tracé de la ligne

Top PDF tracé de la ligne:

Du tracé manuel à la ligne en mouvement : mutations esthétiques et sémiotiques dans la calligraphie latine contemporaine

Du tracé manuel à la ligne en mouvement : mutations esthétiques et sémiotiques dans la calligraphie latine contemporaine

de pertes de contrôle du geste, mais bien de la qualité du trait de dripping lui-même, et du fait que l’outil ne soit plus en contact avec la surface. Entre le moment où le filet de peinture quitte l’outil et celui où il touche le support, la matière est sujette à de nombreuses variations qui se répercutent de différentes manières et donnent sa facture au trait. Cette distance qui sépare l’outil de la surface est elle-même la cause de variations dans la facture et la tension de la ligne. Plus la main s’éloigne du support, plus le trajet de la matière est long : la zone de projection s’en trouve donc amplifiée d’autant, ainsi que les possibilités de changement d’épaisseur du trait durant le trajet de la peinture. La distance entre l’outil et la surface, ce paramètre technique induit par le dripping, la calligraphie latine s’en sert pour explorer les variations expressives de la ligne continue. Si le bras lui-même se déplace (et non le poignet), l’outil reste en position verticale, bien perpendiculaire au support, et le filet s’écoule alors régulièrement, lui aussi à la verticale. C’est dans ce cas que les lacis de peinture présentent le moins de tension et le plus d’irrégularités, car ils sont issus presque uniquement de l’écrasement de la matière sur la surface et de l’amenuisement progressif de la réserve de peinture agglomérée autour de l’outil. Mais cela n’est pas toujours le cas, car la main calligraphique développe une gestualité à partir de cette nouvelle physiologie du tracé. Le geste prend alors source dans le mouvement du poignet (plutôt que des doigts ou du bras) et le filet de peinture est projeté en même temps qu’il s’écoule. L’outil réagit aux impulsions du poignet, son orientation varie rapidement. Ce tracé « en coup de fouet » qui sollicite l’élasticité de la matière, la capacité moléculaire de l’acrylique à se détendre sans se rompre, projette sur la toile des filets plus minces et plus tendus (ce que l’on ne trouve pas, par exemple, dans les œuvres typiques de l’Action Painting). La technique du dripping implique également un changement radical dans la posture du calligraphe. Le support doit être en position horizontale. Il peut demeurer sur une table, c’est-à-dire dans une position similaire au tracé « traditionnel », dans le cas où la distance entre l’outil et la surface est réduite. Mais le plus souvent, le support sera posé à même le sol et le bras sera mobile, libéré de tout contact, car l’artiste travaille debout, penché au-dessus de la surface.
En savoir plus

437 En savoir plus

Prise en compte des enjeux de territoire dans le choix du tracé d'une ligne de tramway. Exemple de l'étude des variantes de tracé des axes structurants de l'agglomération de Liévin - Lens - Hénin - Beaumont - Noyelles-Godault et du territoire du SCOT de l

Prise en compte des enjeux de territoire dans le choix du tracé d'une ligne de tramway. Exemple de l'étude des variantes de tracé des axes structurants de l'agglomération de Liévin - Lens - Hénin - Beaumont - Noyelles-Godault et du territoire du SCOT de l'Artois

A l’issue d’une première phase d’étude comparant huit axes structurants de l’agglomération, l’autorité organisatrice a retenu deux axes à réaliser en priorité. La deuxième phase d’étude, dont il est question ici, analyse et compare les différents tracés envisageables pour les lignes de tramway de Lens – Liévin – Hénin Beaumont- Noyelles Godault et de Bruay-la-Buissière – Béthune – Beuvry qui constituent les deux corridors sélectionnés. Elle a pour fin l’identification des différents critères (aussi bien quantitatifs que qualitatifs) permettant d’optimiser le tracé, tant du point de vue de l’efficacité du système de transport que des effets structurants de la ligne souhaités par le SMT: grands équipements dans l’aire d’influence directe, potentialité des parcs relais et des pôles d’échanges avec le réseau de lignes de bus urbains, potentiel de développement des quartiers traversés, connexion et cohérence de la liaison avec les services ferrés régionaux et les trains grandes lignes, impacts sur les fonctions actuelles des espaces publics empruntés, coûts d’investissement et d’exploitation. Cette étape aboutit à l’identification de variantes de tracé qui tiennent compte de nombreux paramètres permettant de justifier la pertinence de ces propositions, et de mettre en évidence leurs différentes potentialités.
En savoir plus

164 En savoir plus

Reconstitution du parcours du tracé manuscrit hors-ligne de caractères isolés

Reconstitution du parcours du tracé manuscrit hors-ligne de caractères isolés

Cet article s’inscrit dans la phase d’ordonnancement du graphe. L’approche pr´esent´ee cherche donc `a reconstruire le sens et l’ordre du trac´e manuscrit `a partir du graphe (figure 1(c)) et de l’image (figure 1(b)) afin d’en d´eduire un signal en-ligne (s´equence ordonn´ee de points dans le temps). Diff´erentes m´ethodes existent pour tenter de retrouver l’ordre du trac´e. Certaines techniques, plutˆot locales [BOC 93], cherchent `a interpr´eter les intersections en fonction de crit`eres de continuit´e des traits. D’autres, plus globales [J¨aG 96] [LAL 99], cherchent `a minimiser la courbure globale du trac´e reconstitu´e, ce qui peut engendrer un probl`eme de complexit´e algorithmique. Plamondon et Privitera [PLA 99] ´etudient la continuit´e des contours des lettres, en utilisant des notions de psychomotricit´e. Doer- mann et Rosenfeld [DOE 95] utilisent simultan´ement des indices de niveau local ou global, mais leurs crit`eres sont tr`es li´es `a l’instrument d’´ecriture utilis´e. L’algorithme de Kato et Yasuhara [KAT 00] associe les avantages des approches locales et globales, en utilisant des crit`eres topologiques li´es au graphe, tout en ´evitant une explosion combinatoire. Nous nous sommes inspir´es de cette derni`ere m´ethode, qui au d´epart est assez g´en´erique, pour la sp´ecialiser et l’´etendre `a la reconstruction de trac´es de lettres. La section 2 pr´esente l’algorithme de Kato et Yasuhara et son exp´erimentation, la section 3 expose les probl`emes de lettres mal ordonnanc´ees et propose des extensions `a l’algorithme pour les r´esoudre. Enfin, la section 4 donne les r´esultats des tests effectu´es sur une base de caract`eres manuscrits poss´edant `a la fois le signal en-ligne et hors-ligne.
En savoir plus

6 En savoir plus

Le tracé extravagant des cartes dans Moby-Dick et Walden

Le tracé extravagant des cartes dans Moby-Dick et Walden

annoncent les travaux savants de Maury, Achab vise à anticiper les déplacements de Moby Dick, compte tenu des habitudes alimentaires de l’espèce : « he could, by his art, so place and time himself on his way, as even then not to be wholly without prospect of a meeting » (Melville, 1992, 217). La chance a priori infinitésimale de localiser dans l’espace et dans le temps un spécimen aussi unique que la baleine blanche paraît plus forte si l’on suppose que, statistiquement, elle ne se comporte pas différemment d’autres individus de son espèce. De proche en proche, une possibilité extrêmement aléatoire en vient à être envisagée comme un fait prévisible, puis quasiment certain : « all possibilities would become probabilities, and, as Ahab fondly thought, every probability the next thing to a certainty » (Melville, 1992, 217). Achab calcule par avance les coordonnées spatio-temporelles de la confrontation finale avec Moby Dick. Ce qu’il nomme « la saison sur la ligne », en d’autres termes, dans les parages de l’Équateur en telle ou telle saison, est bien la conjonction d’un moment et d’un milieu déterminés : « That particular set time and place were conjoined in one technical phrase – the Season-on-the-Line » (Melville, 1992, 217). Le capitaine affirme ainsi sa maîtrise souveraine de l’espace-temps. Il prétend mesurer par anticipation les mouvements des cachalots pourtant invisibles à l’œil nu puisque le propre des cétacés est de plonger et de disparaître périodiquement sous l’eau ; et, puisqu’il peut supputer dans quelles circonstances le combat décisif aura lieu, Achab semble ainsi dominer parfaitement le cours de l’histoire. Le lieu fixé pour l’ultime confrontation n’est pas anodin puisque c’est là même qu’Achab affronta Moby Dick et y perdit sa jambe : « there also was that tragic spot where the monomaniac old man had found the awful motive to his vengeance » (Melville, 1992, 218). Ce lieu même où son corps fut marqué et mutilé (le mot « spot » connote la tache, la souillure) doit devenir celui où il s’érige en maître de l’univers, ne serait-ce que parce qu’il est en mesure de localiser son adversaire sur la carte et de lui assigner une place au moment voulu. Le circuit apparemment erratique du Pequod jusqu’à ce lieu fatidique (« the devious zig-zag world-circle of the Pequod’s circumnavigating wake », Melville, 1992, 218) est une façon d’occuper utilement le temps dans l’intervalle.
En savoir plus

29 En savoir plus

Restructuration d'un fragment urbain autour du tracé du tramway Cas des secteurs Beymouth-Khemisti

Restructuration d'un fragment urbain autour du tracé du tramway Cas des secteurs Beymouth-Khemisti

35 Photo n°07: photo qui schématise la rupture existant dans notre zone d’étude Source: Ould ali M.L / Larbi.A / Matallah A/ Belkadi. A /Bensahli.A Le tracé du tramway, une ligne qui traverse une partie de la ville, une autre qui rencontre l’idée d’agglomération, a tendance à nous faire croire qu’il est support de continuité. En réalité, le tramway ne peut-être le seul facteur de continuité urbaine et peut même être le contraire, un élément de rupture du tissu urbain.

58 En savoir plus

Recensement cartographique des anciens cours d’eau de l’île de Montréal et tracé des creux et des crêtes

Recensement cartographique des anciens cours d’eau de l’île de Montréal et tracé des creux et des crêtes

Col : point bas sur une ligne de crête ou de partage des eaux ou entre deux sommets, constituant souvent un ancien lieu de passage entre deux bassins versants. Pass: low point in a crest or ridge, often constituting a passage between two watersheds. Watershed: the surface of a territory for which all runoff converges towards the same primary

1 En savoir plus

Évaluation du tracé des courbes de corpulence dans le carnet de santé d'enfants hospitalisés à Albertville

Évaluation du tracé des courbes de corpulence dans le carnet de santé d'enfants hospitalisés à Albertville

(14) Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des Femmes (page consultée le 17/11/2014). Plan National Nutrition Santé (en ligne) http://www.sante.gouv.fr/les-disques- imc-et-les-courbes-de-corpulence.html (15) Grzyb-Gerbot C. Evaluation de la surveillance staturo pondérale par les médecins au cours de la deuxième enfance.(Thèse de médecine). Nantes :Faculté de médecine; 2005 (16) Chollet N. Prévention de l’obésité chez l’enfant par la recherche du rebond d’adiposité précoce : analyse des pratiques des médecins généralistes de Loir et Cher par rapport aux recommandations de l’ HAS de Septembre 2011(Thèse de médecine). Tours :Université François Rabelais UFR de médecine; 2012
En savoir plus

48 En savoir plus

Murs préfabriqués en béton : nouveaux principes de base pour leur tracé

Murs préfabriqués en béton : nouveaux principes de base pour leur tracé

La seconde règle à suivre sera donc la suivante: prévoir, sur toute ligne de fuite potentielle, une chambre d'air, scellée du côté du bâtiment, et munie vers l'extérieur d'ouvertures convenables. 3. Les fenêtres et les châssis de fenêtres ont à souffrir de la condensation et du bris des vitres. Ces deux inconvénients sont aggravés si l'élément du mur qui supporte la fenêtre est froid et par suite refroidit le châssis correspondant. S'il est au contraire possible d'incorporer la fenêtre dans un élément chaud de construction, le châssis recevra de la chaleur et les inconvénients diminueront en importance. La fenêtre doit cependant être soutenue par la partie du mur destinée à supporter les diverses charges appliquées au mur. Il en résulte que cette partie doit être maintenue chaude. Une troisième règle concernant la construction des murs consistera donc dans la nécessité, de placer l'isolant à l'extérieur des éléments d'ossature du mur.
En savoir plus

7 En savoir plus

Évolution du tracé urbain des ksour de la vallée du M'Zab : d'el-Ateuf à Tafilelt, sauvegarde d'un patrimoine millénaire

Évolution du tracé urbain des ksour de la vallée du M'Zab : d'el-Ateuf à Tafilelt, sauvegarde d'un patrimoine millénaire

127 Fig. 27 : Valeurs de la connectivité du village Gassin. Source : Hillier (1984) III-2-3-2- L'intégration globale C'est une mesure globale et statique, elle mesure la profondeur d’un espace par rapport aux autres au sein d’un système global (Hillier, 1984). Un espace intégré est un espace peu profond (shallow) donc accessible. A l’opposé, un espace non intégré est « profond » ou ségrégué, il entretient un rapport faible avec le reste du système. Elle fait ressortir le caractère accessible ou non d'un espace, une meilleure accessibilité implique un afflux plus important des personnes. Pour chaque étape d’évolution du Ksar, on pourra mesurer quelles sont les parties intégrées et les parties ségréguées. Ainsi, on pourra connaître le rôle joué par les différentes composantes (mosquée, marché, anciens marchés) au sein du système urbain. Dans les cartes axiales, les valeurs faibles sont représentées par la couleur bleue, les valeurs élevées par la couleur rouge. Les valeurs intermédiaires varient du cyan à l’orange (fig.28a). La variation du degré d'intégration globale d'une ligne axiale varie selon la nature de sa liaison avec les autres lignes axiales. La valeur élevée indique une liaison forte avec l'ensemble du système. L'intégration globale constitue l'inverse de la profondeur, un espace intégré est peu profond, à l'opposé, un espace faiblement intégré (ségrégué) est profond. Cette mesure dissèque la nature des rapports d'un espace ou d'un point avec l'ensemble du système. Un espace dont la valeur de l'intégration globale est élevée, constitue un espace facilement accessible pour les piétons. A l'opposé, des valeurs basses indiquent un espace difficilement accessible.
En savoir plus

353 En savoir plus

Détection d'Arcs de Cercle par Comparaison du Tracé Théorique de Bresenham

Détection d'Arcs de Cercle par Comparaison du Tracé Théorique de Bresenham

F IG . 3 – Configuration d’un angle au centre inférieur à π 3.1 Estimation des paramètres des primitives De manière générale, les segments Sc,s sont obtenus en uti- lisant l’algorithme de [RAM 72]. Un segment est détecté lorsque le point du squelette le plus éloigné de la polyligne est situé à une distance d inférieure à δ Ligne × kS c,s k. La confiance alors attribuée à cette hypothèse est proportion- nelle au rapport d/kSc,s k. Les paragraphes qui suivent illus-

6 En savoir plus

La remise en cause du tracé du projet Tangentielle Ouest phase 2 lors de l’enquête publique

La remise en cause du tracé du projet Tangentielle Ouest phase 2 lors de l’enquête publique

c) Une interconnexion TGO/EOLE à Achères Chêne Feuillu contrainte avant LNPN Dans les deux sens de circulation, les principales contraintes à la création d’un nouvel arrêt à Achères Chêne Feuillu concernent les conflits avec les trains rapides (TER et Intercités) qui suivent les omnibus (définition : trains qui desservent l’ensemble des gares de la ligne). Pour permettre des arrêts, il faudrait prévoir des voies de dépassement en gare d’Achères Chêne Feuillu pour ne pas impacter les circulations des trains rapides. En effet, en l’état actuel, il n’est pas possible de prévoir d’arrêts supplémentaires sans perturber les trains plus rapides. Il est à noter que ces travaux impliqueraient des impacts conséquents sur la forêt de Saint-Germain-en-Laye. De plus, pour ne pas perturber la circulation des trains Normands rapides, il faudrait également prévoir des arrêts longs en gare d’Achères Chêne Feuillu ou de Poissy RER (>7 min, et pouvant aller au-delà de 10 min suivant l’enchaînement des circulations de la situation). Ceci générerait un impact important sur les temps de parcours, avec des conséquences par ailleurs sur le cadencement de la branche Nanterre-Mantes la Jolie (et probablement également sur le tronçon central de la ligne dans Paris).
En savoir plus

95 En savoir plus

De l'esquisse plane à main levée au tracé sur ordinateur

De l'esquisse plane à main levée au tracé sur ordinateur

2) RASTATION R2V SOUS WINDOWS RAStation beaucoup plus récent (1993) est un logiciel automatique de reconnaissance des formes géométriques simples comme le cercle, la ligne, la polyligne..., il permet aussi de reconnaître les textes. L'utilisateur pouvant définir un certain nombre de paramètres comme l'épaisseur minimale et maximale des tracés, la longueur minimale de ceux-ci,... Il peut aussi préparer le plan numérisé avant la vectorisation, par lissage, élimination des parties du plan non intéressantes. La vectorisation automatique utilisant ,à ce que j'ai pu voir, des algorithmes de morphologie mathématique.
En savoir plus

22 En savoir plus

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Ligne droite et ligne courbe.

ARTheque - STEF - ENS Cachan | Ligne droite et ligne courbe.

L'intrusion de la ligne droite dans l'espace naturel est due à l'homme. Ignoré lors de la création, conçu par l'esprit, cet être de la géo- métrie euclidienne, avant d'atfeindre une per- fection idéale et abstraite, a grandi dans la boue féconde de la vallée du Nil, parmi les fellahs obligés de retracer les limites de leurs champs effacées par les crues fertilisantes du fleuve. L'arpentage pragmatique des Egyp- tiens est à l'origine de la géométrie pure des Grecs. Ainsi, la pratique devient mère de la théorie, l'action, comme le dit Proudhon, donne naissance à la pensée. Toutes les lignes droites tracées par 1' magination entre une infinité d'infinis, les obliques, les verticales,
En savoir plus

8 En savoir plus

LE COMPILATEUR EN LIGNE DE FAUST : UN IDE EN LIGNE POUR LE LANGAGE DE PROGRAMMATION FAUST

LE COMPILATEUR EN LIGNE DE FAUST : UN IDE EN LIGNE POUR LE LANGAGE DE PROGRAMMATION FAUST

2.1. Editer le code Le code F AUST peut être édité de deux manières dif- férentes dans le compilateur en ligne. La plus évidente consiste à utiliser l’éditeur de code placé dans l’onglet Faust Code. Le programme JavaScript CodeMir- ror 2 est utilisé pour mener à bien cette tâche. Ce dernier a été choisi pour sa compatibilité avec un grand nombre de navigateurs Web (Firefox, Safari, Opera, Internet Ex-

7 En savoir plus

La frontière, une ligne impossible

La frontière, une ligne impossible

Résumé Jè vais m’intérèssèr à la frontière nationale et à ses conditions de possibilité graphiques, politiques, géométriques et métaphysiques. Ma thèse est que, du fait de la territorialité de l’État-nation, la frontièrè nationalè, loin d’êtrè périphériquè, èst au contrairè au cœur mêmè du politique et au centre de la modèrnité philosophiquè èn mêmè tèmps qu’èllè èn a èntravé la plèinè réalisation. Or la frontièrè n’èst ni évidèntè, ni rationnellement légitime, alors même que notre identité politiquè èt socialè n’èxistè qu’èn rapport avèc elle. Pour èxpliquèr cèttè émèrgèncè dè la frontièrè commè cœur du politique dans la modernité, je reviendrai sur deux de ses conditions de possibilité : l’unè, métaphysiquè, portè sur la frontière comme ultime vestige de la métaphysique classique, par le biais dè la naturalisation dè la différèncè; l’autrè, géométrique et graphique, portera sur le sens nouveau de la ligne.
En savoir plus

26 En savoir plus

Fournir des rétroactions en ligne

Fournir des rétroactions en ligne

Transcription 5 : Le clavardage comme fenêtre potentiellement acquisitionelle Dans cet épisode suivi d’une rétroaction corrective, l’apprenant (Liam) avait pour tâche de proposer un menu pour un camion restaurant dans un quartier de Lyon. Il suggère des langoustines mais sa prononciation ne permet pas à l’enseignant (Victor) de le comprendre. Victor lui demande de clarifier le mot (ligne 2) mais l’apprenant le répète à l’identique. L’enseignant demande à son apprenant de changer de modalité (« tu peux l’écrire dans le chat ? ») ce qui lui permet de clarifier sa compréhension. Il peut ensuite apporter une rétroaction corrective dans la même modalité que celle utilisée par l’apprenant (le clavardage) et proche de l’erreur à la fois temporellement et spatialement (espace visuel du clavardage). Victor prononce quasiment simultanément le mot langoustine et permet à Liam d’avoir accès à la représentation écrite et visuelle en quasi-synchronie. Ce changement de modalité ouvre une nouvelle fenêtre potentiellement acquisitionnelle à la fois à l’oral et à l’écrit. L’apprenant ratifie la proposition de Victor (ligne 15) même s’il n’y a pas de reprise de la prononciation. Outre la possibilité d’ouvrir une fenêtre potentiellement acquisitionnelle dans une modalité choisie, le clavardage permet également de soulager la tension lors d’épisodes de négociation du sens parfois longs et difficiles en synchronie (cf. transcription 6) et occasionnant une charge cognitive importante pour les apprenants (Levy et Stockwell, 2006).
En savoir plus

21 En savoir plus

Approche de l'autonomie dans un dispositif en ligne : le cas du dispositif Le français en (première) ligne

Approche de l'autonomie dans un dispositif en ligne : le cas du dispositif Le français en (première) ligne

éducative 4 . Plus récemment, en France, Annie Jézégou, s’appuyant sur les travaux de Moore, a montré que « plus l’ouverture de l’environnement est importante, plus l’apprenant peut exercer un contrôle sur les différentes composantes de cet environnement et donc, diriger par lui-même sa formation et ses ap- prentissages » (2007, p. 350). L’ouverture constitue donc un des paramètres permettant d’apprécier l’autonomie des acteurs d’un dispositif mais, précise- t-elle : « Les efforts de réduction de la distance transactionnelle que per- met la communication médiatisée ne suffisent pas à qualifier un dispositif d’« ouvert ». Une autre composante tout aussi fondamentale entre en jeu : celle de la souplesse de sa structure organisationnelle et pédagogique. Cette flexibilité permet à l’apprenant de se former tout ou partie par lui-même, tout en disposant de marges d’autonomie dans ses apprentissages. » (2005, p. 45). Cette souplesse des dispositifs « se matérialise à travers l’ingénierie d’un en- semble de prestations humaines, pédagogiques et technologiques modulables et adaptées au besoin de l’apprenant tout au long de sa formation. Elle ren- voie [...] à un ensemble de configurations de dispositifs flexibles et évolutifs, dont la principale propriété est d’accorder à l’apprenant des libertés de choix ou d’autodétermination. » (2005, p. 48). Nous allons donc étudier à quels ni- veaux peuvent se situer les possibilités de souplesse et de libertés de choix dans le dispositif Le français en (première) ligne.
En savoir plus

21 En savoir plus

Communauté en ligne

Communauté en ligne

WEEL, l’auteur témoigne dans son Virtual Community que participer à une communauté virtuelle n’a pas résolu tous ses problèmes, mais que cela lui a apporté de l’aide, du soutien et parfois de l’inspiration. L’approche de H. Rheingold confirme un changement graduel dans la manière de concevoir le public au sein de la communauté en ligne : le public autrefois appréhendé comme récepteur de messages, commence peu à peu à être « placé au centre d’un régime de participation qui revêt diverses formes : spontanée, souhaitée, encouragée, mythifiée, encadrée, empêchée » (Ségur, Ballarini, 2017 : 11). Cet enthousiasme face à ce nouveau moyen de communication (et des discours mythiques que l’accompagnent est partagé par le sociologue des technologies québécois Pierre-Léonard Harvey. Fondateur du Laboratoire de communautique appliquée à l’Université du Québec à Montréal (Uqam), il a notamment travaillé sur les communautés en ligne sous l’angle de la gestion des connaissances dans le champ des sciences et de l’éducation. Pour sa part, P.-L. Harvey considère les communautés virtuelles comme des plateformes ayant « un niveau de conscience » et, par conséquent, un niveau culturel. Il souligne encore que, dans les communautés en ligne, la communication entre les publics « est faite d’habitude, de beaucoup de connivence et de complicité » (Harvey, 1995 : 33). Cette même opinion à propos des vertus des communautés virtuelles est partagée par Barry Wellman, sociologue et directeur du NetLab Network. Ce dernier a étudié notamment l’impact des communautés en ligne sur la vie locale de quartier. D’après lui, les communautés en ligne peuvent être perçues comme un « réseau ? nébuleux, éloigné et peu tricoté, mais réel et de soutien » (Wellman, 1999 : 37). Dans les années qui suivent, de nombreuses nouvelles communautés « virtuelles » aux publics les plus multiples ont pu se développer grâce aux avancées en matière d’informatique et à une plus grande et progressive démocratisation des personal computer et de l’internet.
En savoir plus

16 En savoir plus

L'accès au savoir en ligne

L'accès au savoir en ligne

De la nécessité d’articuler théories, pratiques et techniques Par ailleurs, Dans l’analyse des processus qui se sont déroulés dans le groupe GE4 de l’AFNOR, il faut observer que les discussions ont porté, dans un premier temps, principalement sur des techniques et des pratiques. Trois approches, trois points de vue se sont confrontés : les informaticiens qui font de la mise en œuvre de systèmes et de logiciels pour le fonctionnement des plateformes et la mise en ligne de contenus, les documentalistes qui sont habitués à pratiquer l’indexation et la description de documents, et les enseignants concernés par le référencement de leurs « objets pédagogiques ». Il s’est avéré qu’à certains moments, établir un dialogue véritable entre ces approches était difficile dans la mesure où les débats ne portaient pas sur les mêmes sujets ou les mêmes enjeux, mais les protagonistes n’en avaient pas conscience. Force est de constater que chaque « communauté » a son propre langage et sa propre logique. Cependant, le groupe du GE4 est parvenu à travailler de manière consensuelle et à laisser chacun exprimer son point de vue, dans une ambiance de réelle concertation. Il faut donc souligner que, dans le processus de normalisation, la première difficulté consiste à créer les conditions propices aux échanges en tenant compte de la diversité des acteurs qui sont en cause.
En savoir plus

16 En savoir plus

Les incentives dans les enquêtes en ligne

Les incentives dans les enquêtes en ligne

Les incentives dans les enquêtes en ligne Résumé : Ce mémoire présente les recherches antérieures d’auteurs s’intéressant aux incentives dans les études marketing et une expérimentation cherchant à vérifier les impacts, à la fois positifs et négatifs, des incentives dans les enquêtes quantitatives en ligne. Ainsi, un questionnaire a été administré par emailing à deux groupes, l’un recevant la possibilité de participer à un tirage au sort (incentive de l’étude), et l’autre n’ayant pas cette possibilité. Il s’agissait dans un premier temps de vérifier les effets positifs sur le taux de réponse et le taux de rétention. Bien qu’à première vue ces deux taux étaient meilleurs pour le groupe «avec incentive », les tests statistiques appliqués, avec un intervalle de confiance de 95%, n’ont pas permis de mettre en évidence d’effet significatif de l’incentive. Dans une seconde partie, ce sont les effets négatifs qui ont été testés. Certains auteurs avaient mis en évidence que l’insertion d’un incentive pouvait impacter négativement l’échantillonnage et la qualité des réponses. Suite à cela, le taux de non-réponse partielle, la qualité des réponses aux questions ouvertes ou encore le taux de réponse en fonction de la catégorie socioprofessionnelle ont été testés. Contrairement aux recherches antérieures, dans cette expérimentation l’insertion d’un incentive semblerait améliorer la qualité des réponses aux questions ouvertes et réduire la non-réponse partielle. Mais les tests statistiques n’ont pu révéler ces propos. Il s’agit donc de tendances.
En savoir plus

52 En savoir plus

Show all 1053 documents...