trajectoires migratoires

Top PDF trajectoires migratoires:

Les trajectoires migratoires - RERO DOC

Les trajectoires migratoires - RERO DOC

3.1 Se situer en marge d'une nouvelle centralité Les stigmates du migrant constituent un lourd fardeau à porter, où qu'il se situe et décide d'aller et s'établir. Ces mêmes stigmates peuvent lui permettre de se découper un espace de créativité et de liberté dont les seuls sédentaires ou les seuls nomades ne pourraient pas bénéficier ni chercher à se découper dans l'espace et la société dans lesquels ils évoluent, et cela à cause de leur statut « univoque » (monolithique). Les spécificités du migrant peuvent lui permettre de se situer dans un « interstice » ou bien d’en créer un. À l’image de son statut d’« entre- deux », cet interstice constitue, à son tour, une sorte d'espace-temps social et culturel - individuel ou collectif - où il peut continuer à nourrir son identité primaire, tout en ayant la possibilité de se familiariser avec l’espace et la société d’accueil. Cet entre-deux est un espace-temps où le migrant, surtout s’il vient d’immigrer, peut « s'armer » avant de devoir faire une entrée dans la société d'accueil ou bien où pouvoir se réfugier dans toute situation de fragilisation qui peut se présenter. Le concept d’interstice a cependant été conçu et utilisé en particulier dans le cadre d’études concernant le quartier - ethnique ou à connotation ethnique -, plus que des espaces moins délimités, moins étendus et moins visibles comme les locaux d’associations étrangères, les cafés, les hall des gares et des centres commerciaux jusqu’à arriver aux entrées des immeubles de résidence. Re-adapté à ces espaces plus exigus et informels, ce concept peut nous aider à comprendre des espaces-temps frontières ou des espace-temps relais de moindre extension, voire à visibilité réduite ou presque inexistante, situés entre les dimensions publique et privée. Bref, des lieux où le migrant peut, soit « s'armer », soit se ressourcer et trouver de nouvelles énergies avant de poursuivre ses trajectoires migratoires ou redéfinir son projet de vie tout en essayant de comprendre ceux des autres. Il ne faut pas oublier que, le plus souvent, l’interstice n’est pas qu’un espace-temps où il peut relativiser sa situation mais aussi un lieu où il peut se former, trouver les ressources qui lui sont indispensables pour « s'accommoder » de son statut hybride et de sa situation d'entre deux.
En savoir plus

394 En savoir plus

Trajectoires de santé et trajectoires migratoires chez les migrants sud-asiatiques en France : la santé à l’épreuve de la précarité et du sentiment d’isolement

Trajectoires de santé et trajectoires migratoires chez les migrants sud-asiatiques en France : la santé à l’épreuve de la précarité et du sentiment d’isolement

2 santé mentale et des inégalités sociales de santé 3 , mais également des analyses sur les pratiques de santé au quotidien avec un regard particulier sur le pluralisme médical 4 . Dans cet article, nous tenterons de connaître et comprendre la façon dont s’imbriquent trajectoires migratoires et trajectoires de santé et de soins. Nous nous appuierons pour cela sur deux études réalisées en France. La première étude que nous développerons prolonge une réflexion sur la place des médecines indiennes au sein du pluralisme médical 5 ; elle permettra de décrire et analyser les expériences de la santé telles qu’elles sont vue par des médecins d’origine indienne exerçant en Ile-de-France. La deuxième étude analyse des matériaux recueillis dans la cadre d’un projet interrogeant l’accès aux soins, les logiques de recours aux soins et les états de santé des migrants primo-arrivants en Bretagne. Cet article propose de mettre en miroir ces deux terrains afin d’illustrer deux facettes indissociables dans l’étude des trajectoires et des négociations autour du soin 6 : le rôle central des soignants (ici, des médecins généralistes) dans les parcours de leurs patients et la multiplicité des ressources que les migrants peuvent mobiliser afin de mettre en œuvre des démarches de santé.
En savoir plus

11 En savoir plus

Trajectoires migratoires de Camerounais de retour forcé au pays. Le double retour, des souffrances de l'immigré expulsé aux illusions de l'émigré de retour

Trajectoires migratoires de Camerounais de retour forcé au pays. Le double retour, des souffrances de l'immigré expulsé aux illusions de l'émigré de retour

Le double retour pourrait sans doute être considéré comme une entrée privilégiée pour l’analyse des reformulations des projets migratoires et de l’ambivalence identitaire, comme un prisme permettant d’éclairer cet entre-deux, la liminarité perceptible dans les trajectoires migratoires des personnes retournées de force dans leur pays natal à la suite d’une interdiction de territoire ou d’une condamnation à la double peine. Nous envisageons leurs trajectoires migratoires dans ce que Sayad nomme une perspective « totale ». Par ailleurs, plutôt que d’envisager le retour comme une fonction miroir qui ne nous renverrait que notre propre reflet, nous envisageons le double retour comme une sorte de « boule à facettes », qui par les différents angles d’approches possibles qu’elle offre, permet d’appréhender la globalité du phénomène, son inscription dans les différents cadres sociaux d’émigration et d’immigration. Le dédoublement du retour dévoile cet espace de négociation, que pourrait être l’entre-deux dans lequel les émigrés semblent se situer, marqué par l’ambivalence spatiale, temporelle et identitaire. Notre étude ne prétend pas aborder l’ensemble des facettes de ce retour dédoublé mais plutôt saisir le contenu subjectif de cette situation migratoire qu’est l’après expulsion, de cette entreprise des retours.
En savoir plus

97 En savoir plus

Le continuum des violences genrées dans les trajectoires migratoires des Colombiennes en situation de refuge en Équateur

Le continuum des violences genrées dans les trajectoires migratoires des Colombiennes en situation de refuge en Équateur

Au cours des dernières décennies, plutôt que de se résorber, les violences genrées sont en augmentation et demeurent un élément central dans les revendications et les recherches féministes (voir notamment : FMS 2009, Héritier 2005, Giles et Hyndman 2004, Kelly 1988). Dans le monde, jusqu’à 70% de femmes seront, au cours de leur vie, victimes d’actes violents (ONU Femmes, 2015) et celles en situation de refuge se voient encore plus susceptibles d’en subir. La nécessité de se pencher sur les trajectoires migratoires en analysant les différentes formes de violences genrées s’y déployant est indéniable. Ce constat, à la source de mon choix de réaliser cette recherche, émerge de mon expérience en tant que spécialiste de l’intégration des perspectives de genre et de prévention de conflit au sein des Nations Unies en Équateur. Cette expérience professionnelle, au cours de laquelle j’ai travaillé auprès des groupes de femmes et des organismes spécialistes de la protection des réfugié-e-s et des violences genrées, m’a permis d’engager un processus de réflexion face aux limites conceptuelles, organisationnelles et structurelles des projets de développement et des services offerts aux femmes en situation de refuge et vivant des violences. Ces limites se traduisaient par la difficile prise en compte de l’ensemble de leur trajectoire ainsi que la diversité des inégalités et des violences caractérisant leur parcours. Il m’apparaissait alors important de réfléchir à ces parcours individuels en les resituant dans les systèmes et les structures globales dans lesquels ils s’inscrivent. Dans cette optique, ma recherche, en plus de s’inscrire dans les théories féministes et anthropologiques des déplacements forcés et du refuge, vise à appréhender l’ensemble du processus migratoire afin de mettre en lumière l’influence des divers rapports sociaux inégalitaires dans l’exacerbation des violences basées sur le genre.
En savoir plus

371 En savoir plus

Pratiques médiatiques, usages des médias sociaux et trajectoires migratoires des Somaliens en France et au Canada

Pratiques médiatiques, usages des médias sociaux et trajectoires migratoires des Somaliens en France et au Canada

2 Résumé Les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont omniprésentes et les médias sociaux, la télévision par satellite et internet façonnent notre façon de vivre, de travailler et d’interagir. Elles ont aussi transformé la migration internationale, rendant possible pour les migrants le maintien des liens forts entre la société d’accueil et le pays d’origine. De nombreux travaux ont été menés dans ce cadre sur les usages des TIC par les migrants dans les pays d’accueil. Toutefois, les travaux relatifs aux usages des TIC par les réfugiés durant leurs trajectoires migratoires sont embryonnaires. Cette étude porte sur l’analyse des pratiques médiatiques et des usages des médias sociaux par les refugiés Somaliens depuis la Somalie jusqu’en France (Rennes, Angers et Paris). En outre, la présente enquête de terrain est multi-située et s’est s’intéressée à comprendre les liens entre reconstruction identitaire et pratiques médiatiques des Somaliens dans deux villes canadiennes, Ottawa et Toronto. Malgré l’émergence des études sur la communauté somalienne du Canada, très peu de recherches existent sur l’analyse des pratiques médiatiques des Somaliens, surtout dans le contexte domestique. La démarche méthodologique adoptée s’articule dans une posture épistémologique empruntant les outils de l’ethnographie critique et multi-située. L’ethnographie critique vise à dénoncer les inégalités sociales et économiques dans lesquelles vivent les Somaliens en France et au Canada. Les résultats de cette recherche dévoilent que les réfugiés, loin des clichés largement répandus les désignant souvent sous-équipés et maîtrisant peu l’informatique, savent manier les médias sociaux (Facebook, Youtube) et les moyens de communication instantanée (Skype, MSN Messenger, VoIP). Nous verrons aussi comment l’utilisation collective des vidéos sur Youtube, de la télévision et la radio dans la salle de séjour par les Somaliens au Canada occupe un rôle complémentaire par rapport à celui des institutions chargées de la sauvegarde de la mémoire et de la transmission de l’identité culturelle. La production et la réception de vidéos et des émissions radiophoniques et télévisuelles de la communauté somalienne correspondent à autant de « traces » pour reconstruire de façon symbolique la Somalie. En donnant une attention particulière aux pratiques médiatiques dans le contexte migratoire, cette présente recherche tente de contribuer à l’avancement du savoir sur les usages des TIC par les réfugiés Somaliens.
En savoir plus

363 En savoir plus

Mythe, trajectoires migratoires et projet de vie : les perceptions des immigrants français au Québec retournant en France en 2005 et 2006

Mythe, trajectoires migratoires et projet de vie : les perceptions des immigrants français au Québec retournant en France en 2005 et 2006

45 Nous déplorons à ce propos la pusillanimité des fonctionnaires du Consulat général de France à Montréal. Certes, le service de presse ainsi qu'indiqué précédemmen[r]

264 En savoir plus

Trajectoires migratoires et stratégies identitaires d'écrivains maghrégins immigrants au Québec : l'écriture comme espace d'insertion et de citoyenneté pour les immigrants

Trajectoires migratoires et stratégies identitaires d'écrivains maghrégins immigrants au Québec : l'écriture comme espace d'insertion et de citoyenneté pour les immigrants

Compte tenu de ces différents points et parce que ce sont d'abord les sujets immigrants qui nous intéressent, nous proposons de pousser plus loin les interrelations en i[r]

399 En savoir plus

Dynamiques des trajectoires migratoires intra-régionales des jeunes en Outaouais. Une enquête qualitative

Dynamiques des trajectoires migratoires intra-régionales des jeunes en Outaouais. Une enquête qualitative

La résultats sont présentés selon les sept grandes dimensions de la migration définies précédemment, soit l’appréciation que se font les jeunes des lieux où ils ont vécu avan[r]

41 En savoir plus

Le rapport au développement du pays d'origine dans les trajectoires migratoires étudiantes : approches des stratégies migratoires de sept étudiants d'Afrique de l'Ouest à Montréal

Le rapport au développement du pays d'origine dans les trajectoires migratoires étudiantes : approches des stratégies migratoires de sept étudiants d'Afrique de l'Ouest à Montréal

Le cas de Mme Bara et Mme Nyang n'est pas isolé. Si leurs projets respectifs ont explicitement vocation à créer de meilleures conditions de vie sur les plans humanitaire et[r]

123 En savoir plus

Trajectoires migratoires et espaces de sociabilité : stratégies de migrants de France à Montréal

Trajectoires migratoires et espaces de sociabilité : stratégies de migrants de France à Montréal

Outre cette dimension d’obtention d’un premier emploi par l’intermédiaire de co nationaux, il reste que l’accès au marché du travail s’est fait de manière relativement aisée pour tous le[r]

416 En savoir plus

Trajectoires migratoires Maroc-Québec : entre imaginaires et dynamiques sociales et identitaires

Trajectoires migratoires Maroc-Québec : entre imaginaires et dynamiques sociales et identitaires

]est fait de continuité et de rupture et s'articule en diachronie et synchronie à d'autres phénomènes» (Cognet, 1999.. Notre approche en termes de trajectoire migratoire s'ins[r]

326 En savoir plus

Classification de données biographiques : application à des trajectoires migratoires vers Cali (Colombie)

Classification de données biographiques : application à des trajectoires migratoires vers Cali (Colombie)

L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d’enseignemen[r]

23 En savoir plus

Des trajectoires individuelles aux dynamiques migratoires nationales : enseignements de l’enquête démographique rétrospective mexicaine (EDER 2017)

Des trajectoires individuelles aux dynamiques migratoires nationales : enseignements de l’enquête démographique rétrospective mexicaine (EDER 2017)

municipe de naissance. Ces « immobiles » ou « non-migrants » se localisent plutôt dans les grandes métropoles et illustrent le caractère « captif » de ces grandes aires urbaines économiquement attractives (Sebille, 2016). La première difficulté de cette étude renvoie aux questions de représentativité à la fois pour les échelles terri- toriales mais aussi pour les données rétrospectives. La seconde difficulté a trait à la manière de prendre en compte les contextes passés. La troisième réside dans le passage des parcours individuels aux dynamiques collectives, à la fois en termes méthodologiques et du point de vue de la représentation des résultats. L’hypothèse centrale de ce travail questionne donc la possibilité d’utiliser une enquête démographique rétros- pective conçue avec une représentativité nationale en 2017, pour comprendre les dynamiques migratoires mexicaines depuis 1962. Si les données recueillies permettent de dresser un portrait de l’inscription spatiale des trajectoires migratoires des personnes vivant sur le territoire mexicain en 2017, il convient d’être prudent dans l’interprétation que l’on peut en faire sur les dynamiques migratoires régionales passées. Par ailleurs, les histoires migratoires individuelles, multiples par leur nature, s’inscrivent dans des espaces géographiques marqués au cours du temps par des transformations sociales, économiques et démographiques. Ces trajec- toires individuelles portent ainsi en elles les dynamiques migratoires actuelles et passées, ainsi que leurs contextes de réalisation ; l’un des défis a été de les restituer. Dans la mesure où nous privilégions une
En savoir plus

7 En savoir plus

Les projets migratoires à l’épreuve des contingences politiques

Les projets migratoires à l’épreuve des contingences politiques

En somme, les contingences politiques, aussi ponctuelles soient leurs illustrations, viennent infléchir des trajectoires migratoires et professionnelles qui auraient été différentes. Elles ont modifié des parcours et eu des conséquences fortes sur des individus, comme sur ceux qui sont partis ailleurs (en Suède, en Allemagne, au Canada, etc.) ou ceux qui ont été contraints de rentrer chez eux du fait du non-renouvellement de leur carte de séjour (comme une ingénieur- docteure marocaine formée à l’École des mines de Saint-Étienne et contrainte de retourner au Maroc suite à la péremption de son titre de séjour). Toutefois, l’enquête longitudinale réalisée montre que les impacts de telles mesures politiques sont brutaux, mais ne sont pas durables. En guise d’illustration, nous pouvons citer le constat fait qu’à la rentrée 2014-2015 aucun des élèves arrivant du Maghreb inscrits en première année à l’ ENSTA Bretagne et ayant été interrogés n’avaient le souvenir d’avoir entendu parler de la « circulaire Guéant » lorsqu’ils étaient au lycée ou en classe préparatoire dans leur pays d’origine.
En savoir plus

26 En savoir plus

Les réalités migratoires au prisme de la ville

Les réalités migratoires au prisme de la ville

Véronique Bontemps: Le programme Babels est une réponse à un appel à projet lancé par l’Agence nationale de la recherche dans le cadre d’un «Flash asile» en résonance avec ce que les médias avaient nommé « la crise migratoire » durant l’été 2015. Ce programme s’est constitué autour de Michel Agier pour saisir les spéciicités de cette crise en la replaçant dans une histoire plus longue des migrations et à l’échelle européenne et au-delà, notamment au Moyen-Orient. Bien entendu, les recherches sur les migrations sont anciennes et très nombreuses. Les travaux rappellent que cette crise migratoire n’est pas nouvelle dans les formes des lux migratoires vers l’Europe et qu’elle s’inscrit dans le cadre d’une crise des politiques migratoires – expression que nous préférons à «crise migratoire». Les chiffres sur ces migrations montrent très bien qu’il n’y a pas eu d’explosion migratoire. Les travaux autour de l’Atlas des migrations, réactualisé par Catherine Wihtol de Wenden, l’équipe de Migrinter
En savoir plus

10 En savoir plus

Dynamiques migratoires contemporaines dans le sud de la France. Réseaux sociaux et filières migratoires des « jeunes » italiens à Marseille

Dynamiques migratoires contemporaines dans le sud de la France. Réseaux sociaux et filières migratoires des « jeunes » italiens à Marseille

vo Malgré une volonté souvent partagée par les plus qualifiés d’être vus comme des « protagonistes » qui ne subissent aucune injonction ou influence de leurs environnements immédiats, les résultats de nos analyses invitent à nuancer l’affirmation d’une migration indivi- duelle, qui n’aurait rien à voir avec les vagues précédentes, car indé- pendante des filières familiales et régionales d’interconnaissance. En effet, bien que les technologies jouent un rôle considérable et faci- litent la décision de migrer, l’établissement et l’insertion dans la ville et la région d’accueil sont également facilités par des liens d’amitié anciens, du pays d’origine, et les liens familiaux qui continuent de venir dessiner les parcours migratoires de nombreux migrants ita- liens dans la région marseillaise. Parmi nos interviewés, c’est le cas de Susanna, journaliste à Rome, qui est venue en France dans le cadre d’une relation conjugale avec un homme de Cassis, dont elle est sépa- rée depuis, mais aussi de Francesco, qui avait un ami à Marseille, ou de Maurizio dont une partie de la famille avait préalablement migré en France :
En savoir plus

22 En savoir plus

Les flux migratoires légaux et illégaux

Les flux migratoires légaux et illégaux

La vitalité des diasporas, ou plus exactement des quasi-diasporas qui suscitent de plus en plus l’attention des pays de départ, favorise les réseaux transnationaux qui se jouent des frontières à des fins économiques. On compte environ 30 millions d’Indiens et 50 millions de Chinois vivant hors de leur pays. Un Philippin sur dix réside à l’étranger. De solides liens migratoires abolissant frontières et espaces se forment entre ceux qui sont partis et ceux qui restent au pays. Enfin, l’imaginaire migratoire qui s’échafaude au sud par delà les frontières contribue aussi à effacer la distance et les barrières dans l’esprit des plus aventureux.
En savoir plus

9 En savoir plus

Israël n'échappe pas aux enjeux migratoires

Israël n'échappe pas aux enjeux migratoires

transnationaux de la mobilité internationale, qui ont fait de cet État l’une des destinations possibles pour des personnes en quête de ressources ou bien encore un refuge dans un espace régional particulièrement instable et où un nombre toujours important de populations sont contraintes à l’exil. En l’espace d’une soixantaine d’années, l’État d’Israël a vu s’opérer une recomposition et une diversification de ses flux migratoires dont nul ne pouvait imaginer l’ampleur et les conséquences qu’une telle dynamique pourrait avoir au sein de cette société. Pour décrire cette réalité, différents angles d’observation peuvent être privilégiés. En premier lieu, dans une perspective démographique, si la population juive du pays a connu une croissance importante depuis 1948, la source et l’intensité de celle-ci n’a eu de cesse de changer : sur la période 1948-1960, le taux de croissance annuel de la population était de 9,2% et ce dynamisme reposait principalement sur un solde migratoire extrêmement positif alors qu’aujourd’hui, il se maintient à 1,7% et la balance migratoire ne compose plus que 11% de la croissance démographique totale
En savoir plus

3 En savoir plus

Cycles migratoires et habitats spontanés dans la Caraïbe

Cycles migratoires et habitats spontanés dans la Caraïbe

La rupture de cette forme de production des modèles traditionnels peut être stigmatisée par l’opposition entre transmission écrite et transmission non écrite des codes, mai[r]

82 En savoir plus

Logiques mémorielles et temporalités migratoires. Une introduction

Logiques mémorielles et temporalités migratoires. Une introduction

Au travers des récits sur la migration produits par des groupes intermédiaires tels que les associations de migrants, qui travaillent à encadrer la mémoire commune et à produire une « mémoire collective », des décalages s’observent, entre mémoires vives et discours formalisés sur le passé. De quelles mémoires communes s’agit-il alors : celles du pays d’origine, du déplacement, du vécu en migration ? Comment les groupes intermédiaires parviennent-ils à construire un récit partagé de cette expérience ? La distinction théorique entre « mémoire exilique » et « mémoire diasporique », proposée ici par Thomas Lacroix offre quelques pistes de réflexion sur la base de ces interrogations. La « mémoire exilique » se constituerait comme un ensemble de représentations partagées des conditions traumatiques qui ont présidé à la dispersion du groupe (modèle de la diaspora juive). Elle est constituante d’une communauté expatriée et la localise clairement dans le temps et l’espace. Par ailleurs, elle tend à instaurer un rapport au corps sur lequel s’inscrivent des stigmates émotionnels et physiques de l’expérience collective historique. La « mémoire diasporique » au contraire ne mettrait pas du tout l’accent sur l’origine, mais se constituerait comme produit des trajectoires de migration. Elle est en ce sens l’expression d’une historicité propre de la diaspora constituée comme expérience migratoire (c’est-à-dire, nourrie des savoir-faire, savoir-circuler, savoirs marchands, savoirs militants…). À la différence de la mémoire exilique, elle n’a jamais vocation à instituer et évolue perpétuellement avec l’installation ici ou là, voire avec le retour. Et elle est le support d’une spatialité propre, d’une communauté de pratiques avec une transmission horizontale entre les migrants et non pas uniquement une transmission verticale entre les générations.
En savoir plus

22 En savoir plus

Show all 592 documents...