Zone de développement le plus proche

Top PDF Zone de développement le plus proche:

La zone interne de l'orogène varisque dans l'Ouest de la France et sa place dans le développement de la chaîne hercynienne

La zone interne de l'orogène varisque dans l'Ouest de la France et sa place dans le développement de la chaîne hercynienne

Zone active par excellence du domaine varisque, cette région a été soumise ensuite dès le Dévonien dans le Massif Central, puis partout au cours du Carbonifère, à une compression intracrustale vigoureuse qui caracté­ rise le dispositif hercynien proprem ent dit. Elle a été alors le siège des magmatismes leucogranitiques d’ori­ gine essentiellement anatectique (granités de type S au sens de Chapell et White, 1974), liés au dévelop­ pement en profondeur des chevauchements intraconti- nentaux puis de cisaillements-décrochements de grande ampleur. C’est là l’image la plus apparente — et aussi la plus tardive — du développement varisque. Ainsi se sont formés les importants charriages intracrustaux, à regard externe (Sud) dont les plus précoces sont déjà d’âge dévonien dans le Haut-Allier (Massif Central) puis d’âge viséen inférieur (Séries de la Bré- venne, et surtout le charriage de Marvejols sur la série du Lot (Demay, 1948 ; M attauer et al., 1976 ; Burg et M atte, 1978 ; Briand et Gay, 1978 ; Pin, 1979). Ce type d’évolution est très comparable à celui décrit actuel­ lement dans la partie orientale nord de l’orogène (Allemagne, Autriche, Bohême) (Breddin, 1973 ; Behr, 1978, Fuchs, 1976). L ’importante “ zone broyée sud- armoricaine ” (Z.B.S.A.) définie par Cogné (1954, 1960) appartient à cette évolution et présente une succession d’événements du même type (chevauchements intra­ crustaux, cisaillements) (Jegouzo, 1976) qui en font un des linéaments majeurs de l’édifice hercynien ouest- européen, et aussi un modèle de l’évolution “ ensia- lique ” consécutive à la collision plus méridionale qui caractérise au Carbonifère cette évolution.
En savoir plus

24 En savoir plus

Développement local comme stratégie de lutte contre la pauvreté : le cas du Programme de développement de zone implanté par World Vision en Haïti

Développement local comme stratégie de lutte contre la pauvreté : le cas du Programme de développement de zone implanté par World Vision en Haïti

46 l'eau ainsi que le développement économique et l'advocacy pour aider les communautés à lutter contre la pauvreté. Ces projets de développement communautaire portant le nom de Programme de Développement de Zone (PDZ) font partie des stratégies de mise en œuvre du développement transformationnel que l'organisation prône en guise de moyen de lutte contre la pauvreté (WVSA, 2011a, cité par De Wet, 2013). Selon la WV le Développement Transformationnel (DT) ou développement soutenable vise à la fois le changement intérieur et extérieur des personnes et la transformation des structures qui engendrent la pauvreté (WVH, 1997). Le PDZ est alors une stratégie d'intervention complexe et diversifiée propre à la WV à travers lequel celle-ci établi un partenariat avec des Organisations Communautaires de Base (OCB), les églises, etc. pour implanter le processus développement transformationnel durable (DTS). Elle est née d'une alliance entre une vision religieuse basée sur la croyance biblique et une vision laïque du développement. C'est, entre autre, une initiative internationale qui s'est localisée au niveau des communautés à travers des OCB dans une perspective globale. Elle œuvre, en ce sens, dans à peu près tous les domaines publics, tels que santé, éducation, agriculture et développement économique, réduction vulnérabilité, etc., tout en restant attaché aux valeurs chrétiennes, aux croyances religieuses fondamentales encadrant tout le processus (De Wet, 2013).
En savoir plus

166 En savoir plus

Développement des systèmes financiers  Quelle réalité pour les pays de la zone MENA

Développement des systèmes financiers Quelle réalité pour les pays de la zone MENA

Néanmoins, en l’an 2000, le développement financier des pays de la zone dissémine une décroissance considérable, soit un taux de croissance négatif de l’ordre de 172,16%. Cette chute du degré du développement financier a été observée dans quatorze sur vingt-et-un pays [Algérie, Bahreïn, Iran, Koweït, Libye, Oman, Qatar, Arabie Saoudite, Émirats, Israël, Syrie, Turquie et Yémen, (Annexe 1)]. La chute du degré du développement financier dans ces pays, particulièrement pétroliers, peut être attribuée à l’augmentation des prix du pétrole suite à la décision prise par l’OPEP et d’autres gros producteurs du pétrole de restreindre la production en 1998-1999. Cette décision qui a permis de mettre fin à la période du bas prix du pétrole et ainsi une élévation des recettes d’exportations du pétrole et donc du PIB dans la majeure partie des pays exportateurs du MENA. Cet accroissement rapide du PIB peut être à l’origine de la baisse des rapports entre les variables financières et le PIB et par conséquent de l’indice du développement financier (IDF1).
En savoir plus

18 En savoir plus

Développement d’un simulateur de dommages pour l’évaluation de la vulnérabilité en zone d’aléa minier

Développement d’un simulateur de dommages pour l’évaluation de la vulnérabilité en zone d’aléa minier

Développement d’une approche probabiliste Le simulateur de dommages permet de développer une approche probabiliste en considérant plusieurs scéna- rios possibles d’affaissement minier et en calculant les différents dommages qui en résultent. L’approche pro- babiliste repose également sur une donnée essentielle qu’il est encore actuellement difficile de justifier rigou- reusement. Cette donnée concerne les probabilités d’occurrence relative de chaque scénario. Sur la base d’une connaissance de ces probabilités, les résultats pos- sibles de cette partie du simulateur sont :
En savoir plus

5 En savoir plus

Les politiques de développement régional d’une zone périphérique chinoise, le cas de la province de Hainan

Les politiques de développement régional d’une zone périphérique chinoise, le cas de la province de Hainan

1. Les tentatives de développement de l’île Les Chinois découvrent l‟île de Hainan vers le III e siècle avant notre ère. Ils pensent alors que Hainan fait partie d‟un nouveau continent. De manière similaire au royaume du Prêtre Jean dans le Moyen-Age européen, Hainan est alors considérée comme un lieu fantastique. Les premières descriptions de l‟île et de sa population appartiennent au monde des mythes et légendes, ainsi ses habitants apparaissent comme « des pygmées et des hommes aux talons retournés » 119 . Cette méconnaissance de l‟île continuera pendant très longtemps et jusqu‟au XIX e siècle, le peuple Li, la population indigène de l‟île effrayera encore les colons chinois. Le nord de l‟île de Hainan devient possession chinoise à partir de l‟an 111 avant J.-C., sous l‟empereur Han Wudi (汉武帝) de la dynastie Han, suite à une révolte du royaume vassal du Nam Viet 120 . Durant le conflit, le littoral nord de l'île de Hainan passe sous contrôle chinois, et deux préfectures y sont établies. Par la suite, la présence chinoise à Hainan sera menacée à de nombreuses reprises par les attaques des Li. Les liens entre la Chine et Hainan ont été relativement ténus, et les tentatives d‟intégration ont très souvent échoué.
En savoir plus

334 En savoir plus

La multifonctionnalité de l'espace métropolitain et le développement des activités agrotouristiques en zone périurbaine de Montréal

La multifonctionnalité de l'espace métropolitain et le développement des activités agrotouristiques en zone périurbaine de Montréal

17 Ainsi, dans cette thèse il sera question de voir comment certains acteurs ont réussi à développer des activités en lien avec l’agrotourisme en zone périurbaine, mais le rythme de déve[r]

238 En savoir plus

Gouvernance de la zone forestière et Développement durable au Cameroun : la tragédie des Commons à l'épreuve des faits

Gouvernance de la zone forestière et Développement durable au Cameroun : la tragédie des Commons à l'épreuve des faits

La gouvernance forestière induit la problématique territoriale de l’appro- priation des ressources forestières Notre étude montre la nécessité d’intégrer les communautés locales et les collectivi- tés territoriales décentralisées en tant que parties prenantes à la gestion commune des ressources forestières. Les différentes parties prenantes doivent pouvoir participer effecti- vement au processus de prise de décision. Ce qui favoriserait le développement du capital social et de la confiance au sein des commu- nautés locales, dont le résultat est l’accroisse- ment efficace des démarches participatives et la réduction des comportements opportu- nistes grâce à l’action collective. Il est impor- tant de souligner que l’une des difficultés de la mise en œuvre efficace de la gouvernance fo- restière réside dans les contraintes imposées par certaines règles traditionnelles dans les communautés africaines. À cet effet, le chef traditionnel, qui incarne la finalité de la com- munauté, peut agir sans consulter l’ensemble des individus. La forêt, comme le soulignent Andriananja et Raharinirina (2004), apparaît alors comme un terrain favorable aux conflits d’intérêts, du fait qu’elle intéresse des ac- teurs poursuivant des objectifs divergents. Il ressort donc que la mise en commun des dif- férents acteurs est une condition nécessaire de l’action collective dont le but ultime est de réduire les externalités négatives.
En savoir plus

18 En savoir plus

La ressource en eaux non conventionnelles facteur de développement en zone saharienne

La ressource en eaux non conventionnelles facteur de développement en zone saharienne

g Université de Annaba, 23000 Annaba, Algérie h Agence Nationale d’Aménagement du Territoire, BP 132, 07000 Biskra, Algérie Résumé La consommation en eau en milieu urbain au Sahara algérien et tunisien a atteint des niveaux démesurément élevés puisque l'on enregistre à certains endroits des consommations de 500L/jour/personne. Les eaux captées ne sont pourtant pas renouvelables et c'est ainsi que la Tunisie, par exemple, a désormais mobilisé une grande partie de la ressource en eau conventionnelle dont elle disposait. La Tunisie puise maintenant dans son capital et ses réserves diminuent inexorablement, en particulier en domaine saharien, d'autant qu'une partie de la ressource est en train de se saliniser. Malheureusement les eaux une fois utilisées, et traitées comme en Tunisie ou non traitées comme en Algérie, même s'il existe quelques stations d'épuration, sont rarement valorisées, alors qu'elles constituent un potentiel de développement, notamment agricole, intéressant.
En savoir plus

8 En savoir plus

La zone d'activité logistique comme levier de développement économique des territoires

La zone d'activité logistique comme levier de développement économique des territoires

Cette organisation qualifiée de logistique contractuelle n’est néanmoins rendue possible que par la constitution d’un secteur d’activité spécifique de la prestation logistique [Carbone, 2004], en parallèle au marché de la prestation de transport. Le prestataire, également qualifié de third- party logistics provider (3PL), est un professionnel de la logistique prenant à sa charge un spectre de plus en plus large d’opérations logistiques, allant des fonctions opérationnelles (matérielles) aux fonctions tactiques et stratégiques (informationnelles) [Raimbault, 2014]. Concernant les bâtiments logistiques par des prestataires, deux types de formules existent : une formule d’externalisation complète dans laquelle le prestataire logistique prend à sa charge le choix du bâtiment dans lequel il réalisera ses prestations, et une formule dite in house ou in situ dans laquelle le choix du bâtiment est assumé par le client chargeur. Le prestataire – qualifié ici « d’implant » – y réalise alors simplement les opérations externalisées [Raimbault, 2014]. Aujourd’hui, le marché de la prestation logistique est très atomisé, avec l’existence de petits groupes régionaux réalisant les prestations de chargeurs de taille moyenne, et de grands groupes européens voire mondiaux dominant largement le marché, pour un total d’environ 1500 entreprises exerçant en France [Grâce, 2011]. L’histoire de la libéralisation de l’accès aux marchés logistiques nationaux « découle directement des politiques de libéralisation des transports et des postes engagés en Europe au cours des années 1990. Les différentes prestations logistiques d’aujourd’hui se sont ainsi constituées à partir des marchés historiques du transport de lots, de messagerie et des transitaires, et de leurs grande diversité d’entreprises privées, mais aussi autour des grandes entreprises nationales du transport ferroviaire et des services postaux » [Raimbault, 2014]. Globalement, le marché de la prestation logistique est aujourd’hui structuré autour de deux segments, l’entreposage frigorifique et l’entreposage non frigorifique [Grâce, 2011], et l’offre sur ce marché correspond à trois principaux types d’acteurs : les quelques acteurs historiques de la prestation logistique, les acteurs du transport routier de marchandises souhaitant enrichir leur offre de services, et les anciennes entreprises publiques du transport ferroviaire de marchandises et des postes [Artous et Salini, 2005 ; Strale, 2013 ; Raimbault, 2014].
En savoir plus

321 En savoir plus

Développement d'une loi de comportement pour la zone pâteuse dans les procédés de soudage

Développement d'une loi de comportement pour la zone pâteuse dans les procédés de soudage

Intervalle de solidification 245 Tableau 1 – Nombre d’itérations pour les deux approches 4 Conclusion Dans ce papier, on a proposé une loi de comportement pour la zone pâteuse située entre le métal de base et le métal en fusion. L’approche permet un passage continu entre les différents états solide, pâteux et liquide. Elle est assez réaliste et montre des résultats satisfaisants pour le procédé de soudage. En termes de temps de calcul, cette approche présente un temps de calcul remarquable correspondant aux deux-tiers du temps de calcul de l’approche habituelle.
En savoir plus

8 En savoir plus

L'appui à l'entrepreneuriat et l'intermédiation locale dans le développement territorial : le cas de la zone du canal de Lachine

L'appui à l'entrepreneuriat et l'intermédiation locale dans le développement territorial : le cas de la zone du canal de Lachine

Se servant des ressources du programme des services de base qui ont été mises à sa disposition par le Centre régional de développement 48 (CRD), le RESO est parve[r]

282 En savoir plus

La politique monétaire et financière et la politique de développement dans le cadre des Pays de la zone MENA

La politique monétaire et financière et la politique de développement dans le cadre des Pays de la zone MENA

16 La création d’institutions internationales comme le Fonds Monétaire International et la Banque Mondiale est venue dans le but de traiter les impacts économiques et sociaux négatifs causés par la Seconde Guerre mondiale, ces impacts ont touché profondément l'économie européenne. Quelques années plus tard, ces mêmes institutions sont présentées comme la solution pour résoudre les problèmes économiques et sociaux auxquels sont confrontés les pays en voie de développement. À la fin de l'ère coloniale, les pays occidentaux, ancienne puissance coloniale, ont souhaité garder leur influence sur les anciennes colonies pour divers intérêts. L’indépendance politique avait été souvent réalisée après une période de conflit ou de guerre, par conséquent une situation de méfiance avait surgi entre les deux camps, c'est ce qui rend toute intervention économique directe impossible. Les organisations internationales étaient alors des outils appropriés pour conserver d’une manière indirecte une influence dans ces pays. La première étape était de présenter le modèle économique occidental comme un modèle idéal. Il faut donc abandonner tout autre modèle en faveur de l'adoption de ce modèle. Bien sûr, nous ne devons pas oublier que dans la seconde moitié du XX ème siècle, il y avait
En savoir plus

318 En savoir plus

Développement de l'ablation laser en champ proche couplée à l'ICPMS pour l'analyse sub-micrométrique d'échantillons solides

Développement de l'ablation laser en champ proche couplée à l'ICPMS pour l'analyse sub-micrométrique d'échantillons solides

Lorsque la température de chauffage de l’échantillon devient égale ou supérieure à sa température de fusion, un changement de phase se produit. La zone de l’échantillon en- dessous du rayonnement laser commence à fondre et un bain liquide se forme. Si l’intensité du faisceau laser déposée sur la surface est suffisante, une deuxième étape suit la fusion, c’est la vaporisation du bain liquide. La matière fondue est alors éjectée de la surface de l’échantillon sous forme de vapeur à haute température. Cette vapeur est formée d’atomes neutres, d’ions du matériau et d’électrons libres issus de cet échantillon. Cependant, la matière ablatée peut renfermer des gouttelettes liquides et même des fragments solides dus à une vaporisation incomplète de l’échantillon. Les électrons libres présents dans la vapeur sont nommés électrons primaires. Si l’énergie du laser est suffisamment importante, ces électrons primaires entrent en interaction avec le rayonnement électromagnétique du laser et absorbent les photons incidents. Ceci aboutit à la formation d’un plasma dont l’initiation dépend principalement du nombre d’électrons primaires présents dans la vapeur. Le plasma est à la base des analyses de spectroscopie d’émission sur plasma induit par laser LIBS (acronyme anglais pour Laser Induced Breakdown Spectroscopy). Après la fin de l’impulsion laser, le plasma commence à refroidir. Le refroidissement de plasma cause la désexcitation des atomes et des ions y présents. La LIBS permet l’analyse chimique élémentaire des échantillons par détection des raies d’émission optiques caractéristiques des atomes et des ions présents dans le plasma.
En savoir plus

225 En savoir plus

L'influence des approches sécuritaires sur les politiques de développement au Proche-Orient

L'influence des approches sécuritaires sur les politiques de développement au Proche-Orient

Dans les Territoires Palestiniens, par exemple, deux objectifs principaux s’imposent aux bailleurs de fond, lorsqu’ils conçoivent et sélectionnent les projets de développement : la construction étatique palestinienne et la sécurité israélienne. L’étude des politiques de développement menées montre comment, la prise en compte des règles sécuritaires israéliennes par les bailleurs de fond a fini par rendre quasiment caduques la première volonté de construction étatique palestinienne. En effet, la politique du « peace- building » en Palestine s’est concentrée sur les municipalités en insistant sur les services techniques urbains et les infrastructures de base. Mais les choix affichés se heurtent rapidement à la politique de permis israéliens. La répartition du territoire palestinien depuis Oslo II (1995) en zone A (contrôle palestinien), B ou C, sous contrôle israélien partiel ou total rend nécessaire pour les Palestiniens l’obtention de permis auprès des autorités israéliennes. Or ces permis, longs à obtenir, sont très souvent -refusées et quasi- systématiquement s’il s’agit de projets hydrauliques. Les bailleurs de fond ont entériné cette situation en présélectionnant les projets qui n’avaient pas besoin de permis (zone A) ou qui avaient quelque chance de l’obtenir. Contrairement à l’objectif affiché de construction étatique, cela s’est traduit, comme le souligne Aude Signoles, par « un développement en grappe 3 » autour des localités A, sans aucune unification nationale, favorisant au contraire la concurrence entre les municipalités.
En savoir plus

7 En savoir plus

Prise en charge d’une chute chez les personnes âgées de plus de 75 ans en zone rurale par les médecins généralistes des Landes

Prise en charge d’une chute chez les personnes âgées de plus de 75 ans en zone rurale par les médecins généralistes des Landes

Le gouvernement a aussi mis en place des zones de revitalisation rurale (ZRR) visant à aider au développement de territoires ruraux fragiles pour les zones les moins peuplées et les plus touchées par le déclin démographique et économique. Les Landes en font partie pour une grande majorité de leur territoire (62,63). La Figure 5 représente la répartition des différentes aires de population landaise selon INSEE-IGN en 2004 (61). Dans les Landes, il existe 2 pôles urbains, Dax et Mont de Marsan, entourés de leur couronne périurbaine. Le reste est répertorié en espace rural. La figure 6 visualise les nouvelles zones de revitalisation rurale dans les Landes en 2016 par la Préfecture des Landes (63).
En savoir plus

68 En savoir plus

Développement de l'ablation laser en champ proche couplée à l'ICPMS pour l'analyse sub-micrométrique d'échantillons solides

Développement de l'ablation laser en champ proche couplée à l'ICPMS pour l'analyse sub-micrométrique d'échantillons solides

Lorsque la température de chauffage de l’échantillon devient égale ou supérieure à sa température de fusion, un changement de phase se produit. La zone de l’échantillon en- dessous du rayonnement laser commence à fondre et un bain liquide se forme. Si l’intensité du faisceau laser déposée sur la surface est suffisante, une deuxième étape suit la fusion, c’est la vaporisation du bain liquide. La matière fondue est alors éjectée de la surface de l’échantillon sous forme de vapeur à haute température. Cette vapeur est formée d’atomes neutres, d’ions du matériau et d’électrons libres issus de cet échantillon. Cependant, la matière ablatée peut renfermer des gouttelettes liquides et même des fragments solides dus à une vaporisation incomplète de l’échantillon. Les électrons libres présents dans la vapeur sont nommés électrons primaires. Si l’énergie du laser est suffisamment importante, ces électrons primaires entrent en interaction avec le rayonnement électromagnétique du laser et absorbent les photons incidents. Ceci aboutit à la formation d’un plasma dont l’initiation dépend principalement du nombre d’électrons primaires présents dans la vapeur. Le plasma est à la base des analyses de spectroscopie d’émission sur plasma induit par laser LIBS (acronyme anglais pour Laser Induced Breakdown Spectroscopy). Après la fin de l’impulsion laser, le plasma commence à refroidir. Le refroidissement de plasma cause la désexcitation des atomes et des ions y présents. La LIBS permet l’analyse chimique élémentaire des échantillons par détection des raies d’émission optiques caractéristiques des atomes et des ions présents dans le plasma.
En savoir plus

233 En savoir plus

Modélisation cryohydrogéologique tridimensionnelle d'un bassin versant pergélisolé : une étude cryohydrogéophysique de proche surface en zone de pergélisol discontinu à Umiujaq au Québec Nordique

Modélisation cryohydrogéologique tridimensionnelle d'un bassin versant pergélisolé : une étude cryohydrogéophysique de proche surface en zone de pergélisol discontinu à Umiujaq au Québec Nordique

Corollaire: La croissance démographique et le développement du nord entraînent un accroissement de la demande pour des sources d’approvisionnement en eau potable fiable et de qualité. Contrairement aux eaux de surface actuellement exploitées par les communautés nordiques, l’eau souterraine répond à ces critères car elle est naturellement filtrée par les sols, elle est moins vulnérable à la contamination et elle est moins propice à se tarir sous l’effet du gel en hiver. Bien qu’elle représente un défi certain, la recherche en eau souterraine dans des environnements nordiques est pertinente pour l’exploitation à long terme de cette ressource afin d’assurer le développement durable des communautés Inuites. Pour valider cette hypothèse, une approche hydrogéologique adaptée aux particularités des régions froides a été développée. Premièrement, neuf puits d’observation des eaux souterraines du réseau Immatsiak ont été mis en place dans un petit bassin versant de 2,2 km 2 près de la communauté Inuite d’Umiujaq sur la côte est de la baie d’Hudson. Ce bassin versant se trouve dans une vallée appelée Tasiapik en zone de pergélisol discontinu. Cette densité accrue de puits d’observation permet d’étudier plus en détail les impacts du réchauffement climatique sur la dynamique des eaux souterraines. Deuxièmement, un réseau de câbles à thermistances a été installé pour faire le suivi des températures du sol dans les environnements non gelés et dans le pergélisol. Troisièmement, l’équipement nécessaire à la caractérisation de l’infiltration des précipitations et au suivi du débit du cours d’eau à l’exutoire du bassin versant ont été installés pour faire le bilan hydrique du bassin versant. À l’aide de l’ensemble de ces données, des simulations numériques de l’écoulement des eaux souterraines et de la dégradation du pergélisol dans le bassin versant seront effectuées dans les années à venir. Ces simulations permettront d’anticiper l’évolution de la ressource en eau dans le bassin versant selon différents scénarios de changements climatiques.
En savoir plus

278 En savoir plus

Pépite | Développement d’une plate-forme de microscopie champ proche hyperfréquence par interférométrie

Pépite | Développement d’une plate-forme de microscopie champ proche hyperfréquence par interférométrie

III.5 CONCLUSION Dans ce dernier chapitre, l’association de l’interféromètre en réflexion et de l’interféromètre en transmission aux sondes champ proche a permis le développement de deux plates-formes de microscopie champ proche dans des gammes de fréquences allant jusque 20 GHz. Dans un premier temps, nous avons levé le verrou qui est le manque de sensibilité de mesure en associant donc l’interféromètre en transmission à la technique de sonde coaxiale ouverte conventionnelle. Des sensibilités de mesure autour de 4.2 dB/(mg/ml) 2,8 dB/(mg/ml) ont été relevées à 2 GHz et à 5.9 GHz pour la détection de NaCl dans la gamme de concentrations de 1 à 9 mg/ml. Puis, les microscopes champ proche basés sur la technique interférométrique en réflexion et en transmission ont été mis en œuvre afin de bénéficier d’une meilleure résolution spatiale en plus de la sensibilité de mesure. Deux sondes champ proche coaxiales présentant des pointes de dimensions 260 µm et 2 µm ont été alors utilisées. Une sensibilité de mesure à 2.45 GHz de 1.9 dB/(mg/ml) dans la zone allant de 0 à 13 mg/ml pour la détection de NaCl et de 0.11 dB/(mg/ml) dans la bande de concentration de 20 à 200 mg/ml pour la détection du glucose ont été relevées avec le microscope champ proche basé sur l’interféromètre en réflexion. Des sensibilités de mesure de 0,16 dB/µm et de 1,14°/µm ont été relevées sur le module et la phase du coefficient de transmission dans la gamme de fréquences de 2 à 18 GHz avec le microscope champ proche basé sur l’interféromètre en transmission. Finalement, un microscope champ proche basé sur l’utilisation de deux sondes champ proche a été également développé dans la gamme de fréquences de 1 à 6 GHz. Des matériaux diélectriques planaires présentant différentes permittivités ont été donc caractérisés dans la gamme de fréquences d’intérêt. Des sensibilités de mesure de 0.4 dB et de 0.4° ont été relevées pour une variation d’une unité de la partie réelle de la permittivité dans la gamme de permittivité de 2.5 à 12. L’évaluation des outils de caractérisation proposés a montré des performances en termes de sensibilité et de largeur de bande de fréquences améliorées par rapport aux procédés traditionnels. Les matériaux sélectionnés pour la démonstration des techniques proposées sont des solutions aqueuses (eau+NaCl et eau+glucose) et des matériaux planaires (substrats diélectriques).
En savoir plus

168 En savoir plus

Etude expérimentale de l'interaction entre deux vagues successives dans la zone littorale proche

Etude expérimentale de l'interaction entre deux vagues successives dans la zone littorale proche

Puis très vite sont venus les contraintes et nécessités de la vie, et après mon Service Natio- nal, en 1984, je suis rentré à la RNUR (Régie Nationale des Usines Renault) pour travailler dans différents services informatiques de l’entreprise : informatique de gestion et informa- tique industrielle. De 1988 à 1995, j’ai continué ma carrière industrielle comme Responsable de Production dans diverses entreprises de taille moyennes et petite. En 1995, j’envisage de renouer avec mes premiers intérêts en intégrant l’Éducation Nationale sur un poste d’ensei- gnant du corps ENSAM à l’IUT (Institut Universitaire de Technologie) de Figeac, avec l’idée un peu simpliste qu’un enseignant a plus de temps libre disponible pour préparer une thèse! Cependant l’IUT de Figeac où je suis affecté vient de s’ouvrir – j’en suis d’ailleurs le pre- mier enseignant – et tout est à monter : les enseignements, les "labos", etc . . . D’autre part l’IUT étant "délocalisé", c’est à dire éloigné des grandes structures universitaires toulou- saines, cela ne rend pas facile la communication avec le reste du milieu universitaire, ni avec les laboratoires de recherche (un aller-retour entre l’IUT et son université de rattachement prend plus de quatre heures!). Je remets donc "un mouchoir sur mes aspirations" et m’at- telle, avec d’autres, au développement de mon établissement. Je commence par ailleurs et tout d’abord à apprendre sur le tas à devenir enseignant. puis, en 1997, j’actualise ou ra- fraîchis mes connaissances en m’inscrivant en DEA en Génie mécanique (Diplôme d’Études Approfondies, obtenu en 1999).
En savoir plus

204 En savoir plus

Comment rendre le développement durable  plus durable ? le point de vue de l'économiste

Comment rendre le développement durable plus durable ? le point de vue de l'économiste

3) Un devoir de solidarité planétaire autant qu’intergénérationnel pèse donc sur l’humanité des temps présents et futurs. Il s’impose dans un contexte qui durcit le climat des relations internationales. Il est impossible de promouvoir des politiques nationales indépendantes pour répondre aux problèmes d’envergure planétaire. Ce qui fait pression sur la concertation et les institutions internationales. La difficulté vient de ce que la rationalité économique ne suffit pas pour signer de bons accords. Ce pour plusieurs raisons. L’universalisme de la rationalité économique vaut pour un monde idéalisé, imperméable à la diversité des cultures et des perceptions. Ce monde néo-classique ignore les écarts fort variables d’un lieu à l’autre, qui dissocient le bien –être ressenti, le pouvoir d’achat et la croissance de la production. Les difficultés de la coopération internationale sur le DD offrent un terrain favorable à la théorie des jeux. Leur exemple illustre les théories des externalités internationales et du passager clandestin. Mais le défi posé à l’analyse économique est bien plus profond. D’une part parce qu’il n’est pas possible d’écarter les considérations de géopolitique qui sont l’expression brutale de purs rapports de force. D’autre part, parce que la connaissance commune nécessaire à une convergence des perceptions du monde et des enjeux du DD reste encore largement à établir.
En savoir plus

9 En savoir plus

Show all 10000 documents...