Troubles du comportement alimentaire chez l'enfant -- Facteurs de risque

Top PDF Troubles du comportement alimentaire chez l'enfant -- Facteurs de risque:

Pépite | Les facteurs de risque de troubles du comportement alimentaire chez le sportif : synthèse de revue de littérature

Pépite | Les facteurs de risque de troubles du comportement alimentaire chez le sportif : synthèse de revue de littérature

littérature a été réalisée sur pubmed avec l’équation « eating disorder » (MESH) AND « risk factor » (all fields) AND « athlete ». Une recherche supplémentaire a été effectuée sur google scholar et Lissa. Résultats : 56 études ont été incluses. Le genre féminin, le perfectionnisme, l’anxiété, une basse estime de soi, une blessure, un traumatisme, les sports à catégorie de poids ou lié à l’esthétique, une relation négative avec le coach, les pairs, une insatisfaction corporelle et le désir de minceur pour améliorer les performances semblaient associés à un risque augmenté de troubles du comportement alimentaire. A l’inverse, l’ethnie noire, le statut de sportif professionnel, les sections sportives intégrées constitueraient un facteur protecteur.Conclusion : Les TCA chez le sportif sont déterminés par des facteurs communs à la population
En savoir plus

73 En savoir plus

D’un système à l’autre : facteurs de risque d’incidence LSJPA chez les jeunes pris en charge en protection de la jeunesse en raison de troubles de comportement

D’un système à l’autre : facteurs de risque d’incidence LSJPA chez les jeunes pris en charge en protection de la jeunesse en raison de troubles de comportement

79 associés. C’est donc dire qu’il pourrait s’agir là des premiers signes d’un cheminement vers la délinquance. Chez les filles prises en charge en raison de maltraitance et de TC, plusieurs catégories entretiennent une relation avec l’incidence LSJPA. Encore une fois, il est primordial de s’y intéresser lors de la prise en charge initiale puisque cela nous renseigne grandement sur les conséquences néfastes qui menacent les filles de ce sous-groupe. Lors de l’analyse plus détaillée des types de TC qui sont liés à l’incidence, force est de constater que se sont majoritairement des comportements qui pourraient faire écho aux hypothèses de Bender (2010) comme quoi, les troubles de comportement ne sont que l’expression des abus subis à la maison. En effet, les TC non spécifiés, les problèmes relationnels parent/enfant et les comportements à risque sont trois des quatre types de TC qui sont liés avec l’incidence LSJPA chez ces filles. Ceci démontre une situation complexe au niveau des relations interpersonnelles. Pour ce qui est des comportements liés aux drogues, c’est certainement le type de troubles de comportement qui permet de départager le mieux les filles de ce sous-groupe qui migreront vers la LSJPA dans les cinq années suivant la fermeture de leur prise en charge initiale. Ces informations devraient donc être considérées comme cruciales lors de la prise en charge et de la détermination des interventions qui seront préconisées dans l’accompagnement de ces jeunes filles.
En savoir plus

138 En savoir plus

Prévalence de la surcharge pondérale et du risque de trouble du comportement alimentaire chez le personnel de nuit du CHU-hôpitaux de Rouen

Prévalence de la surcharge pondérale et du risque de trouble du comportement alimentaire chez le personnel de nuit du CHU-hôpitaux de Rouen

V.5.Facteurs associés à un risque de TCA Les résultats, en analyse multivariée, de notre étude mettent en évidence des facteurs de risque de développer un TCA lors du travail de nuit chez le personnel hospitalier. Parmi ceux-ci, le fait d’effectuer un régime amaigrissant (ORa 3.38) apparait être un facteur associé à un risque de TCA. Il n’est pas étonnant de retrouver ce résultat compte tenu du fait qu’un régime alimentaire peut être la source d’apparition de compulsions alimentaires surtout si ce régime comporte une restriction alimentaire (106). Nous avons constaté d’ailleurs que 10% des personnes de notre population étudiée, effectuent un régime alimentaire par eux-mêmes, sans encadrement médical. Cependant nous n’avons pas recherché précisément dans notre étude quel type d’auto régime est privilégié. De plus certains types de régimes alimentaires « médicaux », tels que l’alimentation sans gluten ou sans lactose, n’ont pas été pris en compte dans notre questionnaire, ce qui peut constituer un éventuel biais.
En savoir plus

103 En savoir plus

La recherche sur le transfert des connaissances pour améliorer le dépistage et le traitement des troubles du comportement alimentaire

La recherche sur le transfert des connaissances pour améliorer le dépistage et le traitement des troubles du comportement alimentaire

La recension systématique réalisée s’attarde également à la qualité des devis de recherche employés par les études inclues. Différentes limites méthodologiques sont notées, notamment pour les études ayant utilisé des devis mixtes. Ce type de devis a toutefois le potentiel de rendre compte de la complexité des stratégies de TC et de l’étendue de leurs effets respectifs (Dagenais, Malo, et al., 2013). Ce premier article de la thèse montre la pertinence de s’intéresser à la triangulation de données issues de méthodes qualitatives et quantitatives ainsi qu’à l’influence de chercheurs sur les résultats observés. Porter une attention particulière à ces facteurs pourrait notamment permettre de mieux comprendre comment le processus d’évaluation est susceptible d’influencer les effets de stratégies de TC. Dans ce sens, Alkin et Taut (2003) suggèrent que le processus d’évaluation en lui-même peut mener à une utilisation instrumentale, conceptuelle ou symbolique (forme référant à une utilisation persuasive) des connaissances. Par exemple, si les cliniciens sont interrogés sur leurs pratiques lors de l’évaluation, il est possible que les intervenants reflètent sur leurs interventions après avoir participé à la recherche. Cette réflexion pourrait ainsi représenter une utilisation conceptuelle des connaissances issue du processus d’évaluation ou de l’influence de chercheurs. Ce constat a notamment été observé dans le cadre du second article de la thèse. Les entretiens semi- structurés réalisés lors de cette étude ont effectivement permis de guider les intervenants dans l’utilisation des connaissances et la validation de leurs pratiques.
En savoir plus

224 En savoir plus

La recherche de prise de masse musculaire et les troubles du comportement alimentaire chez les sportifs masculins : application du modèle trans-contextuel de la motivation

La recherche de prise de masse musculaire et les troubles du comportement alimentaire chez les sportifs masculins : application du modèle trans-contextuel de la motivation

20 a montré une fluctuation entre les populations sportives et non sportives, jeunes et adultes, allant de 5,9% à 44,0% (Cuadrado et al., 2018). Selon Grieve (2007), la participation à des sports influencerait l’internalisation des idéaux de beauté qui, en retour, serait associée à une estime de soi faible et à une insatisfaction corporelle qui mèneraient directement à la DM, en passant par les affects négatifs et le perfectionnisme. En effet, les sportifs pratiquant des sports de poids cherchent à développer leur masse musculaire, et les sportifs focalisés essentiellement sur l’apparence physique semblent plus à risque de développer des TCA, et plus précisément de la DM, que les sportifs focalisés sur la performance sportive (e.g., Cerea, Bottesi, Pacelli, Paoli, & Ghisi, 2018 ; Skemp et al., 2013). Les bodybuilders cherchent autant la prise de masse musculaire, que la minceur (e.g., Griffiths et al., 2018 ; Grossbard et al., 2013 ; Klimek, Murray, Brown, Gonzales, & Blashill, 2018), car ils souhaitent avoir un volume musculaire important tout en gardant la saillance de leurs muscles (e.g., Griffiths et al., 2015). Ces sportifs ont été catégorisés comme étant à risque de développer de l’insatisfaction corporelle (e.g., Cerea et al., 2018 ; Davies, Smith, & Collier, 2011), ainsi que des TCA, et notamment de la DM (e.g., Cerea et al., 2018 ; Cuadrado et al., 2018 ; Longobardi et al., 2017 ; Palazón-Bru et al., 2018).
En savoir plus

235 En savoir plus

Traitements pharmacologiques des troubles du comportement alimentaire : molécules disponibles et leur place dans la stratégie de prise en charge

Traitements pharmacologiques des troubles du comportement alimentaire : molécules disponibles et leur place dans la stratégie de prise en charge

Une anxiété plus élevée avant un repas étant associée à un apport calorique d’autant plus faible, il paraitrait judicieux d’utiliser des anxiolytiques tels que les benzodiazépines. Mais le bénéfice des benzodiazépines dans l’AM est à discuter en regard du risque d’effets indésirables (Fitzpatrick et Lock, 2011). En 2014, Steinglass et al. ont effectué une étude randomisée en double aveugle sur 17 patientes atteintes d’AM avec l’alprazolam. Le médicament était administré à une dose de 0,75mg une heure et demie avant le repas permettant d’obtenir une concentration plasmatique maximale au repas. Aucun bénéfice n’a été rapporté concernant l’anxiété ou la prise alimentaire (Steinglass et al., 2014). Toutefois, cette molécule n’est peut- être pas la plus adaptée car elle expose à des effets on-off en raison de sa demi-vie courte, et la cible clinique est sans doute au moins autant l’anxiété post-prandiale que pré-prandiale, ce qui inciterait plutôt à utiliser une molécule à demi-vie plus longue, comme le diazépam. Un inconvénient des benzodiazépines est la sensation de fatigue, et surtout le risque d’accoutumance rapide, voire une véritable addiction avec augmentation des doses. L’utilisation des benzodiazépines doit donc rester limitée, ponctuelle dans les états de stress intense, ou dans l’attente de l’effet des antidépresseurs sur le trouble anxieux.
En savoir plus

148 En savoir plus

La théorie de l'attachement pour comprendre les difficultés d'apprentissage et les troubles du comportement chez les jeunes de milieux défavorisés à risque de mauvais traitements

La théorie de l'attachement pour comprendre les difficultés d'apprentissage et les troubles du comportement chez les jeunes de milieux défavorisés à risque de mauvais traitements

recensées avaient examiné systématiquement l’effet médiateur de la maltraitance entre la pauvreté et les problèmes scolaires. Certains auteurs constataient de plus que les mécanismes qui expliquent l’interaction entre les variables examinées sont peu connus. Nous avons alors effectué une recension spécifique des écrits pour vérifier comment pourraient s’articuler les liens entre ces phénomènes. Le cadre de la théorie de l’attachement a été utilisé, puisqu’il fournit une structure conceptuelle intéressante pour comprendre comment les relations abusives et négligentes affectent le développement et les structures cognitives et affectives de l’enfant. Cette recension rapportait que les mères qui évoluent dans la défavorisation risquent de subir du stress, ce qui pourrait altérer leur sensibilité maternelle et la qualité de l’attachement. D’autres études recensées ne montraient toutefois pas de lien entre la pauvreté et l’attachement. Par ailleurs, la faible conscience réflexive de la mère risque de faire en sorte qu’elle perçoive mal les signaux émis par son enfant ou les déforme. Il s’agit de conditions propices à la maltraitance. Or, la maltraitance serait pour sa part un risque important d’attachement de type désorganisé/désorienté (D) chez l’enfant. Ce type d’attachement serait plus fréquent chez les garçons. Il s’agit d’un type d’attachement très défavorable au développement de l’enfant, et ultérieurement, à ses capacités d’apprentissage et ses compétences comportementales en milieu scolaire. Puisque selon la théorie de l’attachement, les traits humains tendent à se rigidifier une fois leur développement entrepris, ces caractéristiques risquent de rester chez ces enfants qui ont évolué dans ces conditions adverses. Cela expliquerait la constance des difficultés d’apprentissage et des troubles du comportement que révélaient les écrits consultés dans la première recension. En somme, la théorie de l’attachement était effectivement toute désignée pour approfondir la compréhension de l’effet médiateur de la maltraitance entre la pauvreté et les problèmes scolaires, car au fil de cette recension, nous avons pu constater que Bowlby (1973) lui-même semblait reconnaître cette chaîne d’événements dans son ensemble.
En savoir plus

330 En savoir plus

Facteurs associés aux conduites déviantes chez des jeunes suivis pour troubles de comportement sérieux en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse

Facteurs associés aux conduites déviantes chez des jeunes suivis pour troubles de comportement sérieux en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse

Forces et limites de la thèse Cette thèse présente des avantages notables qui doivent être soulignés. D’abord, le fait que la présente thèse consiste en une analyse secondaire de données provenant d’une étude d’envergure a facilité l’accès à des données souvent difficiles à obtenir en raison du caractère juridique et clinique des situations suivies en vertu de la LPJ et de la LSJPA. L’échantillon clinique utilisé amène une meilleure compréhension des divers sous-groupes de jeunes qui sont déjà engagés dans une trajectoire marginale, les rendant à plus haut risque de déviance persistante que les jeunes de la population générale. Ensuite, l’utilisation du concept de déviance a permis de jeter un regard plus nuancé et moins cloisonné sur la commission de divers actes répréhensibles et de recourir à un continuum de gravité des comportements extériorisés. Différents indicateurs de déviance ont également été considérés, permettant ainsi de pallier certaines limites présentes dans la littérature telles qu’une vision dichotomique de la déviance (absence vs présence) et l’utilisation exclusive de la fréquence comme indicateur de déviance. Le fait d’avoir étudié tant la déviance autorapportée que celle sanctionnée par les autorités est aussi une force importante, surtout que peu de chercheurs se sont intéressés aux sous-groupes de jeunes déviants provenant d’échantillons cliniques en utilisant des mesures autorapportées. Enfin, l’étude de plusieurs caractéristiques de la dynamique familiale, remplie tantôt par le jeune, tantôt par le parent, tantôt par les deux répondants, permet un portrait plus complet et plus précis de ce phénomène, comparativement à ce qui est retrouvé dans la littérature actuelle.
En savoir plus

104 En savoir plus

Caractérisation phénotypique du comportement alimentaire chez la chèvre laitière

Caractérisation phénotypique du comportement alimentaire chez la chèvre laitière

1.1.3.4. Les facteurs liés à l’environnement Le stress de chaleur Les ruminants étant des animaux homéothermes, ils doivent maintenir leur température corporelle dans un intervalle donné quelles que soient leur propre production de chaleur et les conditions thermiques de leur environnement. Le stress de chaleur, causé par une température et une humidité ambiante élevées, est un stress important chez les ruminants car ses effets sur la production, l’ingestion et les performances de reproduction peuvent être importants (West et al., 2003 ; Polsky et von Keyserlingk, 2017) . La réduction des performances en cas de stress thermique est généralement attribuée à une moindre disponibilité des nutriments et à une diminution de l’ingestion de matière sèche journalière (West et al., 2003 ; Allen et al., 2015) qui permet de réduire la production de chaleur métabolique et de maintenir une température corporelle constante (O’Brien et al., 2010) . La consommation d’eau quant à elle va augmenter lorsque la température ambiante s’élève au- dessus de 25-30°C (Fuquay et al., 2011) . En période de fortes chaleurs, les vaches laitières vont modifier la répartition dans le temps des périodes d’ingestion pour manger lorsque la température est la plus basse (Schneider et al., 1988) . De plus, les vaches préféreront manger des aliments concentrés plutôt que des fibres (Bernabucci et al., 2009) , cette préférence étant due à une production métabolique de chaleur plus faible associée à l’alimentation en concentré par rapport à une alimentation riche en fibres (Lu, 1989) . L’augmentation de la fréquence des repas pendant les périodes crépusculaires ainsi que la préférence pour les aliments concentrés, associée à une ingestion réduite de fourrage entrainent un risque accru d’acidose ruminale (Kadzere et al., 2002) . La chaleur est donc un facteur important à contrôler pour éviter des troubles du comportement alimentaire et les maladies métaboliques telles que l’acidose.
En savoir plus

279 En savoir plus

La construction publique et médiatique d'un problème de santé : le cas des troubles du comportement alimentaire

La construction publique et médiatique d'un problème de santé : le cas des troubles du comportement alimentaire

les journaux généralistes nationaux. A cette même période, en octobre 2007, Le Figaro consacrait un article 97 sous forme d'interview au Pr Jeammet, éminent psychiatre spécialiste de l'adolescent et de l'enfant, qui nous renseignait sur l'anorexie, sa prise en charge, les moyens de la prévenir, etc. Cette "reprise" par la presse généraliste nationale et par les jour- naux télévisés également est importante et parlante puisqu'elle donne en quelque sorte une validité à l'action des malades et par extension assure une continuité à la publicisation des troubles du comportement alimentaire amorcée par les malades. Ainsi, par exemple, la dénon- ciation du mouvement pro-ana à plusieurs reprises et sur plusieurs plateaux de télévision par Justine, Isabelle Caro, puis les journalistes a-t-elle peut-être été un élément précurseur à un début de travail des pouvoirs publics sur ce qui allait être bientôt une loi 98 . Marchetti affirme à
En savoir plus

50 En savoir plus

Causes des troubles du développement, du comportement et des apprentissages chez l'enfant et l'adolescent

Causes des troubles du développement, du comportement et des apprentissages chez l'enfant et l'adolescent

Les étiologies sont probablement multiples, au vu des multiples facteurs qui entrent en interaction. (21) Prématurité, petit poids de naissance, troubles périnataux sont associés à l’autisme. (22) Les infections prénatales et le faible taux de vitamine D ont été incriminés dans la prévalence de l’autisme. (23) La forte prise de poids maternelle pendant la grossesse, correspondant à un statut inflammatoire par augmentation du taux de leptine, est associée aux troubles autistiques. (22) De nombreux gènes de susceptibilité à l’autisme ont été identifiés, faisant parler d’endophénotypes de troubles autistiques. Des signaux environnementaux peuvent activer des modifications intracellulaires durant le développement précoce et conduire à des changements épigénétiques dans les fonctions neuronales. Des toxines environnementales comme le PCB ou le mercure ont été impliquées dans la neurotoxicité développementale associée au TED. (22) Les maladies auto-immunes maternelles, psoriasis, asthme, dermatite atopique, diabète de type 1, polyarthrite rhumatoïde, sont fréquemment associées à l’autisme. Des auto-anticorps contre des protéines du cerveau ont été retrouvés chez des mères d’enfants autistes et chez les autistes eux- mêmes. (22)
En savoir plus

317 En savoir plus

Facteurs de risque d’anaphylaxie alimentaire sévère - Rôle confirmé de certaines classes de médicaments

Facteurs de risque d’anaphylaxie alimentaire sévère - Rôle confirmé de certaines classes de médicaments

leucotriènes, protéases, cytokines, etc. [12] ). Les actions principales de ces médiateurs dans l’anaphylaxie sont triples. Une hyperperméa- bilité endothéliale paroxystique et immédiate entraîne au niveau de la microcirculation capillaire une extravasation plasmatique dans les tis- sus interstitiels et donc une hypovolémie, source de chute tensionnelle. Par ailleurs, les effets des médiateurs sur les fibres musculaires lisses des parois vasculaires entraînent une vasodilatation, contribuant à la chute tensionnelle et provoquent une bronchoconstriction qui explique la composante asthmatique. Des désordres plus complexes caractérisent la circulation hépatosplanchnique et la circulation pulmonaire, du type vasoconstriction, à la source d’un défaut de remplissage du cœur droit puis du cœur gauche. Au fur et à mesure que l’hypovolémie s’aggrave, une chute du débit cardiaque s’installe, ce qui induit une diminution du débit cérébral et systémique. Des effets cardiaques directs s’ajoutent, du type tachycardie, mais ils correspondent parfois à des troubles du rythme plus graves. Enfin le processus allergique peut activer le métabo- lisme de la bradykinine, un médiateur généré dans le plasma, qui induit des effets vasodilatateur et hyperperméant supplémentaires.
En savoir plus

5 En savoir plus

Étude des facteurs de risque maternels de séparation mère-enfant à l’issu d’une hospitalisation conjointe en Unité Mère-Enfant en psychiatrie Adulte

Étude des facteurs de risque maternels de séparation mère-enfant à l’issu d’une hospitalisation conjointe en Unité Mère-Enfant en psychiatrie Adulte

44 relations conjugales et les relations intrafamiliales. Une partie du questionnaire était dédié à la recherche de symptômes psychiatriques parentaux grâce à la « Structured Clinical Interview for DSM-III-R » (SCID). La « Child Behavior Checklist/2–3 » (CBCL) et la « Global Rating Scale for mother–infant interaction » permettaient l’évaluation des troubles internalisés (anxiété dépression et retrait précoce) externalisés (agressivité et comportement de destruction) et globaux chez l’enfant, ainsi que les troubles des interactions mère-enfants. Les résultats montraient que les troubles psychiatriques paternels étaient liés à des troubles internalisés chez l’enfant à l’âge de deux ans. Les troubles externalisés chez l’enfant étaient liés aux troubles psychiatriques paternels, aux antécédents psychiatriques maternels antérieurs à la grossesse et aux comportements intrusifs et/ou hostiles maternels. Rutter et al. (44) ont constaté que des difficultés peuvent persister à long terme dans une étude menée au sein de 137 familles composées de parents souffrant de troubles psychiatriques et d’au moins un enfant de moins de 15 ans. Leurs résultats montraient que les enfants de parents « malades » présentaient plus souvent des troubles du comportement ou des troubles émotionnels avant 15 ans que ceux issues de famille ou les parents n’étaient pas malades. La santé mentale des parents semble donc avoir un impact sur le développement de la santé mentale et physique de l’enfant depuis la naissance jusqu’à l’âge adulte. Conell et al. (45) soulignent que ces conséquences seraient directement liées au type de pathologie présentée par le ou les parents puisque les symptômes parentaux sont susceptibles d'entraver plus spécifiquement l’attachement et/ou le développement psychoaffectif de l’enfant. 3.2.2. Troubles de l’humeur
En savoir plus

119 En savoir plus

Étude de la co-existence des troubles du comportement alimentaire et du syndrome de l'intestin irritable parmi les étudiants en France

Étude de la co-existence des troubles du comportement alimentaire et du syndrome de l'intestin irritable parmi les étudiants en France

Les TCA et le SII partagent de nombreuses similarités et sont souvent associés à des comorbidités comme le stress, l’anxiété et la dépression. Au-delà des causes neurobiologiques, un stress chronique aurait un rôle pivot dans l’initiation et l’entretien du SII et des TCA [55]. La population étudiante vit dans un environnement particulièrement stressant, et des études ont montré que le stress vécu par ces derniers était associé à une plus forte prévalence de TCA [63, 64] et de SII [65, 66], mais peu d’études ont étudié la coexistence de TCA et de SII chez les étudiants. A la lumière de ces éléments, nous avons mené une étude épidémiologique afin d’investiguer cette coexistence chez les étudiants de l’université de Rouen et les facteurs associés.
En savoir plus

58 En savoir plus

Facteurs socioculturels québécois relatifs aux troubles du comportement chez les élèves francophones d'origine Québécoise du secteur public primaire de l'est de Montréal

Facteurs socioculturels québécois relatifs aux troubles du comportement chez les élèves francophones d'origine Québécoise du secteur public primaire de l'est de Montréal

Facteurs socioculturels relatifs aux troubles du comportement compréhension accrue de la problématique et permet de dégager des pistes de suggestions pour l'intervention. D'abord, bien qu'elle soit de plus en plus recommandée et valorisée, nos résultats démontrent le chemin à parcourir et les aléas relatifs à cette accompagnement en collaboration qui représente encore et toujours un défi important de l'intervention. Le discours de sourds entre les divers adultes impliqués, n'est certainement pas étranger à la problématique de ces enfants qui requièrent, d'une façon toute particulière, cohésion et stabilité. Nos résultats soulèvent des questionnements quant à la nature d'une collaboration entre les adultes impliqués ou qui devraient être impliqués dans la vie des enfants en difficulté de comportement. Premièrement, les convergences observées entre les parents et les enseignants au sujet de l'enfant sont pour la plupart négatives et dures envers l'enfant (immature, menteur, manipulateur, menteur, paresseux, etc.). Elle peuvent, à nos yeux, représenter une pression supplémentaire pour l'enfant et réduire les chances qu'il se sente aimé, investi, respecté et accompagné suffisamment pour permettre la relation et la confiance si nécessaires à une réparation et à une reprise de développement. Deuxièmement, la recherche d'une compréhension commune des
En savoir plus

123 En savoir plus

Les caractéristiques associées à l’évolution des troubles du comportement perturbateur chez les enfants.

Les caractéristiques associées à l’évolution des troubles du comportement perturbateur chez les enfants.

(Scott, Knapp, Henderson, & Maughan, 2001; Robins, 1981). Si ces troubles qui surviennent en bas âge sont reconnus pour leur risque élevé de persistance dans le temps (Biederman et al., 2008; Lahey, Loeber, Burke, & Applegate, 2005; Renk, 2008; Whittinger, Langley, Fowler, Thomas, & Thapar, 2007), un nombre important de ceux- ci décroitront (Barker, & Maughan, 2009; Hoeve, Blokland, Dubas, Loeber, Gerris, & van der Laan, 2008; Moffitt et al. 1996; Pitzer, Schmidt, & Laucht 2010; Raine, Moffitt, Caspi, Loeber, Stouthamer-Loeber, & Lynam, 2005; Van Domburgh, Loeber, Bezemer, Stallings, & Stouthamer- Loeber, 2009; Veenstra, Lindenberg, Verhulst, & Ormel, 2009). En effet, Moffitt et al. (1996) ainsi que Nagin et Tremblay (1996) ont démontré qu’environ la moitié des jeunes ayant manifesté de telles conduites tôt à l’enfance n’en présenteront plus un niveau élevé à l’adolescence. Bien qu’un nombre grandissant d’études portent sur les trajectoires des troubles du comportement (Pitzer, & al., 2010), peu d’entre elles portent sur les caractéristiques associées aux jeunes dont les troubles du comportement décroissent à l’entrée dans l’adolescence (Barker, & Maughan, 2009). Cela est d’autant plus vrai pour les filles chez qui il y a un important manque de connaissances (Pitzer, & al., 2010). Pourtant, l’identification de facteurs de risque qui distingueraient les enfants chez qui ces troubles persistent de ceux dont les troubles décroissent s’avère une avenue prometteuse afin de prioriser et d’ajuster les interventions susceptibles de prévenir la persistance de ces troubles.
En savoir plus

75 En savoir plus

Facteurs de risque de développement de troubles intériorisés : études en Imagerie par Résonance Magnétique structurelle

Facteurs de risque de développement de troubles intériorisés : études en Imagerie par Résonance Magnétique structurelle

Les résultats hétérogènes chez les jeunes peuvent être dus à la présence simultanée de troubles ou de symptômes psychiatriques, particulièrement les troubles ou symptômes d’anxiété. En effet, les études chez les jeunes ayant vécu de l’adversité s’intéressent souvent aux jeunes ayant également un trouble d’anxiété, souvent un trouble de stress post- traumatique. L’influence de ces deux variables n’est donc pas méthodologiquement isolée (H. Hart & Rubia, 2012). Chez les jeunes ayant vécu de l’adversité et ne présentant pas de trouble de stress post-traumatique et qu’une faible proportion d’autres troubles psychiatriques, les résultats démontrent un volume et une épaisseur corticale plus petits pour le CPF/COF/CCA et l’insula (Baker et al., 2012; De Brito et al., 2013; Edmiston et al., 2011; Hanson et al., 2010; Kelly et al., 2013; Korgaonkar et al., 2013). Généralement, le volume des structures sous- corticales était plus petit, pour l’amygdale, l’hippocampe et le striatum (Edmiston et al., 2011; Hanson et al., 2015; Korgaonkar et al., 2013), bien qu’une étude ne rapporte pas de différence pour le volume de l’amygdale et de l’hippocampe (De Brito et al., 2013). Le niveau de symptômes d’anxiété n’est cependant pas mesuré dans ces études. Plusieurs auteurs soulignent d’ailleurs, à juste titre, que les différences anatomiques rapportées dans la littérature ne peuvent donc pas être clairement associées à l’adversité ou à l’anxiété vécue (Bremner, 2003; Kitayama, Quinn, & Bremner, 2006; G. Weniger, Lange, Sachsse, & Irle, 2008). L’absence de comparaison avec un groupe de participants ayant un passé d’adversité mais qui ne présentent pas de symptômes anxieux, ou qui à l’inverse, présentent des symptômes anxieux sans passé d’adversité, limite la capacité de déterminer si les différences cérébrales observées sont liées plus spécifiquement à l’adversité ou à l’anxiété (H. Hart & Rubia, 2012; McCrory, De Brito, & Viding, 2011). Les résultats pourraient aussi être modulés par la sévérité de l’adversité, ainsi que par l’âge de l’enfant lors de ce vécu, et par la durée de l’adversité.
En savoir plus

139 En savoir plus

Évaluation des troubles du comportement alimentaire avant et après la chirurgie bariatrique

Évaluation des troubles du comportement alimentaire avant et après la chirurgie bariatrique

44 IV- RAPPELS SUR LA CHIRURGIE BARIATRIQUE A. Introduction : La chirurgie est à présent pleinement intégrée dans la stratégie de prise en charge de l’obésité. Cette démarche a été validée en terme de morbi-mortalité dans deux cohortes de patients opérés, suivis au long cours (Sjöström et al., 2007 ; Adams et al., 2007) . Non sans conditions. Plusieurs recommandations (National Institutes of Health 1991 ; Laville et al 2005) ont eu pour but de situer sa juste place afin d’optimiser les bénéfices et de minimiser les risques en regard de l’évolution d’une maladie chronique trop longtemps considérée comme une disgrâce. Les recommandations européennes publiées en 2007 sont les dernières en date (Fried et al 2007). Elles se fondent sur les résultats de plusieurs méta-analyses (Buchwald et al., 2004 ; Maggard et al 2005) évaluant les performances de la chirurgie bariatrique et sont étayées par des données épidémiologiques attestant de la gravité de l’obésité massive ou sévère compliquée. Ainsi, le risque de mortalité d’un sujet jeune atteint d’une obésité massive (Indice de masse corporelle - IMC > 40 kg/m²) est 12 fois plus élevé que celui d’un sujet de poids normal. Par ailleurs, l’obésité sévère a un coût « santé » qui serait trois fois plus élevé que celui d’un sujet non obèse de même âge (Drenick et al., 1980 ; Lehman et al., 2004) Multidisciplinaires, ces recommandations ont été formulées par les représentants de sociétés savantes internationales et européennes en respectant les règles et la gradation de la médecine factuelle (Evidence based medicine, EBM).
En savoir plus

156 En savoir plus

Enquête sur les facteurs prédisposant aux troubles liés à la séparation chez le chien.

Enquête sur les facteurs prédisposant aux troubles liés à la séparation chez le chien.

Le statut sexuel Les résultats montrent qu’il existe une différence des scores de sévérité entre les mâles stérilisés et les autres catégories (figure 37). Plus de 20% des mâles stérilisés présentent un score sévère contre seulement 10% pour les autres statuts sexuels. De plus, les femelles, stérilisées ou non, présentent un pourcentage plus élevé de score léger contrairement aux mâles. Ces résultats semblent indiquer que dans cette étude, les mâles stérilisés seraient plus susceptibles de développer un trouble lié à la séparation. Cependant, il n’y a aucune information sur la date de castration et la motivation des propriétaires à stériliser leur animal. Si elle a été faite avant l’apparition du problème comportemental, elle serait un facteur de risque. Au contraire, si elle a été faite après son apparition, il se peut qu’elle soit une conséquence du trouble de comportement et non pas une prédisposition. Cependant, l’indice V de cramer montre un lien faible entre le statut sexuel et le score global de sévérité du problème de séparation (V = 0,132). Le statut sexuel semble donc être un faible facteur de risque dans cette étude.
En savoir plus

135 En savoir plus

Étude des liens entre les troubles de l'intégration sensorielle et les troubles du comportement alimentaire

Étude des liens entre les troubles de l'intégration sensorielle et les troubles du comportement alimentaire

montre une présente statistiquement plus forte d’antécédents de TCA dans la famille, notamment au premier degré, que dans la population saine. Ces résultats pourraient d’une part s’expliquer par des facteurs génétiques (Cheylan, 2017) mais aussi par des facteurs environnementaux. En effet, comme l’expliquent Levavasseur en 2017 et Mouren en 2011, l’alimentation est un moment de socialisation. Des troubles du comportement alimentaire dans la famille au premier degré pourraient donc avoir modifié l’environnement émotionnel et les réponses apportées aux propositions alimentaires faites. Cela aurait donc pu avoir un impact sur le développement de l’oralité (Levavasseur, 2017, Mouren et al., 2011) et sur la sensorialité de la personne. Notre étude a aussi permis de mettre en avance une présence statistiquement supérieure de troubles psychiatriques et de dépression post-partum maternelle dans la population TCA par rapport à la population saine. Ces résultats peuvent encore une fois être expliqués par la modification de l’environnement lors des repas comme nous l’expliquions précédemment.
En savoir plus

73 En savoir plus

Show all 10000 documents...