Haut PDF Étude du rôle de la protéine Vpr du VIH-1 dans la modulation de la réponse immunitaire

Étude du rôle de la protéine Vpr du VIH-1 dans la modulation de la réponse immunitaire

Étude du rôle de la protéine Vpr du VIH-1 dans la modulation de la réponse immunitaire

cytokines comme l’IL-2, IL-15 ou TNF-α, mais est diminuée en présence de TGF-β [442- 445]. Contrairement aux autres récepteurs NKG2, il ne forme pas d’hétérodimère avec CD94. Celui-ci forme plutôt un homodimère s’associant avec un dimère de la protéine adaptatrice DAP10 chez l’homme, grâce à des charges opposées situées sur le domaine transmembranaire des deux protéines [446,447]. Comparativement aux autres protéines adaptatrices, DAP10 ne contient pas de motif ITAM, mais possède plutôt un motif YxxM, tout comme la protéine costimulatrice du TCR CD28. Suite à une liaison avec un ligand, les résidus Tyr de ce motif deviennent phosphorylés par des kinases de la famille Src, ce qui permet alors le recrutement de la sous-unité p85 de PI3-K et de Grb2-Vav1. Le recrutement de ces protéines permet ensuite l’induction d’un flux calcique, la survie, la prolifération ainsi que l’activation des fonctions effectrices des cellules NK, via l’activation et la phosphorylation de plusieurs protéines en aval tel PLC-γ2, SPL-76, Akt, MEK1/2 et ERK1/2 [448-450] (figure 8). Une stimulation à l’IL-15 semble amplifier la transduction du signal émis par le complexe NKG2D/DAP10 [451,452]. En effet, suite à une stimulation, le récepteur d’IL-15 (IL-15R) s’associe avec DAP10 en plus d’induire une phosphorylation du motif YxxM via le recrutement de la kinase Jak3 (« janus kinase 3 ») [452]. L’engagement du récepteur NKG2D induit donc la production de cytokines ainsi qu’une dégranulation des cellules NK. Des études démontrent que l’expression des ligands de NKG2D est suffisante afin d’induire la destruction de cellules saines par les cellules NK, tel que testé in vitro et in vivo [453,454]. Toutefois, des expériences de lyse ou de dégranulation redirigée in vitro suggèrent que l’engagement de NKG2D seul est insuffisant afin d’induire les fonctions effectrices de cellules NK naïves et nécessiterait l’apport synergétique de corécepteurs tel 2B4 ou NTB-A [220,439]. Cependant, les ligands de ces corécepteurs sont largement exprimés au niveau des cellules hématopoïétiques. Dans le cas des lymphocytes T CD8+, NKG2D semble plutôt servir de costimulation au TCR. Néanmoins, en présence d’IL-15, une réponse peut être initiée par le récepteur NKG2D indépendamment d’une activation du TCR [442,451]. En revanche, NKG2D peut à la foi induire directement les fonctions effectrices des cellules NKT et servir de costimulation au niveau de leurs TCR [455].
En savoir plus

241 En savoir plus

Étude du mécanisme d’augmentation de la relâche virale par la protéine Vpu du VIH-1

Étude du mécanisme d’augmentation de la relâche virale par la protéine Vpu du VIH-1

l’expression de surface de plusieurs protéines impliquées dans la réponse immunitaire. Nef induit l’endocytose de CD4 par la voie clathrine-dépendante via un mécanisme requérant la protéine adaptatrice-2 (AP-2), menant ultimement à la dégradation lysosomale du récepteur (33, 117). Cette activité, en combinaison avec l’effet de Vpu sur les molécules de CD4 néo-synthétisées (voir revue), prévient à la fois la surinfection et les phénomènes d’interférence entre CD4 et l’Env dans la voie de sécrétion qui diminuent l’infectivité du virus (140, 203). Nef accélère aussi l’internalisation des complexes majeurs d’histocompatibilité de type-I et -II (CMH-I et -II) en recrutant plutôt AP-1, une protéine adaptatrice impliquée dans l’endocytose (17, 201, 263). L’effet de Nef sur le CMH-I ne provoque pas leur destruction par les cellules tueuses naturelles (NK) puisque cette protéine virale affecte spécifiquement les antigènes humains de leucocyte (HLA) -A et -B du CMH-I et non pas HLA-C et -E, les ligands reconnus par ces cellules du système immunitaire inné (3, 40). Cette protection est de plus favorisée par la séquestration intracellulaire par Nef de NKp44L, un autre ligand des cellules NK (67). Le rôle de Nef dans la modulation de la réponse immunitaire est complété par sa modulation négative de l’expression de surface de CMH-II et de la chaîne invariante (Ii), ce qui empêche la présentation d’antigènes viraux à la surface des cellules infectées (239). Outre ces effets, Nef favorise une étape précoce de l’infection indépendamment de son effet sur CD4 (36, 170, 220). Le(s) mécanisme(s) est(sont) mal compris, mais pourrait impliquer la perturbation du réseau d’actine cortical qui représente une barrière physique à l’entrée du virus et/ou la diminution du niveau de surface d’un facteur cellulaire nuisant à l’infectivité du virus (27, 195).
En savoir plus

366 En savoir plus

La protéine Nef du VIH-1 altère la fonction de Lck dans les thymocytes de souris transgéniques

La protéine Nef du VIH-1 altère la fonction de Lck dans les thymocytes de souris transgéniques

Nef collabore avec Lck dans la modulation du profil de phosphorylation de c-Cbl, et probablement de sa fonction. Jusqu’à présent, les résultats suggèrent que Nef exploite davantage la fonction adaptatrice de c-Cbl à l’égard de la fonction ubiquitine ligase pour contrôler l’état d’activation cellulaire. L’étude plus détaillée du profil de phosphorylation de c-Cbl pourrait nous donner plus d’informations sur les mécanismes de régulation puisque plusieurs sites spécifiques de phosphorylation bien caractérisés sont attribuables à une fonction spécifique (Thien et Langdon, 1998). Ces informations pourraient également nous permettre de mieux comprendre comment Nef prend avantage du double rôle de c- Cbl. D’ailleurs, une étude effectuée dans les cellules Jurkat a démontré que Nef pouvait inhiber l’activité ubiquitine ligase de c-Cbl, mécanisme à travers lequel l’enzyme E2 ligase UBCH7 qui normalement associée à c-Cbl, se voit séquestrer par Nef dans le cytoplasme (Simmons et al, 2005). Nous ne connaissons pas encore les mécanismes exacts utilisés par Nef dans la régulation de Lck et c-Cbl, mais les résultats nous portent à croire que Nef module la régulation spatio-temporelle entre ces deux effecteurs. L’échec lors de la dégradation de Lck par c-Cbl pourrait contribuer à l’augmentation de son activité catalytique (Figure 12, p.80) et par conséquent la hausse des niveaux rapportés dans les thymocytes Nef+ (Figure 11B, p.78).
En savoir plus

169 En savoir plus

Rôle de la conformation des glycoprotéines de l’enveloppe du VIH-1 dans la réponse cytotoxique cellulaire dépendante des anticorps et impact des protéines virales Nef et Vpu

Rôle de la conformation des glycoprotéines de l’enveloppe du VIH-1 dans la réponse cytotoxique cellulaire dépendante des anticorps et impact des protéines virales Nef et Vpu

33 Les stratégies vaccinales contre le VIH-1 peuvent jusqu’à ce jour se diviser en trois catégories : 1) la mise en place et le maintien d’une réponse humorale protectrice (basée sur la génération d’anticorps neutralisant ou induisant une réponse effectrice) ou 2) d’une réponse cellulaire cytotoxique CD8+ et 3) la combinaison des deux stratégies précédentes (392). Ces approches sont basées sur l’utilisation d’une panoplie (au moins 12 différentes) de stratégies vaccinales et vecteurs viraux pour l’expression antigénique de diverses portions du VIH-1, incluant Env (gp120 recombinante) et les gènes gag, pol¸et nef (393). Cependant, à ce jour seulement quatre approches vaccinales différentes ont été testées dans six essais d’efficacité clinique (393, 394). Ces études passées ont certainement démontré à la communauté scientifique et médicale que le VIH-1 se veut plus complexe à combattre que d’autres pathogènes. Un des exemples les plus appropriés pour illustrer ce fait est clairement l’essai clinique HVTN 502, aussi connu sous le nom d’essais vaccinal STEP (STEP trial). Exécuté par Merck & Co, cette étude tentait de démontrer que l’utilisation d’un vecteur viral adénovirus de type 5 encodant les gènes gag, pol et nef similaires à la séquence consensus du clade B pourrait provoquer une réponse immunitaire à médiation cellulaire suffisante pour protéger contre l’acquisition du VIH-1 (395, 396). Cependant, il a été révélé que certains groupes d’individus vaccinés, notamment les hommes non-circoncis et ayant une immunité préexistante à l’adénovirus de type 5, ont semblé être, d’une manière passagère après la vaccination, plus susceptibles à l’infection au VIH-1 que les personnes ayant reçu le placebo (392, 396).
En savoir plus

380 En savoir plus

Étude du rôle de l'interleukine-32 dans l'infection à VIH-1

Étude du rôle de l'interleukine-32 dans l'infection à VIH-1

cellulaire avec défaut de différenciation des cellules T CD8+ spécifiques, ce qui corrèle avec une progression plus rapide vers le SIDA (74, 86, 87). 1.7.2.2.3. Les lymphocytes B Dans le contexte de l’infection à VIH-1, les lymphocytes T CD4+ activés induisent la différenciation des lymphocytes B en cellules capables de produire et sécréter diverses variétés d’anticorps neutralisants spécifiques des glycoprotéines d’enveloppe gp41 et gp120 ainsi que d’autres protéines virales telle que la p24. La chute de la charge virale observée dès la primo- infection est concomitante à la production accrue d’anticorps spécifiques (88-90). Cependant, des mutations au niveau des régions non constantes de l’enveloppe sont sélectionnées permettant aux virions d’échapper à la réaction immunitaire. Par conséquent, les anticorps existants ne seront plus actifs sur les nouveaux virions mutants. Toutefois, les régions conservées des glycoprotéines d’enveloppe tel que le site de fixation à la molécule CD4 ne subissent pas de mutations. Malheureusement, les anticorps neutralisants spécifiques des régions constantes de l’enveloppe sont produits généralement 20 à 30 mois après l’infection (209). Ces anticorps sont donc rarement ou tardivement retrouvés chez les sujets à progression rapide vers le SIDA (91-93). De plus, durant la phase chronique, le stress antigénique permanent, la diminution progressive du taux de lymphocytes T CD4+ et les mécanismes viraux d’échappement intempestifs au système immunitaire finissent par entrainer un épuisement cellulaire et un dysfonctionnement de la réponse humorale avec perte de mémoire immunologique des lymphocytes B. Plusieurs anticorps non spécifiques des nouveaux épitopes générés sont alors produits. Finalement, les anticorps spécifiques des régions conservées générés à un stade généralement avancé de l’infection ne sont plus en mesure de restaurer la réponse immunitaire assez rapidement (94).
En savoir plus

111 En savoir plus

Rôle inattendu de l’arginine vasopressine comme inhibiteur de la réponse immunitaire

Rôle inattendu de l’arginine vasopressine comme inhibiteur de la réponse immunitaire

564 M/S n° 6-7, vol. 24, juin-juillet 2008 La réponse inflammatoire des cellules du tubule collecteur rénal Les infections du tractus urinaire et les pyélonéphrites, principalement cel- les qui sont dues aux Escherichia coli uropathogènes, sont parmi les causes d’infections bactériennes les plus fré- quemment rencontrées. Le récepteur Toll-like 4 (TLR4), qui reconnaît le lipo- polysaccharide (LPS) des bactéries à Gram-négatif, joue un rôle central dans l’initiation de la réponse inflamma- toire par les cellules du tubule collec- teur (TC) rénal, cibles privilégiées des infections à E. coli [1, 2] . Ces cellules jouent un rôle clé dans le contrôle de la réabsorption hydrique et sodée par différentes hormones. Parmi elles, l’arginine vasopressine (AVP) se lie aux récepteurs V2 (RV2) pour induire une augmentation de l’AMPc et une stimulation de la protéine kinase A (PKA), conduisant à une augmentation de la perméabilité hydrique des cellu- les du tubule collecteur. L’AVP induit aussi une activation du canal épithé- lial sodique (ENaC) et du canal chlo- rure CFTR (cystic fibrosis transmem- brane conductance regulator) sensible à l’AMPc [3] . Des études antérieures ont montré qu’une augmentation de l’AMPc inhibe l’expression de molécules d’adhésion et de signalisation induite lors d’une stimulation par le TNFα, l’IL-1β ou le LPS [4, 5] . Ces résultats ont suscité l’hypothèse d’un rôle de l’AVP, qui stimule l’AMPc des cellules du tubule collecteur, dans la modulation de la réponse inflammatoire induite par les bactéries uropathogènes et
En savoir plus

3 En savoir plus

Rôle des cellules dendritiques dans la modulation de la réponse immunitaire de l'hôte contre Streptococcus suis

Rôle des cellules dendritiques dans la modulation de la réponse immunitaire de l'hôte contre Streptococcus suis

ou des composants purifiés de la paroi cellulaire induit la production d’un profil similaire de cytokines et de chimiokines [56]. Chez des porcs infectés expérimentalement, S. suis induit une production systémique d’IL-6 et d’IL-8 [175]. La production de médiateurs pro-inflammatoires peut avoir plusieurs effets au niveau systémique, contribuant au recrutement des leucocytes au site d’infection, augmentant l’hématopoïèse et induisant la fièvre [176]. Cependant, bien que les cytokines et chimiokines inflammatoires contribuent au processus anti-infectieux, leur production peut entraîner des effets dommageables pour l’hôte. À cet égard, un modèle murin d’infection a été mis au point afin d’étudier le choc septique et la méningite causée par S. suis [177]. Ce modèle a principalement servi à l’étude de la réponse pro-inflammatoire associée à l’infection par S. suis, tant au niveau systémique qu’au niveau du SNC. Les résultats ont démontré la production de plusieurs cytokines pro-inflammatoires (TNF-α, IL-6, IL- 12p40/p70, IFN-γ) et chimiokines (KC/CXCL1, MCP-1/CCL2, RANTES/CCL5) qui ont entraîné un choc septique et la mort de 20% des animaux [177]. Le rôle de l’inflammation dans la mortalité a été confirmé en comparant deux lignées murines différentes: la lignée C57BL/6 (considérée comme résistante à l’infection par S. suis) et la lignée A/J (considérée comme sensible à l’infection par S. suis) [178]. Le haut taux de mortalité observé chez la lignée sensible a été attribué à un choc septique non contrôlé. En effet, les souris A/J présentaient des taux exceptionnellement élevés de TNF-α, IL-12p40/p70, IL-1β et IFN-γ, significativement supérieurs à ceux retrouvés dans la lignée C57BL/6. Les souris C57BL/6 présentaient une production plus élevée d’IL-10, une cytokine anti-inflammatoire, ce qui suppose que la cascade pro-inflammatoire est mieux contrôlée chez cette lignée de souris, entraînant un plus haut taux de survie. La survie au choc septique de S. suis semble donc impliquer un contrôle précis des mécanismes pro- et anti-inflammatoires.
En savoir plus

486 En savoir plus

Détection innée des cellules infectées au VIH-1 par les cellules dendritiques plasmacytoïdes : étude du rôle régulateur de la protéine Vpu de souches pandémiques et non pandémiques

Détection innée des cellules infectées au VIH-1 par les cellules dendritiques plasmacytoïdes : étude du rôle régulateur de la protéine Vpu de souches pandémiques et non pandémiques

panel of Vpus from different HIV-1 M clades. HEK-293T cells were co-transfected with pNL4.3 GFP ΔVpu, a HIV-1 LTR-regulated BST2 expressor and an AU1-tagged Vpu expressor or a control vector. ILT7 activation was assessed by co-culturing transfected cells with a previously described reporter cell line (CT550) (9, 11) co-expressing human ILT7, a mouse FcϵRIγ chain and a NFAT- regulated GFP reporter gene such that GFP expression is stimulated upon ILT7 activation (Figure 2A). BST2 expression in HEK-293T cells is measured by flow cytometry. The proportion of GFP- positive CT550 cells indicates the level of ILT7 activation (Figure 2B). As shown in Figure 2C, all group M Vpu variants tested downregulated BST2, albeit to various degrees. While most Vpu variants, notably those from clades A and B, were more potent at promoting BST2-mediated ILT7 activation than the NL4.3 Vpu lab-adapted strain, those from the predominant clade C were significantly less efficient at enhancing ILT7 activation by BST2 (Figure 2D). Interestingly, BST2 downregulation and ILT7 activation showed no correlation (Figure S2A), supporting previous evidence that these two processes are independent of each other, most likely occurring through distinct functional motifs (30, 31). Altogether, these results suggest that efficient modulation of BST2-mediated activation of ILT7 is a conserved feature of primary Vpu variants of group M, with the notable exception of Vpus from clade C, which might have evolved differently given their minimal detectable activity.
En savoir plus

107 En savoir plus

Modulation de la réponse immunitaire par TLR7: rôle dans le diabète de type 1 et l'asthme allergique.

Modulation de la réponse immunitaire par TLR7: rôle dans le diabète de type 1 et l'asthme allergique.

c TLR4 à l’origine de la recherche sur les TLR des mammifères En 1998, suite à la découverte du rôle de Toll dans l’immunité chez la drosophile, le récepteur TLR4 fut cloné. Deux souches de souris (C3H/HeJ et C57BL10/ScCr) étaient connues depuis longtemps comme ne répondant pas au lipopolysaccharide (LPS). Deux groupes indépendants cherchant les gènes responsables de ce manque de sensibilité ont mis en évidence dans ces deux lignées des mutations du gène codant pour TLR4 (Poltorak et al. 1998, Qureshi et al. 1999). La lignée C3H/HeJ possédait une mutation ponctuelle dans la région intracellulaire de TLR4 conduisant à la substitution d’une proline en histidine et provoquant un défaut dans la signalisation du récepteur (Hoshino et al. 1999). Par contre, la deuxième souche C57BL10/ScCr possédait une mutation non-sens conduisant à un codon stop précoce et à une protéine tronquée. De la même façon, des souris déficientes pour TLR4 générées par recombinaison homologue sont venues confirmer que TLR4 était bien le récepteur du LPS (Hoshino et al. 1999). Cependant, la reconnaissance du LPS nécessite d’autres molécules accessoires. Ainsi, il se lie à la LPS-binding protein (LBP), présente dans le sérum et ce complexe LPS-LBP est ensuite reconnu par le CD14, préférentiellement exprimé par les monocytes/macrophages et les neutrophiles. Le CD14 se rapproche ensuite physiquement de TLR4, suggérant une interaction avec ce dernier et une signalisation en réponse au LPS (Jiang et al. 2000, da Silva et al. 2001). La liaison directe TLR4-LPS n’est absolument pas attestée. Dans ce complexe de protéines, MD-2 a été identifiée comme se liant avec la portion extracellulaire de TLR4 en augmentant la sensibilité au LPS (Shimazu et al. 1999, Akashi et al. 2000). En fait, MD-2 s’associe dès le réticulum endoplasmique avec TLR4 et ce complexe est ensuite transporté vers la membrane (Visintin et al. 2001). D’ailleurs MD- 2 est essentiel à l’export de TLR4 à la membrane (Nagai et al. 2002). TLR4 est un récepteur essentiel pour le LPS, cependant, différentes études ont reporté que ce dernier pouvait être reconnu indépendamment de TLR4, notamment par d’autres PRR.
En savoir plus

269 En savoir plus

Étude de la modulation, par l'hémoglobine S, de la présentation des antigènes plasmodiaux à la surface du globule rouge infecté par Plasmodium falciparum, et de la réponse immunitaire contre le paludisme

Étude de la modulation, par l'hémoglobine S, de la présentation des antigènes plasmodiaux à la surface du globule rouge infecté par Plasmodium falciparum, et de la réponse immunitaire contre le paludisme

Le paludisme associé à la grossesse (ou « Pregnancy-Associated Malaria » (PAM)) résulte de la liaison de iGRs au placenta, par l’interaction de la protéine parasitaire « Variant Antigen Surface 2 Chondroitin Sulfate A » (VAR2CSA), de la famille des protéines « Plasmodium falciparum Erythrocyte Membrane Protein 1 » (PfEMP1) à la chondroïtine sulfate A (CSA) (voir page 41) exprimée à la surface des syncytiotrophoblastes. Le PAM atteint surtout les femmes primigestes (première grossesse) qui n’ont pas encore développé de réponse immunitaire protectice contre la protéine VAR2CSA. En effet, les femmes multigestes (au moins 2 grossesses) ayant déjà été infectées lors de leur(s) grossesse(s) précédente(s) disposent d’anticorps anti-VAR2CSA, leur fournissant une protection contre le PAM. Les femmes avec des titres anticorps élevés contre VAR2CSA présentent des risques plus réduits de donner naissance à des bébés de petits poids de naissance (ou « Low Birth Weight » (LBW)) que les femmes avec des titres plus faibles 61 . Le premier vaccin contre le PAM est actuellement en développement pré-clinique 62, 63 . Très récemment, les candidats vaccins PAMVAC 64 et PRIMALVAC 65 ont été testés en phase I et présentent des résultats très prometteurs. Notamment, le candidat PAMVAC génère des réponses anticorps capables d’inhiber la cytoadhérence à la CSA de GRs infectés par des parasites exprimant VAR2CSA 64 .
En savoir plus

233 En savoir plus

Étude de l'interactome et identification de nouvelles cibles de la protéine virale Vpr du VIH-1

Étude de l'interactome et identification de nouvelles cibles de la protéine virale Vpr du VIH-1

À la suite de son intégration dans le génome cellulaire, l’ADN viral pourra être initialement transcrit par la RNA polymérase II, ce qui permettra d’exprimer les protéines précoces du VIH (342). Différents facteurs de transcription cellulaire comme NF-kB, NFAT ou Sp1 peuvent moduler cette transcription en liant les sites présents au niveau du LTR 5’ du VIH (342). Notons que Vpr pourrait également moduler la transcription virale (343, 344). Une fois la protéine virale Tat exprimée, un complexe contenant entre-autres Tat et le complexe P-TEFb (lui-même composé des protéines cellulaires CDK9 et Cycline T1) se liera à l’élément de réponse à la transactivation (TAR) et soutiendra l’élongation de la transcription (345-351). Une fois la transcription effectuée, l’ARN messager du VIH sera alors épissé de manière alternative en trois étapes (181). Dans un premier temps, l’ARN viral sera complétement épissé et codera pour les protéines précoces Tat, Rev et Nef (197, 342). Dans un second temps, Rev liera un élément de réponse (appelé RRE) présent sur certains ARNs viraux (352-355) afin de les exporter à travers les NPC à l’aide d’un mécanisme dépendant de CRM1/Exportine (356-358). Ces ARNs messagers partiellement épissés encoderont les protéines Vif, Vpr, Vpu et Env (197, 342). Enfin, les ARNs viraux non épissés seront produits et exportés. Ces transcrits coderont pour la polyprotéine Gag, et un changement du cadre de lecture (-1) du ribosome permettra d’obtenir dans ≈ 5-7% des cas une polyprotéine Gag-Pol (359-361). Ces ARN viraux non épissés seront également utilisés comme génome viral lors de l’assemblage des particules virales (197, 342). Notons enfin que les protéines Nef et Vpu seront ancrées dans la membrane (362, 363); et que la protéine Env est synthétisée sous forme de précurseur (gp160) au niveau du réticulum endoplasmique et qu’elle sera par la suite clivée dans le Golgi par les protéases cellulaires Furin et PC7 en gp120 et gp41 (364-367).
En savoir plus

337 En savoir plus

Étude du rôle des régions variables 4 et 5 dans les changements de conformation de la gp120 du VIH-1

Étude du rôle des régions variables 4 et 5 dans les changements de conformation de la gp120 du VIH-1

Vpr est une protéine de 96 acides aminés particulièrement importante pour l’infection des macrophages (179–181). Elle est intégrée dans les virions grâce à l’interaction d’oligomère de Vpr avec la portion p6 du précurseur Gag (182, 183). Vpr se retrouve dans le cœur viral où elle interagit avec l’ARN viral (184–187). Cette protéine induit un arrêt cellulaire en phase G2 grâce à l’interaction avec la protéine de liaison à l’ADN 1 (DDB1), la Cullin 4A (Cul4A) et le facteur associé à DDB1-Cul4A 1 (DCAF1)(188–193). L’arrêt de cycle est effectué grâce à la voie relative à l’Ataxie telangiectasie et Rad3 (ATR) (194).Vpr est aussi associé à l’induction de l’apoptose même si le mécanisme exact reste à déterminer (195–197). Il a été proposé que Vpr induit l’apoptose chez les lymphocytes Cluster de différenciation 8 (CD8) par le facteur de nécrose des tumeurs α (TNF- α ) suite au contact avec des cellules dendritiques infectées (198). Il a été démontré que Vpr provoque la surexpression de la molécule tueuse naturelle du groupe 2 D (NKG2D) ce qui cause l’activation des cellules tueuses naturelles (NK) et la destruction des cellules cibles (199, 200). Vpr est aussi retrouvé dans le CRT et interagit avec l’ADN proviral (201–205). Cette protéine aurait un rôle dans l’initiation de la rétro transcription et promouvoit la fidélité de la RT (206– 208).
En savoir plus

112 En savoir plus

Rôle de la chromatine dans la modulation de la réponse aux dommages à l’ADN en présence de stress réplicatif

Rôle de la chromatine dans la modulation de la réponse aux dommages à l’ADN en présence de stress réplicatif

9 permet notamment de présenter l’histone H3 nouvellement synthétisée à l’acétyltransférase Rtt109 (82,86). RTT109 est lié génétiquement à un complexe Ub-ligase composé des gènes RTT101, MMS1 et MMS22 (97). Ces gènes codent pour le complexe Cul4 E3 Ub-ligase Rtt101-Mms1-Mms22, orthologue à Cul4A-DDB1 chez l’humain (98). Rtt101 entraîne l’ubiquitination des lysines 121, 122 et 125 à l’interface de H3K56ac près du site de liaison de la chaperonne Asf1, ce qui la déloge du dimère H3-H4 (98). Il est suggéré que Mms1 et Mms22 soient des adaptateurs de Rtt101 permettant la liaison du complexe aux histones H3- H4 et l’ubiquitination des histones H3 acétylées en K56 (98). La protéine d’échafaudage Rtt107 est également recrutée à la chromatine par Rtt109 et Rtt101 lors de la réponse aux dommages à l’ADN, mais de manière indépendante de H3K56ac (voir la section sur la régulation de Rad53) (99–101). Les histones H3-H4 sont transférées d’Asf1 vers deux autres chaperonnes d’histones, Rtt106 et CAF-1, qui vont déposer les dimères H3-H4 sur l’ADN nouvellement répliqué (82,102). H3K56ac augmente l’affinité de ces chaperonnes pour l’histone H3. Le complexe conservé CAF-1, formé des sous-unités Cac1 à 3, est recruté aux sites d’assemblage par sa liaison à PCNA (103) et aux chaperonnes Rtt106 et Asf1 pour l’assemblage de novo des nucléosomes (104). Rtt106 possède un domaine PH qui interagit avec H3K56ac dans la déposition de l’histone H3 (62). Il a été suggéré récemment que le complexe chaperonne FACT, composé des membres Spt16 et Pob3, pouvait interagir avec CAF-1 et Rtt106 dans la déposition de l’histone H3 acétylée lors du remodelage de la chromatine (105). La figure 2 illustre les principaux éléments impliqués dans l’assemblage des nucléosomes de manière dépendante de H3K56ac.
En savoir plus

127 En savoir plus

Rôle du TNF-alpha et de la voie sphingomyéline/céramide dans la progression du mélanome et la réponse immunitaire associée

Rôle du TNF-alpha et de la voie sphingomyéline/céramide dans la progression du mélanome et la réponse immunitaire associée

Bruno SEGUI (PU, INSERM UMR 1037, Toulouse) : Directeur de thèse Pr.. Hervé BENOIST (PU, INSERM UMR 1037, Toulouse) : Directeur de thèse[r]

1 En savoir plus

Le rôle du système immunitaire sur la modulation de la neurogènese suite à un accident aigu ou une maladie neurodégénérative chronique

Le rôle du système immunitaire sur la modulation de la neurogènese suite à un accident aigu ou une maladie neurodégénérative chronique

Surgical procedure As described in Cordeau P et al.2008 unilateral transient focal cerebral ischemia was induced by intraluminal filament middle cerebral artery occlusion (MCAO) for 1 h followed by reperfusion periods of 1, 3, 4, 7 or 14 days. Briefly, all animals were anesthetized with 2% isoflurane and body temperature was regularly checked and maintained at 37°C with a heating pad in order to avoid hypothermia. After midline neck incision, the left common carotid artery and ipsilateral internal and external carotid artery were exposed and isolated from surrounding tissue. A 12 mm long 6–0 silicon-coated monofilament structure (Doccol, CA, USA) was inserted via proximal external carotid artery into internal carotid artery and then into the circle of Willis, thus occluding the middle cerebral artery. After the occlusion period of 1 h the monofilament suture was removed, followed by different reperfusion periods. In our experiments we did not observe any increase in mortality in different experimental groups and, in general, mortality was very low. The whole operational procedure was conducted under operating microscope. All animals were allowed ad libitum access to water and food before and after surgery.
En savoir plus

203 En savoir plus

Rôle du récepteur des hydrocarbures aromatiques chez les cellules T auxiliaires dans le contrôle de la réponse immunitaire

Rôle du récepteur des hydrocarbures aromatiques chez les cellules T auxiliaires dans le contrôle de la réponse immunitaire

Renilla luciferase reporter gene for normalization (QIAGEN, Toronto, Ontario) following the manufacturer instructions. Briefly, 3 x 10 5 cells were seeded in each well of a 24-well plate overnight in complete DMEM (Gibco, Mississauga, Ontario) supplemented with 10% FBS, 25 mM HEPES (Gibco), 100 U/ml penicillin (Gibco) and 100 µg/ml streptomycin (Gibco). Media was changed the next day to Opti-MEM supplemented with 5% FBS and no antibiotics. Cells were transfected with the XRE-luciferase plasmid at 1 µg per well using lipofectamine 2000 transfection reagent (Invitrogen, Burlington, Ontario) for 24 hours. Media was changed to Opti- MEM, supplemented with 0.5% FBS and antibiotics (100 U/ml penicillin and 100µg/ml streptomycin) and treated with different concentrations of BaP, indirubin, VAF347, bilirubin and kynurénine (Kyn) for 18 hours. Cell lysis and addition of Firefly luciferase substrate were done using Dual-Glo Luciferase Assay System kit (Promega, Madison, WI). The luciferase assay was performed using a 1450 MicroBeta Trilux (PerkinElmer, Shelton, CT). The same kit was used to quench Firefly luciferase signal and add Renilla luciferase substrate. The relative luciferase unit is the indicator of Firefly luciferase expression level, normalized on the Renilla luciferase expression level. All experiments were repeated three times in duplicate.
En savoir plus

77 En savoir plus

Troubles cognitifs et infection par le VIH-1 - La protéine Tat altère la neurosécrétion

Troubles cognitifs et infection par le VIH-1 - La protéine Tat altère la neurosécrétion

vitalen@inci-cnrs.unistra.fr petra.tryoen@inci-cnrs.unistra.fr > Malgré l’identification de l’agent causal du syndrome d’immunodéficience acquise (Sida), un rétrovirus baptisé VIH-1 (pour virus de l’immunodéficience humaine 1) et la mise au point d’un traitement effi- cace à base de molécules antivirales, l’éradication complète du virus semble toujours hors de portée [1] . Près d’un tiers des patients atteints de Sida et sous trithérapie présentent des dysfonctionne- ments moteurs et cognitifs, ainsi que des modifications du comportement, et un sur dix développe une démence liée au VIH-1 dans les dernières phases de la maladie
En savoir plus

2 En savoir plus

Etude du rôle du TLR4 comme récepteur de la protéine Tat du VIH-1 dans l'induction de l'IL-10 et du TNF-alpha par les monocytes humains

Etude du rôle du TLR4 comme récepteur de la protéine Tat du VIH-1 dans l'induction de l'IL-10 et du TNF-alpha par les monocytes humains

2000 Tat protein of human immunodeficiency virus type 1 induces interleukin-10 in human peripheral blood monocytes: implication of protein kinase C-dependent pathway, Journal of virology[r]

243 En savoir plus

Évaluation du rôle de la protéine BAG-1 dans le cancer ovarien

Évaluation du rôle de la protéine BAG-1 dans le cancer ovarien

Bref, en ce qui concerne cette lignée cellulaire de cancer ovarien (SKOV3), !'isoforme BAG-lS semble être impliqué dans la régulation de l'apoptose selon un mécanisme différ[r]

118 En savoir plus

Étude de la traduction IRES-dépendante du VIH-1

Étude de la traduction IRES-dépendante du VIH-1

amplification d’ADN par PCR quantitative (qPCR) effectuée après la rétrotranscription de l’ARNm d’intérêt en ADN. La technique du vecteur bicistronique exige un contrôle rigoureux. En effet, l’expression de la seconde protéine pourrait provenir d’un ARNm transcrit par un promoteur cryptique en amont de la deuxième séquence codante ou d’un ARNm résultant d’un épissage qui aurait enlever la première séquence codante. La transfection de cellules avec des ARNm bicistroniques transcrits préalablement dans un RRL permet d’éviter ces problèmes, mais cette technique empêche l’interaction entre des protéines nucléaires et l’IRES, ce qui pourrait affecter son activité. En somme, il est important de procéder à plusieurs expériences contrôles avant de conclure à la présence d’un IRES dans une séquence d’ARN (voir Van Eden et al. 2004; et Shatsky et al. 2010). L’immunobuvardage de type Northern est une technique utilisée pour analyser les différentes espèces d’ARN produites dans des cellules transfectées avec un vecteur bicistronique. Cependant, cette technique manque de sensibilité. Van Eden et al. (2004) ont développé une technique rigoureuse basée sur l’interférence par l’ARN (voir la section 1.2.3.4.4) pour détecter la présence de transcrits aberrants dans des cellules transfectées avec un vecteur dual- luciférase. Cette technique consiste à co-transfecter les cellules avec le vecteur dual- luciférase et un vecteur exprimant un ARNsi dirigé contre la séquence codante de la Rluc. Un ARNsi agit comme un ARNmi dont l’appariement est parfait, c’est-à-dire qu’il induit la dégradation de l’ARNm auquel il s’apparie. La Fluc et la Rluc étant localisées sur le même ARNm, leur activité doit être affectée également par la présence de cet ARNsi. Ce contrôle permet de déterminer si la Fluc est exprimée à partir d’un ARNm ne contenant pas la séquence codante de la Rluc, c’est-à-dire à partir d’un transcrit aberrant provenant d’un épissage alternatif ou d’un promoteur cryptique.
En savoir plus

290 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes