Traitement à l'insuline

Top PDF Traitement à l'insuline:

Pronostic obstétrical, foetal et néonatal des grossesses diabétiques : comparaison du traitement par multi-injections quotidiennes versus pompe à insuline

Pronostic obstétrical, foetal et néonatal des grossesses diabétiques : comparaison du traitement par multi-injections quotidiennes versus pompe à insuline

2 Hormis la prise en charge hygiéno-diététique et des ADO, le diabète peut être traité par apport d’insuline, d’action rapide ou lente. Elle peut être administrée par stylo à insuline (multi-injections quotidiennes d’insuline d’action lente ou rapide en fonction des glycémies capillaires pré- et post-prandiales) ou par pompe à insuline. Cette dernière est composée d’un petit boîtier relié à un fin cathéter sous-cutané par une tubulure. Elle permet la délivrance d’un débit basal d’insuline programmable heure par heure et de bolus au moment des repas, selon les glycémies capillaires (« infusion continue sous-cutanée d’insuline »). Elle présente comme avantages principaux d’équilibrer rapidement les glycémies en mimant la sécrétion physiologique d’insuline et d’améliorer la qualité de vie des patients, notamment en dimi- nuant le nombre de piqûres quotidiennes (le cathéter étant changé par le patient tous les 3 jours) et en offrant une certaine flexibilité des horaires de repas. En revanche, cette méthode présente certaines limites : une hospitalisation à l’instauration de la pompe ainsi qu’une bonne maîtrise de l’appareil sont nécessaires à ce traitement. De plus, la pompe peut être un signe visible de la maladie, ce qui peut freiner le choix de ce mode d’insulinothérapie. (8)
En savoir plus

44 En savoir plus

Stratégie médicamenteuse de contrôle glycémique du patient diabétique de type 2 (hors traitement par insuline)‎ : enquête de pratique auprès de 64 médecins généralistes picards

Stratégie médicamenteuse de contrôle glycémique du patient diabétique de type 2 (hors traitement par insuline)‎ : enquête de pratique auprès de 64 médecins généralistes picards

L'enquête EVOLUTIV [18], conduite en ligne sur internet de novembre 2011 à janvier 2012 auprès de 135 médecins généralistes et 135 médecins endocrinologues-diabétologues a fait émerger des objectifs glycémiques ambitieux, alors que les stratégies thérapeutiques, particulièrement chez les MG, ne paraissaient pas toujours en adéquation avec ces objectifs. Les MG avaient tendance à privilégier le maintien de stratégies orales et sous utilisaient les stratégies injectables alors qu'elles étaient plus largement et plus précocement choisies par les spécialistes. Parmi les freins à l'initiation d'un traitement injectable par les MG, les plus fréquemment mis en évidence étaient l’absence d’aide par les autres professionnels de santé, les croyances des médecins sur le traitement du diabète, la complexité supposée du traitement, la nécessité de préparer le patient au traitement et le manque de temps pour l’éducation thérapeutique, l’absence de recommandations disponibles et, surtout, le manque d’expérience ainsi que la complexité du traitement par insuline. Le recours aux IDPP4 en ajout à la metformine prédominait tant chez les MG que chez les spécialistes en choix de bithérapie. Le principal critère de décision amenant au choix thérapeutique était le taux d'Hba1c.
En savoir plus

66 En savoir plus

Diabète gestationnel : insuline ou hypoglycémiants oraux ? Étude pilote de la préférence des femmes et de l'influence du traitement sur la qualité de vie

Diabète gestationnel : insuline ou hypoglycémiants oraux ? Étude pilote de la préférence des femmes et de l'influence du traitement sur la qualité de vie

la partie la plus facile du traitement. En contrepartie, un plus grand nombre de femmes dans le groupe insuline (27.2 versus 10.5%) ont évalué la prise de la médication comme étant la partie la plus difficile du traitement. Une étude de cohorte observationnelle publiée en 2012 avait comme objectif d’explorer les inquiétudes, l’humeur, la QDV et la satisfaction quant au traitement du diabète chez les femmes avec DG traitées par diète ou par insuline. Les femmes ont dû répondre à quatre questions (faites maison) concernant leurs impressions sur le nouveau diagnostic de DG, leurs inquiétudes générales et spécifiques, leur motivation quant au traitement ainsi qu’à la modification des habitudes de vie. Elles ont reçu trois questionnaires validés dont le questionnaire sur la QDV de l’OMS (WHOQOL – BREF), distribué avant le traitement (24-28 semaines) ainsi qu’en phase tardive du traitement (36-40 semaines). Elles ont dû répondre également au questionnaire multidimensionnel sur l’humeur (MDMQ) avant le traitement, en phase précoce (28-30 semaines) et en phase tardive, et au questionnaire quant à la satisfaction du traitement du diabète (DTSQ) en phase précoce et tardive du traitement. Les conclusions étaient que l’état de santé du bébé était la principale inquiétude, mais constituait une grande motivation au traitement. La satisfaction du traitement et la dimension de bien-être étaient inférieures chez les femmes ayant reçu de l’insuline mais s’amélioraient au fur et à mesure que la grossesse progressait. Ceci s’expliquait par les réticences initiales face au traitement avec insuline qui s’atténuaient avec l’expérience (Trutnovsky et al. 2012).
En savoir plus

101 En savoir plus

Vignette therapeutique de l'etudiant. Optimisation d'un traitement par insuline basale chez le patient diabetique de type 2.

Vignette therapeutique de l'etudiant. Optimisation d'un traitement par insuline basale chez le patient diabetique de type 2.

Cette vignette clinique permet de discuter les avantages et les inconvénients de trois options thérapeutiques : le passage de l’insuline basale à un schéma basal-plus puis basal-bolus[r]

6 En savoir plus

Rationnel en faveur d'une combinaison insuline basale-incretine pour traiter le diabete de type 2.

Rationnel en faveur d'une combinaison insuline basale-incretine pour traiter le diabete de type 2.

c o n c l u s i o n Le DT2 est une maladie à la physiopatholo- gie complexe, évolutive dans le temps essentiel- lement en raison de l’épuisement progressif de la fonction insulinosécrétoire. Outre la préser- vation de la cellule B, un objectif majeur, tôt ou tard dans l’histoire naturelle de la maladie, est donc d’essayer de compenser au mieux l’insu- linosécrétion défaillante. Celle-ci présente déjà un déficit relatif à l’état basal, mais qui devient encore plus évident en phase post-prandiale. Une façon élégante de compenser ces deux déficits est de combiner l’injection d’une insu- line basale au coucher, dont la dose devra être titrée pour maîtriser la glycémie à jeun, et un médicament à effet incrétine pour amplifier la réponse insulinosécrétoire résiduelle après les repas, sans induire de risque notable d’hypo- glycémie. Le lixisénatide, nouvel agoniste des récepteurs du GLP-1, est le premier médica- ment à effet incrétine à bénéficier du rembour- sement, en Belgique, dans cette indication pour le traitement du DT2.
En savoir plus

7 En savoir plus

Place du médecin généraliste dans le parcours de soins des patients diabétiques sous pompe à insuline, une étude descriptive centrée patients sur l’île de la Réunion

Place du médecin généraliste dans le parcours de soins des patients diabétiques sous pompe à insuline, une étude descriptive centrée patients sur l’île de la Réunion

Ce  dispositif  appartient  au  champ  de  la  télémédecine.  Il  est  composé  de  trois  parties,   afin  de  reproduire  les  fonctions  du  pancréas.  Un  capteur  de  glycémie  envoie  les  données  à  un   terminal  qui  contient  un  algorithme  complexe,  afin  de  déterminer  la  meilleure  dose  d’insuline   à  envoyer  à  la  pompe  connectée.  Les  données  sont  envoyées  en  parallèle  à  un  service  de   suivi  afin  d’améliorer  le  traitement  sur  le  long  terme  (Figure  5).  Une  première  série  de  tests   cliniques   en   boucle   fermée   sur   35   patients   a   eu   lieu   en   2014,   montrant   des   résultats   encourageant,  notamment  au  regard  de  l’efficacité  et  de  la  sécurité.    
En savoir plus

119 En savoir plus

Place du médecin généraliste dans la prise en charge du patient diabétique adulte sous pompe à insuline

Place du médecin généraliste dans la prise en charge du patient diabétique adulte sous pompe à insuline

Cela permet de mesurer environ toutes les dix secondes la concentration de glucose dans le liquide interstitiel. Au bout de 5 minutes, la moyenne la variabilité glycémique, et améliorerait la qualité de vie des patients. Elle est reconnue cliniquement efficace dans les deux types de diabètes (21). Cela permet donc d pter le traitement hypoglycémiant au mode de vie du patient diabétique (alimentation, activité physique) et aux besoins individuels (école, travail, vacances,

100 En savoir plus

Pépite | Le sens de l’éducation thérapeutique dans le virage ambulatoire : Expérience d’un programme de mise sous pompe à insuline sous-cutanée

Pépite | Le sens de l’éducation thérapeutique dans le virage ambulatoire : Expérience d’un programme de mise sous pompe à insuline sous-cutanée

L’éducation thérapeutique (ETP) favorise l’autonomie du patient et son entourage dans la gestion de sa maladie chronique et de son traitement. Le contexte démographique, économique et politique entraine une réduction des durées d’hospitalisation. Les programmes en ETP doivent donc répondre également à cette directive nationale. Les retours au domicile sont plus précoces. Cette Recherche-Action de type stratégique étudie le développement et l’acquisition des attributs du concept de l’autonomie chez quatre patients diabétiques de type 1, candidats à la pose de pompe à insuline sous-cutanée. Ce travail met en évidence le cheminement et la méthodologie suivie. Au travers de différents outils construits par l’équipe et d’entretiens semi directifs menés auprès des participants, cette étude mesure la fiabilité et la mise en sécurité de ceux-ci au travers de la nouvelle formule de prise en charge. Les résultats mettent en évidence une acquisition des attributs de l’autonomie par les patients. Cependant, le sentiment d’auto- efficacité personnelle perçu mériterait d’être renforcé dans la durée. Ce qui ouvre une nouvelle perspective pour l’étape suivante de cette Recherche-Action de type stratégique.
En savoir plus

106 En savoir plus

Les déterminants extrinsèques et intrinsèques de la variabilité glycémique au cours d’un Tour cycliste de 9 jours chez 9 patients diabétiques de type 1 traités par pompe à insuline

Les déterminants extrinsèques et intrinsèques de la variabilité glycémique au cours d’un Tour cycliste de 9 jours chez 9 patients diabétiques de type 1 traités par pompe à insuline

Plusieurs travaux ont démontré que l’AP démarrée après le diagnostic de cancer diminue significativement la mortalité globale, la mortalité par cancer et le nombre de récidives du cancer du sein, du colon ou de la prostate. Les données récemment publiées portant sur l’impact de l’AP dans sept cohortes prospectives de femmes porteuses d’un cancer du sein non métastasé(97)(98), six cohortes de patients ayant un cancer colique non métastasé (99) et trois cohortes de patients ayant un cancer de la prostate non métastasé (100) suivis plusieurs années après la fin du/des traitement(s) retrouvent une association entre l’AP démarrée après le diagnostic du cancer et une diminution du risque relatif de décès par ce cancer mais aussi lié à d’autres causes. Ce gain de survie en cas de pratique de l’AP au décours des soins pour cancer existe en analyse multivariée intégrant les facteurs pronostiques classiques du cancer considéré.
En savoir plus

109 En savoir plus

La pompe à insuline

La pompe à insuline

Il est important de souligner que pour en obtenir le remboursement, outre le fait qu’il faille passer par ces cen tres conventionnés, il faut res- pecter certains critères de rembour- sement. Pour résumer ceux-ci, on précisera que ce type de traitement

2 En savoir plus

Facteurs prédictifs d’amélioration glycémique chez les patients diabétiques sous pompe à insuline

Facteurs prédictifs d’amélioration glycémique chez les patients diabétiques sous pompe à insuline

La survenue d'acidocétose ou d'hypoglycémie sévère favorisait le retrait de la pompe. Les principales raisons invoquées par les patients étaient l'inconfort, une infection au point d'injection et une absence d'amélioration glycémique. Une autre étude plus récente mais rétrospective menée chez 70 patients mis sous pompe entre avril 2000 et avril 2002 [44].un tiers des patients ont abandonné le traitement par pompe, dont dans la moitié des cas à leur demande. L'étude ne met pas en évidence de facteurs significativement associé au retrait de la pompe. De façon non significative, la grossesse, le faible niveau d'étude, le suivi par un médecin de ville et l'absence de retentissement du diabète était associé à des arrêts du traitement plus fréquents.
En savoir plus

65 En savoir plus

De la pompe à insuline au pancréas artificiel

De la pompe à insuline au pancréas artificiel

La Haute Autorité de Santé (HAS) a validé chez le diabétique de type 2, les modalités de traitement par pompe à insuline, dans le cas d’échec du schéma multi-injections et/ou devant une insulino résistance marquée par des besoins en insuline importants. Malgré leur autorisation, en France, l’utilisation de la pompe à insuline externe dans le cas de diabète de type 2 demeure limitée. Peut- être dû au fait qu’il y ait peu d’études montrant une différence d’efficacité marquante entre une prise en charge par pompe à insuline et un schéma multi-injections. Pourtant, au cours de ces études, nous remarquons un meilleur équilibre glycémique des patients diabétiques type 2 mis sous pompe à insuline alors qu’ils étaient traités auparavant par un schéma multi-injections ; on remarque également une baisse de 40 % des doses d’insuline basale. L’âge et le profil métabolique du patient ne doivent pas être un frein à la mise sous pompe. Il s‘agit d’une bonne alternative aux multi-injections chez les patients utilisant de fortes doses d’insuline. Cependant, il ne faut pas s’attendre à une perte de poids malgré une diminution des besoins insuliniques 70 .
En savoir plus

168 En savoir plus

Substances dangereuses dans les effluents de traitement de surface : identification et traitement par des procédés innovants

Substances dangereuses dans les effluents de traitement de surface : identification et traitement par des procédés innovants

189 En effet, il n’y a pas uniquement les bains de traitement (dégraissage, décapage, dézingage, etc.) qui sont envoyés dans la station de traitement des eaux, mais également une multitude de rinçages et d’autres bains de traitement beaucoup moins concentrés en HAPs. Ainsi, ces autres effluents et notamment les rinçages, qui, en termes de proportions, constituent la majeure partie des effluents d’entrée de station, contribuent à masquer, par un phénomène de dilution, les importantes concentrations en HAPs présentes dans les huiles. De plus, tout au long des lignes de production, les HAPs pourraient subir des transformations ou des dégradations dues à la présence de conditions chimiques ou physiques spécifiques trouvées dans les entreprises de TS. En effet, certains bains de traitement sont maintenus à des températures supérieures à 50 °C et contiennent des concentrations importantes en sels et en oxydes (de fer ou de manganèse), qui pourraient permettre la production d’oxydants et initier la dégradation des HAPs en sous- produits d’oxydation (Kochany et Maguire 1994). Néanmoins, une autre question demeure : comment expliquer les concentrations élevées en HAPs, notamment légers, dans les effluents d’entrée de station alors que les rejets en contiennent très peu ?
En savoir plus

369 En savoir plus

Les politiques d'employabilité en Belgique : traitement clinique des chômeurs et traitement statistique du chômage

Les politiques d'employabilité en Belgique : traitement clinique des chômeurs et traitement statistique du chômage

A première vue, ces deux formes de traitement du chômage, par les intermédiaires ou par les experts, semblent contradictoires : le qualitatif contre le quantitatif, les moyens contre les fins, l’égalité des chances contre l’égalité de résultats, l’invisible contre le visible, etc. En effet, les intermédiaires publics du marché du travail s’opposent explicitement à cette politique d’indicateurs, avide de performances statistiques : « nous, on ne fait ne pas du chiffre mais de la qualité », ne cessent-ils de répéter en entretien (Orianne et al., op. cit.). Ils se refusent à parler en termes de solution, car le travail de mise à l’emploi du chômeur leur apparaît comme extrêmement réducteur par rapport à leurs pratiques, par rapport à ce qu’ils pensent pouvoir procurer aux chômeurs (un travail sur leur employabilité, leur capacité d’insertion, leur autonomie). Et ce travail « invisible » d’accompagnement de chômeurs se heurte, au quotidien, à la logique de l’accountability.
En savoir plus

16 En savoir plus

Le traitement automatique des langues et le traitement de l'information en médecine/note de synthèse

Le traitement automatique des langues et le traitement de l'information en médecine/note de synthèse

La Bi hl i oth£que National de Md>decine indexe les pdtriodiques mediraux depuis cent ans.Un syst&me automati s£, MEDLARS pro- dui t 1a hanque de donn£es MEDLIME dont les descri[r]

69 En savoir plus

Prévention et traitement de l’ostéoporose: éviter l’inertie clinique et motiver l’adhésion au traitement

Prévention et traitement de l’ostéoporose: éviter l’inertie clinique et motiver l’adhésion au traitement

Le ranélate de strontium, récemment commer- cialisé en Belgique, constitue une autre option thérapeutique intéressante. Ce traitement est globalement bien toléré au niveau gastro-intesti- nal et présente une bonne sécurité d’emploi (49). L’utilisation de sachets de ranélate de strontium, à dissoudre dans un verre d’eau, s’accompagne d’un indice de satisfaction élevé, se traduisant par une adhésion optimale au traitement. En effet, une étude récente, réalisée au sein de la population issue des deux vastes études rando- misées de phase III versus placebo, SOTI («Spi- nal Osteoporosis Therapeutic Intervention») et TROPOS («Treatment of Peripheral Osteoporo- sis»), a montré que l’observance au ranélate de strontium au cours des trois années de suivi était très satisfaisante (50). Environ 75% des patien- tes présentaient un taux d’observance supérieur ou égale à 80%. Cette étude confirme également l’importance d’une bonne observance aux trai- tements dans la réduction du risque de survenue d’une fracture ostéoporotique. Particulièrement, les patientes qui présentaient une bonne obser- vance au ranélate de strontium (MPR>80%) au cours de l’étude présentaient une réduction sta- tistiquement significative du risque de survenue d’une fracture non vertébrale de 38%.
En savoir plus

8 En savoir plus

Omphalocle : diagnostic et traitement

Omphalocle : diagnostic et traitement

Dans notre étude, les omphalocèles représentent 01% de toutes les malformations congénitales hospitalisées au service de chirurgie pédiatrique (B) au C.H.U Mohammed VI de Marrakech pen[r]

143 En savoir plus

Ontologie et base de connaissances pour le pré-traitement et post-traitement en fouille de données

Ontologie et base de connaissances pour le pré-traitement et post-traitement en fouille de données

Dans l’approche EXCIS, l’ontologie du domaine est un outil essentiel à la fois pour amé- liorer le processus de fouille et pour interpréter ses résultats. L’ontologie est définie par un ensemble de concepts et de relations entre concepts qui sont découverts en analysant les don- nées. Elle apporte un soutien dans l’étape de pré-traitement pour construire la MODB et dans le post-traitement pour raffiner les motifs extraits. Comme montré par la figure 2, les rela- tions de généralisation/spécialisation entre concepts ontologiques fournissent une information importante ; ils peuvent être largement exploités pour réduire la taille des motifs découverts. Par exemple, un ensemble de règles de dépendances (règles attribut-valeur) peut être réduit par généralisation sur les attributs ou par généralisation sur les valeurs. Aussi, les règles de construction de l’ontologie sont les suivantes :
En savoir plus

15 En savoir plus

Traitement local en rhinologie

Traitement local en rhinologie

C- SECURITE D’EMPLOI DES ANTILEUCOTRIENES Très peu d’études relatives à la sécurité d’emploi ont été pratiquées à l’encontre des antileucotriènes par voie nasale. Des études concernant la voie orale existent cependant. Lors de l’une d’entre elles incluant plus de 3000 patients. Près de 4,5 % recevant le zileuton avaient une élévation réversible des transaminases, avec des valeurs supérieures à trois fois la limite de la normale. Les élévations surviennent lors des 2-3 premiers mois d’utilisation, pour s’abaisser à un niveau comparable au placebo [139]. En outre, plusieurs cas de syndrome de Churg et Strauss ont été rapportés après initiation du traitement par le zafirlukast et le montelukast [51, 315]. Les patients asthmatiques sous corticothérapie orale concomitante sont particulièrement à risque après réduction de cette dernière, bien que ce risque ne soit pas exclusif [316].
En savoir plus

251 En savoir plus

Traitement numérique des images

Traitement numérique des images

Figure 3.14: Exemple d’extrapolation d’un signal. L’image de droite est l’image extrapolée avec quelques 3% des coefficients spectraux seulement. La démarche habituelle d’extrapolation consiste à construire d’abord une approximation ou une interpolation du signal sur son support à partir d’un modèle. Les fonctions de décomposition mises en œuvre lors de l’approximation sont ensuite étendues hors support en conservant les coefficients des fonctions exprimées à l’intérieur du domaine de départ. La littérature propose bien des techniques d’interpolation et d’approximation: surfaces-splines, méthode de S HÉPARD , techniques d’éléments finis, etc. La méthode d’extrapolation de texture que nous avons mise au point part des mêmes principes: elle évalue les paramètres significatifs de la texture sur le segment de départ et le reproduit tout autour bien que, à cette fois, le traitement ne se fasse plus dans le plan spatial mais dans le domaine spectral.
En savoir plus

235 En savoir plus

Show all 3397 documents...