Toxoplasmose congénitale

Top PDF Toxoplasmose congénitale:

Epidémiologie de la toxoplasmose a l’est algérien avec prévention de la toxoplasmose congénitale

Epidémiologie de la toxoplasmose a l’est algérien avec prévention de la toxoplasmose congénitale

Introduction 1 Introduction La toxoplasmose est une zoonose cosmopolite due à un parasite intracellulaire obligatoire, Toxoplasma gondii. Elle est certainement l’affection parasitaire la plus répandue dans le monde, sévissant sous toutes les latitudes et susceptible d’infecter toutes les espèces animales. Des études épidémiologiques chez l’homme ont montré sa large distribution géographique et sa forte prévalence. L’incidence de la toxoplasmose dans la population générale est difficile à évaluer car l’infection est le plus souvent asymptomatique, mais, elle peut être sévère chez le sujet immunodéprimé et dans sa forme congénitale. Au cours de la grossesse, le risque de transmission augmente avec l’âge gestationnel alors que la gravité de l’atteinte fœtale diminue. En effet, en cas de séroconversion au cours du premier trimestre de grossesse, le risque de toxoplasmose congénitale est de 4 à 14 % se traduisant par des atteintes sévères. Ce risque atteint 70 à 80 % au cours du troisième trimestre de gestation mais se traduit en général par des formes infra-cliniques chez le nouveau né [1].Par conséquent, la prévention de la toxoplasmose congénitale doit se faire par une surveillance sérologique des femmes enceintes afin d’établir le statut immunologique, d’identifier les femmes enceintes non immunes afin de limiter le risque de contamination (par des mesures d’hygiène alimentaire) et de diagnostiquer le plus précocement possible une séroconversion maternelle afin de proposer une prise en charge adaptée [2].Les données disponibles viennent généralement des diagnostics prénataux, qui ne sont systématiques qu’en France (Décret No 92 – 143 du 14 février 1992, Journal Officiel de la République Française N°40 du 16 février 1992, page 2505), en Autriche et en Belgique [3,4]. Ainsi, la toxoplasmose affecte environ 7 à 80 % de la population mondiale mais le pourcentage de personnes séropositives pour l’infection toxoplasmique varie d’un pays à l’autre en fonction des groupes ethniques, des habitudes culinaires et des conditions d’hygiène [5]. En Amérique du Nord [6], en Grande- Bretagne [7], en Scandinavie [8] et enAsie du Sud- Est [9], moins de 30 % de la population semble infectée ; cette séroprévalence est supérieure à 60 % en Afrique [10–13] et en Amérique latine [14,15]. En France, la séroprévalence a longtemps, été élevée, 82 % en 1960 [16], puis a diminué à 44 % en 2003[17–20].
En savoir plus

209 En savoir plus

Évaluation de l'impact d'un suivi trimestriel dans le dépistage anténatal de la toxoplasmose congénitale en France à partir d'une étude menée à l'hôpital Cochin et à l'Institut de Puériculture de Paris

Évaluation de l'impact d'un suivi trimestriel dans le dépistage anténatal de la toxoplasmose congénitale en France à partir d'une étude menée à l'hôpital Cochin et à l'Institut de Puériculture de Paris

En clair, par cette étude, il a été montré que le dépistage mensuel actuel est soumis à des retards de prise en charge, lorsqu’il est comparé à ce qui est recommandé. Par ce fait, les retards de prise en charge sont plus importants pour le dépistage trimestriel lorsqu’il est comparé au dépistage mensuel optimal. Ce retard persiste, mais est moins important, lorsqu’il est comparé au dépistage actuel. En d’autres termes, un suivi trimestriel de la toxoplasmose congénitale, impliquerait un retard de prise en charge, tel que cela avait été supposé dans l’hypothèse n°1, qui est donc validée. Ce retard de prise en charge (44,9%) ne serait pas si important qu’il pourrait l’être, étant donné le retard que présente déjà le dépistage actuel (78,7%). Cependant, le retard de prise en charde du dépistage trimestriel est majoritairement plus long que celui du dépistage mensuel (3 à 5 semaines vs 1 à 3 semaines). Par ailleurs, il ne faut pas oublier que le scénario trimestriel proposé ici, correspond à un suivi théorique et optimal, qui ne peut pas être évalué tel qu’il serait dans la réalité.
En savoir plus

73 En savoir plus

L'intérêt de la Triplette IgM dans le diagnostic prénatal de la toxoplasmose congénitale

L'intérêt de la Triplette IgM dans le diagnostic prénatal de la toxoplasmose congénitale

ate elle. L’aug e tatio de la se si ilit est u pa a t e i po ta t afi de diagnostiquer une toxoplasmose congénitale en période néonatale le plus précocement possi le et d’i stau e u t aite e t apide e t. E effet en prenant en compte la triplette IgM, 8 cas de TC ont pu être rétrospectivement rattrapés : chez ces enfants le diagnostic de TC ’a ait t pos u’ap s jou s de ie, à ois et ois de ie. La p o it du diagnostic permet une prise en charge plus rapide : or, il est connu que bien que la plupart des nouveau-nés contaminés ne présentent aucun signe clinique de toxoplasmose o g itale à la aissa e et u’il e iste u is ue de d eloppe des aladies ti ie es ou neurologiques plus tardivement [81, 82]. Un diagnostic précoce représente un réel gain de ha e pou l’e fa t. E l’a se e de t aite e t ou a e u t aite e t post atal d’u ois, les e fa ts i fe t s o t u e olutio d fa o a le à lo g te e à % d’e t e eu ont au moins une lésion de choriorétinite, 20 à 50% ont une cécité uni ou bilatérale, 8 à 12% des séquelles neurologiques sévères (convulsions, retard psychomoteur) [80, 83, 84].
En savoir plus

107 En savoir plus

Validation d'une technique de PCR en temps réel pour la détection d'ADN de Toxoplasma gondii dans le liquide amniotique et demande d'autorisation auprès de l'Agence Régionale de Santé pour le diagnostic prénatal de la toxoplasmose congénitale au CHU de Bo

Validation d'une technique de PCR en temps réel pour la détection d'ADN de Toxoplasma gondii dans le liquide amniotique et demande d'autorisation auprès de l'Agence Régionale de Santé pour le diagnostic prénatal de la toxoplasmose congénitale au CHU de Bordeaux

Une étude coût/bénéfice du dépistage de la toxoplasmose congénitale va être menée par  le CNR et L’InVS selon le modèle de E. Stillwagon développé pour les Etats‐Unis (127).  C’est  un  modèle  de  décision  analytique  et  de  minimisation  des  coûts  construit  pour  comparer  le  dépistage  sérologique  mensuel  des  femmes  enceintes,  le  traitement  prénatal, le suivi et le traitement post‐natal selon le protocole français de dépistage de la  toxoplasmose congénitale versus l’absence de dépistage sérologique systématique ou de  traitement périnatal. Sur les 4 millions de naissance annuelle aux Etats‐Unis, on estime  entre 400 et 4000 le nombre d’enfants atteints de toxoplasmose congénitale. Le coût des  répercussions  sur  la  vie  sociale  liées  à  des  troubles  du  développement  est  estimé  à  1010$  par  naissance.  L’application  du  protocole  français  de  dépistage  permettrait  de  faire  une  économie  de  620$  par  enfant  dépisté.  Selon  le  même  modèle,  avec  un  test  sérologique  à  12$,  le  suivi  sérologique  de  la  femme  enceinte  permet  de  réaliser  des  économies  de  coût  si  le  taux  d’infection  congénitale  est  supérieur  à  1  pour  10000  naissances.  Si  le  coût  du  test  sérologique  est  abaissé  à  2$,  le  suivi  sérologique  devient  rentable pour un taux d’infection congénitale bien en deçà du taux le plus bas rapporté  aux  Etats‐Unis  de  1  pour  10  000  naissances.  Ce  modèle  va  être  appliqué  aux  données  françaises afin d’évaluer le coût actuel du dépistage et de suivre son évolution au cours  du temps. 
En savoir plus

163 En savoir plus

La toxoplasmose chez les Inuits : investigation de l'écologie de toxoplasma gondii dans l'Arctique canadien

La toxoplasmose chez les Inuits : investigation de l'écologie de toxoplasma gondii dans l'Arctique canadien

Conclusion et perspectives de recherche Globalement, cette thèse démontre l’importance de considérer les processus épidémiologiques sur des échelles spatio-temporelles variées et notamment les phénomènes de contamination microbiologique au niveau des estuaires dont la source pourrait se trouver à des milliers de kilomètres en amont. Notre projet représente ainsi un cas type méthodologique pour l’étude des problématiques complexes qui se déroulent sur de vastes étendues géographiques et qui font intervenir différents acteurs dans l’espace et le temps. Plus particulièrement, nos travaux ont permis, dans un contexte exploratoire, de formaliser un modèle de dispersion des oocystes dans l’environnement, d’identifier certains points critiques et, pour la première fois, d’estimer un intervalle d’ordres de grandeur des concentrations d’oocystes de T. gondii potentiellement présents dans l’eau, établissant ainsi la vraisemblance de la voie hydrique comme source de contamination saisonnière pour les mammifères marins. Cette contamination pourrait être liée au cycle de transmission sylvestre de T. gondii dans la forêt boréale, et potentiellement aux cycles de densité des lynx et de leurs proies. Les résultats de ce projet renforcent l’hypothèse que le phoque est une source de toxoplasmose pour les Inuits et suggèrent des variations spatio-temporelles dans l’exposition des Inuits à T. gondii, potentiellement liées aux variations spatio- temporelles de la contamination des côtes par les oocystes. Notre étude justifie le maintien des recommandations actuellement en place visant à prévenir les cas de toxoplasmose congénitale chez les femmes enceintes au Nunavik (Proulx 1999). Plus particulièrement, la manipulation et la consommation de viande de phoque crue non congelée sont à éviter pendant la grossesse.
En savoir plus

188 En savoir plus

Perception et sroprvalence de la toxoplasmose chez la femme enceinte dans la rgion de Marrakech

Perception et sroprvalence de la toxoplasmose chez la femme enceinte dans la rgion de Marrakech

• Diagnostic entre la naissance et 3 mois de vie Au cours de cette période, le diagnostic biologique de toxoplasmose congénitale peut être affirmé de plusieurs façons. La demi-vie d’élimination des IgM et IgA spécifiques étant très courte (5 à 7 jours), la persistance ou la présence isolée ou concomitante de l’un de ces isotypes au-delà de quelques jours de vie permet d’affirmer la toxoplasmose congénitale. La technique utilisée doit être validée pour les sangs de cordon et de nouveau-né ; la méthode la plus sensible dans cette indication est l’immunocapture-agglutination, plus connue sous son acronyme anglais, ISAGA, pour immunosorbent agglutination assay. La sensibilité de cette recherche est au mieux de 65 à 70%. Ces isotypes sont le plus souvent détectés en cas de séroconversion maternelle tardive au cours de la grossesse (dernier trimestre) ; la sensibilité de cette recherche est beaucoup plus faible en cas de séroconversion au cours des deux premiers trimestres de la grossesse ou si la mère a été traitée par pyriméthamine et sulfamides.
En savoir plus

195 En savoir plus

La prévention de la toxoplasmose pendant la grossesse, connaissance et mise en application des méthodes de prévention

La prévention de la toxoplasmose pendant la grossesse, connaissance et mise en application des méthodes de prévention

Depuis la mise en place de ce dépistage, il y a eu une amélioration de l’hygiène et de la conservation des aliments. Des méthodes de prévention pendant la grossesse, ont été mises en place. Ces éléments ont permis une diminution de la prévalence de la toxoplasmose chez les femmes en âge de procréer, avec un taux de 43,8% en 2010. [10] Ainsi il y a, une augmentation du nombre de femmes à suivre pendant la grossesse entraînant une augmentation des dépenses pour la Sécurité Sociale. Cependant, on a pu notifier également une diminution du nombre de cas de toxoplasmose congénitale clinique ces dernières années. Malgré ces évolutions positives, le suivi biologique mensuel au cours de la grossesse reste inchangé. Ceci commence à soulever des questions du côté scientifique et économique. Des études visant à modifier ce programme de prévention, comme par exemple un prélèvement biologique trimestriel des femmes enceintes, et non plus mensuel (réfuté pour le moment ) [1-3, 23]
En savoir plus

88 En savoir plus

Étude de la corrélation entre la réponse humorale et la réponse cellulaire dans la toxoplasmose humaine

Étude de la corrélation entre la réponse humorale et la réponse cellulaire dans la toxoplasmose humaine

Dans la littérature, certains auteurs ont rapporté des cas de toxoplasmoses congénitales lors de réinfection chez des femmes enceintes immunocompétentes et immunisées contre la toxoplasmose(19). 6 cas de toxoplasmoses congénitales ont été diagnostiqués: face à 1 d’avortement spontané et face à une symptomatologie bruyante des nouveaux nés (choriorétinite toxoplasmique typique dans 3 cas, toxoplasmoses disséminées dans 2 cas). Certaines manifestations cliniques graves pourraient s'expliquer par une infection par une souche atypique provenant d’Amérique du Sud pendant la grossesse. En effet, ces souches virulentes circulant en Amérique du Sud, sont à l’origine de toxoplasmoses acquises sévères (à forme oculaire et pulmonaire) chez des sujets immunocompétents. Certaines patientes auraient probablement été en contact avec ces souches: consommation de viande de cheval crue importée d’Amérique du Sud, voyage au Brésil pendant leur grossesse, long séjour en Guyane. Ainsi, les femmes enceintes originaires d’Europe qui ont été immunisées contre les souches de type II (souche la plus présente chez les caucasiens) courent un risque de toxoplasmose congénitale si elles se contaminent par des souches atypiques présentes dans les régions tropicales (voyage, consommation de viande). Inversement, les femmes nées en Afrique (un des 6 cas) ou en Amérique du Sud qui sont probablement immunisées avant la conception contre des souches atypiques de T. gondii pourraient également être à risque de réinfection par une souche de type II lors de la grossesse.
En savoir plus

93 En savoir plus

Toxoplasmose et grossesse

Toxoplasmose et grossesse

58 2.5 Toxoplasmose congénitale La toxoplasmose congénitale (TC) correspond à la transmission du parasite au fœtus lors d’une primo-infection toxoplasmique chez une femme enceinte. Comme vu précédemment, la toxoplasmose acquise (non congénitale) est une pathologie totalement bénigne pour la grande majorité des cas, y compris pour une femme enceinte. En revanche l’infection congénitale peut avoir des conséquences graves. En effet la TC constitue un important problème de santé publique en France du fait des séquelles cliniques possibles chez les enfants infectés ; elle représente la plus forte morbidité de l’infection humaine à T. gondii. Ce sont d’ailleurs les manifestations cliniques de la TC qui ont motivé en premier les recherches sur le parasite, son épidémiologie et sa physiopathologie et qui ont justifié la mise en place en France d’un programme de prévention.
En savoir plus

122 En savoir plus

Schizophrénie et toxoplasmose

Schizophrénie et toxoplasmose

Infection par Toxoplasma gondii et modifications du comportement L’infection latente par T. gondii est l’une des infections humaines les plus fréquentes. Elle a longtemps été considérée, en dehors de la toxoplasmose congénitale, comme asymptomatique. Cependant, les modèles animaux d’étude de la toxoplasmose ont permis de mettre en évidence des symptômes neurologiques et des modifications compor- tementales. Les tremblements, l’incoordination motrice et les convul- sions sont les principaux symptômes neurologiques observés chez les animaux infectés [27] . Des modifications comportementales plus spé- cifiques ont été retrouvées dans les modèles murins, notamment une diminution de la néophobie et une augmentation de l’activité motrice chez les rats infectés par T. gondii [28] . L’infection par T. gondii dimi- nue également l’aversion innée des rats pour les phéromones de chat, alors que les autres comportements défensifs restent intacts [29] . Les résultats des modèles murins d’infection latente ont encouragé la recherche de corrélats comportementaux à l’infection latente chez l’homme. Ainsi des études cliniques ont trouvé des profils de person- nalité différents entre les sujets présentant une infection latente et les sujets sains [30] . D’autres études ont aussi montré un quotient intellectuel plus faible chez les sujets infectés [31] , ou encore des performances psychomotrices altérées [32] .
En savoir plus

6 En savoir plus

Intérêt des Immunoglobulines IgA dans le diagnostic de la toxoplasmose : chez la femme enceinte, chez le nouveau-né suspect d’infection congénitale et chez les patients immunodéprimés suspects de réactivation

Intérêt des Immunoglobulines IgA dans le diagnostic de la toxoplasmose : chez la femme enceinte, chez le nouveau-né suspect d’infection congénitale et chez les patients immunodéprimés suspects de réactivation

46 MATERIEL ET METHODES 5 Objectifs de l’étude Nous avons réalisé une étude rétrospective monocentrique sur des patients que l’on peut repartir en trois grands groupes cliniques. Parmi ces patients, certains entrent dans le cadre d’une stratégie globale de prévention, c’est le cas de la femme enceinte pour laquelle un suivi mensuel est préconisé lorsqu’il existe une absence d’immunisation lors du dépistage prénatal. C’est le cas également du NN de mère ayant fait une séroconversion durant sa grossesse ou dans les semaines précédant le début de la grossesse. Le dernier groupe est composé de patients suspects de réactivation toxoplasmique, symptomatiques ou pas, avec des motifs de consultations assez disparates. L’objectif principal de l’étude est d’évaluer l’intérêt des IgA lors du diagnostic de la primo-infection toxoplasmique, la toxoplasmose congénitale ou la réactivation toxoplasmique.
En savoir plus

86 En savoir plus

Etude descriptive et épidémiologique de la toxoplasmose chez la femme enceinte dans la wilaya de Mostaganem

Etude descriptive et épidémiologique de la toxoplasmose chez la femme enceinte dans la wilaya de Mostaganem

Durant la grossesse, la femme est sujette à de nombreuses infections, parmi les plus importantes, nous nous sommes intéressées à la toxoplasmose congénitale, qui est responsable de fœtopathies graves, d'avortement et de prématurité. Les manifestations cliniques de la toxoplasmose congénitale peuvent être particulièrement graves lorsque la contamination fœtale a lieu au cours du premier trimestre de la grossesse, et il est fréquent que les femmes enceintes viennent au laboratoire pour effectuer une sérologie toxoplasmique sans connaître leur statut immunitaire antérieur, ainsi devant plusieurs cas clinique pouvant faire craindre une séroconversion précoce chez les femmes enceintes.
En savoir plus

46 En savoir plus

Bases génétiques de l'amusie congénitale : une étude de jumeaux

Bases génétiques de l'amusie congénitale : une étude de jumeaux

À la lumière des caractéristiques énoncées précédemment, on constate que l’habileté musicale qui serait déficiente chez les amusiques est l’encodage tonal de la hauteur, un système de traitement cognitif spécifique à la musique. Dans le système tonal occidental, les notes sont organisées autour d’une notre centrale, appelée la tonique. Une pièce musicale débute et se termine généralement par une tonique. De plus, une hiérarchie d’importance et de stabilité sous-tend l’organisation des autres notes de la gamme. Les notes ne faisant pas partie de la gamme sont souvent perçues comme étant anormales et la détection de ces anomalies se fait aisément chez la majorité des individus, mais non chez les amusiques (Peretz & Hyde, 2003). L’amusie congénitale se traduit aussi par des difficultés de détection des différences de hauteurs inférieures ou égales à deux demi-tons, notamment au sein de séquences monotones (Hyde & Peretz, 2004). En supposant que ce trouble soit présent dès la naissance, il est probable que les amusiques n’aient pas été en mesure, contrairement aux individus normaux, d’acquérir les connaissances implicites relatives à la structure des échelles musicales (Tillman, Bharucha & Bigand, 2000). Par conséquent, l’incapacité à détecter les fines différences de hauteurs les empêche de comprendre une partie essentielle de la musique (Peretz & Hyde, 2003). Toutefois, les amusiques obtiennent des résultats similaires à ceux des contrôles lors des tâches de discrimination temporelle, faisant de l’amusie un trouble spécifique au traitement tonal et non rythmique (Foxton, Dean, Gee, Peretz, & Griffiths, 2004; Hyde & Peretz, 2004). De plus, l’amusie congénitale ne peut être attribuable à un problème d’attention auditive puisque les amusiques semblent être en mesure de détecter les variations de hauteurs supérieures à deux demi-tons (Hyde & Peretz, 2004).
En savoir plus

78 En savoir plus

L’opsine en liberté, une des causes de l’amaurose congénitale de Leber

L’opsine en liberté, une des causes de l’amaurose congénitale de Leber

Le rôle pathogène de l’opsine non liée Ainsi, les photorécepteurs des souris Rpe65 -/- sont soumis à un phénomène ambigu : du fait de la très faible quantité de rhodopsine, ils[r]

4 En savoir plus

Le dépistage néonatal de l’hyperplasie congénitale des glandes surrénales

Le dépistage néonatal de l’hyperplasie congénitale des glandes surrénales

3 Université de Paris, Paris, France. michel.polak@aphp.fr L’hyperplasie congénitale des glandes surrénales L’hyperplasie congénitale des glandes surrénales (HCS) est une maladie génétique, de transmission autoso- mique récessive, caractérisée par une anomalie enzy- matique dans la chaîne de biosynthèse du cortisol et de l’aldostérone à partir du cholestérol. La plupart (95 %) des mutations concernent le gène CYP21A2, qui code une enzyme, la 21-hydroxylase, appartenant à la famille des enzymes du cytochrome P450. La 21-hydroxylase transforme la 17α-hydroxyprogestérone en 11-désoxy- cortisol, et la progestérone en désoxy-corticostérone. Cette anomalie a pour conséquence une diminution plus ou moins importante de la production du cortisol et de l’aldostérone par les glandes surrénales (Figure 1) . Le déficit en cortisol entraîne, par rétrocontrôle, une augmentation de l’ACTH (adrenocorticotropic hormone) pendant la vie fœtale, inefficace sur la production de l’aldostérone et du cortisol puisque l’anomalie Vignette (© CNCDN).
En savoir plus

7 En savoir plus

Accès à l'assurance de prêt des patients adultes ayant une cardiopathie congénitale

Accès à l'assurance de prêt des patients adultes ayant une cardiopathie congénitale

La comparaison des conditions d‘assurabilité selon la sévérité dans la population des demandeurs déclarants leur CC aurait été plus pertinente si la standardisation avait [r]

101 En savoir plus

L’amusie congénitale chez l’adolescent : perspectives de réhabilitation

L’amusie congénitale chez l’adolescent : perspectives de réhabilitation

107 Rappel des principaux objectifs L’objectif principal de la présente thèse était, dans un premier temps, de documenter les manifestations comportementales et les corrélats neuronaux de l’amusie congénitale chez l’adolescent, puis d’explorer les perspectives de réhabilitation de ce trouble neurodéveloppemental. Pour ce faire, deux études ayant eu recours à l’électroencéphalographie ont été effectuées. Dans la première étude, nous nous sommes intéressés à mieux comprendre comment le cerveau d’adolescents amusiques traite les fines variations de hauteur des sons, tant en ce qui a trait aux processus précoces et automatiques qu’au niveau du traitement conscient et plus tardif. Nous avons également exploré les effets d’un mois d’écoute musicale quotidienne chez ces participants. La deuxième étude de la thèse visait, quant à elle, à étudier l’impact de leçons de guitare durant trois mois sur le traitement des fines variations de hauteur sonore chez de jeunes adolescents amusiques. Nous nous sommes ainsi intéressés aux effets de cet entrainement musical sur plusieurs composantes, dont la P300, connue comme anormale chez les individus amusiques, mais également sur la MMN et le complexe N100-P200, ainsi qu’en ce qui a trait aux mécanismes d’inhibition et de flexibilité cognitive, aux habiletés verbales et à la motricité fine.
En savoir plus

147 En savoir plus

Perception et sroprvalence de la Toxoplasmose chez les femmes enceintes dans les villes de: SAFI-YOSSOUFIA

Perception et sroprvalence de la Toxoplasmose chez les femmes enceintes dans les villes de: SAFI-YOSSOUFIA

 Niveau de connaissance Le niveau de connaissance des femmes quant à la toxoplasmose semble avoir une influence importante sur la séroprévalence de la maladie. D’après nos résultats le niveau de connaissance concernant la toxoplasmose est très faible et inquiétant, 109 femmes (soit 39%) avait un certain niveau de connaissance à propos de la maladie et 158 des candidates (soit 61%) n’ont jamais entendu parler de la toxoplasmose. Dans notre série 69.8% des femmes qui n’ont jamais entendu parler de la toxoplasmose sont séropositives, alors que 18.1% des femmes immunes ont un certain niveau de connaissance avec un p=0.0001.Parmi cette catégorie seule 29, 50% sont informées par le médecin traitant alors que 50% leur source d’information est le media et la famille. Ceci une certaine défaillance de communication et de la sensibilisation de la part des professionnels de santé.
En savoir plus

103 En savoir plus

Le syndrome de De Morsier : une cause congénitale méconnue d'hypopituitarisme

Le syndrome de De Morsier : une cause congénitale méconnue d'hypopituitarisme

deux de ces trois anomalies sont présentes : (1) hypoplasie du nerf optique, (2) anomalies de la ligne moyenne, (3) anomalies hypophysaires. Elle peut s’associer à un [r]

1 En savoir plus

Développement du chant et profil d'amusie congénitale chez l'enfant

Développement du chant et profil d'amusie congénitale chez l'enfant

En effet, dans cette étude effectuée auprès des adultes, le juré avait tendance à dépeindre un portait plus homogène des aptitudes en chant dans la population générale en comparaison a[r]

179 En savoir plus

Show all 105 documents...