 à 5), une semelle interactive a été proposée et utilisée pour réduire les coûts d’acquisition de dispositifs d’analyse de la marche de façon à effectuer un test clinique à domicile. Pour l’analyse de la marche et le calcul du risque de chute, cette semelle interactive comprend différents capteurs pour évaluer la cadence, le temps et la longueur de foulée, le cycle de la marche, la position du centre de pression. Après l'évaluation du risque de chute aux chapitres 3, 4 et 5, dans cette partie, nous proposons de trouver les meilleures stimulations pour réduire le risque sur différents types de sol.
En savoir plus

180 En savoir plus

L'évaluation formative de la collaboration et de la créativité  éclairée par des mesures sémantiques dans un contexte de coélaboration de connaissances

L'évaluation formative de la collaboration et de la créativité éclairée par des mesures sémantiques dans un contexte de coélaboration de connaissances

méthodes pour estimer le nombre de thèmes, basées sur le spectre des valeurs singulières du problème, mais que par expérience, ces méthodes ne sont pas robustes du tout ». Il ajoutait : « le conseil de base dans votre situation est de constituer un nuage de points des valeurs optimales de k en fonction de la taille des corpus, ces valeurs optimales de k provenant d‘une mesure indépendante et objective de la qualité du modèle. Avec de la chance, cela peut permettre de faire émerger une fonction prédictive de k adaptée au contexte étudié » (traduction libre de l‘anglais). Cette dernière approche proposée était très similaire à la méthode que nous venions de mettre de côté. Elle différait en ce qu‘elle requérait une évaluation humaine objective de la qualité des modèles générés. Nous avons décidé de la mettre de côté également. D‘une part, la mise en place d‘un tel dispositif d‘évaluation humaine des analyses semblait logistiquement irréalisable dans le cadre de cette étude. De fait, il aurait fallu constituer une grande banque de jugements humains sur la qualité de chacune des analyses, celles-ci pouvant se compter par centaines. D‘autre part, elle ne fournissait aucune garantie que l‘on pourrait généraliser son utilisation dans l‘ensemble de nos données.
En savoir plus

138 En savoir plus

Réseaux sémantiques étendus pour la gestion d’informations et de connaissances dans le domaine de la Toxicologie Nucléaire Environnementale

Réseaux sémantiques étendus pour la gestion d’informations et de connaissances dans le domaine de la Toxicologie Nucléaire Environnementale

Projet de recherche Cyclone Réseaux sémantiques étendus pour la gestion d’informations et de connaissances dans le domaine de la Toxicologie Nucléaire Environnementale Le programme ToxNuc-E rassemble plus de 600 chercheurs du CEA, du CNRS, de l’INRA et de l’INSERM sur le thème de la Toxicologie Nucléaire Environnementale. Dans ce contexte, notre travail consiste à imaginer et mettre en œuvre de nouveaux outils, essentiellement logiciels, pour accompagner ces chercheurs répartis en 15 projets scientifiques : dans la gestion d’informations et de connaissances, et dans la quête d’informations.
En savoir plus

2 En savoir plus

Pépite | Mémoire et apprentissage procédural dans le cadre de la maladie d'Alzheimer : quelles possibilités en phase légère à modérée ? : évaluation du logiciel "Aphasie et pragmatique" auprès de quatre patients Alzheimer

Pépite | Mémoire et apprentissage procédural dans le cadre de la maladie d'Alzheimer : quelles possibilités en phase légère à modérée ? : évaluation du logiciel "Aphasie et pragmatique" auprès de quatre patients Alzheimer

Quatre patients, pour lesquels le diagnostic de maladie d'Alzheimer a été posé, ont participé à notre étude. Nous les avons suivis une à deux fois par semaine, sur une période de six mois. La mémoire procédurale est, d'après les constats de plusieurs études, la mieux préservée dans cette maladie. Nous nous proposons de juger de l'efficience de cette mémoire dans le cadre de la maladie d'Alzheimer, malgré l'avancée de celle-ci. Les épreuves du logiciel traitent de capacités concrètes (argent, heure) et d'exercices langagiers (le bon choix, correspondances multiples, phrases dans le désordre). La stimulation cognitive, proposée au cours de notre étude, vise la procéduralisation de certaines compétences cognitives et, à terme, un transfert des acquis à la vie quotidienne. Ce support se veut écologique et se base sur le pragmatisme, son but premier étant le maintien de l'autonomie et l'amélioration de la qualité de vie du patient et de l'entourage. La stimulation cognitive participe à la valorisation des compétences du patient et a pour objectif la préservation des fonctions cognitives, le plus longtemps possible.
En savoir plus

171 En savoir plus

Les approches non-pharmacologiques des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence dans la prise en charge des personnes ayant un trouble neurocognitif majeur de type Alzheimer ou une maladie apparentée par les infirmières en Groupe de Médec

Les approches non-pharmacologiques des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence dans la prise en charge des personnes ayant un trouble neurocognitif majeur de type Alzheimer ou une maladie apparentée par les infirmières en Groupe de Médecine Familiale

1.0 PROBLÉMATIQUE 1.1 Contexte de la recherche La population mondiale est en pleine reconfiguration démographique. En effet, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les populations de la majeure partie des pays du monde ont maintenant une espérance de vie de plus de 60 ans. Ceci est principalement dû aux effets combinés de la baisse de la mortalité infantile depuis les 50 dernières années dans les pays ayant des revenus faibles à intermédiaires et de l’augmentation de l’espérance de vie dans les pays ayant des revenus plus élevés. Ces deux phénomènes expliquent la transition démographique vers une population mondiale vieillissante (OMS, 2016). Au Canada, pour la première fois de son histoire, le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus a dépassé le nombre de personnes âgées de 0 à 14 ans en 2015 (Statistique Canada, 2015). Le Canada n’échappe pas donc pas au phénomène du vieillissement de la population. La population québécoise ne fait également pas exception et suit les tendances mondiale et canadienne en termes de vieillissement de la population. Ainsi, selon l’Institut de la Statistique du Québec (ISQ), la variation du poids démographique des 65 ans et plus au Québec, selon les scénarios les plus récents (2015), est représentée par les pourcentages suivants : en 1950, les personnes âgées de 65 ans et plus représentaient 5,7% de la population, en 2010, ce pourcentage passait à 15,3%, en 2030 il est prévu de passer à 25,0% et, enfin, en 2050, 27% de la population québécoise sera âgée de 65 ans et plus. (ISQ, 2015). De plus, une étude sur la prévalence des troubles neurocognitifs majeurs (TNCM) au sein de la population canadienne a montré qu’avec l’augmentation du nombre de personnes âgées vient l’augmentation de TNCM (Groupe de travail de l’Étude canadienne sur la santé et le vieillissement, 1994).
En savoir plus

119 En savoir plus

Activation des connaissances sémantiques en mémoire de travail verbale: une investigation par IRMf (résultats préliminaires)

Activation des connaissances sémantiques en mémoire de travail verbale: une investigation par IRMf (résultats préliminaires)

Introduction L’intervention des connaissances en mémoire à long terme (MLT) dans des tâches de mémoire de travail (MT) est bien démontrée: Notre capacité de stockage en MT est déterminée de manière critique par nos représentations langagières en MLT

33 En savoir plus

Élaboration et évaluation d’une stratégie d’application des connaissances pour les professionnels de la santé sur la détermination des objectifs de soins avec les personnes malades

Élaboration et évaluation d’une stratégie d’application des connaissances pour les professionnels de la santé sur la détermination des objectifs de soins avec les personnes malades

54 experts reconnus sur la base d’un savoir d’expérience dans la littérature. En effet, certains auteurs utilisent le terme « patient », d’autres celui d’« usager », de « client » de « consommateur » ou encore d’« expert par l’expérience ». Cette difficulté semble pouvoir s’expliquer en raison d’une mésentente pour désigner les personnes dont l’expertise repose d’abord sur leur expérience. Alors que certains auteurs préfèrent utiliser le terme « patient » afin d’englober le plus de personnes possible (p. ex. : des personnes malades, avec des incapacités, utilisant ou ayant reçu des services, les proches actuels ou passés, etc.), d’autres jugent ce terme trop associé à la maladie et à une représentation passive de la personne. Bref, cette mésentente contribue à augmenter la confusion et la controverse quant aux termes à utiliser, et explique la variété de termes existant dans la littérature associée à cette stratégie (Walsh, 2013). Par ailleurs, ces différents termes n’incluaient pas toujours les proches. Ainsi, il est possible qu’une recension comparable à celle-ci puisse porter exclusivement sur les initiatives qui sollicitent l’implication active des proches dans la formation des professionnels et observer des éléments spécifiques qui ont échappé à la présente recension. Enfin, peu d’études portant spécifiquement sur l’engagement actif des patients dans la formation des professionnels en contexte de CIP ont été recensées. Cela s’explique sans doute par la relative nouveauté des concepts de CIP et d’engagement actif des patients dans les curriculums de formation. Quoi qu’il en soit, il y aurait avantage à mener des études prospectives afin de vérifier la portée à long terme de ces formations.
En savoir plus

238 En savoir plus

Quels sont les objets égarés à domicile par les personnes âgées fragiles ? Une étude pilote sur 60 personnes

Quels sont les objets égarés à domicile par les personnes âgées fragiles ? Une étude pilote sur 60 personnes

Résumé La perte d’objets cause des conflits entre les personnes âgées fragiles et leur famille. Le projet Riddle utilise un robot compagnon pour aider des personnes âgées à retrouver des objets. La bibliographie sur le délire de vol ne donne pas de liste d’objets recherchés. L’objectif est de définir les objets les plus pertinents à localiser en réalisant un interrogatoire croisé, séparément, de 60 couples patient/aidant. Soixante-douze pour cent des patients recherchent des objets (82 % pour les aidants). Les objets utilisés les plus recherchés sont : lunettes (45 %), clés de maison (34 %), téléphone portable (31 %), porte-monnaie (26 %), télécommande (19 %), canne (22 %). Après équipement technique des objets ainsi définis, la mise en œuvre du service d’aide devra tenir compte de l’usage individuel.
En savoir plus

6 En savoir plus

Évaluation d'une intervention téléphonique individualisée menée auprès de soignants familiaux de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer

Évaluation d'une intervention téléphonique individualisée menée auprès de soignants familiaux de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer

L’objectif poursuivi dans cette recherche consiste à évaluer l'efficacité d'une intervention téléphonique individualisée visant à diminuer les symptômes dépressifs, l'anxiété, le sent[r]

333 En savoir plus

Étude pilote d‘un programme d‘exercices proactifs dans la maladie de parkinson stades léger à modéré

Étude pilote d‘un programme d‘exercices proactifs dans la maladie de parkinson stades léger à modéré

38 en un programme d‘exercices à domicile comprenant des exercices de renforcement des membres inférieurs, de flexibilité, d‘équilibre et de marche (intérieure et extérieure). Le programme durait six semaines et les résultats ont démontré une diminution du nombre de chutes. Une revue scientifique de 2010 de Morris et al (34) argumente sur les approches physiothérapiques reliées à la réadaptation de la marche pour les parkinsoniens. Selon eux, la réadaptation de cette clientèle devrait être basée sur trois éléments clés, soit l'enseignement de stratégies cognitives pour faciliter le mouvement et la stabilité posturale, éviter la spirale du déconditionnement et faire la promotion de l'activité physique pour prévenir les chutes et pour améliorer la qualité de vie. Le premier élément est basé sur des stratégies qui visent les déficits du contrôle moteur primaire au niveau des NGC, du cortex moteur et du tronc cérébral. Deux formes de stratégies existent selon eux, soit de contourner les NGC en utilisant des stratégies compensatrices ou encore faire un apprentissage moteur pour augmenter la performance dans la tâche pratiquée. Dans ce sens, l'entraineur du programme PEP attire l‘attention du patient sur l'amplitude des mouvements plutôt que sur la marche elle-même. Ceci est donc une stratégie compensatrice, car elle détourne l'attention en plus de donner des repères auditifs au patient. De plus, les grands mouvements aident à diminuer la bradykinésie, car ils augmentent la vitesse de marche. Morris et al (34) ont démontré que plusieurs personnes atteintes de la MP, sans atteintes cognitives ni instabilité posturale, pouvaient faire de plus long pas et marcher plus rapidement sur demande seulement en attirant leur attention à faire de grand pas (sans marqueur visuel). Pour leur part, Canning et al (35) ont démontré qu‘il était possible pour des sujets modérément atteints par la MP de faire un apprentissage moteur à la marche tout en exécutant des tâches cognitives. Selon Morris et al (34), cela suggère qu‘il faut utiliser différentes approches selon le stade de la maladie. Leurs recommandations pour ce qui est des sujets en stade léger à modéré de la MP seraient trois séances par semaine sur une période de six à huit semaines avec un physiothérapeute. En résumé, la section de la marche du PEP aide à traiter la bradykinésie, le freezing à la marche, la diminution de la longueur des pas et de la vitesse de marche ainsi que les troubles d‘équilibre dynamique et la diminution de la coordination.
En savoir plus

114 En savoir plus

Maladie de Schmallenberg : etats des lieux et actualisation des connaissances

Maladie de Schmallenberg : etats des lieux et actualisation des connaissances

manifeste chez le bovin adulte par une chute de la production laitière, de la fièvre, une diarrhée pouvant être sévère et des avortements. Une atteinte congénitale de type Arthrogrypose/Hydranenencephalie est décrite chez des agneaux, des chevreaux et des veaux. La maladie causée par le SBV est considérée comme non contagieuse, à transmission

1 En savoir plus

Reconnaissance des stades de sommeil à l'aide d'un outil de support à la décision basé sur les connaissances et la pratique des experts

Reconnaissance des stades de sommeil à l'aide d'un outil de support à la décision basé sur les connaissances et la pratique des experts

5 Conclusion La reconnaissance automatique des stades de sommeil ne doit pas être considéré comme un problème que l’on peut résoudre à l’aide d’un classifieur considérant chaque époque de façon isolée. Il est nécessaire de travailler à une échelle de temps plus fine afin de mieux prendre en compte les aspects dynamiques du sommeil. À cette échelle, un système expert semble plus approprié pour prendre une décision. Les règles d’inférence utilisées sont inspirées de celles du manuel de l’AASM. L’observation des experts de l’unité des pathologies du sommeil de la pitié salpêtrière dans leur pratique du scorage des données polysomnographiques a permis une formalisation, fidèle à la pratique, de ces règles. Testée sur une portion de signal comportant une époque interprétée avec erreur lorsqu’elle est scorée de façon isolée, notre méthode a permis de prendre la bonne décision.
En savoir plus

8 En savoir plus

Évaluation qualitative d’une intervention infirmière d’entretien motivationnel à domicile auprès des personnes âgées sédentaires vivant avec la maladie coronarienne

Évaluation qualitative d’une intervention infirmière d’entretien motivationnel à domicile auprès des personnes âgées sédentaires vivant avec la maladie coronarienne

15 Dans l’étude de Cleary et al. (2015), 28 participants ayant en moyenne 73 ans ont été interviewés dans le but de décrire et de comprendre leurs motivations et leurs barrières à l’exercice physique à 3, 6 et 12 mois suivant une chirurgie de pontage coronarien. Parmi les facteurs facilitants l’exercice, 3 mois après la chirurgie, les participants semblent être motivés par le fait de pouvoir retrouver leurs activités habituelles et d’améliorer leur condition de santé (Cleary et al., 2015). Ceux-ci percevaient, à ce moment, beaucoup moins de barrières à l’activité physique qu’à 6 ou 12 mois de rétablissement. Comme motivation, les participants mentionnent également que lorsque l’activité physique devient une habitude ou une routine, ce comportement est maintenu plus facilement (Cleary et al., 2015). Comme barrière, on s’aperçoit qu’à 3 mois suivants la chirurgie, la principale raison de ne pas faire d’activité physique est de manquer de motivation. À 6 et à 12 mois, les intérêts des participants semblent avoir changé. La principale barrière s’avère alors être que ceux-ci ont des priorités plus importantes que de faire de l’activité physique (Cleary et al., 2015). En lien avec les résultats de leur étude, Cleary et al. (2015) suggèrent de débuter des interventions de modification des habitudes rapidement durant la période de rétablissement suite à une chirurgie de pontage. Cette période semble être celle où les patients sont plus susceptibles d’être motivés à retrouver leur condition et activités qu’ils avaient avant la chirurgie. Ce moment serait donc plus propice à ce que ce comportement devienne une habitude avant que d’autres priorités surviennent. Les auteurs mentionnent également l’importance d’identifier les motivations à l’exercice afin que celles-ci surpassent les barrières et que la personne s’engage dans ce comportement (Cleary et al., 2015). Les participants à cette étude montraient un taux d’engagement à un programme de réadaptation cardiaque plus élevé que la moyenne des gens (Cleary et al., 2015). Ils se pourraient donc que ceux-ci possédaient des perceptions plus favorables à l’activité physique que les personnes âgées en général.
En savoir plus

180 En savoir plus

L'accès aux connaissances sémantiques chez les patients cérébrolésés frontaux via une épreuve de définition de mots

L'accès aux connaissances sémantiques chez les patients cérébrolésés frontaux via une épreuve de définition de mots

Selon Baddeley (1986), il existerait une relation étroite entre les concepts d’attention et de mémoire de travail (MDT), au point de faire correspondre le fonctionnement de l’administrateur central (AC) au système attentionnel superviseur (SAS) de Norman et Shallice (1980). Un déficit au niveau des processus inhibiteurs provoquerait également une surcharge pour la MDT, qui se retrouve à gérer des informations non pertinentes et ne parvient pas à supprimer d’autres informations devenues inutiles (Bjorklund et Harnishfeger, 1995 ; Zachs et Hasher, 1997). On sait notamment grâce à une étude d’imagerie cérébrale (PETscan) que le lobe frontal via le cortex frontal dorsolatéral est impliqué dans la mémoire de travail verbale (Petrides, Alivisatos, Meyer et Evans, 1993). En ce qui concerne la mémoire à court terme (MCT), Martin et ses collaborateurs (Martin et He, 2004 ; Martin et Romani, 1994 ; Martin, Shelton et Yaffee, 1994) proposent deux systèmes de buffers pour la rétention du matériel verbal, l’un serait chargé du maintien des informations phonologiques et l’autre des informations lexico-sémantiques (Martin et Saffran, 1997). Ce dernier serait d’ailleurs fortement lié au fonctionnement exécutif d’après Hamilton et Martin (2005, 2007), qui ont mis en évidence un effet d’interférence important sur des tâches d’inhibition verbale chez un patient présentant un déficit de la MCT au niveau sémantique. Ainsi, en cas de lésion frontale, les perturbations au niveau exécutif sont en étroite relation avec les difficultés au sein des autres processus cognitifs, notamment en terme de contrôle et de capacités d’inhibition. En outre, au vu de ces déficits cognitifs, nous pouvons nous attendre à rencontrer des difficultés sur le plan langagier chez les patients cérébrolésés frontaux, le langage étant considéré comme une activité cognitive de haut niveau.
En savoir plus

51 En savoir plus

Une approche d'ingénierie ontologique pour l'acquisition et l'exploitation des connaissances à partir de documents textuels : vers des objets de connaissances et d'apprentissage

Une approche d'ingénierie ontologique pour l'acquisition et l'exploitation des connaissances à partir de documents textuels : vers des objets de connaissances et d'apprentissage

On peut penser à évaluer l'ontologie du domaine, les cartes de concepts, les objets de connaissances et d'apprentissage (LKO), la standardisation des LKOs, l'intér[r]

259 En savoir plus

Les soins apportés aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou d'une maladie apparentée: perspectives et enjeux

Les soins apportés aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou d'une maladie apparentée: perspectives et enjeux

Au niveau du secteur intra-mural permanent, l’offre de lits MR/MRS correspond quasiment à celle de la programmation moratoire dans les deux régions. Les disponibilités actuelles pour l’agrément de lits supplémentaires sont très réduites. Le Gouvernement wallon a pris des mesures portant sur la récupération de lits agréés, mais inoccupés de manière structurelle. Ainsi, quelque 600 lits ont été récupérés en 2005 et redistribués au sein du secteur. Cette augmentation de l’offre n’est pas négligeable par rapport au nombre d’admissions annuelles en maison de repos (environ 9 250) (Poulain, 2005). Depuis 10 ans, la Région wallonne a légiféré sur une forme d’habitat en maison de repos pour les personnes souffrant d’une démence (A. Gouv. w. du 3 décembre 1998). Les normes d’agrément des « unités d’accueil spécifiques » s’inspirent des modèles special unit care des USA, Living Group des pays scandinaves ou cantous en France (voir chapitre 5). Le Conseil wallon du troisième âge (2005) a analysé les raisons du faible nombre d’agréments demandés. Il a proposé différentes mesures susceptibles de stimuler les agréments ainsi qu’une programmation minimale. Ces propositions n’ont pas encore fait l’objet de mesures législatives. Toutefois, de nombreux gestionnaires ont développé des unités résidentielles pour les personnes souffrant d’une démence avec des prises en charge très variables. D’autres ont simplement aménagé un lieu de séjour spécifique pour la journée. Ces initiatives témoignent de la sensibilisation du secteur à la problématique des résidents désorientés, confus ou déments (environ 40 % de la population hébergée). Elles soulignent également la nécessité de décisions politiques en la matière et d’un financement approprié pour des
En savoir plus

131 En savoir plus

L’expérimentation auprès des personnes atteintes de maladie neurodégénérative

L’expérimentation auprès des personnes atteintes de maladie neurodégénérative

Michel T. Giroux > Les maladies neurodégénératives, dont la maladie d’Alzheimer, sont de plus en plus fré- quemment l’objet de recherches et d’expérimen- tations nouvelles. La durée requise de participa- tion à certains projets de recherche atteint par- fois quelques années. Souvent, la personne atteinte amorce sa participation à l’expérimen- tation alors qu’elle est apte, car elle se trouve à un stade précoce de sa maladie. Or, l’inévitable finit par se produire lorsque la dégradation pro- gressive des cellules du cerveau a diminué consi- dérablement les facultés mentales de la per- sonne, au point de la rendre inapte. La question se pose alors de savoir si le sujet devenu inapte peut être maintenu dans l’expérimentation ou s’il doit en être retiré. On peut juger que le Code civil du Québec semble trop rigide dans sa protection des personnes inaptes, et que les dispositions de son article 21, par leur caractère pointilleux, pourraient empêcher la réalisation de projets de recherche souhaitables. Nous proposons ici une approche nouvelle, qui pourrait faciliter la recherche auprès des personnes atteintes de maladie neurodégénérative. Cette approche pré- voit également de respecter intégralement les droits des sujets, et ne nécessite aucune modifi- cation du Code civil. Dans l’éventualité d’une spécificité du cadre législatif canadien et québé- cois en termes d’expérimentation, il a semblé nécessaire de requérir l’avis d’un expert français en matière d’éthique médicale : le professeur Claude Huriet, ancien membre du Comité consul- tatif national d’éthique, a donc, à cet effet, rédigé un commentaire critique du texte de Michel T. Giroux. <
En savoir plus

9 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes