Tomographie par émission de positons / tomodensitométrie

Top PDF Tomographie par émission de positons / tomodensitométrie:

Place de la tomographie à émission de positons au 18FDG couplée à la tomodensitométrie en cas de suspicion de rejet aigu du greffon rénal

Place de la tomographie à émission de positons au 18FDG couplée à la tomodensitométrie en cas de suspicion de rejet aigu du greffon rénal

Place de la tomographie à émission de positons au 18 FDG couplée à la tomodensitométrie en cas de suspicion de rejet aigu du greffon rénal Lovinfosse Pierre 1 , Weekers Laurent 2 , Bonvoisin Catherine 2 , Bovy Christophe 2 , Grosch Stéphanie 2 , Krzesinski Jean-Marie 2 , Hustinx Roland 1 and Jouret François 2

2 En savoir plus

Évaluation de la tomographie par émission de positons au 18F-fluorodéoxyglucose couplée à la tomodensitométrie dans le bilan d’extension, l’évaluation thérapeutique, le bilan de récidive et la surveillance des sarcomes utérins

Évaluation de la tomographie par émission de positons au 18F-fluorodéoxyglucose couplée à la tomodensitométrie dans le bilan d’extension, l’évaluation thérapeutique, le bilan de récidive et la surveillance des sarcomes utérins

Cette thèse d’exercice est le fruit d’un travail approuvé par le jury de soutenance et réalisé dans le but d’obtenir le diplôme d’Etat de docteur en médecine.. Ce document e[r]

53 En savoir plus

Utilité pronostique de la [18F] fluorodeoxyglucose tomographie par émission de positon/tomodensitométrie pré transplantation chez les patients atteints d’un lymphome B diffus à grandes cellules traités par rituximab, dexamethasone, cytarabine à haute dose

Utilité pronostique de la [18F] fluorodeoxyglucose tomographie par émission de positon/tomodensitométrie pré transplantation chez les patients atteints d’un lymphome B diffus à grandes cellules traités par rituximab, dexamethasone, cytarabine à haute dose, carboplatine en chimiothérapie de sauvetage

Nous avons analysé le devenir de 62 patients atteints d’un lymphome B diffus à grandes cellules (LBDGC) réfractaire ou en rechute, ayant eu une tomographie par émission de positons/tomodensitométrie (TEP/TDM) au 18F-FDG prétransplantation de cellules souches autologues après chimiothérapie de sauvetage par R-DHAC (rituximab, dexa- méthasone, cytarabine à haute dose, carboplatine) évaluée par les critères de Deauville et l’index glycolytique lésionnel total (TLG). Une TEP/TDM prétransplantation positive avec un grade de Deauville 5 était associée à une survie sans progression (PFS) plus courte (P=0,01), tandis qu’un grade Deauville 4 n’était pas pronostique. Seul le TLG pré- transplantation était associé significativement à la fois avec la PFS (P=0,05) et la survie globale (P=0,03). Le TLG mérite des investigations complémentaires lors d’études pros- pectives.
En savoir plus

83 En savoir plus

Apport de la tomographie par émission de positons couplée à la tomodensitométrie (TEP-TDM) au fluorure de sodium radio-marqué (18FNa) dans l’exploration des manifestations rhumatologiques associées à l’hidrosadénite suppurée

Apport de la tomographie par émission de positons couplée à la tomodensitométrie (TEP-TDM) au fluorure de sodium radio-marqué (18FNa) dans l’exploration des manifestations rhumatologiques associées à l’hidrosadénite suppurée

Mais 7% de l’ensemble des patients avec une HS expriment une plainte pouvant rentrer dans le cadre d’un rhumatisme inflammatoire avec la présence soit d’une enthésite, soit d’u[r]

69 En savoir plus

Intérêt diagnostique de la tomographie par émission de positons au <sup>18</sup>F-FDG, couplée à la tomodensitométrie dans l’endocardite infectieuse sur valve native

Intérêt diagnostique de la tomographie par émission de positons au <sup>18</sup>F-FDG, couplée à la tomodensitométrie dans l’endocardite infectieuse sur valve native

3.1.1. Tomodensitométrie multibarrettes Le développement récent de TDM multibarrettes permet de réaliser des TDM cardiaques avec une bonne résolution spatiale et temporale. Elles sont réalisées avant et après injection de produit de contraste iodé et favorisent la détection des anomalies valvulaires (végétations, pseudo-anévrismes, abcès, fistules...) aussi bien que l'ETT (48,49). Elles peuvent donc être utilisées chez les patients ayant une suspicion clinique d'EI dont le bilan initial est resté négatif, ou chez qui l'ETT ne permet pas de conclure. Elles permettent de plus d'évaluer l'état des coronaires avant toute opération et de se passer de coronarographie (49).
En savoir plus

104 En savoir plus

Application de la tomographie par émission de positons au 18 Fluorodéoxyglucose ou TEP-TDM au 18 FDG dans le diagnostic et le suivi des vascularites des artères de gros calibre : à propos d'une série rétrospective de 60 TEP-TDM réalisées chez 36 patients

Application de la tomographie par émission de positons au 18 Fluorodéoxyglucose ou TEP-TDM au 18 FDG dans le diagnostic et le suivi des vascularites des artères de gros calibre : à propos d'une série rétrospective de 60 TEP-TDM réalisées chez 36 patients

La TEP-TDM au 18 FDG est depuis quelques années utilisée et validée en oncologie afin d’explorer des localisations tumorales inaccessibles aux autres moyens diagnostiques et permet ainsi un diagnostic et une prise en charge plus précoce. Cette propriété est transposable à la médecine en raison de ses caractéristiques techniques bien particulières. De fait, sur le plan technique, la TEP-TDM au 18 FDG diffère de la technique d’imagerie scintigraphique conventionnelle par l’énergie des photons émis et détec tés lors de l’examen 57 . L ’énergie des photons issus de l’annihilation de positons émis par le 18F est de 511 keV contre 100 à 300 keV pour les autres radionucléides utilisés en scintigraphie 4 . Cette différence d’énergie permet d’obtenir une meilleure sensibilité par rapport aux autres examens scintigraphiques. Les 2 photons sont émis de façon synchrone dans des directions opposées. La détection des émetteurs de positons nécessite des caméras dédiées (caméra TEP) constituées de détecteurs répartis en anneau autour du patient. L’enregistrement quasi simultané, par deux détecteurs diamétralement opposés, de deux photons de 511 keV, permet de connaître la droite sur laquelle a eu lieu l’émission photonique et donc de localiser les molécules de 18 FDG. Une reconstruction informatique permet de visualiser la distribution tridimensionnelle du traceur. Ces caméras sont couplées à une tomodensitométrie TDM qui permet une fusion des images fonctionnelles et des images anatomiques et donc une meilleure localisation des anomalies.
En savoir plus

116 En savoir plus

Évaluation de l’intérêt de la tomographie par émission de positons au 18F-FDG dans le diagnostic des infections de matériels rachidiens

Évaluation de l’intérêt de la tomographie par émission de positons au 18F-FDG dans le diagnostic des infections de matériels rachidiens

2. Tomographie par émission de position (TEP) C’est en 1950, à l’hôpital du Massachusetts qu’a commencé à être développée l’utilisation des émetteurs de positons en imagerie médicale. Ces isotopes radioactifs (carbone 11 [ 11 C], fluor 18 [ 18 F]) trouvent leurs intérêts lorsqu’ils sont couplés à des molécules biologiques. A la fin des années 1970, le glucose marqué au fluor 18 [ 18 F] a été synthétisé. C’est dans cette même période, qu’ont été développés les premiers tomographes à émissions de positons utilisés dans le domaine de la cancérologie. En 2000, l’anneau de détection tomographique est associé à une couronne de tomodensitométrie (TDM) formant ainsi la TEP-TDM. Depuis, cet examen s’améliore en termes de résolution spatiale (avec l’utilisation de la technologie du temps de vol) et de sensibilité de détection (Cristaux des collimateurs plus performants). Son champ d’étude s’élargit pour trouver sa place dans le domaine des maladies infectieuses. La TEP-TDM présente de nombreux avantages qui expliquent son essor. La résolution des images est maintenant excellente. La dosimétrie reste faible aux alentours de 5,7 mSv. Le temps d’examen est considéré comme long d’environ 2h pour une sensibilité élevée aux infections chroniques.
En savoir plus

121 En savoir plus

Modélisation, simulation et quantification de lésions athéromateuses en tomographie par émission de positons

Modélisation, simulation et quantification de lésions athéromateuses en tomographie par émission de positons

2.1. La TEP en médecine nucléaire 25 2.1 La TEP en médecine nucléaire La médecine nucléaire est une discipline médicale dont John Lawrence est le pionnier avec ses travaux réalisés en 1936 sur le traitement d’une forme de leucémie au phosphore 32. Comme nous l’avons évoqué au paragraphe 1.3, elle repose sur la notion de radiotraceur. Les premières images reposant sur la dé- tection du radiotraceur ont été réalisées sur des patients atteints d’un cancer de la thyroïde et traités à l’iode 131. Il s’agissait alors de compteurs Geiger-Müller déplacés manuellement devant le cou du patient. L’acquisition des données fut automatisée lors de la mise au point du scanner à balayage par Benedict Cassen dans les années 1950. En 1951, Hal Anger développa un système com- posé de cristaux scintillants, la caméra à scintillation. En 1958 , Anger décrivit le concept de l’imagerie par émission de positons. La Tomographie par Emis- sion Mono-Photonique (TEMP) naît en 1963 des travaux de David Kühl et Roy Edwards et rend possible l’imagerie par émission en trois dimensions à l’aide d’acquisitions de scintigraphie par un système en rotation autour du pa- tient. Il fallut attendre 1975 avec les travaux de Michel Ter-Pogossian pour voir construit le premier système Tomographie par Emission de Positons (TEP). Les systèmes hybrides couplant les acquisitions TEP avec des acquisitions de Tomodensitométrie (TDM) (figure 2.1) ont été développés en 1998 par David Townsend, permettant d’associer une région métaboliquement active à une ré- gion anatomiqe. Les systèmes couplant acquisitions TEP et d’Imagerie par Ré- sonance Magnétique (IRM) ont fait leur apparition en 2011.
En savoir plus

162 En savoir plus

Utilisation du [18F]Fluoro-éthoxybenzovesamicol ([18F]FEOBV) avec la tomographie par émission de positrons (TEP) comme mesure in vivo de la perte neuronale cholinergique chez le rat

Utilisation du [18F]Fluoro-éthoxybenzovesamicol ([18F]FEOBV) avec la tomographie par émission de positrons (TEP) comme mesure in vivo de la perte neuronale cholinergique chez le rat

Pour les rats normaux et ceux avec lésion, la plus haute valeur de liaison du [18 F]FEOBV a été observée dans le striatum, suivi de valeurs similaires dans le cor[r]

32 En savoir plus

Comparaison des performances de la scintigraphie aux leucocytes marqués et de la tomographie par émission de positons au 18F-FDG dans le diagnostic des infections de prothèses vasculaires : étude prospective menée au CHU de Bordeaux portant sur 34 patient

Comparaison des performances de la scintigraphie aux leucocytes marqués et de la tomographie par émission de positons au 18F-FDG dans le diagnostic des infections de prothèses vasculaires : étude prospective menée au CHU de Bordeaux portant sur 34 patients inclus sur une période de 3 ans

Contexte : examens d’imagerie nucléaire. La tomographie par émission de positons. Page | 34 b. Utilisation combinée de la TEP et de la TDM Initialement utilisée seule, la TEP ne permettait pas d’obtenir une localisation anatomique précise du site de fixation. La spécificité était médiocre du fait de possibles faux positifs lorsque le site d’intérêt se trouvait en regard de sites de forte fixation physiologique (99). La TEP a ensuite été couplée à la TDM, autorisant une localisation précise du site de l’infection. Cela a permis une amélioration de la spécificité. Dans le cadre des infections de prothèses, notamment de prothèses vasculaires, cela a permis de différencier les infections prothétiques des infections para-prothétiques dont les prises en charges peuvent être différentes. Cela a également permis, chez les patients porteurs de plusieurs prothèses, la possibilité de différencier les prothèses infectées des prothèses non infectées (99). Les techniques de TEP et de TDM sont réalisées simultanément sans changement de position du patient, ce qui permet une bonne fusion des images anatomiques et métaboliques (100). La TEP est parfois couplée à l’IRM qui a l’avantage d’un meilleur contraste tissulaire.
En savoir plus

120 En savoir plus

Introduction à l'imagerie par Tomographie d'Émission de Positons : définitions, approches de reconstruction et initiation aux isotopes complexes.

Introduction à l'imagerie par Tomographie d'Émission de Positons : définitions, approches de reconstruction et initiation aux isotopes complexes.

L’énergie des positons émis dépend du radioisotope considéré. Ainsi, les parcours des positons d’un radioisotope sont d’autant plus grands que leurs spectres énergétiques sont composés de hautes énergies (FIGURE 1.17-2 A et B). La distribution du lieu d’annihilation autour du point d’émission ne peut pas être modélisée par une simple fonction gaussienne à une énergie donnée [Levin et Hoffman 1999], mais plus justement par des fonctions multi-exponentielles. Cependant, les mesures, calculs, et simulations Monte Carlo de différents groupes [Derenzo 1979, Palmer et al. 1992, Levin et Hoffman 1999, Cal-Gonzales et al. 2011] montrent que malgré des allures de distributions similaires, il existe des désaccords entre les différentes estimations des distributions des principaux radioisotopes utilisés en imagerie TEP. On notera par exemple pour le fluor 18 des écarts de respectivement 23% et 38% pour les FWHM et les FWTM ("Full-Width at Tenth Maximum") des distributions des lieux d’annihilation, entre l’étude de référence de Derenzo et celle de Levin et Hauffman.
En savoir plus

118 En savoir plus

Plan de déploiement de la tomographie par émission de positrons au Québec basé sur l'évaluation des technologies de la santé

Plan de déploiement de la tomographie par émission de positrons au Québec basé sur l'évaluation des technologies de la santé

Trois volets sont à considérer dans le plan de déploiement. Le volet équipement vise à rendre la technologie disponible en tenue de caméra et de PREP. Les développements technologiques d[r]

112 En savoir plus

Apport de la programmation graphique pour la reconstruction rapide d'images 3D en tomographie par émission monophotonique

Apport de la programmation graphique pour la reconstruction rapide d'images 3D en tomographie par émission monophotonique

Le deuxième objectif de cette thèse est de chercher une méthode permettant de corriger l’atténuation à partir des seules données d’émission pouvant être appliquée en particulier à la tomographie cardiaque en routine clinique. En effet, corriger l’atténuation en TEMP nécessite généralement de disposer des informations anatomiques supplémentaires sur le patient, en utilisant d’autres modalités d’imagerie comme le scanner à rayons X ou l’emploi d’une source radioactive externe. Les méthodes qui n’utilisent pas ces données dites « de transmission » font l’approximation que l’atténuation est uniforme à l’intérieur du corps. Si une telle approximation peut être justifiée dans certains cas, comme dans celui de l’imagerie cérébrale, il n’en est pas de même en imagerie cardiaque. Or, en pratique quotidienne, il est rare de disposer des données de scanner X permettant de corriger l’atténuation des données TEMP. Depuis ces dernières années, il existe des systèmes hybrides TEMP-scanner qui permettent de réaliser les deux examens sur un même appareil, mais ces systèmes sont encore peu répandus et la réalisation d’une image scanner X augmente la dose d’irradiation patient. Nous avons donc cherché à mettre au point une méthode qui permette de corriger l’atténuation en imagerie cardiaque sans données de transmission. Les travaux effectués jusqu’à présent dans ce domaine étaient limités à la reconstruction de coupes jointives indépendantes, et ne tenaient donc pas compte du phénomène de résolution en 3D. Par ailleurs, à notre connaissance, aucun de ces travaux n’était allé jusqu’à proposer une méthode réellement utilisable et testée sur une série d’examens 3D de patients en routine clinique. Nous avons donc abordé ce sujet de recherche en utilisant la programmation graphique, et en testant la faisabilité de plusieurs méthodes de correction.
En savoir plus

160 En savoir plus

Tomodensitométrie à temps de vol de photons

Tomodensitométrie à temps de vol de photons

CHAPITRE 5 CONCLUSION 5.1 Sommaire La TDM à temps de vol est une approche prometteuse pour la réduction du bruit de diffusion. Les simulations ont permis de confirmer que cette approche peut, avec un système dont la gigue temporelle ne dépasse pas 10 ps, réduire presque complètement les effets indésirables des photons diffusés vers le système de détection. Cette approche exploite la mesure du temps de vol pour identifier les photons diffusés qui ont nécessairement parcouru un chemin plus long que les photons primaires pour aller de la source au détecteur. Dans le montage simulé, le CNR a plus que doublé, ce qui équivaut à une division de la dose par quatre. Les artéfacts et les imprécisions causés par le bruit de diffusion sont aussi réduits significativement. L’expérimentation réalisée dans le cadre de ce projet de recherche a confirmé que des différences dans les mesures statistiques du temps de vol des photons diffusés et primaires sont observables. Cela permet de conclure que la TDM à temps de vol est théoriquement possible, mais doit être étudiée plus en profondeur pour lever les incertitudes qui restent sur son implémentation, tout particulièrement en ce qui concerne la source de rayon X pulsée. En proposant ainsi une toute nouvelle approche en TDM, les requis de conception pour la source et les détecteurs sont sévèrement modifiés et plusieurs années de développement sont à prévoir pour un premier scanner utilisant le temps de vol. Le premier chapitre du mémoire fait la présentation de la recherche et de son contexte. L’état de l’art en deux parties, explique d’abord, au chapitre 2, le principe de la tomoden- sitométrie et ces limitations. Ce chapitre conclut sur la pertinence des scanners à faisceau conique, mais soulève l’important problème du bruit de diffusion qui est présenté en détail dans le chapitre 3. Ce deuxième chapitre de l’état de l’art nous amène à conclure qu’une méthode d’élimination du bruit de diffusion sans collimation, tel que la tomodensitométrie à temps de vol, permettrait l’utilisation des scanners à faisceau conique. Finalement, le chapitre 4 présente cette technique et une preuve du concept au travers d’un article soumis au journal Physics in Medicine & Biology.
En savoir plus

82 En savoir plus

en
                                                                    fr

en fr Brain serotonin 5-HT1A receptors and schizophrenia: a PET study using [18F]MPPF in schizophrenic patients treated by antipsychotic drugs Système sérotoninergique 5-HT1A et schizophrénie : étude par tomographie par émission de positons au p-[18F]MPPF chez des patients schizophrènes traités par antipsychotiques

La TEP est une technique d'imagerie médicale fonctionnelle quantitative radio-isotopique (Wang & Maurer, 2005). Elle permet de mesurer in vivo chez l’homme ou l’animal, et avec une résolution spatiale de quelques millimètres cubes, la distribution spatiale et l’évolution temporelle d’un paramètre physiologique, comme le métabolisme cellulaire, le débit sanguin ou, comme dans nos travaux, la densité de récepteurs d’un système de neurotransmission. Cette technique nécessite l’injection au sujet d’un vecteur moléculaire (radiotraceur ou radioligand) du processus physiologique étudié, préalablement marqué avec un radio-isotope à demi-vie courte, émetteurs de positons. Le positon (e + ) est l'antiparticule de l'électron (e - ). Les isotopes utilisés sont
En savoir plus

128 En savoir plus

Optimisation de l’extraction de lumière de scintillation dans les matrices de détecteurs pixellisés pour des applications en tomographie d’émission par positrons (TEP) et en tomodensitométrie (TDM)

Optimisation de l’extraction de lumière de scintillation dans les matrices de détecteurs pixellisés pour des applications en tomographie d’émission par positrons (TEP) et en tomodensitométrie (TDM)

1 INTRODUCTION 1.1 Imagerie médicale La tomographie d’émission par positrons (TEP) est une modalité d’imagerie dite fonctionnelle permettant l’étude de processus métaboliques au sein de sujets vi- vants. Des sondes moléculaires marquées de radioisotopes (radiotraceurs) émetteurs de positrons injectées dans le patient ou l’animal permettent la mise en évidence de mécanismes biochimiques selon la distribution du radiotraceur dans les tissus. C’est par la détection des photons émis suite à l’annihilation des positrons avec des électrons qu’il est possible d’effectuer une cartographie de cette distribution de radioactivité. Marquée par des développements incessants depuis son introduction au début des années 1950, parallèlement aux poussées technologiques, la TEP est à ce jour utilisée principalement dans trois champs d’applications en clinique, détaillés dans (Bailey et al., 2005). Son application la plus connue est en oncologie, où elle per- met de poser des diagnostics de cancer. En effet, le diagnostic posé par TEP permet d’identifier et de caractériser les tissus malins (détection et classement de malignité, stade d’une pathologie, etc.) afin d’orienter le traitement, qui peut être par chimio- thérapie, hormonothérapie, immunothérapie, et aussi par chirurgie ou radiothérapie. Un suivi temporel sur la récurrence suite aux traitements peut également être effec- tué par imagerie TEP. Elle trouve également une application en neurologie pour la détection de la maladie d’Alzheimer et diverses formes de démence. Des applications cardiaques, tels que l’évaluation et le diagnostic de la maladie coronarienne ainsi que l’examen du myocarde, sont également possibles avec la TEP. Une multitude de développements du côté préclinique permettent des études similaires sur animaux (Hutchins et al., 2008; Yao et al., 2012). Une limitation importante de la TEP est l’absence d’informations anatomiques précises, soulevant la nécessité de la joindre à une autre modalité telle que la tomodensitométrie (TDM) ou l’imagerie par réso- nance magnétique (IRM) qui fournissent le complément anatomique (Azhari et al., 2007).
En savoir plus

151 En savoir plus

Synchronisation respiratoire en tomographie par émission de positions couplée à un tomodensitomètre : étude des paramètres d'acquisition et comparaison de deux systèmes de synchronisation

Synchronisation respiratoire en tomographie par émission de positions couplée à un tomodensitomètre : étude des paramètres d'acquisition et comparaison de deux systèmes de synchronisation

Enfin, dans le chapitre 3, à partir d’un montage expérimental le plus proche possible de la clinique, nous comparerons les données TEP synchronisées à la respira[r]

252 En savoir plus

Méthodes proximales pour la résolution de problèmes inverses : application à la tomographie par émission de positrons

Méthodes proximales pour la résolution de problèmes inverses : application à la tomographie par émission de positrons

2.1.1 Quelques exemples En traitement d’images, on emploie la terminologie de problème inverse (opposée à la notion de problème direct) dans de nombreuses applications. La résolution d’un prob- lème inverse consiste à retrouver un signal (ou une image) le plus proche possible d’un « signal considéré comme référence », par le biais des observations acquises. En raison du mode d’acquisition et de l’imperfection des détecteurs, ces observations sont la plupart du temps dégradées par un opérateur linéaire et/ou bruitées. Plusieurs exemples de modalités s’inscrivent dans ce cadre, comme la tomographie par émission de positrons (opérateur de projection + bruit de Poisson), la microscopie à champ large (opérateur de convolution + bruit gaussien), la microscopie confocale (opérateur de convolution + bruit de Poisson), l’échantillonnage comprimé plus connu sous le nom de « compressed sensing » (opérateur associé à une matrice parcimonieuse + bruit gaussien) ou l’imagerie satellitaire (opérateur de convolution + bruit gaussien).
En savoir plus

282 En savoir plus

Evaluation de la prescription de la Tomodensitométrie aux urgences

Evaluation de la prescription de la Tomodensitométrie aux urgences

ANNEXE 2 TDM INDISPENSABLE OU OBLIGATOIRE EN URGENCE 100% - Traumatisé crânien avec signes neurologiques focaux - Traumatisé crânien avec plaie pénétrante - Traumatisé crânien avec fract[r]

171 En savoir plus

Show all 345 documents...