Trous noirs

Top PDF Trous noirs:

Trous noirs et trous de ver

Trous noirs et trous de ver

TROUS NOIRS ET TROUS DE VER Ken Tapping, le 16 août 2016 Pour Isaac Newton, la gravité était une force. Pour Albert Einstein, c’était toute autre chose. Selon lui, un astronaute dans une capsule dépourvue de fenêtres ne verrait pas de différence entre flotter dans le vide intersidéral et plonger à toute vitesse vers la Terre. Dans les deux cas, il aurait un sentiment d’apesanteur, comme les astronautes de la Station spatiale internationale, en chute perpétuelle vers la Terre. C’est une sensation très différente de celle ressentie lorsqu’un aéronef accélère pour prendre son envol.
En savoir plus

3 En savoir plus

Les trous noirs: acteurs dans la naissance et la vie des galaxies

Les trous noirs: acteurs dans la naissance et la vie des galaxies

De plus, bien que l’existence d’un lien étroit entre galaxie et trou noir supermassif soit avérée, les astronomes ignorent toujours qui, du trou noir ou du bulbe, contrôle la crois- sance de l’autre. Trois scénarios sont possibles. Premièrement, les trous noirs se forment pour l’essentiel avant le début de la formation des galaxies et régulent la taille du bulbe qui se construit autour d’eux. Deuxièmement, le trou noir et le bulbe galactique croissent simulta- nément. Troisièmement, le trou noir accumule la majorité de sa masse après la formation de la galaxie à partir du gaz contenu dans cette dernière.
En savoir plus

6 En savoir plus

Etude de systèmes binaires d'objets compacts : étoiles à neutrons, étoiles de quarks étranges et trous noirs

Etude de systèmes binaires d'objets compacts : étoiles à neutrons, étoiles de quarks étranges et trous noirs

ments finissent par tomber sur la singularité spatiale, même celles partant d’un point extérieur à l’horizon apparent. 4.5.3 Horizons isolés Le formalisme des horizons isolés décrit des espace-temps dynamiques contenant un trou noir en équilibre, c’est-à-dire où ni matière ni radiation ne traverse l’horizon. L’idée est d’ex- traire de la notion d’horizon de Killing les conditions minimales qui sont nécessaires pour défi- nir des quantités physiques telles que la masse ou le moment cinétique du trou noir et d’établir la loi zéro et la première loi de la mécanique des trous noirs. Une caractéristique très impor- tante des horizons isolés est leur caractère (quasi-)local. En relativité numérique, ce caractère (quasi-)local est fondamental, les simulations numériques étant basées sur une approche 3+1, il est difficile d’avoir un contrôle sur les propriétés globales de l’espace-temps. De plus, cela per- met de traiter le concept d’équilibre d’une façon (quasi-)locale. La notion d’horizon apparent, caractérisée localement comme une surface marginalement piégée la plus externe dans une tranche spatiale Σ t , semble être un bon point de départ. Cependant, afin d’inclure le concept
En savoir plus

217 En savoir plus

Coalescence de trous noirs en relativité générale & Le problème de la matière noire en astrophysique

Coalescence de trous noirs en relativité générale & Le problème de la matière noire en astrophysique

Par exemple, dans le cas le plus simple d’un système binaire de trous noirs de Schwarzschild de masses inégales, l’évolution de la norme V de la vitesse de recul en fonction du temps coo[r]

297 En savoir plus

L'impact des trous noirs les plus massifs de l’Univers sur le coeur des amas de galaxies

L'impact des trous noirs les plus massifs de l’Univers sur le coeur des amas de galaxies

L’étude des trous noirs s’est accélérée à partir de ce moment jusqu’à la confirmation en 2002 de la découverte d’un trou noir supermassif (SMBH – supermassive black hole) au centre de la Voie Lactée par le mouvement des étoiles très proches autour de celui-ci. Cette découverte avait été amenée en 1974 par l’observation d’une source brillante en radio dans une petite région au centre de la Voie Lactée (Balick & Brown, 1974; Schödel et al., 2002). Depuis ce temps, il a été découvert qu’il y a un SMBH au centre de presque toutes les galaxies massives. Dans ce mémoire nous allons nous concentrer sur l’impact des SMBHs sur leur environnement et, plus particulièrement, sur l’impact des SMBHs dit actifs dans les amas de galaxies. Par contre, certains éléments théoriques doivent tout d’abord être traités. Ainsi, dans le présent chapitre, les concepts et phénomènes liés aux trous noirs et aux amas de galaxies seront décrits. Tout d’abord, les SMBHs actifs, nommés noyaux actifs de galaxies (AGN – active galactic nuclei), seront décrits à la section 1.2 en discutant de leur composition (section 1.2.2). Ensuite, les amas de galaxies seront décrits à la section 1.3 en s’intéressant particulièrement à la galaxie centrale des amas de galaxies (section 1.3.1), au milieu intra-amas (section 1.3.2) et à son processus de refroidissement (section 1.3.2.1). Le processus de rétroaction des AGNs qui compense ce refroidissement sera discuté à la section 1.3.3, suivi d’une description de l’émission radio diffuse dans les amas de galaxies à la section 1.4. Finalement, une description de ce mémoire sera présentée à la section 1.5 et la déclaration de l’étudiante sera détaillée à la section 1.6.
En savoir plus

150 En savoir plus

Interactions ondes-courant-obstacle : application à la physique des trous noirs

Interactions ondes-courant-obstacle : application à la physique des trous noirs

C’est donc ici que rentre en jeu la gravitation analogue. En 1981, dans son article intitulé Experimental Black Hole evaporation ? [Unruh, 1981], William Unruh eut l’idée que cette prédiction ne serait pas seulement applicable aux trous noirs astrophysiques mais aussi à des trous noirs dits « analogues ». Dans cet article, il établit l’analogie entre la propaga- tion d’une onde acoustique dans un fluide en mouvement et la propagation d’une onde lumineuse dans un espace-temps courbé par la matière, en réalisant que l’équation d’onde était identique dans les deux cas [Unruh, 1981]. Il est alors possible de modéliser l’horizon d’un trou noir acoustique par le passage d’un régime subsonique à un régime supersonique comme dans une tuyère de Laval [Visser et al., 2002]. En Relativité Générale apparaît le « problème trans-Planckien » : la longueur d’onde tend vers zéro au niveau de l’horizon passant ainsi sous l’échelle de Planck. En acoustique, on constate un problème similaire que l’on peut généraliser sous le nom de « catastrophe ultra-violette ». Dans ce cas, on peut considérer le libre parcours moyen comme étant l’analogue de l’échelle de Planck. Une onde se propageant à partir de la position exacte de l’horizon acoustique verrait sa longueur d’onde rougir indéfiniment.
En savoir plus

272 En savoir plus

Etude des émissions à haute énergie des trous noirs stellaires accrétants

Etude des émissions à haute énergie des trous noirs stellaires accrétants

l’éruption (Chen et al. 1993 ; Mineshige 1994). Je discuterai ces possibilités en Conclusions (Chapitre 10.1.2) dans le cadre de mes études comparatives entre les sources transitoires XTE J1720−318 (Chapitre 7) et SWIFT J1753.5−0127 (Chapitre 8). La classification des sources dans la catégorie persistante ou transitoire a ses limites et peut devenir ambigue vues que toutes les LMXBs sont variables et que les sensibilités des télescopes permettent maintenant de détecter l’émission en quiescence de sources transi- toires. La source 4U 1630 entre en éruption relativement régulièrement tous les 300 jours (Tomsick et al. 2005) : certaines novae ont des temps de récurrence relativement courts (∼ 1–3 ans) alors que d’autres systèmes ont des périodes de quiescence beaucoup plus longues (∼ 5–10 ans) comme H 1743−322 (Chapitre 9.1) ; certaines sources persistantes ont de véri- tables phases de quiescence. Par ailleurs, GRS 1758−258 (Chapitre 9.3) a toutes les carac- téristiques d’une nova X à trou noir mais a une émission presque persistante avec quelques phases d’absence. GX 339−4 peut aussi passer de longues périodes de très faible activité, malgré son appartenance à la classe des sources persistantes et 1E 1740.7−2942 (Chapitre 9.2) peut devenir très faible mais demeure toujours visible. Enfin, le cas particulier de GRS 1915+105 (Chapitre 9.4) mérite d’être mentionné : découverte par Castro-Tirado en tant que source transitoire, elle n’a cessé de se comporter comme une source persistante depuis 1992. Dès lors, des sources qualifiées de novae X ont montré plus d’activité que de quiescence, mais est-ce lié au fait qu’auparavant les instruments étaient insuffisants pour les observer en tant que sources persistantes? Que dire du cas GRS 1915+105? Les critères de cette classification semblent se désagréger avec le temps et l’amélioration des techniques. Je présenterai dans le Chapitre 9 (Partie IV) mes résultats sur les sources H 1743−322, GRS 1758−258, 1E 1740.7−2942 et GRS 1915+105. À l’aide d’exemples précis d’évolu- tions spectrales de diverses binaires X (Chapitres 6 à 9), persistantes ou pas, je tenterai de démontrer les stigmates d’identification des trous noirs stellaires.
En savoir plus

316 En savoir plus

Images numériques et médiatisation des sciences : les trous noirs en représentation

Images numériques et médiatisation des sciences : les trous noirs en représentation

L ES TROUS NOIRS EN REPRESENTATION : RESULTATS ET DISCUSSION Toutefois toute cette séquence a été soutenue par une musique qui, au début, paraissait anodine et n’avoir pour fonction que d’agrémenter l’image et le commentaire, sans autre rôle spécifique (icône). Sur ce plan, cette musique révèle toute sa puissante signifiante pour celles et ceux qui sont capables de la reconnaître, puisqu’il s’agit… de la bande originale du film « Le trou noir » composée par John Barry ! Cette association renvoie immédiatement l’image de synthèse filaire présentée sans commentaire, ainsi que toutes celles qui l’ont précédée, non vers le trou noir comme objet de science – ce qui est sa valeur initiale – mais vers le film « Le trou noir » (Nelson, 1979) dont l’image semble alors sortie (indice) en raison de ses ressemblances iconiques : fond noir et lignes vertes identiques, mouvements de caméra similaires jusqu’à l’entrée dans le cône... Cette idée ne serait pas probablement pas venue, s’il n’y avait eu la présence de cette musique qui renvoie à une image particulière, devenue symbolique au sens où elle fut l’une des premières images de synthèse réalisée pour le cinéma, et dont le studio Disney a fait une abondante publicité.
En savoir plus

181 En savoir plus

Les trous noirs expliqués à vos enfants

Les trous noirs expliqués à vos enfants

étoiles astrophysique physique espace astronomie trous noirs à quelle vitesse il tourne ! Au cœur de la Voie lactée (notre galaxie) : on a suivi une petite étoile, appelée S2, qui tourne autour du centre de notre Galaxie. C’est intéressant parce que connaître une orbite permet de connaître la masse de l’objet central – masse du Soleil en observant les planètes, masse du centre (qu’on ne voit pas) pour S2. On arrive à 4 millions de fois la masse du Soleil concentré dans une toute petite zone – il n’y a qu’un trou noir pour répondre à de telles propriétés.
En savoir plus

4 En savoir plus

Collisions entre trous noirs

Collisions entre trous noirs

On trouve habituellement des trous noirs supermassifs au centre des galaxies. Celui au centre de la Voie lactée, notre galaxie, a plusieurs millions de fois la masse du Soleil. Selon les recherches les plus récentes, plusieurs trous noirs plus petits orbiteraient autour du trou noir central. Nous serons donc aux premières loges des collisions qui se risquent de se produire dans l’avenir.

3 En savoir plus

Gestion esthétique des trous noirs

Gestion esthétique des trous noirs

III. Autres alternatives thérapeutiques Lorsque qu’un trou noir est la résultante d’une pathologie parodontale, que la maladie est contrôlée et stabilisée et qu’une chirurgie reconstructrice ne peut être réalisée pour diverses raisons ; ou lorsqu’un trou noir résulte uniquement d’une anatomie particulière ou de malposition dentaire, le recourt à la dentisterie esthétique tels que le collage ou la prothèse fixée peuvent être envisagés car ils font partie de l’arsenal thérapeutique à notre disposition afin de masquer partiellement ou totalement les trous noirs, de même que la thérapeutique orthodontique.
En savoir plus

98 En savoir plus

Contributions à l’étude des Branes : Trous Noirs Attracteurs et testes de la Conjecture OSV

Contributions à l’étude des Branes : Trous Noirs Attracteurs et testes de la Conjecture OSV

Avec tout ces ingrédients en main, nous fonçons sur les développements les plus récents à propos de la physique du trou noir: son lien avec les supercordes type II et la corde topologiqu[r]

252 En savoir plus

Accrétion et éjection dans les systèmes binaires X transitoires à trous noirs : le cas de GRS 1716-249

Accrétion et éjection dans les systèmes binaires X transitoires à trous noirs : le cas de GRS 1716-249

le sujet de controverses de haute vol´ ee et font l’objet d’intenses recherches. L’´ emission radio est caus´ ee par l’´ ejection de mati` ere sous forme de jets rela- tivistes. Ces jets relativistes semblent omnipr´ esents et intimement li´ es au proces- sus d’accr´ etion (voir Chapitre 3 ). Le grand nombre de campagnes d’observation multi-longueurs d’ondes ainsi que les comparaisons entre AGN et BHB on soulign´ e la pr´ esence d’une relation d’´ echelle unifi´ ee qui connecte ces sources. Le “plan fon- damental des trous noir” ( Merloni et al. , 2003 ) fournit une preuve de l’existence d’une relation entre la masse du trou noir et les processus d’accr´ etion/´ ejection ` a travers les luminosit´ e X et radio respectivement. Cependant la connexion accr´ e- tion/´ ejection n’est pas encore comprise, alors que son rˆ ole actif et fondamental dans la structure physique et la dynamique de ces sources est clairement reconnu. Les BHB transitoires (BHT) sont un excellent laboratoire pour ´ etudier la physique de l’accr´ etion en suivant le cours de leur ´ evolution pendant leurs ´ erup- tions. Ceci est facilit´ e par leur flux X relativement fort et les ´ echelles de temps de variabilit´ e relativement br` eves (de quelques milli-secondes ` a quelques mois) par rapport aux AGN. Pendant leurs ´ eruptions, le taux d’accr´ etion de masse sur l’objet central augmente conduisant ` a une augmentation de plusieurs ordres de grandeur de l’´ emission X, avant de retourner ` a sa valeur initiale. Ces ´ ev` enements ´
En savoir plus

146 En savoir plus

Noirs et gens de couleur dans le Centre-Ouest français en 1807

Noirs et gens de couleur dans le Centre-Ouest français en 1807

Noirs et gens de couleur dans le Centre-Ouest français en 1807 par Olivier Caudron Le recensement des « Noirs et gens de couleur » mené en 1807 dans tout l'Empire français 1 par le ministre de la Police générale, Fouché, à la demande de ses homologues de la Marine et des Colonies d'une part, de la Guerre d'autre part, n'a pas été partout exhaustif. Il est toutefois d'un grand intérêt, illustrant la mutation profonde de cette population par rapport à l'avant-Révolution : baisse importante de l'effectif (une perte des deux-tiers ?), mais aussi large renouvellement, et accentuation du métissage.
En savoir plus

5 En savoir plus

Les <i>Female gothic</i>, des films noirs romantiques ?

Les <i>Female gothic</i>, des films noirs romantiques ?

de la technique ou du sujet. Pour autant, on distingue le romantisme noir en ce qu'il s'attache à représenter la perte, l'effroi, la peur, ou toute autre émotion a priori négative mais qui peut conduire au sublime à travers l'art. En esthétique, la question de la beauté est bien évidemment l'un des enjeux principaux, aussi bien pour les artistes que pour les penseurs de l'art. C'est d'ailleurs pour cela que dans le langage courant, le qualificatif esthétique s'applique à un objet qui s'apparente au beau. Ce qui frappe donc les contemporains des peintres romantiques noirs, c'est que la beauté s'est déplacée de la surface de l'objet vers l'effet que celui-ci produit sur le spectateur. Le sublime, terme utilisé pour désigner l'équivalent de la beauté pour les sujets sombres, a la même racine étymologique que sublimation, le terme utilisé en physique pour désigner le passage de l'état solide d'un corps à son état gazeux, sans passer par l'état liquide. Il n'est sans doute pas anodin que ce soit le terme de sublime qui soit utilisé en art, puisque de manière assez rapidement résumée, il s'agit de passer d'un art pictural où ce sont les corps solides du tableau – ses objets « physiques » – dont il faut juger la beauté, tandis que dans le romantisme noir – et toutes les autres mouvances représentant la noirceur du monde – c'est une matière impalpable à mains nues qu'il faut juger : le sentiment provoqué par le tableau, et comme c'est le cas également pour le cinéma. Cela implique une évolution des techniques picturales employées, mais aussi et surtout un changement important dans le traitement des sujets, traitement qui n'est, de fait, plus soumis à des règles uniquement formelles.
En savoir plus

121 En savoir plus

Intérêt de la tomographie par cohérence optique dans la pathologie des trous maculaires

Intérêt de la tomographie par cohérence optique dans la pathologie des trous maculaires

L'OCT a facilité le diagnostic des trous maculaires et a permis de mieux comprendre leurs processus de formation du fait que l'examen est non invasif. Il permet de faire la différence entre un trou de pleine épaisseur et un pseudo-trou ou un trou lamellaire. Il permet d'évaluer le diamètre du trou qui apparaît comme un facteur important de pronostic de chances de fermeture chirurgicale et permet également de documenter avec précision le résultat postopératoire. Il apporte des renseignements sur la jonction vitréo-maculaire, s'il y a une traction vitréo-rétinienne ou au contraire un décollement postérieur du vitré. Il
En savoir plus

45 En savoir plus

Aborder l'esclavage et la traite des noirs avec des élèves en cycle 3

Aborder l'esclavage et la traite des noirs avec des élèves en cycle 3

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

78 En savoir plus

Nanoparticules d'alliage or-étain pour le remplissage des trous d'interconnexion

Nanoparticules d'alliage or-étain pour le remplissage des trous d'interconnexion

1.2 Remplissages des vias La première étape des procédés TSV est de graver des trous verticaux dans le substrat. Ces trous peuvent avoir une profondeur jusqu’à 20 fois plus grande que leur largeur. Ensuite, plusieurs couches minces de matériaux doivent être déposées. La première est un isolant électrique qui empêche le courant traversant les vias d’endommager les dispositifs et évite également d’avoir des courants de fuites dans le substrat de silicium. Cela est suivi du dépôt d’une barrière de diffusion pour que le matériau conducteur des TSV ne diffuse pas dans le reste du substrat. Une troisième couche, appelée couche « seed », est parfois nécessaire. Celle-ci sert notamment à faire croître les matériaux par électrochimie ainsi qu’à favoriser l’adhérence et le mouillage du matériau de remplissage. Ces différents dépôts sont généralement bien maitrisés. La difficulté est surtout au niveau du remplissage rapide et à faible coût des TSV avec un matériau conducteur. Le grand facteur de forme des TSV exige de bien choisir la technique de dépôt afin qu’ils soient remplis totalement et de façon uniforme. Par exemple, un dépôt par évaporation n’est pas une option viable puisque les vias seraient bouchés avant d’être totalement remplis.
En savoir plus

106 En savoir plus

NATIONALE 1 ET LE FAISEUR DE TROUS  DE CHAWKI AMARI : POLYPHONIE ET DIALOGISME.

NATIONALE 1 ET LE FAISEUR DE TROUS DE CHAWKI AMARI : POLYPHONIE ET DIALOGISME.

Dans cet extrait, le personnage de Trabelsi, nous fait découvrir un nouveau désert, celui qui l’effraie et le rebute. Ce désert est pour lui et pour les gens du coin synonyme de mort et de trépas. Pourtant c’est ici qu’il va recroiser Akli, l’homme du nord et sa 205 rouge. Toujours entrain de creuser des trous. Cependant lors de cette rencontre, Akli a énormément changé, d’homme laconique et discret qu’il était, il s’est matérialisé en une personne loquace, chaleureuse et souriante dont les yeux brillent d’une lumière particulière. Selon Trabelsi, cette lumière dans les yeux révèle les signes précurseurs de la folie chez les personnes qui ont passé un temps considérable au milieu du néant du désert. Par cette phrase « Il sait aussi que le premier stade de la folie est cette lumière qui sort de l’intérieur. Juste avec l’extinction des feux. L’obscurité, le noir, le trou noir » (p.96), Trabelsi désigne cette étincelle comme étant un indice avant-coureur qui mène la personne qui en est atteinte vers la mort, car il parle d’obscurité, de noir et de trou noir.
En savoir plus

105 En savoir plus

Problématique d'adhérence des revêtements anodisés inorganiques noirs pour applications spatiales

Problématique d'adhérence des revêtements anodisés inorganiques noirs pour applications spatiales

La méthode de flexion quatre points [4] [5] peut être également utilisée pour les revêtements OAN. Le moment de flexion constant entre les deux appuis intérieurs permet d’observer une zone soumise à un niveau de contraintes uniforme. Un suivi par émission acoustique de l’essai permet de détecter les fissurations et donc de connaitre le niveau de contraintes pour lesquelles elles interviennent. Nos premiers essais réalisés sur les revêtements anodisés noirs montrent notamment que la décohésion de particules intervient durant la phase de déformation plastique du substrat et seulement sur la face en compression. Ce résultat met en évidence le fait qu’un essai de traction simple ne serait pas adapté au mode de défaillance que l’on souhaite observer. Par ailleurs, le scratch test sollicitant également les surfaces en compression, les résultats obtenus en flexion ou par scratch test sont donc comparables.
En savoir plus

4 En savoir plus

Show all 81 documents...